Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bestiaires

 | 
Frédérique Le Nan
, 
Isabelle Trivisani-Moreau

Première partie - Ordre du livre, ordre du monde : l'animal entre classement et classification

Un cas limite : les « plant-animaux » de Claude Duret

Isabelle Trivisani-Moreau

Texte intégral

1Les grands voyages de la période moderne ont amené le monde occidental à découvrir des milieux aux climats différents où vivent animaux et végétaux inconnus de l’Europe que l’on s’efforce d’analyser et de classer au moyen d’outils scientifiques traditionnels. C’est dans ce contexte que Claude Duret publie en 1605 une Histoire admirable des plantes et herbes esmerveillables & miraculeuses en nature : mesmes d’aucunes qui sont vrays Zoophytes, ou Plant’animales, Plantes & Animaux tout ensemble, pour avoir vie vegetative, sensitive & animale. L’ouvrage repose sur la compilation des nombreux auteurs qui, depuis l’Antiquité, ont traité des plantes, mais se nourrit aussi des écrits plus récents des voyageurs. L’ambition de l’auteur n’est pas de répertorier l’ensemble des plantes que contiendrait un univers de la connaissance désormais singulièrement élargi : son émerveillement n’est pas d’ordre quantitatif mais qualitatif. Il ne retiendra que les plantes les plus extraordinaires, tout particulièrement celles qui ne sont pas tout à fait des plantes puisqu’elles méritent, selon lui, le nom de « Plant’animales ».

  • 1 La distinction entre les différentes fonctions de l’âme et la question des règnes, particulièrement (...)

2La fin de son long titre fait référence à une vision hiérarchisée du vivant issue des débats autour de la conception aristotélicienne de l’âme qui adopterait des formes variées selon les êtres : si, au plus bas, la plante ne dispose que d’une âme végétative, l’animal lui ajoute une âme sensitive, tandis que l’homme seul leur adjoint une âme intellective1. En associant à la « vie végétative », attendue pour les plantes, une vie « sensitive » et, plus explicitement encore, « animale », Duret produit un ouvrage touchant aux deux grands domaines qui préoccupent la botanique à l’époque moderne, la description et surtout la classification. Pour cette dernière, il révèle toutes les difficultés d’une époque où l’analyse scientifique peine à suivre l’abondance des découvertes : entre les différentes catégories, les limites sont douteuses. Pour pallier les hésitations de la classification, la description pourrait constituer un recours : la spécificité d’un des objets du livre de Duret, les zoophytes, tend à tirer partiellement la part descriptive vers une peinture des comportements telle qu’elle était pratiquée dans les bestiaires médiévaux. Travaillé par l’incertitude scientifique, cet ouvrage inscrit dans l’époque baroque est menacé par le risque du fabuleux, ce que l’auteur tente de récuser en entant sa démarche, par son « Advertissement aux lecteurs benevoles », dans une célébration de la puissance de Dieu, organisateur d’une Nature qui doit susciter admiration et émerveillement. On tentera d’analyser comment il cherche, avec plus ou moins de succès, à rendre crédible l’existence de ces plant’animaux qui viennent enrichir le bestiaire du monde. On s’arrêtera d’abord sur la figure du borametz, exemple par excellence de ces zoophytes, qui illustrent l’intérêt qu’il souhaite susciter autour de la nature du vivant. On verra ensuite plus largement sur quels aspects de celle-ci il fait particulièrement porter son attention avant d’envisager les forces parfois contradictoires qui travaillent la crédibilité du propos.

  • 2 C. Duret, Histoire admirable des plantes et herbes esmerveillables & miraculeuses en nature : mesme (...)
  • 3 Op. cit., p. 323.

3Duret consacre son XXIXe et dernier chapitre, près d’une vingtaine de pages, aux « Boramets de Scythie ou Tartarie » qui constituent à ses yeux le meilleur prototype de ces zoophytes annoncés par le titre. Arrivé au terme de l’examen de « tous les plus estranges & esmerveillables arbres, arbustes, Plantes & Herbes »2, il tient à souligner combien ces dernières créatures sortent, plus encore que les précédentes, de la catégorie ordinaire des plantes pour s’installer entre végétaux et animaux. Elles « sont vrais Zoophytes ou Plant-Animaux, c’est-à-dire, Plantes & Animaux tout ensemble, vivants & sensitifs, voire brouttans & mangeans comme les animaux à quatre pieds »3. Passant en revue les différents auteurs et témoignages qu’il a pu rassembler sur un tel sujet, il démultiplie les descriptions :

  • 4 Op. cit., p. 325.

« ainsi que Moyse Clusensis a affermé soubs l’authorité de Rabbi Simeon, il y a vn animal appellé Ieduah semblable en forme à vn aigneau, du milieu du nombril duquel il procede comme vne corde, par laquelle ainsi qu’vne citrouille, cest animal est conioint au solage de la terre, & tout ce que la longueür de ladite corde en environnant, s’estend, ce cruel animal le ravit & deuore. Lequel les chasseurs ne peuuent prendre s’ils ne couppent à coups de sagettes sa corde, laquelle couppée, incontinent cest animal vient à estre prosterné en terre & à mourir : Les os duquel4… »

4Parmi la dizaine de passages descriptifs portant dans ce chapitre sur ce plant’animal, celui-ci tend davantage à le ranger du côté des animaux : il est en effet clairement désigné comme tel, « il y a vn animal », « cest animal », « ce cruel animal », des éléments corporels, un « nombril » et des « os » l’y rattachent, de même que la mention d’une action, la chasse, subie ou accomplie (« cruel ») pour se nourrir. Mais le portrait en tant qu’animal est concurrencé par la description comme plante : le verbe « prosterner » n’apparaît pas sous la forme pronominale attendue, mais avec un passif qui prive la créature d’une véritable autonomie. C’est plus particulièrement par le jeu des comparaisons que l’ambiguïté est entretenue : tout en opérant un rapprochement, celle-ci dit également ce que n’est pas par nature un être. Accrochée au sol « ainsi qu’vne citrouille », cette créature n’est pas exactement une citrouille, ce qui n’empêche pas qu’elle soit une autre plante mais laisse la possibilité qu’elle soit un animal ; de même pour la formule « semblable en forme à vn aigneau », tandis que la dernière assimilation, « du milieu du nombril duquel il procede comme vne corde », joue sur l’ambiguïté du mot « corde » d’ordinaire élaborée à partir de fibres végétales, mais évoquant davantage ici un cordon ombilical.

  • 5 Sur l’histoire de la légende des borametz, voir la mise au point de l’ethnologue Jean-Loïc Le Quell (...)

5Les légères variations que les autres passages descriptifs de ce chapitre proposent amènent le lecteur à considérer que tous ces auteurs parlent bien de la même créature : si son nom peut varier (Ieduah, Smarcandeos, Boramets, Baramets, Borauets…), son origine se situe en Tartarie (ancienne Scythie), parfois plus précisément vers « Zavolhense entre le fleuve de Volghe & Saick ». Peut être mentionnée sa naissance dans des graines légèrement plus grandes que celles d’un melon. À partir du sol auquel il reste attaché par son « nombril » ou « milieu » le zoophyte s’élève par une « tige » ou « corde ». Outre les os parfois mentionnés, son corps est rempli d’un suc au goût très agréable appelé aussi liqueur mais également « vray sang » et composé d’une sorte de chair ressemblant à celle des écrevisses, des langoustes ou des « cancres » qui le fait rechercher des loups tantôt exclusivement tantôt avec d’autres bêtes « rauissantes ». À l’extérieur, il a toutes les apparences d’un petit agneau, en particulier pour la tête, en dehors des cornes que remplacent des « brins d’herbe » parfois appelés « poils » mais conservant la forme de cornes ; il peut en être de même pour ses pieds. Sa peau « déliée » est utilisée pour faire « des accoustremens de teste » et il est chassé par les hommes qui ne peuvent le prendre qu’en rompant la corde qui le rattache à la terre5.

  • 6 Op. cit., p. 332.
  • 7 Op. cit., p. 335.
  • 8 Op. cit., p. 340.

6La répétition de ces éléments descriptifs dresse une sorte de portrait-robot dans lequel les différences de détail semblent infimes : loin de se contredire entre eux, ces légers écarts semblent surtout tenir à l’hésitation des locuteurs cités par Duret non sur tel ou tel aspect précis de la créature, mais sur son essence. Faut-il la décrire comme une plante ou comme un animal ? Si tel auteur semble privilégier l’un des points de vue, l’accumulation d’avis divergents ou, pour certains, hésitants, construit le maintien de l’ambiguïté. Dans l’ensemble du chapitre, la désignation comme plante l’emporte sur celle, nettement plus rare, d’animal, mais l’emploi du terme de « plante » est parfois immédiatement contesté (« une certaine Plante, si Plante se doit appeler6 » ; « cestedite plante (ou plustost un vray Zoophyte)7 »… au point que Duret préfère à un moment matérialiser cette incertitude dans la substantivation de la locution « ie ne sçay quoy »8. Sur la quinzaine d’emplois du mot composé de « plante » et « animal », au singulier ou au pluriel, une seule forme du mot « animal » est au féminin, comme adjectif s’accordant avec « plante », toutes les autres sont des masculins, donc des substantifs qui établissent un rapport d’égalité entre plante et animal. Ceci est confirmé par l’emploi quasiment constant du mot composé au sein de l’expression « Zoophyte ou Plante animal », cette désignation redoublée étant renforcée par l’adjectif « vrai » dans le tiers des occurrences.

  • 9 Voir S. Mazauric, art. cit., p. 12.
  • 10 Op. cit., p. 240.
  • 11 Op. cit., p. 281.

7Comment expliquer ce renforcement déjà présent dans le titre ? Le groupe nominal « vrai zoophyte » réunissant adjectif et nom préexiste au traité de Duret : l’expression renvoie à des créatures attestées vivant dans la mer qu’Aristote, sans encore les nommer ainsi, avait regroupées en fonction de leur statut intermédiaire9. En ce sens, l’adjectif « vrai » affirme l’authenticité de l’existence de ces créatures dont le lecteur pourrait douter dans un ouvrage qui, dès son titre, promet de mettre en avant la merveille. Chez Duret ce sens se double sans doute d’un autre : si les boramets, ces zoophytes qui n’apparaissent qu’en fin d’ouvrage, sont qualifiés de « vrais », c’est que les autres créatures « esmerveillables » évoquées auparavant l’étaient moins. De fait il existe une ambiguïté dans le titre, liée à son intention publicitaire : dans un premier temps Duret promet une histoire des plantes esmerveillables, mais il ajoute aussi qu’y figureront de « vrais zoophytes ». Même s’il ne s’agit que de la deuxième partie du titre, le lecteur attend que soit réservée, à côté des plantes pures, une importante portion du texte à ces zoophytes. Or la désignation explicite de telle ou telle créature comme zoophyte est en réalité très rare : Duret semble avoir réservé ce terme d’une part à ce borametz qu’il nous livre en dernier lieu, d’autre part aux zoophytes marins déjà envisagés partiellement par Aristote et regroupés en 1554 par Guillaume Rondelet dans L’Histoire entière des poissons. Il se réfère à cet ouvrage au chapitre XVIII consacré au « Phallus Hollandicus » : au même titre que les « Estoiles de mer, Soleil de mer, Holothuries, Tethyes, Pennaches de mer, Grappes de mer, Albergame de mer, Concombre de mer, Poulmons de mer, Giroflade de mer, & des Espõges », celui-ci appartient à la catégorie des « estranges & emerveillables Zoophytes ou Plant’animaux de la mer, c’est-à-dire les poissõs qui semblent participer de la nature des Plantes, & des poissons & animaux tout ensemble10 ». Le traité de Rondelet, en installant au milieu de l’ouvrage de Duret ces zoophytes marins qui, bien qu’« admirables », « estranges & emerveillables » n’en sont pas moins attestés, porte caution pour la suite : alors que les zoophytes marins sont bien connus, la promotion d’un zoophyte terrestre examiné à une place marquante du volume pour le conclure vaut démonstration. Un peu plus loin, au chapitre XXV consacré à l’arbre vergogneux, Duret retrouve la même référence quand il compare cet arbre aux éponges11.

  • 12 Op. cit., p. 336-7.
  • 13 Sur la réorientation du motif déjà connu du borametz vers une célébration des merveilles de la créa (...)
  • 14 Sur les autres œuvres de C. Duret, voir F. Secret, « La kabbale chez Du Bartas et son commentateur (...)

8Ainsi le dernier chapitre qui inscrit le borametz dans la catégorie des zoophytes s’appuie-t-il sur les pierres d’attente déjà posées par l’ouvrage : l’emploi de l’adjectif « vrai » permet de ranger cette dernière créature au même niveau que les zoophytes marins auxquels il fait alors à nouveau référence. Pour donner plus de crédit à son idée, il fait appel à l’autorité de Cardan qui « a esté en fin necessité & contrainct de confesser qu’en vn lieu remply d’air crasse & espais (tel qu’est celuy de Tartarie) les Boramets, vrais Zoophytes ou Plant’animaux, tels qu’ils sont secrits cy dessus, pouuoient estre & se trouuer en nature aussi bien que les Espõges, Vrtiques ou orties, Poulmons de mer, & autres, lesquels vn chacun sçait estre vrais Zoophytes ou Plant’animaux »12. La présentation en fin d’ouvrage du borametz fait ainsi apparaître l’intention démonstrative de Duret guidant ses lecteurs vers l’admiration suscitée par la création divine : il reproduit par là le sentiment qu’il avait pu lui-même éprouver en tant que lecteur puis commentateur de Du Bartas qui, dans « L’Eden », première partie du livre I de sa Seconde semaine, avait placé le borametz au cœur du Paradis terrestre13. Le travail réalisé pour ce commentaire, paru en 159114, l’a manifestement marqué au point de lui fournir l’idée et de son Histoire admirable des plantes et herbes esmerveillables…, et de son Thresor de l’histoire des langues de cest univers… paru plus tard en 1613.

  • 15 La compilation érudite de C. Duret pourrait avoir inspiré la plus concise 164e Conférence du bureau (...)

9Point d’orgue de l’Histoire de Duret, le borametz a été précédé d’autres créatures pour lesquelles l’auteur dresse le constat d’une vie non seulement « végétative », mais bien « sensitive » et « animale »15. À nouveau c’est dans Du Bartas qu’il trouve ces créatures qui suivaient, dans le poème, la découverte par Adam du borametz dans les allées du Paradis terrestre. Leur morphologie évoque moins un animal que ne le fait le borametz, mais d’autres critères, comme l’origine et surtout la sensibilité, font miroiter une interrogation récurrente sur leur nature. La question de l’origine est particulièrement présente aux chapitres XXVI et XXVII qui évoquent, à travers de nombreux écrits, des bois ou arbres qui semblent donner naissance à des oiseaux tantôt assimilés à des oies ou des canes, tantôt plus précisément nommés, selon les auteurs et les contrées, Klakis, Bernaches Crabrans, Granaignes, ou encore « Oyson d’Arbre », le nom venant ainsi affirmer la nature mixte de cette créature. Certains auteurs évoquent la naissance tout aussi inattendue de poissons issus des mêmes origines végétales. Quand elles existent, les explications peuvent laissant planer le mystère :

  • 16 Op. cit., p. 297.

Pres la Region d’Escosse, & Isle de Pomonie, sur le riuage de la mer, se congerent & sengẽdrent en la corruption & pourriture du vieil bois & merrain des vieilles nefs, de vieux mas, & de vieux auirons qui se pourrissent dans la mer, & s’engendrent en ceste maniere : Quand ce vieil merrain de vaisseayx, qui est sur le bord du riuage de la mer, tombe en mer, il est pourry & corrompu du lymon d’icelle : & de celle pourriture, il s’engẽdre en ce bois, vne maniere de limon, qui est aussi gluant, & tenant comme glaire : duquel limon se forment & engendrent oyseaux, qui pendent par le bec, cõtre ce vieil bois, bien par l’espace de deux mois, & plus…16

  • 17 Op. cit., p. 298.

10D’autres sont un peu plus poussées : parfois ce sont des huîtres ou coquilles marines (le mot est pris dans le sens de « coquillage » mais n’est pas sans rappeler les coquilles des œufs d’oiseau) qui se greffent sur du bois. Parfois ces coquilles sont absentes mais il est question du limon, ou encore de vers présentés comme une étape intermédiaire vers ces oiseaux, ou encore, sur des « pieces de bois, vient à naistre, rasibu & à fleur d’eau, certains potirons, ou petits champignons, lesquels peu à peu prennent & reçoiuent dans la mesme eau, certain mouuument & vigueur, puis vie, estant toutesfois iceux adherans & conioints à leurs pieces de bois : & à la fin apres quelque espace de temps, iceux paruenus à leur iuste grandeur & grosseur, se separent & distrayent de leursdites pieces de bois : & garnis de plusmes & aisles, viennent à eux guinder en l’aër, & estre vrays oyseaux volans marins… »17

  • 18 Voir quelques décennies plus tard la 254e Conférence du Bureau d’adresse « Des plantes sensitives » (...)
  • 19 Op. cit., p. 273.

11Mais c’est surtout autour de la vie sensitive que Duret a multiplié les remarques18. Utilisant divers termes de la famille de « sentir », il joue sur leurs emplois spécialisés selon qu’ils relèvent d’une description scientifique applicable à tout objet de l’univers ou qu’ils appartiennent au vocabulaire de l’analyse des sentiments plus propre à l’homme. Il revient à de nombreuses reprises sur la réactivité de la plante au toucher. L’examen du comportement de plusieurs plantes sensitives amène à constater du mouvement : c’est d’abord dans la situation de récolte que la plante manifeste sa réactivité, puis, au fur et à mesure que l’ouvrage confère aux végétaux une plus grande proximité avec la vie animale, un simple effleurement peut suffire. Les fleurs des arbres tristes (ch. XXI), dès qu’on les touche, perdent leur inégalable odeur, tandis que les plantes pudiques (ch. XXIII) multiplient les formes de retrait à l’approche d’une main. L’« Aeschinomenen », du grec aischunô (avoir honte) est ainsi nommée « à cause qu’elle fuyoit la main de celuy qui la vouloit manier, par la contraction de ses feuilles »19. Les propriétés de ces plantes pudiques font l’objet d’explications précises et réitérées. Dans le cas de l’arbre vergogneux s’amorce une explication, donnée par Scaliger :

  • 20 Op. cit., p. 283.

Mesme cest arbre preuient le maniement ou attouchement, soit par son sentiment, comme l’on pense, soit ainsi qu’on voit appertement, par la substraction ou retirement siens, tant qu’il le peut : Parquoy on doit dire que iceluy arbre sent l’aleine de ce qui s’en approche, ou par le mouuement de la terre, en laquelle il est planté, ou par la compression ou agitation de sa racine, qui a communication & simpathie auec ses branches & rameaux : il retire sesdictes branches & rameaux, & les resserre & restreind20.

12Les termes de « sentiment » et de « sympathie » auquel il faut ajouter celui d’« antipathie » - reviennent pour bien d’autres de ces créatures. L’on retrouve d’ailleurs, ici, comme pour les boramets, la comparaison avec les éponges, zoophytes attestés dont il rappelle alors « qu’ils ont vne tierce nature, n’estãt ny animaux ny plantes, mais ayant quelque sentiment ». À nouveau la terminologie se révèle ambiguë, relevant a priori de l’analyse des sensations, mais entrant en résonance avec des sentiments humains. Au fil des pages, les différentes créatures évoquées par Duret auront éprouvé tour à tour de la peur, de la tristesse, de la joie, de l’amitié ou de l’inimitié.

  • 21 Op. cit., p. 99.
  • 22 Op. cit., p. 227.
  • 23 Quelques pages plus loin il évoque d’ailleurs un serpent engendré par une pierre de marbre (p. 232)
  • 24 Dominique Brancher, « L’anthropocentrisme à l’épreuve du végétal : botanique sensible et subversion (...)

13De fait les mouvements de retrait peuvent être tout intérieurs et à première vue imperceptibles : cette intériorisation tire la sensitivité vers le sentiment. Une traduction d’un texte de Strabon au chapitre V consacré à l’arbre du Baume explique « que si on blessoit le tronc du baume auec le fer pour en auoir l’huile, qu’il se mourroit incontinent »21. Pour Cornelius Tacitus, « quand l’on met du fer aupres, il s’effraye de grand peur qu’il en a ». Au chapitre XVII l’Isidos Plocamon, selon le Roi Juba, « a sentiment, quand on le veut prendre : tellement qu’il s’endurcit lors cõme vne corne, de sorte que le fer à peine y peut prẽdre : que si d’auanture on ne l’arrache auec le fer, ains qu’on l’attrappe auec cordages & filets, il se conuertit en pierre. »22 Privé de la défense qu’aurait pu lui procurer la mobilité, l’arbrisseau trouve dans le mouvement intérieur de la métamorphose à exprimer sa réaction : la pétrification, présente aussi au chapitre XXIII, n’est pas à comprendre comme une absence de sensibilité, mais comme le comble de celle-ci, liée au degré de la contrariété ressentie. Dans l’univers créé par Dieu tel que l’imagine Duret, les cloisons entre les règnes ne sont pas hermétiques et il n’est pas impossible qu’une circulation s’établisse non seulement entre végétal et animal mais aussi vers le minéral23. À certains égards l’ouvrage s’inscrit, comme l’a montré D. Brancher24, dans un questionnement contemporain autour d’une approche du vivant reposant sur la seule conception anthropocentriste du monde et les hiérarchies qui lui sont attachées : ce questionnement tend au moins à assouplir ces dernières.

14La posture de Duret pose problème : d’un côté il s’émerveille devant la création divine et, en fin politique, dédie son ouvrage au puissant Sully, comme il avait dédié au roi Henri IV son commentaire de Du Bartas ; de l’autre son interrogation sur les catégories pourrait être reprise par les pourfendeurs des hiérarchies cautionnées par l’Église et la tradition philosophique. Il n’est de fait pas certain qu’il faille chercher chez lui une position théologique et philosophique affirmée non seulement en raison de l’incertitude des connaissances scientifiques de son temps, mais aussi justement parce que la démarche scientifique qui est la sienne, en écho à bien des pratiques contemporaines, s’engage moins dans une confrontation critique des sources que dans un projet d’érudition. Mais comment concilier cette recherche de l’érudition et l’émerveillement ? Quel est au bout du compte le degré d’adhésion de l’auteur à son propos ? Ces créatures sont-elles bien pour lui des êtres de statut intermédiaire ?

15Une approche critique des sources qui aurait permis de certifier la nature mixte de ces créatures aurait pu consolider la thèse de l’émerveillement. Or l’honnêteté de Duret dans ses recherches érudites l’empêche d’occulter les hypothèses et avancées du savoir autorisant désormais un classement de certaines des créatures présentées dans l’une ou l’autre des catégories. De fait l’inventaire des « vrais » zoophytes dressé par l’ouvrage, en dehors des zoophytes marins déjà répertoriés par Rondelet, reste modeste. En revanche le borametz présente un intérêt manifeste par rapport à d’autres créatures envisagées auparavant : même si Duret l’a découvert dans le contexte poétique de l’œuvre de Du Bartas, l’agneau végétal apparaît depuis longtemps dans des contextes moins littéraires. En bon historien, il prend soin de dater certains témoignages (436 pour le Rabbi Juif Iochanan, 1322 pour le voyageur Jean de Mandeville). Mais surtout, les écrits mettant en doute l’existence du borametz sont alors ou si rares ou si imprécis qu’ils n’entrent pas dans le dossier scientifique de l’auteur qui peut donc faire miroiter son caractère exceptionnel : il est logique qu’à l’échelle du livre il ait concentré nombre d’efforts de persuasion.

16Étape ultime de cette Histoire, la certification de l’existence du borametz apparaît comme le résultat d’un travail progressif. De chapitre en chapitre, l’évocation de plantes elles aussi concernées par le constat d’une vie mixte aura assis la démonstration. L’organisation des titres est en effet significative : au début, pas d’affichage de la question, mais un défilé d’arbres et herbes exceptionnels à divers titres. Pas étonnant qu’en bon catholique (ou plutôt en bon lecteur de Du Bartas), Duret accorde la priorité au Maus du Paradis terrestre. Puis viennent des végétaux aux usages divers et progressivement cumulatifs (poison/contre-poison, teinture, lessive, consolidation des fractures, prévention de la putréfaction) ou encore la taille impressionnante. À l’intérieur des chapitres cependant, les choses sont plus complexes : en III « Du Chermez, Alchermez, Kermez ou Alkermez » et IV « De la Cochenille », Duret enchaîne bien au-delà de ces seuls noms les différents procédés tinctoriaux. Mais le kermès permet de déborder le simple traité de teinture : bien que son époque sache désormais que les « graines d’écarlate » qu’on récolte sur cet arbre sont en fait des vers, hôtes de celui-ci, il commence par les sources antiques qui les prenaient encore pour des fruits de l’arbre. Même s’il mentionne plus loin l’origine animale de ces « graines », une telle présentation sert son projet de rapprochement entre monde végétal et monde animal en jouant sur le doute provoqué par ces « bestions » qui sont comme les fruits d’un arbre. Il dispose ainsi l’état d’esprit des lecteurs à la découverte ultérieure des « porte-klakis ».

  • 25 C’est le cas des chapitres XI et XII, mais il n’existe pas de chapitre X clairement identifié.

17Dans une série qui s’étend des chapitres IX à XVI, plusieurs titres utilisent des noms composés dont le premier terme est formé à partir du verbe « porter » : « Des Arbres porte-laines, & Arbres porte-soyes » (IX), « Des Arbres porte-farines » (XIII), « D’un certain Arbre porte-eaux, c’est-à-dire qui fournit d’eaux aux habitants d’une Isle » (XV), « Des Arbres porte-vins ou breuuages » (XVI). Ces titres évitent le mot « fruit » qui ancrerait trop nettement ces arbres dans l’univers végétal et préfèrent une expression dans laquelle le verbe « porter » confère à l’arbre une forme d’action. Duret a choisi d’ouvrir cette série des arbres « porte-x » par les « porte-laines » qui, plus que les autres, sont susceptibles d’étonner un lecteur enclin à associer la laine à des moutons ; « porte-soyes » oriente vers d’autres animaux, les vers, ce que développent les chapitres suivants sans titre25. Ainsi toute la série est-elle engagée dans une lecture annonçant, au-delà de l’utilité pour l’homme de ces arbres, quelque chose de plus qui les fait tenir d’une certaine animalité : à travers l’évocation de leurs usages, c’est déjà la nature de ces créatures qui se trouve en question.

18Au chapitre XVII, « Du chesne marin, Arbuste, qui prend sa naissance dans une coquille », la mixité s’affiche cette fois d’emblée. Elle reste néanmoins limitée encore au seul stade de la naissance. C’est une pierre d’attente annonçant le borametz final, puis relayée dans les métamorphoses promises par les titres des chapitres XXVI et XXVII : le titre du premier annonce « …les troncs ou bois desquels cheux dans la mer, & pourris par l’eau marine, se muent & changent dans quelque temps en vers, puis en oyes, ou canes uiuantes. », tandis qu’au chapitre suivant il s’agit d’autres arbres dont « les fruicts & feuilles (…) se muent & changent en oyseaux vivans & volans [ou] les feuilles desquels tombées dans les eaux, se muent & changent en poissons, vivans dans lesdites eaux ; & les feuilles cheutes sur terre, se transforment en oyseaux volans. » : du tronc aux feuilles et aux fruits, la capacité de métamorphose semble ainsi démultipliée.

19Si spectaculaires que soient ces métamorphoses, elles laissent la place à la mise en valeur de la sensibilité des végétaux par les titres des chapitres suivants. C’est avec un terme ambigu, jouant sur les domaines de la physiologie et de la psychologie, que Duret engage son chapitre XIX, « D’Aucuns Arbres, Arbrisseaux, Plantes & Herbes, qui ont une tres-grande sympathie, ou amitié secrette, avec le Soleil, & ses rayons ». Puis aux chapitres XXI, XXIII et XXV, les titres affichent des sentiments précis pour les végétaux : il s’agit d’abord « Des Arbres appellez tristes… », puis « Des Plantes ou Herbes pudiques… » et enfin « De l’arbre Vergogneux… ». La suite du titre du chapitre XXIII, « c’est-à-dire, Plantes, ou Herbes vives, lesquelles ne veulent estre aucunement touchées, & maniées » fait d’ailleurs franchir aux végétaux un stade supérieur à celui de la sensibilité, celui de la volonté. La mention du mouvement en XXVIII, « D’un arbre croissant en l’Isle de Cimbubon, pres l’Isle de Bornel, les feuilles duquel vivent & cheminent », prépare l’ultime chapitre consacré au borametz, capable de se déplacer au moins autant que sa corde-tige le lui permet. Ainsi les titres ont-ils une fonction nettement publicitaire, mais surtout progressive : ce sont moins les noms, variables selon les pays et les auteurs, qui y sont mis en valeur, que les aspects extraordinaires de ces végétaux, tirés ainsi de plus en plus vers le stade animal. Cette stratégie est soutenue par les figures qui, comme dans bien des traités de botanique et des bestiaires, illustrent le propos : vingt-six figures (de zéro à deux selon les chapitres) viennent donner corps aux caractères de plus en plus extraordinaires de ces créatures.

  • 26 Op. cit., p. 337.
  • 27 Voir pour l’édition de 1594 de L’Eden ou Paradis terrestre de la Seconde Semaine de Guillaume de Sa (...)
  • 28 Ibid., p. 81.

20Mais à côté de cette structuration par les titres, la rédaction des chapitres paraît beaucoup plus flottante. Nombreux sont en effet les trucages qui, à l’intérieur de ceux-ci, évitent de donner trop vite une explication scientifique à ces créatures qui conservent ainsi aux yeux du lecteur cette mixité que l’incipit aura tâché de ménager. La place initiale est souvent réservée à la présentation la plus étonnante, les avis plus récents et plus marqués par un effort de rationalité étant souvent relégués, pour ne pas dire enfouis, non pas à la fin – car il ne s’agirait pas de laisser le lecteur sur une explication scientifique démystifiante – mais souvent dans des moments où la vigilance de celui-ci est moindre. S’il faut sauver le borametz, c’est aussi parce que Duret est fier d’avoir « esté le premier qui en ce Royaume a descrit particulierement, en langage François cesdicts Boramets en mes Commentaires & annotations sur la secõde sepmaine de G. de Saluste, Sieur du Bartas, mis par moy en lumiere, incontinent apres la premiere impression d’icelle »26. C’est d’ailleurs, bien au-delà de la description du borametz, l’ensemble des remarques sur les plantes extraordinaires du Paradis terrestre qu’il emprunte à son propre commentaire, recopiant bien des passages27. Les modifications qu’il apporte globalement à la partie de ce commentaire qui traite des mêmes créatures mixtes vont dans deux directions : d’abord la réorganisation de l’ordre, faisant du borametz non plus l’origine du propos mais son aboutissement, puis l’amplification, puisqu’il fait précéder les traductions données dans le commentaire de leur texte d’origine, la plupart du temps en latin, et ajoute un certain nombre de références. Dans les bien rares suppressions qu’il fait alors subir à son propre texte, on notera que la formule (« en ces mots assez ambigus et contraires »28) par laquelle, dans son commentaire, il risquait de faire apparaître une hésitation dans un jugement de Cardan sur le borametz a disparu pour laisser seulement la place à l’approbation forcée de cet auteur à l’existence de la créature. L’esprit critique se trouve discrètement évacué au profit de l’entassement neutralisé des connaissances.

21Au fil des chapitres, les citations et traductions d’un nombre considérable d’auteurs ayant écrit sur les mêmes sujets s’accumulent, révélant un gros travail de compilation : mais Duret veut tout dire de ce qu’il a lu. La densité-même de ses sources l’empêche de donner une cohérence satisfaisante à ses essais de démonstration : dans le chapitre consacré au borametz, il reprend parmi des passages de son commentaire de Du Bartas une traduction d’un texte de Sigismundus Liber, mais sa négligence l’amène, dans les ajouts qu’il croit apporter à son propos, à redonner une nouvelle traduction du même texte. Dans le même chapitre qui, plus que les autres, devrait réaliser une concentration autour de son sujet, il s’égare sur les palmiers dont il aborde la sexualité, sujet sans rapport avec celui qu’il traite à ce stade et qu’il a déjà partiellement traité plus tôt dans l’ouvrage, tout simplement parce qu’il est en train à ce moment-là de suivre sa source, Blaise de Vigenère.

22La mise en ordre des sources à l’intérieur des chapitres débouche moins sur une réflexion scientifique ordonnée que sur une confusion manifeste, renchérie par l’emboîtement de bon nombre de témoignages (untel a rapporté qu’on lui avait rapporté…). La confrontation des sources qu’on peut trouver chez lui n’est que de seconde main : recopiée parce qu’elle figure chez autrui, elle n’est pas vraiment sa priorité. Moins tenté par l’analyse rigoureuse que par une forme de répétition à partir des écrits consacrés par différents auteurs à un même objet, il les juxtapose plus qu’il ne les fait dialoguer. Ainsi les divers objectifs que se donne le livre le soumettent-ils à des tensions trop contradictoires pour parvenir à la résolution attendue : le déploiement de ces innombrables sources érudites se heurte à la difficulté de descriptions multiples que l’auteur n’endigue pas, si bien que, sans cette étape préalable, l’entreprise de classification ne saurait aboutir.

23Oscillant entre l’herbier et le bestiaire, l’ouvrage de Duret rencontre de nombreuses difficultés : celles des limites de la connaissance scientifique de son époque, celles aussi, plus internes, d’un dessein ambigu. Ce dernier tient d’un côté du projet scientifique qui privilégie l’érudition par rapport à la confrontation méthodique si bien que le discours philosophique et scientifique finit par se dérober. De l’autre il répond à un désir de maintenir l’émerveillement du lecteur. Cette dernière aspiration est sans doute moins liée à des enjeux religieux que littéraires : Duret semble avoir du mal à se détacher des impressions de sa source initiale, Du Bartas, mais il trouve aussi là le moyen de valoriser ce qui avait été son premier travail d’érudition, son propre commentaire. Le mystère du borametz tient finalement moins aux falsifications d’habiles artisans donnant à un rhizome aux formes propices l’apparence d’un animal, qu’à l’arsenal des descriptions des savants et des voyageurs qui a fasciné Duret.

Notes

1 La distinction entre les différentes fonctions de l’âme et la question des règnes, particulièrement nuancée chez Aristote (De l’âme, II, 2 ; Histoire des animaux, VIII, 1 ; Partie des animaux, IV, 5), a fait l’objet par la suite d’une schématisation. Sur la conciliation problématique à la fin de la Renaissance des deux traditions aristotélicienne et platonicienne dans l’approche du vivant, voir l’article de Simone Mazauric, « Les zoophytes et la question de la végétalité aux débuts de l’âge moderne », Le Végétal, Jean-Pierre Cléro et Alain Niderst (dir.), Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2000, p. 7-30.

2 C. Duret, Histoire admirable des plantes et herbes esmerveillables & miraculeuses en nature : mesmes d’aucunes qui sont vrays Zoophytes, ou Plant’animales, Plantes & Animaux tout ensemble, pour avoir vie vegetative, sensitive & animale, Paris, Nicolas Buon, 1605, p. 322.

3 Op. cit., p. 323.

4 Op. cit., p. 325.

5 Sur l’histoire de la légende des borametz, voir la mise au point de l’ethnologue Jean-Loïc Le Quellec, « Un conte esmerveillable : Le Borametz, l’agneau dans la citrouille et la laine marine », La Mandragore, n° 1, 1997, p. 1-17 http://rupestres.perso.neuf.fr/page0/page3/assets/Borametz.pdf

6 Op. cit., p. 332.

7 Op. cit., p. 335.

8 Op. cit., p. 340.

9 Voir S. Mazauric, art. cit., p. 12.

10 Op. cit., p. 240.

11 Op. cit., p. 281.

12 Op. cit., p. 336-7.

13 Sur la réorientation du motif déjà connu du borametz vers une célébration des merveilles de la création, voir F. Lestringant, « L’art imite la nature, la nature imite l’art : Dieu, du Bartas et l’Eden (Seconde Sepmaine, Premier Jour », Du Bartas poète encyclopédique du xvie siècle, James Dauphiné (dir.), Paris, La manufacture, 1988, p. 167-184.

14 Sur les autres œuvres de C. Duret, voir F. Secret, « La kabbale chez Du Bartas et son commentateur Claude Duret », Studi francesi, n° 7, 1959, p. 1-11.

15 La compilation érudite de C. Duret pourrait avoir inspiré la plus concise 164e Conférence du bureau d’adresse « Des Zoophytes ou Plant’animaux » donnée le lundi 8e mars 1638. Voir T. Renaudot, Troisième Centurie des questions traictées aux Conférences du Bureau d’adresse depuis le 18 fevrier 1636 jusques au 17 janvier 1639, Paris, Bureau d’adresse, 1639, p. 429-432.

16 Op. cit., p. 297.

17 Op. cit., p. 298.

18 Voir quelques décennies plus tard la 254e Conférence du Bureau d’adresse « Des plantes sensitives » du lundi 23e juillet 1640, dans T. Renaudot, Quatrième Centurie des questions traictées aux Conférences du Bureau d’adresse depuis le 24 janvier 1639 jusques au 10 juin 1641, Paris, Bureau d’adresse, 1641, p. 277-280.

19 Op. cit., p. 273.

20 Op. cit., p. 283.

21 Op. cit., p. 99.

22 Op. cit., p. 227.

23 Quelques pages plus loin il évoque d’ailleurs un serpent engendré par une pierre de marbre (p. 232).

24 Dominique Brancher, « L’anthropocentrisme à l’épreuve du végétal : botanique sensible et subversion libertine », La Renaissance décentrée, Frédéric Tinguely (dir.), Genève, Droz, Travaux d’Humanisme et Renaissance n° CDXL, p. 198-214.

25 C’est le cas des chapitres XI et XII, mais il n’existe pas de chapitre X clairement identifié.

26 Op. cit., p. 337.

27 Voir pour l’édition de 1594 de L’Eden ou Paradis terrestre de la Seconde Semaine de Guillaume de Saluste, Seigneur Du Bartas. Avec Comentaires & Annotation, contenants plusieurs descriptions & deductions d’Arbres, Arbustes, Plantes & Herbes, estranges é esmerveillables en nature, tirees & extraictes des oeuures des anciens & modernes Philosphes, Historiens, voyageurs, & navigateurs Hebreux, Grecs, Arabes, Portugais, Espagnols, Italiens, & François, Lyon, Benoist Rigaud, p. 79-105.

28 Ibid., p. 81.

Auteur

Université d'Angers, L'UNAM, CERIEC EA 922

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable