Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Martin Amis

 | 
Anne-Laure Fortin-Tournès

Chapitre III. Le postmodernisme à l’épreuve du carnaval

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’allégorie plurielle que tisse London Fields renvoie à un certain type de constructions postmodernes, c’est pour mieux en exhiber les contradictions. La relation d’hypertextualité que le roman d’Amis entretient avec l’hypotexte apocalyptique est toute ironique, et met à distance ce versant du discours postmoderne dont le pessimiste peut conduire au nihilisme. Tout d’abord, le millénarisme apocalyptique postmoderne est loin d’être original :

Lorsqu’on lit, comme c’est le cas presque chaque jour, que notre époque est celle d’une crise jamais égalée, qu’elle soit technologique, militaire ou culturelle, autant acquiescer de la tête et poursuivre tranquillement ce qu’on était en train de faire. Car cette affirmation, sur laquelle s’appuie une multitude de livres importants, n’est pas plus étonnante de nos jours que l’opinion selon laquelle la terre est ronde1.

Ainsi que se plaît à le souligner le narrateur du roman d’Amis, il renvoie même à l’Ancien Testament : « Même l’Ancien Testamen...

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable