Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Troisième partie. Appropriations et valorisations de l'espace : quelles interactions ?

Introduction

Isabelle Backouche

Texte intégral

1Les interactions entre appropriation et valorisation de l’espace sont au cœur de cette troisième partie. Il s’agit à partir de terrains fort différents de mettre en évidence les différentes déclinaisons des effets respectifs de chacun des deux processus sur l’autre. Par delà cette diversité, les acteurs au centre des dynamiques décrites sont plutôt des groupes dominants, dotés d’attributs qui facilitent l’appropriation et renforcent la valorisation.

2Chacune des contributions place au centre de sa démarche la description fine des « groupes appropriateurs », par le biais des trajectoires individuelles ou collectives, afin de révéler les dimensions sociales de la dynamique d’appropriation. Le nombre, le rôle social, les activités des acteurs, et leurs « propriétés » en général, sont appréhendés en tenant compte de toutes leurs fluctuations afin d’historiciser la notion de « groupe social » et de se garder d’une réification de ces entités sociales. Ainsi, l’équipe bruxelloise adopte une approche quantifiée pour prendre en compte les évolutions du « marqueur » aristocratique et décrire les circulations entre le champ économique et le champ politique tandis que les élites municipales sont caractérisées comme plus mouvantes dans leur texture sociale comme dans leur localisation urbaine alors que David Goeury nous décrit ces « héros ordinaires » qui investissent les contrées lointaines et enclavées du Maroc et de l’Inde. Toutes les échelles d’appréhension du social, et les outils qu’elles mobilisent respectivement, sont recevables dans la mesure où une certaine forme de réflexivité accompagne le déploiement de la démonstration. Les contributions mettent aussi en valeur la diversité des outils mobilisables par les sciences sociales pour une telle approche : Claire Hancock et Marianne Guérois fondent leur analyse sur l’observation des évolutions du marché immobilier tandis que l’équipe bruxelloise privilégie la cartographie.

3Les auteurs s’efforcent également de définir les atouts que possèdent chacun des groupes pour s’installer sur l’espace observé, se l’approprier de façon durable en le façonnant. On aborde ici une des questions fondamentales de notre projet : saisir les interactions, et les constructions réciproques, des structures sociales et de l’espace matériel. En effet, il s’agit, à partir de ces cas empiriques, d’élucider la question suivante : est-ce l’installation des populations – parfois temporaire ou intermittente – qui déclenche la valorisation d’un espace ou bien est-ce une intervention sur l’espace (aménagement divers, désenclavement) qui attirent des groupes sociaux dans certains espaces ? Les combinaisons entre les deux types d’interactions sont multiples et l’expérimentation proposée par les articles ici réunis est une occasion pour cerner de plus près ces dynamiques.

4Ce sont tour à tour les aménagements immobiliers et urbains, les usages différenciés de l’espace public, la construction d’une capitale selon un plan régulateur et l’attraction des mondes lointains et leur mise en écriture qui sont les vecteurs, saisis « en pratiques », de cette opération complexe qui détermine aussi bien le changement urbain que le changement social. Et plusieurs des contributions montrent que l’entre soi ou la volonté de se distinguer contribuent à forger l’espace dans lequel ces groupes sociaux vivent. De tels processus déterminent les modalités de la croissance urbaine à Bruxelles, la fixation d’une centralité urbaine à Tripoli ou encore, la transformation de l’image d’un quartier périphérique à Paris.

5En complément, certaines contributions montrent les effets de l’inscription spatiale des groupes sur leur cohésion interne et sur les relations avec le reste de la société, parfois même au-delà des frontières étatiques dans lesquelles le groupe s’inscrit. En cela, les auteurs montrent tous les effets heuristiques de la variation d’échelle de l’analyse, sans qu’aucun niveau d’analyse ne l’emporte sur les autres et, bien au contraire, en cumulant les acquis produits par la variation de la focale. David Goeury fonde toute sa démonstration sur cette imbrication des échelles d’inscription des acteurs, configuration spatiale qui justifie son usage à lui des échelles d’analyse. Ainsi est mise en avant, et valorisée, une méthode d’analyse élaborée au regard des caractéristiques des terrains abordés. Ce refus de la gratuité ou de l’idée d’une boite à outils pré-existante est commun aux auteurs réunis ici. Dans la même optique, les effets de la valorisation d’un espace par un groupe sont appréhendés au-delà des limites de l’espace observé, abordant par là-même des modalités de valorisation sociale moins tangibles telles que la réputation, la notabilité ou la « boboisation ». Cet effet de « réputation » est central dans la dynamique qui affecte les espaces enclavés étudiés par David Goeury au Maroc et en Inde, et le 19e arrondissement parisien abordé par Claire Hancock et Marianne Guérois. De même, l’enjeu de la construction d’une capitale en Libye dépasse les frontières de cette colonie italienne.

6Enfin, une fois décryptées les modalités de la valorisation respective d’un espace et d’un groupe social, il reste à analyser les effets de domination éventuellement produits c’est à dire tenter de mesurer les effets sociaux plus généraux des processus observés comme par exemple les stratégies nobiliaires à Bruxelles observées sur la longue durée qui polarisent l’espace urbain de façon variable. En ce sens, l’observation et l’analyse proposées par les contributions réunies dans cette section n’ignorent pas les effets politiques du jeu entre les dynamiques sociales et l’usage de l’espace, sachant qu’il est parfois central comme dans le cas de Tripoli décrit par François Dumasy.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable