Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Deuxième partie. Prescriptions politiques et conflits d'usages

Acteurs et pratiques de la gestion communale bamakoise

Tensions et clivages entre normes et stratégies citadines

Moussa Touré

Texte intégral

1Ce chapitre donne l’occasion de jeter un regard analytique et critique sur les pratiques et les différentes politiques urbaines à l’œuvre à Bamako, capitale du Mali en pleine expansion démographique (voir encadré). Cette ville a longtemps révélé des tensions manifestes entre l’application de « normes » imposées, le plus souvent de l’extérieur, et les stratégies citadines d’accession à la propriété ainsi mises sous contraintes. Pour analyser ces transformations socio-territoriales, une approche diachronique permet tout d’abord de rendre compte du poids des héritages et des différentes logiques associés aux politiques urbaines successives, lesquelles présentent de réelles continuités depuis la colonisation française. La première logique, qui remonte en effet à cette dernière, est fondée sur une idéologie de conquête et d’exploitation. La deuxième est celle de l’État souverain marquée par l’affirmation des principes de l’État-Providence et de l’obsession de l’urbanisme intégral. La troisième enfin, qui est en cours aujourd’hui, est caractérisée par l’intervention des bailleurs de fonds, notamment de la Banque mondiale (BM). Cette dernière orientation débouche sur une gestion financière des marchés et des clientèles fléchées.

  • 1 Sur les 33 quartiers spontanés que compte le district de Bamako, 24 sont concernés par cette opéra (...)
  • 2 L’ACI, la Banque de l’Habitat du Mali et le Fonds de Garantie hypothécaire constituent les trois d (...)

2Une approche synchronique permettra dans un second temps de mettre en lumière les processus d’exclusion et de fragmentation sociale, les inégalités qu’ils engendrent ainsi que les tensions et clivages produits par ces « politiques » urbaines au travers de deux segments de la gestion urbaine : d’une part la régularisation, ou le retour aux normes, des quartiers dits « spontanés » ; et d’autre part, la marchandisation des procédures d’attribution du foncier et de l’immobilier. Le premier segment, la régularisation des quartiers irréguliers, initié sous le nom de « Sauvons notre quartier » par les autorités du District de Bamako en avril 1993, est l’une des premières grandes mesures entreprises en faveur de quartiers « spontanés » qui représentent près de 45 % de la population bamakoise1. Sa mise en œuvre, considérée comme un banc d’essai de la démocratie participative, a abouti à de nombreux blocages, à des conflits d’intérêts, des détournements, ainsi qu’à l’exclusion de la majorité des habitants pour lesquels il avait pourtant été décidé. Le deuxième segment, celui de l’accès au foncier et à l’immobilier, est entré dans l’ère de la privatisation depuis le début des années 1990, sous la contrainte de la Banque mondiale qui a imposé la création des organismes fonciers et immobiliers. Cette politique laisse peu de possibilités d’accès à la propriété du sol et du logement pour la majorité des citadins. Notamment, les produits proposés par l’Agence de Cession immobilière (ACI)2, gestionnaire des dernières réserves foncières bamakoises, sont soumis au principe de la vente aux enchères qui opère comme un filtre socialement sélectif au détriment des revenus modestes, composante pourtant essentielle de la population citadine.

  • 3 Cf. RGPH, Recensement général de la population et de l’habitat, Bamako, Direction nationale de la (...)
  • 4 Le découpage administratif au Mali considère la région (au nombre de huit) comme l’échelon adminis (...)
  • 5 La troisième révision du Schéma directeur d’Aménagement et d’Urbanisme n’est pas encore approuvée.

Encadré : la forte croissance urbaine de Bamako
La capitale du Mali, à l’instar de toutes les grandes villes africaines, connaît depuis plusieurs décennies déjà un dynamisme démographique et une extension spatiale exceptionnels.
Avec une croissance démographique de 5 % par an, supérieure à la moyenne africaine (de l’ordre de 3 %), sa population ne cesse d’augmenter à un rythme effréné. Elle passe ainsi de 658 275 habitants en 1987 à 1 016 296 habitants en 1998, alors que sur la même période, la population urbaine du Mali est passée de 1 664 088 à 2 502 887 habitants3. La part de la population de Bamako dans la population urbaine du pays s’est donc elle aussi accrue, pour atteindre 40,6 %. En outre, l’écart s’est fortement creusé par rapport à Segou, la deuxième ville du pays : Bamako était déjà sept fois plus importante en 1987, elle l’est dix fois plus en 1998. Cette situation confère à la métropole un rang et une place spécifiques dans l’armature urbaine nationale avec un statut de district comparable à celui de région4.
Sur le plan administratif, l’agglomération est composée de six communes et d’une soixantaine de quartiers situés de part et d’autre du fleuve Niger : au nord, les quatre premières communes (I, II, III, et IV) qui comprennent le vieux centre et les premiers lotissements ; au sud, les communes les plus récentes (V et VI) sur lesquelles progresse aujourd’hui l’urbanisation bamakoise. Actuellement, le rythme de l’expansion urbaine déborde, pour une large part, des limites administratives de ce district qui se trouve confiné dans le cercle de Kati : le périmètre d’urbanisation de Bamako, intègre, en plus de la commune urbaine de Kati, treize communes rurales composées de 163 villages (SDAU de Bamako, 3e révision5, 2005). Trois grandes oppositions marquent la répartition spatiale de la population : Nord/Sud ; centre/périphérie ; lotissements réguliers/extensions irrégulières.
Ce sont ces dernières qui ont absorbé la plus grande partie de la croissance démographique : elles renferment près de 45 % de la population de Bamako (Bertrand, 2000). Sur la soixantaine de quartiers qui composent la ville, 33 sont des quartiers irréguliers ou « spontanés ».

3L’analyse des marchés fonciers et immobiliers et des processus de fragmentation sociale et d’exclusion s’appuiera sur des données primaires issues d’enquêtes par questionnaire, des entretiens et des observations de terrain réalisés à Bamako dans le cadre de la réalisation d’une thèse de doctorat en cours portant sur les marchés fonciers et immobiliers et les pratiques et mobilités résidentielles à Bamako. Seront mis à profit également les résultats d’enquêtes réalisées dans le cadre de la réalisation d’un mémoire de master 2 sur les processus de la réhabilitation des quartiers spontanés dans le district de Bamako, ainsi que d’autres données secondaires composées de documents officiels, des ouvrages scientifiques (publications, thèses, mémoires et autres, etc.).

4Partir d’une approche non apologétique des discours et des politiques sur la ville, alors que l’entretien du développement social urbain et que le financement de l’urbanisation sont constituent le talon d’Achille des autorités publiques, permet de comprendre que la fabrique sociale de la ville par le plus grand nombre des urbains, les plus modestes – la ville « d’en bas » – reste une dimension incontournable du façonnement de l’urbanité africaine. Cependant, face à la crise économique qui a engendré la pénurie financière et l’incurie de ces pouvoirs publics, l’articulation entre la ville « d’en bas » et la ville « d’en haut », reste une donnée essentielle de l’agir urbain.

DES POLITIQUES URBAINES AU SERVICE DE LOGIQUES OU DOCTRINES EXOGÈNES

5Comme dans la plupart des pays colonisés par la France, l’évolution des politiques urbaines au Mali est marquée par trois logiques (Massiah, Tribillon, 1999, p. 13) qui correspondent à trois moments importants de son histoire contemporaine. La première est la logique coloniale, fondatrice du droit moderne, qui institue le principe de l’immatriculation en référence à sa théorie du « domaine éminent et des terres vacantes et sans maître » et à sa volonté de domination et d’exploitation. La deuxième est la logique étatique, qui caractérise la plupart des interventions publiques des nouveaux États indépendants. Ces derniers, en ne remettant pas en cause systématiquement les politiques issues de la colonisation, ont imposé des réformes centralisatrices, autoritaires mais aussi volontaristes. La troisième, celle en cours actuellement, est « mondiale » et marquée par l’entrée en scène de la Banque mondiale dans les questions urbaines depuis le début des années 1970. Elle se caractérise par l’imposition de projets de gestion urbaine en relation avec les fameux « programmes d’ajustement structurel » mis en œuvre (Osmont, 1995). Si les deux premières logiques (coloniale et étatique) peuvent être considérées comme centralisatrices et d’autoritaires, du fait qu’elles visent à marquer la toute puissance de l’État dans les réformes engagées, la logique mondiale cherche quant à elle à limiter les interventions de l’État par la mise en place de réformes d’inspiration néolibérale basée sur la privatisation et la création de nouveaux marchés.

La logique coloniale et l’émergence des principes du droit moderne

  • 6 La logique coloniale privilégie d’abord les capitales et les villes côtières, par rapport aux autr (...)

6En référence à la théorie du « domaine éminent et des terres vacantes et sans maître », le colonisateur français imposa par décret (du 24 juillet 1906) le régime de l’immatriculation qui devint l’outil juridique de l’appropriation foncière. Pour répondre à sa mission de conquête et d’exploitation, des politiques sont menées en matière de développement urbain. La ville de Bamako, conquise en 1883, devint dès 1908 la nouvelle capitale du Soudan français - au détriment de celle de Kayes, située à l’ouest et jugée trop excentrée - et bénéficia de plusieurs investissements pour répondre à sa nouvelle vocation. Ces investissements sont fondés sur la ségrégation associée à une logique d’exploitation privilégiant les grands centres (suivant leur position et leur fonction dans la hiérarchie du découpage territorial colonial)6.

7Cette logique s’applique dans le domaine des politiques publiques en matière d’urbanisme et d’habitat à travers la forme du « lotissement ». À côté du centre européen, situé entre la gare ferroviaire et le fleuve Niger et composé de bâtiments pour les services administratifs et les résidences du personnel, l’administration coloniale décida en effet de créer les premiers lotissements pour les populations indigènes de Bamako, et ce en rasant l’ancien village et en imposant le permis d’habiter. Ces lotissements, construits en 1918 à l’est et à l’ouest du centre européen, formèrent la première couronne des quartiers de Bamako (Niaréla, Bagadadji, Médina Coura, Bamako Coura, Dravéla, Bolibana, Darsalam, N’Tominkorobougou). Après la réalisation du premier Plan d’urbanisme de Bamako en 1946, prévoyant la réalisation d’infrastructures et équipements divers (réseaux d’adduction et d’évacuation des eaux, réseaux d’électricité, artères bitumées, etc.), une deuxième opération de lotissement a été réalisée en 1948, en continuité des quartiers existants, avec la même structure en damiers, à l’est (Missira) et à l’ouest (Hamdallaye, Badialan, Ouolofobougou). Entre ces quartiers tramés s’étaient développés d’autres lotissements (à Quizambougou et à Niaréla Sud).

8À partir de 1945, la ville a connu une grande expansion, grâce à l’élan insufflé par le gouverneur de Bamako (Edmond Louveau). De grands travaux sont alors réalisés (pont sur le Niger, maison des Combattants, mosquée, Collège moderne de Jeunes Filles, École des Travaux publics d’Afrique, etc.) et de nouveaux services publics sont créés (voirie et hygiène), tandis que l’on aménage des places publiques et des rues. Dans la même lignée, en vue de développer l’activité de promotion immobilière, l’administration coloniale française a mis en place des sociétés immobilières et de crédit pour ses colonies d’Afrique : la Société immobilière d’Afrique Équatoriale (SIAEF), créée en septembre 1949 pour l’Afrique équatoriale française (AEF) ; et la Société immobilière du Cap (SICAP) créée en juillet 1950 pour l’Afrique occidentale française (AOF). Dans chaque territoire, une société de crédit fut mise en place, qui joue le rôle de relais aux appuis financiers de ces dernières structures afin de développer l’activité de promotion immobilière. Ces différentes structures devaient redonner du souffle à l’Office des Habitations économiques (OHE), créé en 1926 en AOF et réformé en 1949 pour fournir aux Africains des logements et des lotissements économiques. L’OHE devint en 1952 l’Office centrale des Habitations économiques (OCHE) avec la création des offices publics dans chaque territoire, notamment au Sénégal, en Mauritanie, au Soudan, au Niger, en Haute Volta et au Dahomey. La volonté du pouvoir colonial « s’inscrit dans un projet économique qui vise à faire de cette population les agents d’un développement capitaliste à l’intérieur des colonies, et à constituer de nouvelles élites sociales » (Poinsot, Sinou, Sternadel, 1989, p. 187).

9Ces investissements immobiliers, aussi importants qu’ils ont pu être, n’ont pas toujours suscité l’adhésion des habitants pour plusieurs raisons : faiblesse des revenus, inadaptation des logements à leur mode de vie, coûts élevés des matériaux de construction, du sol et des logements, lourdeur des procédures de financement, etc., écartaient d’emblée la majorité des populations cantonnées dans les lotissements indigènes.

La logique étatique, celle de l’urbanisme intégral ou de l’État-providence

10La plupart des États africains ayant accédé à l’indépendance n’ont pas remis en cause immédiatement les réformes foncières et immobilières engagées par l’administration coloniale.

« Les villes post-coloniales sont les supports des nouveaux États. Elles constituent les espaces premiers de leur déploiement, de la construction de leurs bases sociales et de la mise en place de leur symbolique. Elles mêlent l’ancien et le nouveau, la continuité et la rupture. » (Massiah, Tribillon, 1987, p. 40)

11Le nouvel État du Mali, à l’instar des autres États africains, a été confronté dès les premières années de l’indépendance à une poussée démographique très forte, associée à une migration massive de populations issues non seulement des campagnes (touchées par les effets des sècheresses et l’attrait né de l’euphorie de l’indépendance en 1960) mais surtout du Sénégal (suite à l’éclatement de la fédération du Mali regroupant le Sénégal et l’ex-Soudan français). La population de Bamako est passée quasiment du simple au double entre 1958 et 1960, soit de 76 000 à 130 000 habitants (Bléneau, La Cognata, 1972). Pour répondre à ces fléaux, l’État malien opta, d’une part, pour des mesures autoritaires en vue d’enrayer l’afflux massif de populations (en instituant un laissez-passer pour les populations rurales, en les refoulant dans les campagnes, en fixant des loyers plafonds, etc.), et d’autre part, pour le principe du lotissement et de la promotion immobilière. De 1960 à 1968, le régime socialiste de Modibo Keita engagea une politique volontariste qui se manifesta par l’omniprésence de l’État dans tous les secteurs : c’était l’époque de l’État-providence qui tenta de répondre aux besoins de toutes les populations. Des lotissements sont réalisés (à Lafiabougou et Djicoroni Para à l’ouest de la ville, à Quinzambougou à l’est, à Badalabougou et Quartier Mali au sud, sur la rive droite du Niger).

12Dans le domaine de la promotion immobilière la Société d’Équipement du Mali (SEMA) fut créée en 1961 afin de mettre des logements décents à la disposition des jeunes cadres maliens de l’administration. La Banque de la République du Mali (appelée Banque de Développement du Mali : BDM) assurait leur financement à travers un le Fonds d’investissement pour les jeunes cadres, avant que ne soit mis en place plus tard, en 1967, le Fonds national du Logement. Entre 1962 et 1964, la SEMA réalisa les programmes de logement de Badalabougou I et II qui comprenaient 218 logements. Le coût de construction de cette première tranche de logements s’éleva à 125 millions de francs maliens et celui de l’aménagement des sites et services à 70 millions (soit environ 36 % du coût du projet). De 1964 à 1968, la SEMA acheva la construction du programme de Badalabougou III qui comportait 182 logements, avec un coût de 200 millions pour la construction et 55 millions pour l’aménagement des sites et services (soit environ 28 % du coût du projet). Les réalisations de la SEMA, en plus du fait qu’elles s’adressaient à une clientèle solvable, étaient insuffisantes : de sa création en 1961 à sa privatisation en 1992, elle n’a pu réaliser que 1 500 logements, soit moins de 50 logements par an. Les actions menées sous ce premier régime, même si elles sont volontaristes, sont demeurées inefficaces face à l’ampleur des besoins, alors que le pays devait faire face à sa première crise liée à la dévaluation du franc malien, aux mesures de rationnement alimentaire et aux remous des couches populaires lassées par les exactions de la milice politique. Le coup d’état militaire intervenu en novembre 1968 mit fin à ce premier régime.

La logique mondiale, marquée par la libéralisation des marchés fonciers et immobiliers

13Une logique que l’on pourrait qualifier de « mondiale » s’est imposée dans la plupart des pays en développement où intervient la Banque mondiale (BM) dans les politiques urbaines. L’entrée en scène de cette institution remonte à l’année 1979, date à laquelle a été lancée le premier Projet urbain du Mali (PUM) financé par la BM. Ce premier PUM comprenait une série de mesures pour enrayer la « crise urbaine » qui touchait les villes du pays et notamment sa capitale depuis le début des années 1970 et qui a conduit à un « gâchis foncier » dont la traduction fut la prolifération des quartiers spontanés. L’inefficacité et la déficience des politiques de planification ont en effet abouti : 1) à des pratiques clientélistes de délivrance de lettres d’attribution dans les lotissements administrés ; 2) à une insuffisance de récupération des frais d’édilité (frais de bornage) et de viabilisation ; 3) au sous-équipement de la plupart des quartiers et la faiblesse des rentes locatives ; 4) à la précarité des droits d’occupation du sol, pour la plupart non formalisés…

  • 7 Trois grands projets urbains (PUM), financés par la BM, se sont succédés au Mali : le premier de 1 (...)

14Cependant, le premier PUM, comme les deux autres projets qui l’ont succédé7, s’inscrivait dans l’évolution de la doctrine de la BM depuis le début des années 1970 (Osmont, 1995). Dans un premier temps, la doctrine prônait le désengagement de l’État de la sphère productive à travers la création de dispositifs allégés (« dé-bureaucratisés ») de gestion foncière et immobilière, d’enregistrement des droits et de procédures de régularisation pour les quartiers « spontanés ». À Bamako, la création de l’Agence de Cession immobilière (ACI), et le programme de réhabilitation des quartiers spontanés « Sauvons notre quartier », illustrent bien cette évolution. Dans un deuxième temps, répondant à la dimension sociale de l’ajustement structurel au cours des années 1990, l’approche de la BM s’élargit sur les autres composantes de la question urbaine en intégrant les services essentiels : l’accès à l’eau, à l’assainissement, à l’éducation de base et aux soins de santé primaires, etc. Le troisième PUM, dénommé Décentralisation et Infrastructures, reflète bien cette logique. Enfin, la dernière tendance de la doctrine de la BM, de portée néolibérale, a conduit au fléchage des investissements sous l’angle de la capacité à payer (« wellingness to pay ») et à se mobiliser. C’est bien le critère de la solvabilité qui est la condition d’accès aux produits de l’ACI et de la Banque de l’Habitat du Mali (BHM), les principaux organismes dans le domaine de l’accès au sol et au logement.

LA MISE À L’ÉPREUVE DES PRESCRIPTIONS DES BAILLEURS : TENSIONS ET CLIVAGES AUTOUR DE LA GESTION COMMUNALE

15La seconde partie de cette analyse portera sur les pratiques des acteurs autour d’une gestion communale émaillée de tensions et de clivages sociaux. Selon une approche synchronique cette fois, nous tenterons de mettre en lumière les processus d’exclusion et de fragmentation sociale engendrés par ces « politiques urbaines », ainsi que les inégalités qu’ils engendrent, au travers de deux segments de la gestion urbaine : « par le bas », la régularisation ou le retour aux normes des quartiers dits « spontanés », et « par le haut », la marchandisation des biens fonciers et immobiliers. Ces deux composantes de l’offre foncière et immobilière s’inscrivent dans la logique des projets urbains (PUM) et dans la poursuite des Programmes d’Ajustement Structurel (PAS) imposés par la BM depuis le début des années 1980 et articulés autour de quelques idées de base : déréglementation et réduction des interventions publiques, privatisation et transparence financière. Il s’agit de renforcer le rôle du marché en créant les conditions d’une « meilleure efficacité économique » et de sortir de l’opacité des pratiques bureaucratiques et clientélistes de l’État. D’une politique d’ajustement structurel renforcée dans les années 1980, on passe aujourd’hui, après un constat d’échec, à la prise en compte de « la dimension sociale de l’ajustement » incarnée par les slogans : la « lutte contre la pauvreté », la « bonne gouvernance », la « participation des forces vives du local » (sociétés civiles et populations), la « proximité » et « l’idéal communautaire », etc. La gestion urbaine bamakoise traduit bien ces politiques au travers de ces deux segments de la « normalisation » de la gestion urbaine qui « se réoriente ainsi de la production d’une offre publique, subventionnée, à la gestion financière des marchés et des clientèles fléchées » (Bertrand, 2003a et 2003b). Pourtant, en contribuant au verrouillage de l’accès au sol et au logement et en laissant peu de place aux stratégies citadines, celle-ci aboutit, du coup, à des tensions et des clivages autour des dispositifs mis en œuvre.

Le bas de gamme du marché : l’opération « Sauvons notre quartier »

  • 8 Cf. République du Mali, Banque mondiale, 1979, Premier Projet Urbain du Mali. Rapport final, Paris (...)
  • 9 Populations chassées, par la puissance publique, des quartiers d’occupation illégale, à la suite d (...)

16Le programme de réhabilitation dénommé « Sauvons notre quartier » (SNQ) a été initié en avril 1993 par les autorités du District de Bamako. Il concernait 24 des 33 quartiers irréguliers que comptait la capitale malienne. Préconisé par le premier PUM élaboré sous l’impulsion de la BM, il constituait une réponse à l’urbanisation incontrôlée, à l’incurie de la planification urbaine et au « gâchis foncier » des années 1970 : « non seulement l’État lâche les terrains, mais il n’en tire aucun profit. Est-il encore admissible, pour les responsables de la collectivité publique de laisser ainsi passer des milliards, quand celle-ci est si pauvre8 ? » Il s’agissait donc de doter ces quartiers de trames viaires, d’équipements et services sociaux de base, d’assurer la sécurité foncière et le recouvrement des coûts des réalisations. Le programme concernait également les zones de recasement pour les populations déplacées ou « déguerpies9 » et devait s’étaler sur une durée de trois ans. Cette opération a conduit à la mise en place de commissions locales de concertation et de suivi dont sont parties prenantes les différents acteurs impliqués : les acteurs institutionnels (représentants des municipalités et du district) mais aussi les populations concernées.

  • 10 Ce terme bambara désigne de manière allégorique « pousses-toi de là que je m’y mette », de sonsoro(...)

17La mise en œuvre de SNQ, en même temps qu’elle constituait un banc d’essai de la décentralisation et de la démocratie locale, par le jeu des acteurs autour de la gestion foncière, offrait l’occasion de mettre en lumière le décalage entre les idéalités ou normes affichées et les pratiques concrètes sur le terrain. En toile de fond, SNQ s’inscrivait bien dans les discours ambiants relatifs à la « dimension sociale de l’ajustement », à la « lutte contre la pauvreté », etc., à mettre au profit des quartiers spontanés symbolisant la pauvreté : pauvreté de migrants issus des campagnes et reproduisant leurs pratiques d’habiter en sonsorobugu10 ; de couches citadines paupérisées par les effets de la crise de l’emploi, de l’ajustement structurel et ses corollaires (compressions et dévaluations), et au nombre desquelles une grande partie des couches moyennes « tirant le diable par la queue » et n’arrivant pas à se loger dans « la ville légale ». En outre, ces discours sont utilisés en contrepoids des pratiques gestionnaires étatiques antérieures fondées sur l’exclusion, les casses et les déguerpissements au bulldozer auxquels une grande frange des populations citadines était exposée. Ils se placent également dans la continuité de thèses qui avaient cours, notamment celles de J.-F. Turner sur l’initiative populaire en matière d’auto-construction, reprises par les « Conférences sur l’habitat du plus grand nombre » (sous l’égide des Nations unies). L’argument principal est que la sécurisation foncière, en étant le gage d’un meilleur investissement du citadin dans la ville et de la mobilisation de son épargne, permet le ciblage de la demande et de sa taxation. La condition de l’intégration à la ville s’entend désormais sous l’angle de la solvabilité, de la capacité à payer (« wellingness to pay ») et à se mobiliser. Atteindre cet objectif amène les politiques à être plus proches des citadins, à travers la simplification ou la dé-bureaucratisation des procédures d’accès au sol et au logement.

18Cela dit, malgré l’affichage des nobles objectifs d’intégration des populations et des espaces à la ville légale à travers la participation de celles-ci à la prise en charge des coûts des services réalisés (coûts de viabilisation, frais d’édilité, etc.), SNQ a tourné court face à l’ampleur des difficultés liées aux pratiques des acteurs, entraînant des tensions et des clivages autour de la question de la réhabilitation. Le programme SNQ devait, dès sa conception, faire face à un problème atavique relatif aux moyens de son financement, les instances supérieures de l’État se désengageant des responsabilités qui étaient les siennes auparavant et qui, dans d’autres contextes et projets semblables, étaient pleinement assumées (à l’image des opérations de restructuration de quartiers au Sénégal ou au Burkina Faso). Laissée aux soins de la maîtrise d’œuvre locale, celle des structures institutionnelles régionale et communale, l’opération était perçue comme un test de leur capacité gestionnaire, et par ricochet de la mise en route de la « gestion partagée » et de la démocratie au niveau local. Le programme a été lancé pour 24 quartiers (sans prendre le soin de faire une expérience test qui aurait servi à corriger d’éventuelles insuffisances).

Le quartier de Djicoroni Para en proie à la montée des convoitises et stratégies citadines d’appropriation foncière

  • 11 Depuis 1932, avec la création de l’Institut Marchoux, il abrite les populations malades de la lèpr (...)
  • 12 Nouveau centre moderne concentrant les meilleurs équipements et infrastructures de la capitale mal (...)

19Pour illustrer ces tensions et clivages entre normes et stratégies citadines, prenons l’exemple du quartier Djicoroni Para, situé dans la partie ouest du district de Bamako, en commune IV. Ancien village rattrapé par l’urbanisation incontrôlée dès le début des années 1970, il représente l’archétype de quartier sousintégré, pauvre, insalubre et mal famé11. Cela dit, bénéficiant d’une position stratégique du fait de son voisinage de la zone ACI 200012 et de sa proximité du centre-ville, il est devenu une cible prioritaire des convoitises et des stratégies d’appropriation foncière des Bamakois qui aspiraient « à l’acquisition de parcelles et de manière obsessionnelle… car, la terre constitue à la fois, une valeur d’usage et la reconnaissance sociale en ville » (Bertrand, 1990, p. 212). La question de la réhabilitation des quartiers « spontanés » remonte à la mise en place du premier PUM de 1979. Dans le cadre de ce projet, les quartiers concernés ont été recensés et des zones de recasement ont été prévues à proximité des tissus anciens. Dès 1987, le quartier de Djicoroni Para avait entamé le processus de sa réhabilitation à travers la mise en place d’une première commission chargée de collecter les fonds nécessaires aux études préalables aux travaux de sorties des voies et à la constitution des listes de bénéficiaires. Devant la montée en puissance du fait associatif, liée à la ferveur du changement politique consacré par la chute du régime dictatorial et l’installation de la démocratie multipartiste en 1991, une nouvelle commission fut mise en place pour la conduite de l’opération. À Djicoroni Para, les secteurs ont été concernés (Djénékabougou, Mariambougou, Saint-Damien, Troukabougou, Abdoulayebougou, Tintincoumba, une partie de Flabougou et de Dontemé I). Mais de tous ces secteurs, c’est le secteur de Djénékabougou qui occupe une place centrale dans le programme. C’est aussi le secteur où la mise en œuvre des opérations a le plus défrayé la chronique à Bamako. À la différence de certains quartiers comme Sabalibougou (en commune V) ou Niamakoro (en commune VI) par exemple, le problème de l’espace de recasement ne se posait pas dans ce quartier : le Gouvernorat du District, chargé de la maîtrise d’œuvre déléguée, avait attribué à la commune un espace de plus de 38 hectares sur une zone attenante, sise sur l’ancien site aéroportuaire de Hamdallaye. La commission de réhabilitation, qui comprenait 22 membres parmi lesquels sept représentants de la population, a pu constituer une liste des bénéficiaires de lots de recasement : celle liste se montait à 1 384 ménages au lieu des 785 enregistrés par la première commission avant 1991. La conduite de l’opération a fait naître des tensions et des clivages entre les différents acteurs sur fonds de détournement des zones de recasement en faveur d’une clientèle extérieure et plus riche. Les nombreuses frictions et concurrences apparues entre les acteurs tant institutionnels (Gouvernorat du District et mairie de la commune IV) que socio-politiques (autorités coutumières, partis politiques, associations de populations, etc.) ont conduit à des blocages et même à l’arrêt de l’opération de 1996 à 2001, date à laquelle une décision politique nationale a interdit la poursuite de toute opération foncière sur l’ensemble du territoire national.

20Les tensions et clivages se manifestèrent sous forme de guerres de positionnement et de légitimité entre ces différents acteurs en présence : (nombreuses) associations de défense des intérêts des populations, ONG, autorités coutumières, représentants des partis politiques, représentants de la mairie de la commune IV, etc. Les autorités coutumières fustigeaient l’attitude de certains acteurs soupçonnés de lui dénier le premier rôle dans la conduite de l’opération. Étaient notamment visés la coordination des partis politiques dont l’attitude était jugée « fractionnaire et dangereuse », et la maire de la commune qu’elles rendaient responsable de « de la division sociale qui entoure le lotissement et la chefferie traditionnelle ». De l’autre côté, les différents représentants des populations et les associations, auxquels s’ajoutèrent les responsables des partis politiques signataires du Pacte républicain (PSPR), dénoncèrent les « magouilles » de la commission de réhabilitation. Des représentants de la mairie impliqués dans la gestion de l’opération invitèrent le maire à prendre des mesures contre les responsables de ces irrégularités. Sous leur pression, une commission de vérification établit les faits, en mettant à nu les irrégularités et les cas de fraudes dont les responsables civils, politiques ainsi que la presse ont largement fait écho. Ainsi, le contrôle a révélé que, sur les 228 parcelles distribuées, seules 104 étaient légales. Sur les 124 parcelles restantes, 116 avaient été irrégulièrement distribuées à des personnes n’ayant aucun lien avec le recasement, tandis que huit autres parcelles avaient été attribuées aux représentants de la mairie. Par ailleurs, la commission de réhabilitation avait reçu une somme d’un montant de six millions de francs CFA de la part d’une trentaine d’opérateurs économiques sous prétexte de financer la poursuite des opérations… alors que ces fonds n’ont jamais été utilisés pour ce faire. Les révélations sur la mauvaise gestion de la commission ont aussi permis de constater que 55 parcelles avaient été attribuées aux techniciens chargés de mettre en œuvre l’opération.

  • 13 Ce document est intitulé « Les attributions frauduleuses de lots à Djicoroni Para avec la bénédict (...)

21Un bras de fer s’engagea entre d’un côté la commission de réhabilitation mise en cause, qui essaya de faire contre mauvaise fortune bon cœur, forte de l’appui du maire sans lequel elle ne pouvait être dissoute, et de l’autre les acteurs civils et politiques qui revendiquaient sa dissolution. Dans un document faisant état de ces cas de fraude13, ces derniers réclamèrent que celle-ci soit «écartée à défaut d’être sanctionnée pour sa faute ». Ils dénoncèrent également la connivence entre cette commission et le maire qui, en dépit de la demande faite par le Gouverneur de dissoudre la commission, continua de lui apporter son soutien contre la volonté de la population.

« C’est ainsi, dirent-ils, qu’en dépit du vol dont la sous-commission s’était rendue coupable, vol qu’elle a même reconnu, le maire a félicité la sous-commission devant témoins et l’a assuré de son soutien, qu’il ne trahirait jamais la sous-commission et que pour la défendre, il mettrait son mandat en jeu. »

22Devant l’entêtement du maire et de ses partisans qui poursuivirent les opérations d’ouverture des voies en procédant à la démolition des maisons concernées, une partie des habitants mobilisés par les associations et les partis politiques optèrent pour l’affrontement. Le passage du bulldozer se fit ainsi dans une atmosphère surchauffée : d’un côté, la commission de réhabilitation qui réunit une foule de partisans avec tam-tams et applaudissements pour gagner l’adhésion de la population à son action, et de l’autre le groupe de justiciers et leurs partisans, en majorité des jeunes, qui s’opposèrent à la poursuite des opérations, arguant de la dissolution de la commission même si celle-ci n’était pas encore officielle. L’affrontement fut évité in extremis grâce à l’intervention des forces de l’ordre qui, à coup de gaz lacrymogènes, parvinrent à disperser les protagonistes. Cet épisode de l’opération de réhabilitation fut relayée par les adversaires comme par les partisans, ainsi que par les journaux à travers certains titres évocateurs : « Les derniers feux du désordre ? » écrivait le journal L’Essor ; tandis que L’Aurore titrait : « Mairie de la commune IV : le dernier recours ! » ; quant à Les Échos, ils affichèrent : « 116 cas de fraudes décelés » et « Interdiction musclée de photographier »… Devant l’entre-déchirement des groupes rivaux, le gouverneur du district tint à prononcer un discours de fermeté :

  • 14 Cf. Le Républicain, n° 59, 27 octobre 1993, p. 3.

« De grâce, aidez-moi ! Je souffre d’une maladie qui me ronge lentement mais dangereusement. Toutefois, si vous ne pouvez pas m’aider, je chercherai, moi-même la solution à mon mal14. »

23L’allusion était claire et la menace à peine voilée : si vous, habitants de Djicoroni Para, n’arrivez pas à vous entendre sur la réhabilitation, le district s’en occuperait et ce serait tant pis pour vous !

Les angles morts de la démocratie participative : « magouilles », détournements, privations et montée des inégalités sociales dans les communes du district de Bamako

24Dans la plupart des zones concernées par SNQ, les lots attribués dans le cadre du recasement des populations déguerpies à la suite des casses, ont été détournés par certains membres de la commission en complicité avec les autorités communales et certains techniciens chargés de l’élaboration des plans de bornage. Comme on peut le constater avec le tableau ci-dessous (fig. 1), à Djicoroni Para, 74 % des déguerpis n’ont pas reçu de parcelle de recasement. La zone initialement prévue a été en grande partie vendue à des personnes nanties qui n’avaient rien à voir avec l’opération en cours. Finalement, ces déguerpis sont restés sur place, attendant que leur soient attribuées des parcelles en bonne et due forme avant de quitter les anciens sites, bloquant ainsi la poursuite des opérations. Même si les différentes commissions de contrôle et d’enquête mises en place par les instances supérieures de l’État (ministère des domaines et des collectivités territoriales, Assemblée nationale, etc.) ont pu établir et confirmer les détournements de parcelles dans ces zones, les nouveaux attributaires ne se sont pas sentis inquiétés, car beaucoup d’entre eux avaient fait construire précipitamment sur ces parcelles en vue de mettre les autorités devant le fait accompli.

Figure 1 : Bilan de SNQ à Djikoroni Para

Figure 1 : Bilan de SNQ à Djikoroni Para

Source : Rapport Commission de contrôle, Assemblée Nationale, 2001.

25Si, pour les déguerpis de Djicoroni Para et des autres quartiers de la commune IV, une nouvelle zone de recasement de 100 ha a été trouvée en périphérie ouest de la commune IV (à Kalabambougou, loin des anciens tissus urbains), ce n’est toujours pas le cas pour les quartiers concernés dans les autres communes, après plusieurs années d’attente. Dans les communes I, III, V et VI, les zones de recasement ont connu les mêmes problèmes de détournement de parcelles par les membres des commissions de réhabilitation et les équipes municipales qui ont géré les opérations de réhabilitation. À l’exception du maire de la commune III, les trois autres ont tous fait l’objet de poursuites judiciaires et d’arrestation pour détournement et vente illégale de lots de recasement. Par conséquent, dans la plupart des cas, les bénéficiaires de parcelles n’avaient reçu qu’une simple notification sans aucune valeur juridique et il n’y avait pas de plans approuvés, ce qui ajoutait à la confusion pour l’identification des parcelles dans les zones de recasement. Dans les anciens tissus ayant fait l’objet d’un début de réhabilitation à travers le tracé des voies, les personnes maintenues ont été moins enthousiastes à poursuivre le processus de régularisation aboutissant à l’acquisition de lettres d’attribution dès lors qu’elles se sentaient à l’abri d’un éventuel déguerpissement sur les sites déjà remembrés et qu’elles n’avaient pas vu se mettre en place les équipements et les infrastructures prévus dans le cadre du cahier de charge de l’opération.

  • 15 Le dernier recensement de la population réalisée en 1998 a estimé leur proportion à 46 % de la pop (...)

26Au final, on peut dire que le programme SNQ, en même temps qu’il a constitué un banc d’essai de la démocratie et de la participation locales, a permis d’éprouver les capacités gestionnaires « des forces vives du local » : de gestion partagée, il s’est transformé en « gestion disputée ». SNQ a contribué à la re-stigmatisation de ces anciens quartiers spontanés considérés comme des zones de non-droit, de l’illicite et de l’illégal par le retour de pratiques spéculatives et maffieuses de la part des bénéficiaires. En outre, pourtant conçu à l’endroit des populations les plus démunies, il a laissé pour compte une frange importante de cette composante, notamment les locataires qui sont tout autant que les autres des résidants de longue date, notamment dans les quartiers spontanés les plus anciens. Cet oubli des locataires est aussi une marque propre des projets urbains financés par les bailleurs de fonds, alors que leur poids ne cesse de croître tant dans la population résidante bamakoise que dans celle des quartiers spontanés où ils trouvent, le plus souvent, des logements en rapport avec leurs revenus15.

Le fléchage de la clientèle « par le haut » à travers les marchés fonciers et immobiliers

27Cette recomposition du marché « par le haut » concerne un des segments de l’offre foncière et immobilière dans le district de Bamako : celui des terrains dûment immatriculés et vendus aux enchères par l’Agence de Cession Immobilière (ACI). Suivant la logique des Programmes d’Ajustement Structurel (PAS), il s’agit de renforcer le rôle du marché en créant les conditions d’une meilleure efficacité économique et de sortir de l’opacité des pratiques bureaucratiques et clientélistes de l’État.

28Produit du deuxième PUM (1986-1995), l’ACI est donc créée en 1992 dans la foulée des PAS qui imposaient la rationalisation des marchés fonciers à travers la transparence et le recouvrement des coûts. Il est conçu comme un dispositif opérationnel souple et autonome par rapport aux tutelles ministérielles qui rendaient naguère la gestion foncière plus compliquée. « Société anonyme d’économie mixte », l’ACI est chargée de la vente aux enchères des réserves foncières du district de Bamako. De 1992 à 1994, ses ventes ont d’abord concerné les lotissements au sud-ouest de la capitale : Baco-Djicoroni (145 ha), et Kalaban-Coura (environ 300 ha). Ensuite, ce fut l’ancien domaine aéroportuaire à l’ouest du district, très convoité à cause de sa proximité du centre-ville. Enfin, incombèrent à l’ACI l’aménagement et la cession des parcelles dans les trois dernières grandes réserves domaniales du District de Bamako : Sotuba au nordest, Yirimadio au sud-est, et l’extension de Baco Djikoroni au sud-ouest. Au total, environ 750 hectares, soit une quinzaine de milliers de parcelles, ont été concernées par ces opérations. L’analyse du bilan de l’ACI permet de voir le décalage entre les annonces et les pratiques constatées sur le terrain.

29Conformément aux injonctions de la BM, l’un des objectifs assignés à l’ACI était de rompre avec la gestion étatique et clientéliste antérieure pour instaurer un vrai marché foncier transparent. Au regard de ce premier engagement, il est évident que l’ACI a fait preuve d’une efficacité économique redoutable : plus de 30 000 titres fonciers ont été créés, contre seulement 5 000 titres recensés en 1992. Le montant des investissements de l’agence ont été évalués à près de 50 milliards de francs CFA. On a pu assister à un véritable boom immobilier et le développement des secteurs des BTP, de l’architecture et du tâcheronnat. Avec comme conséquence immédiate que la ville acquiert un profil plus ségrégé qu’auparavant avec ses quartiers riches de villas et d’immeubles à étages. Cependant, on a aussi pu relever des contradictions par rapport à son objectif initial.

30D’abord, son statut de société mixte est démenti par la composition de son capital qui reste public : l’État malien et le Gouvernorat du District se sont partagé la quasi-totalité du capital (avec respectivement 50 et 49,8 %), ce qui ne laisse que 0,2 % aux investisseurs privés… L’ouverture du capital au privé n’a pour ainsi dire pas eu lieu. Ensuite, le monopole commercial a été acquis grâce aux appuis ministériels (l’ACI étant sous la tutelle du Ministère des finances) et politiques, au détriment des autres acteurs impliqués (municipalités, services techniques publics de l’urbanisme, autorités coutumières et autres usagers comme les maraîchers). Le slogan de la transparence a donc débouché sur des concurrences et des frustrations de la part des populations.

31Un autre démenti est donné par les pratiques patrimoniales révélées : un contrôle dans la gestion des marchés publics a abouti à l’arrestation de l’un de ses directeurs pour corruption et détournement… Des ventes de gré à gré auraient révélé le fonctionnement d’un « système politico-financier » en contradiction avec le libre jeu de l’offre et de la demande. Alors que l’un des objectifs de l’ACI répondait aux normes de gestion que les bailleurs de fonds qualifient d’« accountability » (le fait de rendre des comptes transparents), sa gestion à l’instar des autres structures est de type passe-droits au gré d’accointances personnelles : des ententes préalables sur tel ou tel emplacement prometteur ont biaisé la transparence de l’information ; de nombreux contournements des procédures ont eu lieu dans l’aménagement correct des sites, dans le paiement entraînant des simplifications et des échelonnements de fait pour certains clients.

32Le deuxième grand objectif affiché visait à faire accéder au sol les citadins à revenus modestes par le biais du principe de la péréquation, principe clamé par les bailleurs de fonds qui s’insère dans les slogans sur « la dimension sociale de l’ajustement structurel » ou « la lutte contre la pauvreté ». L’ACI, en prélevant aux plus nantis les bénéfices de la vente aux enchères, devait par redistribution et compensation permettre aux revenus faibles d’accéder à ses produits, ce que leurs moyens ne permettaient pas dans les conditions du marché. Or, sur ce point, on n’a pu relever dans les pratiques effectives de l’ACI qu’une seule opération mineure de péréquation portant sur la viabilisation de terrains en commune I du district dans le cadre de l’opération SNQ. L’argument de la « replicabilité » est resté lettre morte, et n’a pu se réaliser.

« L’argent et l’entregent » comme facteurs essentiels de la citadinité bamakoise

33Qu’il s’agisse de l’opération SNQ ou qu’il s’agisse des autres composantes des marchés fonciers et immobiliers (ACI et lotissements publics, etc.), les stratégies citadines d’appropriation de l’espace nécessitent des ressources inégalement partagées par les différentes catégories de la population, qu’elles soient « d’en bas » ou « d’en haut », des ressources qui, par-dessus tout, constituent la condition d’insertion ou d’exclusion urbaine (Durand-Lasserve, 1986 ; Ouédraogo, Piché, 1995 ; Le Bris et al., 1987, VanWesten, 1995). Les Bamakois, comme de millions de citadins d’aujourd’hui, sont pris par deux obsessions interactives : « l’argent et l’entregent » (Vuarin, 1994).

34Avoir de l’argent (du capital économique) ou le fait de « se faire du monde », d’avoir de « l’entregent » (du capital social) (Bourdieu, 1979), permet, d’un côté, de subvenir à ses besoins, et de l’autre de se faire une réputation, un crédit dans la société. Les pratiques individuelles illustrent à suffisance la prégnance de ces deux moyens d’insertion dans la ville dans un contexte d’accélération des crises (financière et de l’emploi entre autres) qui touchent les pays et les villes en développement. Dans ce contexte, on entend bien souvent les habitants utiliser des expressions symptomatiques de la valeur que confèrent ces deux ressources, désignées en langue bambara par waritigiya (avoir de l’argent) et mogotigiya (avoir des relations sociales) : wari de be mago nya, ni wari ti kun i tee jate (si tu n’as pas l’argent tu n’es pas considéré, c’est l’argent qui permet de résoudre les problèmes) ; ni maa ti bolo i mago saara, ni mogotiya de bee jigi faa (si tu n’as pas du monde tu perds tes chances, avoir du monde est gage de bonnes espérances). Être riche ou pauvre dépend du degré d’accumulation de ces deux types de capital, qui sont bien entendu inégalement partagés. Les plus démunis en argent et en entregent (« les gens d’en bas ») ne cessent de s’appauvrir et de se marginaliser, alors que les couches dominantes (les gens « en haut ») cumulent les deux ressources et renforcent chaque jour leur position : avoir de l’argent permet d’élargir son champ de relations sociales et réciproquement le capital social conditionne l’accumulation de capital économique. Mais la conversion de l’un à l’autre, dans le contexte bamakois, relève plus de stratégies individuelles que d’actions collectives associées à un groupe particulier. Elle est donc plus diffuse, permanente et quotidienne et concourt au renforcement de la mogotigiya ou capital social personnel.

35Dans le premier segment de l’offre foncière étudiée, l’opération SNQ est le modèle d’urbanisme proposé aux habitants des quartiers pauvres constitués essentiellement de migrants disposant de moins de ressources que les autres. Si la majorité de ces habitants ont pu être spoliés de leur droit d’être recasé au profit d’autres habitants plus nantis, disposant à la fois de plus d’argent et d’entregent, c’est bien parce qu’ils en étaient plus démunis. Aussi bien les personnes maintenues sur les sites à réhabiliter que celles déguerpies ont dû mobiliser à chaque fois le capital social et économique dont elles disposaient pour être portées sur les différentes listes d’habitants maintenus et recasés. La constitution de ces listes a donc fait l’objet de plusieurs manipulations et révisions qui visaient à semer la confusion afin de glisser d’autres noms et d’en écarter d’autres. Pour ces zones d’habitat précaire, le recours à ces ressources a pleinement joué dans la mise œuvre des différentes phases de l’opération SNQ. Ainsi, on a pu observer que les zones de recasement occupées en majorité par de faux ayants droits, en l’occurrence des gens nantis, le processus de viabilisation s’est vite mis en place, car ceux-ci étaient composés de fonctionnaires et de commerçants proches des instances de décisions. Ceux-ci ont pu user de leurs moyens afin de disposer des équipements et infrastructures nécessaires. Aujourd’hui, certaines de ces zones apparaissent comme des secteurs bien plus viables que d’autres quartiers issus de lotissements réguliers. Dans les quartiers à réhabiliter, certains secteurs ont pu bénéficier de l’eau et de l’électricité grâce à la mobilisation de leurs habitants qui ont mis ensemble des ressources financières et leurs réseaux de relation pour faire parvenir ces réseaux. Mais ce n’est pas le cas partout.

36Par ailleurs, dans le segment de l’offre de l’ACI, les prix exercés mettaient hors de portée les produits pour les couches pauvres et moyennes inférieures. La vente aux enchères pratiquée s’adressait en priorité aux couches supérieures de la société, celles qui disposent de capital économique mais aussi social plus important. En raison des pratiques non transparentes déjà évoquées plus haut au sujet de cet organisme, plusieurs lots ont ainsi été attribués sur entente préalable sur l’emplacement avant d’être vendues, les lots les mieux placés étant adjugés à des personnes en parfaite complicité avec les responsables chargés des ventes. Comme l’ACI était sous la coupole administrative du Gouvernorat du District et du Ministère des finances, elle n’a pas été à l’abri de pratiques néo-patrimoniales exercées par les hautes sphères du pouvoir exécutif et politique. Plusieurs centaines de parcelles ont été ainsi détournées et attribuées à certains responsables politiques et administratifs sur des zones stratégiques comme l’ACI 2000, Baco Djicoroni où résident en majorité plusieurs de ces responsables parmi lesquels de nombreux ministres et hauts responsables civils et militaires. L’ACI est devenue un organisme central dans l’appropriation foncière et a requis au fil des années, grâce à son affiliation aux différents régimes successifs, une puissance réelle face aux communes auxquelles elle s’est substituée en tant qu’organe de gestion des réserves de l’ensemble des communes du district. Malgré les nombreuses (com) plaintes et requêtes des maires contre cette situation de monopole conférée à l’ACI par l’État et les bailleurs de fonds, rien n’y a fait.

CONCLUSION

37L’analyse des dynamiques et recompositions urbaines à l’œuvre dans la capitale malienne montre bien la prégnance des logiques exogènes qui caractérisent l’évolution des politiques urbaines depuis la colonisation. Ces dernières, depuis plus d’une trentaine d’années, sont apparues comme « des prêts à penser » ou « des prêts à banquer » le plus souvent en décalage avec les attentes des couches citadines, socialement composites mais en majorité démunies. De plus en plus, les modes d’accès au sol et au logement, ou plus simplement d’insertion dans la ville, donnent la préférence aux seules lois du marché. Les visions idéales promues par les bailleurs de fonds du développement urbain, même si elles apparaissent vertueuses en appelant à la « bonne gouvernance », à « la transparence », à « la proximité », à « la participation », etc., sont le plus souvent dévoyées, laissant peu de place aux pratiques citadines. Les connexions de plus en plus renforcées entre les politiques urbaines nationales et les conditionnalités liées à l’ajustement structurel conduisent au verrouillage des marchés fonciers et immobiliers en aggravant les inégalités et les exclusions. La mise en œuvre de ces projets dans la capitale malienne a donné lieu à des tensions et des clivages manifestes entre les acteurs de la gestion foncière et immobilière et les populations. Il en résulte que le droit à la ville en termes d’accès aux services essentiels (eau potable, éducation et soins de santé primaires, électricité, logement, etc.) est réservé aux plus nantis, tandis que les plus pauvres et surtout les locataires, sont laissés pour compte.

Notes

1 Sur les 33 quartiers spontanés que compte le district de Bamako, 24 sont concernés par cette opération. La ville de Bamako est composée de 65 quartiers répartis entre 6 communes, et comptait 1 016 256 habitants au dernier recensement de la population en 1998 (cf. RGPH - Recensement général de la population et de l’habitat, Bamako, Direction Nationale de la Statistique et de l’Informatique, Bureau central du recensement, 1998).

2 L’ACI, la Banque de l’Habitat du Mali et le Fonds de Garantie hypothécaire constituent les trois dispositifs de gestion foncière et immobilière imposés par la Banque mondiale au Mali.

3 Cf. RGPH, Recensement général de la population et de l’habitat, Bamako, Direction nationale de la Statistique et de l’Informatique, Bureau central du recensement, 1987 (vol. 0 et 8), et 1998.

4 Le découpage administratif au Mali considère la région (au nombre de huit) comme l’échelon administratif le plus élevé, subdivisée en cercles qui, à leur tour, sont composés de communes (urbaines et rurales).

5 La troisième révision du Schéma directeur d’Aménagement et d’Urbanisme n’est pas encore approuvée.

6 La logique coloniale privilégie d’abord les capitales et les villes côtières, par rapport aux autres centres urbains, car elles constituent les portes de sortie des produits exportés vers la métropole.

7 Trois grands projets urbains (PUM), financés par la BM, se sont succédés au Mali : le premier de 1979 à 1986 ; le second de 1986 à 1995 et le dernier de 1996 à 2005 (cf. République du Mali, Banque mondiale, Troisième projet urbain du Mali. Décentralisation et infrastructures ; Rapport final provisoire. Étude de faisabilité, 2 vol., Paris, Groupe Huit, Bati, Bceom, Setco, Socetec, Urbatec, 1996). Un quatrième est en cours de préparation.

8 Cf. République du Mali, Banque mondiale, 1979, Premier Projet Urbain du Mali. Rapport final, Paris, Groupe Huit, BIRD, p. 50.

9 Populations chassées, par la puissance publique, des quartiers d’occupation illégale, à la suite des opérations de réhabilitation urbaine et devant être réinstallées des espaces dits de recasement prévues à cet effet.

10 Ce terme bambara désigne de manière allégorique « pousses-toi de là que je m’y mette », de sonsoro (pousser) et de bugu (quartier).

11 Depuis 1932, avec la création de l’Institut Marchoux, il abrite les populations malades de la lèpre et leurs familles, ainsi que les descendants des anciens esclaves des familles fondatrices de la ville.

12 Nouveau centre moderne concentrant les meilleurs équipements et infrastructures de la capitale malienne.

13 Ce document est intitulé « Les attributions frauduleuses de lots à Djicoroni Para avec la bénédiction du maire ADEMA de la commune IV, le cas du secteur de Djénékabougou », et signé du secrétaire général de la sous-section ADEMA du quartier.

14 Cf. Le Républicain, n° 59, 27 octobre 1993, p. 3.

15 Le dernier recensement de la population réalisée en 1998 a estimé leur proportion à 46 % de la population de la capitale.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Bilan de SNQ à Djikoroni Para
Légende Source : Rapport Commission de contrôle, Assemblée Nationale, 2001.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 389k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540