Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Quatrième partie. Groupes à faibles ressources et espaces dévalorisés : l'appropriation impossible ?

Les « enfants de la rue » à Yaoundé (Cameroun) : de quelle appropriation parler ?

Marie Morelle

Texte intégral

  • 1 En 1916, le Cameroun est devenu un territoire sous mandat de la Société des Nations confié aux Fra (...)
  • 2 Yaoundé est un ensemble disséqué de collines parfois nivelées en plateaux où alternent des versant (...)
  • 3 Président de la République depuis 1982, à nouveau candidat aux élections présidentielles de 2011.

1La naissance de Yaoundé s’est faite sous l’impulsion de la colonisation allemande en 1888. Devenue capitale en 1921 (Marguerat, 19911), Yaoundé est divisée en « ville blanche », accessible aux Européens et en « ville noire », réservée aux populations colonisées. Le relief a été fondamental dans le choix de l’édification de la première, située dans une zone de convergence d’un système de vallées découpant la ville2. Cette « ville blanche » apparaît centrale des points de vue géographique et politique. Encore aujourd’hui, il est bien difficile de se déplacer dans Yaoundé sans passer par ce centre, devenu à l’Indépendance l’actuel quartier du Centre commercial, espace de concentration des commerces et point de rupture de charge des taxis collectifs. Cependant, après la construction par Paul Biya3, au nord-ouest de Yaoundé, au sommet d’une colline, de l’imposant bâtiment de la présidence (isolé du reste de la ville par un parc de plusieurs hectares), on peut se demander ce qui fait centre dans la capitale camerounaise. Et surtout, qui le produit ?

2Le pouvoir, incapable de redistribuer « la rente », en particulier pétrolière (Médard, 1991), se serait-il mis en retrait du centre-ville dans un pays durement frappé par une crise économique et sociale depuis les années quatre-vingt (Courade, 2000) ? Aurait-il laissé les espaces publics centraux aux vendeurs « à la sauvette », les trottoirs disparaître sous les marchandises proposées à même le sol, les rues embouteillées, les comptoirs des marchés débordés par les stocks de détaillantes non déclarées ? Achille Mbembe (1996) évoque ainsi « ces espaces de la surcharge » où se juxtaposent, se concurrencent et interagissent bien des activités, de la plus informelle à la plus illégale. La présence de « l’Immeuble de la mort », trace d’un chantier de construction abandonné dans les années quatre-vingt (Bissek, 1994, p. 64), ayant donné cours aux plus folles rumeurs, perçu comme repère du grand banditisme et contourné des années durant par les habitants serait à son tour un autre témoin de cet abandon.

  • 4 En référence à l’indépendance du Cameroun.

3Pourtant, une observation plus longue des lieux tend à contredire ce premier constat. Au cœur du quartier du Centre commercial, au rond-point de la Poste centrale, une route demeure interdite à la circulation. Une route poussiéreuse en saison sèche, boueuse en saison des pluies. Une route sans la moindre trace de pneu qui débouche sur le boulevard du 20-Mai4 dédié aux défilés des grandes fêtes nationales. En 2007, un seul panneau, mal orienté, indique timidement l’interdiction d’y circuler. Dans de telles conditions, nous pourrions nous attendre à voir bien des automobilistes emprunter cette route. Néanmoins, elle demeure déserte. Déserte jusqu’à ce que Paul Biya décide de l’emprunter pour quitter sa résidence et pour gagner l’aéroport dans une ville fonctionnant alors au ralenti, quasi-arrêtée par le passage du cortège présidentiel.

4Une autre observation vient compléter la précédente. Une pelouse, celle du rond-point de la Poste centrale, borde cette route. En 2000, j’y notais encore la présence d’enfants, se reposant, se disputant ou inhalant quelque solvant. Un an plus tard, ils avaient disparu. Il a été possible de les retrouver dans le centre-ville, parfois dans des quartiers périphériques. Qu’avaient-ils fui ? L’organisation du sommet France-Afrique en janvier 2001 avec la réception du président français Jacques Chirac par son homologue camerounais. Cet événement avait été le déclencheur du « déguerpissement » de ces enfants, dits « de la rue », du rondpoint de la Poste centrale à proximité de la fameuse « route présidentielle ». Rien ne devait plus contrarier un certain ordre politique. Ainsi le centre-ville apparaissait n’avoir jamais cessé d’être un espace de représentation du pouvoir en place.

5La présence d’enfants, sans doute moins d’un millier dans une capitale frisant les deux millions d’habitants pourrait s’avérer anecdotique. Leur « déguerpissement » tout autant. Cependant, l’analyse de leur apparition dans la ville, de leur éventuelle capacité à s’approprier l’espace, puis du processus de leur refoulement semble informer sur tout un pan de la société et sur les dynamiques sociales et politiques qui la traversent et la fondent. Elle enseigne sur la manière dont un ordre, une hiérarchie et des positions s’expriment dans leur dimension spatiale. La hiérarchisation en jeu interfère avec des processus de catégorisation. Qui est toléré ? Qui est refoulé ?

6Ce texte propose ainsi de discuter de manière plus précise la catégorie « enfants de la rue » à Yaoundé. Elle s’articule autour de deux questions. Quels processus ont ainsi pu conduire à « attacher » certains individus à un espace ? Et de quel espace parle-t-on ? En effet, ne pas s’interroger sur cette « notion » revient à essentialiser la vie d’enfants qui vivraient de jour comme de nuit dans (et de) la rue. C’est faire d’eux de manière quasi-naturelle, « les enfants de la rue » sans même en souligner toutes les implications sociales et politiques. Or il existe bel et bien un processus de catégorisation auquel adhèrent ou contre lequel résistent par diverses tactiques, les enfants (Bourdieu, 1993 ; Becker, 1995) en définitive « assignés à territorialité » (Hancock, 2007, p. 73). Il devient donc nécessaire d’analyser les liens qui unissent les enfants à un espace donné, au point que l’on puisse parler de « production de la rue » (Lefebvre, 2000) et en conséquence de celle de la catégorie « enfants de la rue ». Cela implique de souligner le rôle de divers acteurs, habitants, médias, Ong et autorités.

7L’espace, « la rue », n’est pas un simple donné mais existe dans sa relation à la société. Il a une valeur opératoire pour saisir des faits et des processus sociaux (Raffestin, 1974 ; Orain, 2003). Des groupes et des individus lui donnent des attributs pour le faire exister. Il n’est pas anodin de « spatialiser » ainsi des enfants (Tissot, Poupeau, 2005). De manière plus théorique, en filigrane de cet article, c’est cette relation-là qui sera analysée. Dans un premier temps, je propose d’analyser les localisations des enfants et leur potentielle appropriation de l’espace urbain. Dans un second temps, j’en mesurerai les limites, faisant intervenir dans la réflexion les discours et les pratiques d’autres acteurs de la ville.

À LA RECHERCHE DES TERRITOIRES DES ENFANTS DE LA RUE

8Il est nécessaire d’analyser le quotidien de ces enfants, leur capacité à s’approprier un espace, public, au sein de la ville. Il est utile de s’interroger sur les modes, le degré et le sens de cette appropriation.

  • 5 Pour ne pas dire incontournable, mon sujet de thèse et au-delà mon objet de recherche ne faisant g (...)

9Au début de ma recherche, il a été extrêmement tentant5 de me raccrocher aux concepts clés de ma discipline, la géographie, notamment celui de territoire. L’hypothèse de départ était de mettre à jour un phénomène social en l’étudiant dans sa dimension spatiale. S’il existait un groupe social défini, les enfants de la rue, produisant une identité et un système de valeurs spécifiques, sans nul doute en trouverais-je une « traduction spatiale » : les enfants produiraient des territoires. Il s’agirait alors d’appréhender le moment où l’espace public, défini comme neutre, basculerait et se fragmenterait en ces fameux territoires, exclusifs.

10Qu’en a-t-il été ? Les enfants se disent-ils de la rue ? Avaient-ils le contrôle d’un espace défini et objectivé ?

  • 6 En outre, j’ai passé des questionnaires auprès des habitants dans cinq quartiers de la ville. J’ai (...)

11Pour répondre à ces questions, j’ai mené de 2000 à 2004 des enquêtes par entretiens et par observation, dans la rue et auprès de plusieurs ONG, lors de recherches doctorales. J’ai adopté une démarche de nature ethnographique : il s’agissait de faire de « l’observation participante ». J’ai dû faire preuve de patience et multiplier de manière régulière mes visites dans les secteurs, sans toujours pouvoir prendre des notes de manière explicite. J’ai récolté de nombreuses données à la suite de conversations informelles, en plus d’une trentaine d’entretiens enregistrés. Ces méthodes utilisées dans la durée ont ainsi permis de palier le manque des données, notamment statistiques, sur les enfants des rues et de dépasser le seul point de vue des institutions (et de la presse) en allant interroger les représentations et observer les pratiques des populations, habitants et enfants des rues6. J’avais eu l’occasion de séjourner à Yaoundé dès 1998 et y suis retournée à l’été 2007 et à deux reprises en 2010, pour des missions de recherche portant respectivement sur les forces de l’ordre et sur la prison centrale de Yaoundé. Dans cette dernière, j’ai rencontré quelques enfants connus dans la rue au début des années 2000. D’autres étaient encore dans les (mêmes) rues de Yaoundé.

Logiques de localisation

  • 7 Pour citer les travaux les plus récents, voir notamment : De Boeck, 2000 ; De Boeck, Plissart, 200 (...)

12À Yaoundé, l’existence des enfants de la rue s’inscrit souvent dans un contexte de violence domestique. Leur arrivée à la rue est en majorité l’aboutissement d’une histoire familiale conflictuelle : deuil, divorce, remariage des parents, alcoolisme ou châtiments corporels. La rupture familiale et communautaire, fréquemment sur fond d’appauvrissement, conduit les enfants à quitter leur foyer, leur quartier, leur village et parfois leur ville7. Ils arrivent dans la rue, les espaces publics, et y demeurent.

13Dans les années quatre-vingt, les enfants de la rue étaient appelés les nanga boko. Cette expression était tirée de la phrase a nanga o boko, soit « il a dormi dehors ». O boko en langue douala, situe « le dehors » et provient du mot éboko qui signifie le dehors/la cour/l’extérieur ; et nanga « dormir » (Balandier, 1976). Nanga boko résume donc parfaitement la situation des enfants de la rue qui y vivent et y dorment en permanence. C’est une expression qui perdure. Quant aux enfants, ils se sont emparés de ce dénominatif et l’ont transformé. Ils se nomment les mboko. Ils emploient également ce terme, qu’ils traduisent eux-mêmes par « secteur », pour désigner leurs principales localisations, celles où ils dorment et travaillent. Cette néotoponymie de la rue semblerait traduire l’amorce d’une construction de territoires. Cependant, dès le début de ma recherche, j’ai préféré retenir le terme vernaculaire de « secteur » pour évoquer les seuls espaces des enfants.

« Je peux toujours dire que je suis un mboko [enfant de la rue] parce que je suis avec eux constamment. J’ai été même d’abord. Même maintenant, je suis. Parce que le quartier, je m’en vais seulement dormir. Le matin, dès que je sors, je passe toute ma journée ici, avec eux. Je peux toujours dire oui, je suis un nanga o’boko [enfant de la rue]. Ça serait difficile que je laisse. Je suis habitué avec les gens d’ici [de la Gare-Voyageurs]. Donc, je peux bien avoir les amis au quartier, mais d’abord, je suis ici. Je peux pas les abandonner ici pour rester là-bas. Si je suis là-bas, je serai ici aussi. Je préfère la gare à Elig Edzoa [son quartier]. J’ai d’abord commencé ici. J’ai fait la gare. […] Au quartier, ils se disent que nous sommes des bandits. On sait que le monde qui travaille à la gare est voleur. Au quartier, nous sommes mal vus. Ils se disent que comme nous on sort le matin, c’est pour venir voler. Je ne cause avec personne au quartier. Y’a seulement mon voisin que je peux saluer et la bailleresse. »
Bouba, 15 ans, 3 ans de rue, entretien réalisé à Yaoundé, 2004.

14Ces secteurs se concentrent dans les espaces publics où l’argent circule, premier critère de localisation. À la nuit tombée, s’ils ne déambulent pas aux abords des bars et des boîtes de nuit, les enfants se rassemblent à proximité de leurs lieux de « travail », dans des terrains en friches ou à l’abri d’un auvent éclairé d’un magasin. Parfois, ils se réfugient, moyennant finances, auprès d’un gardien, dans un bus stationné à la gare.

  • 8 Bien que la notion de « petit » et de « grand » varie selon les individus, leur expérience, leur c (...)

15Il existe une relative spécialisation des secteurs en fonction de l’âge, de la force et aussi de l’expérience. N’y aurait-il pas là non plus l’amorce d’un territoire ? Dans les marchés les plus petits8 mendient ou portent les sacs des ménagères prises de compassion. Les plus grands, qui ne leur inspirent guère confiance, nettoient les bars, volent parfois aux abords des boîtes de nuit, gardent et lavent les voitures. Les grands interdisent l’accès des secteurs les plus attractifs aux plus petits (laver les voitures par exemple). La nuit tombée, certains vident les poches des plus faibles dans leur sommeil. Ils rackettent à renforts de bouts de plastique enflammés, jetés sur les corps endormis des plus jeunes.

De la localisation à l’appropriation

16De tels constats pourraient conduire à définir les secteurs comme enjeux de pouvoir entre les grands d’un côté, les petits de l’autre. Mais c’est un rapport de violence qui se noue ici entre les enfants. Le plus faible, le plus naïf est attaqué, détruit ; le plus fort cherche à faire plier toute résistance et nie toute capacité d’action au premier, à « l’autre » (Foucault, 1994). Il n’existe pas de chefs chargés de faire respecter un code de valeurs communes et une relative solidarité. À ce titre, les rites d’entrée sont inexistants. Les plus âgés viennent demander des « droits de secteur » au nouveau venu. La durée de ce racket et les sommes varient d’un individu à l’autre, selon la capacité de l’arrivant à se défendre, quand il ne choisit pas de fuir le secteur. Fuir où et vers qui ? Les espaces où se glisser pour s’abriter et se cacher étant rares, s’il arrive à quelques enfants de passer plusieurs nuits à deux ou à trois dans un véhicule ou dans une salle de vidéo, tous, petits et grands, se retrouvent dans les principaux secteurs de la ville. En définitive, tous vivent dans les mêmes espaces sans prétendre en tirer une quelconque protection et donc sans avoir le moindre intérêt à les défendre. L’apprentissage de « la rue » se fait brutalement, sans souci de transmission d’un quelconque territoire de la part des plus anciens, et au détriment des plus petits. Les conflits personnels sont majoritaires (à l’intérieur même d’un secteur) et se règlent par la fuite de l’un des protagonistes, souvent parti dans une autre ville, Douala par exemple, et qui reviendra quelques mois plus tard, le temps de se faire oublier. Les secteurs ne sont pas non plus des territoires à défendre contre une attaque extérieure. Occupés à survivre, à chercher de quoi manger (mais pour les plus grands aussi de quoi se vêtir et s’amuser), les enfants ne mettent sur pied que des tactiques individuelles (de Certeau, 1990), d’où leur rapport fortement utilitaire à l’espace. Ils ne cherchent pas à le contrôler ni à le revendiquer. Ils demeurent mobiles, prêts à saisir, seul, parfois à deux, la moindre opportunité de dormir mieux, de gagner un peu d’argent, de partir en balade.

17Certes, tous nourrissent des représentations à l’égard des différents secteurs et des enfants supposés y vivre. Au fil des entretiens, ils citent tous les mêmes lieux, qu’ils aient l’habitude ou non de les fréquenter, qu’ils y aient vécu ou non mais avec des regards parfois variables. Selon l’enfant interviewé, il y aurait des secteurs plus rentables, comme celui de la gare ferroviaire, mais aussi les secteurs des « drogués et des voleurs », tel le secteur dit de Calafatas. Il est alors possible de noter un relatif attachement à tel ou tel secteur. Attachement, cependant, qui se fait par défaut d’accéder à d’autres espaces.

  • 9 Vocabulaire que de nombreux travailleurs, tels les « sauveteurs » des marchés, mais aussi les étud (...)

18Je peux ajouter que les enfants ne revendiquent jamais l’invention d’une quelconque contre-culture urbaine. Ils multiplient les références à un ailleurs souvent défini par rapport à l’Occident. Ils citent avec enthousiasme la figure du ghetto américain, adorent évoquer l’image médiatique de « jeunes de banlieues ». Ils changent de nom, prennent des poses, adoptent des mimiques empruntées aux chanteurs de rap, tressent leurs cheveux à la manière des stars du reggae. Ils aiment adopter des tournures argotiques pour évoquer le vol, la consommation de cannabis9. Le départ vers l’Europe s’est transformé en leitmotiv chez beaucoup d’enfants de la rue mais à l’image des autres habitants, tous se nourrissent des images de la télévision, adoptent des modes mondialisées. Comme de nombreux autres Camerounais, les enfants tracent des itinéraires imaginaires à travers le Nigéria et le désert du Sahara avant d’atteindre les côtes marocaines puis les rivages espagnols. Certains connaissent le Tchad, le Nigéria ou la Centrafrique. Ils sont déjà partis tenter l’aventure dans les pays frontaliers. Cependant, pour les enfants, ces attitudes et ces discours constituent avant tout des pratiques de contournements (Agier, 1999), une manière d’exister en puisant hors du Cameroun des références à opposer à une norme écrasante et au stigmate dont ils sont l’objet. Rejetés d’un certain nombre d’espaces sociaux, ils transcendent les espaces où ils sont relégués, se réfugient dans leur imaginaire, surinvestissant les images d’un ailleurs fantasmé, seul échappatoire au quotidien (Fouquet, 2006).

19En définitive, les enfants partagent une expérience relativement identique jour après jour. Les parcours et leurs discours font apparaître des espaces précis, des itinéraires balisés au sein de Yaoundé. Leurs pratiques sont relativement semblables (travailler, voler pour certains, se divertir, se nourrir, lutter aussi), leurs connaissances et leurs représentations de l’espace urbain sont communes en bien des points. Cette répétition de lieux contribue donc à lier un secteur aux quelques autres mais sans que les enfants ne prétendent à l’existence d’un univers, celui de la rue, espace associé à une identité de groupe et à une culture spécifique.

20À défaut de territoires circonscrits, il existerait un processus d’appropriation à l’échelle de la ville. Les enfants mettent en réseau des secteurs différenciés en se promenant et en cherchant de l’argent au fil des jours et des années. La rue des enfants serait donc faite de lieux fixes et d’itinéraires reconnus. Plus que la forme, c’est le mécanisme de la reconnaissance de l’espace, de ses potentialités, de ses appropriations par les enfants qui compterait alors (May, 2000 ; Morelle, 2007). Mais encore une fois, ce processus n’est pas nécessairement signe de territorialisation, d’espaces nommés et délimités sur lesquels une appropriation exclusive et un contrôle s’exerceraient. L’emprise somme toute relative de chaque enfant sur son secteur, son attachement si paradoxal, glorifié devant un interlocuteur que l’on cherchera à impressionner, mais subi et avoué comme tel un jour difficile, montrent les limites à une possible appropriation (Ripoll, Veschambre, 2006, p. 301). À quoi bon alors s’attacher à un terme qui ne rend pas compte des ambiguïtés des enfants eux-mêmes, avec le risque d’évincer de l’analyse l’étude de la position et des discours d’autres acteurs, bien plus enclins à lier ces enfants, ensemble, à un espace pensé comme objet réel, la rue ? Sans pour autant leur reconnaître des droits sur les espaces occupés…

QUI PRODUIT LA RUE ?

21Appréhender le quotidien de ces enfants dans sa dimension spatiale n’est pas un exercice vain. Il l’est d’autant moins si l’on se penche sur les discours et représentations d’autres acteurs de la ville, des Ong, des habitants, des agents du pouvoir en place et également des chercheurs ; plutôt que de vouloir codifier à tout prix le fonctionnement des secteurs et rechercher une forme, un contenant à une certaine réalité, ces fameux « territoires ».

Le discours scientifique sur la rue

22En géographie, la tentation d’appréhender la rue comme lieu défini, par exemple, par sa largeur, sa longueur et le seul aspect architectural des bâtiments qui la bordent semble dépassée, si tant est que la rue ait occupé une place, même mineure, dans les manuels de géographie urbaine… à l’inverse des recherches en histoire (Landau, 1993 ; Lenemorel, 1994). Aujourd’hui, on peut donc lire des articles et des ouvrages (Decoudras, Lenoble-Bart, 1996 ; Monnet, 2007) évoquant la rue comme milieu, né des pratiques et des représentations de divers acteurs (piétons, commerçants, représentants des autorités centrales et municipales) et comme révélateurs de faits sociaux et de normes (Gruet, 2006). Pourtant, on ne dépasse pas toujours la tentation de faire de la rue une simple scène où décrypter le jeu de différents pouvoirs urbains, au risque d’évincer la dimension proprement spatiale de dynamiques sociales (Ripoll, 2005).

23Ainsi en va-t-il de « la rue des enfants ». Dans la littérature scientifique française, une première définition, classique, consiste simplement à différencier les enfants de la rue des enfants dans la rue (Marguerat, Poitou, 1994) : les premiers vivent en permanence au sein de l’espace public, de jour comme de nuit ; les seconds travaillent dans la rue la journée, mais rentrent à leur domicile et retrouvent leur famille à la tombée de la nuit. Des auteurs se penchent sur le quotidien des enfants sans jamais souligner le rôle de leur espace de vie dans la production d’une éventuelle identité spécifique et plus encore d’une catégorie.

24Contrairement à de nombreuses dénominations occidentales portant sur les personnes privées de tout domicile, on ne parle pas de « sans » : « sans abri », « sans logis », « sdf », homeless… Au premier abord, par cette appellation d’enfants de la rue, le dénuement n’est nullement énoncé. Il semble encore moins question d’exposer cette situation et de revendiquer une action à mener contre elle. Cet état peut s’avérer d’autant plus étonnant lorsque l’on constate qu’une majorité d’Ong et d’organisations internationales ont repris à leur compte cette expression (l’écartant parfois, il est vrai, pour celle « d’enfants en difficulté » voire « en très grande difficulté »).

  • 10 On pourra se reporter à la thèse d’histoire d’Alioum Idrissou (2005) qui évoque la situation des j (...)
  • 11 Le terme « enfant » porte lui-même à discussion dans la mesure où par exemple j’ai pu rencontrer d (...)

25Comment a donc émergé une catégorie qui ne s’attache a priori qu’à constater une localisation de manière à rassembler derrière cette étiquette des individus aux parcours et histoires variées ? L’une des motivations semblait être de briser une représentation stigmatisante d’enfants pensés avant tout comme « jeunes délinquants10 ». En Afrique, le forum de Grand-Bassam, organisé en Côte d’Ivoire en 1985, semble être le moment où est traitée pour la première fois la question des « enfants de la rue » en tant que phénomène social particulier (Marguerat, Poitou, 199411).

26Si je n’ai pas l’intention ici d’avancer davantage dans une recherche d’ordre historique qu’il reste à creuser, je constate que nommer n’est pas sans conséquence. Par leurs analyses, les chercheur-es en sciences sociales, tout en souhaitant décrire un pan du monde, ont peut-être contribué à désigner les « enfants de la rue » comme un monde à part entière, relayant ou inspirant certains discours de divers acteurs en présence. À cet égard, la littérature scientifique sur les sansabri dans le monde occidental se révèle plus critique (Zeneidi, 2002 ; Gaboriau, 2004).

La rue et la figure de l’autre

  • 12 Ce constat ne vise pas à occulter les pratiques et inventions des populations camerounaises dans l (...)
  • 13 Cf. DIAL/DSCN, Consommation et conditions de vie des ménages à Yaoundé, Yaoundé, 1993.

27Ainsi, les habitants sont eux-mêmes tentés de penser l’enfant de la rue comme un autre, de le mettre « à part ». Il est celui qui vient d’ailleurs, qui ne vient pas de leur ville. À Yaoundé, les enfants de la rue sont issus de toutes les provinces du pays. Or, les habitants de la capitale camerounaise sont eux-mêmes originaires de régions très diverses. Fondée à la fin du XIXe siècle par les Allemands en zone forestière12, Yaoundé a connu l’arrivée des flux de travailleurs forcés pour l’équiper, la construction de la voie de chemin de fer et l’augmentation de l’offre de travail (postes d’ouvriers du bâtiment, de domestiques…), ce qui en a fait un pôle très attractif au sein du territoire national. Le statut de capitale a fait perdurer cette attractivité. Au fil des années, les autochtones sont devenus minoritaires. En 1993, plus de la moitié des habitants sont des migrants13.

28Certes, cette tendance s’infléchit avec le temps (Durang, 2003). Il n’en demeure pas moins que le brassage des populations est très fort à Yaoundé. Par conséquent, la diversité des origines des enfants de la rue semble le reflet de la société de la capitale.

29Mais la définition de l’origine géographique au Cameroun s’avère très ambiguë. Ainsi, il n’existe pas de « Yaoundéens ». Tous les habitants de Yaoundé de longue date se disent « de Yaoundé » dès lors qu’ils doivent se définir par rapport à une autre personne vivant ou venant d’une autre localité. Lorsqu’il devient nécessaire d’être plus précis, les natifs de la capitale et/ou leurs descendants (quels que soient leurs lieux de naissance) se disent avant tout autochtones d’un territoire, d’un clan restreint à l’intérieur « de Yaoundé » (appartenance clanique au sein du groupe ewondo, l’ethnie autochtone de Yaoundé et de ses environs). De même, les allogènes « de Yaoundé » se réfèrent à une origine géographique couplée à leur origine ethnique respective. Chacun est « de quelque part » et avant tout « de quelqu’un », lui-même originaire d’un lieu donné (Bopda, 2003). Être né à Yaoundé ne fait pas d’un individu un « Yaoundéen », qui plus est si ses parents sont natifs d’une autre province et appartiennent à une ethnie autre que le groupe ewondo.

30Par conséquent, la diversité des origines, pourtant constatée, n’est pas garante d’une intégration à Yaoundé. On peut ne pas être de Yaoundé. Pour beaucoup d’habitants, les enfants sont « nordistes », qu’ils soient nés ou aient grandi à Yaoundé. Ils sont issus des régions les plus isolées, dont la croissance économique paraît la plus faible. Ils afflueraient vers la capitale, attirés par « les lumières de la modernité ». Certaines personnes invoquent des arguments d’ordre culturaliste, comme le montrent ces extraits d’entretiens :

« Au Nord, les enfants ont l’école islamique. Au Grand Nord, l’école moderne n’a pas trop d’impact. Les enfants sont dans le mouvement. » (Yaoundé, février 2004.)
« Beaucoup d’enfants viennent du Nord et de l’Extrême-Nord. L’éducation dans le Nord, ce n’est pas comme chez nous, au Centre. Il y a des tribus où l’enfant doit se chercher dans la vie, tout seul. Ici, jusqu’à la majorité, l’enfant reste entre les mains des parents. Au Nord, il y a la polygamie : un mari a 4, 5, 6 femmes et les moyens ne suivent pas. Les femmes disent à leurs enfants de se débrouiller. Quand l’enfant n’est pas satisfait, il prend la route. » (Yaoundé, février 2004.)

  • 14 « Le débat politique se noue notamment autour des notions de “minorité”, d’“autochtone” et d’“allo (...)
  • 15 « Se convertir ne signifie pas seulement faire de l’islam sa religion. En effet, les prosélytes on (...)

31Les habitants stigmatisent tour à tour religion, éducation et mœurs familiales. Ils créent une identité « nordiste » dans un contexte de montée de l’autochtonie14. Pourtant, les régions septentrionales abritent de nombreuses ethnies et plusieurs religions. Ce sont l’histoire et les luttes armées (la conquête et la domination foulbé en particulier) qui ont poussé certains groupes à se dire Foulbé (peul) et à se convertir pour avoir accès aux biens publics et privés15, stimulant indirectement les représentations simplificatrices des gens de Yaoundé. Dans mes propres entretiens, d’une part, il a donc fallu distinguer parmi les enfants se disant « du Nord », ceux étant nés à Yaoundé. D’autre part, la majorité d’entre eux déclarait être Foulbé sans que je ne puisse vérifier s’ils n’étaient pas issus d’autres groupes ethniques « foulbéisés ».

32Cependant, au-delà des enquêtes, dans l’appréhension commune, beaucoup d’habitants de Yaoundé estiment que les enfants sont du Nord. C’est là le point essentiel. La ville n’a pas vocation à accueillir « la misère » des autres provinces. Les enfants ne sont pas de la ville. En quittant leur famille, en fuyant leur domicile, les enfants avaient déjà perdu l’ancrage à un quartier et à une communauté. Déjà sociologiquement marginaux, ils deviennent alors géographiquement allogènes. Nombre d’habitants font appel aux lignes de tensions et de conflits au sein du territoire national pour éviter de manière radicale et quasi-définitive d’intégrer ces enfants à la société urbaine et à la ville.

33En lien avec ce discours, en 2001, à la veille du sommet « France-Afrique », des trains dits charters ont été affrétés par le ministère des Affaires sociales pour « renvoyer » les enfants vers le Nord du pays, libérant ainsi l’espace du centreville et laissant le passage au président et son invité.

Maintenir le centre, tenir la rue

34Cette année-là, le centre-ville aux rues rectilignes et goudronnées, passage obligé de tout cortège présidentiel, a fait l’objet de mille attentions. Yaoundé devint la vitrine d’un pouvoir fort ayant la maîtrise de son territoire. Le désir d’ordre (ou celui de faire croire à un ordre dans la ville) a pris le pas sur la « ville à l’œuvre ». Les vendeurs « à la sauvette » ont été « déguerpis », leurs étals parfois brûlés. Et les enfants n’ont pas été épargnés. Outre les charters, les descentes nocturnes des forces de l’ordre se sont multipliées dans les secteurs du centreville. Elles ont frappé jusqu’à ce que les enfants partent (rond-point de la Poste centrale, tribunes officielles du boulevard du 20-Mai). «On a vidé la rue » constate un inspecteur des Affaires sociales à Yaoundé en avril 2002.

35Nommées « ratissage-nettoyage » par certains de leurs initiateurs, ces opérations présentent un caractère universel. Dans bien des capitales du monde, la venue d’un chef d’État ou l’organisation d’un sommet politique enclenche ce type de pratiques pour faire place nette. Ce qui fut le cas lors du sommet de l’Union africaine à Maputo au Mozambique en 2003, ou de la réunion avec les institutions financières internationales à Nairobi au Kenya en 1994.

36Pour affirmer sa capacité de contrôle, le pouvoir quadrille l’espace de Yaoundé. Cela va donc plus loin qu’une action sur l’image de la ville. La criminalité est l’alibi majeur pour contrôler l’identité de tous. En s’en prenant notamment aux enfants (parfois avec violence), l’État impressionne autant qu’il rassure. Et quand alors il tient un discours sur « la rue », il participe à sa production. C’est un moyen de produire aussi la ville, définie comme un espace quadrillé où chacun se positionne et est positionné. La place marginale des enfants aide à la structuration de la ville. En chassant les enfants, le pouvoir fonde l’existence d’une « rue » et fait des enfants des producteurs urbains dont il invalide l’action par la suite en les enfermant dans le statut de « délinquant ».

37Dans le contexte d’insécurité que connaît Yaoundé, cette compétition pour l’accès à la ville témoigne autant des régulations sociales que des dérégulations socio-politiques dans le cadre d’une violence quotidienne. Au nom du monopole de la violence légitime, le pouvoir « monopolise » l’espace. Ces actions sont à l’origine de territoires d’État (espaces de la sécurité), d’espaces sécurisés et en contrepoint apparent, d’espaces de régulation et de refoulement. Ces espaces se construisent suivant une logique sécuritaire.

38Au gré d’événements ponctuels, les enfants apprennent donc à se jouer des rafles, à esquiver les coups de policiers et de gendarmes en charge de donner une certaine lisibilité à l’espace urbain. Ils quittent leur secteur pour se réfugier dans un autre puis, quand le contexte évolue, reviennent par deux ou trois avant d’être rejoints. Où l’on voit que leur possible appropriation de l’espace est fluide, mouvante, qu’elle s’adapte à la norme (plus exactement aux contraintes du moment), qu’elle la détourne. Mais cette appropriation demeure surtout dépendante des intérêts du pouvoir en place qui, seul, aura le dernier mot. Pour le pouvoir en place, l’important est de faire circuler ces enfants (Soutrenon, 2001), de les refouler et les rendre invisibles le cas échéant. De quelle appropriation alors parler ?

CONCLUSION

39Les pratiques et les représentations des habitants comme du pouvoir, de ses agents et des Ong (et du monde scientifique) ne sont pas sans influence sur la construction d’une catégorie stigmatisée et marginalisée. Progressivement, les enfants deviennent « de la rue » aux yeux de leurs principaux interlocuteurs (travailleurs sociaux, policiers…) et de la population en général. Définir les enfants comme étant « de la rue » permet de les positionner socialement dans la ville, quand bien même serait-il question de les « cibler » et de les aider. Leur appropriation de cet espace se fait cependant largement par défaut et en pointillés.

40Il s’agit donc de dépasser une simple description des usages de la rue en évoquant la manière dont cette pseudo-appropriation de la rue par les enfants alimente les représentations des autorités et des habitants, représentations qui contribuent en retour à fixer la catégorie « enfants de la rue ». Cela afin d’appréhender un processus de relégation, révélateur de certaines dynamiques à l’œuvre à Yaoundé et au Cameroun, pays frappé depuis plus de deux décennies par une crise économique et sociale, d’une part, et par un fort clientélisme d’État d’autre part.

41À cet égard, année après année, il est évident que la prise en charge des enfants reste du seul domaine de l’humanitaire, sans la moindre mise en place d’une politique sociale. Quand l’État intervient à l’égard des enfants, il le fait principalement dans le cadre de « rafles » ponctuelles menées par les forces de l’ordre. La rue devient un espace réticulaire, connectant bien souvent les espaces publics, les cellules des commissariats et des brigades de gendarmerie et enfin celles de la prison centrale. La rue semble en bien des points un espace abandonné à l’action des Ong, ce qui évite bien de mener une réflexion sur la place de ces enfants en tant que citadins (Terrolle, 2004).

Notes

1 En 1916, le Cameroun est devenu un territoire sous mandat de la Société des Nations confié aux Français et aux Anglais. Yaoundé relève alors de l’administration coloniale française. En 1946, le territoire camerounais sera placé sous la tutelle des Nations Unis. En 1960, le Cameroun devient indépendant.

2 Yaoundé est un ensemble disséqué de collines parfois nivelées en plateaux où alternent des versants convexes, souvent raides et des vallées à fond plat, souvent marécageuses.

3 Président de la République depuis 1982, à nouveau candidat aux élections présidentielles de 2011.

4 En référence à l’indépendance du Cameroun.

5 Pour ne pas dire incontournable, mon sujet de thèse et au-delà mon objet de recherche ne faisant guère l’unanimité dans l’institution universitaire.

6 En outre, j’ai passé des questionnaires auprès des habitants dans cinq quartiers de la ville. J’ai réalisé des entretiens auprès des autorités ministérielles et municipales. Quand cela a été possible, j’ai consulté les archives de presse.

7 Pour citer les travaux les plus récents, voir notamment : De Boeck, 2000 ; De Boeck, Plissart, 2005, ainsi que : Marguerat Y. (dir.), Garçons et filles des rues dans la ville africaine, Diversité et dynamique des marginalités juvéniles à Abidjan, Nairobi, Antananarivo, rapport, IRD – CODESRIA, 2003 (non publié).

8 Bien que la notion de « petit » et de « grand » varie selon les individus, leur expérience, leur capacité physique et celle à s’adapter et à ruser, j’entends les « petits » comme ceux âgés de moins de quinze ans, souvent dans la rue depuis moins de six ans.

9 Vocabulaire que de nombreux travailleurs, tels les « sauveteurs » des marchés, mais aussi les étudiants maîtrisent.

10 On pourra se reporter à la thèse d’histoire d’Alioum Idrissou (2005) qui évoque la situation des jeunes dans son analyse de l’univers carcéral du « Cameroun français » (1916-1960) sans jamais avoir à citer l’expression « enfants de la rue » au profit de celle de « délinquance juvénile ». Voir également les travaux éclairants de Laurent Fourchard (2006) au Nigéria sur cette même notion ainsi que l’ouvrage dirigé par Florence Bernault (1999).

11 Le terme « enfant » porte lui-même à discussion dans la mesure où par exemple j’ai pu rencontrer des « enfants » de dix ans comme de vingt ans. Qu’il y ait pourtant appropriation massive de ce terme y compris chez les habitants, révèle sans doute une position sociale et une certaine répartition des pouvoirs, dans laquelle ceux que l’on nomme « enfants » sont considérés encore comme immatures et non autonomes. Elément qui m’a incitée à conserver ce terme.

12 Ce constat ne vise pas à occulter les pratiques et inventions des populations camerounaises dans le développement de la ville.

13 Cf. DIAL/DSCN, Consommation et conditions de vie des ménages à Yaoundé, Yaoundé, 1993.

14 « Le débat politique se noue notamment autour des notions de “minorité”, d’“autochtone” et d’“allogène”. […] Cette nouvelle rhétorique se retrouve aussi dans la rue à travers les slogans ethnicistes et les revendications territorialistes. […] La loi n° 96/06 du 18 janvier 1996 portant révision de la constitution du 2 juin 1972 consacre de nouvelles notions dans le champ politique camerounais : la “minorité”, l’“autochtone”, l’“allogène”, le “citoyen camerounais d’origine” et la région. […] L’État instrumentalise les regains de sentiments ethno-régionaux et génère des logiques d’exclusion à l’égard des majorités à Yaoundé. » (Durang, 2003, p. 451.)

15 « Se convertir ne signifie pas seulement faire de l’islam sa religion. En effet, les prosélytes ont aussi abandonné leurs rituels, leurs sacrifices, leurs croyances, leurs systèmes d’alliances et de compensations matrimoniales, leur nom, leur langue traditionnelle, etc. Ils ont adopté la langue peule et la plupart des autres traits culturels des Peuls villageois. […] Après plusieurs générations […] certaines personnes foulbéisées se disent Peuls […] Pour avoir accès aux biens publics et privés, les groupes ethniques non peuls ont dû s’adapter à l’identité peule. » (Van Santen, 2000, p. 45.)

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540