Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Troisième partie. Appropriations et valorisations de l'espace : quelles interactions ?

Au milieu et à part

Prestige et centralité à Tripoli de Libye pendant la colonisation italienne, 1911-1943

François Dumasy

Texte intégral

1Objet de deux plans régulateurs ambitieux à une vingtaine d’années de distance (1912 et 1933), Tripoli fut aussi le premier laboratoire déclaré de ségrégation raciale et spatiale dans les années 1930. L’importance de cette politique urbaine et du discours architectural pendant l’époque coloniale, pour une ville relativement modeste (mais connaissant alors une forte croissance, passant de 20 000 habitants en 1911 à 115 000 en 1940) a favorisé jusqu’à aujourd’hui une historiographie essentiellement centrée sur l’architecture et l’urbanisme, d’autant plus hégémonique que les données sociales ou politiques restent peu accessibles. Tripoli ne fait cependant pas exception dans un paysage historiographique qui a le plus souvent, dans le cas du Maghreb, dissocié l’analyse sociale de celle de l’urbanisme au détriment de la première (Vacher, 2005). À terme, ce déséquilibre a favorisé l’idée que la distribution proclamée des espaces et des types d’habitat pouvait offrir un reflet fidèle de la société coloniale en milieu urbain.

  • 1 C’est la thèse défendue en partie par King (1976), que l’on retrouve chez Myers (2003).

2La toute puissance du pouvoir colonial a elle-même souvent été considérée comme une évidence, dont la conséquence aurait été la division non seulement juridique, mais aussi culturelle et comportementale, entre colonisés et colonisateurs (Dumasy, 2009). Le modèle de la ville binaire (opposant la ville européenne à la ville indigène) a ainsi été érigé en paradigme d’un urbanisme au service du seul pouvoir colonial, ce qui a parfois conduit à postuler la disparition du jeu des rapports sociaux ou du marché1.

3L’emprunt à la sociologie des systèmes de distinction a par ailleurs insisté sur l’importance de la mise en scène de la domination italienne, par le biais de l’architecture ou de manifestations, dans l’imposition et l’acceptation de la ségrégation spatiale (Von Henneberg, 1994, 1996). C’est à ce titre que le terme d’apartheid a pu être utilisé pour qualifier certains systèmes urbains de la même période en Afrique du Nord (Abu-Lughod, 1980). Mais une telle démarche est restée en partie grevée par le caractère mono-causal de son analyse. Comme il a pu être remarqué, la ségrégation spatiale proclamée et ses manifestations architecturales non seulement n’ont pas empêché la circulation des individus entre les différents quartiers, mais elles ne pouvaient prendre sens qu’avec cette circulation même, qui garantissait la visibilité de la domination (Von Henneberg, 1996). La différence ne pouvait exister que parce qu’un contact permanent ne cessait de la rappeler. Des études plus attentives ont même conclu à l’inapplication d’une telle ségrégation raciale dans le cas de Tripoli, la répartition spatiale restant largement conditionnée par des différences de classe sociale (Fuller, 2006).

4Ces lectures ont cependant reposé sur le postulat de l’efficacité réelle des réalisations et des intentions supposées des concepteurs. Elles présupposent parallèlement une césure franche entre dominés et dominants qui dépasserait le cadre juridique pour toucher les comportements. Pour fonctionner, la ségrégation symbolique exprimée par l’architecture et l’urbanisme nécessiterait donc la conscience préalable d’une différence clairement définissable, intériorisée par les acteurs. Ainsi fondées sur l’idée d’une segmentation de la société coloniale en blocs antagonistes et strictement hiérarchisés, aux intérêts cohérents et opposés, ces études ne permettent pas toujours de saisir la totalité des facteurs sociaux, des processus de décision et de la variété des perceptions au sein de rapports de forces bien plus complexes que ne laisse supposer la dichotomie entre acteurs et sujets de l’histoire.

5Ne considérer que la politique « officielle », ou « institutionnelle » a ainsi conduit à ignorer la différence entre les plans et leur application, alors même, qu’une grande partie de l’urbanisme de la colonisation venait d’opérations non régulées, comme l’a souligné H. Vacher. Bien d’autres éléments au moins aussi déterminants, comme le marché immobilier, la capacité d’action du gouvernement, des investisseurs, des locataires et des usagers de l’espace urbain ont le plus souvent été ignorés. Or ces facteurs déterminent les usages sociaux et la valeur culturelle des différents espaces, ce dont le seul critère architectural ne peut rendre compte.

6Le vocabulaire employé a pu lui-même fausser la définition des objets d’étude. Les termes de centre, de périphérie ou de marginalisation ne sauraient avoir la même signification dans des situations urbaines ou culturelles radicalement différentes. Le vocabulaire des descriptions du temps s’inscrit dans un registre idéologique qui tend inconsciemment à faire de la réalité occidentale la focale à travers laquelle les autres cultures sont appréhendées (Spivak, 1988). Parler de centre-ville dans le cas de Tripoli au début de la période coloniale est ainsi le fruit du regard européen. En 1911, Tripoli n’a pas de centre à proprement parler. L’idée même est étrangère à son agencement. La notion de centralité comme concentration d’édifices et de fonctions symboliques devant structurer l’ensemble de l’espace urbain est une importation qui peut d’autant plus solidement s’enraciner qu’elle reste en grande partie inconsciente.

7Remonter le parcours de la notion de centralité urbaine dans le cas de Tripoli doit donc permettre de saisir le foisonnement des pratiques, des représentations, des comportements et des acteurs qui ont pu concourir à la modification de la valeur et des usages de l’espace, au-delà du seul cercle des architectes, des urbanistes ou des principaux responsables du gouvernement colonial. L’ambition est de suivre l’élaboration progressive d’un centre-ville, en lien avec l’évolution de la structure sociale, de la situation économique et de l’organisation politique. Il s’agit donc dans un premier temps de voir comment la mode des descriptions de Tripoli à la veille ou au début de la conquête coloniale participe – consciemment ou non – d’une dévalorisation de la ville arabe, dans un contexte politique où l’entreprise coloniale puise sa légitimation dans la conviction de la supériorité de la culture européenne.

  • 2 Ce dernier aspect a pu bénéficier de l’apport de l’anthropologie urbaine, notamment depuis les Éta (...)

8Partir de ce cadre mental permet de suivre l’évolution de son énonciation en fonction de l’affirmation ou de la disparition des différents acteurs. Il faut dès lors lire la question de la constitution d’un nouveau centre comme le lieu d’un conflit de compétences et de représentations qui soulève le problème de la légitimité politique et des moyens mêmes du développement urbain. Cela impose d’interroger simultanément le cadre financier dans lequel se déploie ce nouvel urbanisme, les processus de décision, et, enfin, les modes d’expression des tensions sociales d’une population urbaine en pleine évolution2.

  • 3 Cette communication est tirée en grande partie de ma thèse soutenue en décembre 2006 à l’universit (...)

9Cela nous a conduit dans un troisième temps à souligner plus spécifiquement le poids des facteurs économiques, en étudiant successivement l’utilisation de l’expropriation dans l’orientation du marché, puis les stratégies de certains acteurs privés à travers l’achat de terrains dans les années 1930. Nous nous sommes appuyé pour cela sur des sources nouvelles, récemment retrouvées à Tripoli, qui offrent un éclairage nouveau par rapport aux déclarations officielles ou aux projets, souvent commentés, des architectes du temps. Dans les deux cas, il s’agit de suivre la façon le marché immobilier est utilisé par le pouvoir colonial, en même temps qu’il oriente fortement les choix de celui-ci. Ces analyses permettent notamment de réexaminer de façon critique à la fois l’idée du primat des architectes dans la politique urbaine, et celle d’une ségrégation spatiale stricte à partir du second plan régulateur de 19333.

DÉCLASSEMENT ET LOGIQUES NOUVELLES : PARCOURS D’UNE CRISE URBAINE, 1911-1921

10Il faut remonter en amont de l’occupation italienne pour saisir le processus de déclassement de l’espace urbain à travers le regard italien. Cette domination a été telle qu’il est désormais extrêmement difficile de retrouver, sous la couche de représentations de la période coloniale, les visions antérieures des habitants sur leur propre environnement. La prise de Tripoli est en effet précédée à partir de 1909 – et en grande partie légitimée aux yeux des partisans de la colonisation – par la multiplication de descriptions sous-tendues par l’affirmation croissante de la supériorité européenne.

  • 4 L’exemple le plus achevé de cette dévalorisation se trouve chez Corradini E., L’ora di Tripoli, Mi (...)

11Ces descriptions accompagnent en effet une critique de la ville qui tend de plus en plus à en nier l’urbanité, au profit du mythe de la sauvagerie de ses habitants et d’une lecture essentialiste dont l’objectif est d’imposer l’idée d’une décadence profonde de la culture locale (Maltese, 1968 ; Bono, 1992 ; Jezernik, 1998). À la beauté du site naturel s’opposeraient la saleté et l’étroitesse des ruelles, témoignant du caractère arriéré d’indigènes incapables de mettre en valeur leur propre territoire4. S’il y a dans cette affirmation l’effet d’une propagande destinée à justifier l’occupation coloniale par l’incurie ottomane et la paresse supposée des Libyens (à l’heure où, après les conférences de Berlin, la colonisation ne peut théoriquement se légitimer, dans le droit international, que dans le seul cas où serait constatée l’absence d’un gouvernement et d’un État constitué capable d’administrer effectivement ses territoires), il s’agit aussi d’une conviction qui se nourrie de sa propre diffusion et finit par influencer durablement la lecture de l’espace urbain.

  • 5 Cf. Podrecca G., Libia. Impressioni e polemiche. Roma, Podrecca e Galantara editori, 1912, p. 90-9 (...)

12D’emblée, le projet colonial repose ainsi sur une confusion entre la notion de modernité – économique, administrative, culturelle – et le remodelage du tissu urbain. Cette critique de l’urbanisme traditionnel de la ville arabe tient en grande partie à l’incompréhension de son organisation aux yeux des observateurs italiens, au moment même où se pose en Italie la question de l’aménagement des anciens centres-villes. Les quelques tentatives d’analyse de la répartition des quartiers illustrent la difficulté à saisir la logique d’un l’espace qui ne répond pas aux divisions occidentales classiques. La tentation d’établir un classement des quartiers selon de rigides critères ethniques et religieux conduit ainsi à supputer un fort cloisonnement communautaire5. Or si la population juive est effectivement regroupée très majoritairement dans deux quartiers distincts, le « quartier chrétien » abrite aussi nombre de Musulmans, dont quelques-unes des principales familles de Tripoli. L’existence de zones d’activités spécialisées (notamment pour la production ou la vente) ou dont l’homogénéité sociale est plus fortement marquée (comme les rues les plus pauvres du quartier juif) a ainsi incité certains auteurs italiens à postuler l’inexistence d’une véritable culture urbaine, la juxtaposition d’espaces strictement ségrégués devant témoigner au contraire de la survivance d’une organisation clanique, jugée contraire à l’esprit d’ouverture présidant au progrès. L’absence de lieu central clairement défini, la fermeture des maisons traditionnelles, dont les murs sur la rue sont le plus souvent aveugles, ou encore le réseau en impasses illustreraient le repli de la population sur les intérêts familiaux ou tribaux au dépens du sentiment d’appartenance à une communauté citadine englobante, qui serait la condition d’une véritable urbanité moderne (Dumasy, 2006 ; Lafi, 2002).

13Inversement, la difficulté éprouvée à comprendre la structure urbaine a parfois conduit à voir la ville comme une succession de cercles concentriques formant autant d’échelons vers la décadence, transposition sur le terrain colonial d’une imagerie dantesque de la dégradation des âmes. C’est notamment l’image utilisée par Castellini lorsqu’il parle de « l’anneau de misère » qui fait l’interface entre la vieille ville et l’oasis. La fonction d’une telle description n’est pas de donner une idée exacte de la disposition du bâti, mais de souligner la dégradation du tissu urbain, qui finit par se dissoudre en un habitat semi-rural dans l’oasis entourant la ville.

  • 6 Sur la période antérieure à l’occupation italienne (encore mal connue), voir : Anderson, 1986 ; Ha (...)

14La recherche d’une lecture essentialiste censée traduire « l’esprit » des habitants, qui avait l’avantage d’établir une opposition terme à terme entre l’immobilité « traditionnelle » et la vigueur de l’urbanisme italien, a cependant ignoré le renouvellement de la dynamique urbaine et l’émergence de nouveaux faubourgs juste avant l’occupation6. Sous l’action conjointe de la spéculation foncière et d’un plan d’aménagement élaboré par le gouvernement ottoman, l’habitat s’étend à partir de la fin du XIXe siècle hors les murs, le long des anciens chemins caravaniers qui convergent au pied de la porte orientale de Tripoli. Bien qu’encore embryonnaire, l’aménagement conçu par l’administration ottomane relève déjà d’une logique spatiale opposée à celle de la médina : la voirie y est relativement large et rectiligne, ponctuée de places et dépourvue d’impasses (fig. 1).

Figure 1 : Tripoli en 1912. La « città nuova » témoigne de l’extension hors les murs dans les dernières années de l’administration ottomane

Figure 1 : Tripoli en 1912. La « città nuova » témoigne de l’extension hors les murs dans les dernières années de l’administration ottomane

Source : Gresleri, Massaretti, 2008.

  • 7 Dès 1906-1907, il semble que la crise agricole dans l’hinterland et les difficultés financières de (...)
  • 8 La vieille ville est ainsi lue en fonction du paradigme de la ville médiévale, paradigme que l’on (...)

15Les quartiers nés de la spéculation ou de la construction individuelle s’organisent selon un maillage perpendiculaire, présentant des façades que les observateurs occidentaux qualifient volontiers d’« européennes ». Les maisons y sont davantage ouvertes sur la rue, et non plus tournées vers la cour intérieure comme dans la vieille ville. La situation ambigüe de ces faubourgs, qui concentrent les investissements immobiliers tout en étant en partie occupés au moment de la conquête par une population déracinée, venue fuir les disettes dues aux mauvaises récoltes, explique d’une certaine façon l’aveuglement des observateurs italiens7. La lecture de la ville à partir du bâti occulte les variations de prestige et de statut social qui tissent la trame complexe de la société urbaine, dont les catégories trop grossières utilisées par les observateurs européens ne peuvent rendre compte8.

16Le regard extérieur contribue ainsi à l’inversion du rapport entre la périphérie et la médina. La supériorité sociale de celle-ci repose à l’origine sur la présence des notables et l’ancienneté des habitants, qui peuvent se prévaloir d’une sociabilité dont la maîtrise des codes constitue la marque la plus sûre de l’appartenance à la citadinité. Dans la vieille ville, c’est donc la présence des familles les plus anciennes qui constitue le critère discriminant de la valeur des quartiers. Il n’y a donc pas à proprement parler de centre, chaque grande famille rayonnant sur son propre réseau de clientèle, mais une densité variable des cercles d’influence en fonction de la concentration des notables. Les quartiers de Beladya et de Koushêt es-Saffar abritent le plus grand nombre de ces familles prestigieuses, sans pour autant former un centre au sens occidental du terme. L’épaisseur des réseaux y est seulement plus forte, sans se traduire par un agencement spécifique de l’espace.

  • 9 Cf. Alongi G., In Tripolitania. (dicembre 1911-Marzo 1914). Milano-Palermo-Napoli-Genova, Remo San (...)
  • 10 Sur l’activité des gouverneurs ottomans dans ce domaine, cf. Micacchi R., « Tripoli e la Tripolita (...)
  • 11 On trouvera un recensement de ces grandes familles dans : De Agostini E., Le popolazioni della Tri (...)

17Inversement, pour les Italiens et les planificateurs ottomans le prestige urbain relève non d’une sociabilité dont ils sont par définition exclus, mais de la proximité à une centralité monumentale autour de laquelle se hiérarchisent les différents quartiers. Or la densité et l’interpénétration sociale de la vieille ville ne peut offrir la visibilité que requiert ce redécoupage. Au contraire, la largeur des rues dans les faubourgs et la grande esplanade du marché au pain (suq el-Hûbz), située entre les faubourgs et la ville intra muros, offrent la possibilité d’une telle inversion9. La municipalité est ainsi transférée au début du siècle au-delà des murs, près de la place du marché au pain, de même que l’école des Arts et métiers, près de laquelle est édifiée la nouvelle caserne10. Ce processus de requalification de l’ancienne marge est cependant encore inachevé au moment où les Italiens s’emparent de la ville en octobre 1911. Sur la place du marché au pain, devenue l’élément structurant autour duquel se répartissent les faubourgs, seule une fontaine monumentale a pu être érigée (qui sera rasée dix ans plus tard par les Italiens). Mais l’évolution est déjà suffisamment entamée pour s’imposer non seulement aux nouveaux occupants, mais aussi à certaines familles de notables traditionnelles. Celles-ci, ou certaines de leurs branches, commencent à s’installer dans les faubourgs les plus proches, dans des demeures modernes, tout en participant certainement à la spéculation foncière11 (Ahmida, 1994). Les noms mêmes des quartiers de Mîzran ou de Bel-Khîr font référence aux principales familles qui y habitent ou qui sont propriétaires des terrains. Le cas de la rue Riccardo est symptomatique : originellement appelée Riccardo Cassar, elle tire son nom d’un riche Maltais de la ville, propriétaire de terrains à l’emplacement des nouveaux faubourgs.

  • 12 Cf. Menzinger G., Discorsi e relazione statistica letti il 12 dicembre 1912 nella prima solenne As (...)

18L’occupation italienne ne fait ainsi que suivre ce retournement du lien entre la médina et les faubourgs, tout en troublant davantage la grille normative de la hiérarchisation sociale. L’importante immigration européenne, dès les premiers temps de la conquête, modifie brutalement les données démographiques. Le manque de logements conduit à la surpopulation d’une ville déjà touchée par la crise du commerce caravanier et un début d’exode rural. L’insertion de cette population se fait indépendamment de la répartition préexistante et modifie brutalement le marché immobilier. Le procureur général Menzinger, dans son compte-rendu de décembre 1912, reconnaît ainsi « le quintuplement de la valeur locative et du prix de vente des propriétés immobilières12 ». C’est précisément pour lutter contre cette augmentation incontrôlée que le gouvernement italien décide, dès la fin octobre 1911, de geler provisoirement les transactions foncières, puis d’élaborer un plan régulateur destiné à juguler la croissance urbaine à partir de janvier 1912.

PROJETS ET MÉTHODES : LA CONCEPTION DE LA NOUVELLE VILLE

  • 13 Cf. Luiggi L., « Le opere pubbliche a Tripoli. Note di viaggio ». Nuova Antologia, XLVII, fasc. 96 (...)

19Le plan régulateur de 1912, élaboré par un ingénieur du ministère des Travaux Publics, promeut la conservation de la vieille ville, n’y autorisant que les interventions jugées indispensables à l’économie et l’hygiène publiques (fig. 2). Il se fonde sur l’idée de « zoning », ou de répartition fonctionnelle de l’espace, selon les courants les plus modernes de l’urbanisme de l’époque. La « ville industrielle » prévue au sud-ouest doit ainsi être nettement séparée de « la ville élégante et riante des jardins de palmes, d’oliviers et d’agrumes » à l’est. L’agencement des faubourgs, appelés à la former la ville européenne, vise à hiérarchiser les quartiers par activité et par classe sociale : la palmeraie qui entoure la ville doit être consacrée au tourisme hivernal tandis que les zones plus densément bâties accueilleront « les familles plus modestes ». Alors que l’extension vers l’est est destinée aux villas et aux stations balnéaires d’une population bourgeoise, la cité jardin prévue au sud-est devra accueillir les classes moyennes, séparées des quartiers ouvriers de l’ouest et de l’étroitesse de la médina. Au cœur de ce dispositif, formant une transition entre la vieille ville et la nouvelle, les murailles devront laisser place à un ample boulevard circulaire. Ce « Ring » doit autant former une « division nette » avec la médina qu’accueillir « les grands bazars, les hôtels, les théâtres, les banques et tous les édifices nécessaires au centre de la vie citadine », ainsi que « la municipalité et les services publics ». L’épicentre en est « le palais de justice […] en position équidistante entre la nouvelle et la vieille ville13 ». Cet espace transitionnel conjuguant les fonctions administratives et commerciales soude donc les deux pôles de la Tripoli coloniale en même temps qu’il les distingue.

Figure 2 : Projet de plan régulateur présenté par l’ingénieur L. Luiggi, 1912

Figure 2 : Projet de plan régulateur présenté par l’ingénieur L. Luiggi, 1912

L’extension programmée se caractérise par la division en grandes zones. D’ouest en est, on distingue une zone d’habitat ouvrier jouxtée au sud par un quartier indigène ; une zone pour classe moyenne et une zone bourgeoise le long du littoral.
Source : Gresleri, Massaretti, 2008.

  • 14 Cf. Ministero delle Colonie, Tripoli e dintorni. Piccola guida della Tripolitania settentrionale. (...)

20Le plan est toutefois rapidement modifié. En 1914, une nouvelle version fait du futur centre un quartier bien distinct, situé entre la vieille ville et la future gare au sud, c’est-à-dire sur un terrain encore non bâti, sans contact direct avec la médina14. Non seulement l’idée d’un quartier central s’oppose à la conception fonctionnelle de la ceinture de boulevards du plan précédent, mais la notion même d’un lien entre les deux villes disparaît. La centralité n’est désormais conçue qu’en rapport avec « la ville européenne », la médina étant considérée de fait comme un espace à part. La modernité revendiquée dans ces plans s’appuie donc non seulement sur une concentration rationnelle, comme cela a pu être souligné, mais aussi, implicitement, sur la séparation des populations. La possibilité que les nouveaux quartiers puissent accueillir une population autre qu’européenne ou, au mieux, des familles libyennes européanisées n’y est jamais prise en compte. Seule la médina semble destinée, à terme, à accueillir la population colonisée. Dans ce schéma, les noyaux villageois et les faubourgs indigènes font dès lors figure de résidus, dont il ne fait pas de doute qu’ils disparaîtront au profit des nouvelles constructions, selon un processus spontané guidé par le marché.

  • 15 Pour une première analyse politique de la planification urbaine à Tripoli, voir : Lafi, Bocquet, 2 (...)

21La planification pose cependant le problème des moyens de son application15. Les différentes moutures du plan régulateur supposent une croissance économique forte et l’intéressement des grandes sociétés immobilières italiennes. S’en remettant au libéralisme économique, le plan de 1912 prévoit un contrôle très limitée de la part des pouvoirs publics, au profit d’une initiative privée considérée comme l’instrument naturel d’un développement harmonieux. L’État n’est censé intervenir que pour la construction des principaux édifices administratifs ou relevant des services publics, ces bâtiments devant augmenter la valeur des terrains environnant et susciter les investissements.

  • 16 En témoigne l’expropriation du vaste terrain acquis en 1909 par l’Alliance Israélite Universelle a (...)

22Dans les faits cependant, la poursuite de la guerre, la crise économique et le refus de l’armée de laisser dans un premier temps libre cours à la spéculation contredisent une telle perspective. En l’absence d’investisseurs, soit du fait de la pauvreté de la population, soit à cause de la précarité de la position militaire italienne, les pouvoirs locaux se trouvent incapables de susciter le mouvement édilitaire désiré. Malgré les conditions d’imposition très favorables proposées aux promoteurs potentiels, certains projets comme celui de la rue Sidî Omran, à l’emplacement de la muraille au sud de la médina, reste ainsi inappliqués avant au moins 1919 (Dumasy, 2006). La croissance de la demande entraîne une forme de dévalorisation symbolique des espaces surpeuplés, malgré leur renchérissement. Or non seulement la valeur accordée au futur centre-ville devient purement hypothétique, mais l’inflation des prix des terrains n’implique pas leur construction. Les plans, en suscitant une montée des prix artificielle et bien supérieure à la capacité des investisseurs locaux, empêchent paradoxalement le lotissement des parcelles devant former le futur centre16.

ESPACES INHABITABLES. NOUVEAUX ACTEURS ET DEMANDE SOCIALE

  • 17 Cf. Salerno L., La polizia dei costumi con cenni storici sulla prostituzione, Lugo, tipografia edi (...)

23Faute de moyens, la planification laisse place à d’autres logiques. La croissance démographique, ralentie pendant la Première guerre mondiale, devient dans les premiers mois de 1919 l’objet d’intenses débats dans la presse locale. La saturation entraîne de nouveaux usages et une nouvelle logique de répartition sociale, qui se surimpose à celle de la période précédente sans la faire totalement disparaître. Ce n’est plus la concentration des services publics ou la monumentalité qui constituent les éléments principaux de centralité, mais la présence des cafés, des restaurants et des lieux de sociabilité, ceux bénéficiant de la valeur sociale la plus haute – c’est-à-dire ceux fréquentés par les couches supérieures de la population italienne, essentiellement les officiers, quelques fonctionnaires de haut rang et une bourgeoisie quantitativement très limitée – étant situés majoritairement dans les alentours immédiats de la place du marché au pain. Inversement, les impasses de la vieille ville venant buter sur les murailles, qui devaient selon le premier plan de 1912 irriguer le boulevard de ceinture prévu à l’emplacement des murs, voient leur marginalité accentuée avec le développement de la prostitution17.

  • 18 Cf. Istituto centrale di statistica del Regno d’Italia (ISTAT), Censimento della popolazione delle (...)

24La croissance incontrôlée de l’habitat dans les périphéries relativement éloignées de la médina, du fait du trop haut prix des terrains dans les environs immédiats de la vieille ville, favorise par ailleurs l’édification de nouveaux noyaux urbains dispersés, abritant une population mixte d’Italiens pauvres et de Libyens venus de l’arrière-pays. Au bas de l’échelle se trouve le « village bédouin », campement de misère hérité de la période ottomane, où se trouvent parqués les nomades échoués aux portes de la ville. La croissance spontanée accentue ainsi l’éclatement et la dispersion de l’espace urbain. Cette situation, qui tend à effacer les frontières intra muros, contribue à la dévalorisation des quartiers les plus prestigieux de la vieille ville, comme celui de Beladya, devenu une des principales zones de première installation des migrants18. En l’absence de données chiffrées sur la répartition des habitants par nationalité, religion ou statut social, il est très difficile d’avoir une appréciation de la mixité ou de la composition des quartiers. Il est certain cependant que la présence massive d’Italiens dans la vieille ville a entraîné dès 1912 des formes de voisinage avec les colonisés. Or en 1919 cette proximité est dénoncée au nom de l’hygiène et de la dignité de la population italienne, traduisant les tensions provoquées par la croissance de la demande sur le marché locatif.

  • 19 Cf. La Nuova Italia, 09/04/1919.
  • 20 Quelques mois plus tôt, le même journal louait la qualité des maisons traditionnelles, plus fraîch (...)

25L’apparition d’une nouvelle vision de la ville est ainsi manifeste dès avril 1919 dans le journal local La Nuova Italia. Titrant sur « le grave problème de l’habitat à Tripoli », le quotidien condamne l’inertie du gouvernement en même temps qu’il proclame l’inadaptation des logements traditionnels au mode de vie européen19. La critique de l’insalubrité de l’habitat ancien n’est pas propre à Tripoli : on la retrouve à Naples au même moment. Ce qui la distingue ici est l’affirmation implicite de la différence culturelle entre Italiens et colonisés. Si les maisons de la ville arabe posent problème, c’est parce qu’elles « ne correspondent plus aux besoins, surtout d’ordre hygiénique, de la population italienne ». En quelques mois s’impose dans la presse locale l’idée que la vieille ville est structurellement invivable pour un Italien et incompatible avec la modernité urbaine20.

  • 21 Sur le contexte général, voir : Del Boca, 1988 ; Labanca, 2002.

26Le discours hygiéniste, qui va en se développant, témoigne en effet de rapports de forces politiques et sociaux nouveaux à partir du moment où cesse la censure militaire. Parallèlement, la réaffirmation de la supériorité culturelle des colonisateurs, à travers la question de la propreté et du style de vie, s’oppose directement au principe d’égalité politique et juridique entre colonisés et Italiens prévu par les accords dits des Statuts Libyens (1919), dans une ville où la position des colons est déjà mise à mal par la pauvreté et la dépendance de nombre d’Italiens envers les propriétaires indigènes21. La dévalorisation de la vieille ville dans la presse est ainsi d’autant plus forte qu’elle reflète la frustration sociale de ces classes moyennes italiennes, désormais menacées par l’évolution politique en cours.

  • 22 Cf. La Nuova Italia, 29/07/1919 et 20/09/1919.

27Les prises de position sur la salubrité offrent donc la possibilité de revendiquer une participation à la gestion de la ville, alors que le gouverneur concentre le pouvoir politique. Médecins, ingénieurs et éditorialistes se présentent eux-mêmes comme des spécialistes face à l’inertie d’un gouvernement local incapable d’appliquer son propre plan régulateur. Le discours hygiéniste permet de conforter la hiérarchie sociale en leur faveur. Il ne faudrait pas sous-estimer le poids de cette opposition, largement oubliée d’une historiographie qui a fait la part belle au postulat selon lequel l’urbanisme colonial relevait, par principe, du seul « fait du prince ». La dévalorisation de la médina va ainsi de pair avec la mise en avant de nouvelles zones résidentielles. La Nuova Italia, qui se fait le porte-voix de ces revendications, ne cesse de proposer la constitution de nouveaux quartiers à l’est, destinés aux ouvriers ou aux classes moyennes italiennes. Cela témoigne du déplacement idéal de la ville européenne hors des faubourgs ottomans, alors que ceux-ci devaient en être le berceau dans le plan régulateur de 191222.

  • 23 Ibid., 14/01/1922.
  • 24 Ibid., 19/06/1923.

28Devant la montée des revendications, le gouvernement colonial est poussé en 1921 à la construction d’un premier bloc de logements ouvriers au sud, assez éloigné du bâti existant, formant un d’îlot d’habitat populaire hors de la ville et destiné uniquement à des Italiens. Si cette dernière intervention reste modeste, elle reflète la vigueur d’une intolérance à la mixité dans certains espaces de la ville. C’est en effet sur la coexistence des Libyens et des Italiens que porte l’essentiel du combat hygiéniste. Aux articles succèdent, toujours dans la Nuova Italia, les lettres de lecteurs s’en prenant aussi bien à l’incompétence de la municipalité qu’à un voisinage désormais vécu comme intolérable. Dans les anciens faubourgs ottomans de Bel Khîr et de Mîzran, la présence d’habitants libyens fait l’objet de plaintes de plus en plus nombreuses, au point que, selon une inversion chronologique, ceux-ci sont accusés de dévaloriser un espace autrefois européen. Les « indigènes » auraient ainsi « transformé cette zone et ses rues en véritables décharges23 ». L’afflux de nouveaux habitants venus de la métropole accentue le phénomène. En juin 1923, plusieurs lecteurs de la Nuova Italia se félicitent ainsi que les habitants de Bel Khîr soient désormais « quasiment tous Italiens24 ». Inversement, les revendications en faveur de la salubrité publique défendues dans le journal ignorent chaque fois davantage la vieille ville, excepté pour les cas les plus criants de risques infectieux

  • 25 Ibid., 21/11/1921.

29Il ne faudrait cependant pas y voir uniquement une démarcation ethnique. La même critique s’exprime envers les familles italiennes les plus pauvres, ou pour celles accusées de ternir le prestige national25. C’est parce que certains habitants perpétuent des pratiques désormais incompatibles avec la discipline hygiéniste attendue dans un quartier « européen » qu’ils deviennent objets de scandale. La codification des comportements permet une redistribution de la valeur des différents quartiers. L’hygiénisme, importé de la métropole, ne présuppose pas tant à l’origine une division ethnique que sociale.

LIEUX DE MONUMENTALITÉ. LA GÉOGRAPHIE DES INVESTISSEMENTS PUBLICS

  • 26 Ibid., 14/01/1922.

30Il serait donc erroné de lire cette volonté de ségrégation uniquement en termes d’opposition entre colons et colonisés. La protestation contre la présence des Libyens hors de la médina rejoint la critique de la différence de traitement des espaces dans la ville nouvelle. La zone située au plus près du rivage, notamment les artères Vittorio Emanuele (ancienne voie Riccardo) et Azizia, qui accueillent, entre autres, le palais du gouverneur, bénéficient des investissements publics qui manquent ailleurs. De façon symptomatique, l’aspect soigné de ces rues conduit ainsi un lecteur à les assimiler au « centre », Bel Khîr étant ressenti comme un quartier « excentré », bien que proche de la vieille ville26.

  • 27 Ibid., 12/11/1921.

31L’intervention des pouvoirs publics pèse donc fortement dans le mouvement de redéfinition de la valeur des différents espaces. Ce sont eux qui, à partir de la nomination en 1921 du financier vénitien Giuseppe Volpi en tant que gouverneur, déterminent l’émergence d’une nouvelle zone de prestige ayant valeur de centre (fig. 3). Les bâtiments les plus prestigieux prennent place dans un réseau de grandes avenues qui définissent des aires différenciées d’intervention des pouvoirs publics. Il s’agit de valoriser les principales artères héritées de la période ottomane pour en faire les axes de la modernisation en les doublant de la construction d’un front de mer monumental. Parallèlement, la vieille ville est isolée par une ceinture de larges rues, tandis qu’est envisagé l’élargissement de la place du Marché au Pain, devenue Piazza Italia, accentuant la distance entre les faubourgs et la médina désormais cachée27. Pour le gouverneur, ces investissements participent d’une « reconquête morale » visant à réaffirmer le pouvoir italien.

  • 28 Cf. Palumbo Cardella E., « Le opere pubbliche », AAVV, La rinascità della Tripolitania. Memorie e (...)

32Alors que les travaux réalisés dans la période précédente visaient à répondre de façon générique au sous-équipement urbain, ceux de la période Volpi excluent donc la vieille ville de la modernisation. Le monument aux soldats italiens, dans le quartier de la Marina, vient symboliquement témoigner de la domination italienne sur ce territoire à la fois contrôlé par le pouvoir et ignoré par les grands travaux. Les nouvelles artères doivent au contraire concentrer l’essentiel des services et des nouvelles constructions : Volpi dote ainsi le Corso Vittorio Emanuele du palais de justice et surtout d’une cathédrale destinée à former le cœur de la ville moderne. Le palais du gouverneur, autour duquel doivent prendre place une partie des bureaux de l’administration coloniale, est déplacé à l’est, à la lisière de l’oasis. L’avenue du front de mer accueille les symboles de l’activité culturelle et commerciale italienne, dont un théâtre, le siège de la Banque d’Italie, le Grand hôtel municipal et des immeubles destinés à la bourgeoisie citadine28. Entre le front de mer et le Corso Vittorio Emanuele s’insèrent le nouveau siège de la Municipalité, des administrations et des jardins qui renforcent la reconversion de ces axes.

Figure 3 : Tripoli en 1925, avec indication des nouveaux édifices en noir (à construire ou en cours de construction)

Figure 3 : Tripoli en 1925, avec indication des nouveaux édifices en noir (à construire ou en cours de construction)

Le littoral à l’est et les grandes artères des anciens faubourgs concentrent les principaux édifices. Le centre se déplace vers l’est alors que la médina reste pratiquement inchangée.
Source : Gresleri, Massaretti, 2008.

  • 29 Cf. DM, Travaux Publics (désormais TP), 48-1 ; La Nuova Italia, 10/11/1924, 18/02/1926, 19/03/1926 (...)

33Il y a donc un net déplacement par rapport aux projets du plan régulateur de 1912. En situant ces édifices selon une ligne parallèle au rivage, Volpi fait de ces constructions un décor entièrement tourné vers la mer, donc vers la métropole. La centralité qui leur est attribuée s’oppose au sentiment d’abandon dont témoignent, au même moment, les nombreuses pétitions ou lettres d’habitants des quartiers périphériques réclamant l’installation des équipements les plus élémentaires, comme la voirie, les réseaux d’adduction d’eau ou l’éclairage public29. Il suffit souvent de traverser une rue pour passer de ces monuments à un habitat de fortune non régulé.

34Cette première phase d’intervention est brève : dès 1925-1926 le gouvernement colonial n’est plus capable de financer ces projets et doit laisser plusieurs chantiers en suspens, dont le palais du gouverneur. Elle impose cependant une logique d’action : il ne s’agit plus de fournir un service à la collectivité (comme dans le cas des égouts et des adductions d’eau), mais de manifester la puissance du pouvoir par la monumentalité. La mise à distance fait partie de la stratégie de distinction du gouvernement local, sans répondre à une demande sociale de plus en plus pressante contre l’inflation des loyers et le manque de logements. Devant la percée du mouvement syndical et socialiste au début des années 1920, qui conteste le fondement même de l’inégalité statutaire entre colonisés et Italiens, cette politique marque la rétraction de l’action publique à quelques éléments symboliques, dont la puissance d’évocation doit être d’autant plus grande qu’ils ne sont pas en mesure (et ce n’est d’ailleurs pas leur but) de mettre un terme aux lacunes nées de l’expansion urbaine spontanée qui se développe dans leur ombre.

  • 30 Cf. Steer G. L., A Date in the Desert, London, Hodder and Stoughton, 1939, p. 132-133.

35La politique des grands travaux est ainsi inséparable de la formulation des valeurs qui en commandent la perception. Les expulsions et les manifestations de force du régime fasciste sur ces nouvelles artères contribuent à forger une discipline des corps dans l’espace public au cours de la seconde moitié des années 1920 (Dumasy, 2008). Alors que dans la vieille ville le mode de vie traditionnel reste toléré, dans le nouveau centre les attitudes perçues comme typiquement indigènes (comme l’oisiveté, la mendicité ou l’accroupissement) sont interdites. La notion d’espace public est ici essentielle. Le contrôle des attitudes dans la ville nouvelle s’oppose à l’imbrication des usages privés et communautaires de la ville arabe, à tel point qu’un visiteur étranger peut considérer en 1939 les Libyens comme des étrangers dans leur propre ville30.

  • 31 Cf. « Un progetto per il concorso della piazza della cattedrale di Tripoli ». Architettura e Arti (...)

36C’est parce que le pouvoir colonial a besoin d’espaces de visibilité que la nécessité d’un nouveau centre peut s’imposer. L’axe allant de la Piazza Italia (ex suq el-Hûbz) au palais du gouverneur, orné au milieu par la nouvelle place de la cathédrale, est le plus propre à cette fonction. Au début des années 1930, l’aménagement de la place de la cathédrale marque l’effacement des revendications de la société civile au profit d’un cercle restreint d’architectes et d’urbanistes sous la tutelle du gouvernement colonial. Mise en scène de la grandeur italienne, la place de la cathédrale incarne une nouvelle centralité dont le prestige s’étend sur l’ensemble du quartier environnant. Mais elle témoigne également des incertitudes et des luttes de compétences entre les divers pouvoirs coloniaux. Deux concours successifs sont organisés pour son aménagement, l’un par le ministère des Colonies et le second, un an plus tard, par la municipalité qui revendique ainsi pour elle seule la responsabilité des choix urbanistiques. Dans les deux cas les jurys refusent d’attribuer un prix. La qualité jugée médiocre des projets se conjugue à l’absence de consensus sur le style à adopter31. La multiplication de ces instances et leur échec a pour effet de renforcer l’hégémonie du gouverneur en la matière.

VALEUR SOCIALE ET VALEUR COMMERCIALE DU CENTRE

  • 32 Sur l’urbanisme colonial fasciste, outre les travaux de Von Henneberg et Fuller déjà cités, voir : (...)

37L’investissement croissant des autorités a donné lieu à une historiographie qui a volontiers considéré l’urbanisme comme un des principaux domaines d’action et d’expression du pouvoir colonial. Le style et l’agencement des nouveaux quartiers seraient ainsi devenus les instruments majeurs d’un système de domination passant par la démarcation des territoires. Le second plan régulateur (1931-1933), avec l’affirmation explicite de la ségrégation raciale, en aurait été l’étape ultime32. Ce plan prévoit en effet non seulement de distinguer les quartiers italiens des quartiers indigènes (ceux-ci étant subdivisés entre quartiers juif et musulman), mais impose une distinction sociale entre les quartiers ouvriers, ceux destinés à la moyenne bourgeoisie et ceux pour les classes supérieures (fig. 4). Chaque quartier est conçu comme une cellule autonome, pourvue de négoces et de lieux de sociabilité pour limiter les déplacements intra-urbains. On a pu voir ainsi dans la Tripoli coloniale un des exemples les plus manifestes d’une stratégie d’exclusion, dont le cœur du dispositif aurait été la Piazza Italia, ancienne place du marché au pain devenu un « espace mixte » permettant la rencontre contrôlée entre Libyens de la médina et Italiens de la ville européenne (Von Henneberg, 1996).

38Une telle interprétation ne laisse pas de susciter quelques problèmes. Deux questions se trouvent notamment posées : celle de l’intentionnalité effective des acteurs de cette politique, et celle de son efficacité. La prise en compte de la seule symbolique architecturale et urbanistique a conduit à attribuer à celle-ci une valeur performative absolue, selon une vision culturaliste et intentionnaliste qui a cherché à travers l’analyse du « langage du pouvoir » la confirmation d’un état capable d’étendre son emprise sur tous les aspects de la vie locale. L’édification de quelques bâtiments de prestige aurait eu un effet d’entraînement sans que ses modalités ne soient étudiées. En prenant à la lettre le second plan régulateur, qui n’apparaît à la lumière des réalisations effectives que comme un projet à long terme, les rapports sociaux et économiques se trouvent évacués de l’analyse, de même que le pouvoir colonial en tant que système décisionnel.

  • 33 Cf. La Nuova Italia, 21/10/1921.

39Il convient donc d’inverser la démarche, en se demandant comment a pu s’imposer au début des années trente le projet d’une ville polynucléaire formée d’une succession d’espaces socialement homogènes autour d’un centre monumental aux usages fortement encadrés, et dans quelle mesure ce projet a pu être réellement appliqué. Le premier constat que permettent les archives est que les moyens limités du gouvernement ou de la municipalité imposent de composer avec les propriétaires et les investisseurs. Or, en l’absence d’une classe d’investisseurs italiens à même de pourvoir à cette modernisation, c’est sur les principaux propriétaires libyens que le pouvoir doit s’appuyer, loin de la stricte ségrégation proclamée. Au moment où s’accentue la répression des comportements en vue la construction d’une image européenne du centre, elle-même destinée à canaliser le mécontentement des habitants italiens par l’affirmation d’une supériorité symbolique, le gouvernement colonial prend soin de ne pas heurter les principales familles libyennes de la ville, tant que celles-ci s’avèrent être des investisseurs ou des propriétaires fonciers utiles. La famille Nahum peut ainsi profiter de l’inflation de l’immobilier pour construire plusieurs logements dans le nouveau centre-ville, et conforter ainsi sa position sociale33.

Figure 4 : Second plan régulateur de Tripoli, 1933

Figure 4 : Second plan régulateur de Tripoli, 1933

Les différentes teintes de gris (ici malheureusement peu lisibles) distinguent les quartiers par types d’habitat, selon un mélange de critères raciaux et sociaux.
Source : Gresleri, Massaretti, 2008.

  • 34 Cf. D M, Magistrato per le espropriazioni di Tripoli (désormais ME), Albo delle decisioni 1-100, v (...)
  • 35 Ibid., Jugement du 29/05/1924, n° 22.50.14. Voir aussi le jugement du 01/06/1924, n° 24.51.24.

40La relation entre l’autorité publique et les principaux propriétaires se noue notamment autour de la question des expropriations. Le choix de l’expropriation est lui-même étroitement dépendant de la capacité financière : la localisation des premiers logements populaires construits par le gouvernement est en partie due au faible coût de ces terrains excentrés, moins chers à exproprier. Commencé avant la venue de Volpi, le mouvement des expropriations s’accroît considérablement en 1924, avant de retomber à un niveau relativement bas par la suite, hormis le brusque sursaut de 1930. Il suit, en l’exacerbant, la courbe des investissements pour les travaux publics. Or le calcul des indemnités témoigne du rapport de force existant entre les principaux propriétaires et le gouvernement colonial. C’est en effet au gouverneur que revient le pouvoir de décider des expropriations et de leur indemnisation. Le registre du tribunal de Tripoli concernant les expropriations de 1915 à 1931, retrouvé récemment à Tripoli, permet de suivre plusieurs cas où la contestation du propriétaire a donné lieu à une décision de justice34. Dans un contexte marqué à la fois par une inflation rapide et par une relative stagnation des investissements, déterminer la valeur des terrains devient un outil majeur de la politique urbaine. L’indemnisation trop basse des expropriations dans un premier temps incite en effet les propriétaires à ne pas lotir des parcelles pouvant être expropriées. La multiplication des expropriations, au début des années 1920, rend un tel calcul dangereux et contre-productif. À partir de la fin 1923, la logique s’inverse donc : désormais s’affirme l’idée que travaux publics représentent un gain pour le propriétaire partiellement exproprié et doivent en conséquence être en partie financés par celui-ci. Le propriétaire est d’autant moins indemnisé que la plus-value estimée est haute. L’indemnisation repose sur une anticipation des prix à venir, sans aucun lien avec la valeur marchande des biens au moment de l’expropriation. En mai 1924, le tribunal considère ainsi que l’augmentation de la valeur induite par les expropriations partielles implique de déduire « la moitié de la plus value acquise par la propriété résiduelle35 ». Le propriétaire se trouve de ce fait tenu de contribuer au financement des travaux publics, selon une logique reposant de nouveau sur l’avenir supposé de la ville, c’est-à-dire sur une fiction en faveur de l’administration.

41En postulant l’augmentation de la valeur du résidu des propriétés touchées par les expropriations, la magistrature fait l’hypothèse d’un comportement spéculatif qui pousserait les propriétaires à lotir ou à vendre en fonction d’un marché encore fictif, mais intervenant comme un critère à part entière dans l’estimation du magistrat. La faiblesse des compensations, dans le cas où la propriété restante se trouverait sur un front de rue, doit inciter les propriétaires à amortir eux-mêmes la perte en misant sur la spéculation immobilière, notamment par la construction de nouveaux bâtiments. L’administration coloniale peut ainsi anticiper et provoquer l’effet d’entraînement des travaux publics, en fixant elle-même l’augmentation de la valeur foncière, et en contraignant les propriétaires à réinvestir pour conserver leurs revenus.

  • 36 Cf. DM, ME, jugement du 27 mai 1924 n° 21.45.3.
  • 37 Cf. DM, TP, 45, f. 4, « Variante alle linee del piano regolatore interessanti Piazza Italia e zone (...)
  • 38 Ibid., jugement 21.28.14 du 09/10/1922.

42L’insistance sur l’aspect esthétique contribue aussi à inverser le rapport à l’espace dans les quartiers d’urbanisation lâche, où les habitations sont souvent au centre d’un jardin ou d’une petite exploitation agricole (Arnaud, 1998, p. 152 sq.). En valorisant la façade, l’indemnité d’expropriation doit contribuer à imposer une architecture de type européen, tournée vers la rue36. De même, la présence de maisons ou de constructions de style arabe est systématiquement considérée comme un facteur dépréciatif de la parcelle et des bâtiments contigus à partir de juin 1924. Les nombreux fondouks des faubourgs sont particulièrement touchés par cette procédure37. Ces développements provoquent une nouvelle répartition de la valeur du sol, selon une logique qui se veut purement mathématique ou scientifique, contre une valeur antérieure jugée « sociale » ou « affective », donc irrationnelle et dépassée. Dans ce contexte, l’intention du législateur a valeur de vérité absolue, quand bien même elle est contredite par les faits. En 1922, lors du jugement pour l’expropriation d’un terrain situé devant la nouvelle manufacture des Tabacs, le juge s’appuie précisément sur le plan de 1914 pour définir la zone comme formant le « noyau central de la future ville européenne », alors même qu’une telle prédiction est déjà dépassée. Le même jugement reconnaît du reste « la rareté de la demande édilitaire, étant donné le coût encore très élevé des constructions, si bien qu’aucun édifice privé n’a encore été construit dans la zone en question38 ».

  • 39 Cf. DM, ME, jugement du 08/03/1931 n° 98.111.

43L’effet de cette politique est ambigu. Les expropriations favorisent le mouvement des constructions et contribuent tant à l’augmentation de la valeur qu’à la circulation des capitaux (quoique limitée par la faiblesse des compensations). Par l’imposition de prix sans rapport avec la valeur commerciale ou sociale antérieure des espaces, les expropriations participent au renversement du rapport entre le centre et la périphérie. Au sud, la construction de la gare et des équipements annexes entraîne l’émergence d’activités industrielles et d’un habitat populaire39. Mais cette croissance ne parvient jamais à faire face à la demande et à limiter les prix de manière à créer les conditions d’un marché immobilier « stable ». La spéculation continue de se développer hors de tout contrôle, surtout dans les zones devant former le cœur de la nouvelle ville. La limitation croissante de l’indemnité a pu ainsi avoir dans certains cas un effet exactement contraire à celui recherché, incitant les propriétaires à ne pas investir dans des constructions pouvant être expropriées pour des sommes jugées trop basses.

LOGIQUES DE LA CONSTRUCTION. LE PLAN ET SON APPLICATION

44Le second plan régulateur de 1933-1934 ne peut se comprendre ainsi hors du manque de moyens financiers du gouvernement colonial. La crise du logement incite le nouveau gouverneur, Italo Balbo (gouverneur de Libye de 1934 à 1940), à employer les fonds publics prioritairement en faveur de logements populaires à la périphérie. Dans le centre, il revient donc toujours à l’initiative privée de combler les lacunes de la construction. Mais seul le quartier de Zauiet ed-Dahmani, résidu de pauvreté à proximité immédiate des nouveaux quartiers littoraux, fait l’objet d’un début de ségrégation. Encore le gouvernement colonial doit-il s’appuyer pour cette opération sur la loi de Naples de 1908, dont la justification est sanitaire et non raciale. Le plan apparaît avant tout comme un geste symbolique, destiné à réaffirmer une domination spatiale idéale.

  • 40 Cf. DM, Beladya, 5-18.

45Au regard des investissements privés, il est donc difficile de soutenir l’idée d’un simple « apartheid urbain » sur des bases raciales. Le critère de répartition est avant tout social. Les ventes de terrains municipaux à des particuliers à la fin des années 1930 montrent que les acquéreurs sont en effet majoritairement libyens ou maltais. Une partie de la bourgeoisie locale joue sur la spéculation pour étendre ses possessions dans les nouveaux quartiers, au point que la possession foncière et la résidence hors de la vieille ville deviennent les facteurs principaux de la conservation d’un rang social dont les bases traditionnelles (influence politique et prestige dû à l’ancienneté de la famille) s’effondrent. Alors que la fonction sociale des grands notables exigeait auparavant leur présence au sein de la médina, la distance et la modernité du logement constituent désormais des critères de notabilité. Dès le début des années 1920, certaines grandes familles s’installent ainsi sur le Corso Vittorio Emanuele III. Lorsque le Cadi de la médina demande en 1935 une exemption de taxes pour la population de la médina, il invoque la paupérisation causée par le départ des notables dans les nouveaux quartiers40.

  • 41 Cf. National Scientific Research and Study Center (ex-Markaz Jihâd lîl Dirassât el Lîbyin – Lybian (...)

46Dans les années 1930, la saturation et la marginalisation sociale de la vieille ville détourne donc une grande part des investissements privés des grandes familles traditionnelles de Tripoli vers le sud de la médina, dans un quartier pourtant destiné selon le plan aux classes moyennes italiennes. Ce mouvement permet cependant aussi, plus rarement, l’ascension sociale de petits investisseurs audacieux41. Dans plusieurs cas, les acquéreurs sont en mesure d’imposer leur prix à la municipalité. C’est le statut de propriétaire et d’investisseur, plus que de colonisé ou de colon, qui détermine le choix des pouvoirs publics dans la vente des terrains. Les ventes viennent donc conforter la présence déjà ancienne d’une partie de l’élite citadine indigène. Il reste cependant très difficile de cerner les caractéristiques sociales des quelques personnes qui parviennent ainsi à tirer profit de la situation, si bien que l’on ne peut parler de « bourgeoisie indigène » qu’à condition d’accepter les limites d’une telle appellation. Ici l’histoire sociale est victime du manque de documentation, en partie imputable à l’indifférence de l’administration italienne envers la population locale.

  • 42 Cf. NSRSC, Fiches de renseignements sur R. Cardini ; E. Michelotti, L. Bassi ; G. Bianchi ; F. Tos (...)

47Dans son ouvrage sur la formation de la Libye moderne, Ali Abdullatif Ahmida avait rapidement esquissé les contours des élites à la veille de la colonisation : il opposait ainsi la «compradore merchant class », élite commerçante liée au capital anglais ou italien, des « ‘ayan », ou notables urbains, souvent propriétaires de terres, liés à l’administration ottomane (Ahmida, 1994, p. 61 sq.). Ces catégories semblent cependant elles-mêmes tirées d’une lecture peut-être trop occidentale, tendant à intégrer la Libye dans le mouvement de la révolution industrielle et sociale de la fin du XIXe siècle. Ahmida évoque ainsi la « prolétarisation » de la population de Tripoli par l’industrialisation, ce qui parait très exagéré au regard de l’économie de la ville à ce moment. Surtout, ces affirmations ne s’appuient sur aucune source ni aucun exemple. Si on reprend toutefois ces catégories, il est possible d’affirmer avec prudence qu’au cours de la colonisation italienne c’est la propriété foncière et l’investissement immobilier qui deviennent le socle économique et social de l’élite libyenne en milieu urbain, d’autant que le commerce international et les carrières dans l’administration sont désormais pratiquement fermés aux Libyens. Les grands propriétaires ne constituent toutefois qu’une très mince élite de quelques familles. Peut-être convient-il d’y distinguer les familles juives, souvent d’origine livournaise et passées par les écoles italiennes, qui semblent mieux maîtriser les arcanes du droit foncier, mais qui sont confrontées à partir du milieu des années 1920 à un antijudaïsme parfois violent (Dumasy, 2008). C’est le cas des familles Nahum et Nunes Vais, qui investissent dans de grandes propriétés près du prestigieux Corso Sicilia. Le mouvement d’acquisition de terrains n’est cependant pas limité à ces anciennes lignées. La bourgeoisie d’affaire italienne spécule de la même façon, parfois sans profit évident immédiat. La possession de parcelles dans le centre fait, semble-t-il, partie des éléments signifiants du rang social42. Ce comportement se fait systématiquement au détriment de la médina, où l’absence d’investissement conduit au contraire à accentuer la dévalorisation de la vieille ville.

CONCLUSION

48La question de la centralité à Tripoli s’inscrit ainsi dans un mouvement complexe, qui conjugue une redéfinition de la valeur sociale des différents lieux de la ville, la croissance des tensions sociales après la Première guerre mondiale, et la volonté du régime fasciste de faire de Tripoli une vitrine politique. Dans ce contexte, le rôle de l’architecture et la capacité acculturatrice qui lui a été prêtée n’apparaissent que comme l’expression ultime d’enjeu en amont. La mise en avant des architectes n’est elle-même qu’un élément d’un apparat destiné à masquer les rapports de force auxquels le gouvernement colonial local doit faire face, qu’il s’agisse du mécontentement d’une grande partie de la population italienne confrontée à la pénurie de logements, du manque de moyens alloués par l’État, ou du compromis nécessaire avec les investisseurs et promoteurs privés. La place centrale qu’occupe tout au long de la période le laisser-faire économique, moteur désigné d’une modernisation spontanée de la ville, offre ainsi un espace à la critique des institutions et de la politique urbaine dans les années 1920, de la part de nouveaux porte-parole. Ces prises de position, qui apparaissent de manière plus ou moins désordonnée, visent à redéfinir la valeur des différents espaces en opposant aux critères matériels – tels que la monumentalité – les enjeux sociaux et le bien public. Mais c’est ce même critère de libéralisme économique, dans un cadre politique qui tend pourtant à se rigidifier et exclure chaque fois davantage à partir de 1925-1926, qui limite l’action du gouvernement local, contraint par la rigueur du ministère des Finances. Dès lors, ce sont les moyens et les nécessaires compromis avec les élites locales, plus que la ségrégation raciale, qui déterminent le rythme et le lieu des constructions.

49C’est ce contexte d’une relative faiblesse des autorités locales qui permet de saisir les enjeux d’une nouvelle centralité. Celle-ci ne peut se comprendre sans tenir compte de la nécessité pour le pouvoir de s’affirmer symboliquement par la création d’un espace à part, un palier de distinction qui le distingue du reste de la ville. La construction d’un centre monumental ne signifie donc pas la maîtrise de l’espace urbain. Le prestige des grandes artères n’a qu’un effet d’entraînement limité dans la création de la ville nouvelle. Leur visibilité est même d’autant plus grande, dans ce cas, que ses périphéries immédiates continuent d’être l’objet d’une croissance chaotique. Le cas du centre-ville de Tripoli peut donc apparaître a priori comme un échec relatif : les projets successifs de nouveau centre témoignent de l’éloignement progressif de la médina, puis des anciens faubourgs aux pieds des murailles, pour aboutir finalement à une conception polynucléaire plaçant le palais du gouverneur au centre d’une nouvelle hiérarchie spatiale. Centralité géographique et centre politique se découplent donc au profit d’une ségrégation proclamée. En accompagnant et canalisant la spéculation immobilière, les grands travaux de prestige permettent ainsi l’affirmation d’une classe de propriétaires libyens et italiens fournissant la base d’un fragile équilibre politique avec lequel le gouvernement colonial cherche à composer, tandis que la vieille ville est en proie à la paupérisation.

Notes

1 C’est la thèse défendue en partie par King (1976), que l’on retrouve chez Myers (2003).

2 Ce dernier aspect a pu bénéficier de l’apport de l’anthropologie urbaine, notamment depuis les États-Unis. Nous nous en sommes largement inspiré. Voir : Fuller, 1988, 1994, 2000, 2006 ; Von Henneberg, 1994, 1996.

3 Cette communication est tirée en grande partie de ma thèse soutenue en décembre 2006 à l’université de Provence sous la direction de Robert Ilbert (Dumasy, 2006, à paraître prochainement dans la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome).

4 L’exemple le plus achevé de cette dévalorisation se trouve chez Corradini E., L’ora di Tripoli, Milano, Fratelli Treves, 1911.

5 Cf. Podrecca G., Libia. Impressioni e polemiche. Roma, Podrecca e Galantara editori, 1912, p. 90-93 ; Castellini G., Tunisi e Tripoli. Torino-Milano-Roma, Bocca, 1911.

6 Sur la période antérieure à l’occupation italienne (encore mal connue), voir : Anderson, 1986 ; Hanssen, Philipp, Weber, 2002 ; Joffe, Mac Lachan, 1981.

7 Dès 1906-1907, il semble que la crise agricole dans l’hinterland et les difficultés financières de la Sublime portent un coup d’arrêt à ces investissements. Beaucoup de fondouks vont dès lors servir à abriter nombre de réfugiés de l’intérieur, venus en ville à la recherche de travail ou de moyens de survie.

8 La vieille ville est ainsi lue en fonction du paradigme de la ville médiévale, paradigme que l’on retrouve encore sous la plume de Cabasi F., « Profilo storico e sociale della Medina o Città Vecchia di Tripoli », Quaderni dell’istituto italiano di cultura di Tripoli, Rome, 2, 1979, p. 37-51.

9 Cf. Alongi G., In Tripolitania. (dicembre 1911-Marzo 1914). Milano-Palermo-Napoli-Genova, Remo Sandron ed., s. d.

10 Sur l’activité des gouverneurs ottomans dans ce domaine, cf. Micacchi R., « Tripoli e la Tripolitania anterioramente all’occupazione italiana », La Rinascità della Tripolitania. Memorie e studi sui quattro anni di governo del conte Giuseppe Volpi di Misurata, Mondadori, Milano, 1926, p. 106. Un des plans ottomans prévoyait l’agrandissement du port et la construction d’un important polder pour l’extansion de la ville : cf. Archivio Storico dello Stato Maggiore dell’Esercito, Rome, L8, 216, f. 1.

11 On trouvera un recensement de ces grandes familles dans : De Agostini E., Le popolazioni della Tripolitania : notizie etniche e storiche. Tripoli, Governo della Tripolitania (Ufficio politico militare), Tipografia Pirotta e Bresciano, 1917.

12 Cf. Menzinger G., Discorsi e relazione statistica letti il 12 dicembre 1912 nella prima solenne Assemblea d’inaugurazione dal Procuratore Giuseppe Fachinetti e dal Presidente Menzinger di Preussenthal, Tripoli, 1912, p. 25.

13 Cf. Luiggi L., « Le opere pubbliche a Tripoli. Note di viaggio ». Nuova Antologia, XLVII, fasc. 965, 01/03/1912, p. 115-129.

14 Cf. Ministero delle Colonie, Tripoli e dintorni. Piccola guida della Tripolitania settentrionale. Roma, 1914, p. 69.

15 Pour une première analyse politique de la planification urbaine à Tripoli, voir : Lafi, Bocquet, 2002.

16 En témoigne l’expropriation du vaste terrain acquis en 1909 par l’Alliance Israélite Universelle au sud est de la médina. L’AIU proteste en 1915 contre l’indemnité jugée trop faible par rapport à l’extraordinaire montée des prix des terrains depuis le débarquement italien (la valeur aurait ainsi été multipliée par 12 en 10 ans). Dans le même temps, le jugement révèle que les constructions nouvelles ne se développent pas dans cette zone, qui devaient pourtant former le nouveau centre dans la version du plan régulateur de 1914, mais plus à l’est, le long de la vieille voie caravanière de Shâria’el Gharbî. Tripoli, Dâr el Mahfudhât (désormais DM), Magistrato per le espropriazioni di Tripoli, (désormais ME) Decisioni 1-100, vol. 168 ; AIU., n° 5229, 12/06/1912.

17 Cf. Salerno L., La polizia dei costumi con cenni storici sulla prostituzione, Lugo, tipografia editrice Trisi, 1922.

18 Cf. Istituto centrale di statistica del Regno d’Italia (ISTAT), Censimento della popolazione delle colonie italiane al 1° dicembre 1921, e rilevazione degli abitanti delle isole egee al 20 agosto 1922, Roma, Istituto Poligrafico dello Stato, 1930.

19 Cf. La Nuova Italia, 09/04/1919.

20 Quelques mois plus tôt, le même journal louait la qualité des maisons traditionnelles, plus fraîches et aérées (La Nuova Italia, 14/01/1917).

21 Sur le contexte général, voir : Del Boca, 1988 ; Labanca, 2002.

22 Cf. La Nuova Italia, 29/07/1919 et 20/09/1919.

23 Ibid., 14/01/1922.

24 Ibid., 19/06/1923.

25 Ibid., 21/11/1921.

26 Ibid., 14/01/1922.

27 Ibid., 12/11/1921.

28 Cf. Palumbo Cardella E., « Le opere pubbliche », AAVV, La rinascità della Tripolitania. Memorie e studi sui quattro anni di governo del conte Giuseppe Volpi di Misurata, Milano, Mondadori, 1926, p. 353-380, p. 367 ; Piccioli A., La Nuova Italia d’Oltremare. L’opera del fascismo nelle colonie italiane, Milan, Mondadori, vol. 2, 1933, p. 849-916.

29 Cf. DM, Travaux Publics (désormais TP), 48-1 ; La Nuova Italia, 10/11/1924, 18/02/1926, 19/03/1926, 25/03/1926.

30 Cf. Steer G. L., A Date in the Desert, London, Hodder and Stoughton, 1939, p. 132-133.

31 Cf. « Un progetto per il concorso della piazza della cattedrale di Tripoli ». Architettura e Arti Decorattive, IX, fasc. XII, 1929-1930, p. 571-576. Sur la place de la cathédrale, voir : Talamona, 1992 ; Von Henneberg, 1996.

32 Sur l’urbanisme colonial fasciste, outre les travaux de Von Henneberg et Fuller déjà cités, voir : Boralevi, 1979 ; Reitani, 1979.

33 Cf. La Nuova Italia, 21/10/1921.

34 Cf. D M, Magistrato per le espropriazioni di Tripoli (désormais ME), Albo delle decisioni 1-100, vol. 168.

35 Ibid., Jugement du 29/05/1924, n° 22.50.14. Voir aussi le jugement du 01/06/1924, n° 24.51.24.

36 Cf. DM, ME, jugement du 27 mai 1924 n° 21.45.3.

37 Cf. DM, TP, 45, f. 4, « Variante alle linee del piano regolatore interessanti Piazza Italia e zone adiacenti », 04/02/1928.

38 Ibid., jugement 21.28.14 du 09/10/1922.

39 Cf. DM, ME, jugement du 08/03/1931 n° 98.111.

40 Cf. DM, Beladya, 5-18.

41 Cf. National Scientific Research and Study Center (ex-Markaz Jihâd lîl Dirassât el Lîbyin – Lybian Studies Center), Tripoli (désormais NSRSC), dossier « Vendita di aree municipali al sig. L. Hannuna ».

42 Cf. NSRSC, Fiches de renseignements sur R. Cardini ; E. Michelotti, L. Bassi ; G. Bianchi ; F. Tosi ; M. Pozzati, A. Ottaviani et P. Trucchi.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Tripoli en 1912. La « città nuova » témoigne de l’extension hors les murs dans les dernières années de l’administration ottomane
Légende Source : Gresleri, Massaretti, 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 835k
Titre Figure 2 : Projet de plan régulateur présenté par l’ingénieur L. Luiggi, 1912
Légende L’extension programmée se caractérise par la division en grandes zones. D’ouest en est, on distingue une zone d’habitat ouvrier jouxtée au sud par un quartier indigène ; une zone pour classe moyenne et une zone bourgeoise le long du littoral.Source : Gresleri, Massaretti, 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26741/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Figure 3 : Tripoli en 1925, avec indication des nouveaux édifices en noir (à construire ou en cours de construction)
Légende Le littoral à l’est et les grandes artères des anciens faubourgs concentrent les principaux édifices. Le centre se déplace vers l’est alors que la médina reste pratiquement inchangée.Source : Gresleri, Massaretti, 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26741/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Figure 4 : Second plan régulateur de Tripoli, 1933
Légende Les différentes teintes de gris (ici malheureusement peu lisibles) distinguent les quartiers par types d’habitat, selon un mélange de critères raciaux et sociaux.Source : Gresleri, Massaretti, 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26741/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 666k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540