Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bestiaires

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Isabelle Trivisani-Moreau

Quatrième partie - La fable et les idées

Daudet fabuliste

Anna-Simone Dufief

Texte intégral

1L’iconographie et la littérature montrent l’importance des bestiaires hérités du monde antique et judéo-chrétien ; la représentation d’animaux réels ou imaginaires s’inscrit dans une tradition esthétique et culturelle. Elle s’ancre dans les textes fondateurs comme la Bible. Mais très tôt, l’animal est également protagoniste de contes et de récits comiques. Ces deux niveaux de représentation et d’interprétation coexistent dans l’histoire littéraire. Il faut également tenir compte de textes scientifiques taxinomiques et descriptifs intégrés à la littérature aux époques où sciences et lettres n’avaient pas divorcé. Les écrivains du xixe siècle recueillent une double tradition : l’une se situe du côté du symbole, l’autre est naturaliste.

2Chaque auteur cependant choisit dans cette ménagerie commune ; il rejette ou rajoute certains animaux, et crée, le cas échéant, des monstres effrayants ou sympathiques. Le dictionnaire Robert estime donc légitime de parler du bestiaire d’un écrivain. En m’intéressant à l’animal dans l’œuvre de Daudet – pour cette journée particulière qui rend hommage à Arlette Bouloumié – je ne pensais pas que le sujet serait si riche. En effet l’écrivain qui se définit comme une « vraie sauterelle d’Afrique [Toujours entre ciel et terre] » joue constamment dans son œuvre sur deux registres, celui de la représentation réaliste du monde et celui de la fantaisie.

3Je voudrais donc analyser les représentations animalières dans une perspective réaliste, une zoologie plus qu’un bestiaire avant de m’attacher à la place de l’animal dans les récits fantaisistes.

  • 1 Georges Docquois, Bêtes et Gens de Lettres, p. 134. Daudet prend aussi position dans un débat ouver (...)
  • 2 Il a été impossible de retrouver ces contes qui sont évoqués dans une lettre de Mistral du 23 mars (...)

4Daudet déclare à Georges Docquois, qui l’interviewe en 1895 : « Ainsi, moi, voyez-vous, les bêtes… je les ai en horreur1 ! » Devant l’étonnement du journaliste, l’écrivain raconte deux anecdotes qui expliquent sa peur des animaux. Dans la première, il se souvient que tout enfant il vu abattre un chien enragé et depuis cette scène, il a la phobie des chiens ; dans la seconde il se remémore une crise de peur panique, un soir, où il entendit dans un salon vide, un air de piano, une musique fantôme qui le terrorisa avant qu’il ne découvre qu’elle était causée par un chat qui se promenait sur le clavier. Vérité ou mensonge ! on peut hésiter puisque l’écrivain précise que ces deux histoires ont été recueillies dans le journal en provençal de Mistral sous le titre « Mi pou2 ».

5En tout cas, le lecteur du xxe ou du xxie siècle associe volontiers Daudet à la représentation des animaux. La célébrité des Lettres de mon moulin a éclipsé celle du reste de l’œuvre et induit une lecture réductrice responsable peut-être du contresens d’un Daudet écrivain pour enfants. Mais, c’est bien ainsi que Daudet se met en scène, en maître d’études pour les petits, dans son autobiographique fictive Le Petit Chose :

Quelquefois, quand ils avaient été bien sages, je leur racontais une histoire… Une histoire !.. Quel bonheur ! […]

J’avais composé à leur intention cinq ou six petits contes fantastiques : Les Débuts d’une cigale, Les Infortunes de Jeannot Lapin, etc. Alors comme aujourd’hui le bonhomme La Fontaine était mon saint de prédilection dans le calendrier littéraire, et mes romans ne faisaient que commenter ses fables ; seulement j’y mêlais de ma propre histoire. Il y avait toujours un pauvre grillon obligé de gagner sa vie comme le petit chose, des bêtes à bon Dieu qui cartonnaient en sanglotant, comme Eyssette (Jacques).

6C’est donc le patronage de La Fontaine « saint de prédilection du calendrier littéraire de Daudet que je sollicite pour cette brève étude ».

Zoologie littéraire

7On peut considérer la métaphore animalière comme une commodité toujours utilisée pour faire le portrait des hommes et peindre la société et ses luttes internes. C’est cet emploi que Balzac a théorisé dans l’« Avant-propos » de la Comédie humaine, qui est présent dans presque tous les portraits de personnages de romans réalistes et qui permet à Huysmans de définir le romancier comme un « montreur de bêtes et de marionnettes ». On peut également s’intéresser à la place de l’animal en recensant les animaux présents dans des récits réalistes. En bonne logique, on devrait pouvoir les répertorier par espèces : le roman dressant une nomenclature d’animaux sauvages ou domestiques, reliés à des considérations de climat, de terroirs.

8Il existe bien un modèle scientifique et l’observation naturaliste – en prenant le terme dans son acception de science naturelle – est à la mode dans la deuxième moitié du xixe siècle. Les rééditions de l’Histoire naturelle de Buffon sont nombreuses : chaque description des espèces est précédée d’une présentation éthologique dont s’inspirent les romanciers.

9L’animal est pourtant rarement protagoniste du roman, le plus souvent il est relégué dans les séquences descriptives où il fonctionne comme un effet de réel. Il faudra attendre Les Histoires naturelles de Jules Renard et Colette ou Genevoix pour que l’animal passe au premier plan. Par ailleurs, sauf quelques exceptions, la plus célèbre étant La Terre, le roman réaliste est urbain ; l’animal de compagnie y est présent, mais chez Daudet, il est plutôt un élément de caractérisation du personnage dans la tradition balzacienne aux limites de la caricature.

  • 3 Voir le numéro spécial de Romantisme, La Chasse, 2005/3.
  • 4 Le Petit Chose, œuvres, éd. Roger Ripoll, Paris, Gallimard, Bilbliothèque de la Pléiade, 1986, t. I (...)
  • 5 Lettres de mon moulin, Op. cit., t. I, note p. 1281.
  • 6 Ibid., p. 249.
  • 7 Ibid., p. 380.
  • 8 Ibid., p. 384.

10La place des animaux est prépondérante dans les récits ruraux et les récits de chasse, deux genres où s’illustrent des nouvellistes comme Maupassant ou Daudet3. Chez ce dernier, l’animal peut également surgir dans un contexte insolite : comme les Babarottes du Petit Chose4 ou le lion de la ménagerie Mitaine dans Tartarin de Tarascon. Les Lettres de mon moulin, comme Le Trésor d’Arlatan se déroulent dans la campagne provençale : le narrateur consacre naturellement des pages à la transhumance, aux manades et aux oiseaux de Camargue. Il prend alors appui sur la « chose vue » lors de ses séjours dans le Midi, pigeant le motif à la manière d’un paysagiste. Les descriptions sont le plus souvent poétiques, ce qui tient à la sensibilité de l’écrivain mais aussi aux sources littéraires de la pastorale. C’est ainsi que Daudet s’inspire du chant IV de Mireille où est décrit le retour du troupeau d’Alari5. Dans « Installation », on note une anthropomorphisation dans la description des moutons que l’on retrouve également quand le narrateur évoque le travail de chien de berger6. La pratique peut passer pour convenue – voire mièvre – même si le point de vue change et que le narrateur, chasseur maladroit, décrit les regards moqueurs du chien. Dans « En Camargue7 », l’évocation des oiseaux sur l’étang, des passages de migrateurs est construite à partir de sensations notées. La faune est à la fois liée à la reconstruction poétique et à l’observation éthologique quand le narrateur commente la manière dont les taureaux se groupent pour faire front au mistral8.

11Dans Tartarin de Tarascon, le motif de la chasse est l’objet d’une inversion parodique : les animaux – lorsqu’ils sont présents – ont un caractère fantaisiste. Le récit exotique autorise la présence d’animaux plus rares mais loin d’accéder à une vérité pittoresque, ils renforcent la dimension parodique. C’est le cas dans Tartarin de Tarascon, d’emblée illustré par le caricaturiste Emile Benassit qui avait mis à la mode les pastiches des Fables de La Fontaine. Le lecteur voit apparaître deux lions apprivoisés – celui de la ménagerie Mitaine et le lion aveugle que promènent les quêteurs de la zaouïa, l’un et l’autre renvoient également au passage où Don Quichotte se fait ouvrir la cage aux lions. Le chameau, qui suit à la nage Tartarin pour l’accompagner à Marseille, est tout aussi fantaisiste. Les récits algériens n’adoptent pas tous cette esthétique ; dans Les Sauterelles par exemple, le récit décrit les ravages causés aux récoltes par une invasion.

12La représentation des animaux obéit chez Daudet à un double mouvement, un va-et-vient entre les choses vues et les sources livresques. Cette indécision vaut autant pour les récits régionalistes à visée plus ou moins ethnographique que pour les récits fantaisistes. Le regard du poète et celui de l’ironiste sont intimement liés.

13Le sentiment qu’ont les lecteurs de Daudet que l’animal occupe, dans son œuvre, une place singulière n’est cependant pas un leurre si on se situe d’emblée dans le contexte moins étudié du récit excentrique.

Faune et Fantaisie

14Le courant fantaisiste traverse le xixe siècle ; il s’enracine dans l’ironie postromantique et s’épanouit dans la presse, dès la fin de la Monarchie de Juillet et sous le Second Empire. Il privilégie la représentation d’un univers fantasmagorique qui est sinon « le contraire » du moins « l’inverse de la réalité » et renoue avec la tradition du conte. Ce courant favorise l’existence des genres brefs, héritiers des fables mais aussi des contes en vers ou en prose, et tente d’acclimater en France le récit excentrique germanique ou anglo-saxon. La fantaisie se caractérise par un mouvement de « mise à l’envers » particulièrement à l’aise dans le pastiche et la parodie. Elle s’épanouit dans la « petite » ou même la grande presse – interdite de politique sous des régimes fortement censurés – et rencontre le succès aussi bien auprès d’un lectorat cultivé que dans le grand public.

  • 9 Voir le Prospectus spécimen édité par Pierre-Jules Hetzel.
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

15La représentation animalière liée au conte, « du temps que les bêtes parlaient… » comme à l’apologue, se déploie dans deux dimensions : l’anthropomorphisation de l’animal et l’animalisation de l’homme par le biais de la caricature. Il faut citer le succès – mesuré par les rééditions – d’une série de courts récits illustrés par Grandville « Scènes de la vie publique et privée des animaux », signés par des auteurs de premier plan comme Balzac « Peines de cœur d’une chatte anglaise », Sand, Nodier, Janin… Un texte liminaire en expose la visée : mettre en évidence le talent du dessinateur dont « la principale gloire sera toujours d’avoir su saisir les curieuses analogies qui existent entre l’homme et l’animal ; et c’est justement qu’on l’a nommé le La Bruyère des animaux et le La Fontaine des dessinateurs9 » et utiliser le récit animalier pour faire « le tableau gaiement sérieux de nos mœurs contemporaines10. » L’éditeur insiste sur la nouveauté de l’approche en précisant que les écrivains ont su « éviter les voies usées et monotones de l’apologue et de la physiologie descriptive, et peindre sous une forme nouvelle et piquante les hommes par les animaux11. » Sans se limiter au public enfantin – sans l’exclure cependant – le volume s’inscrit dans une tradition de moraliste en se proposant de dire « quelques-unes des vérités qui sont bonnes à dire en fait de morale, de philosophie ou de politique12. »

  • 13 Voir l’article de Patrick Feyler, « Fantaisie, fantastique et fantasmes dans les oeuvres de jeuness (...)

16On peut également rappeler la mode de la « physiologie drolatique » pratiquée par Balzac et à laquelle s’essaie le jeune Flaubert13, en 1837, avec une « leçon d’Histoire naturelle, genre commis » où un pseudo zoologiste peine à classer le… commis. À la même époque « Quidquid volueris » se passe dans une cage dont les singes semblent un abrégé de la comédie humaine.

17Les débuts parisiens de Daudet s’inscrivent dans ce contexte ; le jeune homme sans fortune qui peine à faire éditer sa poésie ou à faire représenter ses pièces, s’essaie au journalisme. On peut déceler chez lui un tropisme à mettre en scène des animaux, l’une de ses premières poésies s’intitule « Le Rouge-Gorge » même si c’est assez peu original.

18Je voudrais plutôt m’attacher à deux récits fantaisistes placés par Daudet sous le patronage des « Hannetons ».

Vous m’accorderez chers lecteurs, que les hannetons sont les êtres du monde les plus inoffensifs ; ils n’ont ni piqûre, ni venin ; leurs pattes grêles n’ont jamais égratigné personne, et le zon-zon de leurs ailes bleues est à peine désagréable ; […]

À ces mille qualités, les hannetons joignent un physique agréable ; – ils plaisent aux dames par leur désinvolture et la finesse de leur taille ; – leur ventre mignon a toutes les couleurs de l’arc-en-ciel ; ce sont les rois de la fantaisie, les patrons de la littérature légère ; – ils n’aiment que les chemins de traverse et s’en vont baguenaudant de ça et de là, à la façon du Chaperon-Rouge, ce qui est charmant comme tout.

  • 14 Paris-Journal, 7 mai 1859, signé Piccolo. Recueilli dans Souvenirs d’un homme de Lettres, pages ret (...)

Aussi voulant écrire les histoires du Printemps, j’ai jugé à propos de les placer sous la protection spéciale de ces petites bêtes ; chacun des alinéas que je vais vous servir s’appelle donc un hanneton – si vous le permettez14 ; […]

  • 15 La Fontaine, Fables, VI, 5.

19Deux textes – parus en 1859 – utilisent la métaphore animalière pour mettre en scène une opposition fondamentale entre l’Homme de Lettres et le Journaliste, dramatisée par Balzac dans Illusions Perdues et exploitent la veine parodique en se référant aux Fables de La Fontaine. Le premier « Histoire d’un chien qui n’avait pas vu Paris » (13 et 20 août 1859 au Paris-Journal) s’inspire librement du vers de la fable « Le Cochet, le chat et le souriceau15 » : « Un souriceau tout jeune et qui n’avait rien vu… » ; le second « Le Chien et le loup » décalque le titre de la fable en intervertissant les animaux. Tous deux font dialoguer hommes et bêtes, le narrateur réfutant avec désinvolture l’objection de vraisemblance :

  • 16 Histoire d’un chien qui n’avait jamais vu Paris, Paris Journal-Illustré 3-20 et 24 août 1859, signé (...)

NOTA : Il serait trop long de vous exposer ici le procédé que j’emploie pour causer avec les bêtes : – contentez-vous de savoir que le procédé existe, – et que je suis obligé d’y avoir recours plus souvent que je ne le voudrais16.

20Histoire d’un chien […] est un dialogue entre le narrateur et le chien Trapp, fraîchement arrivé de sa ferme pour conquérir Paris. Il est composé en trois parties : La première expose des variations sur le « cynisme » du Parisien qui fait de lui une variété de chien. Trapp fait observer au narrateur que les Parisiens se soulagent dans des rambuteau, que les consommateurs lapent leur tasse de café aux terrasses et que les promeneurs suivent les femmes comme des chiens. Dans la deuxième partie Trapp, devenu chien d’homme de Lettres, expose sa vie quotidienne difficile : lui et son maître font en vain le tour de tous les éditeurs et de toutes les revues pour placer une « nouvelle ». Dans la troisième partie, Trapp, épanoui, est entré au service d’un journaliste, un « génie de la réclame », qui l’a transformé en chien sandwich :

[…] il m’appela à ses côtés, fit avec un vieux journal et deux tours de main, une sorte de bonnet de police qu’il me posa crânement sur l’oreille ; puis, me passant un ruban autour du cou, il attacha son article à l’extrémité et me donna ses instructions. Il s’agissait d’aller à l’imprimerie, située à quelques rues de là, de faire composer l’article de mon maître, puis de lui en rapporter l’épreuve […]

  • 17 Ibid., p. 138-139.

Pendant deux jours, on n’a cessé de parler de moi dans tout Paris ; et quand je passais avec mon noble fardeau, la tête dressée et le nez au vent, j’entendais dire autour de moi : Voilà le chien de M.N.…, le rédacteur en chef du Serpenteau17.

  • 18 La Fontaine, Fables, I, 5.
  • 19 A. Daudet, OCNV, t. XII, p. 193.

21Le Chien et le loup18 est un dialogue en prose entre un poète et un journaliste attablés dans un même restaurant, l’un devant un copieux repas, l’autre devant un œuf dur. Des vers de La Fontaine séparent le texte en plusieurs parties : « Quittez les bois vous ferez bien […] » et « Attaché, dit le loup, vous ne courez donc pas ? ». L’incipit oppose la frugalité subie à l’abondance repue avant que les deux hommes ne conversent. Le poète évoque « la bohème, le débraillé, la faim » mais aussi la liberté « Je vais où bon me semble, je me lève à l’heure qui me plaît » ; il décrit les bois de Chaville où rêver dans une nature enchanteresse. Quand le journaliste s’aperçoit qu’il va être en retard au bureau et décide de partir, le poète s’exclame « J’aime mieux ma paresse. » Daudet pastiche La Fontaine : « Cela dit, le poète s’enfuit mais ne court pas encore19 » et cette variation permet la volte qui constitue l’épilogue « Ce que ne dit pas La Fontaine. » Le conte se clôt sur deux lettres : l’une du chien journaliste qui démissionne, l’autre du loup poète qui sollicite un emploi dans un bureau. La morale de la fable est donc subvertie par un rebondissement inattendu, modifiant l’équilibre entre le désir de sécurité et le goût de la liberté.

  • 20 J.-H. Bornecque, Les Années d’apprentissage d’Alphonse Daudet, Paris, Nizet, p. 200.

22Le débutant s’inscrit dans une tradition fabuliste du bestiaire caricatural qui exploite les analogies dans les comportements et la confusion des règnes. Il joue des origines lexicales du mot cynisme pour faire du chien un journaliste, une profession d’autant plus dégradée qu’il s’agit de presse à scandales, ce qu’indique le titre du journal, Le Serpenteau. Provisoirement adepte d’une physiognomonie animale, Daudet se dit « frappé par l’allure cauteleuse, décidée, roublarde des chiens se rendant par les rues à leurs affaires20 ». Il ne faut pas non plus minimiser – dans un texte polémique – l’impact de toutes les clefs proposées qui, pour être totalement explicitées, exigent aujourd’hui une archéologie littéraire. La dimension satirique se superpose au propos plus intemporel du moraliste.

23Quelques années plus tard, Daudet donne dans L’événement « Les Aventures d’un papillon bleu » une saynète qu’il insérera dans Le Petit Chose, en opérant une significative mise en abyme puisqu’il la présentera comme l’œuvre de son héros. Tous les insectes « scarabées, escargots, scorpions, fourmis, araignée, chenille, grillon » critiquent ou détestent le papillon dont ils disent « C’est un bohème ! un réfractaire ! un poète ! un sauteur ! » Celui-ci – un charmant séducteur – entraîne avec lui une bête à Bon Dieu et l’emmène faire la tournée des « muguets » puis finir la soirée chez la Rose. Daudet s’amuse à jouer avec les mots : la coccinelle désignée par son nom familier induit la figure du bon jeune homme pieux, tandis qu’en argot un « muguet » est un cabaret. La virée se termine mal, le papillon tombe dans un piège et meurt attaqué par des plantes et des bêtes méchantes ; il est porté en terre par les nécrophores qui chantent « Trop bohème ! Trop bohème ! » L’apologue est clair : le poète – nouvel Orphée, éternel incompris – est victime des bourgeois philistins.

24Trois contes de Daudet – les plus célèbres peut-être – portent à la perfection le traitement fantaisiste du motif animalier : « La Chèvre de Monsieur Seguin » (L’événement, 1866), « La Mule du pape » (Figaro, 1868) et Les Émotions d’un perdreau rouge (L’événement, 1872). Ils ont été retravaillés pour être publiés en volumes dans Les Lettres de mon moulin et Les Contes du lundi.

  • 21 œuvres, t. I, p. 1291.
  • 22 Œuvres, t. I, p. 261.
  • 23 Buffon, Histoire naturelle générale et particulière, tome V.
  • 24 Voir sur ce point les remarques de Patrick Dandrey, dans La Fabrique des fables sur les choix de La (...)

25« La Chèvre de M. Seguin » exploite le motif de la liberté que Daudet avait déjà utilisé en 1859 dans une réécriture de Perrault, Le Roman du Chaperon rouge. On a pu y trouver des sources mistraliennes, le canevas d’un conte intitulé « La Chèvre de maître Raphaël » où apparaît la clausule en provençal « lou loup l’a mangé » mais la chèvre y apparaît tout autre : méchante et rusée21. La présence du poète Gringoire – dédicataire du conte – explique la référence à Victor Hugo « c’était presque aussi charmant que le cabri d’Esméralda22 ». La crédibilité du personnage – avec tous les guillemets nécessaires – repose sur les images communes qu’on peut avoir des chèvres : un animal domestique mais indocile, dont le comportement a donné naissance à la famille lexicale du caprice. Un coup d’œil à la caractérisation faite par Buffon peut expliquer le choix fait par Daudet : « Elle est vive capricieuse, lascive et vagabonde23. » mais elle est aussi un animal robuste que rien n’effraie24.

  • 25 Lettres de mon moulin, œuvres, t. I, p. 261.
  • 26 Ibid., p. 265.

26Le conte mêle bêtes et gens en accordant le premier rôle à l’animal. Rythmé par l’anaphore « Ah qu’elle était jolie la petite chèvre de Monsieur Séguin. », le portrait déjoue la féminisation attendue : « Qu’elle était jolie avec ses yeux doux, sa barbiche de sous-officier25 […]. » Face à elle, le loup ressortit à une esthétique de l’abréviation, il est réduit à son cri, à ses deux oreilles et à ses deux yeux, puis sa langue rouge et ses babines. La chèvre est dotée d’une psychologie complexe ; elle est caractérisée par sa douceur mais aussi par son goût de la liberté. Elle résume les clichés de l’éternel féminin : à la fois bondissante, folle, séductrice mais ses dehors folâtres s’évanouissent à l’heure du danger pour laisser émerger une combattante courageuse, au tempérament de résistante. Il y a chez elle un héroïsme du désespoir qui n’efface pas son appétit de jouir de tout au seuil même de la mort  : « Pendant ces trêves d’une minute, la gourmande cueillait en hâte encore un brin de sa chère herbe, puis elle retournait au combat, la bouche pleine26… »

  • 27 Ibid.

27Le conte doit sa célébrité à une construction dramatique efficace qui inscrit le tragique dans un univers de fantaisie. Le début du conte renvoie au thème de comédie du mauvais mariage : époux trop vieux d’une Agnès, Monsieur Séguin est incapable de garder ses chèvres ; ce n’est cependant pas le hasard qui leur fait rencontrer le loup mais leur destin. Le conte bascule dans le tragique car il se clôt sur un combat dont l’issue ne laisse aucun doute : « Non pas qu’elle eût l’espoir de tuer le loup – les chèvres ne tuent pas le loup –, mais seulement pour voir si elle pourrait tenir aussi longtemps que la Renaude27… » Je reviendrai sur les interprétations symboliques et les lectures faites de ce conte, me bornant à ce stade à constater la maîtrise d’un récit écrit « à la manière d’un conte » mais où se lisent les dissonances caractéristiques de l’esthétique fantaisiste et de la thématique personnelle de l’auteur.

  • 28 Œuvres, t. I., p. 276.

28La Mule du Pape est écrite dans une tonalité plus légère. Daudet réactive les formules du parler courant « têtu comme une mule » et joue sur la polysémie du mot mule qui désigne la pantoufle que portent les papes. C’est une histoire d’humiliation et de vengeance. Tistet Vedène, chenapan insolent, tyrannise la mule du pape, lui faisant perdre sa dignité en la conduisant tout en haut du clocher d’Avignon. Celle-ci rumine sept ans sa vengeance avant de pouvoir lui décocher un coup de pied qui le pulvérise. Tout est fantaisiste : la mule qui boit son vin chaud, la charge de moutardier, la description d’Avignon, la géographie même. Daudet réalise un pastiche de conte folklorique en jonglant avec humour sur la prétention des lexicologues ethnographes à expliquer les proverbes. Tout est faux mais tout est si réussi que bien des lecteurs croient au moins à l’exactitude de l’incipit : À quinze lieues autour de mon moulin, quand on parle d’un homme rancunier, vindicatif, on dit : « Cet homme-là ! méfiez-vous !… il est comme la mule du pape, qui garde sept ans son coup de pied28. » Il est vrai que les conditions mêmes de la recherche faite – sur le dos, à la bibliothèque des Cigales – devraient éveiller le sens critique… Cet adage n’existe donc pas en Provence ou du moins n’existait pas avant Daudet.

  • 29 Œuvres, t. I., p. 769.

29Les Émotions d’un perdreau rouge jouent également sur le registre de l’inversion et de l’anthropomorphisme puisque Daudet fait raconter la journée d’ouverture de la chasse par un jeune perdreau. Le genre du récit de chasse est subverti : cette partie de plaisir pour les chasseurs est vécue par les animaux comme une journée de cauchemar. Là encore, l’influence du fabuliste est perceptible puisque La Fontaine remarque dans le discours à Mme de la Sablière que les animaux « raisonnent » et « rusent » avec l’homme. Rouget, le perdreau narrateur, apprend à déjouer les attaques des chasseurs en employant de véritables ruses : feindre de faire le mort, etc. Comme le chien d’En Camargue, il se moque d’un chasseur suréquipé mais maladroit29. Le récit croise l’émotion et l’humour ; la sensibilité de l’écrivain à la souffrance des bêtes n’explique pas complètement cette tonalité : la chasse est ici la métaphore de l’invasion prussienne et le gibier représente les victimes. La nouvelle Robert Helmont utilise à la même époque le motif de l’ouverture de la chasse en forêt de Sénart après la défaite de 1870.

Sous le patronage de La Fontaine : un utile dulci ?

  • 30 Catherine Coquio, colloque de Poitiers 2010, L’Animal et l’humain : un mythe contemporain, entre sc (...)

30Dans l’œuvre de Daudet, l’animal n’est jamais « un frère inconnu, un double inquiétant et précieux30. », il sert les desseins d’un panthéisme poétique à dimension ludique. Rappelons que – comme chez La Fontaine – les bêtes ne sont pas les seules à parler : tout le petit bois chuchote dans « Le Sous-préfet aux champs ». L’écrivain utilise souvent les valeurs littéraires attestées en choisissant ses animaux : le loup, la chèvre, le chien – dans le bestiaire des fabulistes.

31La question de la moralité est très souvent évoquée à propos d’un genre qui cultive l’utile dulci. Cet aspect est du reste mis en avant par Hetzel dans sa préface au recueil illustré par Grandville. Si Daudet peut à juste titre être considéré comme un moraliste, ce n’est justement pas dans ses contes animaliers. Rappelons qu’ils ne sont en aucun cas destinés aux enfants.

32La Fontaine dissocie son œuvre en corps et âme, fable et moralité. La contestation de Rousseau est évidemment trop connue pour que je la rappelle. Daudet, lui aussi, récuse la dimension pédagogique des fables de La Fontaine :

  • 31 Notes sur la vie, OCNV, t. XVI, p. 4.

On me demande si je ne crois pas que la morale de La Fontaine soit pernicieuse ? comme si vous me demandiez si la purée de lis ou la fricassée de jasmin est bonne pour l’estomac. La Fontaine est comme le jasmin, fait pour être respiré ; ça sent bon, ça ne se mange pas31.

33Il est donc vain de s’interroger sur la moralité pédagogique des contes animaliers de Daudet. En effet, faudrait-il penser qu’il conseille de se faire chien de journaliste ? ou, comme la mule, d’attendre sept ans sa vengeance ?

34Si le conte animalier n’est pas moral à un premier niveau de lecture, cela ne signifie pas qu’il n’ait pas un poids symbolique. Bien au contraire, la chèvre et le papillon sont emblématiques de la morale portée par toute l’œuvre de Daudet, une revendication hédoniste qui voit dans la liberté une valeur non négociable.

35« La Chèvre de monsieur Seguin » peut très aisément faire l’objet d’une lecture psychanalytique. La chèvre obéit à ses pulsions, elle incarne l’innocence du désir. En quittant l’enclos – pourtant confortable – elle gagne la forêt, un véritable jardin d’Eden où elle était courtisée par la flore et la faune :

  • 32 Œuvres, t. I., p. 262-263.

Quand la chèvre blanche arriva dans la montagne, ce fut un ravissement général. Jamais les vieux sapins n’avaient rien vu d’aussi joli. On la reçut comme une petite reine. Les châtaigniers se baissaient jusqu’à terre pour la caresser du bout de leurs branches. Les genêts d’or s’ouvraient sur son passage et sentaient bon tant qu’ils pouvaient32.

36Objet de désir, incarnation du désir, elle se démultiplie, envahit l’espace dans un excès de jouissance :

  • 33 Ibid., p. 263.

La chèvre blanche, à moitié soûle se vautrait là-dedans les jambes en l’air et roulait le long des talus pêle-mêle avec les feuilles tombées et les châtaignes… Puis tout à coup elle se redressait d’un bond sur ses pattes. Hop ! la voilà partie la tête en avant, à travers les maquis et les buissières, tantôt sur un pic, tantôt au fond d’un ravin, là-haut, en bas, partout… On aurait dit qu’il y avait dix chèvres de monsieur Seguin dans la montagne33.

  • 34 Ibid., p. 265.

37Le loup incarne à la fois la violence – le viol est suggéré avec l’image de la fourrure blanche tâchée de sang – et la loi, dont le bien-fondé n’est jamais discuté : « les chèvres ne tuent pas le loup34 ». Blanquette – septième chèvre de M. Seguin – démontre que la recherche du plaisir est éternelle et légitime et que le prix à payer n’invalide pas la valeur fondamentale de la quête du bonheur. Déjà dans une réécriture du Chaperon rouge Daudet mettait en évidence cette dimension cyclique en faisant dire à l’héroïne :

  • 35 Le Roman du chaperon rouge, OCNV, p. 23.

Telle que vous me voyez mes pauvres amis, je vais payer dans quelques instants mes plaisirs d’hier et de cette nuit. Un loup est là qui s’impatiente à m’attendre, et pour éviter sa dent cruelle, je ne puis rien faire hélas ! Il est dans ma destinée de Chaperon rouge d’accepter cette mort sans me plaindre ; – imitez mon exemple, chers enfants, et ne regrettez jamais un plaisir si cher que vous ayez pu le payer. Le bonheur n’a pas de prix, il n’y a que les sots pour le marchander35.

38La chèvre incarne l’élan vital, qui la pousse à affirmer sa liberté, et qui constitue la valeur suprême – la seule sans doute avec l’art – d’un écrivain sceptique et moqueur.

39Léger et brillant, le papillon représente le poète bohème, adepte du carpe diem, qui ne peut créer que dans la liberté. La mort sanctionne toute tentative d’intégration au monde bourgeois. Ce thème romantique est repris en leit-motiv dans toute l’œuvre de Daudet. Dans Le Petit Chose, le papillon est, comme Daniel, un prête-nom de l’écrivain ; leur échec est un exorcisme pour un auteur qui – à l’époque de la rédaction de ces deux contes – n’est absolument pas reconnu.

40Par ces contes animaliers, l’écrivain contribue donc à augmenter le bestiaire des fabulistes. La chèvre et le papillon occupent une place centrale dans la mythologie personnelle de Daudet mais, comme les animaux de La Fontaine, ils deviennent « disponibles » pour le lecteur qui peut se les approprier et leur donner une valeur plus universelle.

Notes

1 Georges Docquois, Bêtes et Gens de Lettres, p. 134. Daudet prend aussi position dans un débat ouvert par Zola qui oppose le Nord et le Midi en affirmant que les méridionaux n’aiment pas les animaux, ce que conteste vigoureusement Mistral.

2 Il a été impossible de retrouver ces contes qui sont évoqués dans une lettre de Mistral du 23 mars 1892 mais semblent n’avoir été publiés ni en provençal, ni en français et ont dû rester à l’état de projet.

3 Voir le numéro spécial de Romantisme, La Chasse, 2005/3.

4 Le Petit Chose, œuvres, éd. Roger Ripoll, Paris, Gallimard, Bilbliothèque de la Pléiade, 1986, t. I, p. 41, (sera abrégé par œuvres).

5 Lettres de mon moulin, Op. cit., t. I, note p. 1281.

6 Ibid., p. 249.

7 Ibid., p. 380.

8 Ibid., p. 384.

9 Voir le Prospectus spécimen édité par Pierre-Jules Hetzel.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Voir l’article de Patrick Feyler, « Fantaisie, fantastique et fantasmes dans les oeuvres de jeunesse de Flaubert. » in La Fantaisie Post Romantique, Jean-Louis Cabanès et Jean-Pierre Saïdan (dir.), Toulouse, PUM, coll. Essais de littérature, Cribles, 2003, p. 315-328.

14 Paris-Journal, 7 mai 1859, signé Piccolo. Recueilli dans Souvenirs d’un homme de Lettres, pages retrouvées in Oeuvres complètes Ne Varietur, t. XII, Paris, Librairie de France, 1929-31, p. 131 (sera abrégé en OCNV).

15 La Fontaine, Fables, VI, 5.

16 Histoire d’un chien qui n’avait jamais vu Paris, Paris Journal-Illustré 3-20 et 24 août 1859, signé Piccolo. Repris in A. Daudet, OLNV, t. XII, p. 128.

17 Ibid., p. 138-139.

18 La Fontaine, Fables, I, 5.

19 A. Daudet, OCNV, t. XII, p. 193.

20 J.-H. Bornecque, Les Années d’apprentissage d’Alphonse Daudet, Paris, Nizet, p. 200.

21 œuvres, t. I, p. 1291.

22 Œuvres, t. I, p. 261.

23 Buffon, Histoire naturelle générale et particulière, tome V.

24 Voir sur ce point les remarques de Patrick Dandrey, dans La Fabrique des fables sur les choix de La Fontaine et l’allégorisme animalier.

25 Lettres de mon moulin, œuvres, t. I, p. 261.

26 Ibid., p. 265.

27 Ibid.

28 Œuvres, t. I., p. 276.

29 Œuvres, t. I., p. 769.

30 Catherine Coquio, colloque de Poitiers 2010, L’Animal et l’humain : un mythe contemporain, entre science et philosophie (à paraître aux PUF).

31 Notes sur la vie, OCNV, t. XVI, p. 4.

32 Œuvres, t. I., p. 262-263.

33 Ibid., p. 263.

34 Ibid., p. 265.

35 Le Roman du chaperon rouge, OCNV, p. 23.

Auteur

Université d'Angers, L'UNAM, CERIEC EA 922

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable