Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Deuxième partie. Prescriptions politiques et conflits d'usages

Les dynamiques socio-spatiales de mise en valeur des sites archéologiques habités : le cas de Bosra en Syrie

Laurence Gillot

Texte intégral

1La mise en valeur de sites archéologiques et historiques, habités ou situés en milieu urbain, offre un angle d’analyse du rôle joué par l’appropriation et la catégorisation des espaces dans la production de rapports sociaux dissymétriques et d’inégalités. En effet, comme le soulignent les analyses géographiques et sociologiques (Gravari-Barbas, 2005), les processus de patrimonialisation et de valorisation de tels espaces « hérités » engendrent des dynamiques socio-spatiales particulières. Notamment, les politiques de réhabilitation des centres anciens, dans les villes occidentales ou non occidentales, occasionnent souvent des changements sociaux qui sont loin d’être neutres socialement. La patrimonialisation est ainsi considérée comme l’une des sources des processus de gentrification, c’est-à-dire d’appropriation d’espaces anciennement dévalorisés par des populations au statut socio-économique plus élevé (Veschambre, 2005 ; Semmoud, 2005). En outre, la capacité de ces politiques de réhabilitation à remédier aux problèmes de pauvreté et à stabiliser des populations en quête de nouveaux espaces est souvent mise en doute (Salin, 2005 ; Kurzac, 2005).

2Dans la lignée de ces recherches, deux hypothèses guident cette analyse. D’une part, les politiques de valorisation des sites patrimoniaux témoignent de processus d’appropriation de l’espace et de rapports de force (asymétriques) entre des acteurs locaux et extra-locaux, privés et publics (institutionnels, scientifiques et touristiques, etc.). Mais d’autre part, les phénomènes d’expropriation des espaces patrimonialisés ne sont pas seulement ressentis de manière négative par les habitants car ils peuvent être la source d’une mobilité sociale ascendante pour une partie des populations déplacées. Ces phénomènes peuvent donc creuser des écarts existants au sein des populations résidentes, voire déstructurer les rapports sociaux préexistants et menacer à terme la cohésion sociale.

3Ce chapitre présente plus spécifiquement l’évolution des politiques de valorisation du site archéologique de Bosra en Syrie et analyse les modalités d’appropriation des divers espaces composant le site ainsi que les rapports sociaux qui se tissent à cette occasion. La première partie expose le cadre méthodologique et géographique de l’étude. La deuxième partie retrace quant à elle, dans une perspective diachronique, les différentes actions qui ont contribué à qualifier et diviser, et donc produire les divers espaces constituant le site et la ville de Bosra. Enfin, la troisième partie aborde les dynamiques socio-spatiales engendrées par la valorisation scientifique, patrimoniale et touristique du site archéologique, en particulier sous l’angle des rapports qu’entretiennent les divers acteurs impliqués de près ou de loin dans ces processus.

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE

4La recherche empirique sur laquelle s’appuie cette étude a été menée dans le cadre d’une thèse de doctorat (Gillot, 2008). Elle repose sur des entretiens et observations réalisés sur le site archéologique de Bosra qui semblait intéressant à plusieurs titres (voir encadré). Bosra, situé au sud-ouest de la Syrie, est en effet un territoire urbain complexe, actuellement formé d’un site archéologique, d’un village moderne érigé sur les ruines antiques à partir du XIXe siècle et d’une ville nouvelle qui s’est développée extra-muros après les mesures d’expropriation menées à partir de l’Indépendance de la Syrie (1946) en vue du dégagement du site archéologique intra-muros. Site archéologique, site historique, village habité, ville moderne, Bosra est constitué d’un ensemble d’espaces hérités qui sont l’enjeu d’appropriations multiples. En effet, les archéologues, les institutions, les entrepreneurs touristiques et les populations se partagent, non sans heurts, des espaces imbriqués ou superposés, dont la partition ne repose sur aucune assise juridique précise, tel un plan de gestion. De surcroît, malgré sa situation dans une région à dominante druze, la ville est occupée par une population majoritairement sunnite. Les relations entre la ville de Bosra, la région (druze) et Damas, le centre du pouvoir (alaouite), sont de fait particulièrement complexes.

Encadré : contexte local et national de l’étude
La Syrie offre un contexte privilégié d’observation des dynamiques de la mise en valeur des sites archéologiques. Le pays dispose en effet d’un nombre important de sites archéologiques d’époques variées et leur mise en valeur s’inscrit dans une longue tradition inaugurée à la fin de l’empire ottoman.
Le site archéologique et la ville de Bosra sont particulièrement emblématiques des différentiations sociales qui s’opèrent à l’occasion des processus de patrimonialisation. Bosra (Bustra, Busra al-Cham) est située au sud-ouest de la Syrie, dans la région fertile du Hauran, à proximité du Djebel Druze. L’existence de Bosra est attestée depuis le XIVe siècle av. J.-C. mais ce sont la fondation hellénistique et l’occupation romaine qui vont en faire l’une des villes stratégiques et commerciales les plus importantes de la Syrie antique. À la fin du Ier siècle av. J.-C., Bosra devient la capitale du royaume Nabatéen, tribu arabe sédentarisée qui contrôle le commerce caravanier entre l’Arabie et la Méditerranée. Au IIe siècle ap. J.-C., Bosra est intégrée comme capitale à la province romaine d’Arabie et la monumentalisation de la ville s’accélère dès cette époque. La ville devient ensuite le centre d’un important évêché, sous la domination de Byzance, jusqu’à la conquête arabe, où Bosra devient une ville étape sur la route caravanière vers La Mecque et un haut lieu de l’Islam. Au XIIIe siècle, une forteresse ayyoubide est érigée, autour du théâtre antique, pour faire barrage à l’avancée des Croisés. La région du Hauran et le site de Bosra connaissent ensuite une longue période d’insécurité et de déclin jusqu’au XIXe siècle, où un village moderne se développe sur les ruines antiques, dont il récupère de nombreux éléments architecturaux. La redécouverte du site antique s’opère dès la fin du XIXe siècle et s’accélère avec les premiers travaux de dégagement du théâtre entrepris en 1947 (Dentzer, 1997, p. 350-353 ; Burns, sans date, p. 65-72). Ces divers éléments de l’histoire de Bosra sont matérialisés par la coprésence de monuments et de vestiges de ces différentes époques. Ils confèrent une image complexe au site. Cité antique romaine puis chrétienne, ville nabatéenne puis islamique, site vivant encore habité par une partie de sa population, Bosra appartient donc à la fois à l’imaginaire occidental (judéo-chrétien) et à l’imaginaire oriental (arabo-musulman).
La République arabe syrienne est une construction nationale récente, proclamée en 1946, et distincte, au niveau de ses limites territoriales, de la Syrie géographique et historique, qui fut le berceau d’une occupation dès le paléolithique et comprenait les territoires actuels de la Syrie, du Liban, de la Jordanie et d’Israël, incorporés à l’empire ottoman en 1516. À l’issue de la première guerre mondiale, la domination ottomane prend fin, et le territoire actuel de la Syrie est placé sous Mandat français. L’indépendance effective de la Syrie est consacrée par la mise en place d’un gouvernement nationaliste en 1943 et le retrait des troupes britanniques en 1946. Les vingt-cinq premières années de la République arabe syrienne furent marquées par une instabilité politique et plusieurs coups d’État militaires. Dans ce contexte, le parti Baath acquiert de plus en plus de pouvoir. Parti de la Renaissance, il se présente comme un mélange de socialisme, de laïcité et de panarabisme. Le parti est infiltré par les chefs militaires et s’appuie sur les liens communautaires, en particulier sur les Alaouites, minorité religieuse chiite occupant les montagnes du nord-ouest et la façade maritime de la Syrie. L’alaouite Hafez al-Assad fonde une branche proprement nationaliste et s’empare du pouvoir à l’issue d’un coup d’État en 1970. Devenu premier ministre, il s’autoproclame président de la République en 1971 en s’appuyant sur un référendum et sur l’assemblée du Peuple. Le nouveau président inaugure le « mouvement rectificatif », destiné à réformer le pays et le parti par des mesures de libéralisation et de démocratisation. Si la Syrie renoue progressivement avec l’Occident à partir des années 1990, elle possède néanmoins l’image d’un État « voyou » peu enclin aux négociations avec l’Occident et Israël. Depuis le décès, le 10 juin 2000, du président Hafez al-Assad, l’avenir du pays suscite de nombreuses interrogations. Son fils Bashar lui succède dans un climat connu sous le nom de « printemps de Damas », marqué par l’espoir de réformes démocratiques. Celles-ci s’avèrent néanmoins lentes et le régime de Bashar al-Assad est encore héritier de lourdes traditions.

5À l’instar de Bosra, les sites archéologiques représentent des espaces hérités et des espaces enjeux d’un type particulier. Ils sont généralement enfouis, leur extension est inconnue et ils sont rarement transmis dans un état d’abandon et de friche. La complexité de ces espaces/objets, liée à une occupation plus ou moins continue et à la juxtaposition d’usages différenciés, rend leur gestion particulièrement difficile. Le site archéologique est rarement le territoire exclusif de la recherche archéologique et des archéologues : en plus d’être un objet et un espace de recherche et de conservation, il est aussi un lieu de mémoire collective, de loisirs, voire un espace résidentiel et commercial. Dans ces conditions, il semble judicieux de combiner des approches historique, géographique et socio-anthropologique.

6L’analyse diachronique (basée sur l’exploitation d’archives, de rapports archéologiques et de divers médias – guides touristiques, catalogues d’exposition, etc.) de la valorisation du site de Bosra permet dans un premier temps d’aborder les dynamiques socio-spatiales de mise en valeur, qui sont faites de ruptures, de continuités, de recompositions, ce qui montre combien la valeur des espaces et la nature des rapports sociaux qu’elle suppose et entraîne peuvent varier dans le temps. Cette approche permet également de présenter les contextes sociopolitique et idéologique dans lesquels sont apparus les projets contemporains de réhabilitation fonctionnelle des sites historiques dévalorisés et de comprendre par ce biais les difficultés de leur mise en œuvre et de leur acceptation locale.

7L’approche géographique (fondée sur l’observation du terrain et l’analyse des photographies et plans anciens et actuels) permet quant à elle d’envisager la multifonctionnalité contemporaine du site archéologique et les enjeux d’actualité liés à la maîtrise des différentes espaces qui le composent. Parallèlement, elle offre la possibilité d’envisager les modes d’appropriation et de qualification de ces divers espaces – la valorisation étant considérée comme un processus d’attribution, de production et de rehaussement de la ou des valeurs d’un objet ou d’un espace. Dans le domaine patrimonial, le terme renvoie à des politiques et des actions qui contribuent à rendre un lieu ou un objet accessible au plus grand nombre. Ce processus comprend plusieurs phases : la découverte, la recherche et l’interprétation, la reconnaissance institutionnelle et/ou populaire qui conduit à la protection du bien et enfin sa revalorisation à des fins touristiques et économiques (Gillot, 2008, p. 37-51).

8Enfin, l’analyse socio-anthropologique des discours, des représentations et des pratiques des acteurs (menée à l’occasion de trois missions d’étude et d’entretiens semi-directifs) permet de révéler le marquage et l’appropriation de l’espace par des acteurs individuels ou des groupes sociaux déterminés, et, par conséquent, de qualifier la nature des rapports sociaux qui s’instaurent entre ces derniers. La valorisation du site de Bosra s’est en effet manifestée par la mainmise progressive de l’État syrien sur le site et une répartition sélective des espaces, consacrés à des usages distincts, entre les divers acteurs (archéologues, entrepreneurs, visiteurs, population locale). Ces processus de sélection et de valorisation sont néanmoins loin d’être consensuels et la divergence entre « ceux qui habitent et ceux qui prennent les décisions » est fréquemment mise en évidence par les recherches (Gravari-Barbas, 2005, p. 147-154). Les politiques de mise en valeur produiraient ainsi des rapports sociaux dissymétriques, qui se manifesteraient par des conflits d’usage et de représentation entre les experts scientifiques (en l’occurrence les archéologues), les institutions (nationales et internationales), les entrepreneurs privés, les touristes et les populations locales. L’analyse des conflits et des catégorisations sociales en Syrie est toutefois malaisée, dans la mesure où elle dépend de la publicité qui en est faite et de la possibilité pour le chercheur de les décrypter. Si, en Syrie, les conflits sont peu médiatisés et les divisions de la société complexes, il n’en demeure pas moins que les controverses urbanistiques et patrimoniales, de plus en plus fréquentes depuis la fin des années 1970, témoignent de tensions et d’une hiérarchisation de la société syrienne, partagée entre, d’une part les anciennes élites urbaines sunnites, et d’autre part les représentants du régime alaouite issus du milieu rural. La prise de pouvoir par Hafez al-Assad a consacré l’hégémonie des seconds et inauguré de nouvelles formes d’inégalités sociales et de catégorisation entre les différents groupes confessionnels qui forment la société syrienne (David, 1990, p. 281-289 ; Valter, 2002). À cet égard, le cas de Bosra, ville sunnite en région druze, est particulièrement intéressant.

L’ÉVOLUTION DES POLITIQUES DE MISE EN VALEUR DU SITE DE BOSRA

Bosra, site archéologique, village historique et ville moderne

9Bosra possède à la fois un statut de site archéologique protégé (intra-muros) et de ville moderne (extra-muros), ce qui en fait l’un des rares sites archéologiques « habités » de Syrie. Le développement de l’habitat s’est déroulé en deux temps (Moncel, 2000, p. 357-379). La première étape, de la première moitié du XIXe siècle à 1969, est caractérisée par une extension et une densification de l’habitat au sud, à l’est et à l’ouest du site intra-muros, de sorte qu’à la fin des années 1960, le village occupe presque la totalité de l’espace intra-muros (fig. 1). Il est divisé en deux quartiers, le premier à l’est, s’est développé entre le début du XIXe siècle et la fin des années 1920, alors que le deuxième, à l’ouest, est issu des développements ultérieurs à 1920 et caractérisé par un nouveau type d’habitat, plus moderne.

10À l’ouest, le village historique non dégagé ; à l’est, la zone archéologique et touristique dégagée. Les circuits de visite privilégient les axes romains (cardo et decumanus) et l’est du site. La ville nouvelle extra-muros ne figure pas sur ce plan.

11Le projet de l’architecte Robert Amy, consultant de l’UNESCO, inaugure en 1969 la deuxième phase de développement de l’habitat à Bosra (Moncel, 2000, p. 370-379). Le projet, qui propose un dégagement de l’ensemble du site archéologique, opère une distinction entre l’espace de la Bosra ancienne, progressivement abandonné, et celui de la Bosra nouvelle, qui se développe extra-muros. Depuis lors, sous la pression démographique (le nombre d’habitants a crû de 14 300 en 1982 à 27 000 en 2007), la ville nouvelle n’a cessé de s’étendre et de se densifier. De nouveaux quartiers ont été aménagés en périphérie, à l’ouest et au sud, le nord étant réservé aux terres agricoles. Le réseau viaire s’est considérablement développé et un système d’irrigation sophistiqué amène l’eau depuis la rivière Wadi Zedi. Les quartiers nouveaux sont caractérisés par des rues larges bordées de maisons qui forment un front bâti continu et qui abritent, au rez-de-chaussée, des commerces, des ateliers et des services divers. Ces quartiers concentrent donc la vie commerciale et artisanale ainsi que les bâtiments publics. L’ensemble de ces caractéristiques vaut à Bosra le statut de petite ville bien qu’elle ne remplisse pas toutes les conditions pour être considérée comme telle (Geoffre et Moncel, 1997).

Figure 1 : Plan de Bosra intra-muros

Figure 1 : Plan de Bosra intra-muros

Source : d’après Burns (s. d. : 67).

12Parallèlement au développement de la ville moderne extra-muros, le village moderne intra-muros a été profondément déstructuré après les expropriations et les dégagements menés par la Direction Générale des Antiquités et Musées de Syrie (DGAM), institution en charge du patrimoine et dépendante du Ministère de la Culture. Environ 5 000 habitants vivent encore sur le site historique intramuros et occupent des habitations de plus en plus dégradées et inadaptées, ce qui contraste avec le soin accordé à la restauration des principaux monuments. On peut ainsi comprendre que les habitants, qui n’ont pas les moyens ni l’envie de rénover leurs maisons, désirent rejoindre les quartiers périphériques. Malgré l’arrêt de la politique d’expropriation, la désertion du site historique et la dégradation de l’environnement des monuments se poursuivent. La visite du site est de ce fait déconcertante.

Politiques et actions de mise en valeur du site intra-muros

13Hormis la redécouverte du site par les voyageurs européens et son développement urbain à partir du XIXe siècle, la mise en valeur du site archéologique n’a réellement débuté qu’après l’Indépendance et la naissance de la République Arabe Syrienne (1946). Elle est caractérisée par une évolution en quatre étapes, au cours desquelles s’est opérée une diversification croissante des acteurs et des enjeux associés à la maîtrise des différents espaces du site.

14La date de 1947 marque le début des travaux de dégagement du théâtre romain et de la citadelle médiévale par la DGAM. Les fouilles du théâtre ont recherché l’état antique, qui avait été totalement recouvert par un souk des époques islamiques. Trois niveaux ayyoubides ont été progressivement dégagés, mais aucun relevé précis n’a été effectué et les niveaux rasés n’ont été que partiellement documentés. Sur le même modèle, une première campagne de dégagement de l’arc nabatéen a lieu en 1951 (Dentzer, 1997, p. 353 ; Burns, sans date, p. 72).

15À partir de 1969, cette politique du dégagement est étendue à l’ensemble du site par le projet de mise en valeur conçu par Robert Amy, fruit d’une collaboration entre l’UNESCO et la DGAM. Le projet témoigne d’une philosophie particulière de la mise en valeur, qui doit d’une part privilégier les niveaux antiques antérieurs à l’époque byzantine, et d’autre part isoler les monuments importants d’époque chrétienne et islamique. La lecture du rapport de R. Amy sur la mission effectuée à Bosra en octobre 1968 en témoigne. Le conseiller de l’UNESCO suggère en effet de fouiller l’ensemble du site en détruisant toutes les habitations modernes installées dans le périmètre nabatéen et romain (après une étude préalable) et de reconstruire une nouvelle ville à proximité immédiate (Amy, 1969, p. 2-3 et 16). Il est également prévu que le théâtre accueille des spectacles, des réunions politiques et des conférences. Cependant, R. Amy mentionne que le touriste est le « pire ennemi » des sites archéologiques et qu’il est indispensable de mettre en place un système répressif à l’encontre des intrus. Une zone non aedificandi (interdite à toute construction) de 200 mètres autour du site, est également prévue. Bosra devient alors un site attractif pour les archéologues et les recherches connaissent un essor important avec l’arrivée des missions archéologiques étrangères (française, américaine, italienne et allemande). R. Amy propose enfin un nouveau type de maison, qu’il veut mieux adapté au profil des habitants, qui sont des paysans, afin d’améliorer leurs conditions de vie. Cependant, le résultat est très contrasté, car la zone inconstructible et le projet de nouvelle ville n’ont pas été respectés, et l’ensemble du site antique n’a pas été dégagé.

16La politique de dégagement, menée via des expropriations sélectives par l’État, profita aux propriétaires intégrés dans des réseaux proches du pouvoir. Ce mode d’expropriation clientéliste fut également à l’origine d’un mitage de l’espace.

  • 1 D’après Stéphane Valter, auteur d’une thèse doctorat sur la construction nationale syrienne, Bosra (...)

17Dans un troisième temps, les mesures de protection juridique du site antique ont permis à l’État syrien d’intégrer Bosra dans la sphère des hauts lieux de l’histoire nationale et de s’approprier une grande partie de l’espace intra-muros (Valter, 2002, p. 189-1911). L’inauguration du festival bisannuel de Bosra dans le théâtre antique, à la fin des années 1960, est un événement significatif de cette mainmise étatique. Par ailleurs, en 1973, un décret ministériel classe Bosra comme « patrimoine culturel historique », protégé en tant que tel par la loi des Antiquités. Les efforts de protection et de restauration des principaux monuments ont ensuite permis à la Syrie de présenter la candidature de Bosra au comité du Patrimoine Mondial en 1979. Un an plus tard, Bosra est inscrit comme bien culturel universel au nom des trois critères : sa « valeur esthétique unique associée à un événement d’importance dans l’histoire des croyances » (I) ; son « village logé dans des ruines d’une beauté saisissante » (III) ; « son théâtre, monument unique, ainsi que ses autres monuments (cathédrale, mosquée d’Omar) » (VI). Toutefois, aucun plan de gestion n’est défini et l’avenir des populations occupant le village n’est pas évoqué.

18La politique de dégagement et de mise en valeur des monuments se poursuit donc au détriment de l’habitat et modifie profondément l’image du site de Bosra (Geoffre et Moncel, 1997). Alors que les dégagements ont fait réapparaître les anciennes voies romaines, certaines habitations modernes sont restées en place à 2 mètres au-dessus des voies anciennes et ont été consolidées par des murs de soutènement. Devant la citadelle, une grande place a également été dégagée d’une partie de ses habitations et des jardins publics ont été aménagés (fig. 1). Bosra change de statut, passant de celui de village habité à celui de site archéologique et lieu de mémoire national. Avec l’inscription au Patrimoine Mondial, c’est une transformation en un site patrimonial et touristique de renommée internationale qui se réalise, à laquelle participe la poursuite des travaux de restauration des monuments, souvent contestés pour leur manque de rigueur scientifique. Les travaux de dégagement sont en effet menés avec de gros moyens mécaniques et une main-d’œuvre non qualifiée, sans aucune supervision archéologique. La labellisation de Bosra attire rapidement l’attention des tour-opérateurs touristiques étrangers et des visiteurs, et le site devient une destination incontournable, surtout avec l’ouverture du pays au tourisme international à partir des années 1990.

19Les conséquences de la politique de dégagement ont néanmoins été contradictoires, particulièrement sur le plan social. Tout d’abord, les mesures d’expropriation se sont soldées par une déstructuration du village intra-muros, qui est actuellement constitué de vastes espaces dégagés et de micro-îlots formés de quelques constructions. Au lieu d’adopter un plan cohérent d’expropriation de zones « homogènes », destinées à être fouillées, ces mesures, influencées par une logique clientéliste, ont privilégié le départ et le dédommagement des habitants intégrés dans les réseaux proches du pouvoir. Or, ces habitants n’étaient pas nécessairement regroupés spatialement. De surcroît, la dispersion de l’habitat dans le site archéologique intra-muros s’accompagne de différences de niveaux de circulation qui rendent malaisé l’accès à certaines habitations. Ensuite, le programme de dégagement de 1969, destiné à mettre au jour les strates hellénistiques et romaines, a consacré la disparition de la ville médiévale et de l’habitat du XIXe siècle. Le nombre de maisons abandonnées (totalement ou partiellement), désaffectées (utilisées pour le stockage) ou dégradées (mais habitées) n’a cessé de croître et la désertification de zones non fouillées de s’accélérer (fig. 2).

Figure 2 : La dégradation de l’habitat dans le village historique de Bosra

Figure 2 : La dégradation de l’habitat dans le village historique de Bosra

Source : Gillot, 2008.

20En outre, les dégagements ont été plus rapides que les fouilles archéologiques, et de nombreux espaces libérés se sont dégradés. Enfin, la mise en valeur du site archéologique a divisé la population locale et de nombreuses familles par le départ volontaire des uns et l’immobilité forcée des autres. En effet, de nombreux propriétaires n’ont pas attendu d’être expropriés pour quitter leurs maisons, les louant à des populations sédentaires ou semi-nomades aux faibles revenus, alors que d’autres restent par manque de moyens.

21Une quatrième phase a donc été inaugurée à partir des années 1990 pour tenter de corriger ces effets. Elle est caractérisée par l’arrêt du processus d’expropriation et l’adoption de nouvelles orientations visant à mieux intégrer la mise en valeur du site archéologique au développement de la ville moderne. Cependant, le processus de désertion et de paupérisation s’est poursuivi. L’une des principales difficultés était de convaincre les habitants de rester ou de réinvestir ces quartiers historiques alors qu’il est considéré comme socialement dégradant d’y habiter. Malgré tout, les solutions envisagées par le gouvernement syrien, la municipalité de Bosra, les archéologues et les institutions internationales, ont convergé vers des projets visant à retenir les habitants et à conserver l’une des valeurs pour lesquelles le site avait été inscrit au patrimoine mondial en 1980 : son caractère vivant (son « village »).

  • 2 Les résultats ont été présentés par Abir Arkawi, architecte et professeur à l’université de Damas, (...)

22Conscients de la difficulté de conserver l’habitat sans le moderniser, les différents acteurs envisagent de revaloriser ce dernier par une revitalisation culturelle et touristique. La DGAM et l’UNESCO prévoient d’associer la population résidente du site antique et de la ville moderne à un projet de restauration et de reconversion de l’habitat en logements ou en commerces touristiques. Par ailleurs, la DGAM a acheté environ 325 maisons dégradées, qu’elle a commencé à restaurer et à aménager en bureaux des services des Antiquités et en réserves pour le matériel archéologique. Une étude menée par des étudiants de la faculté d’architecture de l’Université de Damas a également mis en avant l’importance de rénover pour les habitants et d’associer le développement touristique au développement local2. Ces différents projets visent aussi à limiter l’emprise spatiale de l’archéologie et à impliquer les archéologues dans des opérations de mise en valeur des monuments et de l’urbanisme. En outre, les initiatives se multiplient sous la forme de collaborations multilatérales entre les institutions nationales et internationales, notamment avec l’ICCROM (Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels). Enfin, les autorités locales et régionales prévoient de construire un centre de colloques, de multiplier les festivals et les activités culturelles et de mettre en place davantage d’opportunités de logement et de restauration pour attirer et faire rester les touristes plus longtemps sur place.

23Ces nouvelles politiques, dont l’orientation touristique est de plus en plus prononcée, s’inscrivent dans un processus récent en Syrie qui se caractérise par une extension de la notion de patrimoine aux productions architecturales du XIXe et du XXe siècle, d’une part, et par une volonté d’enrayer le processus de paupérisation des centres anciens et de désertification par leurs habitants, d’autre part (Sabbagh, 2005). Il s’agit donc de remédier à la dévalorisation d’espaces dont on reconnaît désormais les valeurs historique, patrimoniale, culturelle et/ou sociale. Toutefois, ces initiatives demeurent caractérisées par des approches «top-down », limitant de fait l’implication et la participation active des populations du village intra-muros et de la ville nouvelle. En outre, pour modifier la perception que ces populations ont des centres anciens dégradés, la modernisation de ces derniers est inévitable. In fine, la résolution des problèmes sociaux semble conditionnée par la reconnaissance du droit des habitants à disposer librement des espaces patrimonialisés.

LES MODALITÉS DE L’APPROPRIATION ET DE LA QUALIFICATION DES ESPACES

  • 3 Nous renvoyons ici à la notion de marquage en tant que « l’aspect matériel le plus important de l’ (...)

24Les politiques publiques et les actions de mise en valeur, menées par la DGAM et la municipalité, les archéologues et les acteurs culturels et touristiques, ont profondément marqué l’espace bosriote, et ce, à plusieurs échelles. Ces opérations, généralement décidées ou contrôlées par l’État syrien, ont été rendues légitimes par diverses modalités d’appropriation, symbolique (idéelle) et matérielle, dont le marquage des espaces archéologique, patrimonial et touristique3. À l’inverse, le marquage de l’espace par les populations locales (sous la forme d’une clôture de certaines habitations ou d’une toponymie spécifique) s’avère nettement plus discret. En outre, s’il signale une certaine forme d’appropriation de l’espace, il est loin d’en assurer son attribution et son contrôle par ces populations. De fait, nous nous limiterons dans ce point aux modalités de l’appropriation et de la qualification des espaces par les institutions publiques syriennes (DGAM, municipalité).

  • 4 De plus, les anciens propriétaires des maisons expropriées reviennent récupérer les pierres de leu (...)

25Le fait intéressant est que, malgré l’emprise de l’État, ce dernier n’a pu s’assurer une maîtrise immobilière et foncière totale du site. D’une part, aucun règlement ne permet de légitimer totalement la mainmise publique sur le site. D’autre part, si la loi des Antiquités confère à l’État le droit d’exproprier pour cause d’utilité publique tout terrain contenant des antiquités, elle reconnait le droit à la propriété privée. Il demeure également malaisé de déterminer les droits respectifs des pouvoirs publics et propriétaires privés en l’absence d’une assise juridique précise. Il est donc fréquent que des terrains considérés comme publics soient réclamés par des propriétaires privés et inversement4.

26Les institutions publiques ont néanmoins déployé plusieurs stratégies d’appropriation et de marquage de l’espace in situ. La politique de dégagement, les aménagements, la restauration des monuments, la signalisation et la mise en scène des espaces sont les modalités principales de ce marquage. Tout d’abord, la mise en place des portraits présidentiels d’Hafez et de Bachar al-Assad, qui accueillent les visiteurs sur la place à l’entrée de la citadelle, manifestent clairement la mainmise étatique et la qualité du site comme haut-lieu national (fig. 3).

Figure 3 : le marquage de l’espace par l’État

Figure 3 : le marquage de l’espace par l’État

Panneau situé sur la place de la citadelle de Bosra et célébrant les travaux de restauration de la citadelle, « sous le patronage du camarade militant, Hafez al-Assad, Secrétaire général du parti socialiste arabe Baath et Président de la République arabe syrienne » (Gillot, 2008).

27Ensuite, l’expropriation et le dégagement des espaces ont permis aux pouvoirs publics de déterminer l’image de la ville qu’ils désiraient exhiber aux visiteurs. En privilégiant les niveaux antiques, il s’agissait d’offrir aux visiteurs une vue dégagée et spectaculaire de la ville. La délimitation et la clôture des chantiers de fouilles et de certains monuments furent également un moyen de réserver ces espaces aux usages scientifiques et patrimoniaux et de permettre leur appropriation partielle par les archéologues et les institutions patrimoniales. Les mesures de protection et de restauration des monuments ont représenté une autre forme d’inscription dans l’espace des institutions ou des missions archéologiques qui les ont financées. La restauration des monuments s’inscrit également dans le cadre d’opérations visant à animer et mettre en scène le site. L’organisation du festival dans le théâtre antique restauré et la mise en lumière de la citadelle s’inscrivent dans la même perspective.

28Par ailleurs, l’aménagement des espaces de visite a permis de jalonner le site de repères qui rappellent sa vocation touristique. Par exemple, un musée de site et un musée folklorique ont été installés dans la citadelle. Des sentiers sont actuellement réaménagés afin d’offrir des circuits de visite thématiques. La DGAM a également conçu et mis en place, à l’été 2007, des panneaux didactiques trilingues (arabe, français, anglais) devant les principaux monuments. Une plaque de présentation générale du site a été inaugurée sur la place devant la citadelle. Pour la première fois depuis l’inscription du site au Patrimoine Mondial, le label est matérialisé et rendu visible à l’entrée du site de Bosra. Enfin, la signalisation des commerces et des services touristiques est intéressante car elle témoigne d’une inscription des acteurs privés dans l’espace. Outre les affiches placées en devanture des maisons, les commerçants peignent également la direction de leur commerce ou restaurant sur les murs, à certains endroits importants du site, ce qui parfois suscite des tensions avec les propriétaires des lieux.

  • 5 La valorisation implique à la fois la mise en mots (et en image) et l’aménagement concret de l’esp (...)
  • 6 Sélection de guides touristiques : Bathendier S., Syrie, Hachette, Guides Tourisme, Guides Bleus É (...)

29Ces différents aspects de la valorisation in situ, sur le site même, soutiennent une partition des espaces entre des fonctions de recherche, des fonctions pédagogiques et des fonctions de loisirs et contribuent à privilégier le site archéologique et touristique au détriment du village historique à fonction résidentielle. Les actions de valorisation ex situ, qui ont lieu dans des espaces extérieurs au site (musées notamment), et la mise en mots de l’espace bosriote (dans les guides touristiques notamment) vont dans le même sens5. La valorisation scientifique est particulièrement intense – en témoigne le nombre de publications, scientifiques et de vulgarisation, réalisées par les différentes équipes archéologiques. Bosra est fréquemment présentée dans les expositions culturelles relatives à la Syrie, que ce soit à l’étranger ou en Syrie même. L’histoire du site est également retracée dans les manuels scolaires et historiques syriens, même si le discours archéologique est intégré de manière sélective, faisant la part belle aux origines arabes et à l’histoire islamique du site, alors que les discours de promotion touristique occidentaux diffusent l’image d’une ville essentiellement romaine, dont la renommée repose sur la présence du théâtre6. En réalité, les discours scientifiques, patrimoniaux et touristiques sur Bosra semblent davantage circuler dans des sphères extra-locales, alors que localement, la situation est plus complexe. Hormis la sensibilisation des Bosriotes impliqués comme main-d’œuvre dans les chantiers et la multiplication des visites scolaires, peu de facilités sont accordées aux populations locales pour prendre connaissance et comprendre l’histoire du site qui est mise en valeur. En outre, la mémoire locale est ignorée et les populations participent peu à la production de connaissances sur le site.

30Enfin, ces mesures posent donc question. D’une part, elles risquent de favoriser la muséification du site, malgré la volonté affichée de l’éviter. D’autre part, les investissements consacrés aux fouilles, aux chantiers de restauration, à l’aménagement touristique contrastent avec le manque de moyens mis à disposition des populations pour rénover leurs biens. La valorisation archéologique, patrimoniale et touristique du site antique se fait donc au détriment de la fonction résidentielle, qui est peu mise en avant, que ce soit in situ, par un marquage spécifique, ou ex situ, dans les discours. La population est généralement négligée, ou du moins considérée comme un élément pittoresque à conserver en l’état. En ce sens, les recommandations de l’UNESCO sont ambiguës. En effet, à quelles conditions s’agit-il de maintenir le site « vivant » ? En définitive, le site archéologique protégé, le village moderne intra-muros non protégé et la ville moderne forment trois types d’espaces aux valeurs et aux usages différenciés.

TENSIONS ET INÉGALITÉS SOCIALES LIÉES À LA MISE EN VALEUR DU SITE ARCHÉOLOGIQUE

31Les conséquences de cette partition de l’espace sont un double processus de valorisation de certains espaces et de dévalorisation des autres. Or, il faut souligner que la valorisation du site est davantage menée par des acteurs extralocaux, les pouvoirs publics centraux, les institutions internationales et les archéologues étrangers, et ce dans des espaces ex situ que sur le site lui-même. Ces processus contribuent à la création de rapports sociaux dissymétriques entre les acteurs locaux et extra-locaux, entre archéologues, institutions, entrepreneurs touristiques et populations résidentes. Ils aboutissent également à la production d’inégalités au sein des populations bosriotes.

Tensions et rapports dissymétriques

32Malgré l’omniprésence de l’État syrien sur le site, la mise en valeur de Bosra met en relation nombre d’intervenants, publics et privés, locaux et extra-locaux, institutionnels et non institutionnels. En l’absence de plan de gestion, la maîtrise et la partition de l’espace sont problématiques et les conflits entre les acteurs institutionnels, les scientifiques, les acteurs du tourisme et les populations locales sont fréquents. Ces conflits concernent tant les usages de l’espace que les représentations divergentes qu’ont ces différents protagonistes des valeurs du site intramuros. Ils révèlent plus largement les rapports asymétriques qu’entretiennent ces divers acteurs.

  • 7 La direction des Antiquités de Bosra dispose d’une petite quarantaine d’employés dont à peine troi (...)
  • 8 Les propos d’un ingénieur et fonctionnaire de la direction des Antiquités de Bosra rencontré à plu (...)

33Tout d’abord, au niveau institutionnel, des visions conservatrices et modernistes s’opposent, les unes privilégiant la nature archéologique du site et sa protection (DGAM et direction des Antiquités de Bosra), les autres envisageant davantage la question du développement de la ville moderne et la requalification du site archéologique en site touristique (ministère du Tourisme, municipalité). Entre les échelons local, régional et central, les tensions sont également fréquentes. Au niveau régional, le gouvernorat de Dera et la direction régionale des Antiquités sont en charge de l’aménagement de la ville moderne et du site, mais semblent, à l’instar des institutions centrales, s’investir de manière plus symbolique que matérielle. Localement, la municipalité et la direction des antiquités de Bosra sont chargées d’appliquer les décisions prises au niveau central et d’intervenir dans les chantiers d’aménagement et de restauration de certaines zones du site7. Toutefois, les autorités locales estiment ne pas bénéficier de l’attention des institutions centrales et ne pas disposer de moyens financiers et humains suffisants. De leur côté, le rôle des institutions internationales semble limité à la consultation et malgré l’organisation de séminaires de formation des cadres locaux et de sensibilisation de la communauté internationale, l’intervention de ces institutions est jugée inefficace8.

  • 9 L’archéologue Jean-Marie Dentzer estime qu’une politique cohérente de restauration et de présentat (...)

34Les missions archéologiques étrangères disposent quant à elles d’une autonomie financière et d’un droit à disposer de l’espace archéologique justifiés par leur capacité d’expertise. Elles sont néanmoins liées par contrat à l’État syrien et dépendantes de ce dernier en tant que missions conjointes, composées de cadres syriens et d’archéologues étrangers. En outre, les archéologues ressentent une pression politique accrue, du fait notamment des directives qui leur ont été imposées ces dernières années. En effet, la DGAM a récemment réaffirmé les droits et les devoirs des missions archéologiques étrangères en leur imposant de mettre en valeur leurs chantiers de fouilles et de publier dans les plus brefs délais les résultats de leurs recherches. La compétition entre les missions archéologiques est un autre aspect des rapports asymétriques qui peuvent se développer entre les acteurs. D’après les archéologues travaillant sur le site depuis une dizaine d’années, les missions archéologiques cohabitent relativement bien à Bosra. Un partage topographique et chronologique a été réalisé, mais il peut être source de conflits lorsque plusieurs missions désirent fouiller le même espace, mais pas les mêmes strates historiques (les Français s’occupant de l’époque classique, les Italiens de la période byzantine, les Allemands des vestiges islamiques et les États-uniens de l’époque du Bronze). La relation des archéologues aux populations locales est elle aussi potentiellement conflictuelle : d’un côté les fouilles peuvent fragiliser les habitations ou les menacer de disparition, de l’autre côté les habitants peuvent exercer des pressions sur les fouilles et les perturber (pillage, circulation, etc.). Néanmoins, la longévité des recherches archéologiques, l’implication de Bosriotes dans les chantiers et la sensibilisation des archéologues aux conditions de vie des habitants favorisent une entente mutuelle. L’attitude des archéologues a aussi évolué vers une prise en compte croissante des problématiques liées à l’aménagement et à la présentation du site, bien que des divergences sur les modalités de réaliser ces derniers les opposent encore aux acteurs institutionnels et privés9.

  • 10 Bosra compte 5 mosquées, dont 4 sont des monuments historiques.

35Pour l’heure, l’appropriation du site archéologique de Bosra par les acteurs privés, touristiques en particulier, est assez faible et davantage symbolique. L’homme d’affaires et mécène syrien, Uthman Ai’di, fait exception, puisqu’il a implanté un hôtel de luxe en face de la citadelle. Après avoir acquis le titre de docteur en génie hydraulique à Grenoble à la fin des années 1940, il s’est tourné vers le tourisme et dirige aujourd’hui une importante compagnie touristique en Syrie (Syritel). Celle-ci possède notamment la chaîne d’hôtels Cham Palace, dont la plupart des filiales sont implantées à proximité des sites archéologiques. Il a également financé d’importantes opérations de restauration et de mise en lumière sur les sites d’Apamée, Palmyre et de Bosra (Bahout, 1994, p. 54-55). Cela dit, l’homme d’affaires, proche du régime mais relativement indépendant de celui-ci, n’est pas très populaire auprès des archéologues et plutôt mal considéré par les acteurs locaux de Bosra. C’est ce que suggère un entrepreneur de Bosra, qui possède deux restaurants et une boutique et qui organise des manifestations dans le théâtre de Bosra : il dénonce le fait que ses initiatives demeurent bloquées par les refus de la municipalité et de la DGAM et juge que la population est peu dynamique et ne lui offre aucun appui. Plus généralement, si les pratiques touristiques et récréatives sont également sources de discordes avec les archéologues et les populations locales, les touristes et visiteurs sont néanmoins peu nombreux si ce n’est à l’occasion du festival international et les jours de congé (Gillot, 2008). La majorité des visiteurs est syrienne (adultes citadins et public scolaire mais aussi militaires et diplomates) et les étrangers, en proportion moins importante, ont une fréquentation plus saisonnière (avril-mai et septembre-octobre). En outre, les touristes et visiteurs restent rarement plus d’une demi-journée à Bosra et ils ne marquent pas l’espace de manière durable. Les retombées socioéconomiques sur le milieu local sont donc très limitées. La rencontre avec les populations locales est également peu fréquente, les uns et les autres n’occupant pas les mêmes espaces, à l’exception des mosquées du site. Ces dernières étant à la fois des monuments historiques et des lieux de culte10, elles sont l’objet de conflits d’usage entre les populations musulmanes conservatrices et des touristes étrangers non musulmans, particulièrement au moment de la prière (particulièrement le vendredi, jour saint). Dans ces rares rencontres, les populations locales ressentent également les inégalités et les contrastes entre leurs propres conditions et cadre de vie et l’image que leur renvoient ces visiteurs, des citadins diposant d’un statut socio-économique plus élevé.

36Les rapports sociaux entre archéologues, pouvoirs publics, acteurs privés (touristiques) et populations résidentes sont de nature asymétrique et résultent de la mainmise des uns sur certains espaces choisis, au détriment des autres. Ce partage n’a toutefois pas engendré une division spatiale stricte des acteurs sociaux mais il a contribué à hiérarchiser leurs rapports en fonction de leur maîtrise de l’espace archéologique et historique intra-muros. Les institutions publiques syriennes détiennent ainsi un pouvoir quasi souverain sur l’ensemble du site, si ce n’est que la maîtrise foncière n’est pas encore totale et légitime. Les scientifiques disposent d’une relative autonomie et d’une autorité liée à leur qualité d’expert, et ils possèdent des droits sur l’espace archéologique définis par le contrat de fouilles. Les acteurs touristiques disposent par contre d’une faible capacité d’initiative, à l’exception d’Uthman Ai’di, qui semble parvenir à contourner la législation patrimoniale en vertu de liens interpersonnels tissés avec certains membres des institutions. Mais au final, les populations sont pour la plupart dépossédées du droit de propriété et d’usage des espaces archéologique et historique. De surcroît, l’expropriation et la mise en valeur du site archéologique ont engendré des inégalités socio-spatiales de telle sorte qu’à l’espace ancien sont maintenant associés la pauvreté et un statut social inférieur alors qu’à l’espace nouveau sont associées la qualité de vie et l’ascension sociale.

L’expropriation, source d’inégalités sociales au sein des populations locales

37Les processus de valorisation et de dévalorisation des espaces composant le site intra-muros ont été la source d’inégalités sociales croissantes entre Bosriotes. Les inégalités entre les populations résidentes de la ville moderne et du village historique se manifestent tant au niveau de l’accès aux services et aux infrastructures publiques (écoles, hôpital, adduction d’eau potable, etc.) qu’à celui de leur statut socio-professionnel.

38La population locale, qui était essentiellement agricole au XIXe siècle et jusqu’à la première moitié du XXe siècle, a subi des transformations importantes consécutives à l’expropriation et à la mise en valeur du site archéologique de Bosra. Tout d’abord, la société paysanne a disparu et la mémoire des savoir-faire, notamment les techniques agricoles et les procédés de construction, s’est estompée (Moncel, 2000). Ensuite, la modification du profil socioprofessionnel des populations s’est accentuée avec le développement de la ville moderne et de ses institutions. Le nombre de fonctionnaires et d’officiels a augmenté, de même que le nombre de personnes employées dans les commerces et les services locaux (coiffeurs, barbiers, épiciers, etc.). L’emploi agricole n’occupe plus qu’une partie mineure de la population et représente souvent un emploi d’appoint couplé à d’autres activités. Par ailleurs, un grand nombre de Bosriotes travaillent dans les industries de la région et non dans la ville même.

39Ces changements du profil socio-économique de la population, accompagnés d’un bouleversement de son cadre de vie et de ses repères mémoriels, ont eu des répercussions importantes sur la nature de l’occupation de la vieille ville, dont la majeure partie des maisons est désormais occupée par des familles locataires pauvres, sédentaires ou semi-nomades, ainsi que par quelques propriétaires sans revenus. Pour certains, les effets ont été positifs : le départ pour la ville moderne des populations expropriées a permis une amélioration des conditions de vie et donc une certaine ascension sociale. Mais pour les populations occupant le village intra-muros, l’habitat traditionnel de plus en plus dégradé s’avère révélateur d’une position sociale inférieure, résultant du processus de paupérisation et le renforçant. Il est fréquent de voir des familles de 6 à 8 personnes occuper la seule pièce encore saine de leur habitation, ou encore de rencontrer des personnes âgées vivant seule dans des habitations en ruines, et ayant perdu tout contact avec leurs proches. Exceptionnellement, le développement touristique du site a permis à certains de demeurer sur le site dans des conditions plus respectables. Quelques personnes ont ainsi trouvé dans les activités artisanales un emploi d’appoint, souvent complémentaire à leur activité principale dans l’agriculture. Néanmoins, les personnes généralement employées sur les chantiers de fouille et dans les quelques commerces touristiques du site vivent dans la nouvelle ville. Ces activités semblent donc contribuer de manière assez relative à la diminution des inégalités sociales entre habitants de la vieille ville et habitants de la nouvelle ville.

40Les enquêtes menées sur le site ont également révélé que la plupart des habitants sont rarement restés par choix, mais faute de moyens propres et d’aide de l’État ou de la municipalité. Les nouveaux arrivants sont quant à eux dirigés vers le village intra-muros par le prix accessible de la location, alors qu’ils seraient incapables d’assumer le coût d’une location dans la ville moderne. La situation est acceptée avec un certain fatalisme, et rares sont ceux qui croient à l’amélioration de leurs conditions de vie. Si une certaine forme de solidarité existe entre les habitants restés sur le site, rares sont les personnes qui ont gardé des contacts avec les proches ou connaissances partis vivre dans la ville moderne. De même, peu de mécanismes d’aide aux personnes défavorisées sont mis en place, à l’exception de la tradition musulmane de l’aumône, qui n’apporte toutefois qu’une aide ponctuelle et relative.

41En définitive, les différenciations sociales préexistantes semblent avoir été renforcées et davantage marquées spatialement que par le passé. Les populations sont ainsi divisées selon les espaces qu’elles occupent. La ville nouvelle est réservée aux élites et aux classes moyennes alors que le site historique est réservé aux populations les plus pauvres.

CONCLUSION

42La valorisation du site archéologique de Bosra résulte d’une volonté politique précoce de la part de l’État syrien de faire du site un haut lieu archéologique et touristique, national et mondial, en reléguant la fonction résidentielle à l’extérieur du site. La politique de dégagement des niveaux antiques a profondément déstructuré le village moderne des xixe et XXe siècles, qui s’est appauvri au fur et à mesure que les résidents l’ont déserté. Attribuer à rebours des valeurs à ces habitations et enrayer le processus de différentiation socio-spatiale s’avèrent donc des tâches difficiles. L’intérêt soudain des autorités syriennes pour les habitations dévalorisées ne suscite pas, en effet, l’engouement des populations résidentes : souvent locataires ou sans revenus, elles aspirent à la modernité et au confort offerts dans la ville moderne. En outre, les institutions ne se sont pas données tous les moyens d’assurer leur pleine maîtrise du site, où se jouent des conflits d’usages avec d’autres acteurs qui cherchent à marquer leur présence dans l’espace. Le site archéologique et historique, son village y compris, représente ainsi un « espaceenjeu » pour les archéologues étrangers, les institutions nationales et internationales, les entrepreneurs touristiques et les populations locales.

43La situation rencontrée à Bosra est comparable à celle des grandes villes comme Alep et Damas, où les quartiers anciens se sont progressivement dégradés sous l’influence d’une urbanisation galopante et désordonnée. Malgré une volonté politique très forte, soutenue au plus haut point par les acteurs internationaux, les projets de réhabilitation ont du mal à s’ancrer localement et semblent renforcer les inégalités sociales entre les habitants de la vieille ville et les habitants des quartiers modernes. Malgré le processus de patrimonialisation de ces centres et leur insertion dans les circuits touristiques globaux, depuis les années 1990, les bénéfices de la patrimonialisation ne sont pas toujours perçus par les populations résidentes et les propriétaires, qui craignent de perdre le droit de disposer librement de leur bien. Ils se sentent parfois dépossédés par les investisseurs extérieurs qui reconvertissent les édifices anciens en infrastructures touristiques ou culturelles, et les propriétaires sont peu enclins à rénover leurs biens compte tenu des coûts et du manque de subsides publics.

44L’exemple de Bosra témoigne in fine de la valeur relative et socialement construite de l’espace archéologique et patrimonial. Avec l’extension de la notion de patrimoine et la prise en compte des problèmes sociaux, les espaces dévalorisés par les premières politiques de mise en valeur sont peu à peu revalorisés. À Bosra, les autorités publiques, les institutions patrimoniales internationales, et les archéologues réfléchissent aux manières de remédier à la désertion, à la paupérisation et à la dégradation du tissu villageois. Mais le sentiment d’incompréhension des habitants du site historique face aux investissements consacrés aux fouilles archéologiques et aux restaurations de monuments est de plus en plus marqué. Comment justifier une reconnaissance tardive de valeurs que l’on niait jusque-là en détruisant les habitations ? Et comment les faire partager aux occupants de ces habitats dégradés, qui ne leur reconnaissent plus qu’une valeur négative ? Il y a là quelques paradoxes à méditer…

Notes

1 D’après Stéphane Valter, auteur d’une thèse doctorat sur la construction nationale syrienne, Bosra et la région du Hauran, peuplées de populations sunnites et druzes, ont fait l’objet d’appropriations symboliques hésitantes de la part du régime alaouite. Afin de contrer les revendications communautaires, la stratégie de ce dernier fut de nier les particularismes au nom d’une arabité éternelle. Le site de Bosra offrait au régime alaouite la possibilité de mettre en avant l’identité arabe, en valorisant l’héritage nabatéen et islamique, et de souligner les apports de la Syrie à la civilisation gréco-romaine en faisant du théâtre un symbole du génie arabe.

2 Les résultats ont été présentés par Abir Arkawi, architecte et professeur à l’université de Damas, au colloque L’archéologie en Syrie, bilan et perspectives, en septembre 2005 à Alep. L’architecte identifie quatre valeurs à révéler et à maintenir : la valeur économique (il faut développer le tourisme, les commerces et les services), la valeur pédagogique (il faut transmettre la conscience de la valeur historique), la valeur sociale (il faut prendre en compte les activités traditionnelles et l’utilisation contemporaine) et la valeur culturelle. Le maintien et le développement de l’habitat ainsi que la préservation de l’artisanat doivent figurer dans les priorités.

3 Nous renvoyons ici à la notion de marquage en tant que « l’aspect matériel le plus important de l’appropriation » (Veschambre, 2004, p. 73-77) ou encore comme un moyen privilégié de l’affirmation d’une appropriation de l’espace déployant des dimensions à la fois idéelles et matérielles (Ripoll et Veschambre, 2005 ; Ripoll, 2006).

4 De plus, les anciens propriétaires des maisons expropriées reviennent récupérer les pierres de leurs maisons, ce qui indique qu’ils semblent conserver des droits de propriété sur ces dernières. Ces pratiques, qui peuvent être associées à une certaine forme d’effacement de l’espace résidentiel, causent de nombreux dommages, tant aux monuments qu’à leur environnement, qui se transforme en terrain vague et dépôt d’ordures.

5 La valorisation implique à la fois la mise en mots (et en image) et l’aménagement concret de l’espace. Les actions de mise en valeur peuvent quant à elles porter sur le site (contenant), sur son contenu (vestiges, matériel) ou son environnement (cadre humain et naturel). La valorisation in situ est définie comme l’ensemble des interventions déployées sur le site même et son environnement proche afin de le rendre accessible, lisible et attractif. La valorisation ex situ désigne par contre les actions menées hors du territoire occupé par le site, dans des musées extérieurs, dans les médias ou dans les guides touristiques (Gillot, 2008, p. 187-188).

6 Sélection de guides touristiques : Bathendier S., Syrie, Hachette, Guides Tourisme, Guides Bleus Évasion, 2004 ; Gloaguen Ph., Syrie-Jordanie, Guide du Routard, Hachette Tourisme, 2005 ; Mannheim I., Syrie, Liban, Gallimard, Footprint, 2002.

7 La direction des Antiquités de Bosra dispose d’une petite quarantaine d’employés dont à peine trois ingénieurs pour superviser les travaux de restauration, la gestion des contrats et l’aménagement du site. Parmi les autres employés figurent deux archéologues, des assistants, des gardiens et des ouvriers. Des demandes répétées sont adressées à la DGAM pour élever le nombre d’employés et les financements, sans succès visiblement.

8 Les propos d’un ingénieur et fonctionnaire de la direction des Antiquités de Bosra rencontré à plusieurs reprises sont à ce titre assez sévères. En effet, l’ingénieur, originaire de Bosra, estime que les tensions entre les acteurs résultent de l’absence de plan de gestion, les différents partenaires n’ayant d’ailleurs aucune vision partagée de l’avenir du site. Outre le budget limité et l’absence de plan de gestion, il dénonce le manque d’assistance et d’intérêt de la part de la DGAM et du centre du pouvoir, Damas. En outre, l’opposition de la DGAM aux projets de particuliers est défavorable à une implication accrue d’entrepreneurs privés et locaux. Bosra n’est donc pas un site attractif pour les entrepreneurs touristiques. Enfin, il estime que la consultation et la sensibilisation des habitants, le financement et l’amélioration des conditions d’existence dans la ville ancienne ne connaissent aucune amélioration.

9 L’archéologue Jean-Marie Dentzer estime qu’une politique cohérente de restauration et de présentation du site doit être définie, qui concilie la recherche archéologique et le développement et qui insiste sur la continuité historique du site. Il considère que le démontage systématique des maisons abandonnées et le pillage des matériaux de construction doivent cesser, notamment par l’affirmation de l’État de sa propriété entière sur le site et par la définition d’un plan de gestion. L’archéologue est réaliste par rapport au refus probable des habitants de revenir dans le centre ancien. La solution serait donc de favoriser des usages touristiques et commerciaux plutôt que de centrer les actions sur la fonction résidentielle. Enfin, l’aménagement des zones détruites doit se faire de manière réfléchie, sous la forme de circuits de visite balisés et d’équipements intégrés au paysage (Dentzer J.-M., Notes sur la sauvegarde et mise en valeur du site archéologique de Bosra, 2002).

10 Bosra compte 5 mosquées, dont 4 sont des monuments historiques.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Plan de Bosra intra-muros
Légende Source : d’après Burns (s. d. : 67).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Figure 2 : La dégradation de l’habitat dans le village historique de Bosra
Légende Source : Gillot, 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26728/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Figure 3 : le marquage de l’espace par l’État
Légende Panneau situé sur la place de la citadelle de Bosra et célébrant les travaux de restauration de la citadelle, « sous le patronage du camarade militant, Hafez al-Assad, Secrétaire général du parti socialiste arabe Baath et Président de la République arabe syrienne » (Gillot, 2008).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26728/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540