Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures sous contrat

 | 
Emmanuel Bouju

Avant-propos. Le jeu des contrats : usages du modèle

Emmanuel Bouju

Texte intégral

1Littératures sous contrat est le premier fruit du travail collectif de recherche mené au sein du Groupe Φ (Groupe de recherche en poétique historique et comparée), laboratoire inter-universitaire basé à l’Université de Rennes 2 (CELAM) et placé sous la responsabilité d’Anne Garréta et de moi-même. Ce groupe, composé de chercheurs en littérature générale et comparée, en littérature française ainsi qu’en disciplines liées à la recherche sur la littérature, s’est donné pour objet de faire l’examen critique de certaines notions exploitées dans la théorisation de la littérature, et en particulier celles touchant au vocabulaire de l’éthique et du droit.

2La notion de « contrat » fait ainsi l’objet de ce premier ouvrage, et offre l’occasion à quinze des chercheurs du groupe de confronter, dans un souci de théorisation générale des phénomènes littéraires, des réflexions suscitées par l’usage du concept sur des questions liées à des poétiques diversement situées historiquement. Placée au carrefour des interrogations portant sur les instances d’auteur et de lecteur, sur la différenciation des genres, sur l’appropriation et la réception des textes, la notion de contrat est à la fois exploitée et contestée, définie au plus près pour ouvrir le champ le plus large à une appréhension rigoureuse et inquiète de l’échange littéraire.

3L’ouvrage définit et critique la notion en trois temps.

Le contrat de lecture à l’épreuve : cas exemplaires

4Cette première partie repose sur l’examen de la pertinence de la notion (la plus courante) de contrat de lecture pour l’appréhension de quelques textes ou auteurs exemplaires : dans quelle mesure le recours au modèle juridico-éthique du contrat aide-t-il à mieux comprendre et définir l’échange entre auteur et lecteur instauré par la configuration textuelle et éprouvé à la lecture ?

5Cinq articles abordent les questions de l’indécision ou du déplacement du statut générique du texte, des stratégies de récusation des conventions et des pactes implicites de lecture, de la représentation spéculaire et de la redéfinition du processus et des modes de lecture et d’interprétation : autant de défis lancés à la compréhension des phénomènes, et relevés à partir du modèle contractuel.

6L’article de Françoise Le Borgne est une discussion raisonnée du modèle du pacte autobiographique, qui réintroduit l’hypothèse du contrat comme lieu de mobilité interprétative et de circulation transgénérique : loin de constituer un cadre a priori, les clauses contractuelles des textes rétiviens (ou ce qu’elle propose d’identifier comme tel) permettent au contraire d’éprouver et de penser la communication instaurée dès cette époque entre les modèles de la fiction et de l’autobiographie.

7La fertilité d’usage de la notion apparaît également avec évidence dans l’article de Michèle Touret : dans un souci de redéfinition de l’instance auctoriale, plusieurs de ses gestes fondamentaux (pseudonymie, ordonnancement et déplacement générique des textes par recueil ou dispersion) sont considérés, à travers l’exemple de Cendrars, comme clauses provisoires, explicites ou tacites, d’une relation contractuelle qui « met en jeu des rôles, parmi les possibles » et intègre le lecteur dans sa dynamique.

8Jacques Dugast, quant à lui, interroge la poétique musilienne sous l’angle de la récusation systématique de tout contrat : où il apparaît que la régulation de la lecture, hors des conventions d’usage, s’offre non pas comme pacte liminaire mais comme objet même de représentation romanesque ; et dès lors l’accord ne se signe avec le lecteur que dans l’expérience – forcément inachevée – de cet univers « sans qualités ».

9En proposant une réflexion sur les modulations du contrat de lecture des Somnambules, Vincent Ferré montre que selon le mode de son énonciation et selon les destinataires visés, ce contrat s’explicite à la fois diversement et uniment, en conjurant le risque de l’illisibilité. Il éclaire ainsi, par un aller et retour entre la correspondance et l’œuvre, la part intime et publique de la négociation contractuelle entre l’auteur, tenant du « nouveau » et son lectorat, réel et virtuel.

10Enfin, jouant avec une habileté et une ironie nabokoviennes sur le double sens du mot « contrat », Isabelle Poulin dissèque l’emprise du commentateur, du « lectueur » sur le destin de l’œuvre écrite, à partir de deux de ses figurations fictives exemplaires : Les Fruits d’or et Feu pâle. Au revers de la lecture et de sa civilité de principe se tient la violence de l’engagement littéraire : le contrat est signé dans l’exposition de chacune des instances au péril de l’échange et peut-être de la destruction réciproque.

11Ce premier temps montre l’évidence de l’efficacité pratique et théorique de la notion, mais aussi la nécessité de laisser un certain « jeu » dans son emploi (comme l’on dit d’une pièce qu’elle a du jeu) : selon son degré de métaphorisation, selon les liens qu’elle établit avec des notions proches, selon ses positions multiples dans l’échange, selon le niveau d’actualisation qu’elle atteint ou n’atteint pas (en restant parfois à l’état de traces, ou d’absence…)

Identification, usage et circulation des textes : règles contractuelles

12Il semble dès ce moment que le « contrat » littéraire n’est pas réductible au seul contrat de lecture – ou du moins qu’il est tel seulement à l’une de ses phases de composition. Aussi, au-delà de la lecture de textes isolés, une seconde partie met-elle l’accent sur les fonctions moins classiques du modèle contractuel : là où il vient régler des échanges plus larges et complexes relevant de l’intertextualité et de la réception - appropriation et réfection des modèles, partage des formes et périodisation, transmodalisation.

13C’est ce dont témoigne d’abord l’article de Marc Escola, en pratiquant une « archéologie du lisible » dans la mise à l’épreuve du contrat de lecture chez La Bruyère : cette paradoxale « lecture à clés » ouvre l’interprétation et affine l’hypothèse de cohérence textuelle en nouant convocation du contexte et insertion, entre les fragments discontinus, d’un contrepoint intertextuel.

14En introduisant ensuite la notion de contrat au cœur des échanges liés aux phénomènes de réception et de traduction (ici de la nouvelle espagnole au xviie siècle), Guiomar Hautcœur en éprouve cette fois la pertinence sur un plan beaucoup plus large : elle permet en particulier d’articuler avec finesse, et malgré leur antagonisme, la représentation de l’œuvre littéraire comme processus d’interaction verbale et la dimension juridique de son insertion dans la société et l’histoire.

15Puis, dans une perspective également intertextuelle, trois articles interrogent la contrainte contractuelle sous sa forme radicale de « programme » de création :

  • pour Dominique Peyrache-Leborgne, le dernier romantisme allemand inscrit jusque dans l’ordre de la fiction allégorique un ensemble de prescriptions dont la rigueur et la fertilité touchent par là même à la dimension rêvée du mythe ;
  • Isabelle Durand - Le Guern nous invite quant à elle à reconsidérer en termes de programme littéraire de création le contrat d’écriture a priori véridictionnel du récit historiographique propre au romantisme français ;
  • enfin, Emmanuel Boisset reconnaît dans la poésie française des années vingt le moment où la possibilité d’une contractualité lyrique se réfléchit dans la poéticité même des textes.

16Quant à l’opération de transmodalisation, observée par Jean Cléder sur la question de l’adaptation cinématographique du récit littéraire, elle montre comment la contestation du contrat de fidélité, qui devrait semble-t-il lier l’œuvre seconde au texte source, permet de penser une alliance plus profonde : là encore, le défi que représente pour l’analyse critique l’usage d’une terminologie juridique et éthique la conduit à contester les fausses évidences pour mieux refonder, et son objet, et sa méthode.

17Cette seconde série d’articles témoigne d’une pertinence accrue du modèle juridique, mais en même temps de la nécessité de marquer fortement à chaque fois ses limites d’usage et ses modalités d’adaptation au cas étudié : le contrat littéraire se donne à lui-même ses propre règles et en évalue de facto la rigueur et l’opérativité ; les clauses sont rédigées dans l’échange intertextuel et encloses dans l’espace où circulent les textes.

Fiction/référence : redéfinitions du contrat

18L’hypothèse du modèle contractuel ne se vérifie donc pas autrement que par son efficacité à rendre compte des ambiguïtés constitutives de la littérature : c’est le paradoxe d’un modèle a priori très contraignant et rigoureux, mais en définitive capable d’épouser la ductilité des phénomènes qu’il décrit.

19La troisième partie approfondit ce paradoxe à travers l’une des questions les plus débattues dans la recherche actuelle : le partage entre fiction et référence. Cette question a déjà été abordée plus ou moins directement par plusieurs articles, mais elle est reprise ici plus frontalement à travers quelques tentatives de réévaluation de cette distinction. Les quatre articles proposés participent ainsi d’un travail d’affinement de la représentation théorique de l’écriture littéraire – travail dans lequel le modèle contractuel intervient au premier chef.

20Dans un article en forme d’essai, Philippe Forest tout d’abord opère un déplacement du pacte autobiographique de Philippe Lejeune vers un pacte testimonial, ou plus précisément un contrat par procuration inspiré de « la structure intime duelle du témoignage » qu’identifie Giorgio Agamben à la suite de Primo Levi. Un tel déplacement définit une contractualité interne à l’acte même de l’écriture, par laquelle peut se penser autrement l’alliance entre littérature et réel, entre fiction et référence.

21Si la pensée (comme la pratique d’écrivain, lisible en filigrane) de Philippe Forest s’inscrit ainsi naturellement en faux à l’égard du partage entre statut fictionnel et statut référentiel du texte, il est significatif de retrouver sous la plume de Christine Montalbetti, à partir de prémisses théoriques toutes différentes, une contestation analogue, et tout aussi polémique, de la pseudo-évidence de ce partage. C’est ce à quoi elle s’attache au travers d’une sorte d’« exercice spirituel » en forme de compte rendu d’expérience, d’enquête à suspens et de dialogue, à distance mais serré, avec Dorrit Cohn et son dernier ouvrage, The Distinction of Fiction.

22Difficulté du partage donc, sinon même contestation de sa pertinence et proposition de voies nouvelles d’appréhension dans lesquelles le modèle contractuel trouve toute sa dimension : en s’intéressant à quelques cas exemplaires où le statut – fictionnel ou référentiel – du texte demeure indécidable, Sophie Rabau ouvre la voie à la possibilité d’un « troisième pacte » stipulant pour le lecteur du texte l’indifférence à la question même de son statut.

23En définitive, il faut sans doute déplacer l’idée d’un pacte liminaire vers celle d’un contrat d’ensemble, précisément, dont la signature ne s’inscrit vraiment – mais comme texte justement – qu’au terme de l’échange littéraire : c’est peut-être la seule façon de penser une contractualité dont le fonctionnement repose, du côté de l’auteur sur une visée intentionnelle qui tient lieu, dans la solitude et le doute de l’écriture, de morale provisionnelle, et du côté du lecteur sur une expérience d’acclimatation de sa liberté aux règles de cette morale. Si le contrat consiste à la fois dans la promesse d’un engagement mutuel et dans la forme écrite de cet engagement, c’est le processus entier de l’écriture et de la lecture qui édicté pour l’œuvre littéraire le contrat qui la fait exister comme telle.

24Tel est l’objet de mon propre article, qui achève l’ouvrage sur la mise en fiction du modèle, et sur la façon dont la littérature elle-même rend compte, dans cette réflexivité ludique, de sa force opératoire.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540