Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Deuxième partie. Prescriptions politiques et conflits d'usages

Contrôler les espaces montagnards : l’État et les montagnes méditerranéennes françaises au xixe siècle

Frédéric Fesquet

Texte intégral

1Les montagnes méditerranéennes ont, très tôt dans l’histoire, été occupées et aménagées par les hommes. Leur insertion précoce dans les processus de la révolution néolithique explique la mise en place de paysages agricoles complexes où la mise en valeur des finages a pour but premier la production des ressources propres à satisfaire en priorité les besoins alimentaires et domestiques des populations avant de répondre aux éventuelles nécessités d’une industrie particulière. Au XIXe siècle, le développement de la société industrielle alimente les réflexions et les débats sur la vocation des différentes parties du territoire national. Les espaces produits par les sociétés rurales méditerranéennes subissent une critique en règle de la part des sociétés agronomiques et des membres de l’administration, celle des forêts surtout. C’est que les usages traditionnels, notamment ceux liés à la gestion des espaces forestiers, sont considérés comme nuisibles et constituent un obstacle à la mise en valeur rationnelle des espaces ruraux, surtout en montagne où ils sont responsables de la dégradation des territoires et entretiennent les conditions de risques environnementaux (crues, érosion des sols, glissement de terrains…).

2Cette critique devient alors un discours prescriptif de modes d’aménagement et d’usages nouveaux censés assurer la restauration de ces espaces et leur intégration au territoire et à l’économie nationaux. Le discours des savants et des administrations, l’un nourrissant l’autre, montre que les modes de détermination de la valeur d’usage des territoires changent d’échelle. Cette valeur n’est plus seulement liée aux besoins socio-économiques des populations locales mais à la place que ces espaces occupent dans le territoire régional et national et de l’impact supposé des processus écologiques, économiques et sociaux qui s’y déroulent sur la vie de la nation. Les politiques forestières, avec la mise en application du code forestier en 1827, mais surtout par les lois sur le reboisement (1860) ou la restauration des terrains en montagne (1882), contribuent à une requalification de l’espace montagnard. Elles mettent en œuvre une démarche d’appropriation de l’espace par l’État et l’administration foncière et contribuent à la création d’un espace montagnard prescrit, sécurisé, productif et intégré au territoire national.

3Cette évolution, qui concernait hier les espaces montagnards français, ne se retrouve-t-elle pas aujourd’hui dans les processus de contrôle et d’appropriation de l’espace qui accompagnent la gestion de certains espaces naturels comme la forêt pluviale ?

L’ESPACE MONTAGNARD TRADITIONNEL : UN PRODUIT DE LA NÉCESSITÉ

  • 1 Ager, saltus et sylva forment la trilogie agraire qui est la base de la vie des hommes. Les surfac (...)

4Au moment de l’élaboration du premier cadastre, dans les années 1820-1840, la description de la nature des parcelles non bâties pour les communes du massif de l’Aigoual (Gard) utilise trente cinq descripteurs différents pour désigner les trois formes d’exploitation de l’espace pratiquées (l’ager, le saltus et la sylva1). En 1829, l’espace communal de Saint-Sauveur-Camprieu, commune située à 1 100 m d’altitude, est dominé par les pâtures (44,7 % du finage) et les terres labourables (22,3 %). Les prairies sont peu développées (3,7 %). On note également l’importance des espaces multifonctionnels (bois et pâtures ou terres et pâtures), qui peuvent appartenir, selon les époques et les espaces, à l’ager, au saltus ou à la sylva. L’espace montagnard traditionnel est donc un espace de la complexité, la diversité des utilisations des terrains étant tout de même plus forte dans les vallées que sur les hautes terres. Cette complexité résulte d’une appropriation systématique de l’espace par une exploitation extensive du territoire, entièrement « mis en culture », et par un usage intensif de chaque parcelle.

  • 2 Hombres-Firmas L. A., Recueil de mémoires et d’observations de physique, de météorologie, d’agricu (...)
  • 3 Young A., Voyages en France pendant les années 1787-88-89 et 90, Paris, Chez Buisson, t. 1, 1794, (...)

5Pour les communautés paysannes, l’extension des zones cultivées par le défrichement des forêts était souvent la seule réponse possible à l’augmentation de leurs besoins en nourriture. L’extension des cultures jusqu’aux zones a priori les plus répulsives se lit dans l’aménagement de l’espace disponible. En 1819, le baron d’Hombres-Firmas décrivait les Cévennes en ces termes : « Dans les lieux les plus escarpés, des murs nombreux, tous en pierres sèches, diminuent les pentes, soutiennent les terres et par conséquent les arbres2. » (Hombres-Firmas, 1838, p. 219). Pour l’agronome anglais Arthur Young, ces aménagements montrent la capacité des hommes à transformer les déserts rocailleux en jardins. À Sauve, dans le Gard, il est ainsi frappé de voir « une immense étendue de terrein, qui n’étoit en apparence que de vastes rochers, enclose et plantée avec la plus industrieuse attention. Chaque homme a un olivier, un mûrier, un amandier ou un pêcher, et des vignes éparses au milieu d’eux3 ».

  • 4 Dictionnaire biographique de Vaucluse, article Eymard (Joseph-Charles-Pascal), maire de Bédoin, Pa (...)
  • 5 Arch. Dép. des Alpes-de-Haute-Provence, 7 M 177. Rapports relatifs au reboisement de 1819 à 1914. (...)

6La période révolutionnaire marque les limites maximales de l’appropriation de l’espace par les communautés rurales. En 1789, les cahiers de doléances réclamèrent la suppression des maîtrises des Eaux et Forêts qui, aux yeux des paysans, représentaient l’arbitraire royal. La surveillance des bois et forêts fut alors confiée aux assemblées départementales et communales. La suppression de l’administration forestière et l’annonce faite par la Convention que les biens communaux seraient répartis entre les citoyens incitèrent les populations rurales à investir les communaux dont la jouissance était collective ou la propriété mal définie. Ces espaces (bois, landes, garrigues) firent ainsi l’objet d’appropriations sauvages. Dans le Vaucluse, dans les communaux de la zone inférieure du Ventoux, « bon nombre d’habitants s’y étaient taillés des parcelles plus ou moins grandes qu’ils exploitaient depuis sans payer aucune redevance […] imbus du principe que possession vaut titre4 ». Dans les Basses-Alpes, une enquête de 1818-19 montre que, dans 13 communes de l’arrondissement de Castellane, entre 1790 et 1810, plus de 1 195 ha de terrains furent occupés, par des particuliers mais aussi des communes, de façon plus ou moins illégale, par partage, envahissement ou concession5.

7Cet espace agricole traditionnel est également marqué par l’intensification des cultures sur certaines parcelles qui sont le support de plusieurs cultures simultanées. Sur le massif de l’Aigoual (Gard), les états de section du cadastre napoléonien montrent la densification de certaines cultures. La vigne par exemple est souvent une culture pratiquée en association avec une autre : le cadastre la décrit en vigne, terre vigne, vignes oliviers, vignes muriers ou vignes châtaigneraies.

  • 6 Chaix B., Préoccupations statistiques, géographiques, pittoresques et synoptiques du département d (...)
  • 7 Young A., Voyages en France pendant les années 1787-88-89 et 90, Paris, Chez Buisson, t. 2, 1794, (...)

8Extension et intensification se comprennent aisément par le fait que l’espace produit par les communautés rurales est le fruit de la nécessité : « L’agriculture […] nourrit, habille et héberge l’homme6. » Les montagnards, peut-être plus que la plupart des ruraux à cause de leur isolement, doivent tirer de leurs terres tout le nécessaire à la vie. L’autoconsommation est la règle. Dans le contexte technique, économique et politique de l’époque, cette organisation est loin d’être irrationnelle. En Provence, Arthur Young relève même une certaine cohérence entre le mode de mise en valeur des montagnes et leur potentiel physique et biologique. Il écrit par exemple que les montagnes « sont couvertes, comme devroient l’être toutes les montagnes, de troupeaux, de bétail et de moutons7 ». Pourtant, dans l’ensemble, l’image qu’il retient des montagnes et de leur mise en valeur est négative. Pour le Massif Central, la condamnation est sans appel :

  • 8 Ibid., p. 370.

« La culture que j’y vis est fort mauvaise, et n’a d’autre mérite que celui d’être pratiquée sur des hauteurs considérables ; […] dans les méthodes suivies par ces propriétaires, dont les possessions sont très petites, il n’y a rien digne de notre attention. Ils sont en général peu instruits, et suivent les plus mauvais cours avec autant d’industrie que les meilleurs8. »

LA CRITIQUE DES MODES DE GESTION PAYSANS ET LES NOUVEAUX DÉTERMINANTS DE LA VALEUR D’USAGE DES ESPACES FORESTIERS ET MONTAGNARDS

  • 9 En France, l’arpent ou l’acre français équivalait à 5 107,2 mètres carrés, soit 0,5 hectare enviro (...)
  • 10 Le Moniteur universel, jeudi 22 mars 1827. Chambre des députés, discussion générale du projet de c (...)

9Si l’on reconnaît la valeur de certains de leurs aménagements, dans l’ensemble, les usages paysans sont toujours incompris, et souvent critiqués par les observateurs extérieurs. Cette incompréhension peut être liée à la manière dont s’est déroulée l’appropriation des espaces forestiers par les paysans au moment de la Révolution : pour les élites, ces empiètements, qui se traduisirent par un déboisement massif, furent plus des exactions qu’une mise en valeur rationnelle. En 1827, au moment de la discussion du code forestier par la chambre des députés, M. Terrier de Santans alerte : « La France, Messieurs, avait originellement 118 millions d’arpents9 de forêts ; en 1780, il n’y en avait plus que 13 millions ; aujourd’hui cette quantité est réduite à 6 à 7 millions10. » L’exagération de ces estimations – la France n’aurait eu que 3,5 millions d’hectares de forêts en 1827 alors que les statistiques ultérieures situent le niveau de boisement entre 6 et 9 millions d’hectares – témoigne du sentiment d’urgence que ressentent les contemporains face à la question forestière. Les descriptions des montagnes méditerranéennes sont de ce point de vue très alarmistes. En 1801, Rougier de la Bergerie écrit :

  • 11 Rougier de la Bergerie J.-B., Mémoire sur l’abus des défrichements et la destruction des bois et f (...)

« Quel Français même des contrées du Nord de la République, ayant appris la description topographique des pays méridionaux, pourrait se croire dans les riches vallées de la Durance, du Var, de l’Isère, de l’Hérault et du Gard, en voyant tant de montagnes […] ne plus offrir que l’aspect douloureux de rochers nus et déserts11. »

  • 12 Le Moniteur universel, jeudi 22 mars 1827. Chambre des députés, discussion générale du projet de c (...)
  • 13 Cf. Du reboisement de la France, Paris, Plon, 1845, 15 p.

10Ces déboisements ont de nombreuses conséquences que le pouvoir politique ne peut ignorer. En premier lieu, le bois est alors une matière première indispensable à sa survie. En 1827, M. Chifflet déclare ainsi à la chambre des députés : « Chacun reconnaît comme nécessaire à l’indépendance et la sureté de la France qu’elle trouve dans nos forêts les approvisionnements de sa marine12. » Le bois, source d’énergie, se renchérit aussi. Maurice Agulhon a pu vérifier en Provence la hausse régulière des prix du charbon de bois. À l’octroi de Toulon, les 100 kg valaient 8 francs de 1815 à 1826, 8,60 francs de 1827 à 1836, 9 francs en 1837 et entre 9 et 11 francs, selon les années, par la suite. À Rians, ils valaient 4 francs au début des années 1820, 5 francs de 1825 à 1832, 6 francs de 1833 à 1835, 6,25 francs de 1835 à 1841, et enfin, 8,75 francs en 1842 (Agulhon, 1979, p. 46). La rareté des forêts entraîne donc le recours à des importations de plus en plus massives. Entre 1816 et 1842, la valeur des importations de bois va décupler, passant de 4 294 890 francs à 48 621 126 francs13. Mais pour comprendre ces évolutions statistiques, il faut aussi tenir compte des effets de la révolution industrielle en cours de développement, qui multiplie les besoins en bois d’œuvre. Au point qu’en 1870, la France achetait à l’étranger plus de bois d’œuvre qu’elle n’en produisait.

  • 14 Girard J.-M., « Le suicide des montagnards », Compte-rendu du 1er congrès international de l’Aména (...)

11Devant cette situation, la réaction de l’État fut de réaffirmer son autorité par la création de l’Administration des Forêts (1801 et 1820) et la refonte de la législation forestière (1827). Le code forestier de 1827 renoue avec la politique contraignante de l’ordonnance de 1669. Ayant pour objectif de reconstituer et protéger le patrimoine boisé national à des fins économiques et stratégiques, il instaure des mesures conservatrices propres à assurer le relèvement forestier du pays en même temps que ses besoins en bois. Les députés, représentant des grands propriétaires fonciers, admettent que la surveillance des bois ne peut être attribuée aux communes sans courir le risque de les voir détruire. La gestion des bois communaux « reconnus susceptibles d’aménagement et d’exploitation régulière » est donc confiée à l’État, c’est-à-dire aux forestiers. Pour justifier cette tutelle administrative sur les forêts communales, les forestiers développent un discours sur l’incompétence des communautés, le caractère traumatique de certaines pratiques paysannes (comme le pâturage) et les méfaits de la gestion à court terme des forêts par les communes. On dénonce l’esprit routinier du montagnard, son manque de clairvoyance et d’ambitions dans sa façon de gérer son espace agricole qui le mène à sa propre ruine : « Il ne le voit pas parce qu’il vit à la façon de ses ancêtres et que ceux-ci ont toujours eu pour habitude de gaspiller les richesses du sol14. » La critique des méthodes d’exploitation fut souvent le préalable à la critique de l’individu lui-même, et celle-ci la justification de celle-là.

12Cette mise sous tutelle des forêts publiques s’accompagne d’un souci de rationalisation de leur gestion par l’éviction, par cantonnement amiable ou judiciaire, de la pratique jugée archaïque et dévastatrice des droits d’usage. Ceux-ci, souvent pratiqués depuis des temps immémoriaux, sont vus comme la principale cause du saccage des forêts. En 1803, le conservateur des forêts de Grenoble déplore, au sujet de la commune de Miribel (Isère) :

  • 15 Chevallier P., Couailhac M. -J., L’administration des eaux et forêts dans le département de l’Isèr (...)

« Ces habitants sont usagers dans la forêt en question, leur droit a été reconnu […] mais ce que je leur conteste c’est l’abus qu’ils en font ; ils prétendent à l’appui de ce droit pouvoir dégrader impunément la forêt, font parcourir les jeunes taillis non défensables et couper arbitrairement pour leurs besoins. […] Sous prétexte de leur droit d’usage ils ont anéanti et détruit, depuis la révolution, une forêt superbe15. »

13Pour l’État et les propriétaires, l’amélioration sylvicole des forêts ne peut donc plus être hypothéquée par la pratique désastreuse des droits d’usages qui interdit la mise en œuvre d’une sylviculture moderne et la transformation des forêts en futaies capables de fournir les bois d’œuvre utiles à l’économie nationale.

14En outre, l’administration et le gouvernement sont conscients qu’au delà de son rôle économique, la forêt a d’autres influences, climatiques, géologiques, etc., autant d’équilibres fragiles qu’elle n’est plus en mesure d’assurer. Le rapporteur du projet de code forestier, le Comte Roy, le dit devant la chambre des pairs :

  • 16 Cité par les « Chroniques forestières », dans Annales forestières, septembre 1843, t. 2, p. 550.

« Le déboisement des montagnes excite surtout les plaintes universelles ; leur stérilité par l’entraînement de la terre végétale qui était retenue par les bois, la diminution des eaux de source, l’augmentation des eaux superficielles, la formation des torrents qui bouleversent les propriétés placées au-dessous de ces sols élevés, sont la suite des défrichements16. »

15De fait, les débordements de cours d’eau se multiplient durant tout le XIXe siècle, la Loire et le Rhône connaissent deux crues centennales en l’espace de dix ans (1846 et 1856) et, dans le Midi, tous les cours d’eau sont des dangers potentiels pour les hommes et leurs biens. Dans le Gard, on a recensé soixante-huit débordements des cours d’eau entre 1800 et 190017. Là encore, les pratiques paysannes et le déboisement sont désignés comme responsables. En 1871, le garde général des forêts Marchand mène la charge :

  • 18 Marchand L., Les torrents des Alpes et le pâturage, Paris, Imprimerie Nationale, 1876, p. 28-29.

« Les habitants des Alpes méridionales sont généralement trop égoïstes et trop peu soucieux du lendemain ; l’élevage est pour eux non un mode de culture, mais une spéculation basée sur le terrain de la commune : chacun cherche à en tirer le plus grand profit, sans s’inquiéter de sa conservation […]. Enfin je dois ajouter qu’à cet esprit de désordre ils joignent la plus complète indifférence : celui dont l’habitation est menacée par un torrent ne s’en inquiétera pas tant que le danger ne sera pas imminent et souvent sans remède ; auquel cas il crie, se lamente et voudrait voir l’État réparer immédiatement les fruits de sa honteuse apathie18. »

16L’ensemble des critiques formulées tend à remettre en cause les espaces produits par les systèmes de mise en valeur traditionnels. De nouvelles valeurs d’usages, liées aux besoins de l’industrie et du commerce, à des contraintes d’aménagement du territoire ou encore à des considérations écologiques, se substituent à la simple obligation de produire les vivres et outils nécessaires à la reproduction de la vie des hommes et des sociétés. Valeurs d’usages qui avaient, des siècles durant, déterminé la construction de ces espaces. Il y a donc changement d’échelle dans le mode de détermination de la valeur de ces espaces, qui va de pair avec un changement de nature de ceux qui interviennent dans les processus de production de ces espaces et de leur valeur. La montagne n’est plus seulement un lieu de vie, isolé, subissant les contraintes de l’altitude, où des populations, souvent indigentes, procèdent à des aménagements qui n’ont d’utilité qu’à l’échelle locale ou régionale. Elle devient un point d’articulation de l’ensemble territorial national en cours de construction. C’est d’elle que partent les inondations qui mettent en danger ou paralysent l’activité du pays, mais elle est également le « château d’eau » du pays, irriguant son agriculture et alimentant l’industrie nationale. C’est une zone aux sols ingrats, hostile à l’agriculture, mais où l’arbre, si utile à l’économie et au bien-être nationaux, peut prendre toute sa place. L’aménagement des espaces montagnards doit donc maintenant se faire en fonction de facteurs qui leurs sont extérieurs et intéressent l’ensemble du territoire. La critique des espaces traditionnels s’accompagne d’un discours prescriptif de nouveaux modes d’aménagements.

INSTAURER DE NOUVELLES NORMES POUR RESTAURER LA MONTAGNE, ET L’EXPLOITER RATIONNELLEMENT

17Les préconisations des agronomes, ingénieurs ou forestiers concernent d’abord le nécessaire abandon des cultures inadaptées aux hautes terres. Arthur Young, au XVIIIe siècle, défendait déjà la vocation pastorale des montagnes :

  • 19 Young A., Voyages en France pendant les années 1787-88-89 et 90, Paris, Chez Buisson, t. 2, 1794, (...)

« Il faudrait employer les régions des montagnes à des pâturages, et que toute culture fût toujours subordonnée à faire le plus de fourrage possible pour nourrir les bestiaux pendant l’hiver. Le bled, le seigle et les autres articles, ne devroient être que de très-peu d’importance en comparaison du fourrage19. »

18Cet espace pastoral idéal se heurte sur le terrain à la réalité des intérêts contradictoires. Les montagnards doivent produire des céréales qu’ils ne peuvent se procurer autrement, ils ont pour cela besoin de fumure donc de bétail. Mais d’un autre côté, les forestiers et les ingénieurs des ponts et chaussées ont, eux, montré que le surpâturage est un des facteurs qui expliquent l’érosion, les crues soudaines et les inondations des vallées. La rationalité économique et agricole n’est donc pas le seul critère à prendre en compte. Les conditions hydrogéologiques doivent elles aussi être prises en considération. Dans la première moitié du XIXe siècle, les effets conjugués de la rationalisation agricole et de la prise de conscience de l’impact des activités humaines sur la régularité du cycle de l’eau font évoluer les idées en matière d’aménagement des espaces montagnards. L’idée qu’une montagne sylvo-pastorale et industrielle doit remplacer l’agro-sylvo-pastoralisme traditionnel s’impose peu à peu.

  • 20 Surell A., Étude sur les torrents des Hautes-Alpes, Paris, Dunod, 2e éd., 1870, p. 117.
  • 21 Ibid., p. 242.

19Alexandre Surell, ingénieur des ponts et chaussées et auteur d’une étude sur les torrents des Hautes-Alpes, est l’un des premiers à présenter l’avenir idéal des montagnes. Chargé par son administration en 1838 d’explorer les montagnes et vallées des Alpes pour reconnaître la cause des inondations qui affligeaient périodiquement les populations du bassin du Rhône, il propose de rendre sa place à la forêt : « L’art se bornera à imiter la nature, à s’emparer de ses procédés, et à opposer habilement les forces de la vie organique à celles de la matière brute20. » Il estime que la restauration forestière passe par le réaménagement de la montagne, et d’abord par la rationalisation de ce qui doit être une de ces richesses, l’élevage. En restreignant pendant quelques années le nombre de bestiaux, en créant une prairie qui permettrait la multiplication du gros bétail moins nuisible que chèvres et moutons, et qui donne plus d’engrais, fournit des attelages, donne une viande nourrissante et un laitage recherché, on doit préparer les moyens d’augmenter les ressources pastorales de l’avenir car « dans tous les temps et sous toutes les latitudes de la terre, les troupeaux ont toujours fait la principale richesse des montagnes, souvent même l’unique ressource de leurs habitants21 ». Mais il faut aussi mettre en valeur les potentialités naturelles de la montagne en ouvrant des routes sûres, en créant des canaux d’irrigation, en favorisant l’installation d’industries dans les vallées. La forêt est, selon lui, comme l’élevage, une production éminemment montagnarde, en cette période de disette de bois. Il n’hésite pas à écrire :

  • 22 Ibid., p. 277-278.

« Laissons donc les plaines se dépouiller peu à peu de leurs bois, et qu’elles continuent, comme par le passé, à nous livrer le blé et les doux fruits de leurs vergers. Mais à mesure que les forêts s’effaceront des plaines, attirons-les sur les montagnes, dont elles sont la cuirasse, en même temps que l’ornement et la décoration22. »

20Surell achève son étude sur une vision prophétique de ce que doit être l’avenir des Alpes françaises :

  • 23 Ibid., p. 282.

« Ce pays n’est perdu que si nous voulons bien qu’il se perde. Il a, comme toutes les montagnes, sa valeur économique, et il aura son avenir, qu’il dépend de nous de lui donner : avenir agricole, par les forêts, les prairies et les troupeaux ; avenir industriel, par les cours d’eau, les combustibles et les richesses minérales. C’est le reboisement seul qui peut ouvrir cette ère de régénération : il est la condition nécessaire de toutes les autres améliorations et doit les précéder toutes, car aucune autre n’est possible sans lui23. »

  • 24 Centre des Archives Contemporaines de Fontainebleau, AGRI 4473. Direction générale des Eaux et For (...)

21Il y a donc dans la première moitié du XIXe siècle un souci de requalification des espaces montagnards afin de les restaurer et de les intégrer au territoire et à l’économie nationale. Les forestiers, dans leur logique de conservation des forêts avec l’application du code forestier de 1827, puis, à partir de 1860, avec les lois sur le reboisement et la restauration des terrains de montagne, systématisèrent cette approche à l’échelle de chaque bassin versant. Il fallait déterminer quelles étaient les terres qui convenaient à l’agriculture et au pâturage et celles qui, par leur altitude, leur pauvreté, leur exposition ou l’inclinaison des pentes, auraient dû demeurer toujours à l’état de bois. La notion de « vocation des terres » admet alors que, dans une région donnée, « il existe pour chaque parcelle un mode d’utilisation qui lui assure le maximum d’utilité. Cette vocation est déterminée par des conditions physiques et aussi des conditions économiques » (Guinier, 1954, p. 718). Cette conception aboutit logiquement à un zonage des espaces montagnards qui présente l’intérêt de clairement délimiter les espaces à vocation forestière donc de légitimer l’intervention forestière et la place de l’arbre en montagne. C’est une forme de justification de l’appropriation et du contrôle des espaces montagnards que réalise ainsi l’administration des forêts. En 1909, 394 208 ha de terrains ont été étudiés par les forestiers en vue de la création de « périmètres de restauration des terrains », 219 306 ha sont déjà inclus dans des périmètres déclarés d’utilité publique et 216 843 ha, soit 55 %, ont déjà été acquis par l’État24. Cette approche induit aussi une nouvelle attitude vis-à-vis de l’exploitation des espaces agricoles définis, terrains à relativement forte potentialité auxquels on peut appliquer une agriculture intensive dont la finalité n’est plus la production d’aliments pour la consommation domestique mais pour le marché national. Envisagée sous cet angle, l’intervention forestière en montagne dépasse le simple cadre de la restauration des terrains de montagne, le but de la création des périmètres est de

  • 25 Revue des Eaux et Forêts, « Le reboisement de nos montagnes jugé par un suédois », juin 1904, p. 3 (...)

« créer une vaste étendue de bois et d’empêcher que l’agriculture fasse des efforts dans des conditions irrationnelles qui ne peuvent apporter au cultivateur que la misère comme prix de beaucoup de travail. L’argent que donne l’État pour les landes et les broussailles que le paysan consent à lui vendre peut aider ce dernier à étendre sa propriété dans la zone des cultures rationnelles et à la rendre plus fertile25 ».

22Dans cette démarche, l’administration forestière crée en montagne le cadre à l’intérieur duquel doivent s’agencer les activités humaines. Cadre qui favorise le développement de l’agriculture intensive que les innovations techniques favorisent peu à peu. À la fin du XIXe siècle, l’administration forestière affirme que, pour que l’exploitation des espaces montagnards soit la plus rationnelle, cohérente et harmonieuse possible, il faut

  • 26 Demontzey P., Les retenues d’eau et le reboisement dans le bassin de la Durance, Aix, 1896, p. 8.

« que chaque exploitation des produits du sol soit à sa vraie place ; les prairies et les cultures diverses, dans les terrains favorables à chaque genre ; les pâturages partout où ils peuvent être maintenus en toute quiétude et supporter le parcours des troupeaux sans menace pour leur sol ou celui des cultures inférieures ; enfin les bois, sur tous les terrains placés en dehors de ces deux grandes catégories, c’est-à-dire sur les versants dénudés, impropres à toute production agricole, sillonnés et ravagés par les ravins et les torrents et dont la conservation intéresse autant la conservation des pâturages et des cultures de toutes sortes dans la montagne, que la sécurité de l’agriculture et des cités dans les riches vallées inférieures26 ».

23Cette vision est alors en passe de devenir la norme. Un siècle plus tard, la transformation est achevée. Le discours prescriptif du XIXe siècle est devenu la réalité des montagnes. L’exemple de la commune de Seyne, dans les Alpes-de-Haute-Provence, illustre cette évolution. En 1838, des habitants de la commune adressèrent une pétition à leur conseil municipal afin que quelque chose soit fait contre les torrents et ravins qui occasionnaient toujours plus de dégâts et de pertes graves à leurs propriétés. Le 12 août 1838, le conseil municipal examina la pétition. La cause du mal et le remède y sont clairement énoncés :

  • 27 Arch. dép. des Alpes-de-Haute-Provence, 7 M 177. Délibération du Conseil municipal de Seyne du 12 (...)

« Les pétitionnaires ont signalé les défrichements et la surcharge excessive des communaux en menu bétail comme la principale cause du mal et pour y remédier ils vous ont prié de prendre une mesure qui ait pour résultat le reboisement du terrain communal appelé le Travers27. »

  • 28 Raimu Y., « Un alpage bas-alpin. La grande montagne à Seyne-les-Alpes », Basses-Alpes : les docume (...)

24Le maire est favorable à la requête et propose d’interdire le pâturage et de faire des semis de mélèze, la commune devait y perdre un revenu (3 à 400 francs par an) mais en retirerait d’immenses avantages, maintien du sol, régulation du régime des cours d’eau, reverdissement, lutte contre la sécheresse, création à longue échéance d’une forêt productive. Plus d’un siècle plus tard, Yves Raimu, le maire de Seyneles-Alpes, vante la réussite exemplaire qu’a été le reboisement et la restauration des terrains de la commune. Seyne est la commune du département qui a donné « le maximum d’aménagements à son pâturage, pour la protection du sol et la sauvegarde des terrains28 ». Des barrières en bois et en fil de fer, des places à sel, des abreuvoirs, des routes et des sentiers entretenus, des cabanes pastorales et des écuries ont contribué à créer un vaste pâturage de 1 200 ha à l’herbe abondante et sans buissons qui a aussi un intérêt touristique pour son panorama et pour la découverte de la faune alpine et les animaux domestiques : marmottes, chamois, bovins et brebis se partagent cet espace. Il conclut ainsi sa présentation :

  • 29 Ibid., p. 116.

« L’équipement rationnel des pâturages en haute montagne permet de maintenir les sols par la création de sentiers et de pistes, par le corsetage et la rectification des ravins dévastateurs. Cela permet ensuite de pratiquer des travaux d’amélioration des pâturages par le dépierrement et la création de bosquets de résineux pour procurer des coins d’ombre qu’affectionnent les animaux. Les alpages sont une des richesses bas-alpines et on se doit de la maintenir et de l’améliorer par des travaux toujours plus nombreux de restauration et de protection. Le reboisement effectué sur une grande échelle dans les Basses-Alpes permet également de maintenir les sols et contribue dans de grandes proportions à cette restauration. C’est ainsi qu’un harmonieux ensemble sylvo-pastoral a été créé dans la région de Seyne-les-Alpes, ensemble qui donne l’impression d’un beau paysage de la Suisse sous le ciel pur de la Haute-Provence29. »

25En restaurant ses communaux selon les prescriptions des agronomes et des forestiers, Seyne a réalisé le modèle des montagnes suisses qu’en 1838 Surell appelait de ses vœux pour les Alpes du sud. Il ne faut pourtant pas surestimer le poids du discours forestier et de l’enseignement agricole dans les processus d’évolution des espaces. Un facteur déterminant doit être pris en compte : l’évolution démographique des montagnes. En 1856, Seyne-les-Alpes comptait 5 123 habitants, il n’en reste plus que 2 635 en 1901. Cet exode montagnard se vérifie partout en France. C’est lui qui, allégeant les contraintes qui pesaient sur le milieu, a permis le reboisement des montagnes et la mise en place du système de production sylvo-pastoral défendu par les agronomes. Le surpeuplement des montagnes avait amené les populations à surexploiter leurs territoires. Le délestage démographique et l’ouverture des montagnes par les routes et par l’intégration de leur économie au marché national a eu comme effet le rétablissement d’un certain « équilibre » entre les hommes et le milieu.

CONCLUSION : DES ESPACES PRESCRITS

26Peut-on dire que les espaces montagnards méditerranéens actuels sont avant tout des espaces prescrits, c’est-à-dire des espaces bâtis et gérés en fonction de facteurs et d’intérêts qui leurs sont extérieurs ? La réponse à cette question est difficile.

27On a reboisé les montagnes pour protéger les vallées ; on a créé les parcs nationaux pour protéger la biodiversité française ; etc. On pourrait donc dire que, depuis le XIXe siècle, les montagnes sont des espaces sous tutelle dont l’aménagement est prescrit par l’État, si ce n’est l’ensemble de la société, et non plus un produit d’usages montagnards locaux et spécifiques. La multiplication des conflits entre montagnards et représentants de l’État, pour la soumission des communaux au régime forestier, le reboisement, la création des parcs nationaux ou plus récemment contre les périmètres natura 2 000, montre assez que les populations des montagnes ont vécu comme une ingérence et une dépossession le développement des discours d’État sur le rôle et la place des espaces montagnards au sein de la société. C’est que ces discours justifiaient et accompagnaient l’appropria- tion de ces espaces ainsi que leur transformation matérielle. Dans le cadre de la restauration des terrains de montagne (RTM), l’État a acquis plus de 260 000 ha de terrains en montagne entre 1882 et 1914. Son action a donc contribué à la métamorphose des espaces montagnards. Dans la commune de Saint-Sauveur-Camprieu, la complexité du début du XIXe siècle a cédé la place à un espace sylvo-pastoral dominé par la forêt, qui couvre aujourd’hui 88 % du territoire : les milieux ouverts (pâtures, prés, tourbières…) sont en régression et les terres labourables ont disparu. On note par contre l’importance du développement des zones d’habitats de villégiature. Lotissements (ou mitage par des constructions isolées) qui sont, de plus en plus, habités une grande partie de l’année.

  • 30 Loi du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels (...)

28Il ne faut pourtant pas croire en l’impuissance des montagnards dans la transformation de leurs espaces de vie. La nécessité les avait amenés à produire des espaces spécifiques ; l’exode rural et l’adaptation à l’économie moderne les poussent à intégrer et réaliser le modèle de développement prescrit par l’État. Mais ce sont des montagnards qui ont reboisé les montagnes ; ce sont eux qui font vivre l’agriculture sylvo-pastorale et l’activité touristique en montagne. L’ouverture des massifs les a intégrés à l’économie nationale, ils participent à la réalisation des objectifs globaux de la société française et européenne et en bénéficient. En ce sens, les montagnes ne sont pas simplement des espaces prescrits mais restent des espaces de vie produits au quotidien par leurs habitants. Ainsi, l’évolution récente de la législation des parcs nationaux30 réintègre les montagnards dans la gestion de leurs espaces. Les parcs nationaux doivent se doter d’une charte, document de planification nouveau qui fixe pour quinze ans environ les grandes orientations de développement de l’ensemble du territoire. Si une partie de la charte est prédéfinie par l’État et la législation de l’environnement, une autre est à réfléchir, à discuter, à construire et à décider, à partir des particularités écologiques, économiques, sociales et culturelles du territoire, avec ses habitants. Les activités des montagnards et les espaces qu’elles ont produits ont donc toujours été contraints, hier par la nature, aujourd’hui par la société, mais les montagnards restent acteurs du devenir de leur territoire.

29Loin d’être limitées à ces espaces et à cette période, ne peut-on dire que les problématiques qui concernaient les montagnes méditerranéennes du XIXe siècle se retrouvent aujourd’hui dans d’autres espaces naturels du globe ? Prenons l’exemple des grandes forêts primaires, que ce soit en Amazonie, dans le bassin du Congo ou en Indonésie. Celles-ci ont subi une déforestation importante depuis les années 1970. La communauté scientifique y voit une perspective catastrophique car ces forêts, réserve de biodiversité sont aussi le « poumon du monde » et contribuent de façon primordiale à la production mondiale d’oxygène. Leur destruction pourrait avoir des conséquences incalculables sur le climat mondial et contribuer au réchauffement climatique en augmentant la teneur en gaz carbonique de l’atmosphère. La question écologique, pour le bien-être et la sécurité des humains, amène des personnalités, des ONG, des institutions ou des gouvernements à émettre certaines critiques sur la façon dont ces espaces sont gérés par les pays qui les possèdent. Ils préconisent des politiques de restauration et de conservation au nom de l’intérêt général, celui du monde, opposé à l’intérêt des nations, cette fois-ci renvoyées dans l’ordre du particulier. Que ce soit lors de la conférence de Paris sur les grands bassins forestier (11 mars 2010) ou encore au cours du sommet de la biodiversité de Nagoya (29 octobre 2010), on a vu les pays riches imposer, en les finançant, leurs visions de la gestion des espaces forestiers. À Paris, les pays des grands bassins forestiers ont affirmé leur adhésion à la doxa dominante de la protection en exposant les actions et stratégies de lutte contre la déforestation qui sont envisagées ou réalisées sur leurs territoires dans un souci d’aménagement durable. Alors que les pays du Nord (Australie, Etats-Unis, France, Japon, Norvège, Royaume-Uni, Allemagne, Espagne, Slovénie et la Commission européenne) se sont engagés collectivement à verser 3,5 milliards de dollars US sur la période 2010-2012 pour la réalisation de ces objectifs31. De son côté, le sommet de Nagoya affirme que 17 % des espaces terrestres devront être soumis à une protection, les espaces forestiers primaires étant concernés au premier chef. Le protocole final prévoit

« l’accès aux ressources génétiques et le partage des avantages issus de leur utilisation. Plantes ou animaux fournissent des produits ou des molécules à de nombreux secteurs économiques (pharmacie, cosmétiques…), il était juste de rendre une partie des revenus aux pays ayant conservé cette biodiversité tout en sécurisant l’accès pour les entreprises qui se voient proposer des règles simples d’accès32 ».

30On est là dans le même cas de figure que la restauration des terrains de montagne en France au XIXe siècle. Le contrôle de l’usage et de la gestion des espaces montagnards, notamment forestiers, était nécessaire à l’intérêt général mais pas forcément à l’intérêt particulier des montagnards. Aujourd’hui, au nom des générations futures, dont on ne connaît pas vraiment totalement ce que seront leurs besoins, il convient d’éviter « autant que faire se peut les irréversibilités, et donc la disparition d’espèces et de milieux » (Larrère, 2010, p. 10). On prend là en compte les intérêts globaux de l’humanité, pas ceux particuliers des populations de ces pays. Au nom d’une citoyenneté écologique mondiale33, qui s’incarne non pas dans un état mais dans ces grandes réunions internationales et dans l’action de l’ONU, on tend donc à imposer des normes environnementales et des modes de gestion qui peuvent faire penser à certains membres de ces pays qu’on cherche à les déposséder de leur territoire. Le cas du statut de l’Amazonie illustre bien cette situation34. Bien qu’aucun État ou responsable politique du monde n’y ait fait allusion, la question d’une gestion internationale de cette zone fait régulièrement son apparition dans les journaux brésiliens. Le rappel et la défense de sa souveraineté sont une façon pour ce pays de répondre aux nombreuses critiques qui lui sont faites sur sa gestion forestière. Il n’empêche que, concrètement, le discours et les politiques environnementales de la communauté internationale ont des effets sur sa politique. En 2003, le Brésil a ainsi lancé un plan de lutte contre la déforestation. Le 10 août 2007, Marina Silva, ministre de l’environnement, a annoncé que le taux de déforestation avait été le plus bas depuis sept ans pour la période août 2006 – juillet 2007.

31Il semble donc bien légitime de faire un parallèle entre la situation des montagnes méditerranéennes au XIXe siècle et les espaces naturels des pays en développement aujourd’hui. Le discours prescriptif de l’État et des agronomes a contribué à la transformation et au développement des montagnes françaises. Pour être conformes à la défense de l’intérêt général invoqué, les discours et politiques environnementales internationales ne doivent pas avoir seulement pour objectif de préserver les intérêts, la sécurité et les conditions de vie de la partie la plus riche de la planète, mais doivent aussi être un facteur de développement pour les pays pauvres. Comme cela s’est fait au XIXe siècle en France, les zones où se situent les forêts primaires, où se jouent les principaux enjeux écologiques mondiaux et qui sont également les plus pauvres du monde, peuventelles trouver pleinement leur place dans le modèle économique actuellement dominant ? Le discours prescriptif actuel insiste sur la protection et la conservation de ces zones sans véritablement proposer d’alternative pour assurer la survie des populations locales dans le contexte économique mondial. Couper les arbres a un intérêt économique et parfois social immédiat. Ne pas les couper à certainement un intérêt écologique mais les populations locales n’y voient pas encore un moyen d’assurer les ressources de leur existence.

Notes

1 Ager, saltus et sylva forment la trilogie agraire qui est la base de la vie des hommes. Les surfaces agricoles (ager), les terres de parcours (saltus) et la forêt (sylva) fournissent aux communautés humaines l’ensemble des produits nécessaires à leur nourriture et à leur industrie.

2 Hombres-Firmas L. A., Recueil de mémoires et d’observations de physique, de météorologie, d’agriculture et d’histoire naturelle, Nismes, Imprimerie Ballivet et Fabre, 1838, p. 219.

3 Young A., Voyages en France pendant les années 1787-88-89 et 90, Paris, Chez Buisson, t. 1, 1794, p. 123-124.

4 Dictionnaire biographique de Vaucluse, article Eymard (Joseph-Charles-Pascal), maire de Bédoin, Paris, Flammarion, Néaubier, p. 229-230.

5 Arch. Dép. des Alpes-de-Haute-Provence, 7 M 177. Rapports relatifs au reboisement de 1819 à 1914. Lettre du Garde Général Roubel, Castellane le 9 février 1819.

6 Chaix B., Préoccupations statistiques, géographiques, pittoresques et synoptiques du département des Hautes-Alpes, Grenoble, Typographie de F. Allier, 1845, p. 804.

7 Young A., Voyages en France pendant les années 1787-88-89 et 90, Paris, Chez Buisson, t. 2, 1794, p. 371.

8 Ibid., p. 370.

9 En France, l’arpent ou l’acre français équivalait à 5 107,2 mètres carrés, soit 0,5 hectare environ.

10 Le Moniteur universel, jeudi 22 mars 1827. Chambre des députés, discussion générale du projet de code forestier, séance du 21 mars 1827.

11 Rougier de la Bergerie J.-B., Mémoire sur l’abus des défrichements et la destruction des bois et forêts, Auxerre, Imprimerie Laurent Fournier, 1801, p. 4.

12 Le Moniteur universel, jeudi 22 mars 1827. Chambre des députés, discussion générale du projet de code forestier, séance du 20 mars 1827.

13 Cf. Du reboisement de la France, Paris, Plon, 1845, 15 p.

14 Girard J.-M., « Le suicide des montagnards », Compte-rendu du 1er congrès international de l’Aménagement des Montagnes, Bordeaux 12, 20,21 juillet 1907, Bordeaux, Feret Éditeur, 1909, p. 125.

15 Chevallier P., Couailhac M. -J., L’administration des eaux et forêts dans le département de l’Isère au XIXe siècle, sans date, p. 51 – [http://www.chjdh.org/recherche/rech_rhesi.php] consulté le 15/08/2007.

16 Cité par les « Chroniques forestières », dans Annales forestières, septembre 1843, t. 2, p. 550.

17 Voir : [http://www.gard.equipement.gouv.fr/eau_environnement/historique_crues/recherche.htm].

18 Marchand L., Les torrents des Alpes et le pâturage, Paris, Imprimerie Nationale, 1876, p. 28-29.

19 Young A., Voyages en France pendant les années 1787-88-89 et 90, Paris, Chez Buisson, t. 2, 1794, p. 371.

20 Surell A., Étude sur les torrents des Hautes-Alpes, Paris, Dunod, 2e éd., 1870, p. 117.

21 Ibid., p. 242.

22 Ibid., p. 277-278.

23 Ibid., p. 282.

24 Centre des Archives Contemporaines de Fontainebleau, AGRI 4473. Direction générale des Eaux et Forêts, Situation au 1er janvier 1909 des périmètres de restauration, État n° 1 et Direction générale des Eaux et Forêts, Situation au 1er janvier 1909 des périmètres de restauration déclarés d’utilité publique, État n° 2.

25 Revue des Eaux et Forêts, « Le reboisement de nos montagnes jugé par un suédois », juin 1904, p. 324.

26 Demontzey P., Les retenues d’eau et le reboisement dans le bassin de la Durance, Aix, 1896, p. 8.

27 Arch. dép. des Alpes-de-Haute-Provence, 7 M 177. Délibération du Conseil municipal de Seyne du 12 août 1838.

28 Raimu Y., « Un alpage bas-alpin. La grande montagne à Seyne-les-Alpes », Basses-Alpes : les documents de France, Paris, ALEPEE, sans date (postérieur à 1954), p. 116.

29 Ibid., p. 116.

30 Loi du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux.

31 Cf. [http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Resume_de_la_presidence_-_FR-2.pdf].

32 [Cf. http://www.biodiversite2010.fr/Accord-de-Nagoya-un-grand-pas-pour.html].

33 Voir l’appel de Paris du 3 février 2007 : [http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/environnement_1042/evenements_5138/citoyens-terre-02-03.02.07_15566/appel-paris-03.02.2007_45751.html].

34 Cf. Arnaud de Sartre X., Info ou intox sur le devenir. Territoire du monde ou propriété nationale, sans date : [http://anastasie.univ-paris1.fr/infogeo/Fichiers/Descriptifs_Articles/Amazonie.pdf], consulté le 15/08/2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540