Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Troisième partie. Appropriations et valorisations de l'espace : quelles interactions ?

Vendre le 19e arrondissement de Paris : dé-qualification et re-classement d’espaces périphériques de la capitale

Marianne Guérois et Claire Hancock

Texte intégral

  • 1 Le 19e arrondissement de Paris, qui fait partie de ceux qui ont été rattachés à la Ville lors de s (...)

1Jusqu’à la crise qui a frappé le secteur immobilier à l’échelle internationale à compter de 2008, une des questions qui se posaient aux acteurs de ce secteur à Paris était la suivante : comment « vendre » le 19e arrondissement ? La question pouvait paraître rhétorique, s’agissant d’un des rares arrondissements parisiens à avoir des disponibilités foncières significatives, liées aux départs d’industries, de zones d’entreposage, de gares de triage qui occupaient traditionnellement cet espace périphérique de Paris. C’est pourtant le problème auquel se trouvaient confrontés non seulement des promoteurs privés, mais aussi une municipalité qui avait à cœur d’améliorer son image, d’en relancer l’économie et d’attirer une population résidente moins défavorisée que celle qui caractérise l’arrondissement par rapport au niveau socio-économique moyen de la capitale1.

2Les parties de l’arrondissement sur lesquelles nous nous concentrons ici diffèrent sensiblement d’autres quartiers du nord-est parisien dont les processus de gentrification ont déjà fait l’objet d’analyses (la Goutte d’Or ou encore Belleville), notamment parce qu’on n’a pas ici affaire majoritairement à un tissu urbain ancien dégradé (même si ce type de tissu est représenté). Ce qui caractérise le plus le bâti, c’est la présence de grands ensembles de logement social, qui présentent un défi particulier à la gentrification : Edmond Préteceille a ainsi montré qu’à l’échelle de l’agglomération parisienne, la présence massive de logement social fonctionne comme obstacle à la gentrification, mais il souligne aussi que cet effet semble moindre dans Paris-centre (Préteceille, 2007, p. 31). On verra que de ce point de vue, le nord du 19e partage un certain nombre des caractéristiques de la banlieue, en particulier la Seine-St-Denis dont il est limitrophe, mais que les effets de son appartenance à Paris se font néanmoins sentir.

3Yankel Fijalkow et Edmond Préteceille ont souligné, à juste titre, que le processus de gentrification qu’on observe dans les villes françaises se distingue de ceux classiquement décrits dans la littérature anglophone dans la mesure où les politiques publiques y jouent un rôle bien plus important (Fijalkow, Préteceille, 2006, p. 7) : ainsi la simple approche par les mécanismes des marchés fonciers doit nécessairement se doubler d’une analyse des interventions publiques (depuis l’échelle de l’État jusqu’à celle de la mairie d’arrondissement). Le cas du 19e est d’autant plus intéressant qu’aux côtés d’acteurs publics et privés traditionnels, ont pu être observés et décrits des mécanismes d’appropriation « communautaire » pesant sur l’évolution des marchés immobiliers (Endelstein, 2004).

  • 2 SEMAVIP : Société d’économie Mixte d’Aménagement de la Ville de Paris, présidée par Roger Madec, m (...)
  • 3 ZAC : Zone d’Aménagement Concerté, périmètre dont l’aménagement se fait en concertation entre les (...)
  • 4 Cette analyse se fonde sur l’exploitation de la base BIEN de la Chambre des Notaires (Base d’Infor (...)

4Le matériau principal de ce travail provient d’une observation de longue durée des formes d’appropriation « visibles » du quartier. Elle a été approfondie lors de stages d’initiation à la recherche organisés pour des étudiants de géographie de l’université Paris-12-Val-de-Marne. Nous leur sommes aussi redevables de leurs recherches originales sur le 19e dont certaines seront citées plus bas, que nous le sommes à la mairie, ses élus et ses chargés de mission, qui nous ont reçus avec le souci de communiquer sur l’action municipale. Ainsi, si nous citons ici des extraits de « littérature grise » d’organismes municipaux ou para-municipaux, c’est dans la mesure où ils correspondent à des préoccupations et convictions qui nous ont été plusieurs fois exprimées, de vive voix, par ces acteurs. Mais nous n’avons pas seulement voulu décrire une « politique d’image » ou de communication de la part de la mairie du 19e, pas plus que nous n’insisterons sur la nature des nombreux projets que celle-ci a confiés depuis une vingtaine d’années à la SEMAVIP2, société d’économie mixte qui s’occupe des différentes ZAC3 de l’arrondissement. En contrepoint, nous éclairons les stratégies des discours publics et privés de promotion du quartier par l’analyse du prix des appartements anciens vendus dans l’arrondissement entre 1990 et 2003, afin de resituer l’évolution de la valeur marchande de ces biens dans le contexte parisien et dans le voisinage des communes de banlieue limitrophes4.

5Ainsi nous nous interrogerons sur le statut ambigu d’espaces périphériques de la capitale, marqués à la fois par des attributs souvent associés à la « banlieue » (au sens péjoratif du terme) et par leur ancrage dans l’un des marchés immobiliers les plus tendus de France. Puis nous analyserons les brouillages qui interviennent dans leur image et leur valorisation en faisant la « chronique d’une gentrification souhaitée » mais qui rencontre de nombreux obstacles. Enfin nous questionnerons les formes d’« appropriation » souvent conflictuelles ou au moins contradictoires qui se manifestent dans l’arrondissement et les façons variables dont cette appropriation est interprétée selon les acteurs.

LE 1-9, « BANLIEUE » DANS LA CAPITALE ?

  • 5 35,8 % des logements en 2009, d’après les données de l’APUR, contre 16,2 % en moyenne dans Paris.
  • 6 IRIS : Îlot Regroupé pour Information Statistique, correspondant à ce qu’on appelle communément le (...)
  • 7 Cf. APUR, L’influence des interventions publiques sur les prix immobiliers à Paris, 2004, 58 p.

6Le 19e arrondissement de Paris est celui qui comporte le plus fort pourcentage de logements sociaux de la capitale5. Les cartes à l’IRIS6 de l’APUR mettent en évidence les concentrations de ces logements sociaux au nord et à l’est de l’arrondissement, avec des localisations habituelles proches du périphérique, mais aussi des concentrations très marquées dans la partie de l’arrondissement contigüe du 18e arrondissement7. Ainsi le Parc de la Villette est-il environné d’îlots comportant au moins 20 % et parfois au-delà de 90 % de logements sociaux, les abords du bassin de la Villette en comportant en général de 20 à 40 %.

7C’est aussi dans le 19e arrondissement que le niveau moyen du prix du m 2 est le plus bas en 2003 (2 066 euros contre 4 062 en moyenne dans Paris). Bien que ce prix ait augmenté depuis 1997, conformément à la tendance parisienne, il augmente moins vite que la moyenne et témoigne d’un certain décrochage (fig. 1) : la position relative du 19e a tendance à se dégrader, que ce soit par rapport à l’ensemble des arrondissements (moyenne parisienne plus élevée d’un tiers en 1991, presque deux fois plus élevée en 2003), ou par rapport aux arrondissements voisins qui présentent une trajectoire de prix similaire (léger décrochage par rapport au 10e et au 20e, mais aussi par rapport au 18e dont les prix étaient inférieurs jusqu’en 1994). Ce décrochage s’opère alors que le 19e représente une part légèrement croissante des ventes d’appartement dans Paris (5 % des transactions parisiennes en 1990, 6,5 % en 2003).

Figure 1 : Les variations du prix du m ² par rapport à la moyenne parisienne (1990-2003)

Figure 1 : Les variations du prix du m ² par rapport à la moyenne parisienne (1990-2003)

Sources : base BIEN, Chambre des Notaires.

8Les quartiers désignés « politique de la ville », à l’exception du quartier Alsace-Lorraine-Solidarité-Prévoyance (au nord-est des Buttes-Chaumont), se situent au nord-ouest de l’arrondissement, avec pour limite sud-est l’avenue de Flandre (fig. 2).

  • 8 CUCS : Contrat Urbain de Cohésion Sociale – dispositif qui a succédé en 2006 aux Contrats de ville (...)
  • 9 ZUS : Zone Urbaine Sensible, périmètre ciblé par la Politique de la Ville, et qui fait l’objet de (...)

9La géographie en a évolué récemment, avec l’extension au sud jusqu’à Stalingrad : le secteur préalablement désigné par l’appellation Curial-Cambrai, Alphonse-Karr, Riquet, du nom de rues le traversant, est devenu dans le cadre du CUCS8 un quartier dénommé « Flandre » du nom de sa limite sud, et bien plus étendu que la délimitation précédente. La plupart des indicateurs concernant le secteur Stalingrad, qui a été ajouté par cette extension, sont en fait bien plus alarmants que ceux concernant le quartier dans son ancienne définition (Délégation à la Politique de la Ville et à l’Intégration). C’est pourtant dans l’ancien périmètre qu’est incluse la ZUS9 Curial-Cambrai-Karr, et notamment la « cité Michelet », souvent citée en exemple de l’architecture moderne. C’est en particulier sur ces espaces, voisins de grands équipements culturels ou tertiaires prestigieux (Cité des Sciences et de l’Industrie, parc de la Villette, parc d’entreprises du Pont de Flandre, complexes cinématographiques MK2), que nous avons voulu concentrer notre étude, parce qu’ils diffèrent très nettement de quartiers plus souvent cités en exemple et analysés autour des questions de gentrification de quartiers populaires parisiens : la Goutte d’Or, voisine immédiate de l’autre côté des voies de chemin de fer de la Gare de l’Est ; ou Belleville, dont une partie est comprise dans le 19e arrondissement (Simon, 1997 ; Bacqué, Fijalkow, 2006). À leur premier contact avec ces espaces, nos étudiants venus de banlieue se sont étonnés de découvrir, dans le coin de Paris où nous les amenions arpenter les rues et observer des espaces publics, des types de paysages qui n’avaient pas leur place dans leurs représentations fantasmées de Paris, et certains nous ont avoué ne pas comprendre pourquoi nous leur faisions faire le déplacement vers Paris pour y retrouver tant de similitudes avec leurs communes d’origine.

Figure 2 : Les zonages de l’action publique dans le nord du 19e arrondissement

Figure 2 : Les zonages de l’action publique dans le nord du 19e arrondissement

Sources : Atelier Parisien d’Urbanisme, 2009 ; Division Interministérielle à la Ville, 2009

10Ces quartiers font aussi partie de ceux que le rapport 2006 de l’Observatoire des Quartiers Parisiens désigne comme « pôles de résistance » à la dynamique de gentrification que connaissent certains espaces classés « politique de la ville » à Paris (dans les 10e, 11e et 13e arrondissements notamment). Ce rapport souligne en effet que :

  • 10 Cf. Rapport 2006 de l’Observatoire des Quartiers Parisiens, p. 37.

« Les quartiers s’étendant de Barbès à Stalingrad jusqu’au boulevard périphérique, et certains quartiers périphériques, connaissent un maintien des classes les plus modestes. Cette résistance est reliée à la structure de leurs parcs de logements, à la forte présence de populations étrangères ou à leur caractère enclavé ou excentré10. »

  • 11 Ibid., p. 21.

11Dans le 19e, l’aspect « structure des parcs » joue certainement un rôle important, puisque les quartiers « politique de la ville » de cet arrondissement sont ceux où le pourcentage de familles parmi les ménages est le plus élevé (39 % à Alsace-Lorraine-Solidarité-Prévoyance, 36 % à Curial-Cambrai-Karr-Riquet, contre 27 % en moyenne dans les quartiers concernés par la politique de la ville, 22 % à Paris). La proportion d’étrangers « non communautaires » est partout supérieure à 12 % dans le nord du 19e, comme dans l’est du 18e arrondissement11. Reste à apprécier le caractère « enclavé ou excentré » de ces quartiers : la lecture d’une carte topographique de l’arrondissement montre qu’il est très sensible en ce qui concerne un ensemble comme la Cité Michelet (fig. 2), angle mort partiellement encerclé de voies de chemin de fer, moins facile à argumenter dans le cas de Stalingrad, nœud de trois lignes de métro et proche des gares de l’Est et du Nord. C’est en tout cas sur le dossier du « désenclavement » que les autorités se montrent les plus actives à l’heure actuelle, avec la mise en place d’un minibus desservant la « traverse » Ney-Flandre, et surtout avec le projet d’une gare RER Évangile entre Pantin et Magenta.

12Ce que soulignent ces analyses ainsi que ces catégorisations (en « politique de la ville », en ZUS), c’est qu’on a ici affaire, dans Paris même, à des quartiers présentant un grand nombre des attributs traditionnellement associés à la « banlieue » : et de fait, ces quartiers s’apparentent sans doute plus directement, sur le plan du bâti comme des caractéristiques sociales de leurs populations, aux quartiers voisins de communes de Seine-Saint-Denis comme Aubervilliers ou Pantin. Ils partagent en grande part leur histoire, celle de grands espaces industriels ou d’entreposage en périphérie du centre parisien, ayant souvent perdu leur fonction initiale, et où les emprises considérables devenues disponibles se prêtaient à la mise en place de « grands ensembles » de logement social (Jenn, 1996).

  • 12 Entretiens en mairie du 19e, mars 2006 et mars 2007.
  • 13 Cf. En Commun, Lettre d’information de la Politique de la Ville à Paris, numéro 5, décembre 2005, (...)

13Deux différences majeures se manifestent cependant : l’une, soulignée par Rodrigue Furcy12, chargé de mission à la mairie du 19e, c’est que ces quartiers « politique de la ville », à Paris, bénéficient du fait que la Ville de Paris dispose de moyens financiers considérablement plus importants que les communes de banlieue pour investir dans ces quartiers, les pourvoir d’équipements sociaux, d’insertion, etc. L’autre, mise en avant par Laurent Mucchielli, sociologue spécialiste de la délinquance et administrateur d’un club de prévention à Curial-Cambrai, c’est l’énorme quadrillage policier qui caractérise Paris et qui a empêché que les quartiers « sensibles » de Paris ne flambent en même temps que ceux de la banlieue en 2005. De plus, souligne-t-il, « à Paris, on se sent sans doute symboliquement moins exclu qu’au fond de la Seine-Saint-Denis13 ». On touche là à des mécanismes d’appropriation et d’identification au lieu plus valorisants dans ces « quartiers » du 1-9 (désignation courante du 19e, par analogie avec le 9-3, selon R. Furcy).

  • 14 Voir par exemple : Baudin, Genestier (2002).

14Ce commentaire sur la façon dont la population résidente perçoit son espace de vie concorde avec des données foncières qui attestent d’un « effet Paris » sensible également dans un écart de prix. Ainsi, alors que les prix observés en 1995 dans le quartier Pont de Flandre du 19e ne différaient que peu de ceux observés dans les communes voisines d’Aubervilliers ou Pantin (1 531 euros contre 1392 et 1168, respectivement), l’écart s’était creusé en 2003 (avec des prix moyens dépassant les 2 400 euros dans les quartiers Villette et Pont de Flandre du Nord 19e, alors qu’Aubervilliers atteignait juste 1 393 euros et Pantin 1 639). De fait, alors que l’augmentation des prix de l’immobilier dans le 19e témoigne d’un certain décrochage par rapport à la moyenne parisienne et même par rapport aux arrondissements voisins, cette lente valorisation dans le contexte parisien est à relativiser par rapport à la situation des communes limitrophes de banlieue, Pantin et Aubervilliers, dont la partie nord du 19e se démarque de plus en plus nettement : entre 1999 et 2003, dans un contexte de retour à la hausse des valeurs immobilières, les quartiers de pont de Flandre et de la Villette ont vu le prix du m2 augmenter au même rythme que le sud de l’arrondissement, et surtout d’une fois et demie à deux fois plus vite que dans leur environnement proche de Seine-Saint-Denis (+ 50 % dans les 2 quartiers nord du 19e, + 38 % à Pantin et + 28 % à Aubervilliers). Finalement, si les nomenclatures officielles qui font de ces quartiers des espaces prioritaires de la Politique de la Ville semblent peser relativement peu, les divisions administratives non moins officielles entre Paris et banlieue, la barrière du périphérique, semblent jouer à plein sur les valeurs. Cette barrière qui peut renvoyer à des éléments objectifs de différenciation entre Paris et sa proche banlieue (fiscalité différente, densité et qualité des services offerts par la municipalité côté parisien) comporte également des éléments subjectifs et psychologiques qui ne pèsent sans doute pas moins sur la valorisation relative de ces espaces14.

« LE 19e CHANGE » !

  • 15 Au cours des dernières années nombre de promoteurs immobiliers actifs en région parisienne avaient (...)

15Le statut de ces espaces socialement défavorisés est donc tout sauf statique, puisque, comme le proclame la mairie du 19e à l’unisson des promoteurs immobiliers15, « le 19e change ! ». On peut citer ici par exemple un document distribué par la direction du Développement économique et de l’Emploi de la mairie, destiné aux commerçants, artisans et petites entreprises intéressés par une implantation dans le 19e :

  • 16 Cf. Présentation socio-économique du 19e, 2006, p. 7.

« Il [le 19e] attire de nouvelles populations ainsi que de nouvelles entreprises, crée de nouveaux équipements pour :
favoriser l’harmonie entre les habitants,
développer le tissu économique,
améliorer la qualité de la vie.
De nombreux projets vont se réaliser :
artistiques (104 rue d’Aubervilliers),
sportifs (complexe sportif Pailleron)
culturels (un grand auditorium sera construit à la Villette)
ou de transports (future gare Éole-Évangile) pour améliorer le maillage et la desserte du 19e arrondissement.
Les priorités de la municipalité sont notamment d’assurer une meilleure mixité sociale, économique et territoriale. Favoriser, d’une part, la construction de nouveaux logements et le développement de projets culturels, et, d’autre part, développer une plus grande attractivité pour attirer les entreprises et donc accroître l’emploi dans le nord-est de la capitale16. »

  • 17 Ces tensions ont à nouveau été mises en exergue par l’affaire de « l’agression antisémite » qui s’ (...)

16On lit en contrepoint de ces quelques lignes une image plutôt négative d’un arrondissement où ne règne pas l’harmonie entre habitants17, où les activités économiques battent de l’aile (de fait le 19e est un des rares arrondissements où le nombre d’emplois est plus faible que le nombre d’actifs résidents, d’après les données du recensement 1999), et dont la « qualité de vie » laisserait également à désirer. Les réponses de la municipalité, on le voit, passent par une logique de « projets » ambitieux, effectivement susceptibles d’accroître l’offre culturelle et de loisirs : on s’inscrit là dans la continuité de grandes opérations dont certaines étaient plutôt du ressort de l’État, comme l’ouverture du parc de la Villette et de la Cité des Sciences et de l’Industrie, d’autres qui ont été négociées entre privé et municipalité, comme l’implantation de deux complexes cinématographiques MK2 sur le bassin de la Villette. Toutes ces opérations, et l’accent mis sur la culture, posent bien évidemment la question des publics susceptibles d’être sensibles à une telle offre. Voici par exemple comment Marin Karmitz, directeur des cinémas MK2, commente l’installation du premier de ses complexes sur les rives de ce bassin, en 1996 :

  • 18 Karmitz M., cité p. 31 du fascicule : Penser Paris autrement, la SEMAVIP 1985-2005, édité en 2005 (...)

« Dans ce quartier très difficile, nous avons commencé par nous occuper de la drogue. Il fallait notamment renforcer les éclairages, repousser le noir à l’extérieur, lutter en permanence contre la nuit… Au début, il y avait peu de spectateurs aux séances de 22 h, et puis très vite les habitants ont reconquis le territoire perdu. La citoyenneté a repris le dessus. Je suis très fier de cela, comme je suis très fier du travail social de l’équipe du MK2 Quai de Seine avec les jeunes du quartier18. »

17On relèvera le vocabulaire de la « reconquête territoriale » et l’accent mis sur l’éclairage, qui rejoint beaucoup des préoccupations sécuritaires de la mairie ; c’est beaucoup plus la « lumière » et le « lien social » que M. Karmitz se targue d’avoir réintroduit dans le quartier que la culture, discours qui pourrait apparaître excessivement élitiste et excluant dans le contexte local.

18Dans un arrondissement aussi marqué par les difficultés sociales, les processus locaux de gentrification ou de la « boboïsation » sont beaucoup plus souvent décrits comme vecteurs de « mixité sociale », puisqu’ils introduisent des classes moyennes aux côtés de catégories beaucoup plus modestes, que de « reconquête » par les habitants. À ce titre, ils sont présentés en termes positifs par la plupart des élus du 19e rencontrés, dont les vues convergent avec le consensus dominant sur l’idée qu’il faut tendre vers la mixité (Pinçon, Pinçon-Charlot, 2004). L’équipe municipale est en effet prompte à rappeler qu’avec près d’un tiers de logement social, l’arrondissement excède largement les objectifs de la loi SRU19, et que c’est aux arrondissements huppés de l’Ouest de Paris qu’il incombe de faire un effort pour accueillir plus de populations modestes : « Au lieu de favoriser la constitution de véritables ghettos, il faut rétablir la mixité sociale dans notre arrondissement », disait par exemple le maire d’arrondissement, Roger Madec, à la suite de son investiture le 2 avril 200120.

  • 21 « Le Centquatre, un an de pleins et de vides », Libération, 2 octobre 2009 : « ouvert en plein qua (...)

19S’il est incontestable que ces opérations ont transformé, voire transfiguré, certaines parties de l’arrondissement, l’amélioration du « cadre de vie » des habitants n’en est pas l’objectif ultime : on voit bien que de tels équipements s’adressent à des publics plus vastes que les résidents des quartiers voisins. C’est le cas notamment du parc de la Villette et des salles de spectacle et musées qui s’y trouvent. Au-delà des simples phénomènes de fréquentation, lorsque la mairie affiche l’objectif « d’assurer une meilleure mixité sociale », il est clair que pour elle, il s’agit d’encourager l’installation dans l’arrondissement de classes moyennes ou moyennes supérieures, susceptibles d’être sensibles à la proximité d’équipements culturels de haut niveau : ainsi du « 104 rue d’Aubervilliers », ancien bâtiment des Pompes Funèbres municipales situé en plein cœur du quartier « Politique de la Ville », et qui est devenu un « centre culturel et artistique pluridisciplinaire dédié à la création contemporaine ». Même si les « arts de la rue » sont cités parmi ceux qui y ont leur place, ce haut lieu culturel a du mal à attirer la population locale, comme le soulignait un article paru dans la presse nationale, et qui faisait un bilan plus que mitigé de la première année de fonctionnement du lieu21. Roger Madec, cité dans cet article, parle de 40 % de la fréquentation qui serait le fait de la population de l’arrondissement, ce qu’il choisit d’interpréter comme un « succès ».

20Les préoccupations des riverains peuvent apparaître comme fort éloignées de la création artistique : si l’on en croit les affichages sauvages, le logement se trouve parmi elles. Les associations locales de droit au logement s’alarment particulièrement du fait que depuis 2005, la politique d’éradication de l’habitat insalubre dans la partie sud du quartier Flandre, celle qui comporte le plus d’habitat ancien dégradé, s’accompagne souvent d’opérations d’évictions de squatters menées manu militari. De ce fait le quartier voit régulièrement fleurir sur ses murs des affiches dénonçant les transformations du quartier, sur le mode « Notre quartier change. Merci, on avait remarqué ! », et appelant à la mobilisation contre les évolutions en cours.

  • 22 Plus précisément sur le passage Wattiaux, face au square Curial.

21Les promoteurs immobiliers, eux, font peu de cas de telles protestations, et parviennent à construire autour du quartier un discours lissé qui met lui aussi en avant changement et avenir. On ne prendra ici qu’un seul exemple précis, particulièrement révélateur dans la mesure où le projet immobilier s’inscrit en plein cœur de la ZUS de Curial-Karr-Cambrai22. La plaquette présentant le projet de résidence intitulé « Les Terrasses du 19e » porte comme sous-titre « quand la capitale parie sur l’avenir »… Ce n’est cependant pas un front pionnier en territoire hostile que présente la plaquette promotionnelle, mais un havre de paix où « vivre au calme, au cœur de tous les avantages », dans un quartier décrit par deux mots-clés : « animation et convivialité ». Voici quelques extraits des textes qui étaient accessibles en ligne en 2007 et 2008 pendant la commercialisation, sur un site dédié :

  • 23 Cf. [www. terrasses-19.com] (consulté en octobre 2007).

« Dans le Paris de toujours, authentique et chaleureux, le XIXe tient une place de choix. Entreprise avec l’aménagement de la Cité des Sciences de la Villette, la mutation de cet arrondissement est désormais bien engagée. Ici et là se multiplient les initiatives urbaines qui embellissent la qualité de vie [sic] des quartiers et renforcent leur attrait23. »

22Peut-être pour faire la preuve de « l’authenticité » du 19e, c’est une photo de la mairie d’arrondissement qui illustrait ce laïus, alors que celle-ci se situe à au moins 30 minutes à pied de la résidence, de l’autre côté du canal… Les autres illustrations du site (un marché, un café, une bouche de métro, la confluence des Canaux St-Denis et de l’Ourcq), renvoient à des lieux moins distants, mais qui ne constituent pas l’environnement immédiat de la résidence.

  • 24 Ibid.

« Après la métamorphose réussie du bassin de la Villette, le développement se déplace vers le secteur Curial Aubervilliers… Ce quartier accueillera bientôt deux réalisations d’envergure à l’échelle de la capitale : le 104, un espace culturel de 25 000 m2 et le Parc de la Cour du Maroc, dernier-né des grands jardins parisiens24. »

23Le texte promotionnel consacre encore 6 ou 7 lignes à la « végétalisation de l’espace public et privé », avec une liste des essences bordant les rues (!), alors que les grands ensembles sont évacués d’un lapidaire « le quartier entreprend une profonde mutation visant à résidentialiser les grands ensembles ». Ces grands ensembles, qui ne sont ni présentés dans les illustrations, ni localisés par rapport à la résidence, forment pourtant un trait bien plus marquant de son environnement immédiat et de son « paysage » que les « palmiers de la rue Curial » vantés par la plaquette. C’est donc par l’effacement du contexte immédiat et la dilution dans un « grand 19e » dont les référents semblent plutôt empruntés au 19e-Sud (un « vieux Paris » populaire et traditionnel de carte postale) que procède le discours promotionnel. On utilise ainsi pour attirer les classes moyennes l’image classique du « Vieux Paris » populaire plein de charme, à contre-emploi très net dans le paysage de tours et de barres du secteur Curial-Karr-Cambrai, tout en vantant paradoxalement avenir et changement comme valeurs-clé de cet arrondissement « en devenir ».

QUELLES APPROPRIATIONS DANS CES QUARTIERS EN ÉVOLUTION ?

24On peut poser à partir de l’exemple du nord-19e une série d’interrogations sur les effets excluants de telles pratiques et discours et sur les mécanismes sous-jacents à la persistance d’un « pôle de résistance » à la gentrification.

  • 25 Concernant le parc de la Villette, sa fréquentation par de nombreux touristes franciliens, provinc (...)

25D’abord en ce qui concerne les conséquences de l’appropriation de l’espace, et ses éventuels effets excluants : la question peut se poser en ce qui concerne les quartiers d’habitat social stigmatisés, qui donnent lieu à des formes d’appropriation par l’investissement et le marquage des espaces publics (présence dans les espaces publics de « jeunes » qui s’y retrouvent pour discuter, fumer, boire, socialiser et pratiquer certains trafics, mais aussi marquages par le biais de graffitis qui renvoient à des groupes identifiés par des noms dont certains sont des adresses, comme « la bande du 41 », avenue de Flandre). On constate aussi des phénomènes d’autocensure, par exemple de la part du public de jeunes des quartiers « sensibles », qui occupent d’autant plus fortement certains points nodaux de leurs quartiers qu’ils semblent réticents à s’aventurer dans des espaces pourtant « géométriquement » tout proches, mais socialement inaccessibles pour eux, comme les rives du bassin de la Villette25.

26En ce qui concerne les populations des « quartiers sensibles », les analyses de l’investissement de l’espace public par les groupes de jeunes insistent volontiers sur la « prise de contrôle » de l’espace (et son corollaire, l’exclusion, par l’intimidation ou les quolibets, de publics qui s’y sentiront mal à l’aise, jeunes filles, personnes âgées), voire une territorialisation « pathologique » liée au fait que ces jeunes n’ont pas d’autres espaces (comme celui du travail) à investir. Pour Jacqueline Coutras (2002), il s’agit sans ambiguïté d’un « territoire d’exclusion et de domination », mais elle refuse l’idée selon laquelle il s’agirait d’un dévoiement caractérisant exclusivement ces fameux « quartiers sensibles » : « des rapports de domination apparaissent clairement parce que les dominés ont peu de moyens de s’y soustraire et que les dominants n’ont pas les ressources suffisantes pour les organiser de façon à les rendre moins visibles » (Coutras, 2002, p. 305). Si le vocabulaire de la « domination » n’est pas nécessairement celui qui semble le plus adéquat partout, on peut néanmoins reprendre l’idée de mécanismes d’exclusion qui peuvent opérer de façon plus voilée, plus subtile, mais non moins efficace, dans des quartiers dont la « territorialisation » par certains groupes n’est pas diagnostiquée comme pathologique ou symptomatique d’un « problème ».

27Les espaces appropriés au pied des tours d’habitat social semblent en tout cas protégés par des mécanismes tout aussi brutaux qu’efficaces. Un dégagement sous l’immeuble 41 avenue de Flandre, jouxtant un local désaffecté qui servait à la mairie pour organiser des ateliers, et tout proche de l’« antenne jeunes » du quartier, a été pendant de longs mois en 2006 occupé par un petit groupe de « SDF » (qu’il serait plus adéquat de qualifier de « SD ») apparemment originaires du sous-continent indien, qui y ont aménagé un espace de vie assez complet, avec matelas, tentes, matériel de cuisine, etc. La coexistence avec les jeunes du quartier, souvent présents sous les porches voisins, s’est néanmoins avérée assez problématique, jusqu’à ce qu’une nuit le campement de fortune ne soit la proie des flammes, et soit évacué définitivement par ses occupants (laissant sur place des débris calcinés, qui ont ensuite été nettoyés par la mairie). Sans qu’on puisse bien sûr déterminer l’origine de l’incendie (qui a pu être provoqué accidentellement par le réchaud des occupants), le fait que les SDF ne soient jamais revenus se réinstaller laisse à penser qu’ils ne sont pas partis de leur plein gré. Ainsi, l’affirmation du contrôle spatial par les jeunes a pu reprendre son cours, et ce coin a souvent été par la suite orné des guirlandes de bouteilles de bière vides par lesquelles se manifeste la présence nocturne de ces jeunes. Fin 2007, la mairie a repris la main en lançant sur cet espace des travaux d’agrandissement de la bibliothèque municipale voisine, qui a rouvert dans ses locaux étendus début 2009.

  • 26 Régulièrement délogés par les services d’entretien de la Ville, secondés par la police, ils se réi (...)

28En contrepoint, quels peuvent être les effets excluants des mécanismes économiques à l’œuvre dans la gentrification de certaines parties du quartier, où se développent services, cafés et commerces destinés à une clientèle plutôt aisée ? Ils semblent relativement plus tolérants, ou d’une efficacité plus aléatoire, vis-à-vis des « SD ». Entre 2005 et 2007, la mairie a entrepris de grands travaux de réaménagement de la place Stalingrad, place monumentale dont l’agencement architectural avait été conçu par B. Huet dans les années 1980, fort symbolique du patrimoine du 19e puisqu’on y trouve la « rotonde », ancienne barrière d’octroi due à l’architecte Ledoux, mais aussi haut lieu d’insécurité nocturne et point privilégié de trafics de drogue (le crack, en particulier). L’objectif affiché était de sécuriser la place, d’en améliorer le revêtement (sableux, il était souvent inondé par temps de pluie) et la disposition. La conséquente immédiate a été que cette place, qui accueillait auparavant une bonne partie de l’année des forains, est devenue inaccessible pour eux. Les colonnades de la rotonde de Ledoux ont été, au terme des travaux, couvertes de panneaux en interdisant l’accès, vraisemblablement pour en évincer les nombreux SDF (ou trafiquants) qui s’y installaient (le bâtiment longtemps désaffecté doit maintenant être reconverti en restaurant/espace culturel, suite à un appel d’offres de la SEMAVIP, société d’économie mixte chargée du chantier de Stalingrad et du bassin de la Villette). Cette disposition n’a fait que déplacer les SDF un peu plus loin sur la place, où ils occupent les colonnades sous terrasses au nord-ouest, en vis-à-vis du nouveau café installé sous les terrasses sud-est26. Cet espace monumental et symbolique, que la SEMAVIP avait à cœur de réaffecter à des usages commerciaux et de loisirs dans la continuité des cinémas MK2 voisins, devra pourtant attendre encore son brevet de respectabilité : les consommateurs de crack continuent de fréquenter les terrasses hautes, et la Rotonde de Ledoux tarde à trouver un occupant.

  • 27 Cf. Clerval A., « Gentrification, a frontier reshaping social division of urban space in the inner (...)

29Sur le plan immobilier, on peut noter aussi que ne se produit pas, aux abords du bassin de la Villette, un « effet-canal » comparable à celui qu’on observe dans le 10e arrondissement voisin, où le canal St-Martin (abondamment médiatisé durant l’hiver 2006 à l’occasion de l’installation des tentes des « Don Quichotte ») joue le rôle d’axe structurant de la « boboïsation », et ce, alors même que sur sa rive orientale la part des logements sociaux dans les IRIS est supérieure à 30 % (fig. 3). Malgré la ZAC de Flandre-Sud et les actions de réaménagement autour du bassin depuis le début des années 1990, le bassin de la Villette s’affirme au fil des années comme une discontinuité majeure dans la géographie des prix du m 2. Les « avant-postes » de la gentrification qu’on observe véritablement dans le 19e se situent plutôt à proximité du parc des Buttes Chaumont27.

Figure 3 : Les pulsations de la valeur marchande des appartements anciens (en euros/m2)

Figure 3 : Les pulsations de la valeur marchande des appartements anciens (en euros/m2)

Sources : Base BIEN, Chambre des notaires

  • 28 Le 19e est ainsi un des bastions du mouvement loubavitch, qui met l’accent sur une pratique religi (...)

30La question de l’appropriation se pose aussi, enfin, autour d’espaces dont certains se dotent de marqueurs identitaires voire communautaires, comme les écoles confessionnelles juives, nombreuses dans l’arrondissement (Endelstein, 2006), les concentrations de commerces s’adressant à une clientèle spécifique (restaurants cacher et commerces destinés surtout aux personnes de confession juive, mais aussi concentration de commerces, restaurants et agences immobilières asiatiques, où beaucoup des annonces figurent en caractères chinois… les commerces halal sont souvent plus diffus). Lucine Endelstein a décrit les stratégies résidentielles et filières migratoires par lesquelles des populations juives originaires notamment d’Afrique du Nord ont investi, au gré des opportunités, certains grands ensembles puis immeubles en accession à la propriété du 19e à partir des années 1970, et note que, « bien qu’ils ne soient occupés que par 30 à 40 % de Juifs, certains immeubles ont la réputation d’“immeubles juifs” […] du fait de la visibilité de la pratique religieuse de certaines familles » (Endelstein, 2004, p. 53)28. Elle souligne qu’à partir des années 1990, la création de lieux de culte destinés à cette population structure des réseaux de relation qui amènent ces Juifs du 19e à se penser comme appartenant à une « communauté », alors même que leurs origines sont fort diverses.

  • 29 Les problèmes soulevés par exemple par la fréquentation commerciale très active de l’étroite rue M (...)

31On est ici également amené à souligner que la population résidente et la population qui fréquente un quartier peuvent différer notablement : autant dans le cas des quartiers « sensibles », il y a rarement de raisons de fréquenter le quartier si l’on n’y habite pas, autant on sait que les concentrations de commerces spécialisés de certaines parties du 19e attirent une clientèle extérieure à l’arrondissement, et venant parfois de banlieue plus ou moins lointaine, voire de province. De même, les synagogues et écoles confessionnelles, ou encore la mosquée Ad’dawa, rue de Tanger, et le centre culturel qui partageait son bâtiment (fig. 2), avant leur démolition, drainent ou drainaient de grands nombres de fidèles de toute l’agglomération. Ces fréquentations plus ou moins visibles ou sensibles pour les riverains peuvent soulever des problèmes si et quand la coexistence des publics s’avère conflictuelle (riverains des secteurs de concentration des commerces cacher se plaignant de l’élimination de commerces plus généralistes et de la circulation automobile accrue, par exemple29). Se pencher sur ces phénomènes suppose non seulement de s’intéresser aux formes de marquage et d’investissement de l’espace, mais aussi de se demander dans quelle mesure les publics « extérieurs » sont susceptibles de lire certains signaux, et dans un second temps comment ces signaux seront interprétés : le message délivré à l’usager venu de l’extérieur est-il nécessairement qu’il est persona non grata ? Par exemple, on peut relever que des clients d’origine antillaise fréquentent les commerces asiatiques où ils trouvent des produits également utilisés pour leurs cuisines.

32C’est l’un des aspects évoqués assez finement par Endelstein, qui souligne que les pratiques et l’aspect vestimentaire des populations juives orthodoxes, clairement identifiables pour un observateur averti, passent finalement relativement inaperçues pour beaucoup des riverains des quartiers. Elle note ainsi avec justesse que « le passage de la visibilité à la qualification et à l’appropriation de l’espace nécessite la plus grande prudence […] encore faut-il que cette transformation soit effective et perçue comme telle ». « Par ailleurs », poursuit-elle, « parler d’appropriation n’est pas neutre, surtout lorsqu’il s’agit de minorités : derrière cette question se profile celle de la légitimité de ces groupes dans la ville » (Endelstein, 2005, p. 75).

CONCLUSION

33Est-on toujours illégitime, aux yeux de certains du moins, lorsqu’on s’approprie un espace ? Ou certains groupes jugés socialement ou culturellement moins désirables ont-ils plus de chances de voir leurs processus d’appropriation évalués négativement, alors même que leur « appropriation » est souvent un corollaire de leur « relégation » vers certains espaces ? Même du point de vue d’une équipe municipale qui affiche des convictions « sociales », on voit bien que l’habitant et le visiteur le plus courtisé, c’est le « bobo » ou le représentant des classes moyennes, moins suspect a priori d’avoir des comportements a-sociaux ou délinquants susceptibles de ternir les espaces publics, de dégrader les valeurs immobilières, et capable au contraire d’alimenter l’activité économique et commerciale du quartier, tout en le tirant vers plus de respectabilité. Si ce représentant des classes moyennes ne professe aucune religion minoritaire, n’a d’habitudes d’achat dans aucun commerce « spécialisé », il sera alors d’autant moins suspect d’alimenter un « repli communautaire » nuisible à l’harmonie entre les populations. L’« appropriation » des logements et des espaces publics par ce citoyen exemplaire est ce à quoi aspire légitimement tout édile, alors que les autres formes d’« appropriation » sont vues avec plus de méfiance ou de réprobation, tout de suite dénoncées comme formes de « ghettoïsation ».

34La Mairie de Paris rappelle vigoureusement qu’étant donné l’intensité de la demande, elle ne procèdera à aucune vente de son parc social, malgré les politiques instaurées en ce sens par l’actuel gouvernement. On peut donc en conclure que le 19e semble voué à garder, au moins dans l’avenir immédiat, le rôle de « pompe aspirante » des populations les plus socialement défavorisées de la capitale. La municipalité rappelle volontiers que si les indicateurs sociaux des quartiers Politique de la Ville ne s’améliorent guère, ce n’est pas parce que les politiques d’insertion professionnelle ou de promotion sociale échouent, mais tout simplement parce que les familles qui en bénéficient quittent le parc social et sont naturellement remplacées par ceux des demandeurs de logement social dont la détresse est la plus marquée. Il semble que tout en assumant une bonne part des responsabilités de la ville vis-à-vis des plus défavorisés, l’équipe municipale ne souhaite pas, pour faire écho à une formule célèbre, « accueillir toute la misère de Paris ». Reste à voir si les classes moyennes répondront aux incitations conjuguées des promoteurs, des aménageurs et de la mairie et viendront établir la « mixité » dans le nord du 19e.

Notes

1 Le 19e arrondissement de Paris, qui fait partie de ceux qui ont été rattachés à la Ville lors de son extension en 1860, partage beaucoup de caractéristiques avec la banlieue nord voisine, sur le plan paysager, fonctionnel, social… Il est dirigé depuis 1995 par une équipe municipale à majorité socialiste, avec à sa tête Roger Madec. Avec 184 000 habitants en 2007, il n’est pas le plus peuplé des arrondissements de Paris, mais il est un de ceux qui affichent la croissance démographique la plus rapide (+ 0,8 %/an depuis 1999) et celui qui compte la proportion la plus élevée de familles. Voir les travaux de l’APUR (Atelier Parisien d’Urbanisme, groupement voué à l’analyse et l’étude des évolutions de la Ville de Paris, créé par le conseil de Paris en 1967).

2 SEMAVIP : Société d’économie Mixte d’Aménagement de la Ville de Paris, présidée par Roger Madec, maire du 19e arrondissement, à laquelle ont été confiées de nombreuses missions d’aménagement à Paris.

3 ZAC : Zone d’Aménagement Concerté, périmètre dont l’aménagement se fait en concertation entre les pouvoirs publics et les promoteurs privés.

4 Cette analyse se fonde sur l’exploitation de la base BIEN de la Chambre des Notaires (Base d’Informations Économiques Notariales, alimentée par les notaires d’Ile-de-France), qui couvre la période 1990-2003 et qui permet de se pencher plus en détail sur les évolutions des prix au m2 des ventes intervenues dans le 19e : on retiendra plus précisément la période écoulée depuis 1995, date à laquelle s’est installée à la tête de la mairie du 19e l’équipe municipale actuelle, « gauche plurielle », menée par Roger Madec. Il faut bien sûr relever qu’entre 1995 et 2001, cette municipalité d’arrondissement était dans l’opposition parisienne, et n’a reçu les moyens d’une politique véritablement efficace et les fonds pour opérer son « rattrapage » socio-économique qu’au moment du basculement de la majorité parisienne en 2001.

5 35,8 % des logements en 2009, d’après les données de l’APUR, contre 16,2 % en moyenne dans Paris.

6 IRIS : Îlot Regroupé pour Information Statistique, correspondant à ce qu’on appelle communément le « pâté de maisons ». Chaque IRIS est numéroté par l’INSEE et il est possible de disposer des données socio-économiques à cette échelle.

7 Cf. APUR, L’influence des interventions publiques sur les prix immobiliers à Paris, 2004, 58 p.

8 CUCS : Contrat Urbain de Cohésion Sociale – dispositif qui a succédé en 2006 aux Contrats de ville et qui encadre des projets urbains mis en œuvre de façon concertée par l’État, les collectivités territoriales et leurs partenaires.

9 ZUS : Zone Urbaine Sensible, périmètre ciblé par la Politique de la Ville, et qui fait l’objet de dispositions spécifiques (fiscales, ou en termes d’aides financières).

10 Cf. Rapport 2006 de l’Observatoire des Quartiers Parisiens, p. 37.

11 Ibid., p. 21.

12 Entretiens en mairie du 19e, mars 2006 et mars 2007.

13 Cf. En Commun, Lettre d’information de la Politique de la Ville à Paris, numéro 5, décembre 2005, p. 2.

14 Voir par exemple : Baudin, Genestier (2002).

15 Au cours des dernières années nombre de promoteurs immobiliers actifs en région parisienne avaient au moins une résidence neuve en commercialisation dans l’arrondissement : citons par exemple Icade, qui dépend de la Caisse des Dépôts et Consignations, BNP Paribas, Cogedim, mais aussi de grands groupes internationaux comme Kaufman et Broad.

16 Cf. Présentation socio-économique du 19e, 2006, p. 7.

17 Ces tensions ont à nouveau été mises en exergue par l’affaire de « l’agression antisémite » qui s’est produite en juin 2008 rue Petit, dans le XIXe ; l’opposition municipale, en la personne de l’élu UMP, J.-J. Giannesini, a interpellé le maire Roger Madec qui a officiellement déploré l’existence de « tensions » entre populations juives et populations musulmanes dans l’arrondissement.

18 Karmitz M., cité p. 31 du fascicule : Penser Paris autrement, la SEMAVIP 1985-2005, édité en 2005 par la direction générale de l’Information et de la Communication de la ville de Paris.

19 Loi relative à la Solidarité et au Renouvellement urbains, adoptée en 2000 et dont l’article 55 impose aux villes de disposer d’au moins 20 % de logements sociaux.

20 Discours accessible en ligne sur le site de la mairie du 19e : [http://www.mairie19.paris.fr/vie_citoyenne/conseil_arrond/conseil_arrond01.htm].

21 « Le Centquatre, un an de pleins et de vides », Libération, 2 octobre 2009 : « ouvert en plein quartier populaire, l’espace culturel parisien reste encore mal compris », note la journaliste A. -M. Fèvre, qui souligne également les agressions et le trafic de drogue qui caractérisent encore le quartier. En décembre 2010, doté d’une nouvelle direction, le 104 est relancé avec des « opérations spéciales voisins du 104 » [www. 104.fr, consulté en décembre 2010].

22 Plus précisément sur le passage Wattiaux, face au square Curial.

23 Cf. [www. terrasses-19.com] (consulté en octobre 2007).

24 Ibid.

25 Concernant le parc de la Villette, sa fréquentation par de nombreux touristes franciliens, provinciaux ou étrangers semble inhiber leur fréquentation par les jeunes des quartiers voisins, selon une enquête menée par Elsa Morel : Les actions de l’AJAM auprès des jeunes du quartier Danube-Solidarité, mémoire de recherche de L3, université Paris-12-Val-de-Marne, 2006.

26 Régulièrement délogés par les services d’entretien de la Ville, secondés par la police, ils se réinstallent non moins régulièrement.

27 Cf. Clerval A., « Gentrification, a frontier reshaping social division of urban space in the inner Paris », 50e congrès international de la FIHUAT, 10-13 septembre 2006, Genève [http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00152809/fr].

28 Le 19e est ainsi un des bastions du mouvement loubavitch, qui met l’accent sur une pratique religieuse très stricte.

29 Les problèmes soulevés par exemple par la fréquentation commerciale très active de l’étroite rue Manin, qui concentre beaucoup de commerces et restaurants cachers, a ainsi suscité de la part de la municipalité le projet d’un « marché des Cinq Continents », dans la ZAC Paris-Nord-est, où les commerces spécialisés de ce type, mais aussi les nombreux commerces afro-antillais du 18e arrondissement, pourraient être relocalisés, avec bien plus de facilité d’accès automobile et de stationnement.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les variations du prix du m ² par rapport à la moyenne parisienne (1990-2003)
Légende Sources : base BIEN, Chambre des Notaires.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Titre Figure 2 : Les zonages de l’action publique dans le nord du 19e arrondissement
Légende Sources : Atelier Parisien d’Urbanisme, 2009 ; Division Interministérielle à la Ville, 2009
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 935k
Titre Figure 3 : Les pulsations de la valeur marchande des appartements anciens (en euros/m2)
Légende Sources : Base BIEN, Chambre des notaires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 525k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable