Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Quatrième partie. Groupes à faibles ressources et espaces dévalorisés : l'appropriation impossible ?

Être étudiant dans une prison française : distinction et appropriation sélective de l’espace

Fanny Salane

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La prison paraît au premier abord comme un lieu difficilement appropriable par les personnes incarcérées : en effet, comment investir un espace imposé par une décision extérieure à soi ? De plus, par ses fonctions de relégation (Combessie, 1996) et de contention, la prison cherche à réduire l’espace de vie des personnes détenues et leurs possibilités de circulation. La privation d’espace et de mobilité fait partie intégrante de la peine, et participe au « dressage physique » de l’individu que cherche à obtenir « l’appareil disciplinaire » qu’est le monde carcéral (Foucault, 1975). Dans cette perspective, il semble que la possession d’un statut particulier, comme celui d’étudiant, permette la mise en place d’un rapport à l’espace différent et surtout privilégié. Dans une première partie, nous montrerons que les personnes détenues engagées dans un cursus d’études supérieures possèdent des avantages, au sein de l’espace carcéral, de situation d’une part et de circulation d’autre part1....

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable