Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Première partie. Les enjeux de la catégorisation des espaces

Les « classes moyennes », du social au spatial : retour sur un glissement dans les catégories savantes

Stéphanie Vermeersch

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au début des années 1980, des chercheurs1 font l’hypothèse qu’une fraction bien spécifique des couches moyennes salariées serait en passe de former un nouveau groupe social (Mehl, 1982). Cette « classe d’alternative » (Dagnaud, 1981) ou ces « aventuriers du quotidien » (Bidou, 1984) porteurs de l’héritage de Mai 68, sont désireux de changer la ville et changer la vie. Adossé à la croissance et à l’État Providence, aux différents bouleversements intervenus au sein de la société tout au long des Trente Glorieuses, ce groupe se définirait notamment par sa volonté de changer la société et sa capacité à le faire concrètement, dans la vie quotidienne et par l’engagement associatif. Plus particulièrement, les catégories ainsi désignées se caractériseraient par un rapport à l’espace spécifique, que leur choix se porte sur les centres historiques rénovés dont elles apprécient le côté « exotique », « cosmopolite » ou encore « authentique », ou sur le périurbain pour celles d’entre-elles qui r...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable