Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Deuxième partie. Prescriptions politiques et conflits d'usages

Introduction

Fabrice Ripoll

Texte intégral

1La première partie de cet ouvrage a montré qu’il était important de se pencher sur les discours, et plus largement sur les catégorisations produites par des agents sociaux en position de les diffuser. Pour autant, le monde social ne peut se réduire à du discours. La notion de catégorie elle-même ne s’y réduit pas : elle peut avoir une dimension politique ou juridique, à l’exemple de celle de « ZUP » étudiée par Olivier Ratouis. Et cela, du fait que la loi et l’action publique ne peuvent pas se passer de catégories, qu’elles inventent ou reprennent à d’autres champs, de même qu’elles ne peuvent pas ne pas être territorialisées, c’est-à-dire comporter un espace d’exercice précisément circonscrit, qui peut être l’ensemble du territoire national sous contrôle ou une partie seulement de ce dernier (cas particulier des politiques publiques dites « territoriales »). Ce faisant, l’État intervient plus ou moins directement, volontairement et fortement sur des espaces qui sont aussi des espaces vécus, des espaces pratiqués et signifiés, notamment par les dites « populations locales ». Inévitablement, ce sont la légitimité et la valeur de ces usages et significations qui sont alors mises en question : a minima, si les usagers peuvent pratiquer l’espace sans codifier ces usages, sans les expliciter, les critiquer ou les justifier, l’intervention des institutions ne peut se faire que par le biais d’une mise en discours, d’une codification. Au nom de l’intérêt général ou de la raison d’État, sont alors formulées des prescriptions quant aux usages que les populations peuvent ou doivent faire de ces espaces qui ne sont plus tout à fait les leurs, ce qui ne va pas toujours sans interférences ou contradictions… voire des conflits.

2Les travaux rassemblés dans cette deuxième partie ont ainsi en commun de travailler sur les rapports qui se constituent entre institutions politiques et usagers à l’occasion de ces interventions, sur les transformations dans les valeurs et normes d’usage des espaces qu’elles induisent, et sur les conséquences qu’elles peuvent avoir sur les pratiques des usagers, voire sur les usagers eux-mêmes. Au-delà de cet axe commun, ces cinq études révèlent une grande diversité de situations. Diversité des institutions politiques elles-mêmes, car si la notion d’institution politique est utilisée ici, c’est qu’il est délicat de parler d’État à propos d’institutions, inter-ou supra-nationales, qui sont étudiées par certains auteurs, comme l’ONU (dans le texte de Fabien Guillot), la Banque mondiale (pour Moussa Touré) ou même le Comité consultatif conjoint de gestion de la Baie de Granville (étudié par Christian Fleury) – en soulignant qu’il n’est pas question d’en faire des entités parfaitement autonomes des États qui les ont créées et les font exister au jour le jour, matériellement, juridiquement, mais aussi politiquement. Diversité des enjeux et justifications de l’action publique : gestion rationnelle des ressources naturelles (dans les textes de Frédéric Fesquet et Christian Fleury), appropriation de la terre (Fabien Guillot), production et attribution des logements (Moussa Touré), patrimonialisation (Laurence Gillot). Diversité des actions elles-mêmes, sur fond d’asymétrie structurelle entre institutions et usagers : de la prise de contrôle plus ou moins brutale et violente, au soutien de certaines catégories d’usagers, parfois aux dépens d’autres, en passant par divers degrés de confrontation et de négociation.

3Ces recherches révèlent aussi la différence importante qu’il faut garder en tête entre appropriation de la nature, de ressources ou biens matériels, et appropriation ou contrôle de l’espace stricto sensu. Pour ne prendre qu’un exemple, le texte de Christian Fleury montre le passage d’un conflit d’appropriation des mêmes ressources halieutiques à divers conflits d’usage de l’espace marin, supposant des normes d’usage (partagé) de l’espace pour l’appropriation de ressources différentes, ou simplement pour des usages différents qui ne visent pas tous une quelconque appropriation. Mais du fait que la surface terrestre n’est pas en quantité infinie, les concurrences qui ne manquent d’apparaître entre divers usages d’un même espace, même sans volonté d’appropriation privative des ressources qu’il renferme, risquent toujours de se transformer en conflit d’appropriation privative de l’espace lui-même, c’est-à-dire en lutte pour son contrôle ou son usage exclusif. On comprend que se réserver un espace, le monopoliser pour mieux monopoliser les usages que l’on veut en faire, pour en avoir un usage autonome, soit une stratégie répandue. C’est en tout cas la stratégie étatique par excellence. Le fait que l’espace physique soit le lieu de rencontre de toutes les activités sociales, et donc d’interférence entre tous les champs sociaux, permet sans doute de comprendre qu’il n’existe pas un champ de production et d’appropriation de l’espace qui soit en lui-même autonome. De ce point de vue, les institutions politiques sont à la fois des usagers parmi d’autres, en tant qu’elles s’approprient des portions d’espace à leurs fins propres, et les grands arbitres de ces rencontres et concurrences, en tant qu’elles représentent un pouvoir légitime : le pouvoir de trancher, de partager l’espace entre secteurs et catégories d’usagers concurrents, mais aussi de déterminer la hiérarchie légitime des valeurs d’usage et échelles de valeur en concurrence, aussi incommensurables peuvent-elles paraître.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540