Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Martin Amis

 | 
Anne-Laure Fortin-Tournès

Conclusion. Martin Amis : l’éthique de l’écriture

Texte intégral

1Le roman d’Amis nous montre qu’il existe non pas une esthétique postmoderne, mais des constructions postmodernes, et qu’il peut donc y avoir place pour du jeu poétique au sein du postmodernisme. En même temps que l’écriture d’Amis désigne sa cible critique comme hantée par l’apocalyptisme nucléaire, l’entropie du monde, la crise du lien symbolique et le relativisme de toutes les cultures et de toutes les valeurs, elle s’intègre dans le postmodernisme et se positionne par rapport à lui, c’est-à-dire qu’elle se définit dans sa spécificité. Ce mode d énonciation particulier au roman d’Amis est ce que j’appellerai son style, lié à son positionnement par rapport au langage dans sa relation avec le monde.

2Dès le premier chapitre de London Fields, le commentaire que fait le narrateur à son arrivée dans la maison de Marc Asprey, son collègue et alter ego écrivain, range le décor romanesque dans la catégorie de l’excès : « Pas une chose dans cet endroit qui se contente d’être seulement pratique ou commode » (LF, 2). Si cette remarque du narrateur vaut pour le décor surchargé de l’appartement, elle donne également le ton de tout le roman d’Amis puisque « cet endroit » désigne du même geste le texte comme espace d’écriture. Dès lors, ce commentaire prend une valeur programmatique et invite le lecteur à porter son attention sur les excès ornementaux du texte, ses fioritures, ses arabesques, sa rhétorique excessive. Cet excès relève de la poétique carnavalesque. À l’image de la décoration intérieure du logement d’Asprey, elle célèbre la dynamique langagière joyeuse en son rythme spécifique : « La brosse des toilettes est un sceptre à moustaches. Les robinets dans la cuisine grouillent de gargouilles » (LF, 2). Le sens dans London Fields est bien à chercher du côté de l’excès, et donc de l’hyperbole, qui en est la figure privilégiée :

  • 1 Pierre Fontanier, op. cit., p. 123.

L’hyperbole augmente ou diminue les choses avec excès, et les présente bien au-dessus ou bien au-dessous de ce qu’elles sont, dans la vue, non de tromper, mais d’amener à la vérité même, et de fixer, par ce qu’elle a d’incroyable, ce qu’il faut réellement croire1.

  • 2 Charles Baudelaire, « De l’essence du rire et généralement du comique dans les arts plastiques », d (...)

3Ce grotesque a pour fonction d’indexer l’excès propre au carnaval comme le modus vivendi du roman, qui, à l’image de Marmaduke, fonctionne sur le mode de l’hvperbole. La répétition des préfixes « hyper » et « super » : « les supergrippes de Marmaduke se relayaient de manière efficace » (LF, 31) prennent rang dans l’économie grotesque du texte car « le grotesque, c’est le vertige de l’hyperbole2 ». C’est bien du côté de l’excès carnavalesque qu’il faut chercher le sens du texte, excès du langage qui sort de lui-même lorsque la plume d’Amis le travaille pour le faire jouer avec ses propres règles. C’est dans ces sorties linguistiques que les valeurs du roman se donnent à lire, lorsque, par exemple, les syllabes a priori dénuées de sens que peuvent prononcer les bébés s’intègrent dans une logique syntaxique : « – Garde, garde, aurait dit Marmaduke (auparavant c’était arde, arde), s’il avait été là pour le mettre en garde. Mais Guy franchit les portes » (LF, 95). Les gazouillements de Marmaduke sont ici présentés comme une mise en garde de son père contre les feux de son amour pour l’héroïne. De façon similaire, les vagissements de Kim Talent, la petite fille de Keith, s’apparentent à des commentaires sur la soit-disant crise internationale. Le stade pré-langagier du nourrisson, se transforme alors, aux oreilles de Kath et de Keith Talent, en un ensemble de remarques dignes d’un sage :

Kath acquiesça rapidement de la tête et dit :
– Je suis inquiète, Keith
– Keith but son thé en faisant des bruits de gargarisme.
– Ouais ? dit-il.
– Guerre, dit le bébé
– C’est les nouvelles, dit Kath.
– Oh, ça… dit-il avec soulagement.
– La vérification, dit Kath.
– Mensonge, dit le bébé.
– Y a rien là-dedans. Quelle raison ?
– Je ne sais pas. Regarde-le…
– Pétrole, dit le bébé.
– Une recrudescence. Un point de non-retour quelque part.
– Quoi ?
– Mur, dit le bébé.
– Bon dieu, dit Keith. Ça va se calmer, ok ?
– Ou bien, dit le bébé.
– Ils ont menti, dit Kath. Des deux côtés. Ils mentent depuis quinze ans.
– Qui c’est qui dit ça ? demanda Keith (LF, 105).

4Mais ce ne sont pas tant les mots que prononce le bébé qui sont porteurs de sens, que leur arrangement dans la situation d’élocution. C’est en effet leur insertion dans le dialogue entre les deux parents à des moments clés qui fait prendre sens aux syllabes que Kim prononce. Le texte nous montre donc à cet endroit que c’est au niveau de l’arrangement des signifiants dans la situation de parole que se situe la signification, et que le travail du langage effectué par l’écriture d’Amis est de l’ordre de la légaliberté, liberté du jeu au sein des règles de base de la langue. Les jeux de langage qu’Amis intègre à la poétique carnavalesque de son roman célèbrent le langage dans sa matérialité qui lui permet de bourgeonner, de faire rhizome et de multiplier les sens, pour le plus grand plaisir du lecteur :

Elle m’a volé mes boucles d’oreilles. Elles étaient là sur le buffet, dit Hope.
– Alope, dit Marmaduke.
– Puis-je prendre une douche ? demanda Dink.
– Lesquelles ? demanda Guy.
– De la pacotille. Sinon je l’aurais fait se déshabiller pour la fouiller, dit Hope.
– Alope, dit Marmaduke.
– Tu entends ça ? C’est Doris. Elle lui a appris de nouveaux gros mots, dit Hope.
– Tata veut un câlin. Ouille ! dit Lizziboo.
– Serait-il possible de la prendre, cette douche ? demanda Dink.
– N’est-ce pas incroyable, cette façon qu’il a de cogner toujours en plein dans le mamelon ? Je veux dire, à quoi ça sert une personne tellement obèse qu’elle ne peut même plus marcher, dit Hope.
– Étasse, dit Marmaduke (LF, 228).

5En donnant au vagissement enfantin une sursignification, London Fields célèbre le langage dans sa capacité à produire du sens à l’endroit même où on l’attend le moins, dans les glossolalies. À travers la représentation d’un langage ouvert à la prolifération sémantique, langage matriciel dont la capacité à enfanter du sens est célébrée, Amis met en avant sa carte majeure devant le pessimisme postmoderne. La charge positive de ce langage en perpétuel mouvement, dont l’énergie et la vivacité mêmes sont des garants contre le risque de sclérose, montre bien au lecteur quels sont les pôles autour desquels peut s’articuler de la valeur capable d’échapper au tourbillon relativiste d’un certain postmodernisme. Par l’expression de sa liberté linguistique que ce soit par l’excès hyperbolique, la glossolalie ou le néologisme, London Fields conduit le lecteur à une réflexion sur la liberté de la parole littéraire et sur les choix qui se présentent à elle : prendre rang dans le millénarisme sombre ambiant, apporter une voix supplémentaire au consensus sur la crise du degré et la dévaluation qu’elle entraîne, ou au contraire réaliser le formidable espace de liberté qu’est le langage et le parcourir sur le mode propre au littéraire, dans les limites de l’imposition d’un certain nombre de règles. En insistant sur la capacité du langage à proliférer, le roman met moins en doute l’univocité de l’articulation du signifiant au signifié qu’il ne montre la direction à suivre, direction éthique de l’endossement de la liberté propre au langage, liberté du jeu de renonciation avec les règles syntaxiques et syntagmatiques. Pour faire danser ses monstres sur la page, l’écriture d’Amis devient en effet carnavalesque, monstrueuse, excessive et liminale. Les glossolalies prolifèrent pour relancer le travail du sens :

– Hé !
Guy émit un grognement grave.
– Prestigieux, dit Keith, qui traversait la rue en traînant les pieds, courbé sur son sac. Eurobanque. Conduite à contresens sur l’autoroute. Calme intérieur.
– Keith.
– Aïe !
– Quoi ?
– Eh bien. C’est assez croustillant, ça (LF, 292).

  • 3 En Français dans le texte (ndt).

6Par le biais de la carnavalisation linguistique, Amis réactive le caractère symbolique du signe. Ce jeu langagier est la raison pour laquelle ce roman est l’un des plus réussis parmi l’œuvre d’Amis. La dynamique de sa parole littéraire est porteuse des valeurs de la vie, du rire, du plaisir presque physique de triturer les mots et la langue : « Sheridan Sick : un petit fûté. Ouais, un fût, avec une touffe de cheveux en haut, propulsé par un certain je-ne-sais-quoi3 » (LF, 324). Ce rapport physique au langage ne vise pas à signer l’arrêt de mort de la capacité symbolique et l’entropie du sens, mais à célébrer la capacité du littéraire à travailler le langage de manière à générer du sens, à produire ce je-ne-sais-quoi de violence contrôlée capable de d’éveiller l’écho du rire chez le lecteur, propre à le faire sortir de la mélancolie postmoderne. En célébrant le pouvoir créatif du langage dans ces conditions spécifiques, la poétique carnavalesque d’Amis montre qu’elle est liée à un choix politique d’engagement dans le monde, dans la mesure où elle correspond à l’exaltation des valeurs du jeu carnavalesque, jeu de la vie même qui n’est autre que celui d’une liberté régulée.

  • 4 Gilles Deleuze définit ainsi le style, qu’il place du côté de l’énonciation prise dans un collectif (...)

7Dans son rapport au discours postmoderne qu’il construit par le biais du littéraire, le texte d’Amis fait donc des choix idéologiques, choix des valeurs de l’énergie langagière et du dynamisme du sens contre la stase mélancolique ou le silence résigné. Il contribue à construire la mouvance postmoderne par une alternative entre l’acceptation tragique d’une situation de crise généralisée ou l’engagement éthique dans le jeu joyeux du langage. C’est pourquoi le style ou énonciation d’Amis dans London Fields est véritablement « mot d’ordre4 », programme d’action, proposition dans le domaine du rapport au monde.

Notes

1 Pierre Fontanier, op. cit., p. 123.

2 Charles Baudelaire, « De l’essence du rire et généralement du comique dans les arts plastiques », dans Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibl. de la Pléiade », 1961, p. 989.

3 En Français dans le texte (ndt).

4 Gilles Deleuze définit ainsi le style, qu’il place du côté de l’énonciation prise dans un collectif – et l’énonciation du texte d’Amis est bien prise dans un collectif discursif – dans Mille Plateaux, Paris, Minuit, 1980, p. 100 : « Le langage ne peut se définir que par l’ensemble des mots d’ordre, présuppo­sés implicites ou actes de parole, en cours dans une langue à un moment donné ».

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable