Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Quatrième partie. Groupes à faibles ressources et espaces dévalorisés : l'appropriation impossible ?

La maison et la barre : complémentarité des formes d’habiter dans un quartier d’habitat social de l’agglomération roubaisienne

Marie-Christine Couic et Jean-Michel Roux

Texte intégral

  • 1 Contrats Habitat et Vie Sociale, Développement Social des Quartiers, Développement Social Urbain… (...)

1Les Hauts-Champs et le Longchamp constituent un quartier d’habitat social a priori bicéphal. Situés dans une commune résidentielle huppée de l’agglomération roubaisienne (Hem dans le Nord), ces deux ensembles ont été réalisés en plein champ, respectivement dans les années 1950 et les années 1970. Ils sont aujourd’hui situés sur une triple limite : du territoire communal, de l’espace urbanisé de la métropole et du territoire national, à quelques encablures de la Belgique. Ils ont connu la litanie des « politiques de la Ville » : HVS, DSQ, DSU, Contrat de Ville, Projet de Ville, ANRU1...

2Hauts-Champs et Longchamp font souvent l’objet de discours comparatifs qui tournent immanquablement en défaveur du second. En apparence tout ou presque les sépare. Les indicateurs sociaux (taux de chômage, pyramide des âges, densité....) comme les formes architecturales : des barres et des tours au Longchamp et des maisons en bande aux Hauts-Champs.

3Cet article interroge la dualité supposée de ce quartier. L’hypothèse d’une ségrégation, ou pour le moins d’une gradation dans la relégation socio-spatiale, entre les deux parties du quartier est séduisante. Mais pour avoir vu fonctionner les relations entre les deux secteurs, nous faisons plutôt l’hypothèse de deux formes d’habiter complémentaires.

  • 2 Voir : Roux, Tixier, Balez, 2002-2003 ; Roux, Tixier, 2005-2010, 2009 ; Roux, 2006.
  • 3 BazarUrbain, cf. [www.BazarUrbain.com].

4Cet article s’appuie sur la (re) lecture scientifique et analytique de ce terrain qui, pour nous, a été un objet d’étude, d’analyse et de projet urbain de 2002 à 20102. Nous y avons en effet réalisé plusieurs contrats d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour un bailleur social et la Ville de Hem, en tant qu’urbanistes membres d’un collectif d’enseignants, de chercheurs et de professionnels3 qui transfèrent des savoirs issus de la recherche en urbanisme et architecture vers l’activité opérationnelle.

Figure 1 : Carte d’identité sommaire des deux « ensembles »

Figure 1 : Carte d’identité sommaire des deux « ensembles »

Source : RGP (1999), photos : J. M. Roux, 2003.

  • 4 Le corpus de travail a été composé de 15 parcours commentés impliquant des habitants, élus, techni (...)
  • 5 Notre mission s’est arrêtée en 2010 avec la livraison de l’ouvrage réalisé sur l’histoire du quart (...)

5Dans le cadre de cette assistance à maîtrise d’ouvrage, nous avons réalisé un important travail d’entretiens collectifs et individuels4. La vie du quartier (rue, espaces collectifs ou privatifs) et la vie quotidienne des habitants ont été appréhendées grâce à des parcours avec des habitants, avec des élus, ainsi qu’avec des professionnels de la gestion urbaine (cadres et chargés de clientèle du bailleur, facteurs, services municipaux des Espaces Verts et de la Voirie, policiers municipaux…). Une seconde phase de travail a consisté à rencontrer individuellement les familles, ce qui a permis de comprendre les usages des espaces privatifs et collectifs, les fonctionnements familiaux et d’identifier les pratiques habitantes pouvant être valorisées dans le cadre du projet urbain5.

6Nous commencerons par envisager à la fois les dissemblances et les ressemblances entre ces deux ensembles de logements sociaux. Pour expliquer que les convergences l’emportent, nous analyserons dans un second temps le fonctionnement d’espaces stratégiques au sein des maisons des Hauts-Champs, dont l’usage peut être partagé à l’échelle du quartier.

DEUX SOUS-QUARTIERS ?

7L’analyse des tissus urbains et des indicateurs sociaux nous a orientés dans un premier temps vers l’hypothèse de deux quartiers avec des modes d’habiter antagonistes.

Maisons versus barres d’immeubles

8La forme des espaces construits est le premier critère différenciant ces deux « ensembles » : d’un côté des maisons en bande et de l’autre des barres et des tours (fig. 1).

  • 6 Ce sont ces cœurs d’îlots qui ont été l’objet privilégié de nos interventions.

9Les Hauts-Champs ont été construits à partir de la fin des années 1950 sur une hauteur. L’habitat actuel est composé exclusivement de maisons en bande implantées en recul de l’alignement et formant des îlots rectangulaires quasi fermés : 92 % de ces logements individuels sont en locatif social. Chaque maison (ou presque) bénéficie d’un jardinet sur le devant et d’un jardin privatif à l’arrière. En cœur d’îlot, un espace collectif a d’abord été investi par les enfants, sur un modèle assez proche de la courée, et plus tard construit pour fournir des garages aux habitants6.

10L’accès à la location d’une de ces maisons fait l’objet d’une attente considérable de la part des demandeurs. Il faut bien souvent attendre le décès d’un locataire pour qu’une maison se libère. Même alors, l’attente est bien souvent vaine pour le nouveau venu « allogène », tant la politique du bailleur a longtemps privilégié systématiquement les enfants des locataires, les familles ayant « un excellent comportement ». Il s’est ainsi créé une sorte de droit de propriété et de droit de succession. Le prestige social attaché à la maison, la disposition d’espaces privatifs de qualité et la possibilité d’une quasi-transmission du patrimoine aux enfants, ne sont pas sans rappeler les maisons à baux emphytéotiques des quartiers huppés de Londres : la nature même de ces maisons fait des Hauts-Champs une sorte de « Chelsea du pauvre ».

11Le Longchamp a été construit plus récemment que les Hauts-Champs, dans les années 1970-1975, sur un terrain plus plat que le premier. Dans le Longchamp, 100 % des résidences sont en logement collectif, très majoritairement en locatif social. Une série de barres et de tours de hauteur modérée ont été implantées ici pour faire face à une demande importante de logements issue de la décohabitation des premières générations du baby-boom. Destinés à l’origine à une population de jeunes couples plutôt bien insérés socialement, le Longchamp a presque immédiatement connu le schéma classique de la dépréciation. Livrée au tout début de la crise économique, particulièrement violente dans l’industrie textile roubaisienne, la « grande barre » de Hem, typique de la modernité architecturale, a été vouée dès 1985 à une démolition symboliquement chargée.

Des profils sociaux différenciés

12Plusieurs critères d’ordre social différencient apparemment les deux « ensembles ».

13Les données du RGP 1999 de l’INSEE indiquent des taux de chômage considérablement plus élevés que la moyenne nationale (9 % de la population active) et que la moyenne municipale (21 %), avec des chiffres qui culminent au Longchamp (42 %) et qui sont légèrement moins élevés aux Hauts-Champs (37 %).

14C’est du point de vue du profil par âge que les différences sont les plus accentuées. Les Hauts-Champs sont composés de familles d’âge avancé et établies dans la vie (personnes de plus de 45 ans ayant un emploi ou une pension de retraite), tandis que le Longchamp accueille une population de jeunes couples (20-45 ans) et de familles monoparentales.

15L’indicateur de densité (nombre d’habitant par logement) qui est de 3,7 pour les Hauts-Champs et de 2,7 pour le Longchamp, semble favorable à l’habitat collectif. Il n’en est rien si l’on considère la densité perçue par les habitants. Par ailleurs, les maisons ont connu une considérable dé-densification : attribuées à l’origine à des familles comptant jusqu’à 11 enfants, elles sont souvent occupées par les seuls parents aujourd’hui.

UN QUARTIER DE FAIT BICÉPHALE

  • 7 CIDSP : Conseil Intercommunal de Sécurité et Prévention de la Délinquance.

16Le travail d’observation, d’analyse de données quantitatives (INSEE, bailleur, Ville, polices nationale et municipale, CIDSP7, etc.) et qualitatives (parcours et entretiens) engagé dans le cadre de notre mission nous a permis de relativiser cette lecture antagoniste des deux « ensembles ». Ils ont en commun un bailleur social, une histoire urbaine et sociale, des techniques constructives et une même population.

Une même histoire

17Ces quartiers ont été construits comme une réponse, en deux temps, aux mêmes besoins de (re) logement des habitants de Roubaix. L’idée est née dans l’immédiat après-guerre : les personnes (souvent des familles nombreuses) qui habitaient les courées roubaisiennes alors particulièrement insalubres devaient être relogées dignement et à proximité des usines textiles qui les employaient. Le choix du site de Hem résulte de la rencontre du besoin en nouveaux logements, avec la disponibilité foncière d’un bailleur social privé, financé par le patronat local : le CIL habitat qui deviendra Logicil (Sérieyx, 2003), aujourd’hui Vilogia.

18Du point de vue architectural et urbain les similitudes sont nombreuses. Des systèmes constructifs identiques, issus de la production industrielle et standardisée du bâtiment, ont été mis en œuvre à la fois dans les maisons et les immeubles. Les maisons ne sont pas simplement des maisons juxtaposées avec chacune quatre murs et un toit : elles sont construites sur des dalles communes à quatre ou cinq maisons et sont séparées pas des murs de brique. Le devant des maisons, avant d’être approprié de manière privative, était constitué d’une seule parcelle du point de vue foncier (une parcelle collective pour une vingtaine de maisons) et l’est encore dans certains cas, malgré la présence de haies séparant les jardinets sur rue. La forme est donc identique à celle d’un espace autour d’un immeuble collectif. On s’aperçoit d’ailleurs que la différence de forme architecturale entre les deux secteurs est issue d’une évolution historique : on a démoli dans les années 1980 les barres et l’habitat semi-collectif des Hauts-Champs, ne laissant subsister que de l’habitat individuel en bandes.

19Le même bailleur gère ainsi deux ensembles correspondant aux deux faces d’un même quartier. C’est la politique d’attribution des logements qui a en grande partie différencié le profil des habitants entre les deux secteurs. Le bailleur a installé dans les Hauts-Champs les familles délogées des courées roubaisiennes. Il a ensuite permis aux enfants de ces mêmes familles, connues comme étant des modèles pour l’entretien de leur maison, de pouvoir dé-cohabiter d’avec leurs parents par l’obtention d’un appartement en immeuble, ce qui était vécu, à ce moment-là, comme une promotion. C’est encore lui qui a favorisé l’enracinement de ces familles, par l’attribution prioritaire des maisons libérées aux plus « méritants » de ces jeunes installés dans l’habitat collectif.

Une population socialement homogène

20La composition socioprofessionnelle est en fait identique dans les deux secteurs du quartier. Les habitants sont presque exclusivement ouvriers, employés ou retraités de ces deux catégories socio professionnelles. Alors que Hem possède l’une des plus fortes concentrations de cadres et de professions libérales de la métropole lilloise.

21Les habitants fréquentent les mêmes équipements, indifféremment situés dans l’un ou l’autre secteur. Il s’agit notamment des lieux de culte (église et mosquée), des centres commerciaux, de la salle associative ou des garages situés en cœur d’îlot et pendant longtemps dédiés tant aux habitants des maisons que des immeubles ou des tours.

22Humidité et insalubrité sont le lot commun des Hauts-Champs comme du Longchamp. Tous deux ont été construits sur des terrains marécageux. Affleurement de la nappe, fuites dans le réseau d’adduction d’eau, résurgence de sources non captées, entraînent l’inondation plus ou moins régulière des caves et des vides sanitaires.

23Enfin, les deux secteurs connaissent les mêmes problèmes d’incivilités, comme la vitesse excessive des automobilistes, l’insécurité, la présence visible des dealers dans la rue et la loi du silence.

LES « ESPACES DE RÉSERVE » DES HAUTS-CHAMPS : UNE RESSOURCE PARTAGÉE

24Non seulement il n’y a pas de ségrégation socio-spatiale entre les deux « ensembles », mais au contraire, une grande complémentarité des lieux et des personnes, à travers notamment la proximité et la solidarité familiale.

25Cette complémentarité, cette solidarité des populations, s’expriment à travers l’usage au sein des maisons de cette ressource que nous appelons « espaces de réserve ». Ce qui apparaît de prime abord comme un privilège est en fait une sorte de « bien commun », de bien familial, à l’échelle du quartier.

Une ressource rare disponible dans les maisons des Hauts-Champs

26Pour la majorité des habitants des Hauts-Champs, le bien qui est en leur possession revêt une grande valeur. Prenons le cas des nombreuses familles arrivées dans les années 1960. Ce qui a été mis à leur disposition était un bien rare. En effet, la maison proposée offrait l’eau courante à l’intérieur, des sanitaires et une salle de bains ainsi que des espaces privés comme le jardin. Ces familles se sont depuis approprié totalement leur maison. Elles l’habitent, l’investissent, l’améliorent comme leur bien propre. Il n’est pas rare que certaines familles aient fait des travaux d’extension de la maison (véranda, pièce supplémentaire, etc.) à leurs frais.

27La politique du bailleur conforte d’ailleurs cet entretien, cette appropriation. D’une part, ce dernier attribue un logement sur la base de la situation au moment de la demande. Cette situation n’étant pas revue avec le changement de taille de la famille, le locataire se sent chez lui. D’autre part, le bailleur favorise les locataires les plus cotés, « ceux qui entretiennent le mieux leur bien », pour l’attribution des logements sociaux lors des demandes de décohabitation.

28De plus, nous l’avons vu, les habitants des îlots se sont inscrits dans le long terme. Les enfants sont nés, ont grandi puis sont partis de chez leurs parents. La maison des parents est restée un peu la leur, un lieu qu’ils peuvent encore investir, voire même s’approprier.

Typologie des « espaces de réserve » des maisons des Hauts-Champs

  • 8 Cette apparente richesse en espaces de réserve n’est pas l’apanage de tous. L’avenue Laennec et le (...)

29Les habitants des Hauts-Champs bénéficient donc d’« espaces de réserve » variés et d’une surface importante : jardin de devant, jardin de derrière, garage, pièce surnuméraire, véranda, cave8

30Tous les espaces de réserve n’ont pas le même rôle (fig. 2). Ces espaces permettent de garder quelque chose pour l’avenir afin d’en disposer au moment le plus opportun et de maintenir une certaine distance ou proximité par rapport aux autres. Ces espaces sont le fondement d’une économie sociale, familiale, personnelle.

Figure 2 : Typologie des espaces de réserve et des usages

Figure 2 : Typologie des espaces de réserve et des usages

31Certains espaces, comme les caves, le cellier, le jardin, voire le garage sont liés à l’économie domestique, quasi-quotidienne comme le stockage des denrées alimentaires, du charbon ou la récupération de l’eau… Il s’agit de la réserve quotidienne.

32D’autres espaces permettent de gérer la juste distance avec le voisinage, comme le jardinet, devant la maison. Ce dernier est le lieu de la rencontre : on ne fait pas rentrer chez soi, « on ne va pas l’un chez l’autre », mais on prend le café dehors avec les voisins, dans le jardinet devant la maison.

33Les pièces surnuméraires, le jardin arrière et le garage sont donc mis à disposition des enfants et des petits-enfants. Cette offre donne lieu à des retours, qui permettent de maintenir des liens étroits au sein de la famille.

La réserve quotidienne

34La réserve quotidienne est la plus banale. C’est un endroit où stocker ses courses, son eau, ses légumes, son charbon, son matériel. Ça se passe à la cave, lorsque celle-ci est saine, ou sinon dans le cellier. On y va tous les jours. Si le garage est utilisé selon sa fonction d’origine, il entre alors dans cette catégorie de la réserve quotidienne.

35De nombreux habitants ont mis en place des dispositifs de récupération d’eau des garages, que la pente du toit dirige vers les jardins. Ces dispositifs vont du plus « banal » au plus sophistiqué. Certains « tonneaux bleus » sitôt remplis sont fermés, roulés sur le côté puis stockés dans le cellier dans l’attente du besoin qui se fera sentir. Pour d’autres il s’agit de cuves montées en série. L’eau représente un bien géré avec soin. Elle est récupérée, stockée à des fins d’arrosage du jardin, de ménage dans la maison, de remplissage des chasses d’eau, de toilette personnelle, voire de lessive.

La juste distance

36Les habitants sont très proches de leurs voisins. Leur faible insonorisation rend les maisons perméables les unes aux autres du point de vue sonore. Chaque habitant participe à la vie du voisin, y compris dans ses moments les plus intimes. Les jardins arrière sont souvent considérés comme étant le lieu du regroupement familial ; on y est entre soi. Malgré la présence de certains dispositifs comme les haies et les murets, cet entre soi est tout relatif puisque des voisins sont présents de part et d’autre de la parcelle. Le jardinet, sur le devant de la maison, permet de maintenir la « juste distance » avec le voisinage, car malgré l’aspect généreux des espaces (cave, jardin arrière, garage, jardinet…), chaque habitant est très exposé.

37C’est peut-être cette possibilité de mise à distance qui rend possible des échanges cordiaux dans la rue. Au dire des habitants il ne s’agit que d’un « bonjour-bonsoir ». L’expérience nous montre que cet échange peut être un peu plus long, que les habitants se demandent parfois comment ils vont et qu’ils s’entraident en cas de besoin. Les voisins sont cordiaux, sympathiques, avenants, prêts à rendre service, mais la distance reste la règle. Parfois réduite (« si besoin on se serre les coudes »), parfois forte, la distance de réserve varie, mais toujours de sorte à préserver l’intimité de chacun.

L’offre de la réserve : le bien commun

38Les habitants ont obtenu leur maison pour des raisons familiales : les logements collectifs n’avaient pas vocation en effet à accueillir de grandes familles. Les parents habitent souvent aujourd’hui des espaces trop généreux pour leurs seuls besoins. La maison joue ainsi le rôle de « propriété familiale ». Elle permet les regroupements familiaux lors de repas dans le jardin, le bricolage des enfants dans le garage, l’entreposage de biens appartenant aux enfants dans les abris, le parking des voitures dans les garages... De nombreux usages des espaces de l’îlot sont donc le fait de personnes qui n’y habitant plus. Ces espaces représentent un potentiel, qui permet d’envisager de revenir chez ses parents en cas de coup du sort (séparation, fin de droits au chômage). Le fils d’une famille, aujourd’hui ouvrier agricole vivant en camping à l’année, sait qu’il peut venir dormir chez ses parents les nuits de gel ou de neige.

39La pièce surnuméraire, le jardin, la véranda, le garage offrent ainsi de nombreuses possibilités qui sont utilisées par la famille étendue. Il s’agit donc d’une véritable ressource, qui favorise l’intensité des relations familiales. Les parents ou les grands-parents reçoivent des visites fréquentes. En échange de cet accueil, ils bénéficient de services de proximité très importants pour leur maintien à domicile : courses, entretien du jardin...

CONCLUSION

40La maison et la barre, loin d’être des modes d’habiter antagonistes ou imperméables, peuvent au contraire fonctionner de façon très complémentaire, renforcer les solidarités et sociabilités familiales et favoriser l’accès à un espace à soi.

41Les analyses effectuées questionnent nos mythes aménageurs contemporains. Les processus de renouvellement urbain favorisent souvent le choix du collectif. Ils pourraient aussi passer par la construction de maisons pour assurer la diversité typologique des modes d’habiter. Tant pis si la sacro-sainte densification des villes n’est que partiellement atteinte. La densité d’un lieu, qu’il soit d’habitat social ou de centre-ville, est d’autant plus perçue comme acceptable et vivable par les habitants qu’il y a une mobilisation possible d’« espaces de réserve » à proximité. Les jardins, garages, abris ou caves des maisons des Hauts-Champs permettent la densité des barres et tours du Longchamp de la même manière que la densité des centres-villes haussmanniens est rendue acceptable pour nombre de citadins par la possession d’un pied-à-terre à la campagne.

42L’idée généralement répandue que le renouvellement urbain doit passer par le renouvellement des populations pour apporter la fameuse mixité sociale (lieu commun politiquement correct des urbanistes français) est ici partiellement infirmée. Nous émettons même l’hypothèse que cela risque ici de couper le lien entre deux faces d’un même quartier et de priver les habitants des immeubles de la possible mobilisation des « espaces de réserves » des maisons, de séparer des familles et d’accélérer la perte d’autonomie des personnes âgées…

43Le logement social est aujourd’hui sans doute le seul lieu offrant aux populations à faibles ressources des « biens » appropriables, adaptables et partageables, permettant à la fois l’accès à la dignité et la facilitation du « vivre ensemble ». Dans notre exemple, ces espaces sont déployés à travers l’habitat individuel. Pourrait-on penser de tels espaces dans l’habitat collectif ? Cela n’existe-t-il pas déjà ? Pour ses unités d’habitation, Le Corbusier avait prévu une grande diversité et une grande générosité d’espaces appropriables : toit terrasse, école, clubs, jardins… (Jouenne, 2005). A l’échelle de certains « grands ensembles », comme l’Arlequin à Grenoble, on avait aménagé de tels « espaces de réserve », tant individuels (caves accessibles depuis les couloirs communs) que collectifs, avec les « LCR », locaux communs de réserve. Dans de nombreuses rénovations urbaines, ces locaux tendent à disparaître pour des raisons de mésusages, au profit d’un « chacun chez soi » provoquant l’encombrement des appartements et des balcons par du stockage (vélos, jouets…). N’y aurait-il pas d’alternatives pour revaloriser et redéployer ces « espaces de réserve » déjà existants ? Ils représentent en effet un levier privilégié d’appropriation différentielle de l’espace dans le logement collectif.

Notes

1 Contrats Habitat et Vie Sociale, Développement Social des Quartiers, Développement Social Urbain… et convention avec l’Agence Nationale de Renouvellement Urbain. Cf. ANRU, Convention ANRU, Hem, Roubaix, Lys-les-Lannoy, Rénovation du site Hauts-Champs Longchamp, octobre 2004.

2 Voir : Roux, Tixier, Balez, 2002-2003 ; Roux, Tixier, 2005-2010, 2009 ; Roux, 2006.

3 BazarUrbain, cf. [www.BazarUrbain.com].

4 Le corpus de travail a été composé de 15 parcours commentés impliquant des habitants, élus, techniciens municipaux et du bailleur ou de professionnels de la gestion urbaine ; de 242 visites au domicile des habitants ; de 12 récits de vie de familles et de 7 entretiens de professionnels ou d’élus de l’urbanisme et de l’architecture ayant contribué à la construction et à l’évolution du quartier.

5 Notre mission s’est arrêtée en 2010 avec la livraison de l’ouvrage réalisé sur l’histoire du quartier, visant à « exposer » les qualités de celui-ci (Roux, Tixier, 2009).

6 Ce sont ces cœurs d’îlots qui ont été l’objet privilégié de nos interventions.

7 CIDSP : Conseil Intercommunal de Sécurité et Prévention de la Délinquance.

8 Cette apparente richesse en espaces de réserve n’est pas l’apanage de tous. L’avenue Laennec et le mail Dunant n’offrent pas ou peu de jardinets mobilisables en réserve. Nombre de maisons n’ont pas ou plus de garages. Certaines caves sont en eau ou tellement humides que ces espaces-là deviennent des réserves inexploitables. Certains « espaces de réserve », bien qu’exploitables, peuvent être en friche : certains jardins sont ainsi à l’abandon.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte d’identité sommaire des deux « ensembles »
Légende Source : RGP (1999), photos : J. M. Roux, 2003.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 2 : Typologie des espaces de réserve et des usages
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26756/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 778k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540