Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bestiaires

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Isabelle Trivisani-Moreau

Deuxième partie - Animaux mythiques et sacrés : la voix des premiers poètes

Promenade en compagnie du cortège d'Orphée, d'Apollonios à Apollinaire

Marie-Pierre Chabanne

Texte intégral

  • 1 Arlette Bouloumié, «  La résurgence du mythe d’Eurydice et ses métamorphoses dans l’œuvre d’Anouilh (...)

1Voici deux mille cinq cents ans que les artistes rendent hommage à Orphée, premier poète, chantre, mage et guide de l’humanité vers l’immortalité. Cependant, au xxe siècle, plusieurs écrivains se sont penchés sur les figures jusque-là négligées qui accompagnaient Orphée. Certains dramaturges et romanciers ont ainsi accordé une place nouvelle à Eurydice. Ce courant a été analysé par A. Bouloumié, dans le bel article qu’elle a publié en 20041. Plusieurs poètes, au contraire, ont préféré valoriser le rôle des animaux dans la genèse du chant d’Orphée. C’est le cas d’Apollinaire, qui, se souvenant de la légende - « Quand Orphée jouait en chantant, les animaux sauvages eux-mêmes venaient écouter son cantique » - s’approprie la lyre de l’aède, faite à partir d’une carapace de tortue, afin d’offrir un blason à chacun des animaux du cortège d’Orphée, et de les faire défiler un à un au son de ses vers :

  • 2 Guillaume Apollinaire, Le Bestiaire ou cortège d’Orphée, Paris, Gallimard, 1972, p. 146.

Du Thrace magique, ô délire !
Mes doigts sûrs font sonner la lyre.
Les animaux passent au son
De ma tortue, de mes chansons2

2C’est également le cas de Rilke, qui, en 1922, consacre le poème liminaire des Sonnets à Orphée à l’évocation du silence respectueux des animaux de la forêt rassemblés autour du musicien de Thrace :

  • 3 Rainer Maria Rilke, Les Sonnets à Orphée, traduits de l’allemand par Armel Guerne, Paris, Seuil, 19 (...)

Animaux du silence, oubliant gîte et nid,
Ils sortaient des forêts claires et délivrées ;
Et l’on comprit alors que s’ils se tenaient cois,
Ce n’était ni par peur, ni non plus par malice,
Mais pour entendre. Hurler, bramer, rugir apparaissait
Trop petit à leur cœur3.

3Il semble donc que la présence attentive des animaux joue un rôle essentiel dans le mythe d’Orphée. Comment les Anciens ont-ils défini ce rôle ? Comment a-t-il évolué au cours des siècles ? Quelles indications les animaux nous donnent-ils sur la nature du chant d’Orphée ?

  • 4 Euripide, Les Bacchantes, v. 560-564, nous traduisons.

4L’une des toutes premières mentions du cortège sylvestre d’Orphée se trouve dans Les Bacchantes (405 av. J.-C.). Dans l’épode, Euripide évoque « les retraites remplies d’arbres de l’Olympe où jadis Orphée, en jouant de la cithare, rassemblait les arbres par ses chants, rassemblait les bêtes sauvages4 ». Ces bêtes sauvages – agrôtas - sont les animaux des champs et des bois, par opposition aux animaux des fermes, domestiqués. L’Orphée d’Euripide attire les bêtes en liberté, qui ne sont pas nécessairement féroces.

5Puis, vers 250 av. J.-C., dans les Argonautiques, Apollonios de Rhodes présente Orphée comme l’un des membres de l’expédition du navire Argo, menée par Jason afin de conquérir la Toison d’or. À son bord, Orphée apaise les querelles, donne la cadence aux rameurs au son de son instrument, et charme les monstres marins :

  • 5 Apollonios de Rhodes, Les Argonautiques, Chant I, v. 569-579, traduction d’Henri de la Ville de Mir (...)

Le fils d’Œagre leur disait sur la phorminx, dans un chant harmonieux, les louanges de la gardienne des vaisseaux, fille d’un père illustre, Artémis […]. Les poissons cependant, s’élevant au-dessus de la surface de la mer profonde, les petits au milieu des monstres énormes, suivaient en bondissant les routes humides. Telle parfois, sur les traces d’un maître rustique, va une longue suite de brebis qui rentrent au bercail bien rassasiées d’herbes : le berger marche devant, en modulant harmonieusement sur sa syrinx perçante une mélodie pastorale ; tels les poissons suivaient, et le vent en poupe qui frappait toujours la voile à coups pressés entraînait le navire5.

