Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Virginia Woolf. Le pur et l'impur

 | 
Christine Reynier
, 
Catherine Bernard

5e partie. Table ronde : traduire Woolf

Traduire Jacob’s Room

Adolphe Haberer

Texte intégral

Pourquoi Jacob’s Room ?

1Pourquoi ai-je choisi de traduire ce roman de Virginia Woolf plutôt qu’un autre ? Peut-être parce que c’est un des plus courts. J’ai d’ailleurs toujours été, notamment en poésie, partisan des formes courtes, le sonnet étant pour moi le paradigme de la forme poétique codée. Mais là n’est pas la seule raison. Pourquoi alors ? Parce que c’était lui, parce que c’était moi ? J’ai en effet lu Jacob’s Room pour la première fois il y a très longtemps, dans les années soixante, et je l’ai lu passionnément. A partir de 1972, il se trouve que je n’ai pratiquement plus travaillé ni enseigné d’œuvre de fiction. Virginia Woolf est ainsi restée pour moi un amour de jeunesse, et Jacob’s Room est en outre l’histoire d’un jeune homme et de son éducation sentimentale…

2C’est aussi un roman élégiaque, qui dit le désir et le manque. La fin, lorsque Betty Flanders entre dans la chambre et dit : « ‘What am I to do with these, Mr Bonamy ?’ She held out a pair of Jacob’s old shoes », reste à mes yeux toujours aussi poignante et j’ai depuis associé cette fin à ce que Lacan dit des souliers de Van Gogh et de la nature morte dans L’Ethique de la psychanalyse.

Quelle édition traduire ?

3Je travaille avec l’édition Penguin 20th Century Classics, édition préparée par Sue Roe. Elle date de 1992. L’introduction est substantielle et bien faite (32 pages), avec un système de références et de notes ; on y trouve de même une courte bibliographie critique ; il y a enfin « A Note on the Text » qui dit à peu près tout ce que l’on peut dire des manuscrits, des dactylogrammes et des différentes éditions. Sue Roe est d’ailleurs une spécialiste reconnue : elle est notamment co-éditrice, avec Susan Sellers, du Cambridge Companion to Virginia Woolf (Cambridge University Press, 2000). Enfin l’édition de Sue Roe comporte en appendice la liste des treize corrections faites par rapport au texte de l’édition Hogarth de 1922.

4À propos des Holograph Notebooks dont parle Sue Roe, on sait qu’ils font partie de la collection Berg, à New York. Ils comportent le premier état de Jacob’s Room, avec de très nombreuses ratures et corrections, mais l’on sait que le dactylogramme à partir duquel le roman a été composé par l’imprimeur est perdu. Le Centre de recherche auquel j’appartiens possède ces Notebooks en microfilms. Ils sont à la fois très riches d’enseignements, et très émouvants, surtout pour qui s’intéresse aux avant-textes et à la critique génétique, mais un peu décevant pour le traducteur que je suis en l’occurrence, en tout cas pour Jacob’s Room, car le texte a été parfois profondément remanié. Voici par exemple les toutes premières lignes qui sont, on le verra, sans rapport avec le début de la version publiée, quelques bribes se retrouvant toutefois plus loin, dans le cours du chapitre 1 :

Beyond the rock lay a pool shiny green something shiny on the sand. A few small fish left by the tide beat with up & down with their tails. On the edge of the wave, paddling their feet, stood a single line of gulls : & Jacob was trotting towards them when the light came across the waves.

5Pam Todd, Senior Sales Administrator chez Blackwell, m’a par ailleurs indiqué que Jacob’s Room devrait être publié en avril 2003 dans la série Shakespeare Head Press Edition of Virginia Woolf où ne figurent, à la date de ce colloque, que cinq titres publiés. Cette édition devrait, de toute évidence, faire autorité.

Les traductions existantes

6J’en connais deux. D’abord, La Chambre de Jacob, traduction de Jean Talva, Paris, Stock, 1973, reprise par Le Livre de Poche en 1994. Elle comporte une petite introduction de Nicole Chardaire, mais pas de notes ni d’appareil critique. Il est possible qu’il s’agisse de la même traduction que celle que j’ai vue dans le catalogue de la Library of Congress, publiée par Stock en 1942. Ensuite, La Chambre de Jacob, traduction de Magali Merle, dans Virginia Woolf, Romans et nouvelles (1917-1941), préface, notices et notes de Pierre Nordon, Le Livre de poche, coll. La Pochothèque, 1288 p., 1994. Je note que La Chambre de Jacob, premier roman retenu, ouvre le recueil. Il y a pour ce roman 171 notes de la traductrice, qui fournissent à l’intention du lecteur d’utiles éclaircissements et de brefs commentaires. Il y aurait certes une intéressante étude comparative à faire entre ces deux traductions, mais ce n’est que de manière ponctuelle et très pragmatique que j’ai été amené à m’y intéresser.

La théorie

7Le plus souvent, je souffre à propos des ouvrages théoriques sur la traduction d’une réaction de rejet. Sans doute aussi ai-je tendance à me laisser aller à ma paresse naturelle. Je ne manque pas cependant de bonne volonté. J’ai même récemment placé toute une pile de livres sur mon bureau (dont After Babel, de Georges Steiner, et The Translator’s Invisibility, de Lawrence Venuti), et j’ai commencé par lire « The Task of the Translator », de Walter Benjamin, mais je n’ai rien trouvé là qui me fasse changer d’avis. D’autant plus que le discours de Benjamin sur la traductibilité des œuvres se fonde sur la croyance en une langue pure, langue universelle, une sorte de Logos absolu dont toutes les langues naturelles seraient dérivées. C’est ce qui justifierait la traduction, toujours imparfaite mais néanmoins justifiée dans la mesure où elle participerait au travail de retour des langues à la langue pure d’origine, au terme de leurs histoires séparées.

8Je reste pour ma part avec en tête l’idée de la spécificité irréductible des langues dès lors que la langue est vraiment mise en jeu comme elle l’est dans les œuvres poétiques. Et récriture de Woolf, à partir de Jacob’s Room, est résolument poétique. Sans parler, s’agissant de théorie, du concept de la lalangue, élaboré par Lacan, et de son altérité singulière. En outre, la fameuse déclaration de Robert Frost demeure pour moi toujours vraie : « Poetry is what gets lost in translation ». Sur le mode plaisant, cela peut se dire tout autrement : « Everybody suffers from translation, except bishops » (attribué, sauf erreur de ma part, au Dr Johnson), car pour ces dignitaires ecclésiastiques, en effet, il s’agit le plus souvent d’une promotion, translation signifiant alors « The removal of a bishop from one see to another » (OED).

9Plus sérieusement : la traduction me semble toucher à l’impossible, mais il faut faire avec. C’est ce qui fait son intérêt. Ceci serait à développer, bien sûr. C’est au demeurant un peu le discours tenu par Michel Cusin dans un article intitulé « On Translating The Waves into French », le propre du texte woolfien étant sa syntaxe parfois très libre, son écriture poétique, ses changements abrupts de style. On peut citer et garder en mémoire à ce propos la petite note placée par Virginia Woolf en tête de son manuscrit :

Reflections upon beginning a work of fiction to be called, perhaps, Jacob’s Room : April 15 th 1920
I think the main point is that it should be free.
Yet what about form ?
Let us suppose that the Room will hold it together.
Intensity & life compared with immobility.
Experiences.
To change style at will.

Les outils du traducteur

10Je passe sur les outils traditionnels du traducteur, les ; dictionnaires unilingues anglais et français, les dictionnaires bilingues. Quelques mots en revanche sur les possibilités offertes par l’ordinateur et certains logiciels.

11Je dispose en effet d’une version numérisée de Jacob’s Room. Elle est loin d’être parfaite, mais cela me permet de travailler avec deux fenêtres ouvertes sur mon écran : en haut celle du texte, en bas celle où j’écris ma traduction. D’autre part, grâce à cette version numérisée, j’ai pu fabriquer une concordance à l’aide d’un petit logiciel très pratique, appelé Conc 1.71, lequel existe en freeware. La concordance permet des recherches presque instantanées dans le cas où je veux retrouver un mot, également dans le cas, très fréquent avec Woolf, où je veux tenir compte des répétitions lexicales. J’ai également l’OED2, version CD-rom, installé en permanence sur mon ordinateur. Cela me permet des recherches et des vérifications très rapides.

Work in progress

12La traduction n’est guère aisée, elle ne progresse que lentement, mais je dois dire que cela m’a donné, de temps en temps, de petites joies d’autant plus fortes qu’elles m’arrivaient par surprise, au détour d’une phrase, avec un mot gardé au bout de la langue qui finissait par me venir, avec la découverte de petits joyaux poétiques dans le texte de Woolf que la simple lecture, trop rapide, trop cursive, ne m’avait pas permis de repérer. Traduire oblige à tenir compte de chaque mot, à s’y arrêter parfois longuement avant de lui trouver, pour ainsi dire, chaussure à son pied, et de se mettre à jouer, ou à danser, fût-ce en boitillant un peu, avec les autres mots de la phrase.

  • 1 C’est là une expression qui apparaît à plusieurs reprises dans Between the Acts, Londres, Triad, 1 (...)

13Je garde comme viatique, dans cette entreprise, une petite citation de Virginia Woolf où elle dit ceci : « I prefer where truth is important to write fiction ». Dans cette entreprise où je n’ai pas grand chose à gagner, il faut bien qu’il y ait quelque chose qui me fasse travailler. Ce ne peut être seulement ma fidélité à des amours de jeune homme, mais quelque chose de plus fort, qui a trait à la vérité, cette vérité dont on sait bien que, si elle se dit dans le dire, et notamment dans le dire de la fiction, elle ne s’y dit jamais toute. On n’en a jamais que de petits fragments, simples éclats ou tessons de vérité, « scraps, orts, fragments1 » trouvés ça et là dans les mots du texte, entre les mots ou entre les lignes – « between the lines » –, là où ça se passe, comme dans Between the Acts.

Notes

1 C’est là une expression qui apparaît à plusieurs reprises dans Between the Acts, Londres, Triad, 1978, par exemple p. 137, 140.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540