Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Virginia Woolf. Le pur et l'impur

 | 
Christine Reynier
, 
Catherine Bernard

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Jean Guiguet (éd.), Virginia Woolf et le groupe de Bloomsbury. Colloque de Cerisy, Paris, 10/18, 19 (...)
  • 2 Virginia Woolf, Moments of Being (1976), Londres, Triad, 1981.
  • 3 Anthony Inglis, « Virginia Woolf et la critique », in J. Guiguet (éd.), Virginia Woolf et le group (...)

1Une longue tradition lie en un sens Virginia Woolf et son entourage à l’histoire de Cerisy-la-Salle puisque, dans les années vingt, Roger Fry, Charles Mauron et Lytton Strachey participèrent aux entretiens de Pontigny et qu’en août 1974, dans le cadre même du château de Cerisy, Jean Guiguet organisa une première décade consacrée à Virginia Woolf et au groupe de Bloomsbury1. Près de trente ans après cette rencontre, alors que nous bénéficions d’éléments nouveaux, de textes de Virginia Woolf alors inédits tels ses écrits autobiographiques publiés en 1976 sous le titre Moments of Being2 (texte auquel s’intéresse ici Frédérique Amselle), certaines nouvelles publiées en 1985 ou encore ses lettres qui n’étaient pas dépouillées en 1974, il nous a paru souhaitable de prolonger cette tradition en revenant à cet auteur-phare du vingtième siècle. Si Anthony Inglis pouvait dire lors de la première décade que Virginia Woolf n’avait encore qu’une place incertaine dans la littérature3, il nous est désormais possible de considérer que ses œuvres sont des classiques, connues du grand public, étudiées à l’université et amplement commentées par la critique.

2Le rôle majeur joué par Virginia Woolf dans la révolution esthétique provoquée par le Modernisme n’est plus à démontrer. La critique a su en effet depuis longtemps mettre en lumière la nouvelle alchimie romanesque des trois romans centraux de son œuvre (Mrs Dalloway, To the Lighthouse, The Waves), la manière dont ils repensent la notion de réalité pour conférer une place déterminante à la vision et ainsi inventer une langue labile, mouvante, aux confins de la poésie. La réception critique de Virginia Woolf a aussi profondément évolué et de nouveaux outils permettent aujourd’hui d’aborder les textes de Virginia Woolf sous un angle différent. En Grande-Bretagne et aux États-Unis, un travail immense a été accompli parallèlement à la découverte de nouveaux aspects de la production de la romancière. Une plus large place est faite depuis peu par la critique à ses écrits politiques, à certains de ses romans moins canoniques (ainsi Jacob’s Room – voir l’article de Nathalie Pavec – ou The Voyage Out), à ses essais, à ses biographies (sujet auquel s’intéresse ici Floriane Reviron), à sa correspondance. De même, parallèlement à une lecture formelle et phénoménologique de l’écriture, des études récentes ont souhaité explorer ses liens avec son contexte épistémologique et politique, les échos intertextuels ou inter-esthétiques qui s’y font entendre (voir ici l’article de Liliane Louvel). Un important travail d’archives a enfin permis de comprendre la genèse de ses œuvres, ainsi que la manière dont la romancière parvenait à se nourrir du monde qui l’entourait pour en transfigurer le matériau.

  • 4 Jean Guiguet, Virginia Woolf et son œuvre. L’Art et la quête du réel, Paris, Didier, 1962.
  • 5 Voir les numéros spéciaux de la revue Études britanniques contemporaines regroupant certains des t (...)

3En France, la thèse de Jean Guiguet fit autorité pendant près de trente ans4 et ce n’est que vers la fin des années quatre-vingt et surtout dans les années quatre-vingt-dix que l’on aborda de nouveau cet auteur dans des thèses, des ouvrages et plus souvent, des articles présentés en particulier dans le cadre des colloques de la Société d’Études Woolfiennes5. Le Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle nous a offert l’occasion de présenter notre travail marqué, entre autres, par l’héritage formaliste, la stylistique, par la pragmatique, l’apport de la critique génétique ou de la psychanalyse. Cerisy fut aussi l’occasion de confronter, en un échange extrêmement fructueux, l’originalité et la spécificité de notre lecture à celle de nos collègues d’outre-Manche et d’outre-Atlantique. En outre, les anglicistes que nous sommes tous, qui lisons Woolf dans le texte, ne peuvent ignorer le lectorat franco- français de cet auteur, ce qui nous a amenés à nous demander quelle connaissance de Virginia Woolf pouvait avoir le lecteur qui découvrait son œuvre dans notre langue et quelles difficultés rencontraient ses traducteurs. C’est pourquoi nous avons jugé utile d’organiser une table ronde sur la traduction des œuvres de Virginia Woolf.

  • 6 V. Woolf, Moments of Being, op. cit., p. 75.
  • 7 Ibid., p. 135.
  • 8 V. Woolf, Notebooks, Monk’s House Papers ; cité dans Hermione Lee, Virginia Woolf, Londres, Vintag (...)
  • 9 V. Woolf, « Walter Sickert : A Conversation », in Leonard Woolf, Virginia Woolf. Collected Essays, (...)

4Si Virginia Woolf est un auteur qui par sa stature, l’ampleur et la qualité de son œuvre, l’influence qu’elle a pu et peut encore avoir sur la littérature anglaise, mérite d’être régulièrement redécouvert, pourquoi le faire à travers le thème du pur et de l’impur ? Le pur et l’impur sont tout d’abord deux termes qui reviennent fréquemment sous la plume de Virginia Woolf pour dire la pureté des sensations perçues durant les instants de vie (« the purest ecstasy I can conceive6 ») aussi bien que le figé, ce qui n’admet pas d’apport extérieur, comme c’est le cas dans « A Sketch of the Past », (« The division in our life was curious. Downstairs there was pure convention : upstairs pure intellect7 ») ou l’impureté d’un genre littéraire tel que la biographie qu’elle qualifie de « bastard, impure art8 » ou encore l’impureté des mots : « Words are an impure medium9 ». Dans ces exemples isolés, « impur » est donné comme synonyme de « bâtard », conformément à la définition du dictionnaire : « impur : altéré par un mélange ; corrompu par des éléments étrangers ; qui est mauvais moralement ; qui est souillé » (définition du Robert). Le pur, par voie de conséquence sera donc « Sans mélange. Absolu, parfait […] Qui s’interdit toute préoccupation étrangère à sa nature spécifique […] Sans défaut d’ordre moral […] Sans défaut d’ordre esthétique ».

  • 10 George Moore, Principia Ethica(1903), Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 65.

5S’il est vrai que les termes de pur et d’impur jalonnent l’œuvre de Virginia Woolf, c’est en vérité la lecture d’une œuvre mal aimée de l’auteur qui a motivé le choix de ce thème, une œuvre négligée qui n’est autre que Flush, la biographie surprenante que Virginia Woolf consacra au chien d’Elizabeth Barrett Browning. Flushs’ouvre sur une présentation des critères physiques sélectionnés par le Club des Epagneuls, fondé en 1886, qui permettent de considérer qu’un épagneul est de pure race. L’auteur compare ces critères à ceux requis pour qu’un être humain soit considéré comme appartenant à la noblesse pure. L’ironie qui sature les premières pages de Flush permet à Virginia Woolf de tourner en dérision les efforts faits dans les deux cas pour établir une race pure, une lignée pure, un pedigree pur et de dénoncer la notion de pureté comme artificielle et entièrement créée par l’homme. À l’instar de George Moore qui, dans Principia Ethica, démontre que contrairement à ce que laisse entendre l’éthique naturaliste, le bien n’est pas naturel10, Virginia Woolf montre que la pureté est une construction culturelle. Au demeurant Flush ne sera jamais si heureux que lorsqu’il pourra s’ébattre librement à Florence au milieu des chiens bâtards. En lisant ces pages, on ne peut s’empêcher de penser au contexte dans lequel elles furent publiées en 1933 ; elles se présentent tout d’abord comme un commentaire acerbe sur la pureté de la race et la soi-disant supériorité de la race aryenne revendiquée par l’idéologie du nazisme. Dans la suite de cette biographie, par un subtil jeu de métaphores, Virginia Woolf glisse du monde canin au monde de la fiction pour revendiquer là aussi la bâtardise, le mélange des genres, en un mot l’impureté littéraire. Ces réflexions qu’offre Flush sur le pur et l’impur sont particulièrement riches car elles se situent à la confluence de l’idéologie, de l’éthique et de l’esthétique, trois axes que les communications présentées à Cerisy et retenues ici ont choisi de suivre de diverses manières et dans des tentatives variées d’exploration du sens de ces deux notions, le pur et l’impur, et de leur articulation possible.

6C’est une dialectique complexe qui apparaît dans les pages du présent volume, dialectique qui, pour Christine Froula, Elena Gualtieri ou Frédéric Regard fait de Virginia Woolf le témoin de son temps et, pour Denise Ginfray une visionnaire, une pionnière infatigable et inquiète en quête de formes nouvelles. Les lectures que proposent Françoise Bort, Chantai Delourme, Catherine Lanone démontrent qu’elle est aussi tout à la fois l’héritière d’une tradition littéraire complexe, et une styliste iconoclaste. Sans doute sa capacité à dialectiser les paradoxes dans lesquels elle était prise explique-t-elle comment sa quête contradictoire de l’essence de l’écriture, analysée ici par Mary Ann Caws, Michèle Rivoire ou Josiane Paccaud-Huguet, sa confrontation avec l’innommable peut devenir une éthique de l’écriture, mais aussi, et c’est là ce que nous disent ici Sophie Marret ou Pierre Éric Villeneuve, la trace d’une expérience de vie.

Notes

1 Jean Guiguet (éd.), Virginia Woolf et le groupe de Bloomsbury. Colloque de Cerisy, Paris, 10/18, 1977.

2 Virginia Woolf, Moments of Being (1976), Londres, Triad, 1981.

3 Anthony Inglis, « Virginia Woolf et la critique », in J. Guiguet (éd.), Virginia Woolf et le groupe de Bloomsbury, op. cit., p. 219-250.

4 Jean Guiguet, Virginia Woolf et son œuvre. L’Art et la quête du réel, Paris, Didier, 1962.

5 Voir les numéros spéciaux de la revue Études britanniques contemporaines regroupant certains des travaux présentés dans le cadre de ces colloques : « Métamorphose et récit dans l’œuvre de Virginia Woolf », Études britanniques contemporaines, 1997, numéro hors série et « Things in Virginia Woolf’s Works », Études britanniques contemporaines, 1999, numéro hors série. Voir aussi « Autour de Virginia Woolf », Les Cahiers forell, 1996, n° 5.

6 V. Woolf, Moments of Being, op. cit., p. 75.

7 Ibid., p. 135.

8 V. Woolf, Notebooks, Monk’s House Papers ; cité dans Hermione Lee, Virginia Woolf, Londres, Vintage, 1997, p. 10.

9 V. Woolf, « Walter Sickert : A Conversation », in Leonard Woolf, Virginia Woolf. Collected Essays, vol. II, Londres, The Hogarth Press, 1966, p. 237.

10 George Moore, Principia Ethica(1903), Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 65.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540