6Les poissons et les monstres de la mer sont à la fois apaisés par l’invocation sacrée à Artémis, et séduits par le caractère harmonieux (euthêmon) du chant d’Orphée. Ils suivent l’aède jouant de la lyre comme les brebis suivent le berger jouant de la flûte, parce qu’ils sont séduits par la beauté (kala) et par le caractère mélodieux (ligeia) de sa musique. Les créatures de la mer mettent donc simultanément en valeur l’efficacité religieuse et l’harmonie puissante du chant d’Orphée.

  • 6 Diodore de Sicile, Histoire universelle, tome Ier, livre IV, 25, nous traduisons.

7Au Ier siècle avant J.-C., dans la Bibliothèque historique, Diodore de Sicile écrit qu’Orphée « semblait charmer par son chant les bêtes sauvages et les arbres6 ». Diodore de Sicile utilise le verbe thelgein, qui signifie « charmer » au sens fort du terme, c’est-à-dire subjuguer par des sortilèges, par un recours à la magie, et parfois aussi « adoucir ». Pour cet auteur, le rassemblement des animaux autour d’Orphée révèle la puissance magique de son chant, indépendamment de toute invocation religieuse. Orphée est un mage, un enchanteur.

8C’est bien cet enchanteur que met en scène Virgile dans les Géorgiques (29 av. J.-C.). Virgile présente Orphée comme un vates, c’est-à-dire à la fois comme un poète inspiré par les dieux, et comme un mage. Orphée est le maître du carmen, qui est à la fois poésie et incantation. Cependant, dans les Géorgiques, la magie du chant d’Orphée est originale : elle tient à son caractère profondément élégiaque. En effet, c’est seulement après que le poète a définitivement perdu Eurydice, c’est seulement lorsqu’il est au comble du désespoir, qu’il parvient à charmer les bêtes sauvages :

  • 7 Virgile, Géorgiques, Livre IV, v. 507-510, Paris, Les Belles Lettres, 2009, p. 152, nous traduisons

Durant sept mois entiers, dit-on, durant sept mois de suite, sous une roche élevée, près des flots du Strymon sauvage, il pleura, et il récita ses malheurs sous les antres glacés, adoucissant les tigres et entraînant les chênes par son chant7.

9La magie du chant d’Orphée est indissociable de ses larmes. C’est le deuil du poète qui subjugue les bêtes sauvages. La compassion de ces dernières est rendue possible par le fait qu’Orphée lui-même est devenu quelque peu sauvage, comme le suggèrent son goût pour la solitude et pour un paysage inhospitalier qui symbolise sa détresse. Mais la compassion ne suffit pas. C’est aussi la beauté du carmen qui enchante les bêtes, et qui adoucit les tigres.

10La comparaison avec le rossignol Philomèle, qui occupe les vers suivants, montre bien comment Virgile conçoit le chant d’Orphée :

  • 8 Ibid., v. 511-515, nous traduisons.

Telle, sous l’ombre d’un peuplier, Philomèle affligée déplore la perte de ses petits, qu’un impitoyable laboureur aux aguets a enlevés de leur nid quand ils n’avaient pas encore de plumes ; alors elle pleure, et, posée sur une branche, elle recommence son chant malheureux, et remplit largement la nuit et la contrée de ses plaintes désespérées8.

11Pour Virgile, il n’existe pas de supériorité de l’homme sur l’animal. La douleur d’un poète venant de perdre son épouse est exactement de même nature que celle d’un oiseau ayant perdu ses petits. C’est la raison pour laquelle l’empathie entre l’homme et l’animal est possible, c’est ce qui explique qu’un tigre puisse être sensible au chagrin d’un veuf. Par ailleurs, le chant du poète fonctionne de la même façon que le chant du rossignol. C’est un pleur, qui se déploie longuement dans le temps et largement dans l’espace, afin de les unifier par son rythme. C’est un son déchirant dont la répétition fait naître une harmonie. C’est un gémissement qui, longuement modulé, se transforme en consolation. Tel est sans doute le sens de la présence des tigres, et de leur attendrissement : pour Virgile, la poésie n’est pas l’expression de la violence du désespoir, mais une douleur adoucie. L’attendrissement des tigres montre aussi que la magie du chant d’Orphée est inséparable de l’élégie.

  • 9 Ovide, Les Métamorphoses, Livre X, v. 143-144, nous traduisons.

12Aux livres X et XI des Métamorphoses (1-8 apr. J.-C.), Ovide reprend l’image d’Orphée charmant les bêtes sauvages. Comme chez Virgile, les animaux se rassemblent autour d’Orphée lorsqu’il pleure la disparition définitive d’Eurydice. Retiré dans les montagnes de Thrace, Orphée s’assied sur un plateau découvert, et, dès qu’il touche sa lyre, transforme ce plateau en paysage idyllique. Une foule d’arbres vient en effet rejoindre le poète, et Ovide en dresse un catalogue raffiné. Cette forêt abrite peu après un grand rassemblement d’animaux : « Telle était la forêt qu’avait attirée le poète, et il était assis, au milieu d’une foule de bêtes sauvages et d’oiseaux9. » Ovide se contente d’évoquer des animaux sauvages (ferae), et la mention des oiseaux (volucres), inspirée sans doute par la comparaison virgilienne à Philomèle, a pour fonction de mettre en valeur la beauté du chant d’Orphée, qui surpasse celle du chant des oiseaux. Si tous ces animaux ont été touchés par sa lyre, c’est sans doute parce qu’ils ont retrouvé leur sensibilité d’êtres humains, qu’ils étaient certainement avant d’être victimes de métamorphoses.

13Doté de cet auditoire mélomane et compatissant, Orphée devient alors le substitut d’Ovide, et prend en charge une série de récits mythologiques, par lesquels s’achève le livre X. Le chant d’Orphée n’est plus alors, loin s’en faut, un chant de deuil, et ce n’est plus ici la compassion qui sous-tend l’intérêt des animaux, mais bien plutôt leur goût pour une poésie raffinée, combinant élégamment les registres épique et amoureux.

14Au début du livre XI, Ovide rappelle par deux vers la présence de cet auditoire, mais c’est afin d’opposer l’attention paisible des animaux à la furie meurtrière des Bacchantes qui viennent se venger des dédains d’Orphée :

  • 10 Ibid., Livre XI, v. 1-5, nous traduisons.

Pendant que par un tel chant le poète de Thrace attire les forêts, le cœur des bêtes sauvages et les rochers qui le suivent, voici que les jeunes femmes des Ciconiens, en proie au délire, la poitrine couverte de peaux de bêtes, aperçoivent du haut d’un tertre Orphée qui marie ses chants aux sons des cordes qu’il frappe10.

15Orphée semble s’être remis en mouvement et est devenu le guide des bêtes sauvages, qui lui obéissent parce qu’elles ont une âme (animus), laquelle est touchée par la musique. La soumission de ces bêtes est une manifestation de la puissance pacificatrice de la poésie d’Orphée, poésie apollinienne qui restaure l’unité de la nature, l’union des créatures, et leur retour merveilleux à leur sensibilité originelle. Malheureusement, cette harmonie apollinienne va être détruite par le déchaînement dionysiaque des Bacchantes, qui entraîne le retour au chaos.

  • 11 Ibid., Livre XI, v. 20-22, nous traduisons.

16À cause de leur fascination pour l’aède, les animaux qui l’entourent sont les premières victimes de la frénésie sanguinaire des Bacchantes : « Et c’est d’abord sur les oiseaux innombrables, encore étourdis par la voix du chanteur, sur les serpents et sur la troupe des bêtes sauvages, que les Ménades s’emparèrent de ce signe du triomphe d’Orphée11. » Les animaux ne perçoivent pas le danger car ils sont étourdis (adtonitas), frappés de stupeur par la beauté du chant d’Orphée, ravis en extase par son chant. Le rassemblement des bêtes sauvages, devenues indifférentes à la mort par amour pour la musique, métaphorise évidemment l’auditoire dont rêve Ovide pour ses Métamorphoses : un auditoire capable de tout oublier pour ne pas perdre une syllabe de ses beaux vers.

  • 12 Ibid., Livre XI, v. 44-46, nous traduisons.
  • 13 « Te maestae volucres, Orpheu, te turba ferarum, / Te rigidi silices, tua carmina saepe secutae / F (...)

17Enfin, de la même manière qu’Orphée chantait sa douleur d’avoir perdu Eurydice, les animaux sauvages, après la mort de celui-ci, chantent leur deuil du poète : « Sur toi, Orphée, les oiseaux affligés, sur toi la foule des bêtes sauvages, sur toi les durs rochers, les forêts qui souvent ont suivi tes chants, ont pleuré12 ». L’anaphore du pronom latin te13, souvenir de la lamentation d’Orphée sur la mort d’Eurydice dans les Géorgiques, suggère une harmonieuse polyphonie rassemblant les différentes voix d’une nature rendue à son tour musicienne par sa sensibilité au talent d’Orphée. Gagnées par l’inspiration poétique, les bêtes sauvages prennent le relais du poète et assument le carmen, dans un registre élégiaque. Leur deuil évoque la persistance d’un chant universel après la disparition de l’artiste.

18Les vers de Virgile n’ont rencontré aucun écho chez les artistes antiques, sans doute parce que leur caractère extrêmement pathétique leur paraissait difficilement transposable dans les arts plastiques. L’art romain, en effet, ne prisait guère la représentation de la douleur. En revanche, les vers d’Ovide mettant en scène le rassemblement des bêtes sauvages autour d’Orphée ont été abondamment illustrés, surtout à l’époque hellénistique, et en particulier dans le domaine de la mosaïque.

19Le musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal de Vienne (Isère) conserve ainsi un magnifique ensemble de mosaïques datant du second siècle après Jésus-Christ, qui décoraient le sol du frigidarium des thermes d’une riche demeure construite au bord du Rhône. Ce pavement est constitué de plusieurs médaillons. Au centre, dans un octogone, on reconnaît Orphée, assis sur un rocher, et jouant d’une lyre à huit cordes dont la caisse de résonance semble être une carapace de tortue. Deux arbres de format réduit l’encadrent, et leurs troncs souples font écho au mouvement des bras de la lyre, comme pour esquisser une discrète chorégraphie. Orphée est vêtu à l’orientale, et la torsion de son corps - lyre maintenue sur le genou gauche, visage tourné vers la droite - suggère qu’il est en proie à l’inspiration poétique.

20Tout autour d’Orphée, huit médaillons présentent des bêtes sauvages (un sanglier, une panthère, un lion, un cheval), et des oiseaux (un canard, une perruche, une perdrix, une poule sultane). Tous ces animaux sont figurés en plein élan, comme emportés par la musique d’Orphée. L’artiste s’est donc livré à une illustration littérale des vers 143 et 144 du livre X des Métamorphoses d’Ovide. Dans cette villa gallo-romaine, la fascination des animaux pour le chant d’Orphée est un hommage au pouvoir enchanteur de la musique. Peut-être la mosaïque contient-elle également un message politique : de même qu’Orphée a su enchanter les animaux sauvages, de même la Pax romana séduit-elle, par son harmonie, les contrées autrefois troublées qui veulent jouir de ses bienfaits.

  • 14 Pierre Prigent, L’Art des premiers chrétiens. L’héritage culturel et la foi nouvelle, Paris, Desclé (...)

21On trouve également des illustrations de ces vers d’Ovide dans les Catacombes de Rome, ce qui est particulièrement étonnant. Les premiers chrétiens ont en effet souvent illustré le thème profane d’Orphée charmant les animaux, en particulier dans l’art funéraire. Ainsi, sur une fresque de la catacombe de Domitille, on reconnaît Orphée qui, assis sur un rocher entre deux collines, chante en posant une main sous sa poitrine, tandis qu’il tient de l’autre une flûte de pan. À sa droite, un tigre couché lève la tête vers lui, comme suspendu à ses paroles ; à côté de ce tigre se dresse un bouc, très attentif lui aussi. À la gauche d’Orphée se trouvent une autruche et un bélier : l’artiste a donc pacifiquement associé des animaux exotiques au bestiaire domestique, tout en rapprochant le prédateur et sa proie ; la lutte des espèces est suspendue par le chant de l’aède. Rien ne distingue cette composition d’une peinture païenne, si ce n’est sa situation, au sommet de la voûte, emplacement ordinairement réservé aux représentations du Bon Pasteur14.

22Pour quelles raisons les premiers chrétiens ont-ils intégré Orphée et son cortège d’animaux à leurs décors funéraires ?

  • 15 Cf. Kurt Weitzmann, Age of Spirituality, A Symposium, New York / Princeton, The Metropolitan Museum (...)

23Tout d’abord, Orphée était plus proche de la religion chrétienne qu’aucune autre figure païenne, parce qu’il passait pour avoir voyagé en égypte, où il avait pu découvrir les livres de Moïse, et se convertir au monothéisme. On savait ensuite qu’il était revenu des Enfers, et qu’il était un messager de la résurrection. Par ailleurs, les artistes des catacombes avaient pu subir l’influence d’un modèle iconographique juif qui assimilait le roi David à Orphée, et le montrait jouant de la harpe devant un parterre d’animaux15. Enfin, un certain nombre de textes saints permettaient de voir en Orphée une préfiguration du Christ. Ainsi, l’évêque Eusèbe de Césarée, contemporain des fresques, proposait-il dans sa Louange de Constantin une interprétation chrétienne du pouvoir d’Orphée sur les animaux. De même que sa lyre avait enchanté les bêtes et transformé leur férocité en douceur, de même, le Verbe de Dieu enchantait les hommes, convertissait les païens et maîtrisait les passions :

  • 16 Eusèbe de Césarée, Harangue à la louange de l’empereur Constantin, XIV, traduction de M. Cousin, Pa (...)

Les Grecs rapportent dans leurs fables qu’Orphée adoucit autrefois par ses chansons les bêtes les plus farouches. […] Le Verbe de Dieu qui fait une musique et une harmonie infiniment plus excellente, ayant résolu d’apporter un remède salutaire aux maladies de l’homme, quelqu’impliquées qu’elles fussent, prit en main un Instrument que sa Sagesse avait inventé, un Corps et une Ame, et touchant cet Instrument avec une adresse non pareille, il enchanta non les bêtes, mais les hommes, apprivoisa les Grecs et les Barbares, et dompta leurs passions16.

24Dans les catacombes, les animaux subjugués par le chant de l’aède thrace étaient donc en réalité des images des fidèles ravis en extase par la Vérité divine. Leur soumission à Orphée métaphorisait l’attitude du bon chrétien, remettant sa vie entre les mains de Dieu, adhérant sans réserves à sa promesse de résurrection.

25En outre, les artistes avaient très certainement en mémoire la parabole d’Isaïe, qui décrit le règne du Messie comme la cohabitation fraternelle des bêtes sauvages et des animaux domestiques :

  • 17 Isaïe, XI, 6-9, traduction par l’École biblique de Jérusalem.

Le loup habitera avec l’agneau,
la panthère se couchera avec le chevreau,
Le veau, le lionceau et la bête grasse iront ensemble […],
La vache et l’ourse paîtront […].
On ne fera plus de mal ni de violence sur toute ma montagne sainte
Car le pays sera rempli de la connaissance de Yahvé,
Comme les eaux couvrent le fond de la mer17.

  • 18 Pierre Prigent, op. cit., p. 131.
  • 19 Ibid., p. 142.

26Cette fraternité des différentes espèces, exotiques et domestiques, est clairement représentée sur la fresque de la catacombe de Domitille. Les animaux subjugués par Orphée y annoncent la paix universelle qui règnera dans le royaume de Dieu. Leur rassemblement pacifique préfigure l’harmonie du paradis chrétien. Le cortège d’Orphée présente aux fidèles une image idéale de l’au-delà, celle d’un « monde miraculeusement pacifié18 » dans lequel ils revivront pour l’éternité. Tigres et boucs, autruches et béliers s’associent fraternellement dans les catacombes afin de proposer aux chrétiens une attrayante « parabole de la paix paradisiaque19 », évoquant par son exotisme les merveilles inconnues qui les surprendront par delà le tombeau.

  • 20 Luca della Robbia, La Musique, 1437-1439, Florence, Musée de l’Œuvre de la Cathédrale. Cette image (...)

27À partir du ve siècle, le thème d’Orphée charmant les animaux disparaît du répertoire iconographique chrétien. Souvent déprécié par les pères de l’Église, il n’intéresse plus guère les artistes du Moyen Âge, mais il fait un retour en force à la Renaissance. On le trouve par exemple sur un panneau décoratif sculpté par Luca della Robbia pour le campanile du Duomo de Florence20. Mais c’est surtout en Flandres, à partir de la fin du xvie et au début du xviie siècle, que le motif d’Orphée charmant les animaux reçoit son développement le plus spectaculaire. Le bestiaire d’Orphée bénéficie alors des recherches récentes sur le paysage et de l’extraordinaire engouement des peintres pour l’histoire naturelle.

28Attribué à

  • 21 Sebastiaan Vrancx, Orphée charmant les animaux, c. 1595, huile sur bois, 55 X 69 cm, Rome, Galerie (...)

29Dès 1595, Sebastiaan Vrancx peint un Orphée charmant les animaux particulièrement séduisant21. Sur une clairière verdoyante, Vrancx a assemblé en une composition circulaire une étonnante diversité d’espèces : grues, canards, dindon, vaches, léopard, lion, dromadaire, paon, lynx, cheval, autruche, cerfs, lapins, cigogne et licorne. Orphée, confiné à l’arrière-plan du tableau, à la lisière de la forêt, joue de la viole, couronné de lauriers, les yeux tournés vers le ciel. Sa situation tout au fond de la scène, et l’indifférence des animaux à son égard montrent bien que la référence à l’Orphée n’est pour Vrancx qu’un prétexte. Le peintre a vu dans le mythe une occasion de peindre un paysage idyllique, et de dresser un inventaire des espèces animales sur le modèle des représentations du paradis terrestre. Le motif païen d’Orphée charmant les animaux n’est plus mis au service de la foi chrétienne ; c’est au contraire l’iconographie spécifiquement chrétienne - celle du paradis - qui accueille le mythe d’Orphée. Le peintre rend ainsi un hommage double mais inégal à l’infinie puissance du Dieu créateur, et au modeste talent de l’artiste, qui, perdu parmi les merveilles de la création, s’efforce d’imiter l’harmonie divine.

  • 22 Roelandt Savery, 1576-1639, Catalogue d’exposition, Prague, Galerie Narodni, et Courtrai, Broelmuse (...)
  • 23 Orphée, 1628, huile sur bois, 53 X 81 cm, Londres, National Gallery. Cette image est visible à l’ad (...)

30Un autre peintre flamand du début du xviie siècle s’est passionné pour le motif d’Orphée charmant les animaux. Il s’agit de Roelandt Savery à qui la Galerie Narodni de Prague a consacré une exposition en 201122. Le thème mythologique d’Orphée charmant les animaux est pour lui, comme pour Vrancx, un prétexte commode lui permettant de se livrer à sa pratique favorite, la peinture animalière. En effet, de 1603 à 1613, Roelandt Savery s’est mis au service de l’empereur Rodolphe II de Habsbourg, qui, ayant transféré sa résidence à Prague, y a créé une ménagerie célèbre dans toute l’Europe. Savery a donc pu réaliser sur le vif d’innombrables « portraits » des animaux exotiques rassemblés par l’empereur, reflétant ainsi l’intérêt nouveau de son temps pour l’histoire naturelle et pour l’étude des espèces méconnues - son dessin le plus célèbre étant celui du dodo, aujourd’hui disparu. Il a ensuite indifféremment disposé ces animaux dans des compositions mythologiques, dans des représentations du Paradis terrestre, ou dans des paysages de fantaisie. Dans l’Orphée charmant les animaux de Londres23, Savery peint les hôtes de la ménagerie de Rodolphe II avec une grande précision anatomique, tout en les dotant d’une justesse de mouvement rare pour l’époque. Ainsi, le lion à la crinière soyeuse se repose tandis que la lionne, plus fine et plus énergique, semble prête à s’élancer, le dromadaire au poil frisé qui escorte le cheval fait valoir les sinuosités de sa silhouette, le perroquet rouge perché sur une branche haute se penche pour faire une confidence à l’ara bleu, la grue couronnée explore les rochers, l’éléphant d’Asie secoue lourdement sa trompe en ne retournant sa tête qu’à demi, et à la place d’honneur, à la droite d’Orphée, un énorme pélican semble absorbé par sa digestion.

31Roland Savery se livre donc à un inventaire pictural du monde animal, comme pour rivaliser avec les plus grands zoologues, mais reste attentif à présenter chaque spécimen sous son plus beau jour. Les pelages et les plumages sont lustrés et accrochent la lumière, les robes ocres alternent savamment avec les robes blanches, les touches de rouge (coq, robe d’Orphée, perroquet) sont régulièrement disposées dans la composition, et tandis que l’éléphant baigné de lumière se fond à l’horizon dans les ruines et les rochers, l’or et le bleu nuit de la grue couronnée se détachent à dessein sur l’écume immaculée d’une cascade, afin d’assurer un relais entre les teintes bleutées de l’horizon et l’harmonie mordorée du sous-bois.

32Enfin, Roelandt dispose ces animaux dans un paysage irréel, où un premier plan sombre s’oppose à un second plan intensément lumineux, auquel de nombreux rehauts de blanc apportent un éclat surnaturel. Les lignes tourmentées des branches, l’agitation du ciel, l’apparition dans le lointain d’une ruine fantomatique et l’étrange luminosité de l’arrière-plan donnent un caractère presque fantastique à ce tableau. Ainsi Roelandt Savery mêle-t-il précision réaliste et fantaisie poétique dans cette transposition merveilleusement amplifiée des vers d’Ovide. Les animaux suggèrent, par leur tranquille entremêlement, le pouvoir pacificateur de la musique, tout en révélant par leur beauté les splendeurs inimitables de la création.

33Deux ans après la mort de Roelandt Savery, le poète français Tristan L’Hermite publie une idylle héroïque intitulée L’Orphée, au sein de son recueil La Lyre, qui s’inspire manifestement des Métamorphoses d’Ovide. Tristan annonce d’emblée, par l’emploi d’un vocabulaire spécifique, son intention de rivaliser avec les peintres :

  • 24 Tristan l’Hermite, «  L’Orphée », La Lyre (1641), Genève, Droz, 1977, p. 44.

Je veux despeindre icy d’une vive couleur,
Ce que tenta ce Chantre accablé de douleur24

34Comme Ovide, Tristan dresse un catalogue des arbres qui viennent écouter l’aède en deuil, mais il le fait suivre par un catalogue d’oiseaux :

  • 25 Ibid., p. 48-50.

Mille petits Oyseaux serrans leurs plumes peintes,
Y deviennent muets pour entendre ses plaintes :
Là le Chardonneret, le Tarin, le Pinson
Escoutent à l’envy cette docte leçon ;
Le Serin la medite, & l’aymable Linotte
En forme en son idée une petite notte.
Jamais le Rossignol, ce Chantre ingenieux,
Cet Atome sonnant, ce point armonieux,
Qui mesle en ses motets un si rare artifice,
Contre ce Champion n’ose entrer dans la lice […]
Et parmy tous ceux-cy beaucoup d’Oyseaux de proye
Semblent aussi charmez, n’être faits que de soye […]
Ainsi la Majesté d’une voix docte & belle,
Suspend la tirannie & la peur naturelle ;
Et sous l’autorité de ses charmes puissans
Mille Peuples divers sont tous obeissans25.

  • 26 Ibid., p. 50, cf. la note de Jean-Pierre Chauveau.

35Tristan explique le silence de ces oiseaux par leur compassion et leur respect pour le deuil d’Orphée, mais aussi par leur conscience de l’imperfection de leur propre chant. À son tour, il insiste fortement sur la vertu pacificatrice de la musique, qui suspend les guerres, adoucit l’appétit de puissance des plus forts et apaise les craintes des plus faibles. La description des oiseaux a donc une portée morale, voire politique, car elle constitue peut-être un éloge déguisé de l’autorité de Louis XIII, surnommé « le Juste26. »

36Cependant, la métaphore des « plumes peintes », au début de cette liste, suggère que l’ambition de Tristan est également picturale. On sait qu’il s’inspire de l’Orfeo de Marino (1602). Comme le poète italien, Tristan cherche à rivaliser, par les moyens du langage, avec les arts visuels, et se propose plus particulièrement d’égaler en virtuosité les peintres animaliers de son temps. À la manière des artistes flamands, il ajoute à son répertoire d’oiseaux une représentation édénique de la fraternité des créatures terrestres :

  • 27 Ibid., p. 50-53.

Là se viennent coucher en diverse posture
Cent Animaux divers de forme & de nature […] :
Le Castor y fait voir sa longue pane rousse,
Le Porc espic ses trais dont luy-mesme est la trousse.
Le Tigre y met au jour son beau gris argenté
Qu’avec art la Nature a si bien moucheté […].
Là se vient presenter la Martre Zebeline,
Là, se laisse ravir la pure & blanche Hermine […].
Le Grifon de son Or, & l’aymable Licorne
Y donne pour tribut sa precieuse corne27 […] ».

37Certes, une telle énumération présente Orphée, et, à travers lui, tout musicien, comme une figure de la civilisation contre la barbarie, de l’harmonie contre la discorde ; elle magnifie également les pouvoirs enchanteurs du castrat Berthod, à qui est dédié ce poème. Mais la référence picturale est évidente. C’est aux peintres flamands que Tristan a emprunté l’idée d’un inventaire zoologique. C’est à eux qu’il doit cette composition fantaisiste mêlant intimement bêtes sauvages et bêtes domestiques, animaux familiers et animaux exotiques. Ce sont les maniéristes du Nord qu’il imite en nous donnant à voir simultanément l’infinie diversité des créatures et le caractère particulier de chacune, le mouvement des unes que souligne le repos des autres, et ces teintes rousses et grises, ponctuées de blanc, d’argent et d’or, qui font régner l’harmonie au sein de l’exhaustivité. Tristan L’Hermite connaissait-il Roelandt Savery, qui vint travailler à la cour d’Henri IV ?

  • 28 Jacques Stella, Orphée, Frontispice pour La Lyre de Tristan, gravé par Pierre Daret, 1641, Paris, B (...)

38L’Orphée de Jacques Stella, dont une gravure orne le frontispice de La Lyre en 164128, pourrait avoir été inspiré en partie par celui de Savery qui est conservé à Berlin. Il est clair en tout cas que la poésie de Tristan, si visuelle, si brillante, si fourmillante de détails et de mouvements, entretient des rapports étroits avec la peinture flamande de son temps.

  • 29 Théodore de Banville, «  La Voie lactée », Les Caryatides, 1842, Œuvres poétiques complètes, t. I, (...)
  • 30 Lors de sa publication en 1911, Le Bestiaire ou cortège d’Orphée est accompagné de gravures réalisé (...)

39Cette amplification poétique des vers d’Ovide fera des émules - nous songeons en particulier à « La Voix Lactée » de Théodore de Banville29. Puis, chez Apollinaire, la rivalité entre poésie et peinture s’efface au profit d’une complémentarité complice des vers et de la gravure30, au sein de laquelle les animaux d’Orphée ne se contentent plus d’accompagner le poète dans sa souffrance, mais incarnent désormais ses pensées amoureuses et ses visées esthétiques.

Notes

1 Arlette Bouloumié, «  La résurgence du mythe d’Eurydice et ses métamorphoses dans l’œuvre d’Anouilh, de Pascal Quignard, de Henri Bosco, de Marguerite Yourcenar, de Michèle Sarde, et Jean-Loup Trassard », Loxias 2, mis en ligne le 15 janvier 2004, http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=1244

2 Guillaume Apollinaire, Le Bestiaire ou cortège d’Orphée, Paris, Gallimard, 1972, p. 146.

3 Rainer Maria Rilke, Les Sonnets à Orphée, traduits de l’allemand par Armel Guerne, Paris, Seuil, 1972, p. 107.

4 Euripide, Les Bacchantes, v. 560-564, nous traduisons.

5 Apollonios de Rhodes, Les Argonautiques, Chant I, v. 569-579, traduction d’Henri de la Ville de Mirmont, Bordeaux, G. Gounouilhou, 1892.

6 Diodore de Sicile, Histoire universelle, tome Ier, livre IV, 25, nous traduisons.

7 Virgile, Géorgiques, Livre IV, v. 507-510, Paris, Les Belles Lettres, 2009, p. 152, nous traduisons.

8 Ibid., v. 511-515, nous traduisons.

9 Ovide, Les Métamorphoses, Livre X, v. 143-144, nous traduisons.

10 Ibid., Livre XI, v. 1-5, nous traduisons.

11 Ibid., Livre XI, v. 20-22, nous traduisons.

12 Ibid., Livre XI, v. 44-46, nous traduisons.

13 « Te maestae volucres, Orpheu, te turba ferarum, / Te rigidi silices, tua carmina saepe secutae / Fleverunt silvae. »

14 Pierre Prigent, L’Art des premiers chrétiens. L’héritage culturel et la foi nouvelle, Paris, Desclée de Brouwer, 1995, p. 131.

15 Cf. Kurt Weitzmann, Age of Spirituality, A Symposium, New York / Princeton, The Metropolitan Museum of Art / Princeton University Press, 1980.

16 Eusèbe de Césarée, Harangue à la louange de l’empereur Constantin, XIV, traduction de M. Cousin, Paris, Foucault, 1686, t. I, p. 283.

17 Isaïe, XI, 6-9, traduction par l’École biblique de Jérusalem.

18 Pierre Prigent, op. cit., p. 131.

19 Ibid., p. 142.

20 Luca della Robbia, La Musique, 1437-1439, Florence, Musée de l’Œuvre de la Cathédrale. Cette image est visible à l’adresse web suivante  : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Formella_22,_orfeo_o_la_musica,_luca_della_robbia,_1437-1439.JPG?uselang=fr

21 Sebastiaan Vrancx, Orphée charmant les animaux, c. 1595, huile sur bois, 55 X 69 cm, Rome, Galerie Borghese. Cette image est visible sur le site web de la Réunion des Musées Nationaux, mais elle y est attribuée de manière imprécise à l’école de Jan Brueghel l’Ancien, dit Brueghel de Velours  : http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=5&FP=27680511&E=2K1KTSGCCJ6SC&SID=2K1KTSGCCJ6SC&New=T&Pic=1&SubE=2C6NU0CYSEJY

22 Roelandt Savery, 1576-1639, Catalogue d’exposition, Prague, Galerie Narodni, et Courtrai, Broelmuseum, Snoek, 2011.

23 Orphée, 1628, huile sur bois, 53 X 81 cm, Londres, National Gallery. Cette image est visible à l’adresse web suivante  : http://www.nationalgallery.org.uk/paintings/roelandt-savery-orpheus

24 Tristan l’Hermite, «  L’Orphée », La Lyre (1641), Genève, Droz, 1977, p. 44.

25 Ibid., p. 48-50.

26 Ibid., p. 50, cf. la note de Jean-Pierre Chauveau.

27 Ibid., p. 50-53.

28 Jacques Stella, Orphée, Frontispice pour La Lyre de Tristan, gravé par Pierre Daret, 1641, Paris, Bibliothèque nationale, Cabinet des Estampes.

29 Théodore de Banville, «  La Voie lactée », Les Caryatides, 1842, Œuvres poétiques complètes, t. I, Paris, Champion, 2000.

30 Lors de sa publication en 1911, Le Bestiaire ou cortège d’Orphée est accompagné de gravures réalisées par Raoul Dufy.

Auteur

Université d'Angers, L'UNAM, CERIEC EA 922

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable