Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bestiaires

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Isabelle Trivisani-Moreau

Quatrième partie - La fable et les idées

Sémantique du bestiaire dans Ève

Pauline Bruley

Texte intégral

  • 1 « L’Ève de Péguy » (désormais abrégé EP), article signé « Durel » mais écrit par Péguy pour le Bull (...)
  • 2 L’énonciation dans Ève prend la « forme d’une longue invocation de Jésus à Ève » (EP, p. 1217). For (...)

1Le Cahier de Noël de 1913 publié par Péguy fut une épopée déconcertante de 1911 « quadrains » d’alexandrins1. Ève est une gigantesque prosopopée de Jésus adressée à la mère des vivants, figure de l’humanité déchue et rédimée2. L’une des originalités d’Ève est l’absence du serpent, explicable par l’ellipse de la Chute, Péguy n’ayant pas besoin de cette représentation du mal pour donner forme au péché.

2Le corpus du bestiaire d’Ève est toutefois riche et resserré en fonction d’une logique unificatrice où se retrouvent différents étages de sens, dans une perspective rhétorique ou herméneutique. On proposera donc ici un classement non pas selon les espèces, mais selon les diverses actualisations et statuts de signification des noms des créatures du règne animal.

Les personnages d’Ève : animaux notoires

  • 3 Autorisons-nous ce terme de « personnage » en citant deux « quadrains » : « Et la bonté de l’âme ét (...)
  • 4 Voir Jean-Michel Gouvard, La Pragmatique, Paris, Armand Colin, 1998, p. 71 sq.

3Dans Ève, les syntagmes désignant des animaux leur confèrent un statut de personnages3 – même s’ils n’ont pas de nom propre. Le nom propre exerce une désignation rigide et suppose une connaissance de la personne qui le porte (et non un savoir conceptualisable4). Mais pour les noms communs, l’article défini suppose la notoriété du référent dans le contexte. Si un exemplaire de la catégorie des « bœufs » ou des « ânes » est connu, on peut parler sans ambiguïté de « l’âne de la crèche » (l’article défini est employé avec des référents identifiables ou identifiés, ici à l’aide du complément déterminatif). On le verra, c’est donc le cas pour l’ âne et le bœuf de la crèche, ou pour les éléphants d’Afrique. Enfin, remarquons d’emblée que dans Ève, les syntagmes nominaux désignant les animaux comprennent rarement des épithètes.

4Le bestiaire des créatures intervenant dans Ève, prévisible et connoté, n’est pas pour autant totalement attendu.

  • 5 Albert Béguin, L’Ève de Péguy. Essai de lecture commentée suivi de documents inédits, Cahiers de l’ (...)

Ce serait la Beauce de la Tapisserie de Notre Dame, s’il n’y avait, mêlant leur course fraternelle aux pas de la biche et du daim, les fines gazelles des terres lointaines. Mais Péguy songe si peu à inventer un scandale de l’Éden, qu’il se contente de cette faune amicale et renonce à ces voisinages pacifiques du loup et de l’agneau que l’imagerie traditionnelle lui proposait5.

5Les premiers animaux dont parle Jésus habitent l’Éden perdu et surgissent dès la deuxième strophe du poème dont voici l’incipit  :

« Jésus parle.

– Ô Mère ensevelie hors du premier jardin,

Vous n’avez plus connu ce climat de la grâce […]

Et les bondissements de la biche et du daim

Nouant et dénouant leur course fraternelle

Et courant et sautant et s’arrêtant soudain

Pour mieux commémorer leur vigueur éternelle, […]

Et les ravissements de la jeune gazelle

Laçant et délaçant sa course vagabonde […]

Et les dépassements du bouc et du chevreuil

Mêlant et démêlant leur course audacieuse […] » (str. 2-5)

  • 6 Mise en abyme de l’art du poète, tapissier qui « noue » et « dénoue » métaphoriquement ses fils dan (...)
  • 7 Péguy affectionne les substantifs dérivés en – ment, tendance au style substantif fin de siècle (vo (...)

6L’actualisation de biche, daim… opère par référence générique : la classe des biches, représentée par un exemplaire, bondit dans l’imaginaire biblique. Ces créatures sont ensuite désignées par anaphore lexicale : « Et tous ces filateurs et toutes ces fileuses » (str. 6-76). Elles appartiennent à la famille des cervidés, ou au moins des ongulés (la gazelle partage la beauté de la course et la fragilité gracieuse, mais porte des cornes). L’évocation qu’en donne le poète est conforme au sémème de chacun des noms, qu’elle développe. À tel point que l’évocation de la gazelle d’Ève a été retenue comme exemple dans le TLF. Les couples ou les animaux seuls apparaissent comme compléments du nom des dérivés « bondissements », « ravissements » et « dépassements » (termes à l’iconicité intéressante, car dansants7).

« Et les bondissements de la biche et du daim

Nouant et dénouant leur course fraternelle

Et courant et sautant et s’arrêtant soudain

  • 8 Un rappel étonnant plus loin : « Et les bondissements du renne et du bison » (rimant avec « horizon (...)

Pour mieux commémorer leur vigueur éternelle […] » (str. 28)

  • 9 EP, p. 1217. « Nous désignons par ce néologisme le jaillissement de création propre à Péguy. C’est (...)
  • 10 Avec l’inversion du monde moderne post-lapsaire, on aura le « gibier traqué dans les battues » (str (...)
  • 11 Note conjointe sur Descartes et la philosophie cartésienne [posth., 1914], OPC, t. III, p. 1320 sq.
  • 12 Ps 18, 34 et Ps. 42 pour la biche, la gazelle, Cantique des cantiques, 2, 9 ou 2, 17.
  • 13 Le trope reste latent, le contenu dérivé ne correspondant pas prioritairement dans ce passage au se (...)
  • 14 La métaphore opère une caractérisation non pertinente en assimilant le sémème d’un nom à celui d’un (...)
  • 15 Voir Éric Bordas, Les Chemins de la métaphore, PUF, coll. Études littéraires, 2003, p. 56-57.

7Le mouvement de « bondissement » est doublement privilégié. La saisie se fait dans la durée (aspect sécant, sonorités bondissement =/= bond) et non dans le temps chronologique. De plus, les actants n’ont qu’une fonction complément du nom (« le bondissement de la biche » =/= « la biche qui bondit »). Le mouvement est peint dans sa substance (catégorie du nom), arraché à l’actualisation temporelle (pas de morphème de conjugaison). Ève n’est pas une narration mais un déploiement de contemplation. La dimension narrative de l’épopée est déplacée, on le verra, dans l’allégorie. Le geste dansant et harmonieux emblématise la souplesse du Paradis, opposée à la dureté du monde de la Chute. L’insistance sur le mouvement se retrouve dans la reprise du patron syntaxique, inauguré par un « et » rejaillissant en tête de chaque quatrain régulier mais non figé, dans un « resurgement9 ». Sémantiquement, l’harmonie extrême de ces strophes ressortit à une grande cohérence entre les isotopies : s’entrecroisent celles du gibier10 cervidé, du saut, de la souplesse, de l’harmonie (sonore), de la gracilité, et surtout de la grâce. Ce terme apparaît dès la première strophe. Polysémique, il déclenche des isotopies riches symboliquement, et riches de toute l’esthétique de Péguy. La grâce est liée à la souplesse et s’oppose à la rigidité de l’habitude dont l’homme déchu se trouvera prisonnier11. Les animaux expriment dès l’orée d’Ève la générosité divine de la Création. La biche et la gazelle apparaissent dans les Psaumes comme métaphores de l’âme12, mais ici le sens littéral importe, car le poète livre une ekphrasis véritablement charnelle. Le passage de la grâce physique à la grâce spirituelle se fait très discrètement, puisque la métaphore de l’âme-biche n’est que suggérée : elle relève de la connotation13. Dans ce passage, elle ne crée donc apparemment aucune rupture d’isotopie14. La métaphore relève du discours et d’un acte de prédication, et non de dénomination, elle peut être glosée par une structure attributive (du type « la biche est l’âme, dans ce passage15 »). Connotation et métaphorisation implicite posent néanmoins des problèmes que nous aborderons plus loin.

  • 16 L’âne et le bœuf sont mentionnés lors des matines de la Nativité du Seigneur, dans ce répons « O ma (...)

8Paraissent dans le « climat de la Nativité » le bœuf et l’âne, avec leurs articles définis de notoriété16. Ils font une première entrée dans le poème dans le « climat du Jugement dernier » : « Quand on ne verra plus dans une pauvre crèche/Sommeiller un bambin devant l’âne et le bœuf » (str. 338). Puis ils s’installent durablement dans Ève (str. 925). Ils sont d’emblée caractérisés en fonction de leur « regard » et de leurs « yeux », magnifiquement porteurs d’un reflet de la Création.

« Sous le regard de l’âne et le regard du bœuf

Cet enfant reposait dans la pure lumière.

Et dans le jour doré de la vieille chaumière

S’éclairait son regard incroyablement neuf.

[…]

L’enfant levait les yeux vers ces énormes yeux

Plus profonds et plus doux que l’énorme Océan.

Novice il contemplait dans ce miroir géant

La profondeur des mers et le reflet des cieux.

L’enfant levait les yeux vers ce miroir béant

Où se réfléchissait la bonté de ce monde.

Un amour se peignait sur la face profonde,

  • 17 Au niveau de l’actualisation, « un amour » (amour devrait être déterminé par un article partitif, c (...)

Noyée dans le reflet d’un palpable néant. » (str. 925-92917)

  • 18 Le regard de l’homme innocent pré-lapsaire est décrit comme « un lac profond » (str. 74) Pour l’océ (...)
  • 19 Ils sont la cible du pamphlet du monde moderne à la str. 1391.

9La représentation de la crèche se double d’une méditation sur le microcosme et le macrocosme, et sur l’innocence des animaux18. Ceux-ci sont évoqués comme le couple habituel des bêtes qui réchauffent l’enfant Jésus, mais aussi comme des comparses attachants et grotesques, dans la cohorte des reprises anaphoriques qui occupe ensuite quarante-trois strophes (sans compter le retour de l’âne et du bœuf pour quelques strophes). Deux « vieux grognons, […] partageux » et « compagnons », bourrus mais sympathiques, « croque-mitaines », « esprits forts », « amateurs » au « mufle précieux » (str. 941, 942, 943 et 94819), « bonnets d’âne » (str. 945) positivistes. Ils ne sont identifiables que grâce à la structure parallèle des strophes et à la reprise du démonstratif « ces » – et non toujours en vertu de caractéristiques des référents alors désignés : quel point commun entre l’âne et le bœuf et « ces deux beaux danseurs » (str. 964) ou « ces deux estafiers » (str. 977) ?

10L’âne reparaît à la faveur d’une strophe qui lit traditionnellement dans la crèche les prémices de la Passion :

« L’âne ne savait pas par quel chemin de palmes

Un jour il porterait jusqu’en Jérusalem

Dans la foule à genoux et dans des matins calmes

L’enfant alors éclos aux murs de Bethléem. » (str. 1007)

11L’article de notoriété permet de passer de l’âne de Noël à celui des Rameaux. L’article défini participe de l’esthétique familière d’Ève : familiarité au sens de la Roue de Virgile et familiarité avec les étapes bien connues de la vie de Jésus.

  • 20 La méditation de Péguy sur l’Histoire s’articule à sa réflexion sur les humanités et l’héritage ant (...)

12Les animaux marquants sont ensuite ceux du « climat de la légation du monde romain20 », emblématiques d’une histoire épique :

« Et les pas d’Annibal avaient marché pour lui

Du fin fond des déserts vers la porte Colline. […]

Les éléphants d’Afrique avaient marché pour lui

Du fin fond des déserts jusqu’aux portes de Rome. » (str. 1161-1162)

  • 21 EP, p. 1229-1230.
  • 22 Il faut également comprendre cette importance de l’histoire militaire dans le contexte de 1913 : «  (...)

13L’éléphant est appelé par l’isotopie de la marche militaire (« Les pas des légions avaient marché pour lui » str. 1168). La référence est spécifique : ces éléphants sont ceux de l’armée punique, dont la vertu est d’avoir pris place dans l’Histoire. Mais si Péguy se réfère au Discours sur l’histoire universelle de Bossuet21 et déploie une vision providentialiste du « berceau temporel », ce n’est guère dans la même perspective22. La vision grandiose de l’Histoire aboutit à la conscience du dénuement final de l’homme devant Dieu ; la grâce sauve le temporel. Les éléphants d’Afrique ne représentent pas l’épopée comme des métonymies, puisqu’ils ne désignent guère, en tant que tels, les guerres puniques. Péguy les choisit comme détails pittoresques, à la manière d’un lieu de mémoire ou d’une référence, au sens culturel du terme.

14Les animaux les plus récurrents sont « la brebis et l’agneau », bétail qu’Ève doit « compter » et « ranger » (str. 228, 413). Le passage du sens littéral à différents sens allégoriques dans leur cas illustre à merveille la vision de Péguy dans Ève. Nous l’observons déjà dans l’emploi du sème / animalier / dans diverses isotopies parcourant Ève, et surtout celles de la vie pastorale (str. 100, 119) :

« Et moi je vous salue ô première servante,

Aïeule des bergers et des bons serviteurs,

Aïeule des bouviers et des premiers pasteurs ;

Et moi je vous salue ô première suivante. » (str. 100)

15À travers la figure d’Ève, on voit Geneviève et Jeanne d’Arc, bergères du troupeau de l’Église, dans un sens nettement allégorique :

« Et nous serons conduits par une autre houlette

Et nos bergers seront deux antiques bergères.

Et nous serons liés d’une autre bandelette.

Et nous serons liés par des mains plus légères. » (str. 1780)

  • 23 Voir le Mystère des saints Innocents (1912), Œuvres poétiques complètes, éd. cit., p. 752 sq.
  • 24 EP, p. 1234-1235.
  • 25 Ibid., p. 1222.

16« Une autre » est un déterminant récurrent quand Péguy entre dans le domaine typologique23. Dans « houlette », seuls demeurent le signifié et le signifiant, tandis que le référent change en vertu de l’actualisation grammaticale. On est par excellence dans le processus plus général d’actualisation, qu’opère la figuration biblique. Faite d’annonces et de reprises incessantes, de développements variés et profonds de ses fils, cette « tapisserie24 » ne souffre pas de transition artificielle entre les niveaux25.

Actualisation de l’allégorie

17Avec l’évocation des agneaux, Péguy glisse d’un sens littéral (les troupeaux généreux de l’Éden) à un sens métaphorique qui n’est pas seulement poétique : le troupeau de l’Église.

« Vous avez pu compter, vigilante bergère,

Combien de mes agneaux sont sous la dent des loups.

Vous avez pu noter, aïeule passagère,

Combien de mes martyrs sont dans les mains des fous. » (str. 240)

  • 26 « La forme générale de la poésie hébraïque est singulière et unique dans son espèce. Elle consiste (...)

18Le fonctionnement binaire du « quadrain » suit le « parallélisme hébraïque26 » des psaumes bien plus qu’il n’élucide la référence (ce qui serait inutile ici). Il s’agit d’une métaphore allégorique destinée à méditer sur le martyre et la Passion, et non d’une métaphore fugace.

« Vous avez pu ranger la brebis et l’agneau

Et le berger lui-même, après qu’il eût péri.

Vous rangez le bercail, vous rangez le chevreau.

Et vous rangez le loup : quand il est assouvi. » (str. 413)

  • 27 Si l’on file la métaphore, et que l’on pratique une lecture allégorique de ce segment d’Ève (à laqu (...)
  • 28 Jn, 10 (voir aussi Is. 40, 11).
  • 29 Jn, 21, 15.
  • 30 À partir de Jn 1, 29, et pour la victime sacrificielle, Is 53, 7 et Avec 8, 32.

19La plasticité de l’article permet de glisser entre plusieurs extensions pour « agneau », « berger », « loup ». Au premier vers, la référence est générique (« vous rangez les brebis et les agneaux »). Avec « le berger », il ne s’agit plus de ce mode de référence, mais d’une discrète et poignante antonomase : « le berger », c’est le Christ27. L’article défini est un article de notoriété (référence spécifique). Cette désignation des « agneaux » n’est valable que dans la mesure où ont été énoncés la parabole du Bon Pasteur28, puis l’appel du Christ à Pierre (« Pais mes agneaux !29 »). L’allégorie a été construite dans la parole de Jésus. Ce dernier est d’ailleurs l’agneau par excellence, qui accompagne le futur Jean le Baptiste30 dans ce tableau de la crèche :

« Et qu’il fut caressé d’une main fraternelle

Par le petit saint Jean doublé de son agneau,

Et qu’il fut salué de façon solennelle

Par les rois d’Orient doublés de leur chameau […] » (str. 342)

  • 31 Saint Augustin, De doctrina christiana, trad. Madeleine Moreau, Institut d’Études Augustiniennes, 1 (...)
  • 32 Str. 847. « Jésus […] est venu superposer à l’ordre de la nature l’ordre de la grâce mais non point (...)

20L’agneau représentant le Christ ou ses frères humains implique une narrativité à plusieurs niveaux herméneutiques – ce qui n’invalide nullement le sens littéral. L’herméneutique chrétienne est aussi une herméneutique de la réalité, perçue comme Création où le divin a empreint les signes de son Être31. L’entreprise philosophique de Péguy l’a très tôt conduit à observer méticuleusement la réalité et à percevoir son ordre caché. Pour Péguy, le « surnaturel est lui-même charnel32 », la grâce accomplit la nature. Dans cette esthétique de la continuité, la grâce, telle la charité des ordres pascaliens, embrasse la chair et l’esprit.

21Péguy lecteur des Écritures s’inspire de l’homilétique (qui peut enseigner le sens tropologique) et de l’agencement des textes liturgiques favorisant la lecture typologique. Son Ève délivre une contemplation qui évolue entre la paraphrase biblique et l’hymne. D’où l’abondance d’allégories, développant les étagements de sens de l’Écriture. Leur originalité est de fortement incarner tous les lieux évoqués dans la Bible, à l’aide de références à sa propre réalité, par exemple l’Orléanais, et non le « Jérimadeth » du « Booz endormi ».

  • 33 Olivier Millet et Philippe de Robert, Culture biblique, PUF, 2001, p. 242-245. Voir Henri de Lubac, (...)
  • 34 C’est le cas dans la méditation sur la « mouillature » de la grâce ou sur les bourgeons (Note conjo (...)

22Rappelons que le « sens propre » de la rhétorique ne correspond pas au « sens littéral » de l’herméneutique. Le sens figuré rhétorique fait partie de l’interprétation du sens littéral, et relève de l’établissement du sens du texte (analyse de la lettre (littera), de l’énonciation et du contexte (sensus) et de la portée sémantique au service de la philosophie et de la morale (sententia)33. Or l’agneau comme la biche échappent à un traitement métaphorique relevant seulement du sens littéral. Discrètement, mais dès le début, ils ouvrent à un déchiffrement spirituel, révélation du Salut, telles des métaphores qui parleraient la langue de l’Histoire. Très généralement dans Ève, l’image résulte d’une contemplation de la réalité, et les significations de cette image procèdent du sens réintroduit dans le monde par la grâce. Les descriptions d’Ève ne ressortissent donc pas à des images artificielles, ni à de la pédagogie34.

23Cependant, Péguy recourt parfois à des images d’emblée symboliques, ne passant pas par la contemplation de la Création mais par un langage délibérément figuré, dans une construction allégorique.

  • 35 Gn, I, 41. Péguy cite et commente typologiquement l’histoire de Joseph dans le Mystère des saints I (...)
  • 36 Bible de Sacy.
  • 37 Marc Fumaroli, Le Livre des métaphores, Paris, Robert Laffont, 2012, p. 584. Les noms appartenant a (...)

24Le sens typologique (lisant dans l’Ancien testament des figures annonçant le Nouveau) est représenté dans l’œuvre de Péguy avec l’histoire de Joseph, annonce du Christ. Cette histoire est présente par allusion dans Ève, avec les vaches du songe de Pharaon. Les « vaches maigres » ou « grasses35 » représentent dans la symbolique onirique les « années d’abondance » (ou de grâce) et la « famine36 ». L’actualisation que fait lui-même Joseph est une leçon de lecture, mais son sens n’est pas typologique, il est moral (il enseigne à Pharaon ce qu’il doit faire). L’expression lexicalisée a figé la métaphore (« au sens figuré, l’expression désigne les hauts et les bas d’une situation économique générale37 »). Or Péguy remotive la métaphore et développe ses significations morales, jusqu’en allant au sens anagogique :

« On ne nourrissait pas pour les sept vaches maigres

Vers le Nil donateur les belles vaches grasses.

On ne ménageait pas les sources et les grâces.

Toutes coulaient toujours et demeuraient intègres. » (str. 517)

25La rime superpose les significations littérale et anagogique.

  • 38 EP, p. 1221-1222.

« […] dans cette Ève comme dans ses mystères Péguy a réussi à descendre jusqu’à cet être profond de spiritualité d’où tout remonte ensuite et, selon les modes, se manifeste pour ainsi dire à volonté en liturgie, en théologie, en histoire. […] comme écrivain il est redescendu ici à des profondeurs où l’image et l’idée sont jointes encore d’une liaison elle-même charnelle et non encore résolue. […] nulle impression que l’image vienne jamais au secours de l’idée ni non plus l’idée au secours de l’image : l’image et l’idée ensemble jaillissent de la même fécondité. […] toute séparation arbitraire entre l’abstrait et le concret tombe38. »

26De même lorsqu’à la rime correspondent l’animal et ce qu’il annonce, particulièrement dans le cas de l’hirondelle.

« Ces yeux qui tant avaient guetté les hirondelles

Ne guettèrent plus rien que les dons de l’Esprit.

Ces yeux qui avaient tant guetté les hirondelles

  • 39 Voir aussi str. 1855, portrait parallèle de sainte Geneviève et de Jeanne d’Arc, et « Sainte Genevi (...)

Ne guettèrent plus rien que de voir Jésus Christ » (str. 179939)

  • 40 Louis Charbonneau-Lassay, Le Bestiaire du Christ [DDB, 1941], Albin Michel, 2006, p. 508-511.

27Il ne s’agit pas de conclure ici que le printemps annoncé par l’hirondelle n’ait pas une signification anagogique, puisqu’il métaphorise le Salut. En revanche, l’hirondelle en elle-même fonctionne déjà comme une jolie métonymie. C’est traditionnellement un « emblème de la résurrection et de Jésus Christ » et de toute espérance40. D’autres oiseaux de la symbolique chrétienne apparaissent dans Ève, avec un rôle similaire de métonymie doublant leur statut métaphorique :

« Seule vous le savez, que le vol des colombes

Ne retournera point dans ses orbes premiers.

Seule vous le savez, que le vol des palombes

Ne se mêlera plus dans le vol des ramiers.

Seule, vous le savez, que la création

Ne connaît plus son père, et son maître, et son Dieu. […] » (str. 669-670)

La « création » (anaphore résomptive) est ainsi présentée humblement comme un pigeonnier. Mais tous les animaux d’Ève n’ont pas cette vocation herméneutique. Quelques termes du bestiaire sont en effet chargés d’une signification figurée d’ordre rhétorique.

Rhétorique des animaux : sens figuré du sens littéral

28Les mots du bestiaire peuvent répondre aux besoins d’une elocutio plus immédiate. Nous commencerons par une métonymie classique de la cause pour l’effet. L’image redoutable des « vers » rongeurs est remotivée, à l’aide d’un isolexisme :

« Et vous qui les avez livrés aux vers de terre

Ne vous étonnez pas qu’ils soient trouvés véreux » (str. 846)

29Frappé par le Testament de Villon, Péguy retourne cependant la vision de mort en proclamation de misère et raison d’être sauvé ; la strophe suivante commence triomphalement par un « car » paradoxal :

« Car le surnaturel est lui-même charnel

Et l’arbre de la grâce est raciné profond

Et plonge dans le sol et cherche jusqu’au fond

Et le temps est lui-même un temps intemporel. » (str. 847)

30Une comparaison d’un réalisme précieux illustre la vocation de l’ornement, dans la description de la peau fine de l’Enfant Jésus :

« Sous une peau plus lisse et plus souple et plus douce

Que la peau du raisin qui mûrit sur la treille,

[…]

À la peau du raisin qui mûrit sur la treille,

À l’heure où le soleil mûrit la lourde grappe,

À l’heure où le frelon et la mouvante abeille

Viennent se refléter sur le blanc de la nappe. » (str. 906)

31Le raisin n’orne rien, il correspond allégoriquement au Sang versé lors de la Passion. Mais les insectes de l’été ornent l’ekphrasis. Le réalisme du style bas se fait ornement au service du placere (style tempéré). Un ornement, au meilleur sens du terme, délicate nervure sur un pilier, apportant tendresse et familiarité végétale. Elle vient attendrir l’allégorie :

  • 41 Alain Michel, In Hymnis et canticis, op. cit., p. 326. Il s’agit du genus humile auquel corresponde (...)

« […] l’allégorie, telle que Péguy l’emploie, tend à rétablir la familiarité avec le sacré. Il s’agir de joindre le concret à l’innocence, de retrouver dans toute sa simplicité la naïveté du cœur. Cela répond à ce grand besoin de la piété moderne41. »

32Les métaphores peuvent donner un aspect aérien aux hymnes des fidèles en les assimilant à des oiseaux :

« Et moi je vous le dis : quand cette antique cloche

Ne fera plus monter les grands alleluias,

Quand la meute et le vol des chastes hosannas

Ne s’élancera plus gagnant de proche en proche ; […] » (str. 343)

33Péguy déploie des comparaisons pittoresques pour décrire l’âne et le bœuf (« ces sortes d’oursons » str. 934-936) ainsi que les soldats :

« Il allait hériter des lourds légionnaires

Gainés dans des étuis comme des scarabées. » (str. 1168)

  • 42 Cette vision renvoie à l’imaginaire de Salammbô, cf. « comme des loups maigres et décharnés » (str. (...)

« Il allait hériter des maigres mercenaires42

Tout tendus de tendons comme des carnassiers. » (str. 1178)

« Et les peuples de Rome et les légionnaires

Sous les centurions étaient d’énormes dogues

Et les loups de Carthage, impérieux et rogues […] » (str. 1180)

34Dans les lamentations pamphlétaires sur le monde moderne défilent des métaphores figées ressortissant au langage familier : les « distingués cloportes » (str. 1664 et 1740) suivis de « mille-pattes […] acrobates » (str. 1669).

  • 43 Jean Onimus, L’Image dans l’Ève de Péguy. Essai sur la symbolique et l’art de Péguy, Cahiers de l’A (...)

35Une dernière remarque peut être consacrée à l’animal pour la rime. Accoutumé à utiliser le dictionnaire de rimes de Martinon, Péguy a profité des suggestions et associations d’idées que lui apportait le signifiant. Jean Onimus le rapproche ainsi des « grands rhétoriqueurs43 ».

  • 44 EP, p. 1234.

« Comme dans une tapisserie, les fils passent, disparaissent, reparaissent et les fils ici ce ne sont pas seulement les rimes, au sens que l’on a toujours donné à ce mot dans la technique du vers, mais ce sont d’innombrables rimes intérieures, assonances, rythmes et articulations de consonnes, tout un immense appareil aussi parfaitement docile que l’atelier du tisserand44. »

« Et voici le gibier traqué dans les battues,

Les aigles abattus et les lièvres levés. » (str. 764)

36La rime batelée constitue le piège qui se referme au cœur du distique.

37L’observation du bestiaire d’Ève révèle l’art de la « tapisserie ». Les déterminants y sont les discrets passeurs d’un niveau de lecture à un autre, par des glissements dans l’actualisation. Le langage figuré évolue de la rhétorique à l’allégorie de l’herméneutique. En même temps, le bestiaire se prête merveilleusement à la mise en valeur des styles bas et tempérés dans Ève. Le réalisme de Péguy s’ancre dans le genus humile chrétien. Il nourrit de sa saveur le sens littéral de l’allégorie, invitant à contempler les créatures charnelles où s’incarne l’amour divin.

Notes

1 « L’Ève de Péguy » (désormais abrégé EP), article signé « Durel » mais écrit par Péguy pour le Bulletin des professeurs catholiques de l’université (n°  31 du 20 janvier 1914, repris dans les Œuvres en prose complètes (désormais abrégé OPC), éd. Robert Burac, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1992, t. III, p. 1234.

2 L’énonciation dans Ève prend la « forme d’une longue invocation de Jésus à Ève » (EP, p. 1217). Fortement structurée par le déroulement de l’Histoire, cette épopée n’est pas narrative, mais introduit à la contemplation de l’Histoire.

3 Autorisons-nous ce terme de « personnage » en citant deux « quadrains » : « Et la bonté de l’âme était alors si lourde / Que tous les animaux partaient en ambassade / Vers l’homme prêtre et roi par les mains du seul roi […] » (str. 727). « Ainsi l’enfant dormait dans le règne herbivore. / Et la fleur et la bête autour de lui veillaient. / Et l’enfant reposait dans la faune et la flore. /Et la fleur et la bête autour de lui priaient. » (str. 1019).

4 Voir Jean-Michel Gouvard, La Pragmatique, Paris, Armand Colin, 1998, p. 71 sq.

5 Albert Béguin, L’Ève de Péguy. Essai de lecture commentée suivi de documents inédits, Cahiers de l’Amitié Charles Péguy, Labergerie, 1948, p. 29.

6 Mise en abyme de l’art du poète, tapissier qui « noue » et « dénoue » métaphoriquement ses fils dans le poème, selon un ordre qu’il voudrait naturel et classique (EP, p. 1218 et 1234).

7 Péguy affectionne les substantifs dérivés en – ment, tendance au style substantif fin de siècle (voir Gilles Philippe et Julien Piat, La Langue littéraire, Fayard, 2009, p. 166-167), rémanence du style impressionniste retenant l’attention sur le mouvement recréé comme impression. Le volume confère de la solennité au vers (« Et les grands horizons pleins de rayonnements » (Victor Hugo, « À Virgile », Les Voix intérieures).

8 Un rappel étonnant plus loin : « Et les bondissements du renne et du bison » (rimant avec « horizon »), str. 525.

9 EP, p. 1217. « Nous désignons par ce néologisme le jaillissement de création propre à Péguy. C’est ce que les critiques appellent, on ne peut plus improprement, répétition. En fait – et pour qui sait lire – il n’y a pas une seule répétition dans toute l’œuvre de ce maître ». À cette esthétique bergsonienne, s’ajoute l’influence des litanies et de l’hymnique latines (Alain Michel, In Hymnis et canticis. Culture et beauté dans l’hymnique latine médiévale, Louvain-Paris, 1976 et Albert Béguin, La Prière de Péguy, Éditions de la Baconnière, 1944) et les parallélismes des psaumes (abordés plus loin).

10 Avec l’inversion du monde moderne post-lapsaire, on aura le « gibier traqué dans les battues » (str. 764) « Et ce ne sera pas ces suprêmes gandins / Qui viendront nous chercher sous nos couches d’humus. / Et ce ne sera pas ces genets et ces daims / Qui viendront nous chanter un dernier orémus » (str. 1554). Daim (fam) : « jeune homme vaniteux et mondain » (rime avec « gandin »). Le genet est un petit cheval d’Espagne, Péguy a certainement rencontré cet animal chez José-Maria de Heredia, dans le Romancero des Trophées (« Le triomphe du Cid »).

11 Note conjointe sur Descartes et la philosophie cartésienne [posth., 1914], OPC, t. III, p. 1320 sq.

12 Ps 18, 34 et Ps. 42 pour la biche, la gazelle, Cantique des cantiques, 2, 9 ou 2, 17.

13 Le trope reste latent, le contenu dérivé ne correspondant pas prioritairement dans ce passage au sens dénoté (voir Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’Implicite, Armand Colin, 1986, p. 98-99).

14 La métaphore opère une caractérisation non pertinente en assimilant le sémème d’un nom à celui d’un autre nom, alors qu’ils ne sont pas communs (le motif comporte un sème commun au comparé et au comparant). La rupture d’isotopie du point de vue du sens propre déclenche l’interprétation en sens figuré – et enrichit l’isotopie de la grâce des sens charnel et spirituel.

15 Voir Éric Bordas, Les Chemins de la métaphore, PUF, coll. Études littéraires, 2003, p. 56-57.

16 L’âne et le bœuf sont mentionnés lors des matines de la Nativité du Seigneur, dans ce répons « O magnum mysterium, et admirabile sacramentum, ut animalia viderent Dominum natum, jacentem in praesepio » (« Ô grand mystère  ! Admirable merveille  ! Des animaux ont vu, couché dans une crèche, le Seigneur nouveau-né », trad. dom Guéranger), à partir d’Isaïe, 1, 3 (« Cognovit bos possessorem suum, Et asinus prasepe domini sui »), lu lors des matines du premier dimanche de l’Avent. Voir Dominique Millet-Gérard, « Lecture d’Ève au miroir de l’hymnologie latine médiévale », Bulletin de l’Amitié Charles Péguy, avril-juin 2002, p. 192. Les variations satiriques de Péguy sur le bœuf et l’âne pourraient être inspirées par une prose médiévale que Michelet reproduit d’après Du Cange (Histoire de France, Livre IV, Flammarion, 1974, p. 598-599).

17 Au niveau de l’actualisation, « un amour » (amour devrait être déterminé par un article partitif, cet emploi rappelle l’écriture impressionniste) suscite une impression d’indéfini, en lien avec la profondeur innocente et un peu floue du lac des yeux.

18 Le regard de l’homme innocent pré-lapsaire est décrit comme « un lac profond » (str. 74) Pour l’océan silencieux, voir « Et l’Esprit régnait sur les eaux » et Note conjointe…, op. cit., p. 1305.

19 Ils sont la cible du pamphlet du monde moderne à la str. 1391.

20 La méditation de Péguy sur l’Histoire s’articule à sa réflexion sur les humanités et l’héritage antique transmis au monde chrétien, mais aussi à sa pensée de la praeparatio evangelica (Dominique Millet-Gérard, art. cit. de 2007 et Henri de Lubac, Exégèse médiévale, T. IV, DDB, 1993, p. 256. Voir L’Argent suite [1913], OPC, t. III, p. 902 sq, EP, p. 1128, Dialogue de l’histoire et de l’âme charnelle [posth., 1912], Œuvres en prose complètes, éd. cit. p. 700, 738, Dialogue de l’histoire et de l’âme païenne [posth., 1913, contemporain de la composition d’Ève], OPC, t. III, éd. cit., p. 1157.

21 EP, p. 1229-1230.

22 Il faut également comprendre cette importance de l’histoire militaire dans le contexte de 1913 : « C’est le soldat qui mesure la quantité de terre où un langage, où une âme fleurit. C’est le soldat qui mesure le berceau temporel. […] Le légionnaire, le lourd soldat a mesuré la terre à ce que l’on nomme si improprement la douceur virgilienne et qui est une mélancolie d’une qualité sans fond. » (L’Argent suite, op. cit., p. 902).

23 Voir le Mystère des saints Innocents (1912), Œuvres poétiques complètes, éd. cit., p. 752 sq.

24 EP, p. 1234-1235.

25 Ibid., p. 1222.

26 « La forme générale de la poésie hébraïque est singulière et unique dans son espèce. Elle consiste à diviser chaque période en deux membres, le plus souvent égaux, qui se correspondent pour le sens et pour le son. Le premier membre de la période contient une pensée ou un sentiment qui, dans le second, est amplifié, ou répété en termes différents, ou relevé par un contraste  ; et toujours en employant deux phrases de même structure et à peu près du même nombre de mots », Rhétorique de Blair [1808] citée par Joëlle Gardes-Tamine et Jean Molino, Introduction à l’analyse linguistique de la poésie, Paris, PUF, 1982, p. 203.

27 Si l’on file la métaphore, et que l’on pratique une lecture allégorique de ce segment d’Ève (à laquelle tout invite), le « rangement » de l’agneau fait d’Ève une Pietà.

28 Jn, 10 (voir aussi Is. 40, 11).

29 Jn, 21, 15.

30 À partir de Jn 1, 29, et pour la victime sacrificielle, Is 53, 7 et Avec 8, 32.

31 Saint Augustin, De doctrina christiana, trad. Madeleine Moreau, Institut d’Études Augustiniennes, 1997, I, IV, 4, p. 81. Dans cette perspective, on peut comprendre la méfiance de Péguy envers la « lettre ». La réalité n’est pas ici le sens littéral au sens de «  la lettre », des mots qui figent l’Esprit (voir la reprise de II Cor, 3, 6 dans la Note conjointe…, op. cit., p. 1305). Pour autant, le sens « littéral » des Écritures est présenté par les exégètes médiévaux comme l’Ancien Testament (et sa Loi) et l’Esprit par le Nouveau Testament (et sa grâce), voir Henri de Lubac, Exégèse médiévale. Les quatre sens de l’Écriture, Aubier-Montaigne, 1959, p. 305. Mais « l’esprit n’est pas séparé de la lettre. Il est contenu et caché en elle » (ibid., p. 307, la Bible contient toute la Révélation) et De doctrina christiana, op. cit., III, V, 9, p. 247. Au rebours de la citation toujours reprise de saint Paul opposant chair et esprit (Gal, 5, 17), Péguy insiste sur la « liaison mystérieuse du charnel et du spirituel » (EP, p. 1222 et Dominique Millet-Gérard « Ancienne alliance, nouvelle alliance », Bulletin de l’Amitié Charles Péguy, n°  117-118, janvier-juin 2007, p. 42).

32 Str. 847. « Jésus […] est venu superposer à l’ordre de la nature l’ordre de la grâce mais non point par l’avilissement de l’ordre de la nature » (EP, p. 1128). L’ennemi n’est pas la nature, mais l’argent (ibid., p. 1229).

33 Olivier Millet et Philippe de Robert, Culture biblique, PUF, 2001, p. 242-245. Voir Henri de Lubac, Exégèse médiévale, op. cit., t. I, p. 118.

34 C’est le cas dans la méditation sur la « mouillature » de la grâce ou sur les bourgeons (Note conjointe…) qui reformule métaphoriquement la pensée de Bergson (déjà métaphorique). Dans Ève, la description des créatures est première. « […] toute séparation arbitraire entre l’abstrait et le concret tombe » indique l’ordre à suivre pour Ève : lire le réel en y déchiffrant le langage divin.

35 Gn, I, 41. Péguy cite et commente typologiquement l’histoire de Joseph dans le Mystère des saints Innocents (1912).

36 Bible de Sacy.

37 Marc Fumaroli, Le Livre des métaphores, Paris, Robert Laffont, 2012, p. 584. Les noms appartenant au lexique des animaux et des termes de chasse constituent une « partie de la langue » où « la métaphore joue un rôle plus grand peut-être que dans aucune autre et se prête le mieux à une étude de la psychologie populaire. » (Arsène Darmesteter, compte rendu de Faune populaire de la France, par Eugène Rolland, Maisonneuve, 1881, p. 1-2).

38 EP, p. 1221-1222.

39 Voir aussi str. 1855, portrait parallèle de sainte Geneviève et de Jeanne d’Arc, et « Sainte Geneviève patronne de Paris » (1913), Œuvres poétiques complètes, éd. cit., p. 931 : « Et quand aura volé la dernière hirondelle, / Et quand il s’agira d’un bien autre printemps, / Vous entrerez première et par les deux battants / Dans la Cour de Justice et dans la citadelle. »

40 Louis Charbonneau-Lassay, Le Bestiaire du Christ [DDB, 1941], Albin Michel, 2006, p. 508-511.

41 Alain Michel, In Hymnis et canticis, op. cit., p. 326. Il s’agit du genus humile auquel correspondent les Bucoliques de Virgile. Louis Charbonneau-Lassay commente la symbolique de l’abeille (op. cit., p. 857 sq.) mais ici, elle ne fait que passer, assortie du frelon, elle évoque une atmosphère estivale plutôt que les vertus du chrétien.

42 Cette vision renvoie à l’imaginaire de Salammbô, cf. « comme des loups maigres et décharnés » (str. 1185).

43 Jean Onimus, L’Image dans l’Ève de Péguy. Essai sur la symbolique et l’art de Péguy, Cahiers de l’Amitié Charles Péguy, 1952, p. 95. Malgré ce rapprochement, il ne s’agit pas d’une analyse stylistique ni rhétorique de l’image, mais de critique de l’imaginaire.

44 EP, p. 1234.

Auteur

Université d'Angers, L'UNAM, CERIEC EA 922

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable