Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Deuxième partie. Prescriptions politiques et conflits d'usages

Conflit d’appropriation et lutte de légitimité : le mur de séparation entre Israéliens et Palestiniens

Fabien Guillot

Texte intégral

  • 1 Le choix a été fait de mettre une majuscule au mot « Mur » à partir du moment où cela fait référen (...)
  • 2 La catégorie globale de « sionisme » correspond ici à l’idéologie qui est à la fois projet nationa (...)
  • 3 L’idée d’asymétrie correspond ici à une absence de symétrie entre acteurs, c’est-à-dire à l’existe (...)
  • 4 Ce travail s’appuie sur une recherche empirique qui associe une analyse documentaire (articles de (...)

1La situation en Palestine représente sans doute un cas extrême, et en cela particulièrement éclairant, pour la problématique de l’appropriation de l’espace. La construction du Mur1 et les annexions par les colons sionistes2 de larges portions d’espace normalement placées sous l’autorité des Palestiniens montrent que les conflits pour la terre, même violents et armés, sont inséparables de luttes de légitimité, que la confrontation et l’opposition traduisent des rapports de forces asymétriques3, où les enjeux sont sociaux, politiques, économiques, juridiques et symboliques. Pour rendre compte de ces rapports de force, des divisions et des stratégies mises en œuvres, il est nécessaire de combiner une analyse historique et documentaire avec une observation sur le terrain des pratiques concrètes et visibles des acteurs qui prennent la forme d’un marquage de l’espace, de la séparation et de l’appropriation4.

2Il est donc important, dans une première partie, de partir du contexte historique et général qui structure l’édification du Mur en Cisjordanie. Le Mur est un élément supplémentaire d’un processus en cours depuis plus de 50 ans en Palestine, processus qui voit deux ensembles sociaux hétérogènes revendiquer un même espace. Mais le Mur ne se résume pas à un trait sur une carte. Son édification a des conséquences dans et sur la vie quotidienne des différentes populations locales. Qui sont les groupes sociaux en présence ? Comment s’organise l’espace de vie qu’ils se partagent et se disputent ? Les usages de l’espace, différenciés et inégaux, participent-ils à catégoriser voire à construire ces groupes sociaux (Israéliens, Palestiniens, Colons…) ? Répondre à ces questions sera l’objet de la deuxième partie. Le troisième temps de ce chapitre se focalisera sur les luttes de légitimation/délégitimation, sur les ressources mobilisées par les différents acteurs sur le terrain (ressources rhétoriques, juridiques, militaires…), et donc les inégalités et rapports de force entre les différents groupes sociaux qui se disputent le même espace. Espace qui devient l’enjeu du rapport, ce qui pose aussi la question de la valeur conférée à l’espace que tentent de s’approprier les différents protagonistes. La notion de valeur (morale, politique, économique, religieuse, symbolique…) vient finalement répondre à la question du pourquoi des conflits et des luttes.

3C’est donc dans ce contexte que le Mur cristallise et relie l’ensemble de ces questionnements, donnant matière au sens propre comme au figuré à la réflexion proposée. C’est donc à la fois de lui que part cette réflexion et c’est autour de lui qu’elle se construit et s’alimente.

ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : LA CONSTRUCTION DU MUR

De la « reconnaissance mutuelle » à la construction du Mur

  • 5 Durant les quatre premiers mois de l’Intifada, les bombardements israéliens en zones urbanisées on (...)
  • 6 Les termes de « Mur » et de « barrière » ne sont pas choisis au hasard par les différents protagon (...)
  • 7 Pour rappel, le mur de Berlin avait une hauteur moyenne de l’ordre de 3,60 m.

4Plus d’une décennie après la « reconnaissance mutuelle » entre Israéliens et Palestiniens (Accords d’Oslo, 1993), et après une seconde Intifada (2001) réprimée violemment et par la force d’une armée israélienne puissante, bien équipée et entraînée5, la construction du Mur en Cisjordanie fait figure d’énième épreuve pour une société palestinienne exsangue, au bord du chaos comme l’illustrent, depuis les résultats de l’élection de juin 2007, les confrontations entre Hamas et Fatah à Gaza notamment – confrontations qui laisseront place à un nouveau conflit ouvert avec Israël cette fois au cours des mois de décembre 2008 et janvier 2009. Le Mur qui se construit et serpente sur les collines de la Cisjordanie porte le nom rassurant de « barrière de sécurité » pour les Israéliens et les colons, alors que les mots « Mur » et surtout « barrière6 » ne parviennent qu’imparfaitement à traduire la façon dont les Palestiniens le considèrent et en vivent la présence au quotidien. Constitué d’élément en béton de 8 mètres de haut7 dans les sections considérées comme « vulnérables » par l’État israélien, il peut aussi prendre la forme d’une clôture métallique, grillagée de plus de 3 m de hauteur en des sections considérées comme potentiellement moins dangereuses par les autorités israéliennes.

  • 8 La « Ligne verte » est la ligne d’armistice du 3 avril 1949 qui fait figure de limite entre Israël (...)

5Pour les gouvernements israéliens qui se succèdent depuis 2001 avec l’arrivée du Likoud (Parti de la droite israélienne) qui place Ariel Sharon aux commandes et aujourd’hui Benjamin Netanyahou, le durcissement des relations avec les Palestiniens est patent. C’est en 2002 qu’une nouvelle étape est franchie avec la décision de construire le Mur. Le discours ne varie pas, il s’agit non pas de marquer une frontière mais de protéger les Israéliens de la « menace terroriste ». Le 23 juin 2002, par sa décision 2077, le Conseil des ministres israélien a approuvé la première phase d’un projet de construction d’une barrière « continue » dans certaines parties de la Cisjordanie et de Jérusalem. Il était dit dans cette décision que la barrière « est une mesure de sécurité » et qu’« elle ne constitue pas une frontière politique ou autre ». Mais en ne suivant pas le tracé de la « ligne verte8 », le Mur permet aussi d’annexer de fait de larges portions de territoire en les coupant littéralement du reste de l’espace cisjordanien. Et ce faisant, il s’agit aussi de chercher à « “enfermer dehors” les indésirables » (Ritaine, 2009). Par conséquent, en l’espace d’une décennie à peine, la situation passe de l’espoir d’une paix et d’une « reconnaissance mutuelle » entre Israéliens et Palestiniens, la création d’un État palestinien et d’une souveraineté nationale totale, à une orientation politique et à une situation tendue sur le terrain. Les provocations (déplacement d’A. Sharon sur l’esplanade des mosquées à Jérusalem) succèdent aux violences et répressions (attentats suicides, bouclage des territoires, seconde Intifada, destruction et blocus du Quartier Général de l’Autorité palestinienne à Ramallah, répression à Jénine…). Puis, arrive la décision unilatérale prise par le Gouvernement israélien de construire le Mur et de poursuivre le processus de colonisation en créant de nouvelles implantations en Cisjordanie, notamment autour de Jérusalem-Est.

Contexte social, psychologique et politique

6Voilà retracé à grands traits le contexte général d’une situation qui se fige au rythme des « bouclages », qui se tend lors des explosions de colère d’une population palestinienne ayant le sentiment d’être emprisonnée et dont l’impression d’abandon est profonde. De plus, la population se heurte à une répression menée par l’armée israélienne. Pour autant, il ne faut pas conclure trop vite que la société israélienne constitue un seul et même bloc, une seule et même pensée monolithique qui écrase le peuple palestinien et son désir d’État national. Tout le monde en Israël ne soutient pas cette logique politique et militaire où le recours à la force est l’unique mode de relation à l’autre : les Palestiniens. Le contexte ne peut se réduire à une vision réductrice à deux camps, Israéliens et Palestiniens frontalement opposés.

7Pour bien saisir la complexité du contexte, il faut encore rappeler que, dans la société israélienne, le Mur s’impose comme une sorte d’évidence et solution miracle du fait d’un climat de peur du terrorisme savamment entretenu par divers partis et groupes politiques, notamment de la droite nationaliste israélienne. Le « Mur de sécurité » comme l’appellent officiellement les autorités gouvernementales israéliennes, est ainsi présenté comme une solution visant à contenir les attaques et incursions palestiniennes en Israël. Ce contexte de peur du terrorisme, d’amalgame entre Arabes, Musulmans (donc Palestiniens) et terrorisme enferme les discours et les pensées, et donc les décisions des Israéliens dans un schéma de repli − de la même manière que le Mur enferme les Palestiniens. Ceci est vrai à tel point que l’on peut parler de « deux sociétés emmurées », comme le souligne Sylvain Cypel :

« Pourquoi et comment les Israéliens en sont-ils venus à emmurer physiquement les Palestiniens et à s’emmurer mentalement, dans leur grande majorité, dans une impasse politique, légitiment l’oppression quotidienne de tout un peuple ? » (Cypel, 2005, p. 15.)

8Ces quelques rappels sur le contexte social, psychologique et politique permettent de resituer la construction du Mur dans un mouvement plus large.

Structure et organisation matérielle du Mur

9Le contexte se matérialise sur le terrain par l’édification du Mur, physique, concret, visible. Ce Mur se matérialise autant dans sa verticalité (8 m de hauteur) que par son emprise horizontale (fig. 1). Cette emprise au sol du Mur doit être pris en considération puisqu’il atteint à certains endroits plusieurs dizaines de mètres de largeur (plus de 70 mètres parfois) ce qui représente autant de terres rendues inutilisables pour les Palestiniens notamment ; terres souvent agricoles qui plus est. 1450 hectares de terre ont ainsi été soumis aux bulldozers et plus de 102 000 oliviers et arbres fruitiers ont été détruits, arrachés, selon un décompte effectué en mai 2003 par des ONG. Accompagnées de ces destructions, il faut aussi compter de nombreuses expropriations et destructions de maisons dans les zones où le Mur traverse les villes et villages. Le tracé du Mur coupe en deux des villages et des quartiers entiers. Les relations sociales, familiales et réseaux économiques de la population palestinienne sont bouleversés, rompus. Un véritable no man’s land est produit, entre le tracé de la « ligne verte » et le Mur, piégeant des milliers de Palestiniens qui ne peuvent ni traverser la « ligne verte » dépourvus qu’ils sont de papiers et d’autorisations, ni passer le Mur pour rejoindre le reste de la Cisjordanie. Tel est le contexte général dans lequel vivent les Israéliens, colons et Palestiniens.

10La construction du Mur ne connaît que peu de ralentissement (photo, fig. 1), les engins de construction et de terrassement matérialisent la volonté politique sans faille des dirigeants israéliens (politiques et militaires) de mener à son terme la logique visant à enfermer ceux qui incarnent une menace à leurs yeux : les Palestiniens. La sécurité devient l’argument massue d’une rhétorique bien construite et relayée à tous les niveaux de la société israélienne (sphères politique, médiatique, etc.).

  • 9 Concernant cette idée d’amalgame qui dépasse le seul exemple israélo-palestinien, voir par exemple (...)
  • 10 « Le CPTED emploie souvent les verrous, obstacles, barrières, barbelés, grilles et garde de la pré (...)

11Cette rhétorique repose sur un amalgame9 stigmatisant toute une population (les Palestiniens) considérée comme une menace à laquelle s’opposent, par anticipation de la menace, diverses mesures de sécurité reposant sur le contrôle social, militaire, et sur un urbanisme défensif, et tout procédé s’inscrivant dans les logiques du Crime Prevention through Environmental Design10 (CPTED).

Figure 1 : Construction et schéma de l’organisation du Mur

Figure 1 : Construction et schéma de l’organisation du Mur

Schéma : Pengon, 2006.

12Pas même le droit, fut-il international, ne semble en mesure de stopper cette entreprise de séparation. Les aspects juridiques représentent l’un des leviers par lesquels divers opposants (ONG, partis politiques et associations de la gauche israélienne, organisations palestiniennes…) tentent de faire entendre les droits des Palestiniens. Les recours se sont multipliés depuis 2002, mais rarement les Cours de justice israéliennes n’ont remis en cause la dynamique de fond, tout juste ont-elles demandé des révisions minimes du tracé du Mur ou alloué quelques compensations financières pour les Palestiniens expropriés et lésés de leurs biens.

Les questions juridiques de l’édification du Mur (Avis de la CIJ, 9 juillet 2004)

13Il faut attendre juillet 2004 pour qu’une première décision d’envergure juge illégale l’édification du Mur. La question adressée à la Cour Internationale de Justice (CIJ) par l’Assemblée générale des Nations Unies (résolution ES-10/14) était :

« Quelles sont en droit les conséquences de l’édification du mur qu’Israël, puissance occupante, est en train de construire dans le territoire palestinien occupé, y compris à l’intérieur et sur le pourtour de Jérusalem-Est, selon ce qui est exposé dans le rapport du Secrétaire général, compte tenu des règles et des principes du droit international, notamment la quatrième convention de Genève de 1949 et les résolutions consacrées à la question par le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale ? »

  • 11 CIJ : Conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le territoire palestinien occupé, La (...)

14Le 9 juillet 2004, le Président de la CIJ, siégeant à La Haye, a rendu un avis consultatif caractérisant la construction du Mur par Israël en territoire palestinien occupé comme « contraire au droit international ». De son côté, la Mission d’Israël auprès de l’ONU condamnait immédiatement l’arrêt rendu par la CIJ. L’avis consultatif émis par la Cour internationale de justice, stipule que « l’édification du mur qu’Israël, puissance occupante, est en train de construire dans le territoire palestinien occupé, y compris à l’intérieur et sur le pourtour de Jérusalem-Est, et sur le régime qui lui est associé, sont contraires au droit international11 ». La bataille juridique venait alors de se déplacer au niveau international et alimente depuis le débat sur le Mur. À l’argument sécuritaire vient répondre l’argument du droit.

  • 12 CIJ : Conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le territoire palestinien occupé, La (...)

15Au-delà de l’avis général sur la question posée, qui déclare l’édification du Mur contraire au droit international, il est intéressant de rappeler également quelques arguments sur lesquels s’appuie la CIJ pour établir son avis. À partir du paragraphe 7012 de son Avis, elle rappelle notamment le statut de puissance occupante d’Israël en Cisjordanie (paragraphe 78), dresse un état des lieux des conséquences de la construction du Mur en différentes zones de la Cisjordanie (paragraphes 79 à 85), détermine les règles et principes de droit international qui sont pertinents pour l’appréciation de la « léicité » des mesures prises par Israël (paragraphe 86 et suivants). Enfin, la Cour reprend diverses faits et observations dans le paragraphe 115 de son avis permettant de saisir diverses conséquences d’ordre juridique, politique, démographique et géographique :

  • 13 CIJ : Conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le territoire palestinien occupé, La (...)

« À cet égard, il est exposé à l’annexe II au rapport du Secrétaire général intitulée “Résumé de la position juridique de l’organisation de libération de la Palestine” que “La construction du mur est une tentative d’annexion du territoire qui constitue une transgression du droit international” et que “l’annexion de facto de terres constitue une atteinte à la souveraineté territoriale et en conséquence au droit des Palestiniens à l’autodétermination”. Ce point de vue a été repris dans certains des exposés écrits présentés à la Cour ainsi qu’à l’audience. Il a notamment été prétendu que “[l] e mur ampute l’assise territoriale sur laquelle le peuple palestinien est fondé à exercer son droit à l’autodétermination et contrevient au principe interdisant l’acquisition de territoires par le recours à la force”. À ce propos, il a en particulier été souligné que “le tracé du mur est conçu pour modifier la composition démographique du territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, par le renforcement des colonies de peuplement israéliennes” installées illégalement en territoire palestinien occupé. Le mur viserait en outre à « réduire et morceler le territoire sur lequel le peuple palestinien est fondé à exercer son droit à l’autodétermination13. »

  • 14 CIJ : Conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le territoire palestinien occupé, La (...)

16Israël de son côté expose comme argument « que le mur a pour seul objet de permettre de lutter efficacement contre le terrorisme en provenance de Cisjordanie [et] que l’édification de la barrière a un caractère temporaire » (paragraphe 116). Par ailleurs, s’appuyant sur ces diverses considérations, la Cour estime que « la construction du mur et le régime qui lui est associé sont contraires au droit international14 » (paragraphe 142). Mais contraire au droit ou pas, le fait est que le Mur est toujours présent et qu’il a des conséquences concrètes au quotidien, notamment sur les expériences vécues par les populations, ce qui permet aussi d’aborder la nature matérielle et pratique de l’appropriation.

LES CONSÉQUENCES DE L’ÉDIFICATION DU MUR ET LE VÉCU DES POPULATIONS

Vivre le Mur au quotidien

17La construction du Mur engendre diverses conséquences sur le quotidien des populations, principalement palestiniennes. Ces conséquences sont vécues de manières assez fortes, négativement, tragiquement parfois. Au cours d’entretiens réalisés auprès des populations palestiniennes, deux situations résument en quelque sorte la problématique d’un quotidien vécu comme une humiliation : la nécessité de passer le Mur et l’impossibilité de faire autrement que de s’y heurter. Ces deux situations illustrent et résument finalement le quotidien pour de nombreux Palestiniens. Au-delà de ces deux situations, force est de constater que tous sont plus ou moins confrontés à une même logique d’enfermement. Les expériences relatées en matière de passage du Mur révèlent toute la violence (physique et symbolique) et les humiliations vécues. Le passage aux points de contrôle (check-point) représente un moment qui permet de mesurer toute la tension que doivent gérer les civils pour espérer traverser ce mur et se déplacer.

  • 15 Entretien réalisé par l’auteur comme l’ensemble des extraits repris par la suite. Les noms ont été (...)

Passage de Check-point vers Ramallah.
[…] L’autre jour, j’allais chez mes parents après mon travail, je n’y étais pas allée depuis une semaine au moins. C’était la fin de la journée et j’avais faim et soif, j’étais fatiguée. J’étais contente de retourner chez moi et de retrouver mes parents, mes frères et sœurs. Je vis à Ramallah et c’est écrit sur ma carte d’identité et j’y allais. Après avoir fait plusieurs kilomètres en taxi collectif en longeant le mur, je suis arrivée à un checkpoint, la nuit allait bientôt tomber.
Le check-point était plus ou moins fermé. Un soldat m’a dit que je ne pouvais pas passer. Je lui ai expliqué pourquoi je voulais passer, je l’ai supplié. Il me répondait toujours non, « no, no ». J’avais l’impression de mendier pour pouvoir juste passer cette barrière. Je ne sais pas combien de temps cela a duré comme ça, j’ai fini par pleurer, je ne pouvais plus parler, je ne pouvais plus le regarder, je me suis retournée, j’étais humiliée.
Le soldat a continué à me crier dessus : «go away ! » J’ai attendu de pouvoir arrêter de pleurer pour insister encore. J’avais l’impression qu’il ne me voyait pas comme une personne humaine, une personne normale qui veut rentrer chez elle. Je voyais quelques personnes passer, la fermeture n’était pas totale. D’habitude je ne suis pas courageuse, mais là je ne voyais pas comment je pouvais rester comme ça et retourner à Bethléem. Je ne voyais pas comment je pouvais continuer comme ça. J’ai pris mon sac à main, mes bagages, et j’ai passé le check-point comme ça.
Un autre soldat a armé son fusil et s’est préparé à me tirer dans les jambes, c’est ce qu’ils font. L’autre soldat lui a fait baisser le fusil. Il m’a dit : « arrêtez-vous, pourquoi vous êtes si nerveuse ? ». Je lui ai répondu : « si vous vouliez rentrer chez vous retrouver votre mère, votre père ou votre femme, vos enfants et qu’on vous l’interdit sans raison vous trouveriez ça juste ? Vous sentir humiliée au point de pleurer pour pouvoir passer et demander toujours la permission pour une chose aussi simple comme un esclave, vous pensez que c’est juste ? D’avoir un mur comme unique horizon, d’être emmurée comme dans une prison, est-ce que c’est une vie ? ». Après cela, il m’a regardé autrement, sa voix a changé et m’a dit de me calmer.
Ce jour-là, je me suis dit : soit ils me tuent, soit je rentre chez moi. J’aurais pu mourir, tuée par un soldat uniquement parce que je voulais rentrer chez moi, passer ce mur. Parfois, je me demande quel avenir j’ai dans ce pays où on m’enferme, où on construit un mur aussi haut pour nous séparer de la terre qui est la nôtre, nous séparer de notre famille, des gens qu’on aime. C’est ici au check-point que les tensions sont fortes, car on est en contact avec eux, le reste du temps on est face au mur. C’est une souffrance quotidienne. À chaque fois que je rentre chez moi, il faut que je réfléchisse au chemin à prendre, que peut-être tout va s’arrêter au pied d’un soldat, le long de ce mur. Parfois, je me dis, un jour je vais me réveiller et durant la nuit ils auront construit encore plus de murs et je ne pourrai même pas sortir dans la rue, je serai enfermée comme dans une prison alors que je n’ai rien fait pour mériter cela. […]
Anita15, entretien réalisé à Ramallah, le 20 mars 2005
Anita est une jeune femme palestinienne de 24 ans dont le père travaille pour l’administration palestinienne dans la ville de Ramallah. Elle est issue d’une famille de cinq enfants (trois frères et une sœur). Anita travaille à Bethléem pour une association financée par l’ONU qui vient en aide aux adolescents palestiniens ayant subi des violences au cours de combats, ou lors d’arrestations. L’association prend également en charge des victimes de tortures et de mauvais traitements. Cette activité est pour Anita à la fois un travail, mais aussi une action sociale. Elle travaille aux côtés de volontaires venus de plusieurs pays du monde, notamment d’Europe.

18Si le passage du Mur se révèle être un moment particulier, vécu comme une humiliation et comme une situation risquée qui peut dégénérer, vivre face au Mur comme « enfermé » derrière 8 mètres de béton constitue une autre situation vécue difficilement par les civils palestiniens. Les termes « enfermement », « encerclement », « prison » reviennent régulièrement dans les témoignages recueillis au cours des différents entretiens. Dans ce contexte, ce n’est pas tant la question du passage du Mur qui se trouve exprimée, mais au contraire celle de l’enfermement et de la difficulté de se projeter dans un avenir qui ne ressemble pas à une impasse.

Qalqilya, la ville encerclée
[…] Depuis que les Israéliens ont construit ce mur, il n’y a plus de vie, on ne vit plus. Tu as vu ce mur [il montre le Mur du doigt que l’on peut voir de la fenêtre de sa maison], on est des prisonniers, enfermés et personne ne fait rien. Qui peut accepter de vivre comme cela ? On ne peut plus sortir et aller dans le reste de la Palestine. On est comme des prisonniers, où que tu ailles tu trouves le mur en face de toi et derrière Israël et son armée, des soldats partout.
Le pire c’est qu’on ne peut plus accéder à nos champs, j’ai demandé un permis pour traverser le mur, mais ils ont refusé, car je n’ai pas encore 35 ans et en plus il faut être propriétaire du terrain que je cultive. Mais comment je pourrais acheter ma terre alors que je ne peux même pas nourrir correctement ma famille. Je ne peux plus rien cultiver, plus rien vendre et pour payer la nourriture c’est difficile […]
Ils nous ont enfermés avec le mur et nous laissent mourir doucement. Quel avenir pour mes enfants, je ne parle pas de moi, mais pour eux, comment ils vont sortir d’ici, il n’y a d’avenir pour personne ici. […]
Karim, entretien réalisé à Qalqilya, 25 mars 2005
Karim, âgé de 31 ans, est marié et père de 3 enfants. Il a un fils de 11 ans et deux filles de 5 et 7 ans. Il vit près de la ville de Qalqilya avec sa femme et ses enfants, mais aussi avec ses parents dans la maison familiale où ils vivent à sept. Karim a repris l’activité agricole de son père, mais il connaît des difficultés compte tenu de la construction du Mur et de la situation politique. Sa femme élève les enfants et l’aide dans l’activité agricole.

  • 16 Ces données sont fournies par le Département chargé des négociations de l’OLP (www.nad-plo.org).

19Ces extraits d’entretiens permettent de saisir à la fois les difficultés quotidiennes des populations civiles, mais aussi les conséquences vécues de l’édification du Mur. La ville de Qalqilya est un lieu symptomatique d’une situation humanitaire, sociale et économique particulièrement détériorée du fait de la construction du Mur. La population estimée de la ville avant la construction du Mur était de l’ordre de 45 000 personnes. Plusieurs milliers de personnes (entre 6 000 et 8 000 selon les sources) ont quitté la ville pour tenter de trouver du travail ailleurs et avoir de meilleures conditions d’existence. Il faut dire que plus de 8 000 arbres ont été déracinés pour construire le Mur, des terres ont été réquisitionnées, d’autres rendues inaccessibles – ce qui représente 47 % des terres agricoles situées à Qalqilya. Et 15 des 39 puits qui alimentent la ville en eau ont été confisqués. En outre, la situation sociale et économique est particulièrement critique puisque le taux de chômage est estimé à 65 % et qu’environ 600 commerces (sur 1 800) ont fermé dans la ville16. Ces quelques données statistiques permettent d’appréhender la sévérité des contrecoups socio-économiques de la construction du Mur et de donner une petite idée du genre de vie quotidienne vécue par les populations. Ces conséquences touchent indifféremment l’individu, la famille, le village entier, l’ensemble d’un district. À tous les niveaux, les communautés sont directement ou indirectement confrontées au bouclage, à l’encerclement, à la destruction et à l’expropriation.

20De manière contradictoire, la situation est vécue différemment du point de vue d’un colon israélien, partageant son temps entre Tel Aviv et la colonie de Ariel. Le point de vue développé permet d’apprécier le fossé qui sépare son expérience vécue et sa perception de la situation de celle des Palestiniens.

  • 17 La référence est ici clairement celle des écrits religieux (voir Genèse, IX, 18). L’auteur de ces (...)

Être colon en Cisjordanie
[…] Les Palestiniens n’ont qu’une idée en tête, nous chasser de la terre de nos ancêtres. Ils ont essayé de nous rejeter à la mer, mais nous sommes restés, car notre force c’est notre cohésion à nous, Juifs. Ils nous attaquent, nous obligent à vivre derrière toutes ces protections, mais si j’accepte cela c’est pour offrir à mes enfants un pays où ils pourront vivre pleinement leur judaïsme. […]
Ici, nous sommes une avant-garde, nous construisons pour l’avenir de tous. […]
Les Arabes n’ont aucun droit sur cette terre, ici c’est la terre d’Israël. Ils peuvent vivre autour, ils ont combien de terre tout autour de nous ? Ils peuvent y vivre et nous laisser cet espace qui est la terre historique des Juifs. Nous sommes en droit d’être ici, c’est écrit, c’est la promesse faite par Adonaï à Abraham17. […]
On ne peut pas vivre avec les Arabes ici, ils n’ont pas de parole, ne respectent pas cette terre, regarde ce qu’ils font des territoires qu’ils ont. Quand les premiers Juifs sont arrivés ici, ils n’ont trouvé qu’un désert. Nous avons construit des routes, cultivé les terres, amené de l’eau là où il n’y avait rien. Nous avons redonné à cette terre toute sa force, toute sa beauté et sa richesse. Et maintenant les Arabes voudraient nous chasser d’ici ? Jamais on ne quittera cette terre ! On ne peut pas faire partir les Arabes, car nos gouvernements se plient aux règles internationales, mais on n’est pas obligé de vivre avec eux. Alors, on doit les surveiller, les contrôler pour qu’ils ne puissent pas mener des attaques terroristes. […]
Ici dans la colonie, nous avons de bons systèmes de défense, on peut résister à des attaques. Avec le mur de sécurité, on augmentera encore la sécurité. […]
Élie, entretien réalisé dans une colonie en Cisjordanie, le 18 mars 2005
Élie, Israélien de 42 ans, est marié et père de deux enfants scolarisés dans une école privée. Elie travaille à Tel-Aviv dans le secteur bancaire. Il effectue la route chaque jour entre Tel-Aviv et la colonie d’Ariel où il habite. Le fait de vivre dans une colonie en Cisjordanie, l’une des plus grandes, apparaît comme « un choix de vie » logique, cohérent pour lui.

21Même si l’on sent les contraintes que constitue le choix de vivre dans la colonie, en étant « obligé de les surveiller [les Palestiniens], de les contrôler », même si la référence au terrorisme est aussi présente, l’auteur de ces propos se place véritablement à un autre niveau, de par ses références aux textes bibliques, de par sa mission où il se considère comme une « avant-garde »… Son monde, sa réalité vécue se situe dans une autre sphère de référence structurée non pas sur les notions d’« État d’Israël » mais sur celle d’« Eretz Israël », non pas sur celle d’Israélianité mais sur celle de « judéité », où tous ceux qui n’appartiennent pas à cette sphère sont des ennemis potentiels. À demi-mot, on peut ressentir la peur de l’environnement (arabe), cette ambiance de repli sur soi, de peur du dehors et de l’autre. Les éléments matériels comme les discours le traduisent avec force. Dans un article du Monde diplomatique, Christian Salmon décrivait cette ambiance particulière avec ses mots d’écrivain :

« Fenêtres en meurtrières, façades agencées en muraille, alignement d’immeubles, villes-caserne : ce que l’on voit des colonies israéliennes suggère une architecture close sur elle-même, un auto-enfermement dû bien sûr aux contraintes de sécurité, mais qui avoue une obsession de l’espace, un espace redouté, refoulé, l’espace-peur. […] Une sorte d’exophobie inverse du proces- sus d’occupation. Plus on avance en territoire ennemi, plus on s’enferme à l’intérieur de soi. La formule vaut pour l’ensemble de la société israélienne. » (Salmon, 2002, p. 16-17.)

Les conséquences territoriales

  • 18 Voir les ordonnances d’octobre 2003 édictées par les forces israéliennes de défense et qui interdi (...)

22À ces expériences vécues, il faut ajouter les conséquences territoriales de l’édification du Mur et, plus précisément, l’impossibilité de le franchir pour les Palestiniens. À l’emprise au sol déjà évoquée, il faut ajouter que des champs et des terrains sont de fait séparés du reste de la Cisjordanie, rendus inaccessibles pour les civils palestiniens. Toutes ces zones et espaces ont été réquisitionnés, appropriés par l’armée pour construire le Mur, déclarés « zones militaires fermées18 », et constituent autant de « terres » en moins, confisquées aux Palestiniens.

  • 19 Rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur l’application de la résolution ES 10-13 de l’A (...)

23Par ailleurs, au regard du tracé du Mur qui prend soin d’inclure bon nombre de colonies, il est clair que la construction du Mur doit être reliée à la stratégie de colonisation impulsée depuis 1977 en Cisjordanie. Les multiples interventions et pressions du Conseil des Colons (Yesha) pour définir un tracé qui intègre les colonies et les « protège » permet de mesurer l’intérêt stratégique du Mur. Il est un instrument s’intégrant dans le développement de l’appropriation de nouveaux terrains par les colons et permet de renforcer l’assise défensive des implantations existantes. Selon les plans prévus, ce sont au total 2 % de la superficie de la Cisjordanie qui sont annexés de fait. L’exemple des colonies d’Ariel et d’Immanuel est symptomatique de la tendance générale : le Mur pénètre de plus de 16 km à l’intérieur de la Cisjordanie (à l’est de la « Ligne verte ») pour venir entourer les blocs de colonies créant une bande de terre « séparée » du reste de la Cisjordanie. Au total, d’après un rapport établi par le Secrétaire général des Nations Unies, 975 km² (soit 16,6 % de la superficie de la Cisjordanie) seraient situés entre la « Ligne verte » et le Mur et 237 000 Palestiniens vivraient dans cette zone19.

Les catégories en présence : distinctions et constructions des groupes sociaux

24Ces transformations sont produites par différents groupes sociaux, par l’intermédiaire de décisions politiques mais aussi d’actions concrètes sur le terrain (appropriations/expropriation par exemple). Jusqu’ici plusieurs catégories (« Israéliens », « Palestiniens », « colons »…) ont été évoquées et utilisées pour distinguer les acteurs en présence. Il faut toutefois s’y arrêter pour en préciser le contenu et répondre à plusieurs questions. Quels sont les fondements de ces catégorisations ? En quoi l’identité (la catégorisation et la distinction) a-t-elle aussi une dimension spatiale ? Quels liens peut-on trouver entre usages de l’espace et catégories sociales ? La catégorisation peut d’abord se construire selon les discours et postures politiques, selon les fonctions des acteurs ou encore selon les localisations des différents protagonistes – ce qui suppose de se demander pourquoi certains groupes sont localisés à tel ou tel endroit ou voudraient l’être, et donc d’interroger les valeurs différentielles conférées à ces espaces. Elle doit aussi être mise en lien direct avec les usages de l’espace, avec son marquage inséparablement matériel et symbolique, qui permettent de saisir les contours des différents groupes sociaux qui s’opposent sur le terrain du fait des intérêts qu’ils partagent et des objectifs divergents qu’ils poursuivent.

  • 20 Sur ces diverses questions que nous ne pouvons développer ici, voir la thèse de William Berthomièr (...)

25Schématiquement, à un certain niveau d’analyse, on utilise souvent deux catégories principales, renvoyant à des groupes sociaux différents et inégaux : « Israéliens » et « Palestiniens ». Pourtant, cette catégorisation n’est pas suffisamment précise pour analyser et comprendre le jeu des différents acteurs effectivement mobilisés et des groupes sociaux auxquels ils appartiennent ou dont ils se revendiquent. C’est en cela que les discours politiques et les postures qui vont avec permettent de faire des distinctions entre par exemple les « Israéliens » au sens large et les seuls « colons » israéliens : les discours (idéologies), mais aussi les usages et marquages de l’espace sont autant d’éléments distinctifs permettant de dresser les contours de ce groupe social. De plus, il faut rappeler que parmi les Israéliens, certains sont arabes et d’autres juifs originaires des États-Unis, d’Europe (de l’ouest comme de l’est), du Maghreb ou d’Afrique (Éthiopie). La société israélienne est ainsi une société de migrants venus de différents pays et cultures, ce qui nécessite de prendre en compte les origines et les aspects mémoriels qui sont aussi utilisés par les individus pour caractériser leur appartenance à un groupe, leur identité, mais aussi leur « unicité » et rapport à la diaspora20. Si le jeune État s’est renforcé par cette immigration juive venant du monde entier (Aliya), le projet national israélien a tenté de fondre l’hétérogénéité qui en résulte dans une nation. Pourtant ce projet semble ne pas avoir réussi :

« Un demi siècle après [la création d’Israël en 1948], il faut admettre que ce modèle d’intégration nationale par fusion, avec pour objectif la fabrication d’un homo israelicus, véritable produit de synthèse né d’une combinaison harmonieuse des différents apports humains et héritages culturels, n’a pas été réalisé. » (Dieckhoff, 2001, p. 3.)

26Se pose alors la question de l’identité pour nombre d’Israéliens, identité multiculturelle (Séfarades, Russes, Arabes Israéliens, Éthiopiens…), mais aussi pluralité des projets sociopolitiques pour l’État : doit-il s’agir d’un État laïc ou d’un État soumis aux préceptes de la religion juive ? Doit-on parler d’un « État juif » ou d’une « État israélien » ? Ces orientations politiques et cette hétérogénéité culturelle participent à « travailler » la société israélienne dans son ensemble et à lui donner un visage métissé, pluriel. Cette réalité sociale complexe de la société israélienne est une donnée centrale qu’il convient d’avoir à l’esprit au moment de s’interroger sur les catégorisations.

27Pour autant, on peut considérer que plusieurs types d’acteurs israéliens bien déterminés entrent en scène à différents degrés et selon des préoccupations diverses. Les Arabes israéliens constituent un groupe qui est dans une situation difficile : à la fois israéliens et considérés comme étant avant tout des Arabes par les Juifs, ils ont une position parfois délicate du fait de cette double appartenance. Assez peu impliqués et visibles politiquement, ils se trouvent souvent partagés entre une solidarité avec les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza avec, qui ils gardent des liens familiaux et amicaux, et un réel désir d’insertion et de reconnaissance dans la société israélienne. Un second groupe correspond aux Israéliens souhaitant vivre aux côtés des Arabes palestiniens dans deux États séparés. Ceux-ci refusent la logique coloniale portée par les colons de la droite et de l’extrême droite nationaliste et sioniste. Ces Israéliens ont pendant très longtemps constitué les rangs des partis de la gauche israélienne et refusent de soutenir les implantations en Cisjordanie et à Gaza. Un troisième ensemble est constitué par les « colons ». Socialement, politiquement et militairement très organisés, ils sont les artisans de l’appropriation. Leurs pratiques de l’espace et leur localisation dans l’espace se situent au-delà de la « Ligne verte » sur l’ensemble de la Cisjordanie. La catégorie de « colon » se définit en elle-même par l’appartenance à une colonie donc par une catégorie spatiale, par le lien avec un type d’espace particulier. Cette catégorie se construit à partir d’un rapport au sol, par un espace de vie commun, en dehors du territoire national (dans le cas présent Israël). On peut aussi ajouter que les « colons » se définissent aussi par le discours et l’idéologie qui sous-tend leur choix de vie et de localisation sur l’espace de la Palestine. Le poids politique des colons n’a pas cessé de se renforcer et ils bénéficient de relais politiques, religieux et militaires pour faire entendre leurs revendications et exigences, notamment par le biais du Conseil des colons (Yesha). Enfin, sans doute faut-il ajouter la présence d’un groupe particulier mais dont le rôle est important : Tsahal, l’armée israélienne, qui se situe aux avants postes de la confrontation avec les Palestiniens qui refusent la présence israélienne en Cisjordanie. Plus généralement, la place de l’armée dans la société israélienne est centrale. Elle est un des piliers de la société, tous les Israéliens devant y consacrer plusieurs mois de leur vie, puis y revenir régulièrement comme réservistes. L’armée israélienne intervient régulièrement dans les territoires palestiniens, y établit des « zones militaires fermées », y contrôle les accès et les mouvements de populations.

28Parmi les Palestiniens, il existe aussi une hétérogénéité dans les groupes rassemblés au sein de l’OLP ou du Hamas dont les objectifs politiques et projets de sociétés divergent tant au niveau de la stratégie que des fondements idéologiques. Le Hamas et ceux qui s’en réclament développent un discours en faveur de l’instauration d’une République islamique et sont restés durant très longtemps dans une posture de refus et de négation du droit à l’existence d’Israël. Au sein de l’OLP, le Fatah incarne une posture plus laïque et accepte le principe d’une terre et de deux États. Néanmoins, tous condamnent et luttent contre l’édification du Mur, le développement ou le maintien des colonies en Cisjordanie. La population palestinienne civile a depuis très longtemps tendance à se référer à une appartenance ou un soutien à une de ces organisations. Le rassemblement et l’identité nationale des Palestiniens se sont construits à partir de leur lien à la terre de Palestine, et la fabrication de cette « conscience nationale » a été l’un des objectifs prioritaires des discours et postures développés par les différents dirigeants de l’OLP, notamment Yasser Arafat. La référence à la « terre » est omniprésente dans les discours mais aussi dans les références sociales, dans la mémoire collective palestinienne. Par exemple, le 30 mars, chaque année, les Palestiniens célèbrent « leur terre » en mémoire des morts de 1976. Lors de manifestations des Arabes palestiniens d’Israël contre l’expropriation de leurs terres, les forces armées israéliennes avaient fait feu sur les manifestants. Date mémoire, date symbole, de la terre de Palestine qui illustre le lien puissamment construit entre identité collective, mémoire et « terre » (espace). La catégorie « Palestinien » est donc très liée à l’espace dont ils se revendiquent : la Palestine. L’essentiel de la construction de l’identité nationale palestinienne s’est fait à partir de ce lien avec l’espace.

29Enfin, il faut ajouter un dernier groupe d’acteurs sur le terrain, celui des ONG et des « observateurs internationaux » qui constituent une réelle présence, mais aussi une force politique, au sens de société civile, à la fois témoin et solidaire face à ce qui se passe en Palestine. Ces ONG sont très impliquées en Palestine dans des campagnes civiles internationales d’observation, pacifistes. Tout un réseau humanitaire intervient également de manière indépendante ou sous l’égide des Nations Unies. On peut donc parler aussi des catégories « d’observateur » et « d’humanitaire » qui sont présents et qui ont une action auprès des populations civiles palestiniennes principalement.

Usages de l’espace et appropriation

30Les usages de l’espace sont relativement liés aux acteurs en présence. Ainsi peut-on constater que les différentes catégories d’acteurs, n’usent pas de l’espace de la même manière. Il est de ce fait nécessaire de comprendre quels liens il y a entre usages de l’espace et catégories. L’appropriation doit aussi être analysée à partir des usages de l’espace des différents groupes d’acteurs. Le groupe qui apparaît sans doute le plus déterminé et le plus actif sur le terrain est sans conteste celui des colons. Il faut également compter sur l’omniprésence de Tsahal officiellement pour assurer la sécurité des familles de colons et pour empêcher les « attaques terroristes ». Les colons ont une posture visant à développer la « présence juive » sur l’ensemble du territoire, notamment en Cisjordanie. Cette posture est déjà ancienne et commence véritablement en 1975 lorsque sous l’impulsion du Gush Emounim (Bloc de la foi), les implantations d’Ofra (au nord de Ramallah) et de Kfar Kaddoum (près de Naplouse) vont s’incruster profondément en territoire cisjordanien. L’occupation de l’espace se fait sur la base du registre politique (idéologique), sur un espace mémoriel où se mêlent références bibliques et pouvoir politique. L’appropriation de l’espace commence par la colonisation et poursuivie par l’édification du Mur permet finalement au groupe des colons de s’inscrire dans un espace aux connotations historiques et religieuses, tout en occupant toujours plus d’espace et en s’appropriant les ressources (eaux, terres cultivables…).

31La situation ainsi analysée permet de mettre l’accent sur les relations entre groupes sociaux, usages de l’espace et stratégies d’appropriation. Le lien entre colonisation, construction du Mur et appropriation se trouve de ce fait illustré. C’est ce qu’Alain Dieckhoff appelle la « stratégie de la greffe et pénétration en “pays palestinien” » où il analyse les pratiques d’implantation basées sur les stratégies de segmentation et de démarcation des groupes humains afin d’empêcher la continuité humaine et territoriale des Palestiniens (Dieckhoff, 1989, p. 72 sq.). Finalement, pendant longtemps, les « villes-colonies » ont joué un rôle de barrières humaines et d’avant-poste (Guillot, 2008). Aujourd’hui, l’édification du Mur permet d’aller plus loin dans la logique d’implantation de la « présence juive » en Palestine comme l’expriment certains sionistes vivant dans les colonies. En effet, le Mur constitue en tant que tel un rempart défensif nouveau face aux menaces d’attaque, c’est l’argument sécuritaire « officiel ». De plus, le tracé du Mur et sa présence tout autour des « villes-colonies » de Cisjordanie permet le passage d’une appropriation discontinue, avec une sorte de mitage de l’espace, où chaque colonie serait un « îlot du sionisme », à une appropriation continue où les colonies sont rattachées dans un même ensemble.

32Cet usage colonial de l’espace représente une production dans la mesure où c’est un usage nouveau, différent de l’usage précédent qu’en faisaient les Palestiniens par exemple. L’implantation d’une colonie comme l’édification du Mur représentent deux productions matérielles, mais aussi symboliques, de l’espace. Ainsi, via l’occupation et l’usage de l’espace et de ses ressources par les colons, il y a un rapport direct entre production et appropriation. Cependant de cette production et appropriation de l’espace par un groupe (ici les colons) peuvent émerger des situations d’opposition, de contournement et de détournement (de la part d’un autre groupe, les Palestiniens) ayant pour objectif larvé ou clairement affiché de se réapproprier l’espace et de contester la légitimité de la présence de l’autre.

LUTTES ET CONFRONTATIONS : VALEURS ET LÉGITIMITÉS CONCURRENTES

33L’état des lieux dressé précédemment donne une vision globale de la situation produite par la construction du Mur et la colonisation. Dans ce contexte, des stratégies et des réactions d’opposition émergent. Les différents acteurs en présence tentent de faire valoir des légitimités concurrentes, opposées, d’où des luttes et des confrontations entre acteurs sur le terrain. Les luttes menées en opposition à la réalité produite et imposée par la force posent plusieurs questions. D’abord, pourquoi l’espace est-il convoité ? Ce qui nécessite de s’intéresser aux valeurs, c’est-à-dire à ce qui fait enjeu. Le fait est qu’il y a requalification de l’espace occupé et approprié, et donc transformation de sa valeur. Quels sont les mécanismes de requalification de cet espace ? Penser la nature des rapports de force et la forme que peuvent prendre ces oppositions suppose d’identifier les ressources (ou capitaux) que les acteurs mobilisent, des ressources inégales, fondements de relations asymétriques entre les groupes sociaux.

La notion de valeurs au regard de la requalification des espaces appropriés

34En requalifiant l’espace approprié, le groupe qui prend possession de l’espace en transforme sa valeur en même temps qu’il y projette du sens, des symboles. Construire le Mur vise, de manière schématique et du point de vue d’une partie des Israéliens, à rendre plus sûres les conditions de vie en Israël. Pour les colons, c’est en plus de cela, la matérialisation de la séparation d’avec les Palestiniens et cela contribue à la construction d’« Eretz Israël ». Marquer physiquement la séparation, cela permet de matérialiser la distinction entre des groupes sociaux et des valeurs différentes constitutives des identités. La distinction ainsi matérialisée, l’espace marqué et les groupes clairement séparés les uns des autres, selon leurs valeurs et conceptions de la société, telles sont les lignes directrices d’une première réflexion sur la question des valeurs (au sens idéologique). Mais la notion de valeurs peut aussi s’apprécier à un autre niveau, celui des valeurs au sens économique, valeur d’usage et valeur d’échange. Tout ceci place la notion de valeur au cœur des enjeux entre groupes sociaux et nourrit les oppositions et conflits d’appropriation.

35Si on se place au niveau des valeurs au sens idéologique et théologique, l’évolution de la pensée sioniste permet de saisir les transformations qui se sont produites depuis quelques dizaines d’années et, ce faisant, on comprend mieux l’évolution des relations sur le terrain entre Israéliens et Palestiniens. Le sionisme des années 1960, basé sur l’action pionnière en vue de la construction de l’État, porté par le mouvement ouvrier et relayé notamment par le parti travailliste, a laissé la place à un sionisme aux valeurs religieuses nationales, de droite nationaliste. Il y a passage à une idéologie et à des valeurs basées sur l’« israélité » à celles de « judéité ». C’est ce que l’on appelle le « néo-sionisme » produit de la fin des années 1970 et arrivé aujourd’hui à maturité, dont les idées et valeurs influencent de nombreuses couches de la société israélienne. Les valeurs du néo-sionisme ont alimenté l’idéologie du mouvement nationaliste très implanté chez les colons, basée sur le repli identitaire. Cette évolution a un effet visible en ce qu’il produit un rapport à l’espace et aux Palestiniens (et plus globalement aux « non-Juifs ») structuré par la défiance et la méfiance. « Le néo-sionisme représente un mouvement de repli identitaire, nationaliste, raciste et anti-démocratique, qui cherche à élever des barrières autour de l’identité nationale israélienne » (Ram, 1998, p. 223). Le Mur transcrit en actes cette évolution des valeurs et la définition même de l’identité. Historiquement, on est passé de « la terre ancestrale », espace mythique du temps biblique, illustrée par les plans de partage des pionniers du sionisme, à la construction d’un « État israélien », puis à la situation contemporaine construite sur les bases idéologiques et sociétales du néo-sionisme nationalo-religieux où tente de s’imposer l’idée d’un « État juif ».

36À un autre niveau, la question des valeurs et de ce qui fait enjeu peut s’appréhender au regard de la situation palestinienne. La notion de valeur peut (et doit) aussi se concevoir en termes d’importance, de quantité mesurable d’un bien, de prix (valeur au sens marchand). Pour de nombreux Palestiniens, la construction du Mur représente en premier lieu une spoliation et une dévalorisation de leur espace, comme par exemple en ce qui concerne les zones jusque-là agricoles et qui ont été détruites au détriment des usagers palestiniens. La constitution d’un véritable no man’s land entre la « Ligne verte » et le Mur pose aussi la question de la valeur de ces espaces : valeur au sens propre (comme l’illustre la question des indemnisations financières), mais aussi au sens figuré. La valeur de ces espaces et l’intérêt de les contrôler, d’y imposer sa souveraineté, se mesurent alors par rapport aux ressources, à la qualité du terrain et selon son utilité (valeur d’usage), selon les possibilités d’échanges (valeur d’échange) qu’il représente potentiellement. Par conséquent, requalifier l’espace consiste à en modifier les attributions et les fonctions, mais aussi les valeurs, la propriété et l’usage. C’est par la prise en considération de ces différentes valeurs que l’on comprend ce qui fait enjeu et ce qui alimente les antagonismes, les luttes et confrontations pour l’espace, à la fois ressource matérielle et symbole. Toute une série d’exemples permet de comprendre le phénomène, aussi bien à partir de l’observation directe des actions que des discours.

37L’observation permet de constater les requalifications de l’espace : faire passer une zone du statut de zone agricole à celui de « zone militaire fermée » en constitue un exemple. S’approprier un espace en y apposant des symboles et des marquages (le drapeau, des fils de fer barbelés, des blocs de béton, des panneaux d’interdiction et de réglementation écrits en hébreu ou en arabe…) sont des marquages qui participent de cette requalification de l’espace et qui engendrent une transformation de sa valeur. On peut aussi considérer à partir des observations effectuées sur le terrain que l’espace est marqué par le construit architectural « israélien » lorsque l’on observe l’édification du Mur et le réseau de colonies qu’il protège. Les colonies en elles-mêmes sont une forme architecturale particulière aussi bien au niveau de la forme de l’habitat que des moyens de protection (mur, grillages, barbelés, fossés et tranchées…) mis en place. Ces formes matérielles contribuent à la transformation de l’organisation de l’espace et aux changements de valeurs de cet espace. Le bâti est l’un des éléments qui permet de matérialiser la distinction entre les différentes populations, d’incarner les différentes forces en présence : colons israéliens et Palestiniens. Par exemple, à partir des constructions matérielles on peut prendre la mesure des distinctions qui existent.

« L’occupation civile s’appuie sur la présence d’une architecture civile pour affirmer une présence juive dans le paysage. Dans les photographies de Shvili, l’architecture remplace la présence humaine. Il devient sans importance qu’il y ait ou non des yeux derrière les fenêtres des logements des colonies : l’effet de domination réside dans la seule présence des bâtiments. » (Weisman, Segal, 2004, p. 22.)

38La requalification de l’espace et la transformation de sa valeur se traduisent par des discours sur l’espace. Ceci est ressorti au cours des entretiens effectués auprès des populations palestiniennes et des colons. La construction du Mur et les transformations de l’organisation spatiale, ainsi que la présence de militaires et de colons israéliens ont un impact direct sur la perception qu’ont les Palestiniens de leur espace de vie. Les valeurs projetées, inscrites en actes sur ces espaces appropriés par les Israéliens, entrent en contradiction et en opposition avec celles des Palestiniens.

  • 21 Entretien réalisé avec Karim, Palestinien de 31 ans, Qalqilya, 25 mars 2005.
  • 22 Entretien réalisé avec Otman, Palestinien de 40 ans, Ramallah, 22 mars 2005.

« Ils [les Israéliens] veulent faire Israël en Palestine. […] Nos champs d’oliviers sont détruits, ils arrachent et détruisent tout ce que la terre a de bon pour construire un mur en béton21. »
« Je me souviens qu’avant, il y avait ici des maisons, maintenant il y a une tour et un mur, des barbelés22. »

39Ce type d’observations et de réflexions donne une idée de la manière dont les transformations et les requalifications produites par la construction du Mur et l’appropriation de l’espace sont vécues.

40Enfin, la valeur de l’espace est aussi à concevoir selon des considérations stratégiques, militaires. Cela explique en partie la convoitise dont certaines zones peuvent faire l’objet. L’emplacement et le tracé du Mur ne laissent que peu de place au hasard comme en attestent les multiples pressions du Conseil des Colons et de l’armée pour que le choix du tracé intègre au maximum les implantations de colonies en Cisjordanie en même temps que des considérations de tactiques et de stratégies militaires. L’intérêt est double puisqu’il permet de renforcer l’implantation, de la protéger et de la rattacher de facto à l’ensemble israélien du fait de la coupure physique que matérialise le Mur dans l’espace cisjordanien. En plus des routes réservées aux seuls colons pour relier les colonies, le tracé du Mur délimite de larges portions de l’espace qui exclut la présence palestinienne.

Les ressources (capitaux) et les rapports de forces entre acteurs

41La prise en compte des valeurs permet de saisir ce qui fait enjeu. La lutte et la confrontation entre les groupes sociaux donnent lieu à des situations de dominations et de résistances. Les rapports de force entre les différents acteurs sont directement liés aux moyens dont ils disposent, c’est-à-dire leurs ressources (capitaux). S’intéresser aux ressources mobilisées et mobilisables, c’est poser la question des capitaux qui sont engagés dans le conflit et l’opposition par les acteurs. Ce faisant cela permet d’interroger aussi les modes de dominations et de résistances, d’éclairer la nature des rapports de force. Les ressources que les différents acteurs peuvent mettre à profit sont de différentes natures.

42Tout d’abord, l’espace est un enjeu mais aussi une ressource que les acteurs ne manquent pas de mettre à profit pour asseoir leur domination et justifier les appropriations. L’espace (au sens de « terre ») peut ainsi être mobilisé pour légitimer son droit à être là, pour revendiquer son droit à la souveraineté. L’espace ressource est une idée qui se décline qualitativement (qualité des sols, ressource en eau…) mais aussi quantitativement. La quantité d’espace approprié, contrôlé, joue directement au niveau des rapports de force et de la légitimité à être là, à imposer ses règles d’usage, ses valeurs. Deux exemples peuvent montrer cela. Les modifications des limites de Jérusalem par les Israéliens afin d’inclure des blocs de colonies et des quartiers juifs à l’Est de Jérusalem, permet de rééquilibrer le rapport de force, notamment d’un point de vue démographique, et de renforcer la légitimité de la présence israélienne sur Jérusalem. Second exemple qui concerne davantage des préoccupations stratégique et militaire : le concept de « profondeur stratégique ». Ce concept a été défini par le général Aharon Yariv comme « l’espace entre la ligne la plus éloignée sur laquelle un État peut stationner ses forces militaires défensives, sans empiéter sur sa propre aire vitale » (Yariv, 1980, p. 3). Cela permet d’un point de vue militaire de se donner les moyens de résister à une attaque simultanée des armées adverses, d’offrir une position de repli éventuelle. Le renforcement de l’emprise territoriale est vital et on comprend alors tout l’intérêt d’accroître la quantité d’espace sous contrôle. La ressource militaire est également omniprésente dans les relations entre les différents groupes sociaux qui s’affrontent. L’armée israélienne comme les groupes armés palestiniens, mais aussi les colons, mobilisent le capital militaire (armes, moyens techniques, hommes…) pour asseoir leur domination et établir des rapports de force souvent asymétriques. Sur ce plan, Israël (son armée et les colons) domine largement les autres acteurs du conflit. Les ressources en question ne se limitent pas à la sphère militaire. S’y ajoutent aussi les ressources médiatiques permettant la diffusion des idéologies, le combat rhétorique au travers des discours et des images, de la communication politique des différents acteurs et groupes sociaux. Ces ressources participent pleinement à la lutte sur le plan politique et ce, bien au-delà des frontières d’Israël et des Territoires palestiniens. Enfin, il faut également tenir compte des capitaux au sens économique du terme qui représentent un atout important pour imposer sa domination.

  • 23 Depuis 1948, ce sont plus de 3 millions de Juifs qui ont quitté la diaspora pour rejoindre l’État (...)

43Globalement, l’ensemble de ces ressources est détenu en quantité bien plus importante du côté israélien, chez les colons notamment, que chez les Palestiniens. Les rapports de force sont donc clairement à l’avantage d’Israël qui impose sa domination, créant de fait une situation asymétrique. Mais il est un domaine où les Palestiniens sont en position de force, c’est celui de la démographie. La question démographique est une préoccupation centrale pour les autorités israéliennes, car la croissance naturelle des Palestiniens doit être sans arrêt compensée par l’arrivée de nouveaux migrants et les appels et pressions envers la diaspora se font de plus en plus pressants afin de compenser la croissance démographique palestinienne par le recours aux Aliyoth23. C’est une donnée à part entière de la lutte. Cette situation asymétrique détermine la nature des rapports entre groupes sociaux, comme l’avait très bien compris dès le XIX e siècle le fondateur du sionisme, Théodore Herzl :

« Dans les pays où nous vivons depuis des siècles, nous sommes considérés comme des étrangers, souvent même par ceux dont les ancêtres n’y étaient pas établis alors que nos pères s’y lamentaient depuis longtemps. Car c’est à la majorité de décider qui est étranger dans le pays ; il y a là une question de rapport de force, comme tout ce qui concerne les relations entre les peuples. » (Herzl, 1990, p. 24)

44La force devient l’argument ultime de régulation des relations entre groupes sociaux qui entrent en concurrence sur cet espace particulièrement disputé. Les colons israéliens retranchés dans leurs enclaves « bunkerisées » incarnent véritablement l’idée même d’appropriation par la force d’un espace et de ses ressources.

CONCLUSION

45La question de l’appropriation de l’espace, abordée ici à partir d’une recherche sur la construction du Mur de séparation elle-même inséparable d’un processus de colonisation, s’inscrit dans la question plus large des relations sociales asymétriques où se jouent aussi des luttes de légitimité entre protagonistes. Appropriation, luttes de légitimité et asymétries sont au cœur de la problématique de coexistence entre deux ensembles sociaux, Israéliens et Palestiniens, qui se combattent depuis plus de cinquante ans pour « une terre » qu’ils convoitent les uns et les autres. La situation en Cisjordanie permet de prendre la mesure du fossé qui se creuse entre les populations de part et d’autre d’une ligne de partage des pouvoirs, une ligne définie par le mouvement de domination unilatérale des Israéliens. Les conséquences sur les pratiques sociales de l’espace, sur le vécu au quotidien des populations palestiniennes, mais aussi sur ceux des Israéliens, notamment des colons sionistes, permettent de comprendre qu’« [on] ne construit jamais une barrière face à une puissance équivalente, ou à une partie considérée comme politiquement ou socialement respectable » (Ritaine, 2009, p. 20). Pour les Palestiniens qui se heurtent au Mur – à la puissance et à la domination israéliennes qu’il matérialise –, la lutte pour la légitimité prend ici tout son sens. Les sociétés palestiniennes et israéliennes vivent dans des espaces parallèles, cloisonnés, reliés uniquement par des corridors à usage réservé, dont les checkpoint, portes d’entrée et de sortie, sont gardée jour et nuit. Pour les Palestiniens, la vie dans cet espace est celle d’une « prison à ciel ouvert », comme ils l’appellent. Avec le Mur qui les entoure, leurs pratiques et leurs droits sont délimités par les contours stricts de la domination qu’ils subissent. Inversement, quand on est dans la situation de dominant, comme dans le cas des colons en Cisjordanie, vivre à l’abri du Mur est un atout pour coloniser et s’approprier l’espace.

  • 24 Voir à ce propos : Commission des Droits de l’Homme, Étude sur la Question de l’Apartheid du Point (...)

46En prenant en compte les formes de lutte pour la terre et les autres formes de relations conflictuelles qui en découlent, on a pu montrer que les rapports de domination prennent la forme d’asymétries que matérialisent des différences et des inégalités entre les acteurs en opposition (dominants et dominés, Israéliens et Palestiniens). Le processus à l’œuvre se caractérise par une opposition violente (phénomènes de domination/résistance), ce qui conduit à la production de formes frontalières très marquées, matériellement et symboliquement, proportionnelles d’une certaine manière, aux moyens mis en œuvre par chaque acteur (pas seulement des États) pour dominer l’autre, ou se jouer de la domination. Dans le cas israélo-palestinien, cela donne lieu à un processus de cloisonnement et de séparation qui conduit à une privation de l’accès à certains espaces (appropriations/expropriations) et à une ségrégation sociale qui s’apparente à un système d’apartheid24 avec d’un côté les Palestiniens et de l’autre des Israéliens, principalement des colons. La forme matérielle de ce processus est celle du Mur à la fois objet concret et symbole de rapports sociaux conflictuels. Colonialisme et rapport de subordination fonctionnent de paire entretenant et renforçant les asymétries entre acteurs. L’espace de la Cisjordanie et les rapports israélo-palestiniens n’échappent pas à cette logique, le Mur n’étant que la forme visible du processus de cloisonnement et du rapport de subordination.

Notes

1 Le choix a été fait de mettre une majuscule au mot « Mur » à partir du moment où cela fait référence au Mur de séparation. Le but est de signifier ainsi le type particulier de mur dont il s’agit, en tant que forme matérielle et symbolique d’un dispositif à la fois politique, militaire et social.

2 La catégorie globale de « sionisme » correspond ici à l’idéologie qui est à la fois projet national et pratique politique, mais aussi dispositif de pouvoir. En cela on se réfère à l’idée originelle de Théodore Herzl (1990) qui définissait le sionisme politique avant tout comme un « projet de peuplement », tout en intégrant les évolutions idéologiques du sionisme qui, depuis le milieu des années 1970, se transforme en prenant les formes d’un néo-sionisme (plus exclusivement religieux) et d’un post-sionisme (tendance inverse développée dans les années 1980-1990). Dans le cas qui est traité ici, la question de la colonisation (et du peuplement) est intimement liée au sionisme en tant que projet politique et idéologique qui peut prendre la forme de différents courants : socialiste, libéral-nationaliste ou religieux selon les périodes. La distinction doit donc être faite entre « israéliens » (regroupant des populations juives et non juives) et « sionistes » dont le référent est le judaïsme en tant que caractéristique première de la Nation. En cela on peut considérer le sionisme non seulement comme un nationalisme mais aussi une superstructure, « c’est-à-dire un mode de représentation de soi et plus encore un système institutionnel qui charpente la société israélienne » (Dieckhoff, 2004, p. 46). Pour plus de détails voir par exemple : Von Busekist, 2002 ; Jallon et al., 2004.

3 L’idée d’asymétrie correspond ici à une absence de symétrie entre acteurs, c’est-à-dire à l’existence non seulement de différences mais aussi d’inégalités entre acteurs. Il y a l’idée de disproportion d’inégalité quantitative et de différence qualitative entre les acteurs (Guillot, 2009).

4 Ce travail s’appuie sur une recherche empirique qui associe une analyse documentaire (articles de presse, textes juridiques) et des enquêtes de terrain (observations directes, entretiens) menées en Israël et Palestine dans le cadre d’une thèse sur les Asymétries frontalières (Guillot, 2009).

5 Durant les quatre premiers mois de l’Intifada, les bombardements israéliens en zones urbanisées ont provoqué, selon un article paru dans Ha’Aretz, journal israélien, daté du 30 janvier 2001 : « la mort de 25 civils par des éclats à l’intérieur même de leurs maisons, 730 blessés, 3 000 bâtiments avaient été endommagés, touchant 21 000 personnes qui vivaient dedans, dont près de la moitié ont moins de 14 ans, 4 000 se sont retrouvées sans toit, 500 maisons ont été rasées. » Ajoutons à ces chiffres, les différentes mesures de rétorsion que sont les check-points, les bouclages, les couvre-feux interminables, les punitions collectives, les destructions de propriétés agricoles, les tirs à balles réelles sur les manifestants, les « détentions administratives » sans inculpation et les « liquidations ciblées »…

6 Les termes de « Mur » et de « barrière » ne sont pas choisis au hasard par les différents protagonistes pour désigner un même fait matériel, physique. L’idée de « barrière » offre la possibilité d’imaginer qu’elle puisse s’ouvrir, qu’on peut voir à travers même si elle barre le chemin. L’idée de « mur », elle, laisse moins de possibilité d’ouverture car c’est une construction en dur, qui cache à la vue ce qu’il y a de l’autre côté. La barrière est un euphémisme par rapport à la réalité concrète d’un mur. Le choix des termes par les différentes parties s’inscrit aussi dans une bataille de communication, d’image et de représentation de la réalité.

7 Pour rappel, le mur de Berlin avait une hauteur moyenne de l’ordre de 3,60 m.

8 La « Ligne verte » est la ligne d’armistice du 3 avril 1949 qui fait figure de limite entre Israël et la Cisjordanie. Elle mesure 350 km de long ; le tracé final du Mur prévoit environ de faire 720 km.

9 Concernant cette idée d’amalgame qui dépasse le seul exemple israélo-palestinien, voir par exemple les travaux de Didier Bigo (Bigo, 1998 ; Bigo, Bocco, Piermay, 2009).

10 « Le CPTED emploie souvent les verrous, obstacles, barrières, barbelés, grilles et garde de la prévention du crime par le renforcement des cibles, mais il se préoccupe avant tout d’influencer les comportements sociaux. » (Blakely, Snyder, 1997, p. 162.)

11 CIJ : Conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le territoire palestinien occupé, La Haye, 9 juillet 2004, rôle général n° 131, p. 63.

12 CIJ : Conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le territoire palestinien occupé, La Haye, 9 juillet 2004, rôle général n° 131, p. 29 et suivantes.

13 CIJ : Conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le territoire palestinien occupé, La Haye, 9 juillet 2004, rôle général n° 131, p. 44-45.

14 CIJ : Conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le territoire palestinien occupé, La Haye, 9 juillet 2004, rôle général n° 131, p. 57.

15 Entretien réalisé par l’auteur comme l’ensemble des extraits repris par la suite. Les noms ont été changés à la demande des personnes interrogées, le respect de leur anonymat étant une demande explicite de leur part.

16 Ces données sont fournies par le Département chargé des négociations de l’OLP (www.nad-plo.org).

17 La référence est ici clairement celle des écrits religieux (voir Genèse, IX, 18). L’auteur de ces propos se place donc du point de vue d’une légitimité religieuse, sacrée, pour argumenter.

18 Voir les ordonnances d’octobre 2003 édictées par les forces israéliennes de défense et qui interdisent à tout résident de demeurer dans la zone située entre la « Ligne verte » et le Mur s’il n’est pas muni d’un permis ou d’une carte d’identité délivrés par les autorités israéliennes.

19 Rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur l’application de la résolution ES 10-13 de l’Assemblée générale, concernant l’édification du mur, réf. À/ES-10-248, 24 novembre 2003, p. 4.

20 Sur ces diverses questions que nous ne pouvons développer ici, voir la thèse de William Berthomière (2000), et notamment le chapitre 7 : « Vers une nouvelle réalité socio-démographique d’Israël », particulièrement éclairant quant à ces questions.

21 Entretien réalisé avec Karim, Palestinien de 31 ans, Qalqilya, 25 mars 2005.

22 Entretien réalisé avec Otman, Palestinien de 40 ans, Ramallah, 22 mars 2005.

23 Depuis 1948, ce sont plus de 3 millions de Juifs qui ont quitté la diaspora pour rejoindre l’État d’Israël. L’Agence juive et le Gouvernement israélien tentent de promouvoir une politique d’incitation à l’Aliya, de nombreux articles de presse se font depuis longtemps l’écho de cette préoccupation en interpelant notamment les membres de la Diaspora juive dans le monde. Voir par exemple, « Envoyer des enfants, pas d’argent », Jerusalem Report, n° 10, mars 1994, qui traduisait dès le milieu des années 1990 cette inquiétude.

24 Voir à ce propos : Commission des Droits de l’Homme, Étude sur la Question de l’Apartheid du Point de Vue du Droit Pénal International, E/CN. 4/1075, 15 février 1972. Le crime d’apartheid y est notamment défini dans l’article 2 comme relevant « des actes inhumains commis dans le but d’établir et de maintenir la domination d’un groupe racial de personnes sur une autre groupe de personnes et l’oppression systématique de ces dernières ». Voir également le rapport rédigé par L. Coconi et D. Bondia (Apartheid contre le peuple palestinien, 2009, [http://www.bdsfrance.org/images/stories/Apartheid_contre_le_peuple_palestinien.pdf]) et Bishara (2001).

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Construction et schéma de l’organisation du Mur
Légende Schéma : Pengon, 2006.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/26727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540