Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Première partie. Les enjeux de la catégorisation des espaces

Énoncer, découper, valoriser : « ZUP » ou les variations d’une catégorie administrative déshéritée

Olivier Ratouis

Texte intégral

  • 1 On pourra distinguer ici les Plans d’aménagement, d’extension et d’embellissement des villes (PAEE (...)
  • 2 Cette considération vaut par la suite : Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme (SDAU) créé (...)

1Se développant dans la durée, tout processus d’urbanisation appelle à une lecture des temporalités dans lesquelles il s’inscrit. Les trois décennies qui, après la seconde guerre mondiale, ont profondément remodelé les villes françaises, constituent un précipité du changement urbain. Or, c’est précisément à partir du milieu du XXe siècle que l’administration instaure en France les documents de planification urbaine : Plan de reconstruction et d’aménagement (PRA) adopté en 1943, Plan directeur d’urbanisme (PDU) en 19581. Ceux-ci donnent ainsi à l’aménagement non seulement des cadres spatiaux, mais aussi des cadres temporels qui sont globalement ceux d’une génération (entre 15 et 25 ans2). Prêtant attention à ce fait, on comprend mieux encore comment les quartiers bâtis dans l’après-guerre constituent un héritage social au sens propre, celui qu’une génération transmet à la suivante.

  • 3 Les travaux d’histoire urbaine sur la reconstruction faisant suite à la seconde guerre mondiale on (...)

2La guerre, et ses destructions considérables, inaugure cette période par une profonde rupture. La reconstruction des villes qui fait suite aux paysages de ruines, présente un héritage ambivalent : les « sinistrés » (ceux qui restent, ou leurs enfants) retrouvent leur bien mais, reconstruit, il n’est plus le même. Dans les années 1990, alors que ces reconstructions défraîchies appellent sur tout le territoire national des actions de rénovation, la nature de cet héritage est réinterrogée à nouveaux frais. Que faire de ces ensembles longtemps mis à distance par les mémoires, quand bien même habités3 ?

3C’est par l’étude des quartiers d’habitat social bâtis dans les années qui suivent les reconstructions que nous nous proposons ici d’aborder cette question de l’héritage urbain. La « zone à urbaniser en priorité » (ZUP), catégorie administrative instaurée en 1958 pour construire des zones d’habitat de plusieurs milliers de logements en périphérie proche des centres-villes existants, retient l’attention. Sans faire l’objet chez les historiens de l’urbain d’enquêtes d’ampleur comparable à celles portant sur d’autres moments du XXe siècle, certains travaux ont été publiés sur ces objets que constituent les grands ensembles ou les ZUP des années 1950 et 1960 (Vayssière, 1988 ; Dufaux, Fourcaut, 2004 ; Fourcaut, Vadelorge, 2006). Ici, et dans les très nombreux travaux consacrés à ces ensembles par les autres sciences sociales, il ressort l’image d’un continent noir de la production urbaine, quitté en masse par ceux qui en ont eu les moyens quelques années après s’y être installés, relégué en marge des villes et dont les nombreuses démolitions, pour certaines étonnamment précoces, ne seraient finalement que la marque d’un héritage non assumé. Ces travaux pourtant, montrent aussi la diversité des situations et la valeur d’une part importante de ces ensembles. À côté de l’histoire de ces objets, c’est par la façon dont ils sont appréhendés que peut être poursuivie la réflexion. Une dimension historiographique peut être enrichie, qui aborde la manière dont se construit l’écriture « savante » de l’objet. Par différence avec l’historiographie classique qui considère les catégories comme des moyens de désigner des réalités objectives, nous estimons que les catégories sont constitutives de la réalité qu’elles contribuent à produire en définissant les questions à traiter.

LE VOCABULAIRE, UNE CLÉ MÉTHODOLOGIQUE POUR L’ÉTUDE DE L’URBAIN

4L’intérêt scientifique donné à la construction langagière des catégories urbaines relève essentiellement de recherches récentes. On apprend en particulier que les catégories urbaines fonctionnent et portent largement sur les opérations de découpage (Topalov, 2002) : découpage des espaces par des acteurs, mais aussi découpage des groupes producteurs de catégories dans le continuum social ou à l’inverse regroupement d’acteurs le cas échéant sous forme de collectifs d’énonciation par l’emploi commun de ces vocabulaires (Ratouis, 2003). À la suite de ces travaux, on sait notamment que les modalités de division de l’espace et les types de séparation des unités urbaines et d’habitat sont d’une grande variété, quand bien même les objets peuvent paraître proches. La comparaison au sein des aires linguistiques, comme entre les différentes langues, le montre avec un éclat particulier (Topalov et al., 2010), y compris pour des lexiques qui paraissent se caractériser par leur banalité.

  • 4 Voir aussi : Ratouis O., « La fonction crée-t-elle le nom ? Obsolescence et renouveau du vocabulai (...)

5La question de l’héritage peut alors être posée dans le cadre d’une histoire des mots de l’urbain qui rende compte de leur production et de leur réception. À partir du milieu des années 1950, en lien avec la croissance démographique urbaine et la transformation des villes, le processus de catégorisation de l’urbanisme français bat son plein. Il marque tout particulièrement ces ensembles d’habitat social. Cinquante ans plus tard, c’est par son étude que certains proposent de lire l’histoire des politiques publiques urbaines (Tissot, 2007). Or, loin d’être paisible, la catégorisation recèle conflits et problèmes. L’examen du vocabulaire technique de l’urbain montre que celui-ci connaît dans les années 1950 et 1960 une véritable crise de définitions (Ratouis, 19974), pour reprendre l’expression utilisée par l’historien Jean-Claude Perrot pour décrire le cheminement conceptuel de la ville fermée à la ville ouverte au XVIIIe siècle (Perrot, 1975). Les nouveaux ensembles construits n’échappent pas à ce questionnement, bien au contraire. Parrainé par Paul-Henri Chombart de Lauwe, le psychosociologue René Kaës, qui travaille alors sur les milieux ouvriers français et leur rapport à la culture, est l’un des premiers commentateurs et analystes de ceux-là. Son livre sur la vie dans les grands ensembles s’ouvre par une interrogation sur le vocabulaire, dont on manquerait l’enjeu en le refermant sur une « simple » querelle terminologique :

« Des quartiers et des villes sont nés. Leur naissance fut aussi un cri d’angoisse et leur baptême tout un problème, encore irrésolu : grands ensembles ? Villes nouvelles ? Cités neuves ? Habitations nouvelles ? Quel nom leur donner ? La plupart du temps, pour les habitants, ce sont des blocs, des tours, quelquefois une “cité” ; on ne sait pas bien encore comment les appeler ou les apprivoiser, on sent que c’est grand, gigantesque, nouveau, jamais vu, ça ne laisse pas indifférent […]. Déjà on parle d’univers concentrationnaire, de caserne et de clapier-dortoir. » (Kaës, 1963, p. 12.)

  • 5 Le corpus de l’étude se compose par suite d’ouvrages savants et de documents produits par les grou (...)

6Tels sont les processus auxquels nous assistons : énoncer une question, attribuer de la valeur, découper des espaces et des groupes d’acteurs (en tant que producteurs de catégories). Cette dernière dimension mérite un point d’éclaircissement. L’analyse du vocabulaire conduit en effet à l’identification des groupes de locuteurs. Les mots transitent entre disciplines savantes, et entre groupes de statuts sociaux variés. Entre ces groupes producteurs de catégories, les concurrences et le flou des frontières, la perméabilité, sont à interroger. Rapportée au domaine urbain, la catégorie « savant » nécessite d’être élargie. « Spécialiste », ou « expert », conviendraient sans doute mieux pour comprendre les dynamiques observées (Bourillon, Coudroy de Lille, 2005). Administrateurs, architectesurbanistes, sociologues et psychologues de terrain, voisinent dans cette histoire avec élus et personnalités des milieux associatifs5. Les décennies d’après-guerre sur ce point sont fort intéressantes.

7Jean-Pierre Gaudin a montré comment la décentralisation française des années 1980 a modifié les rôles en matière urbaine, non pas seulement en termes de transferts de compétences (de l’État vers les collectivités locales), mais aussi de modification des limites des rôles et des frontières entre positions des différents intervenants. Les catégories clivées, du type « le savant » et « le politique » construites à partir de légitimités bien distinctes au début du XXe siècle, sont à remettre en cause (Gaudin, 2003). Cette analyse a pu être partagée par des analyses locales en reconsidérant par exemple l’opposition usuelle entre maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre comme clé de lecture satisfaisante des politiques publiques (Ratouis, Segaud, 2001). Il faut aujourd’hui penser en termes de mondes d’action et porter l’attention sur les types de compétences, de réseaux et d’engagements qui leur sont transversaux. La séparation sectorielle des activités et des catégories n’est plus opérante. Si l’après-guerre se caractérise par un cloisonnement administratif particulièrement rigoureux avec la création de nouvelles administrations et un fonctionnalisme exacerbé, on peut toutefois se demander si les prémisses de la révision de ces clivages n’y sont pas observables. La politique d’aménagement du territoire par exemple n’est-elle pas conduite dans le même temps par des géographes universitaires passés à l’action, la fameuse « géographie active » (Gaudin, 1979) ?

  • 6 Dépassant le statut de simple catégorie administrative, l’acronyme mériterait d’apparaître ici ent (...)

8La réflexion portant ici sur les quartiers d’habitat social, c’est l’entrée par le terme français de ZUP6 qui est choisie, terme qui répond à certains de ces enjeux. Symbole du renouveau de la France d’après guerre, le sigle marque les années 1960. Les historiens de l’architecture Gérard Monnier et Richard Klein (2002) en font un étendard qui serait peu compréhensible si l’on ne se rappelait à quel point ZUP a pu faire moderne, en titrant un recueil d’articles : Les années ZUP. Architectures de la croissance. 1960-1973. Désignant une procédure administrative, ZUP (« zone à urbaniser en priorité ») manifeste lors de son invention le renouvellement technocratique du vocabulaire de l’urbanisme français. L’énoncé relève de ce que Topalov appelle la « langue administrante » dont la visée est organisatrice (Topalov, 2002). Ce statut est si prégnant que l’une des caractéristiques du mot est que sa chronologie est connue, presque au jour près (avec l’apparition du terme dans la loi du 7 août 1957). Cela est vrai, du moins tant que ZUP reste dans le giron de cette sphère administrative. Or, justement, le terme, à un moment, change de registre. Le sigle perd ses points, se prononce comme un mot, devient acronyme.

ZUP, UNE CATÉGORIE ADMINISTRATIVE

9La création des ZUP correspond à une rupture importante qui signe la fin de la reconstruction et le lancement des grandes opérations d’urbanisme des années 1960. Elle s’accompagne de la mise en place d’un dispositif complet par l’État, incluant des systèmes d’aides financières, de réserves foncières, le développement des sociétés d’économie mixte en particulier sous les auspices de la Société centrale pour l’équipement du territoire (SCET) filiale de la Caisse des dépôts. Changement significatif, le ministère de la Reconstruction et du Logement qui avait préparé la loi de 1957, laisse le nouveau ministère de la Construction créé le 1er juin 1958 préparer les décrets d’application. ZUP appartient donc à son origine au vocabulaire juridico-administratif de l’urbanisme. Avant même d’être un terme, ZUP est un énoncé au déroulé non parfaitement fixé qui contribue à enrichir la liste des acronymes administratifs et lance une longue série propre au domaine de l’aménagement urbain.

10L’expression de « zone à urbaniser par priorité » apparaît pour la première fois dans la loi-cadre 57-908 du 7 août 1957 favorisant la construction de logements et d’équipements collectifs. L’article 39 précise que les « zones à urbaniser par priorité » doivent permettre « la réalisation d’ensembles d’habitation comportant au moins 200 logements et leurs équipements annexes ». L’article 47 évoque pour sa part les « zones à urbaniser en priorité ». Plus rarement, le législateur évoque dans les années qui suivent les « zone d’urbanisme prioritaire », comme le fait Albin Chalandon, ministre de l’Équipement et du Logement, dans une conférence sur la promotion de la maison individuelle, prononcée en mai 1969 quelques jours avant le décret d’abrogation des ZUP. C’est le décret n° 58-1464 du 31 décembre 1958 qui en précise le contenu :

« Article 1 – Dans les communes et agglomérations où l’importance des programmes de construction de logements rend nécessaires la création, le renforcement ou l’extension d’équipements collectifs, un arrêté du ministère de la Construction peut désigner des zones à urbaniser par priorité, dont chacune doit avoir une superficie suffisante pour contenir au moins cinq cents logements, avec les édifices, installations et équipements annexes. »

11ZUP revêt une approche avant tout quantitative. Le seuil de 200 logements dans la loi de 1957 est porté à 500 dans le décret de 1958. Tout programme de plus de 100 logements dans une commune ayant une ZUP doit lui être rattaché. La ZUP est inscrite dans un périmètre délimité par arrêté ministériel, l’opération confiée à un organisme concessionnaire unique, une société d’économie mixte (SEM), filiale de la Caisse des dépôts et consignations. Dans une circulaire du 25 septembre 1959, Pierre Sudreau, ministre de la Construction, justifie cette nouvelle technique de réalisation des ensembles d’habitation en mobilisant un critère d’« unité ». « Unité d’action au sein [d’une même] zone » sur le plan administratif, unité d’action technique avec « un maître d’ouvrage unique », unité financière enfin puisque les ZUP « bénéficient d’un financement coordonné pour toutes les opérations » par le biais des fonds d’aménagement. Souvent à cheval sur plusieurs communes, placée sous l’autorité du préfet, la ZUP est un produit du centralisme d’État. Fondée sur une assiette foncière unique, elle constitue une procédure d’exception qui déroge au droit commun des sols. Afin de prévenir de la spéculation foncière, le droit de préemption est d’ailleurs instauré par la loi du 26 juillet 1962, avec la création, « dans les mêmes formes que les zones à urbaniser en priorité, des zones d’aménagement différé [ZAD] ».

  • 7 Cf. Spinetta A., « Les grands ensembles pensés pour l’homme, au service d’une politique active et (...)
  • 8 Cf. Prats Y., « Zone à urbaniser par priorité (ZUP) », Merlin P. et Choay F. (dir.), Dictionnaire (...)
  • 9 Cf. Jamois J., Les zones à urbaniser par priorité. Un élément fondamental de l’aménagement du terr (...)

12Dans l’usage quotidien, ZUP vaut comme équivalent de grand ensemble. Cette dernière dénomination se répand à grande vitesse au milieu des années 1950 dans les milieux spécialisés de l’urbain, après avoir été en quelque sorte validée par Adrien Spinetta, directeur de la Construction, dans un article publié en 1953 dans la revue L’Architecture d’aujourd’hui7. Le terme grand ensemble vise des opérations dont la plus emblématique est Sarcelles, lancée en 1955. ZUP y est alors fortement associée, même si différentes ZUP incluent, à côté des logements collectifs, des petits quartiers de logements individuels. Le juriste Yves Prats présente après coup les ZUP comme « une régularisation des grands ensembles d’immeubles collectifs, construits dans les années 1950 hors de tout cadre réglementaire8 ». C’est déjà ainsi que Jean Jamois, directeur de la SAREF, une société d’aménagement, défendait en 1968, indépendamment d’un certain nombre de critiques fondées, la procédure des ZUP qui devait permettre de répondre à l’absence d’équipements publics des premiers grands ensembles9. Ainsi, avant d’être dotée de connotations péjoratives, la ZUP apparaît comme une solution.

13ZUP ouvre par suite une importante série du vocabulaire urbanistique de la « zone » (ZAD en 1962, ZAC en 1967). Elle s’inscrit dans une doctrine du zoning inventée au début du XXe siècle dont elle représente une forme de développement radical. Dans les années 1960, les nouveaux quartiers cherchent leur nom, les hésitations sont lisibles : « zones d’habitation », « opération d’urbanisme », « opération d’ensemble », « cité », « quartiers d’habitation », « grands ensembles » sont quelques-uns des termes alors en vogue. Les sociologues Christian Bachmann et Nicole Le Guennec (1996) insistent sur le changement de vocabulaire urbain des années 1960. C’est selon eux tout le langage de l’urbanité des années trente, celui des rues, des villes ou des voisins, qui se voit battu en brèche par ce qu’ils appellent « la novlangue zupienne ». Des termes nouveaux apparaissent (voies de desserte, dalle, espaces verts…), les anciens changent de signification (comme jardin ou boulevard). La vie quotidienne en est profondément transformée, dans ce qui n’est plus des villes mais une entité urbaine mal identifiée.

14La rupture est perceptible dans l’onomastique moderniste et positive. À Saint-Étienne, la grande ZUP dont fait partie la Muraille de Chine, ne s’appelle-telle pas « Beaulieu » ? Le sociolinguiste Jean-Marie Marconot publie entre 1977 et 1987 des articles dans un petit journal de quartier l’Écho de la ZUP du Nord, rassemblés et édités sous le titre La ZUP de Nîmes : son mode de vie, son langage. La dénomination des rues nouvelles offre l’occasion d’affirmer des symboliques. Marconot en fait une analyse non dénuée d’humour :

  • 10 Cf. Marconot J.-P., La ZUP de Nîmes : son mode de vie, son langage, université Paul-Valéry, Montpe (...)

« Par son standing, Nîmes-Ouest fait encore partie de Nîmes et se situe par rapport à elle. Par leur absence de standing, ZUP-Nord et ZUP-Sud ne se réfèrent qu’à elles-mêmes, déshéritées d’un urbanisme possible […]. Zup-Sud est vouée aux peintres : David, Corot, Fragonard. ZUP-Nord, plus près du ciel de quelques dizaines de mètres sur sa colline, est vouée aux astronomes et aux physiciens10. »

  • 11 Marconot parle de la ZUP comme d’un « processus radical de désoccitanisation » (ibid., p. 28).
  • 12 Cf. Dussart M., Que disent des zupiens de leur ZUP ? Beau Marais, Calais, enquête de la Confédérat (...)

15La dimension révolutionnaire, la rupture avec l’histoire, avec les cultures locales11, se traduit dans l’appellation des nouvelles constructions : Tour 6 A ou bâtiment 67-B. Le refus de l’héritage est manifeste. Implantée sur des terrains sans passé urbain, la ZUP est présentée comme une alternative à la ville traditionnelle. Celle d’une société réconciliée dans le rêve du confort moderne. C’est dans cette perspective que démographes et psychosociologues s’emparent de ce nouvel objet, opérant un passage du spatial (les logements) au social, avec des enquêtes sur ces nouveaux habitants : « zupéens », « zupistes » voire « zupards ». La dénomination est sélective et assigne les habitants à un espace. Que disent des zupiens de leur ZUP ?, s’interroge le père Michel Dussart (1981) dans une étude réalisée dans la ZUP du Beau Marais à Calais pour le compte de la section locale de la Confédération syndicale du cadre de vie (CSCV12). Dans ces années, Zupiens rime avec « martiens ». L’utopie est mobilisée. En 1964, le journaliste Marc Bernard publie chez Flammarion un ouvrage intitulé Sarcellopolis, qui prend la forme d’un récit de voyage « dans un univers futuriste » : Sarcelles (Ratouis, 2008). Les ZUP engendrent un important questionnement sur les modes d’habiter.

UN ACRONYME POPULAIRE… ET STIGMATISANT

  • 13 Et l’un des très rares acronymes, avec le POS (Plan d’occupation des sols) et l’emblématique HLM.

16ZUP connaît un succès considérable, au point de devenir en quelques années l’un des rares termes techniques de l’urbanisme véritablement popularisés13. Mais assez rapidement, puis au rythme de livraison des chantiers, se développe un discours de dénonciation des travers des ZUP qui va donner lieu à terme à une véritable stigmatisation. Les caractéristiques physiques des espaces sont décrites, les comportements scrutés. La réception qu’en font les nouveaux occupants est bien éloignée de la rhétorique techno-moderniste des ingénieurs des Ponts. Dans le petit journal de la ZUP des Couronneries à Poitiers, ZUP gazette, le directeur de la publication, M. Grosbras, décrit son quartier en février 1970 :

  • 14 Cf. ZUP gazette, n° 3, 1970, p. 1.

« Au premier abord la ZUP se présente comme un quadrillage de tours et de bâtiments avec par endroits quelques pavillons, des îlots de gazon et toute une zone en cours de construction. Rien ne retient particulièrement l’attention lorsqu’on parcourt la ZUP, si ce n’est le gigantisme de certains immeubles […]. Dans cet univers de béton aux 100 000 fenêtres vit actuellement une population de plus de huit mille âmes14. »

17Au Mans, le président de l’Amicale de défense et d’entr’aide des habitants de la ZUP Sablons-Gazonfier fait écho. Dans le premier numéro de ZUP information, son journal, il note :

  • 15 Cf. ZUP information, n° 1, juin 1966, p. 1.

« Nous sommes aujourd’hui les habitants d’une grande cité, la ZUP des Sablons-Gazonfier qui comptera 32 000 habitants. […] Notre ZUP n’est rien d’autre qu’un ensemble de réalisations nouvelles, un quartier neuf15. »

  • 16 Cf. Wolf M., Osselin J., Les ascenseurs de la ZUP. Contrôle populaire et autogestion communale, l’ (...)
  • 17 Gérard Althabe décrit dans ses terrains ethnologiques dans la France actuelle la cage d’escalier c (...)
  • 18 Cf. DAFU, La Renaissance d’un grand ensemble, ministère de l’Équipement, Paris, 1976, p. 13.

18Le numéro 2 évoque le « désarroi des habitants » face au manque d’équipements dont l’école. Certains espaces symboliques concentrent l’attention, comme les parkings ou les halls d’entrée. Marc Wolf et Jacqueline Osselin, militants socialistes du CERES fraîchement élus respectivement maire et première adjointe, publient Les ascenseurs de la ZUP. Contrôle populaire et autogestion communale, l’expérience municipale de Mons-en-Barœul chez Maspero16. Les luttes urbaines passent par l’escalier, pour proposer la démocratie locale comme réponse à « l’anti-ville » que constitue la ZUP17. Toutefois, certains contestent cette analyse. Dès 1976, une étude commanditée par la Direction de l’aménagement foncier et de l’urbanisme (DAFU) s’enquiert déjà des méthodes à mettre en œuvre pour permettre La Renaissance d’un grand ensemble. Ses auteurs estiment que les interventions sur les espaces publics « n’apportent pas de réponse aux “vrais problèmes de la ZUP” qui tiennent principalement à l’absence de lieux […] pour les enfants contraints de jouer dans la rue et à la piètre qualité des logements tellement sonores18 ».

19La position valorisant les zones à urbaniser en priorité est rapidement critiquée. Dans un article resté célèbre, les sociologues Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire (1970) dénoncent les discours présentant les grands ensembles comme représentatifs de la moyenne des français, en somme des quartiers banals. Ils visent en particulier l’ouvrage de Paul Clerc Grands ensembles. Banlieues nouvelles, publié en 1967. Initiée par le Centre de recherche d’urbanisme et réalisée par l’Institut national d’études démographiques (INED), l’étude est d’importance, présentée comme le pendant d’une autre enquête, consacrée à l’habitat pavillonnaire, dirigée par Henri Lefebvre et promise à un large succès (Raymond et al., 1966). Chamboredon et Lemaire remettent en cause les méthodes d’enquête démographique et psychosociologique, pour montrer comment les populations des différents ensembles sont en fait à l’échelle de chacun d’entre eux déséquilibrées et hétérogènes. Les auteurs qualifient de « populiste » l’utopie annonçant « l’émergence d’une société nouvelle, affranchie des divisions de classes traditionnelles » (1970, p. 3). L’analyse sociologique montre que les ZUP ne constituent que des espaces de transit pour les classes moyennes qui poursuivent ailleurs leur ascension sociale (Béhar, 1997).

  • 19 Cf. Marconot, 1988, op. cit.
  • 20 Cf. ZUP Gazette, op. cit.
  • 21 Cf. Pitrou A., Quelques problèmes posés par le lancement et la réalisation des ZUP. Synthèse des i (...)
  • 22 Cf. Pitrou A., La procédure des ZUP vue par les différentes instances intéressées à leur réalisati (...)

20La monnaie du fonctionnalisme a son revers. Dans les ZUP, souvent comprises comme la mise en œuvre des doctrines de la Charte d’Athènes (1941), le zoning s’accorde avec un fonctionnalisme de la vie sociale. Les auteurs décrivent tous ce phénomène lié au monofonctionnalisme de l’habitat. « La ZUP se vide de 5 h 1/2 à 7 h19 » ; « De 8 heures à 18 heures la ZUP “appartient” aux femmes et aux enfants20 ». La ZUP apparaît comme le type de l’« espace résidentiel fordiste ». Cette relation étroite et univoque avec le travail et l’apprentissage de la « vie moderne » par des populations souvent étrangères ou rurales, est la cause de son succès dans un premier temps, de son échec ensuite lorsque, avec la crise économique, s’estompent les perspectives d’ascension sociale (Bidou-Zachariasen, 1995). Chargé de mission au nouveau ministère de la Ville, l’énarque et conseiller d’État Jean-Marie Delarue décrit dans un rapport au ministre Michel Delebarre leur « relégation » et qualifie ces banlieues en difficulté de « zones déshéritées » (Delarue, 1991). Même si certains auteurs modèrent une lecture trop univoque, la stigmatisation est à l’œuvre. L’État lui-même relève rapidement les critiques. « Une réprobation quasi-unanime englobe la “ZUP-HLM”, la “ZUP-ségrégation” », note Agnès Pitrou au terme d’une analyse de la perception de responsables locaux de ZUP, réalisée pour le compte de la puissante direction de l’aménagement foncier et de l’urbanisme21 (DAFU). « Le terme même de ZUP est à changer ; il faut “dézuper” les prochaines opérations pour y attirer les promoteurs privés22. »

21La fin des ZUP s’accompagne d’une vigoureuse dénonciation des grands ensembles. Les nouvelles zones d’aménagement concerté (ZAC) instituées à la place des ZUP par la loi n° 67-1253 du 30 décembre 1967 dite Loi d’orientation foncière (LOF) de 1967 sont limitées en taille (1 000 ou 2 000 logements). Le ministre de l’Équipement, du Logement et de l’Aménagement du territoire Olivier Guichard rédige un texte qui connaît une audience dépassant le cercle restreint des techniciens, la Directive visant à prévenir des formes d’urbanisation dites grands ensembles (1973). De 1959 à 1969, 197 ZUP ont été créées. Un décret du 30 mai 1969 abroge en effet le décret de 1958 créant les ZUP et organise une période transitoire : à partir du 1er avril 1976, aucune ZUP nouvelle ne peut être créée, mais celles existantes peuvent continuer à être aménagées selon leur régime propre. L’État « dézupe ».

22Toutefois, le processus de dévalorisation se poursuit. Militant du monde associatif et syndical, André Chazalette décrit, dans Économie et humanisme, les Minguettes comme « une ZUP qui vieillit mal ». Désaffection accrue, malaises, dégradations, agressions se multiplient. Le gigantisme est mis en cause : les aspects sociaux sont communs à la plupart des ensembles locatifs sociaux « mais plus accentués dans les ZUP du fait même de leur taille ». « Ras-le-bol du béton » et uniformité sont omniprésents (Chazalette, 1980). Différentes actions sont engagées en leur faveur. Or, elles se mettent en place par le biais d’un usage de la langue très dépréciateur. Les nouvelles dénominations sont à connotation sociale et enrichissent le lexique du zoning. « Zone d’éducation prioritaire » (ZEP, 1981), « Zone urbaine sensible » (ZUS), « Zone de redynamisation urbaine » (ZRU), « Zone franche urbaine » (ZFU). Les quartiers sont dits successivement « HVS » (Habitat et vie sociale), « DSQ » (développement social des quartiers), « DSU » (développement social urbain)… La saga des sigles redouble celle du zonage et suit l’évolution des politiques publiques.

  • 23 « Nous ne pouvons pas évoquer les violences urbaines sans définir ce qu’est la banlieue, lieu priv (...)
  • 24 « Les handicaps sociaux […], ainsi que la petite délinquance, conduisent à une assimilation entre (...)
  • 25 L’importance de l’urbanisme comme réparation est soulignée par certaines études locales (voir par (...)

23Dans les années 1980, ZUP est inscrit sous le terme euphémisé de « quartiers » dans le cadre de la politique de la ville. L’ampleur des démolitions et le fait qu’elles commencent très tôt, une dizaine d’années à peine après la construction, concourent à cette dépréciation. Les 22 premiers quartiers DSQ correspondent aux ZUP les plus dégradées. L’étude du vocabulaire de l’urbain (Depaule, Topalov, 1996) montre que les mots sont soumis à des phénomènes de mise en concurrence. ZUP rencontre progressivement « cité », « banlieue23 » et « quartier24 » en particulier. Mesure dite « antighetto », les ZUP sont définitivement supprimées le 1er octobre 1991 par la loi n° 91-662 dite Loi d’orientation pour la ville (LOV) du 13 juillet 1991 : les zones rentrent dans le droit commun des sols. La loi engage une politique de « dé-périmétrisation ». En 1999, la géographe Louisa Plouchart suggère un parcours chrono-lexicologique : l’« urbanisme en Z », incarné par la ZUP, aurait fait un détour par « l’urbanisme en R », celui de la Réhabilitation du bâti ou de la Requalification des quartiers25 (Plouchart, 1999). Sa réapparition (la ZEP) se fait au bénéfice d’un déplacement. Les nouvelles zones visent des politiques sociales et non plus des grandes opérations urbanistiques, signe aussi d’une volonté de prendre en charge les difficultés plus localement.

UN HÉRITAGE REFUSÉ, UNE TEMPORALITÉ RETOURNÉE

24Les ZUP posent un problème public de transmission. Elles se présentent comme un héritage socio-spatial refusé. Essayons de voir pourquoi.

  • 26 Cf. Sueur J.-P., Demain la ville, Paris, Documentation française, 2 tomes, 1998, p. 186.
  • 27 « La loi d’orientation foncière était destinée à faciliter et accompagner une logique d’extension (...)
  • 28 Propos de Leïla Sebbar recueillis en 2002 par Mona Chollet, www.peripheries.net/i-valn.htm
  • 29 Cf. [www.rennes.maville.com/htm/dossiers/quartiers/leblosne.htm], consulté le 11 janvier 2003.

25Le changement de vocabulaire constitue une dimension majeure ainsi qu’un marqueur des transformations de ces quartiers d’habitat social. Lancés dans une certaine confusion sémantique un temps éclaircie par les dénominations administratives, ces quartiers font l’objet d’appellations fluctuantes. « Personne n’a vraiment envie d’habiter dans une “zone”, ni que l’on dénomme ainsi le secteur où il vit », affirme le maire d’Orléans Jean-Pierre Sueur dans le rapport Demain la ville, préconisant une disparition du vocabulaire du zonage26. Ce type de modifications recouvre une transformation des modalités d’urbanisation. La logique urbaine devient celle d’une reprise de la ville sur elle-même27. Le changement s’étend aux noms propres. L’écrivaine Leïla Sebbar évoque « la ZUP d’Argenteuil baptisée successivement “la Dalle” et “les terrasses du Val d’Argent”28 ». Le marketing urbain prend place. En 2003, la mairie de Rennes s’efforce de changer le nom de la ZUP Sud, appellation connotée négativement. Elle propose « Le Blosne », 24 % des habitants s’y reconnaissant. Mais 35 % déclarent vivre à « ZUP Sud29 ». Le mot ZUP survit de manière très banale à ces changements de vocabulaire administratif, montrant une appropriation plus forte qu’à l’égard de certains des termes concurrents, comme grand ensemble.

26Les exemples abondent. En 2009, Nord-Littoral titre dans sa page calaisienne « Du rififi chez ZUP Ambulances » (20 juin), entreprise située dans la ZUP du Beau marais. ZUP amorcerait-il un mouvement qui le rapprocherait d’un nom de lieu ? Des changements significatifs ont lieu. La ZUP de Bures-Orsay, créée le 30 novembre 1960 par arrêté ministériel, à laquelle s’adjoint en 1968 une zone d’activité, devient la ville des Ulis le 17 février 197730. À Hérouville-Saint-Clair se raconte l’« histoire d’une ZUP qui voulait devenir une ville31 ».

27Les spécificités du vocabulaire peuvent être utilement resituées dans leur période de construction. Les ZUP sont l’un des noms de la période de croissance de l’après-guerre que, par commodité, l’on désigne après l’économiste et démographe Jean Fourastié comme celles des « Trente Glorieuses » (Fourastié, 1979). Fourastié cherche, en confrontant la situation française des années 1946-1950 avec celle des années 1975-1978, à montrer comment un changement socio-économique d’une telle ampleur a été possible. Indépendamment des jugements de valeur qu’elle véhicule, cette appellation postule une unité qui gomme les différences à l’œuvre dans la période considérée. Or du point de vue de l’urbanisme, il appert d’une part que deux temps relativement distincts composent cette période, la première dite de reconstruction, la seconde à l’appellation moins unanime couvrant la construction des grands ensembles et la grande urbanisation zonée, et d’autre part que, loin d’être un moment déployé unanimement, de nombreux conflits s’expriment et parcourent débats et groupes d’acteurs, qu’animent et supportent tout à la fois les conflits sémantiques.

  • 32 « Ce sont des villes nouvelles que la France propose à sa jeunesse de construire à la place des vi (...)

28Pour aller au-delà, nous faisons ici l’hypothèse qu’une évolution du rapport au temps est identifiable au mitan des Trente Glorieuses, dans le passage de la reconstruction aux ZUP. Les grands textes politiques et administratifs de cadrage de la reconstruction d’après-guerre (et tout d’abord la Charte de l’architecte signée par le ministre de la Reconstruction et de l’urbanisme Dautry en 1945) préparés par ses premiers responsables dans les années 1945-1946, construisent un subtil jeu de temporalités. La nouveauté apparaît, mais emboîtée dans une très profonde relation au passé32. Les textes balancent entre hommages à l’histoire et appel aux jours nouveaux. Le futur apparaît comme une amélioration des temps anciens dont on apprécie le charme mais non l’inconfort. Avec la reconstruction des villes détruites par la seconde guerre mondiale, temps et espace coïncident. Partant du cadastre, et quelles que soient ses formes, reconstruction « à l’identique » ou moderne (Dieudonné, 1994), la reconstruction française s’appuie sur les formes anciennes de la propriété inscrite dans l’espace. La logique des ZUP est toute différente. La nouveauté prime, comprise cette fois comme un changement profond et radical, en rupture avec le passé. Le futur fait l’objet de prévisions qu’aucune considération historique ne peut conditionner : les ZUP s’élèvent par « phases » correspondant à des « quartiers » dans une perception linéaire du temps qui autorise des anticipations.

  • 33 François Hartog donne deux sens à la notion. Elle signifie : « Dans une acception restreinte, comm (...)
  • 34 L’histoire de la ZAC du Val Druel à Dieppe (Dutra, 2002) peut être lue comme un symbole architectu (...)

29La première moitié des années 1970 marque une rupture importante. Au regard de Fourastié, la fin des Trente glorieuses, est en fait un retour à la normale. La parenthèse historique extraordinaire de la phase de croissance s’achève. Chiffres à l’appui, l’économiste démontre que l’ampleur de la transformation ne la rendait pas durable. Mais cette mutation a d’autres dimensions qu’économiques. Si l’on suit l’historien Bernard Lepetit (1993), le changement porte également (et peut-être avant tout) sur les régimes d’historicité33. Jusqu’aux années 1970, tous les facteurs orientent dans le même sens un processus de croissance généralisée. L’expansion urbaine répond à la croissance économique. Les fonctions urbaines (habitat, travail, loisirs, transport) ont des relations simples entre elles et le temps du fonctionnalisme est celui du déroulement linéaire. Le basculement qui se produit au milieu des années 1970 est une vraie crise. Le lien entre le présent, l’action, la cause, et le futur, le produit, l’effet, n’est plus univoque. Le nouveau régime d’historicité dessine un futur incertain. Or, cette rupture correspond à la fin de la période de production des ZUP34.

  • 35 Nouvellement, les opérations de rénovation urbaine en projet se heurtent à l’affirmation patrimoni (...)
  • 36 Établi, selon Lepetit, depuis le XVIIIe siècle.
  • 37 Économiquement et spatialement, il s’agit d’atteindre les prévisions ; symboliquement, il s’agit d (...)

30Le changement qui intervient au milieu des années 1970 pose la question de la transmission des objets et des idées produits dans les décennies précédentes. La valeur d’héritage des quartiers d’habitat social est à percevoir comme celle d’une production spécifique correspondant à une fenêtre étroite35. Celle de la fin d’un régime d’historicité36, qui correspond également à son développement ultime. À la différence des années 1950 entées sur une France du passé, les années 1960 sont tournées vers un futur après lequel il peut leur arriver de courir37. Dans les années 1970, de nouveaux lexiques apparaissent qui donnent une place plus importante par exemple à l’écologie.

CONCLUSION

  • 38 Ce mouvement qui va de la sphère administrative au registre commun n’a rien d’universel, bien au c (...)

31Le vocabulaire montre l’importance et la manière dont les strates temporelles se succèdent, et parfois se surajoutent, dans la ville. Les temporalités des mots répondent à la succession des dispositifs de production urbaine et des usages sociaux. Mais l’histoire des mots ne recouvre jamais exactement celle des objets. Le terme ZUP en est une illustration, qui connaît une évolution rapide, à la mesure de l’ampleur des chantiers qu’il recouvre et de la rapidité avec laquelle ils sont conduits. Par différence avec d’autres termes comme cité ou banlieue qui se déploient sur des durées très importantes, ZUP s’inscrit dans un temps court et désigne un urbanisme mené à grande vitesse. Dans son parcours, deux mouvements sont identifiables, dont les positions peuvent conduire à des chevau- chements. Celui de la production, d’abord, qui court de 1957 à la fin des années 1960 : le terme désigne les nouveaux quartiers aménagés selon le principe du zoning ; il est employé notamment par l’administration dont il émane et par les experts qui en étudient la population. Celui de la réparation, ensuite : déjà engagées, les critiques dominent, et le mot prend souvent une connotation péjorative, assimilé à une erreur urbanistique. Il s’étend au vocabulaire commun et n’est plus utilisé que rarement sous sa forme déroulée de « zone à urbaniser en priorité ». À travers son parcours et les tensions qui habitent ses usages, on peut voir comment se destine un terme, catégorie administrative à son origine, technique et terne, prototypique de la production urbaine française de la période de croissance, et qui connaît un succès considérable, au point de devenir en quelques années l’un des rares termes techniques de l’urbanisme véritablement popularisés38. La chronologie des usages du terme traduit bien un phénomène de balancement entre valorisation et dévalorisation. Une réflexion sur l’héritage et la transmission de ces quartiers prend un nouveau sens, en incluant ces catégories comme des éléments à part entière de leur histoire. L’imposant mouvement de balancier qui, avec ZUP, conduit en quelques années du versant technocratique du fonctionnalisme urbain triomphant au vocabulaire commun et à la stigmatisation socio-spatiale, souligne les revers brusques de l’administration et les efforts contrariés d’une population à en assumer l’héritage.

Notes

1 On pourra distinguer ici les Plans d’aménagement, d’extension et d’embellissement des villes (PAEE) créés en 1919 et qui sont restés sans réelle application.

2 Cette considération vaut par la suite : Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme (SDAU) créé en 1967 ; Schéma de cohérence territoriale (SCOT) créé en 2000.

3 Les travaux d’histoire urbaine sur la reconstruction faisant suite à la seconde guerre mondiale ont été suscités en large partie par les questionnements des acteurs publics alors en charge de l’urbanisme, à la fin des années 1980 et au début des années 1990 et ont contribué à restaurer l’image des reconstructions (Ratouis, 2009). C’est sans doute avec le classement au Patrimoine mondial de l’Unesco en 2005 de la reconstruction du Havre, conduite sous l’autorité de l’architecte Auguste Perret, que la ville s’est pleinement réapproprié cet ensemble.

4 Voir aussi : Ratouis O., « La fonction crée-t-elle le nom ? Obsolescence et renouveau du vocabulaire urbanistique des aménageurs français des Trente Glorieuses », B. Marin (dir.), La ville : les catégories de l’urbain, Paris, Maison des Sciences de l’Homme/Unesco, à paraître.

5 Le corpus de l’étude se compose par suite d’ouvrages savants et de documents produits par les groupes d’acteurs et d’usagers. Il s’agit d’une part de la vaste littérature scientifique regroupant les ouvrages qui à titre principal ou secondaire évoquent la ZUP, d’autre part la réglementation édictée et les textes rédigés par les administrateurs et les aménageurs, et encore les documents produits par les usagers (habitants et milieux associatifs en premier lieu). Ainsi, l’enquête complète discours de la production et discours de la réception sur l’objet. Nous nous associons sur ce point ici à la méthode déployée dans le cadre du programme sur les mots de la ville et à ses protocoles d’enquête (Depaule, Topalov, 1996).

6 Dépassant le statut de simple catégorie administrative, l’acronyme mériterait d’apparaître ici entre guillemets ou en italiques.

7 Cf. Spinetta A., « Les grands ensembles pensés pour l’homme, au service d’une politique active et humanisée de l’habitat », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 46, février-mars 1953, p. 24.

8 Cf. Prats Y., « Zone à urbaniser par priorité (ZUP) », Merlin P. et Choay F. (dir.), Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 716.

9 Cf. Jamois J., Les zones à urbaniser par priorité. Un élément fondamental de l’aménagement du territoire, Paris, Berger-Levrault, 1968.

10 Cf. Marconot J.-P., La ZUP de Nîmes : son mode de vie, son langage, université Paul-Valéry, Montpellier, 1988, p. 25-26.

11 Marconot parle de la ZUP comme d’un « processus radical de désoccitanisation » (ibid., p. 28).

12 Cf. Dussart M., Que disent des zupiens de leur ZUP ? Beau Marais, Calais, enquête de la Confédération Syndicale du Cadre de Vie, texte imprimé, 1981.

13 Et l’un des très rares acronymes, avec le POS (Plan d’occupation des sols) et l’emblématique HLM.

14 Cf. ZUP gazette, n° 3, 1970, p. 1.

15 Cf. ZUP information, n° 1, juin 1966, p. 1.

16 Cf. Wolf M., Osselin J., Les ascenseurs de la ZUP. Contrôle populaire et autogestion communale, l’expérience municipale de Mons-en-Baroeul, Paris, François Maspero, 1979.

17 Gérard Althabe décrit dans ses terrains ethnologiques dans la France actuelle la cage d’escalier comme « unité de base » de la ZUP (Althabe, 1993).

18 Cf. DAFU, La Renaissance d’un grand ensemble, ministère de l’Équipement, Paris, 1976, p. 13.

19 Cf. Marconot, 1988, op. cit.

20 Cf. ZUP Gazette, op. cit.

21 Cf. Pitrou A., Quelques problèmes posés par le lancement et la réalisation des ZUP. Synthèse des interviews effectuées auprès des responsables locaux de 6 ZUP en novembre-décembre 1967, Paris, CERAU, DAFU, 1968, p. 15.

22 Cf. Pitrou A., La procédure des ZUP vue par les différentes instances intéressées à leur réalisation, Paris, CERAU, DAFU, 1968, p. 20.

23 « Nous ne pouvons pas évoquer les violences urbaines sans définir ce qu’est la banlieue, lieu privilégié de la commission des actes de violence urbaine. La banlieue, ce sont d’abord des villes, plus ou moins importantes, qui ceinturent les grandes métropoles. Mais, cette définition large de la banlieue a peu à peu été réduite. Ainsi, la banlieue est aujourd’hui considérée comme “un ensemble d’immeubles, voire de quartiers, qui, au sein d’une commune, présente des caractéristiques liées à des difficultés sociales importantes”. » Cf. Soullez C., Violences urbaines : description et réponses institutionnelles, Institut de Criminologie de Paris, mémoire soutenu le 12 décembre 1997, document non paginé.

24 « Les handicaps sociaux […], ainsi que la petite délinquance, conduisent à une assimilation entre les ZUP, l’insécurité et les populations immigrées. Les quartiers sont identifiés comme les lieux de la déviance, or les immigrés se regroupent dans ces quartiers. On peut donc faire l’hypothèse que, dans les discours, les quartiers constituent une métonymie permettant aux acteurs locaux de pointer les immigrés sans les nommer. » (Gorgeon, Epstein, 1999, p. 5.)

25 L’importance de l’urbanisme comme réparation est soulignée par certaines études locales (voir par exemple Valcke, 2003, p. 29-42).

26 Cf. Sueur J.-P., Demain la ville, Paris, Documentation française, 2 tomes, 1998, p. 186.

27 « La loi d’orientation foncière était destinée à faciliter et accompagner une logique d’extension urbaine par des aménagements importants, par des zones à urbaniser en priorité, les ZUP, des zones d’aménagement concerté, les ZAC, etc. Aujourd’hui, l’objectif que nous nous fixons est beaucoup plus de recomposer nos agglomérations, de revitaliser certains quartiers dégradés, en un mot de reconstruire la ville sur la ville […] ; il s’agit de retrouver la cité dans la ville, dans ses quartiers. Ces nouvelles dénominations traduisent nos ambitions pour les décennies à venir, pédagogiquement parlant pour nos amis élus locaux. Elles peuvent aussi être utiles, pour les jeunes en les incitant à regarder les choses de plus près. » (Cf. Besson L., secrétaire d’État au Logement, Solidarité et renouvellement urbains. Suite de la discussion d’un projet de loi déclaré d’urgence, Séance du 27 avril 2000 au Sénat, [http://www.senat.fr/seances/s200004/s20000427/sc20v000427019.html], consulté le 14 février 2003).

28 Propos de Leïla Sebbar recueillis en 2002 par Mona Chollet, www.peripheries.net/i-valn.htm

29 Cf. [www.rennes.maville.com/htm/dossiers/quartiers/leblosne.htm], consulté le 11 janvier 2003.

30 Cf. [http://www.mairie-des-ulis.fr/docs/historiq/histoire.html], consulté le 15 janvier 2003.

31 Cf. [http://association.herouville.net/memoire-ville/zup.html], consulté le 15 janvier 2003.

32 « Ce sont des villes nouvelles que la France propose à sa jeunesse de construire à la place des villes ensevelies. Ainsi nous souderons l’avenir au passé, ce qui est toute l’histoire des hommes sur la terre. » (Texte de 1946, cité dans : Urbanisme, 1956, p. 168.)

33 François Hartog donne deux sens à la notion. Elle signifie : « Dans une acception restreinte, comment une société traite son passé et en traite. Dans une acception large, régime d’historicité servirait à désigner “la modalité de conscience de soi d’une communauté humaine”. » (Hartog, 2003, p. 19.)

34 L’histoire de la ZAC du Val Druel à Dieppe (Dutra, 2002) peut être lue comme un symbole architectural de ce retournement. Le premier projet établi par Oscar Niemeyer compose des barres de 150 m. La Circulaire Chalandon du 30 novembre 1971 fixe la longueur maximale des barres à 60 m. Après de nombreuses hésitations, Oscar Niemeyer réduit ses barres à 62 m en en doublant le nombre, avant de renoncer finalement à son projet.

35 Nouvellement, les opérations de rénovation urbaine en projet se heurtent à l’affirmation patrimoniale de certaines de ces architectures remarquables. Des démolitions sont lancées dans plusieurs ZUP très tôt après les constructions, mais la loi d’orientation et de programmation du 1er août 2003 en généralise le principe lorsqu’elle lance le Programme National de Rénovation Urbaine dont un axe consiste en une vaste démarche de démolition et reconstruction. L’ensemble des Courtillières bâties par l’architecte Émile Aillaud à Pantin, grand ensemble lancé avant la procédure des ZUP, résume les récents débats entre démolition et patrimonialisation.

36 Établi, selon Lepetit, depuis le XVIIIe siècle.

37 Économiquement et spatialement, il s’agit d’atteindre les prévisions ; symboliquement, il s’agit d’imaginer l’avenir.

38 Ce mouvement qui va de la sphère administrative au registre commun n’a rien d’universel, bien au contraire. Slum est un terme d’argot qui n’acquiert une signification juridique que dans un second temps (Depaule, Topalov, 1996). Favela est d’abord le nom propre d’un quartier de Rio avant de devenir au fil des décennies un nom commun puis une catégorie administrative (de Abreu A., 1994, cité dans Depaule, Topalov, 1996 et Valladares, 2006).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540