Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Quatrième partie. Groupes à faibles ressources et espaces dévalorisés : l'appropriation impossible ?

Introduction

Vincent Veschambre

Texte intégral

1Si la troisième partie a permis d’analyser les rapports à l’espace des « groupes appropriateurs », nous avons affaire dans cette dernière partie à des groupes « dépossédés » et relégués spatialement. Ce qui nous permet d’interroger par d’autres bouts de la société, à travers des populations ayant peu de pouvoir sur l’espace, les processus de catégorisation et de hiérarchisation, tels qu’ils se jouent dans les rapports aux espaces qui leur sont attribués – ouvriers dans leur espace de travail (Karine Meslin), locataires du logement social (Marie-Christine Couic et Jean-Michel Roux) –, abandonnés – « enfants des rues » à Yaoundé (Marie Morelle) –, ou imposés – prisonniers faisant des études (Fanny Salane). Cette entrée par les « dépossédés » permet d’insister sur les processus de contrôle et de domination qu’ils subissent, sans perdre de vue leurs éventuelles capacités de résistance et d’appropriation de l’espace.

2Les quatre textes qui suivent nous décrivent des pouvoirs qui s’appuient sur des dispositifs spatiaux pour assurer un contrôle social. Ces formes de contrôle vont des plus évidentes et violentes, comme le déploiement récurrent des forces de l’ordre dans les rues du centre de Yaoundé, aux plus subtiles, comme la ventilation des ouvriers d’une usine high-tech entre le front-end et le back-end, espaces distincts et inégalement valorisants, ou encore l’attribution de maisons individuelles aux locataires « les mieux cotés », dans le secteur des Hauts-Champs. En prison, à côté des évidences matérielles de l’enfermement, s’exercent des « techniques disciplinaires » moins visibles, consistant par exemple à permettre le regroupement et l’accès à certains espaces spécifiques à ceux qui font des études.

3Ce que Fanny Salane appelle la « distinction spatiale », consiste ainsi à séparer des groupes d’individus partageant le même statut social (ouvriers, détenus, locataires du logement social) pour mieux les contrôler. En redoublant et en matérialisant la hiérarchie des valeurs sociales (hommes/femmes, étudiants/non étudiants…) par des « assignations à résidence » plus ou moins valorisantes, à des espaces inégalement propres et proches de l’administration dans le cas des ouvriers décrits : ici, « chacun s’identifie au lieu où il travaille ». En jouant sur l’aspiration des individus à la distinction et à l’entre soi, comme dans le cas des étudiants en prison. En l’absence de contestations visibles, on pourrait parler, à propos de ces dispositifs spatiaux, de dimension spatiale de la domination.

4Cette assignation à certains espaces, plus ou moins dévalorisés, s’accompagne de formes de catégorisation et de hiérarchisation, telles que nous les avons perçues en première partie. L’expression « enfants des rues », qui euphémise d’ailleurs l’idée de dénuement, amène à penser ces enfants « à part » de la société. À l’intérieur même de ces groupes plus ou moins marginalisés s’établissent des formes de hiérarchisation, liées aux représentations associées à tel ou tel espace : entre les habitants de Longchamp (tours et barres) et ceux des Hauts-Champs (maisons), entre les enfants de la gare (« le secteur des voleurs ») et ceux de Calafatas (« le secteur des drogués »).

5Assignations et catégorisations imposées de l’extérieur interrogent l’aptitude même de ces populations à l’appropriation de l’espace. Les exemples décrits renvoient à des espaces extrêmes, difficiles (espaces de l’entreprise privée, habitat social) voire théoriquement impossibles (espaces publics, prison) à s’approprier. Avec des populations a priori démunies en ressources pour ce faire : enfants en rupture familiale, populations touchées par un fort taux de chômage, ouvriers… Même si les étudiants observés par Fanny Salane sont relativement bien dotés par rapport à leurs codétenus, leur origine sociale demeure majoritairement populaire.

  • 1 Les catégories de l’appropriation utilisées ici renvoient à Ripoll, Veschambre, 2005.

6Chez les enfants qu’elle observe, Marie Morelle nous décrit une connaissance intime de la ville, à différentes échelles (« appropriation cognitive1 »), des formes d’attachement à tel ou tel « secteur » (« appropriation affective ou existentielle »), mais parle au final de « pseudo-appropriation », compte tenu de la précarité de leur situation. Même si leur usage de l’espace demeure précaire, à la discrétion de l’administration pénitentiaire, les détenus étudiants accèdent de manière privilégiée (mais temporaire) à certains espaces spécifiques (bibliothèques par exemple) et ont des possibilités d’appropriation à la fois symbolique et matérielle de leur cellule, qu’ils sont généralement seuls à occuper.

7Outre la question de la pérennité versus précarité de ces formes d’appropriation de l’espace, un des enjeux qui ressort à la lecture de ces textes est celui, pour un individu faiblement doté en ressources, de pouvoir mettre l’autre « à distance », où et quand il le souhaite. Tout en pouvant bénéficier de la solidarité ou en d’autres termes du capital social qui se construit dans la proximité et le partage d’espaces collectifs. À travers l’usage « d’espaces de réserves », partagés avec les personnes de leur choix, Marie-Christine Couic et Jean-Michel Roux identifient cette possibilité de trouver la « bonne distance », entre intimité et vie collective, dans un « usage autonome » de l’espace résidentiel. Comme nous le rappelle le texte de Fanny Salane, cette capacité à gérer la « bonne distance » demeure cependant socialement inégalitaire : en prison, elle représente un privilège réservé aux étudiants.

Notes

1 Les catégories de l’appropriation utilisées ici renvoient à Ripoll, Veschambre, 2005.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540