Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tombeaux et monuments

 | 
Michèle Touret
, 
Jacques Dugast

Le Tombeau de Théophile Gautier (1873)

Michael Pakenham

Texte intégral

1Le Tombeau de Théophile Gautier fut annoncé au Feuilleton du journal (...) de la librairie le 18 octobre 1873 comme un superbe volume in 4° sur papier vergé, avec portrait, au prix de 10 fr. Les exemplaires sur beau papier coûtaient 30 frs. Le 1er novembre les libraires furent avertis que ce tome était sur le point d’être épuisé. Succès donc de vente, quoique aucun tirage ne soit spécifié, pour ce recueil auquel 83 collaborateurs fournirent 95 textes, en français, provençal, latin, grec, allemand, anglais et italien, il fut le modèle à la fin du siècle pour Le Tombeau de Charles Baudelaire.

2Répondant en avril 1872 à Claudius Popelin, José-Maria de Hérédia, absent de Paris depuis plusieurs mois, écrivit :

  • 1 J. Richardson, J.-M. de Heredia : an unpublished correspondence, The Modern Language Review, Jan. 1 (...)

Ce que vous me dites du vieux Théo me fait grande peine. C’est un de ces hommes qui ne devraient jamais s’en aller, je parle de la chair & des os. Car d’ailleurs il est de tout point immortel, surtout depuis qu’il a renoncé à l’Académie1.

  • 2 Catulle Mendès à Asselineau (inédit), s.d., Collection Spoelberch de Louvenjoul C. 502 quater, f. 1 (...)
  • 3 Journal des Goncourt du 24 octobre 1872.
  • 4 J. Richardson, Théophile Gautier, Max Reinhardt, 1958, p. 277, et le Registre d’inscription déposé (...)

3Gautier s’en alla le 23 octobre de la même année. Aussitôt informé le gendre détesté, Catulle Mendès dont Gautier disait “Crapule m’embête”, avertit par télégramme les amis du défunt : parmi d’autres, Victor Hugo, Flaubert et Charles Asselineau. Son message à ce dernier est simple : le Maître s’est éteint ce matin sans souffrir en dormant2. Le lendemain le tout Paris littéraire et artistique se rendit à la petite maison blanche de la rue Longchamp à Neuilly pour rendre un dernier hommage au poète lequel, selon Edmond de Goncourt, avait sur son lit de mort la sérénité farouche d’un barbare ensommeillé dans le néant3. On relève sur le registre des visiteurs les noms de plusieurs de nos poètes et celui de leur éditeur4.

  • 5 Banville, “Théophile Gautier”, daté 23-24 octobre 1872, puis “Les muses au Tombeau”, daté Jeudi, 7 (...)
  • 6 Lettres d’Albert Glatigny à Thédore de Banville, Mercure de France, 15 IV 1923, p. 393, et Emile Bl (...)

4La nouvelle fut vite répandue par les journaux du soir et Banville le jour même du décès commença un long poème en l’honneur de son vieil ami5, mais l’idée de rendre hommage à la mémoire de Gautier sous forme de volume revient sans conteste à Albert Glatigny ; comme preuve, nous avons une lettre de lui adressée à Banville et l’affirmation faite par un critique dans un compte rendu6. Cette suggestion fut adoptée avec enthousiasme par Alphonse Lemerre. Or il ne faut point se souvenir de Lemerre comme simplement l’éditeur des Parnassiens du dix-neuvième siècle. Il avait un dessein : il voulait attacher son nom à une édition, si possible définitive, des poètes de la Pléiade. Que l’on ne s’étonne donc pas de la lettre inédite envoyée par lui le 31 octobre à une kyrielle de poètes :

  • 7 Alphonse Lemerre à Châtillon, Papiers d’Auguste de Châtillon, Cabinet des Manuscrits, Bibliothèque (...)

Monsieur/Je vais publier à l’imitation de certains recueils du xvième siècle sur Ronsard, Marguerite de Navarre &, un volume intitulé : Le Tombeau de Théophile Gautier. Je vous serais obligé de me donner pour le 8 du mois de Novembre, quelques vers pour le recueil, un sonnet au moins, 50 vers au plus7.

5Voilà un plan de campagne assez flexible quant à la longueur des hommages mais exigeant quant à la date de soumission. L’entreprenant Mendès avait cependant sa petite idée afin de donner une certaine unité au volume et d’assurer qu’aucun des dons multiples de Gautier ne soit négligé ; pour ce faire il comptait surtout sur des amis. Il expose son idée dans une lettre adressée à François Coppée :

  • 8 G. Monval, Deux camarades du Parnasse, Catulle Mendès et François Coppée, Revue de Paris, mars, 190 (...)

Pour le livre que fait Lemerre, nous avons composé, Leconte de Liste et moi, un poème collectif (autres poètes : Hérédia, Dierx, France, Silvestre), auquel vous seriez bien aimable de collaborer.
Sujet :
Après un prologue (déjà fait, par moi), où il est dit qu’un certain nombre de poètes sont réunis autour d’un repas funèbre en l’honneur de Théophile Gautier, tous, l’un après l’autre, se lèvent et célèbrent chacun l’un des côtés du talent de leur maître mort. – Ils s’adressent à une image de Gautier. Donc la forme “tu” est recommandée, au moins dans la première strophe. (...) La pièce doit avoir environ soixante vers en strophes ; – commencés par une rime féminine, terminés par une rime masculine (afin de se raccorder avec l’ensemble).8.

6Ensuite Mendès imposa la tendresse comme sujet de l’éloge de Coppée. Dans le cas de Mallarmé, il ressort d’une de ses lettres qu’il avait droit de choisir son propre sujet. Sur le point de quitter Paris pour les vacances de la Toussaint, il avait rencontré Anatole France et celui-ci lui avait exposé la mise au net du projet de Mendès qui voulait y apporter les dernières retouches lors d’une réunion chez Lemerre, le samedi 2 novembre. Arrivé à Fontainebleau, Mallarmé écrivit le résultat de ses réflexions :

  • 9 Mallarmé, Correspondance, éd. H. Mondoret L.J. Austin, Gallimard, t. XI, pp. 24-25.

J’abandonne mon premier projet, (automne, de Neuilly), parce que Coppée est élégiaque et que, du resté, il est difficile de parler de ces choses dans un repas funèbre éclairé par des brûle-parfums ou même par la splendeur d’une apothéose. Commençant par : O toi qui... et finissant par un vers masculin, je veux chanter, en rimes plates probablement, une des qualités glorieuses de Gautier :
le don mystérieux de voir avec les yeux.
(Otez : mystérieux.) Je chanterai le voyant qui, placé dans ce monde, l’a regardé, ce que l’on ne fait pas. je crois que me voici, tout à fait, rattaché au peint de vue général.9

  • 10 Mendès à Coppée, voir n.°8.

7Voilà donc le germe du plus célèbre poème du Tombeau de Théophile Gautier qui compte 56 vers. Coppée s’est restreint à 48 vers10.

8Lorsqu’on examine les contributions des poètes nommés, on voit bien que Coppée s’est conformé aux recommandations de Mendès :

  • 11 (Ibid),

L’éloge qu’on vous demanderait serait celui de la tendresse, si souvent niée à Gautier. Vous auriez à louer son art infini, sa technique admirable, mais à louer surtout l’attendrissement, très réel, très profond, qu’il a montré dans ses vers, dans ses romans, partout :- en un mot, le venger de ceux qui lui ont trop jeté la forme à la tête11.

  • 12 Mallarmé, Correspondance, t.IV, p. 585.
  • 13 Leconte de Lisle, A un Poète mort, n° XXVIII des Poèmes tragiques, éd. E. Pich, Les Belles Lettres, (...)

9De même il est évident que Dierx devait traiter de Gautier grec, France des apparitions et Silvestre du poète “Sublime redresseur des choses mal venues” donnant l’exemple aux peintres et sculpteurs. Ces poètes là, avec Mallarmé, respectent la convention de s’adresser à Gautier au vocatif et de terminer sur une rime masculine. D’autre part Leconte de Lisle fit imprimer un sonnet simplement intitulé “A Théophile Gautier”, dont Emmanuel des Essarts disait, “il est beau, mais peut s’appliquer à tout autre Poète”12, critique dont Leconte de Lisle semblait conscient lorsqu’il reprit le poème sous le titre plus général de “A un poète mort”13. Heredia, dans son offrande intitulée “Monument” refait “l’Art” de Gautier à l’envers :

Tout périra : le marbre aussi bien que l’argile.
Le poète a sculpté lui-même sa statue.

  • 14 Emmanuel des Essarts à Mallarmé, Correspondance, IV, p. 585.

10Quant à Mendès. Son prologue s’est métamorphosé en “Epitaphe” qui, selon Emmanuel des Essarts, n’a “aucun rapport avec le Génie de Gautier qui n’a rien de grec, quoi qu’on dise. C’est un génie composé de gaulois, de latin et d’oriental”14.

11En relisant quelques-unes de ces contributions demandées par Mendès, on comprend pourquoi le poème collectif sur le thème d’un repas funèbre dominé par un portrait du défunt n’ait pu voir le jour. Malgré le thème donné à chacun, il fut impossible de s’y cantonner aussi strictement. On contaste que le côté voyant cher à Mallarmé perce chez d’autres. Commençons par France :

Heureux qui, comme Adam, entre les fleuves,
Sut nommer par leur nom les choses qu’il sut voir...

12Ensuite Sylvestre :

Car le spectre divin des Immortelles nues,
Longtemps avant l’azur où tu fuis loin de nous,
Habitait dans tes yeux inflexibles et doux.

13Et même chez Mendès :

Car celui qui dort là dans un blême lambeau
Sut regarder sans pleurs les hommes et les choses.

  • 15 Lettre du 14 janvier 1873 de Charles Cros à Lemerre, Œuvres complètes, éd. L. Forestier & P.-O. Wal (...)

14De toute manière, et nous savons encore une fois grâce à la longue lettre de Mendès à Coppée, que ceux auxquels il s’était adressé n’étaient nullement empêchés de donner un autre morceau au livre de Lemerre. Seul Banville profita de cette proposition. Voilà donc la fin du projet de poème collectif qui nous a valu quand même le Toast funèbre de Mallarmé. Tout à l’heure, j’ai attiré votre attention, en citant l’invitation, faite par Lemerre le 31 octobre, sur la date à laquelle il attendait les soumissions, c’est-à-dire, le 8 novembre. Huit jours c’est peu, même pour un poème de moins de 50 vers, – comme dirait Charles Cros, “on ne peut pas faire des sonnets à l’heure”15. D’aucuns avaient plus d’aisance ou davantage d’inspiration, mais cette date limite indique clairement une chose : Lemerre avait l’intention de sortir un hommage dans un délai record afin de profiter de l’actualité, puis l’époque des livres d’étrennes approchait... Or il aurait pu se faire que l’éditeur gagnât une telle gageure. Laissons de côté la contribution, datée du 24 octobre 1872, d’Emile Bergerat, gendre de Gautier. La date et le titre de ses vers disent tout : L’Ensevelissement. L’idée d’un Tombeau proférée par Glatigny n’avait pu être propagée aussi tôt. Hugo, prié par Mendès, compose son thrène le jour le plus approprié de l’année, le jour des Morts :

Ami, poète, esprit, tu fuis notre nuit noire.
Tu sors de nos rumeurs pour entrer dans la gloire...

  • 16 V. Hugo à Paul Meurice, Jeudi [7 novembre 18721, Correspondance, t.III (1867-1873), Albin Michel, 1 (...)
  • 17 Hugo à Mendès, 23 octobre 5 heures du soir, Ibid), p. 330.

15et l’expédie de Guernesey le 7 novembre16. Son sujet, il l’avait déjà trouvé le jour même du décès de son ami de jeunesse. De sa réponse au télégramme de Mendès voici les deux phrases clef : Des hommes de 1830, il ne reste que moi. C’est maintenant mon tour17. Le 5 novembre, Glatigny, qui passait l’hiver à Bayonne, parle d’envoyer ses vers directement à Lemerre. Son correspondant et maître, Banville, date Les Muses au tombeau du 7. Sully-Prudhomme ne chôme pas. Le 3 novembre il écrit à une amie :

  • 18 Sully-Prudhomme, Lettres à une amie (1865-1881), Le livre contemporain, 1911, t.II.

J’ai sur le métier un sonnet sur Théo (qui...) est d’ailleurs presque fait. Voici mon idée, le sonnet est d’ailleurs presque fait. Je dis au poète : Ton corps est-il en proie aux outrages du tombeau ? Toi qui as réhabilité la chair, es-tu détruit dans ta chair ?... Ton âme est-elle allée rejoindre les ombres d’un incolore Elysée où tes yeux d’artiste n’ont plus rien de plastique à admirer ?
Les dieux te devaient bien de l’épargner cette triste fin, ils devaient rendre ton être à la Nature entière, épars dans toutes les beautés de la matière, etc... ?
Vous voyez cela d’ici18.

16Si Hugo, Banville, Glatigny et Sully-Prudhomme pouvaient composer leurs hommages très rapidement, pourquoi pas d’autres ? L’occasion de se faire publier dans la compagnie de tels confrères n’était point à dédaigner.

  • 24 Copie du texte de John Payne, Mallarmé, Correspondance, t.XI, p. 24 n°3. Le manuscrit est conservé (...)
  • 25 Consulter L.J. Austin, “Mallarmé et Gautier : new light on Toast funèbre”, Balzac and the Nineteent (...)
  • 26 Pour les épreuvre corrigées, voir C. Barbier, et Mallarmé, Correspondance, V, p. 218 et II, p. 39. (...)
  • 27 A Alphone Lemerre, Nice, le 7 avril 1873, Cros, Œuvres complètes, 1970, p. 631.
  • 28 Mallarmé, Correspondance, FVn 386, 388 ; Adolphe Racot, Les Parnassiens, in Louis-Xavier de Ricard, (...)
  • 29 Sur ce recueil, voir M. Pakenham, Sonnets et Eaux - fortes, Patterns of Evolution in Nineteenth Cen (...)

17Examinons maintenant le problème de la composition du Toast funèbre dont il n’existe aucun brouillon. A la page 337 de sa biographie, Mondor explique que John Payne avait envoyé le 18 décembre 1872, deux poèmes à Mallarmé dont celui en français fut recopié par Mallarmé pour être remis à Lemerre24. Dans cette même lettre qui a hélas disparu depuis, une référence est faite à l’admiration de Mallarmé pour Payne capable de travailler si vite. On ne peut qu’en conclure que Mallarmé lui-même en sculptant plus lentement peinait ou que son offrande n’avait guère avancé, néanmoins nous savons que Mallarmé travaillait à son hommage dont le titre primitif était Toast25. Ce Toast devant faire partie, au départ, d’un poème collectif, Mallarmé se devait de faire un effort. J’avancerai donc que Mallarmé a dû soumettre son manuscrit à Lemerre sans doute avant la fin janvier 1873 ayant bénéficié des vacances de Noël pour travailler. Par la suite il a pu retoucher chez l’éditeur l’holographe qui est surchargé de corrections avant de retravailler son texte sur épreuves selon son habitude26. On apprend par Cros que le projet de Lemerre a peut-être subi d’autres retards ; quoi qu’il en soit, nous déduisons que Lemerre revoyait l’ensemble des épreuves corrigées au mois de mars. Faisant objection à deux vers du sonnet de Cros, il demanda au poète un autre à sa place. Cros, en train de corriger les épreuves de son Coffret de santal était en mesure de suggérer seulement quelques variantes27. (Je vous dirai entre parenthèses que le sonnet de Cros est unique dans Le Tombeau de Gautier dans le sens que cette contribution y parut avec des modifications alors que le texte primitif, avait été repris dans le Coffret, en avril et publié par conséquent six mois avant Le Tombeau. Donc Mallarmé a eu deux ou trois mois jusqu’à mars pour perfectionner son texte. Dire que la composition n’a pas commencé avant le cours de l’été de 1873 huit mois après la mort de Gautier n’est guère soutenable. Sa correspondance d’ailleurs nous révèle son programme en Bretagne : il y travaillait quatre heures par jour à des poèmes en prose ou à un livre de contes28. Mais une fois avril passé, six mois après le décès s’étant écoulés, il est à supposer que Lemerre prit la sage décision de sortir son anthologie pour l’anniversaire du 23 octobre. Le fait que le volume n’a point d’achevé d’imprimer ne nous aide pas, mais la date du dépôt légal fait le 13 septembre, rend impossible la correction au lycée Condorcet de la deuxième épreuve en octobre comme le suggère Austin dans la Correspondance29.

18Lorsqu’on feuillette ce volume publié par ordre alphabétique des auteurs, à l’exception de Victor Hugo qui est en tête comme il se doit, on se demande s’il n’y a pas moyen de regrouper les collaborateurs, on s’interroge sur la présence de certains illustres inconnus et l’absence de quelques noms qui surprennent quelque peu.

  • 30 Emmanuel des Essarts, Mallarmé, Correspondance, IV, p. 585.

19Evidemment on s’attendrait à ce que la masse soit composée des habitués de la boutique de Lemerre au passage Choiseul. Beaucoup d’entre eux avaient déjà collaboré à une autre anthologie de choix en 1868, Sonnets et Eaux-fortes30. En consultant les tables des matières des deux premiers Parnasse contemporain (1866,1869-71), on peut expliquer la présence d’un Léon Grandet ou d’un Louis Salles. Un Pierre Elzéar, faisant partie de la rédaction de La Renaissance littéraire et artistique qui entoure Emile Blémont dans le célèbre tableau de Fantin-Latour, Un Coin de table, y entre d’office. Rappelons les noms des autres membres de cette équipe : Jean Aicard, Ernest d’Hervilly, Léon Valade, auquels il faut ajouter Albert Mérat “Vérat et Malade”. Emmanuel Glaser, dont Mendès avait traduit un recueil de poésies allemandes édité par Lemerre, devait son invitation à participer à cette amitié ; de même le Hollandais Ludwig Benedictus qui, après la séparation des époux Mendès, deviendra le chevalier servant de Judith Gautier. Son long hommage en allemand est quelque peu excessif : dans l’au-delà plusieurs hommes de génie sont jumelés, Homère ayant engendré Beethoven ; Raphaël, Mozart ; Dante, de Vinci, mais Cellini y est seul, son fils spirituel lui manque. Dieu le raisonne longuement ; en fin de compte le Seigneur décide de rappeler à Lui, pour rendre Benvenuto heureux, l’esprit de Gautier, orfèvre en vers.

20Les amis de Gautier constituent un groupe à part et sont pour la plupart d’une autre génération : Hugo, Banville, Châtillon, Louise Colet, Camille Doucet, Alfred des Essarts, Arsène Houssaye, Janin, Lacaussade, Leconte de Lisle et Ernest Legouvé. Il y a quelques hommes de théâtre, ce qui est tout à fait normal vu les centaines de feuilletons dramatiques que Gautier produisit.

21Géographiquement les félibres sont évidemment un groupe à part mais leurs hommages sont tout aussi sincères : Aubanel, Elie Fourès, Félis Gras, et Mistral répondirent à l’appel. Le Midi y est représenté en outre par Paul Arène et Armand Sylvestre, l’Auvergne par Gabriel Marc.

  • 31 Mme Blanchecotte, G. Boutelleau, Glatigny ; Bergerat, un des gendres du poète, date, comme il se do (...)

22Examinons maintenant les absents. Pas question d’inviter Verlaine ; bien avant la venue du “passant considérable”, ses sympathies communardes l’avaient rendu très impopulaire au passage Choiseul. Est-ce que Claudius Popelin, auquel Gautier avait consacré trois sonnets nominatifs, a subi le même sort à cause de ses attaches à la princesse Mathilde ? Si quelqu’un pouvait écrire un sonnet en huit jours comme le demandait Lemerre, c’était à coup sûr Joséphin Soulary le sonnetiste lyonnais, pourtant son nom manque à l’appel, de même que ceux de Lemoyne, Grandmougin, Laprade et Laurent-Pichat qui ont contribué aux Sonnets et Eaux-fortes. Si l’on fait un essai de classification par thèmes, on note tout de suite un noyau de textes inspiré par l’événement même, à commencer par L’Ensevelissement de Bergerat. Quoique loin de Paris, Glatigny évoqua aussi les funérailles et cette journée du 25 octobre 1872 inspira plus d’un31. Quelques-uns traitent de la biographie ; Vacquerie et Amédée Pigeon évoquent Gautier revenant exprès de Suisse pour rejoindre la capitale lors de la guerre Franco-Prussienne. L’anecdote est connue : “On bat maman, j’y cours !”. Quand il était écolier, tel est le titre du sonnet d’Alexandre Cosnard. Je me risque à citer deux vers :

O père de Gautier, mon vieux chef à l’Octroi,
Je te l’avais prédit que ton fils serait roi !

23Plus roturier, Artois s’intéresse à Gautier critique dramatique, tandis que d’Hervilly fait figurer les chats de Gautier dans Au Maître de Childebrand. Léon Grandet fait revivre tout simplement ses rencontres avec le Maître.

  • 32 De même que Teodor Aubanel. Paul Demeny préface sa “Palette magique” d’une épigraphe tirée de Alber (...)

24Comme on pouvait s’y attendre les allusions à l’œuvre de Gautier sont très nombreuses. A commencer par Jean Aicard. On contaste que son poème La Nature chez elle reprend le titre d’un volume de Gautier, de même l’Avatar d’Armand Renaud évoque un conte. La Comédie de la Mort est le titre repris par Prosper Delamare32 et L’Art pour Paul Delair.

  • 33 B. Wienberg, The Limits of Symbolism, University of Chicago Press, 1966, pp. 217-223. Pour L.J. Aus (...)

25Frédéric Dillaye évoque Giselle. Dans des textes aussi on trouve maintes allusions. Pour donner un exemple, Charles Cros dans son premier tercet parle des “treize volets (de) ta Moribonde” qui est une référence à Coquetterie posthume des Emaux et camées. Des échos plutôt que des allusions, abondent dans Toast funèbre comme Weinberg et Austin ont si bien montré33. Nous avons déjà constaté que plusieurs confrères de Mallarmé n’ont pu s’empêcher de parler du regard pénétrant, du voyant chez Gautier. Naturellement on trouve éparpillées à travers le recueil un assez grand nombre de références aux grands artistes appréciés par le critique et de fréquentes allusions au poète orfèvre. Paul Demeny intitule son sonnet Palette magique et Félix Frank donne au sien le titre, Le Magicien, ce qui est tout à fait approprié pour ce “parfait magicien es lettres françaises”.

26Pour Baudelaire, Gautier était un poète impeccable. Peut-on en dire autant des amis et admirateurs qui érigèrent/rédigèrent son Tombeau poétique ?

27Un critique anonyme du Constitutionnel consacra un long paragraphe au service anniversaire de Gautier, puis parle de la publication du recueil pour conclure que si dans cette enveloppe il y a des fleurs splendides, il s’y trouve beaucoup de chardons.

  • 34 Blémont, art. cit.
  • 35 Léon Valade à Emile Blémont (inédit), Papiers Valade, Bibliothèque municipale de Bordeaux.
  • 36 Lettre à G. Powell du 21 janvier 1874, Swinburne Letters, t. II.

28Blémont a peu à dire dans Le Rappel, mais il faut savoir que le journal avait imprimé bien en évidence le thrène de Hugo. Blémont, en fait se réserve pour La Renaissance où il essaie de passer tout le monde en revue. Il est cependant trop amène, mais loue à juste titre le portrait-frontispice dû à Bracquemond ; “tous, remarque-t-il, ont apporté le meilleur de leur talent & de leur cœur”34. En remerciant Blémont de son aimable citation, Léon Valade lui confie son opinion de la presse, “Bien insignifiants jusqu’ici, les articles des autres journaux”35. Ceci fut écrit le 27 octobre 1873. A en juger par l’article d’Arsène Houssaye publié dans le Gaulois, le 24, Valade avait raison. Ce vieil ami de Gautier évoque longuement et l’homme et l’écrivain, mais du Tombeau il cite seulement Hugo et le dernier vers du sonnet de Joseph Autrun ! En Angleterre Swinburne était du même avis que Valade. Très satisfait de sa contribution polymathe (deux en anglais, deux en français, une en latin et cinq en grec), Swinburne fut vexé d’avoir remarqué seulement deux brefs comptes rendus36. Il en voulait aussi à Lemerre d’avoir négligé de lui adresser quelques exemplaires après un pareil effort. Lorsque finalement en février 1874 il a pu obtenir un exemplaire, il le prêta après avoir coché les meilleurs morceaux pour son correspondant. Il fit pourtant une exception :

  • 37 Ibid., lettre à Stedman du 23 février 1874.

En marge d’un des poèmes, je n’ai pu résister à écrire/consigner une observation admirative. C’est le plus désespérant et le plus inintelligible morceau de jargon que j’aie jamais lu dans n’importe laquelle langue ; et c’est écrit à propos du plus intelligible poète qui soit !37

  • 38 Ibid, lettre du 5 mars à W. M. Rosetti.

29Il prêta son Tombeau également à William Michael Rossetti qui ne réagissait pas. “Tu ne dis rien du Tombeau, se plaignit-il, et je veux savoir ce que tu penses de ce coop où je suis le partenaire de Hugo”38.

30Lorsqu’on se souvient que Hugo refusa de participer à chaque tome du Parnasse contemporain et qu’il ne figure dans Sonnets et Eaux-fortes que comme dessinateur, la fierté de chaque participant au travail collectif publié chez l’homme qui bêche est naturelle, mais de tous les poètes, les étrangers ont dû être les plus sensibles à cet honneur. Cette bande heureuse est composée de Swinburne, Payne, Bonaparte-Wyse (l’Irlandais félibre), Ludwig Benedictus, Emmanuel Glaser, et Luigi Gualdo.

  • 39 Mallarmé, Correspondance, II, 41 et une lettre collective adressée à George Sand, IV, 398. G. Sand, (...)
  • 40 Mallarmé, Correspondance, II, p. 41.

31Après avoir vu l’origine du Tombeau, le projet d’un poème collectif organisé par Mendès, les problèmes de publication éprouvés par Lemerre, le mélange hétéroclite des collaborateurs, et la variété du contenu, il serait bon que nous terminions sur une note internationale. Or en L’automne de 1873, le groupement de La Renaissance auquel s’adjoignait Mendès, décida de fonder une Société internationale de poètes. Hugo, Leconte de Lisle, Banville, Barbier, Victor de Laprade, et Joséphin Soulary furent priés de patronner la Section française dont le comité de direction se mit en rapport avec des confrères en Angleterre, en Espagne, en Italie et en Autriche, etc…39 Le 1er novembre 1873, Mallarmé envoie les Statuts à Mistral et lui apprend ceci : “il y a un Tombeau de Gautier pour (Bonaparte-Wyse), chez Lemerre. As-tu le tien ? Ce livre qu’on aurait dû faire plus international contient en germe notre projet40. N’est-ce pas intéressant, cette tentative de faire ressortir d’une tombe, d’un “tranquille désastre’’, avec un rayonnement de par le monde, “Une agitation solennelle par l’air/De paroles…" ? Autrement dit : si tous les poètes du monde se donnaient la main…

32Que je vous lise la conclusion de la préface de Lemerre au Tombeau de Gautier.

En des jours lointains, on sera touché sans doute, en feuilletant ce Livre, de voir que tant de Poètes, Français ou Etrangers, séparés d’habitudes, d’esprit et de langage, se sont réunis pour louer une existence paisible et une œuvre exemplaire.

33Et, chers collègues, le seul fait que vous ayez eu la gentillesse de m’inviter à parcourir aujourd’hui cet ouvrage avec vous, me permet de croire que le souhait de Lemerre est exaucé, et que les mânes de Gautier sont satisfaits !.

Notes

1 J. Richardson, J.-M. de Heredia : an unpublished correspondence, The Modern Language Review, Jan. 1970, p. 48.

2 Catulle Mendès à Asselineau (inédit), s.d., Collection Spoelberch de Louvenjoul C. 502 quater, f. 148, Bibliothèque de l’Institut.

3 Journal des Goncourt du 24 octobre 1872.

4 J. Richardson, Théophile Gautier, Max Reinhardt, 1958, p. 277, et le Registre d’inscription déposé chez Théophile Gautier, à sa mort, Dossier C.503 ff/ 87-90, Collection Spoelberch de Louvenjoul, Bibliothèque de l’Institut.

5 Banville, “Théophile Gautier”, daté 23-24 octobre 1872, puis “Les muses au Tombeau”, daté Jeudi, 7 novembre, poème incorporé dans les éditions tardives des Odelettes.

6 Lettres d’Albert Glatigny à Thédore de Banville, Mercure de France, 15 IV 1923, p. 393, et Emile Blémont, Le Tombeau de Gautier, La Renaissance littéraire et artistique, 26 octobre 1873, p. 297.

7 Alphonse Lemerre à Châtillon, Papiers d’Auguste de Châtillon, Cabinet des Manuscrits, Bibliothèque Nationale ; des lettres semblables furent adressés à Jean Aicard (musée Aicard, La garde), et à Léon Valade (papiers Valade, Bibliothèque municipale de Bordeaux).

8 G. Monval, Deux camarades du Parnasse, Catulle Mendès et François Coppée, Revue de Paris, mars, 1909 p. 85.

9 Mallarmé, Correspondance, éd. H. Mondoret L.J. Austin, Gallimard, t. XI, pp. 24-25.

10 Mendès à Coppée, voir n.°8.

11 (Ibid),

12 Mallarmé, Correspondance, t.IV, p. 585.

13 Leconte de Lisle, A un Poète mort, n° XXVIII des Poèmes tragiques, éd. E. Pich, Les Belles Lettres, 1977. Beaucoup de poèmes furent repris, p. ex, par Coppée, Le Cahier rouge, 1874.

14 Emmanuel des Essarts à Mallarmé, Correspondance, IV, p. 585.

15 Lettre du 14 janvier 1873 de Charles Cros à Lemerre, Œuvres complètes, éd. L. Forestier & P.-O. Walzer, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1970, p. 627.

16 V. Hugo à Paul Meurice, Jeudi [7 novembre 18721, Correspondance, t.III (1867-1873), Albin Michel, 1952, p. 332. Le 10, il signale une correction à faire (Hugo, Œuvres complètes, Club français du livre, t. XVI/2, 1970, pp. 496-497. Un fac-simile du manuscrit figure dans Le Manuscrit autographe, janvier-mars 1932, pp. 37-42.

17 Hugo à Mendès, 23 octobre 5 heures du soir, Ibid), p. 330.

18 Sully-Prudhomme, Lettres à une amie (1865-1881), Le livre contemporain, 1911, t.II.

24 Copie du texte de John Payne, Mallarmé, Correspondance, t.XI, p. 24 n°3. Le manuscrit est conservé à l’Université de Texas.

25 Consulter L.J. Austin, “Mallarmé et Gautier : new light on Toast funèbre”, Balzac and the Nineteenth Century, studies […] presented to H. J. Hunt, éd. par D. Charlton, Leicester University Presse, 1972, pp. 335-351, et C. P. Barbier, “La documentation mallarméenne”, Colloque Mallarmé en l’honneur d’Austin Gill, Nizet, 1975, pp. 48-54, et aussi de ce dernier, son édition critique des Poésies de Mallarmé, chez Flammarion, 1983, pp. 242-247.

26 Pour les épreuvre corrigées, voir C. Barbier, et Mallarmé, Correspondance, V, p. 218 et II, p. 39. La date conjuncturale d’octobre 1873 n’est pas possible pour ces deux lettres vu que le dépôt légal fut effectué le 13 septembre.

27 A Alphone Lemerre, Nice, le 7 avril 1873, Cros, Œuvres complètes, 1970, p. 631.

28 Mallarmé, Correspondance, FVn 386, 388 ; Adolphe Racot, Les Parnassiens, in Louis-Xavier de Ricard, Petits mémoires d’un Parnassien, Introductions et commentaires de M. Pakenham, Minard, 1967, pp. 177-178.

29 Sur ce recueil, voir M. Pakenham, Sonnets et Eaux - fortes, Patterns of Evolution in Nineteenth Century French Poetry. Proceedings of the International Colloquium on the Parnasse, University of Cambridge, September 1988, The Tallents Press, 1991 ; 274-288, et l’article de Ségolène Le Men et de D.H. Scott qui y est signalé.

30 Emmanuel des Essarts, Mallarmé, Correspondance, IV, p. 585.

31 Mme Blanchecotte, G. Boutelleau, Glatigny ; Bergerat, un des gendres du poète, date, comme il se doit “L’Ensevelissement” du 24 octobre.

32 De même que Teodor Aubanel. Paul Demeny préface sa “Palette magique” d’une épigraphe tirée de Albertus : “Peinture, la rivale et l’égale de Dieu !”.

33 B. Wienberg, The Limits of Symbolism, University of Chicago Press, 1966, pp. 217-223. Pour L.J. Austin, voir supra, n° 25.

34 Blémont, art. cit.

35 Léon Valade à Emile Blémont (inédit), Papiers Valade, Bibliothèque municipale de Bordeaux.

36 Lettre à G. Powell du 21 janvier 1874, Swinburne Letters, t. II.

37 Ibid., lettre à Stedman du 23 février 1874.

38 Ibid, lettre du 5 mars à W. M. Rosetti.

39 Mallarmé, Correspondance, II, 41 et une lettre collective adressée à George Sand, IV, 398. G. Sand, Correspondance, t. XXIII Avril 1872 mars 1874, Gamier, 1989, p. 638, plus des lettres de Charles Aubert et de Mendès adressées à un poète anglais (coll. Pakenham). Quinet fut également sollicité.

40 Mallarmé, Correspondance, II, p. 41.

Auteur

Université d’Exeter

© Presses universitaires de Rennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable