Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Quatrième partie. Groupes à faibles ressources et espaces dévalorisés : l'appropriation impossible ?

Être étudiant dans une prison française : distinction et appropriation sélective de l’espace

Fanny Salane

Texte intégral

  • 1 Note méthodologique : la recherche se fonde sur l’analyse de 71 questionnaires et de 45 entretiens (...)

1La prison paraît au premier abord comme un lieu difficilement appropriable par les personnes incarcérées : en effet, comment investir un espace imposé par une décision extérieure à soi ? De plus, par ses fonctions de relégation (Combessie, 1996) et de contention, la prison cherche à réduire l’espace de vie des personnes détenues et leurs possibilités de circulation. La privation d’espace et de mobilité fait partie intégrante de la peine, et participe au « dressage physique » de l’individu que cherche à obtenir « l’appareil disciplinaire » qu’est le monde carcéral (Foucault, 1975). Dans cette perspective, il semble que la possession d’un statut particulier, comme celui d’étudiant, permette la mise en place d’un rapport à l’espace différent et surtout privilégié. Dans une première partie, nous montrerons que les personnes détenues engagées dans un cursus d’études supérieures possèdent des avantages, au sein de l’espace carcéral, de situation d’une part et de circulation d’autre part1. Dans une seconde partie, nous nous pencherons sur les espaces plus spécifiquement investis par ces « détenus-étudiants » et sur les techniques d’appropriation qu’ils mettent alors en place pour revendiquer et légitimer leur présence, renforçant par-là leur situation de population « à part » au sein de la détention.

PRIVILÈGES DE POSITION ET DE CIRCULATION

2Parler d’appropriation de l’espace dans le cadre carcéral pose la question de la liberté de positionnement et de mouvement des détenus. En effet, pouvoir maîtriser l’espace dans lequel on évolue, pouvoir se l’approprier, s’y mouvoir, permet de ne pas le subir passivement. Au-delà, cela permet de se différencier des autres personnes détenues et de montrer une certaine capacité à s’extraire (partiellement) du contrôle étroit qu’exercent les personnels pénitentiaires sur l’utilisation de cet espace. Cette tentative de distinction s’ajoute au fait que l’organisation même de l’institution pénitentiaire s’appuie souvent sur une répartition spatiale différentielle des détenus. Dans ce contexte, les personnes détenues étudiantes, qui appartiennent déjà à la frange privilégiée de la population carcérale, semblent bénéficier de privilèges de positionnement et de mouvement au sein de l’espace pénitentiaire. En outre, le statut d’étudiant se combine parfois avec d’autres positions intra-carcérales avantageuses sur le plan spatial.

La population étudiante : une population privilégiée

  • 2 Notre recherche quantitative se base sur un échantillon non représentatif de la population étudian (...)

3La population carcérale, en plus d’être stigmatisée et mise à l’écart de la société, présente des caractéristiques sociodémographiques qui la distinguent de la population à l’extérieur et qui en fait une population exclue socialement, économiquement, familialement, scolairement (Marchetti, 1996 ; Combessie, 2001). Au vu de ces éléments, la population étudiante semble être une population privilégiée au sein du monde de la prison : elle possède en effet des caractéristiques sociodémographiques qui la distinguent de l’ensemble de la population carcérale. Nous exposerons ici celles que nous considérons comme les plus significatives2 : la profession du père, de la mère et l’âge de sortie du système scolaire de l’étudiant.

  • 3 Pour correspondre à l’échantillon de l’enquête INSEE, nous avons retiré les femmes de notre échant (...)
  • 4 Cf. INSEE, « L’histoire familiale des hommes détenus », Synthèses, n° 59, 2002.

4Si l’on compare nos résultats3 à ceux de l’enquête de l’INSEE sur « L’histoire familiale des hommes détenus4 », on remarque que, de façon tendancielle, les détenus qui effectuent des études supérieures sont issus de familles plus favorisées que les autres. Ainsi, même si la profession du père la plus répandue dans notre échantillon est celle d’ouvriers (34,4 %), elle l’est en moins forte proportion que parmi les hommes détenus en général (47,2 %). Par contre, on constate un très fort taux d’enfants de cadres et de professions intellectuelles supérieures : 17,2 %, contre 6,6 % au sein de la population masculine incarcérée globale. De même quand on regarde la profession de la mère : beaucoup moins souvent fils d’ouvrières (7,8 % contre 13,1 %) ou de femmes sans activité professionnelle (21,9 % contre 54,6 %), les « détenus-étudiants » sont plus souvent fils d’employées (26,6 % contre 16,1 %), de professions intermédiaires (12,5 % contre 3,8 %) et surtout de mères cadres et de professions intellectuelles supérieures (4,7 % contre 1 %).

  • 5 Afin de pouvoir comparer, nous avons posé la même question dans notre questionnaire que dans l’enq (...)

5Au milieu social s’ajoute un autre facteur qui semble avoir également une grande importance pour singulariser la population étudiante au sein à la population carcérale : l’âge de sortie du système scolaire. Contrairement à ce qu’a mis en lumière l’enquête de l’INSEE, ce facteur n’apparaît pas comme discriminant dans notre population et semble proche, dans sa configuration, de celui des hommes non détenus5. Pour exemple, parmi les « détenus-étudiants », 26,6 % ont quitté l’école avant 18 ans, contre 68,9 % des hommes détenus. À l’inverse, 7,8 % des « détenus-étudiants » ont quitté l’école après 25 ans, contre 1,5 % des hommes détenus. Les personnes qui font des études supérieures en prison restent donc majoritairement longtemps à l’école, beaucoup plus longtemps que les autres détenus en moyenne.

6Ainsi, cumulant la possession de capitaux culturels, sociaux et scolaires, la population étudiante se distingue de la population carcérale générale et cette position particulière dans le champ pénitentiaire implique des avantages au niveau de l’usage de l’espace.

LES PRIVILÈGES DE POSITIONNEMENT

Au sein de l’espace carcéral

  • 6 Les établissements pour peine (centres de détention et maisons centrales) pratiquent le numerus cl (...)

7À l’intérieur de la prison, la position géographique de la personne détenue donne des indications sur son statut et sa fonction. Des arrangements sont en effet décidés et mis en place par l’administration pénitentiaire afin de faciliter la gestion du quotidien. Les étudiants se retrouvent alors souvent spatialement regroupés au sein de la détention. Cette répartition particulière suivant les statuts reflète parfois l’obtention de privilèges par certaines catégories pénitentiaires. Ainsi en maison d’arrêt6 :

« L’encellulement individuel est peu fréquent chez les hommes et distingue les détenus qui en bénéficient des autres. Il s’agit des personnes qui travaillent, qui étudient ou qui sont hospitalisées dans une division où sont dispensés les soins psychiatriques. Les autres détenus s’entassent généralement à trois ou à quatre dans cet espace réduit. » (Lhuilier, Lemiszewska, 2001, p. 48.)

8L’étudiant peut obtenir l’autorisation d’être seul ou de partager sa cellule avec quelqu’un qui fait également des études.

  • 7 Les prénoms des détenus ainsi que les noms et les lieux cités dans les entretiens ont été rendus a (...)

« L’avantage à P1 [maison d’arrêt], c’est qu’ils réservent un quartier pour les scolaires donc j’étais avec une autre personne qui préparait des études et là-dessus, on était tranquille. » (Julien, CD, 1re année de BTS, IRIS7.)

9Certaines fois, c’est le personnel pénitentiaire lui-même qui fait la démarche de conseiller l’étudiant, sur le choix du bâtiment supposé le plus adapté à ses besoins.

« Mais à P2 [maison d’arrêt], il faut que je vous dise quelque chose : je suis resté pendant 6 mois au D1. Sur suggestion de M. X, qui est… qui est un gradé, qui est quelqu’un d’important, puisque je crois qu’il est chef de détention ou plus que ça. Il me dit : […] “En détention, les gars vont venir, pan, pan, la musique, etc., si vous restez ici, on sort à 10 heures et puis on rentre à 11 heures et demi et puis on sort à 4 heures, etc. mais au moins, vous pouvez étudier”. » (Raymond, CD, 3e année de licence – 1re année de master, Philosophie.)

10Cet exemple illustre bien le fait qu’être un étudiant peut permettre d’obtenir une place convoitée au sein de l’espace carcéral, dans un bâtiment mieux situé, plus silencieux, éventuellement même dans une cellule individuelle, alors que l’encellulement collectif est la règle.

Au sein du parc pénitentiaire

  • 8 La règle est qu’une fois condamné, le détenu va purger sa peine dans un établissement pour peine, (...)

11Il semble que les « détenus-étudiants » aient également des avantages qui leur permettent de subir moins durement les événements qui jalonnent la carrière carcérale et de se protéger contre certains aléas qui la traversent. L’entreprise d’études peut notamment apparaître comme une raison valable pour combattre certaines décisions de mobilité dans l’espace carcéral. Jules a eu l’autorisation, une fois jugé, de rester dans la maison d’arrêt dans laquelle il avait entamé ses projets scolaires8.

« J’ai pris 15 ans. Sur 15 ans, j’en avais déjà fait 31 mois donc j’avais vu ce que j’avais fait en 31 mois, personnellement, après le jugement, comme j’avais dit à M. X [le responsable local de l’enseignement], j’avais 4 ans devant moi de tranquillité, avant qu’il y ait des choses qui bougent ou qui changent. J’avais demandé à rester sur le site de P3 [maison d’arrêt], ça m’avait été accordé par les têtes pensantes de Paris et de Lyon, ça fait que je peux rester ici jusqu’à la fin de ma détention. » (Jules, MA, 2e année de DU, Astronomie-astrophysique.)

12Ceci s’insère dans une politique générale qui permet au détenu qui le demande, et pour lequel il n’y a pas de contre-indications sécuritaires, de rester dans l’établissement dans lequel il a commencé son cursus scolaire ou alors de le transférer vers un établissement adéquat. Il est même préconisé, dans la circulaire du 29 mars 2002 fixant les « Orientations de l’enseignement en milieu pénitentiaire » : « Dans la mesure du possible et sauf s’il le demande ou en raison de circonstances exceptionnelles (motifs d’ordre et de sécurité, raisons sanitaires) un détenu ne devrait pas être transféré à l’approche d’un examen. »

13Dans certains cas, comme celui de Yassine, des décisions de sanction disciplinaire peuvent finalement être adoucies voire annulées par le fait de poursuivre des études.

« Et le fait que vous soyez venu ici, c’est pourquoi ? C’est pour la fin de votre peine ?
– Non, c’est un transfert disciplinaire. Mais bon, là-bas aussi, la directrice, elle m’a arrangé parce que bon, transfert disciplinaire normalement, je vais dans une autre centrale, plus dure. Et là, voilà, au dernier moment, elle m’a appelé dans son bureau – j’étais au mitard – elle m’a appelé dans son bureau, elle m’a dit : “Vous êtes transféré”, mais elle aussi, elle y croyait, elle m’a parlé, que j’avais commencé à faire des études etc., que j’étais transféré disciplinairement, mais qu’elle m’envoyait à P4 [centre de détention], donc c’est pas un transfert disciplinaire ! Et que là-bas, je pourrais poursuivre des études, dans des conditions… correctes. » (Yassine, CD, 3e année de licence, Histoire.)

  • 9 Quand une personne est condamnée à une peine de plus de 10 ans, elle doit obligatoirement passer p (...)

14Un autre aspect des privilèges obtenus semble être que les personnes les plus pourvues scolairement – et nous avons vu que c’était le cas des étudiants – parviennent plus facilement à éviter le CNO9. Ceci confirme le constat d’Anne-Marie Marchetti :

« De même que les détenus les plus défavorisés parviennent plus difficilement à « amortir » les pertes qui jalonnent leur trajectoire carcérale, les mieux dotés en capitaux divers réussissent mieux à les “encaisser” voire à les esquiver. […] Ainsi dans la population que nous avons rencontrée, les détenus qui avaient réussi à éviter le passage par le CNO avaient tous un niveau d’études universitaire. » (Marchetti, 1996, p. 196.)

15Cela est effectivement le cas de quelques personnes dans notre échantillon.

« Donc là, théoriquement, étant condamné à 18 ans, c’est le CNO d’office. Moi, il était pas question que j’aille au CNO, je ne voulais pas y aller et il a fallu que je, que j’utilise un peu tous mes atouts, mes études, enfin, tout ce qu’il était possible d’utiliser [souligné par nous]. » (Frédéric, CD, 1re année de licence, Droit.)

16Le statut d’étudiant semble donc conférer des avantages dans le parcours carcéral : il peut être un argument pour limiter voire annuler les désagréments de décisions administratives de déplacements d’un établissement à l’autre. Ces avantages se doublent d’autres privilèges une fois sur place, concernant la circulation dans l’établissement.

Les privilèges de mouvement

17À la tentative de maîtriser leur espace et d’occuper dans le monde carcéral une place privilégiée ou, tout du moins, moins reléguée, les étudiants ajoutent celle d’obtenir une plus grande maîtrise de leurs mouvements. Cela est d’autant plus important qu’une des tâches des surveillants est de limiter et de circonscrire la circulation des détenus, en les cantonnant dans leur cellule et en leur autorisant le moins de déplacements possibles. Ainsi, selon Dominique Lhuilier : « L’organisation de la régression, c’est encore l’exigence de justification de ses demandes, de ses déplacements. Le détenu ne sort jamais naturellement de sa cellule : il doit pouvoir expliquer où il va, pourquoi il y va. » (Lhuilier, Lemiszewska, 2001, p. 31). Par conséquent, acquérir une plus grande liberté de circulation apparaît comme primordial ; les détenus tentent d’étendre leur champ d’action dans l’espace carcéral et, par l’intermédiaire des activités qu’ils poursuivent, peuvent parfois prétendre à une présence en des lieux plus diversifiés. C’est le cas des étudiants qui justifient une demande de plus grande mobilité à l’intérieur de l’établissement par leur statut et la nécessité qu’ils ont de se rendre au centre scolaire, à la bibliothèque, ou de travailler en groupe.

« En fait, au début, j’étais dans une cellule de 6, alors c’était craintif… c’était chaud… entre la télé, la, ah non, c’était chaud. Et donc au début, je travaillais en cellule et après, vu que j’étais dans une cellule de 6, j’ai été voir mon chef, le chef de détention et je lui ai dit : “Monsieur, assurez, laissez-moi l’accès à la bibliothèque !” et il m’a laissé accès en fait, les week-ends et une heure par jour. » (Sarah, CD, 2e année de DU, Gestion des entreprises.)

18On constate donc que le statut d’étudiant peut permettre d’obtenir certains avantages de circulation au sein de la prison. Un autre motif pour se déplacer peut également être le regroupement avec d’autres personnes inscrites dans des activités scolaires. Même si notre recherche nous incite à plus de mesure que Théodore Papathéodorou quand il écrit :

« Nous ne saurions nier le progrès que l’enseignement représente dans la prison, tant d’un point de vue pédagogique que strictement humain. Il permet essentiellement le regroupement en équipe de travail des “détenus-étudiants” ayant le même vécu carcéral. Il favorise une atmosphère de recherche et crée un climat de solidarité et d’aide interpersonnelle. » (Papathéodorou, 1991, p. 463),

19nous avons tout de même constaté qu’être étudiant pouvait parfois permettre d’accéder à un double privilège : se déplacer et se regrouper.

« Ce qui est bien c’est que, si je voudrais voir X [un autre étudiant], exceptionnellement et rapidement, ils l’appellent tout de suite. De ce côté-là, ils vont me laisser passer la porte.
– Donc par rapport à ça, vous avez quelques facilités ?
– Oui. Je peux faire facilement un déplacement. Ils savent pourquoi je veux le voir et ils savent aussi que je suis pas un détenu qui va s’arrêter en route pour foutre le bordel. » (Ludovic, MA, 1re année de BTS, IRIS.)

20Ce dernier exemple souligne bien les arrangements qui peuvent avoir lieu et qui sont dépendants du statut de la personne mais également de sa bonne tenue en détention. Ainsi, Bruno Milly écrit :

« L’enseignement semble ici une technique disciplinaire qui participe de la régulation de la vie en détention, l’accès “physique” à l’enseignement des détenus étant en grande partie restreint par le système des privilèges qui régit la vie carcérale. » (Milly, 2004, p. 65.)

  • 10 Nous tenons d’ailleurs à préciser que nous ne nions pas que, à côté des privilèges qu’elles octroi (...)

21Si l’étudiant, par ses activités scolaires, peut justifier de ses besoins élargis de déplacements, il devra en contrepartie « mériter » cet avantage par son bon comportement en détention10. On retrouve là le système de privilèges ou « système bonbon » mis en évidence par Gilles Chantraine (2006), qui valorise les personnes détenues qui ont une attitude conforme aux attendus de l’institution.

22Enfin, il semble que le fait d’être étudiant permette parfois d’obtenir le suprême privilège en ce qui concerne les déplacements : la sortie à l’extérieur. Certaines personnes rencontrées sont en effet sorties exceptionnellement de l’établissement, afin de passer des examens à l’université.

  • 11 Statut qui permet de déposer des demandes de permission de sortie auprès du juge de l’application (...)

« Donc là, c’était pour un oral et ben, dans la journée y’avait aussi un écrit donc j’ai rencontré le juge d’application des peines, c’est, là aussi j’ai eu de la chance parce que c’est un bon type quoi, compréhensif, ouvert, il a compris la situation, il a vu ma personnalité aussi – là aussi, c’est une chose exceptionnelle, j’étais pas permissionable11, y’avait pas eu de, j’avais toujours pas rendu mon certificat d’hébergement et face à la situation, il a pris un gros risque… » (Brahim, CD, 2e année de licence, Sociologie.)

23Cette autorisation, très rare, découle en grande partie de la façon dont le détenu est perçu par le personnel de surveillance et de direction. Elle souligne toutefois le poids du statut particulier d’étudiant dans la justification et dans la légitimation des déplacements.

Le cumul de privilèges

24Nous avons montré que le statut d’étudiant permettait d’accéder à des privilèges dans la maîtrise de l’espace carcéral : privilèges de position d’une part, privilèges de circulation d’autre part. Ces derniers sont obtenus et justifiés par le statut d’apprenant du détenu et par l’adhésion de la personne à la figure du « bon détenu » dans son comportement. Cependant, il semble qu’en tant que personne privilégiée au sein de la population carcérale, la population étudiante accède également à d’autres places, elles aussi avantageuses spatialement. On assisterait donc à un cumul de privilèges dans le rapport à l’espace. C’est le cas dans notre population où beaucoup de personnes cumulent leur statut d’étudiant avec une position, généralement professionnelle, qui leur permet d’obtenir des privilèges spatiaux supplémentaires, notamment en maison d’arrêt où les conditions d’incarcération sont les plus difficiles et où les déplacements sont réduits à leur strict minimum.

25C’est le cas des détenus travaillant au service général de la prison (ou «auxis » pour auxiliaires), comme le personnel d’entretien, de restauration, les bibliothécaires ou les écrivains publics. Selon le récit d’une surveillante de la prison de Fresnes (dans le quartier des femmes) :

« Lorsque je remonte en détention, c’est l’heure de la distribution des repas. Je croise les auxiliaires qui arrivent des deux étages. Elles sont six – triées parmi celles dont le comportement pose le moins de problème – à être classées à la distribution des plats et au ménage. Beaucoup de travail, un faible revenu, mais elles sortent de la cellule [souligné par nous]. » (Héron-Mimouni, 2002, p. 135.)

  • 12 Cf. direction de l’administration pénitentiaire, Les chiffres clés de l’Administration pénitentiai (...)

26Dans notre échantillon, il y a une surreprésentation de détenus employés au service général : environ la moitié des « détenus-étudiants », parmi ceux qui travaillent, œuvrent dans ce secteur, alors que dans la population générale, ils ne sont que 37 %12.

27Ainsi, un certain nombre de détenus, parce qu’arrivant en prison déjà pourvus de nombreux capitaux et entreprenant des études, se voient confier des tâches leur accordant quelques faveurs. Pour exemple, un détenu nous raconte comment il arrivait à rencontrer un autre « détenu-étudiant » grâce à leur statut respectif :

  • 13 Personne qui gère les diverses fournitures de la détention.
  • 14 Management des Unités Commerciales.

« Mais comment vous faisiez pour vous rencontrer ?
– Ah ben lui, c’était l’écrivain public, et moi, comme je suis rationnaire13, on avait le droit de se déplacer. Ce sont deux postes où on peut aller n’importe où donc on circulait beaucoup donc on pouvait se rencontrer. » (Antoine, MA, 1re année de BTS, MUC14.)

28Notons que ce dernier, en tant que rationnaire, bénéficie également d’une cellule individuelle, dans une maison d’arrêt souffrant régulièrement de problèmes de surpopulation.

29Ce cumul d’avantages concerne également les personnes qui sont bibliothécaires, comme André : dans le cadre de son travail, il doit aller chercher des livres à l’extérieur de la détention, dans la cour d’honneur. Pour ce faire, il a obtenu une autorisation, car c’est un lieu auquel les détenus n’ont pas accès normalement.

« Donc j’ai demandé un chantier extérieur : chantier extérieur, c’est le droit de sortir de la détention et de travailler… […] Et donc [la juge] a demandé que le directeur fasse une note de service pour que j’ai accès à la cour d’honneur en permanence ! Alors maintenant, j’ai un accès permanent à la cour d’honneur ! » (André, CD, 3e année de licence, Droit.)

30Cette personne a même reçu l’autorisation de sortir de l’établissement pour mener à bien ses actions de bibliothécaire :

« J’ai été un jour à la bibliothèque municipale – parce que je me promène de temps en temps [rires], dans la journée, des fois, je vais me promener, je vais à la bibliothèque municipale. »

31On retrouve ce qu’écrit Dominique Lhuilier :

« La promenade exceptée, la possibilité pour le détenu de se déplacer en prison dépend d’un support écrit : lettre de demande, autorisation, convocation. Elle peut être justifiée par la nature de l’occupation de l’intéressé. La mobilité des détenus employés par la prison, des étudiants ou de ceux qui sont inscrits à une activité est bien plus importante que celle des inactifs. Elle favorise et multiplie les contacts humains mais aussi les échanges, qui restent très limités pour tous les autres détenus. » (Lhuilier, Lemiszewska, 2001, p. 55.)

32On est donc bien dans un cumul d’avantages d’utilisation et d’appropriation de l’espace par notre population : avantages liés au statut d’étudiant, conjugués à des avantages socioprofessionnels (par l’emploi occupé ou les compétences possédées).

33Cette appropriation privilégiée de l’espace, si elle se traduit par une capacité élargie de maîtriser sa situation et sa mobilité dans les établissements pénitentiaires, se manifeste également par un investissement spécifique de certains lieux à l’intérieur de la prison. La distinction, c’est aller plus facilement là où d’autres ont des difficultés à aller, mais c’est également utiliser différemment les lieux communs ou partagés avec tous.

APPROPRIATION DIFFÉRENTIELLE DE L’ESPACE CARCÉRAL

34Les étudiants, par leur statut, semblent développer un rapport à l’espace particulier, en élisant notamment certains lieux carcéraux comme lieux d’exercice privilégiés de leur scolarité. Par cet investissement sélectif, ils marquent ainsi leur différence avec l’ensemble de la population carcérale et ces techniques d’appropriation participent alors d’une logique de mise à l’écart du monde carcéral. Ici, en plus du centre scolaire et de la bibliothèque « naturellement » investis par les étudiants, il semble que la cellule soit un espace qu’ils tentent de s’approprier physiquement et symboliquement, désertant alors des lieux de vie collectifs, fréquentés par l’ensemble de la population carcérale. Cette partie va alors nous permettre de confirmer les propos de Mathis Stock :

« Le rapport aux lieux n’existe donc pas en soi, de façon indépendante, mais est toujours relié à la question des pratiques. […] Pour les différents individus, les mêmes lieux n’ont pas les mêmes significations. […] C’est en fonction de l’intentionnalité des pratiques que le lieu est interprété différemment. » (Stock, 2004.)

  • 15 Selon l’auteur, les deux facettes de l’habiter (la construction territoriale et la construction id (...)

35La poursuite d’études modifie le rapport à l’espace carcéral et en permet une certaine appropriation et une certaine « habitabilité » (Hoyaux, 2003-2004)15.

Les lieux « naturellement » investis par les étudiants

Le centre scolaire

36Pour beaucoup d’étudiants, le premier lieu qui va être spécifiquement investi est le centre scolaire. En effet, c’est souvent le symbole de leur émancipation et de leur accès à un autre statut. Se rendre au centre scolaire, c’est endosser une autre identité que la seule identité de reclus.

« Moi, quand je vais au central [au centre scolaire], que je suis avec les profs et tout, je suis pas en prison, c’est comme ça que je le vois… Moi j’estime que j’ai de la chance, je me suis donné un espace de liberté. » (Jean-Amédée, MC, 2e année de licence Histoire.)

37Il apparaît clairement que se rendre dans ce lieu apporte parfois l’illusion de se trouver à l’extérieur, notamment parce qu’il permet la rencontre de personnes étrangères à l’administration pénitentiaire ; il est l’occasion d’une ouverture vers l’extérieur.

  • 16 Validation des Acquis de l’Expérience.

« La zone scolaire, c’est un endroit indispensable et particulier dans la maison d’arrêt : il s’y crée un rapport particulier avec les enseignants, il y a un respect mutuel qui s’installe rapidement. D’ailleurs, je peux vous dire que les trouble-fêtes sont vite éjectés, par nous, parce qu’on n’a pas envie qu’ils foutent la merde et aussi par les enseignants. » (Alain, MA, 2e année de BTS par VAE16, IRIS.)

38Le centre scolaire devient alors le lieu de l’« entre-soi », sa fréquentation est le signe d’appartenance à une catégorie à part, celle des apprenants. Toute personne ne respectant pas les règles tacites de fonctionnement de ce lieu ou qui y mènerait des activités éloignées des activités scolaires en est d’ailleurs rapidement exclue. Les détenus s’y rendent pour prendre des cours, pour travailler, mais également pour rencontrer des personnes susceptibles d’agrandir virtuellement l’espace de vie, puisqu’elles symbolisent l’extérieur, extérieur que n’incarnent pas les personnels d’encadrement, membres de l’administration pénitentiaire. On retrouve là le constat de Laurent Gras à propos des pratiques sportives en prison :

« L’occupation de l’espace sportif, à l’instar de l’aménagement du temps, requiert un autre type d’appropriation du cadre institutionnel. Parce qu’ils sont précisément délimités par des lignes de jeu, les terrains sportifs créent une rupture très nette avec le reste de la détention. Toutefois, il semblerait que ce soit davantage la manière dont ces terrains sont occupés qui amène le détenu à pouvoir se sentir “ailleurs”. » (Gras, 2003, p. 206.)

39Enfin, les déplacements vers le centre scolaire sont également l’occasion de mettre en scène sa différence : certains détenus vont en effet au centre scolaire avec des livres sous le bras ou, plus rarement, avec un cartable, objets qui sont autant de marqueurs de l’identité étudiante revendiquée.

La bibliothèque

40Un autre lieu que les « détenus-étudiants » fréquentent assidûment est la bibliothèque de l’établissement, en tant qu’utilisateurs ou même, on l’a vu, en tant que responsables. Les bibliothèques en établissements pénitentiaires sont organisées de deux manières : soit en accès indirect, soit en accès direct ou autonome. L’accès indirect signifie que le détenu coche, sur une liste, les livres qu’il souhaite emprunter ; cette pratique devient marginale et tend à disparaître au sein des établissements pénitentiaires. L’accès direct ou autonome correspond mieux à l’image que l’on se fait d’une bibliothèque : il s’agit d’un local spécifique – bien souvent une cellule aménagée ou la réunion de deux ou trois – souvent tenu par un détenu et avec des horaires spécifiques (Fabiani, Soldini, 1995).

41L’accès à la bibliothèque semble être très important pour les « détenusétudiants » : nécessaire bien souvent à la bonne conduite de leurs études, elle représente pour eux un lieu à part, dans lequel ils se réfugient, se ressourcent, se recentrent.

  • 17 Personne incarcérée dans le quartier d’isolement. La mise à l’isolement correspond à une mesure de (...)

« Mais, béni soit le lundi pour le jour des isolés17, parce que le jour où tu vas à la bibliothèque et quand tu es isolé, on bloque tous les mouvements et y’a que toi qui traverse et y’a que toi dans la bibliothèque. Et je dois dire que… voilà, je m’y suis beaucoup enrichi dans ces quartiers d’isolement, j’ai beaucoup lu. » (Paul, MC, 1re année de licence, Histoire.)

42On perçoit ici nettement la jubilation ressentie par le détenu d’aller à la bibliothèque, seul, alors que tout le monde est immobilisé : plaisir de lire doublé du plaisir de se déplacer alors que tout est figé.

43La bibliothèque est également le lieu, pour certains, où l’expression de leur identité passée toujours présente et le maintien d’une certaine continuité identitaire sont possibles, malgré leur statut actuel d’incarcérés.

« C’est important pour ne pas perdre une partie de ma continuité et puis de… c’est sûr que je suis plus à l’aise dans une bibliothèque que sur un terrain de foot quoi ! Donc là, j’étais dans la bibliothèque toute la journée, au milieu de cette marée de bouquins… » (Frédéric, MC, 1re année de master, Histoire de l’art.)

44La bibliothèque est ainsi particulièrement investie par les étudiants car elle permet la bonne menée des études et participe au renforcement de pratiques distinctives, de construction d’un « entre-soi ».

La cellule comme « chez-soi »

  • 18 De plus, la plupart des personnes rencontrées étant condamnées à de lourdes peines, elles se trouv (...)

45Un autre lieu que certains étudiants semblent particulièrement investir est la cellule. Si pour certains, c’est un lieu imposé, qu’ils ont bien souvent à partager avec d’autres et qui demeure un local temporaire dans lequel passer le temps, certains se l’approprient véritablement. Ceci est favorisé notamment par le fait que, comme nous l’avons vu précédemment, les étudiants bénéficient souvent d’un encellulement individuel18.

46Le fait d’être entouré de ses livres, d’avoir ses cours autour de soi, son ordinateur, permet alors de se recréer un environnement familier et protecteur. On rejoint là la réflexion d’Henri Lefebvre :

« Habiter pour l’individu, pour le groupe, c’est s’approprier quelque chose. Non pas en avoir la propriété, mais en faire son œuvre, en faire sa chose, y mettre son empreinte, le modeler, le façonner. » (Lefebvre, 2001, p. 222.)

47Au-delà, cet investissement peut témoigner d’une intégration et d’une insertion dans l’espace carcéral : aménager sa peine passe également pour certains par le fait d’aménager et plus loin de s’approprier sa cellule.

« Je me suis créé mon petit chez-moi ici, pour justement vivre au mieux mes années, je fais mes petites études tranquille […]. D’ailleurs, la réflexion qui revient le plus souvent, c’est que j’habite ici quoi, que j’ai acheté ma cellule donc… dans la cellule, y’a le lit, y’a la table, y’a la chaise mais j’ai ma chaîne hi-fi, j’ai la console de jeu, j’ai mon ordinateur, j’ai ma bibliothèque personnelle, j’ai ma Cd-thèque… c’est mon chez-moi quoi. Quand je rentre le soir du travail, je pars vite prendre ma douche et je rentre vite en cellule, j’essaie pas de traîner, de grappiller un peu plus de temps, je rentre, c’est la soirée, repas du soir et après, je fais mes devoirs, je… C’est mon temps à moi quoi, il appartient qu’à moi… » (Jules, MA, 2e année de DU, Astronomie-astrophysique.)

48Deux idées principales émergent des propos de Jules. D’une part, il apparaît clairement que la tenue de la cellule est le témoin du degré d’intégration et d’insertion dans l’espace carcéral : l’aménager participe à l’aménagement de sa peine. Soit on décide de ne faire que passer, soit on s’installe. D’autre part, cet investissement particulier pose les bases de la construction d’un « chez-soi » dans un espace commun, comme l’a montré Elsa Ramos (2002) dans sa recherche sur les étudiants cohabitant avec leurs parents, et qui traduit une volonté de repli sur son intimité, de rupture avec l’environnement. Cette volonté de délimiter un « chez-soi » est en fait indissociable de celle de construire une «bulle » isolante autour de soi et de ses études, et de s’approprier un espace à soi pour avoir du temps à soi, mais également d’en éloigner les autres.

« Ma vie en cellule, comme j’ai dit, c’est : je me mets en autarcie complète le soir, à minuit, sur mon bureau et c’est un moment qui n’appartient qu’à moi, c’est un moment qui n’appartient qu’à moi. La journée, on est toujours dérangé, la journée, on est toujours… y’a quelqu’un qui vient boire un café, y’a un pote qui… ils livrent le pain, y’a la gamelle, y’a les cantines, la journée, on ne peut pas se concentrer ! Les études, pour moi, c’est un monde, c’est une chose qui n’appartient qu’à moi, ça n’appartient pas à la pénitentiaire. » (Yannick, MC, 1re année de licence, Lettres.)

49On constate dans ces deux citations une volonté de rupture avec le monde de la prison pour se construire un lieu de refuge ; pour certains, cela se traduit par le fait de rompre avec l’agitation et les bruits quotidiens, avec les contraintes diurnes pour s’aménager une vie nocturne. On peut là encore faire le parallèle avec le travail de Laurent Gras :

« La pratique [sportive] devient alors un véritable refuge, un lieu protecteur où rien ne peut arriver, où les pensées négatives sont immobilisées, abandonnées aux portes des vestiaires, remplacées par l’envie d’être ailleurs et de s’abandonner à l’effort. En cela, l’espace sportif pose une rupture avec l’espace carcéral. » (Gras, 2003, p. 207.)

50Au-delà, la volonté de se construire une « bulle » apparaît comme assez souvent moteur dans l’appropriation particulière de la cellule. C’est ce que nous déclare explicitement Patrick :

« Donc je me suis constitué une bulle et j’y tiens quoi, je fais vraiment en sorte qu’on ne vienne pas me la casser ou me la crever. C’est pas simple hein, la prison… Il faut, oui, effectivement, se construire sa bulle si on veut être tranquille, y’a pas le choix, y’a vraiment pas le choix. » (Patrick, CD, 1re année de licence, Psychologie.)

51C’est un concept que l’anthropologue Edward T. Hall a développé dans ses analyses sur la régulation spatiale et la gestion des distances.

« Si l’on envisage l’homme comme entouré d’une série de “bulles” invisibles dont les dimensions sont mesurables, l’architecture apparaît alors sous un angle radicalement différent. On peut alors concevoir que des individus soient brimés par les espaces où ils sont contraints de vivre et de travailler. […] À mesure que le stress devient plus sévère, la sensibilisation à l’entassement s’élève également – comme l’irritabilité – si bien que l’exigence d’espace ne cesse de croître en fonction inverse de sa disponibilité. » (Hall, 1971, p. 159-160.)

52Cette dernière phrase semble particulièrement bien adaptée à l’analyse de l’utilisation de l’espace en prison, et explique la recherche permanente chez les personnes détenues de moyens pour acquérir un plus large usage de cet espace.

La désertion de lieux partagés

53Si les « détenus-étudiants » semblent investir plus particulièrement certains lieux, leur démarche s’accompagne également d’une fréquentation moins intense ou modifiée de lieux partagés avec l’ensemble de la population carcérale, tels la cour de promenade ou les divers équipements sportifs. Ceci renforce les stratégies de distinction des étudiants et provoque souvent des réactions d’étonnement, voire d’hostilité (plus ou moins déguisée) de la part des autres détenus.

54Ainsi certains détenus désertent les lieux communs afin de pouvoir aménager au mieux leur temps de travail, considérant que les loisirs sont une perte de temps sur leur planning d’étude.

« Ben pour certains, je suis un petit peu, un petit peu fou quoi. Parce que je ne sors plus ! Attendez, les études, ça me coûte les promenades, ça veut dire que je ne sors plus prendre le soleil, je fais plus de footing, je fais plus de musculation, je fais un peu de sport en cellule mais c’est tout. Donc… j’ai pas le choix ! Entre la cuisine et les études, vous savez, une journée, c’est 24 heures. » (Jean-Amédée, MC, 2e année de licence, Histoire.)
« Alors toutes les… à chaque fois que je peux avoir plus de temps à moi, ben je sacrifie d’autres choses : je fais plus de sport, je… je vais quasiment plus en promenade… » (Jules, MA, 2e année de DU, Astronomie-astrophysique.)

55D’autres continuent à fréquenter les cours de promenade mais font pénétrer le monde des études dans ce lieu de détention. Faisant partie du groupe des détenus, puisqu’ils continuent à partager leurs activités, ils s’en détachent pourtant par le détournement qu’ils font de ces activités.

« Après, ce que j’ai fait aussi, c’est… je me suis fait des fiches que je relisais en promenade. Alors là je sortais, je me promenais et avec les fiches, je les relisais, ça me permettait donc… euh, de sortir, de quitter un petit peu la formation dans la cellule tout en étant en promenade. » (Alphonse, CD, 1re année de BTS par VAE, Gestion des entreprises.)

56Le monde des études pénètre alors le monde de la prison, créant parfois des tensions larvées ou ouvertes, des réactions d’étonnement, de moquerie ou de rejet chez les détenus. En conséquence, « installant une distance perceptible à l’égard du mode d’organisation sociale de la prison, [le détenu-étudiant] cesse d’adhérer – en marquant son territoire – au groupe des détenus ordinaires, ne serait-ce qu’en raison de sa désaffection à l’endroit des centres d’intérêts communs au groupe et en rompant, ainsi, le champ traditionnel de la communication » (Cabaud, 1984, p. 118). Ici, la désaffection des centres d’intérêts communs s’accompagne de celle des lieux de vie commune. Ces techniques permettent de ne pas totalement se couper du monde carcéral, de participer aux activités de sociabilité entre détenus, tout en marquant sa différence par une approche territoriale particulière. Elles sont autant de marqueurs d’une identité étudiante en prison que les détenus peinent à revendiquer et à imposer. Tout l’art de la distinction est en fait de trouver la bonne distance, qui permet de ne pas être confondu avec les autres, de s’individualiser à l’intérieur du groupe, tout en préservant, sur la base de propriétés communes, les liens de solidarité indispensables (Bourdieu, 1979).

CONCLUSION

57La prison est la « figure concentrée et austère de toutes les disciplines » (Foucault, 1975, p. 297) ; en ce sens, elle a pour rôle un contrôle étroit de l’utilisation de l’espace (et du temps) des personnes recluses (Le Breton, 1992). Cet article, issu d’une recherche sur les « détenus-étudiants », a tenté de montrer qu’il est parfois possible de s’approprier l’espace carcéral et d’échapper à la contention voulue et imposée par l’institution.

58S’approprier un espace stigmatisé, à savoir ici la prison, est toutefois lié à la possession de capitaux, et semble facilité par la possession d’un statut à part. C’est le cas des « détenus-étudiants » qui mettent en place un rapport à l’espace particulier, qui renforce leur position de population privilégiée. Leur statut leur permet en effet de combiner des faveurs de situation et de circulation et, en outre, d’accéder à des positions, notamment professionnelles, qui leur permettent de cumuler d’autres avantages dans la maîtrise et l’appropriation des lieux. Ce rapport particulier à l’espace se manifeste également par un usage sélectif de ces lieux : si le centre scolaire et la bibliothèque sont « naturellement » investis et permettent aux étudiants de s’ouvrir vers l’extérieur et d’agrandir ainsi – virtuellement – leur espace, la cellule devient le lieu du repli sur soi et sur ses études, mettant alors les autres à distance. Enfin, cet investissement sélectif se traduit également par la désertion de lieux de vie communs avec les autres détenus, ou de détournement de leur usage premier.

59Ces pratiques d’appropriation sélective de l’espace carcéral témoignent de stratégies de distinction et permettent aux détenus de mettre en œuvre et en scène leur identité étudiante. Ainsi, le statut d’étudiant implique un rapport particulier et privilégié à cet espace et en retour, la valorisation ou la dévalorisation de certains lieux renforcent la différenciation entre ces détenus et les autres. Cette prise de distance par rapport au groupe des détenus s’avère primordiale dans l’émergence d’un sentiment d’appartenance au groupe des étudiants.

Notes

1 Note méthodologique : la recherche se fonde sur l’analyse de 71 questionnaires et de 45 entretiens semi-directifs effectués auprès de personnes détenues inscrites dans un cursus post-baccalauréat pour l’année 2005-2006. Elle a été complétée par des entretiens informels avec des enseignants et des membres de l’administration pénitentiaire. Pour chaque extrait d’entretien cité, il sera précisé le type d’établissement pénitentiaire – maison d’arrêt (MA), centre de détention (CD) ou maison centrale (MC) – dans lequel l’étudiant est incarcéré, ainsi que le cycle – diplôme universitaire (DU), brevet de technicien supérieur (BTS), licence (L), master (M) ou doctorat (D) –, l’année dans le cycle et le type d’études suivies.

2 Notre recherche quantitative se base sur un échantillon non représentatif de la population étudiante donc ne prétend pas refléter l’exacte réalité. Cependant, elle permet d’esquisser quelques traits caractéristiques. Il est à noter que le nombre d’étudiants en prison est très faible : environ 900 personnes ont été inscrites au cours de l’année 2005-2006 à un niveau post-baccalauréat mais elles seraient en fait moins nombreuses à suivre un cursus complet d’études supérieures. De plus, notre enquête a été effectuée à un moment donné de l’année scolaire 2005-2006, et ne portait donc pas sur l’ensemble des personnes passées par un dispositif d’enseignement sur toute une année. Le nombre de questionnaires recueillis concerne par conséquent un pourcentage non négligeable de l’effectif total.

3 Pour correspondre à l’échantillon de l’enquête INSEE, nous avons retiré les femmes de notre échantillon.

4 Cf. INSEE, « L’histoire familiale des hommes détenus », Synthèses, n° 59, 2002.

5 Afin de pouvoir comparer, nous avons posé la même question dans notre questionnaire que dans l’enquête de l’INSEE : « À quel âge avez-vous cessé de fréquenter régulièrement l’école (pour la première fois) ? »

6 Les établissements pour peine (centres de détention et maisons centrales) pratiquent le numerus clausus et assurent l’encellulement individuel. La surpopulation et l’encellulement collectif concernent donc les maisons d’arrêt.

7 Les prénoms des détenus ainsi que les noms et les lieux cités dans les entretiens ont été rendus anonymes. Les indications concernant l’interviewé se liront de la façon suivante : Julien est incarcéré dans un centre de détention et est actuellement inscrit en 1re année du BTS « Informatique et Réseaux pour l’Industrie et les Services techniques ».

8 La règle est qu’une fois condamné, le détenu va purger sa peine dans un établissement pour peine, la maison d’arrêt étant prévue pour les prévenus ou les condamnés à de très courtes peines.

9 Quand une personne est condamnée à une peine de plus de 10 ans, elle doit obligatoirement passer par le Centre National d’Orientation (CNO), qui se trouve à Fresnes. Cette période de transition permet à l’administration pénitentiaire – en accord avec le détenu dans la mesure du possible – de choisir l’établissement dans lequel le condamné sera affecté. Le passage par le CNO dure 6 semaines en moyenne ; cette phase d’attente est souvent péniblement vécue par les détenus, notamment par la distance géographique avec la famille qu’elle induit.

10 Nous tenons d’ailleurs à préciser que nous ne nions pas que, à côté des privilèges qu’elles octroient, les études sont parfois à l’origine de conflits qui peuvent se traduire par des désagréments spatiaux : changement de cellule, transfèrement, perte de mobilité, difficultés voire empêchements à se rendre au centre scolaire ou à la bibliothèque…

11 Statut qui permet de déposer des demandes de permission de sortie auprès du juge de l’application des peines.

12 Cf. direction de l’administration pénitentiaire, Les chiffres clés de l’Administration pénitentiaire, Paris, janvier 2006, p. 10.

13 Personne qui gère les diverses fournitures de la détention.

14 Management des Unités Commerciales.

15 Selon l’auteur, les deux facettes de l’habiter (la construction territoriale et la construction idéologique de l’individu) doivent être un minimum conservées pour que ce dernier puisse résister aux contraintes extrêmes de l’existence.

16 Validation des Acquis de l’Expérience.

17 Personne incarcérée dans le quartier d’isolement. La mise à l’isolement correspond à une mesure de mise à l’écart des détenus considérés comme dangereux ou à une protection des détenus susceptibles de subir des agressions ou de provoquer du désordre.

18 De plus, la plupart des personnes rencontrées étant condamnées à de lourdes peines, elles se trouvent en établissement pour peine donc en cellule individuelle.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540