Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dimension spatiale des inégalités

 | 
Isabelle Backouche
, 
Fabrice Ripoll
, 
Sylvie Tissot
, 
et al.

Avant-propos

Une rencontre entre sciences sociales autour de l’espace

Fabrice Ripoll

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un travail de longue haleine, collectif et pluridisciplinaire, qui dépasse largement les quatre coordinatrices et coordinateurs de la publication.

  • 1 Outre l’enrichissement des thèses de plusieurs doctorants y participant (notamment Michaël Bermond (...)

2Il trouve sa plus lointaine origine dans un séminaire de l’UMR ESO que j’ai animé avec V. Veschambre pendant plusieurs années sur « l’appropriation de l’espace ». Ces rencontres avaient certes porté quelques fruits1, mais il fallait à la fois élargir et approfondir les questionnements et pour cela dépasser les frontières de la seule géographie.

3Le colloque intitulé « Espaces hérités, espaces enjeux : appropriations – (dé)valorisations – catégorisations », qui s’est tenu à l’université de Caen Basse-Normandie les 8-9-10 novembre 2007, a été un temps fort de ce dépassement. Organisé par l’UMR CNRS ESO « Espaces géographiques et sociétés », les pôles pluridisciplinaires « Villes et sciences sociales » et « Sociétés et espaces ruraux » de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l’université de Caen, le Programme de Recherches Interdisciplinaires « Études urbaines » de l’EHESS Paris, et le CREDILIF de l’université de Rennes 2, il a été placé d’emblée sous le signe de la pluridisciplinarité.

4Mais plus encore que les institutions organisatrices, ce sont les membres du comité scientifique qui sont venus de tous horizons et qui, pour la plupart d’entre eux, ont tenté de faire de la dite pluridisciplinarité plus qu’un simple affichage, et cela en s’impliquant dans un travail véritablement collectif à chaque étape de sa construction : écriture de l’appel à communication, sélection de communications rendues anonymes en faisant appel à deux relecteurs de deux disciplines différentes, conception du programme en ateliers thématiques et transversaux, organisation des séances de façon à laisser le plus de place possible aux débats, ceux-ci étant introduits par deux discutants eux aussi issus de deux disciplines différentes. Cette pratique de la pluridisciplinarité a été conçue comme une modalité de discussion critique dans la mesure où chaque chercheur, inscrit dans sa discipline, offrait aux autres partenaires l’occasion d’un possible dépaysement méthodologique, conceptuel et théorique.

5Le présent ouvrage, qui rassemble la plus grande part des communications, est donc l’occasion de remercier celles et ceux qui ont ainsi œuvré collectivement à la réussite de la rencontre : Isabelle Backouche (historienne, CRH/PRI Etudes urbaines, EHESS Paris), Pierre Bergel (géographe, ESO Caen – UMR CNRS 6590, université de Caen Basse-Normandie), Thierry Bulot (sociolinguiste, PREFICS, université de Rennes 2), Maria Gravari-Barbas (géographe, IREST, université Paris I), Régis Keerle (géographe, ESO Rennes – UMR CNRS 6590, université de Rennes 2), Gilles Laferté (sociologue, CAESER INRA-Dijon), Philippe Madeline (géographe, ESO Caen – UMR CNRS 6590, université de Caen Basse-Normandie), Brigitte Marin (historienne, TELEMME – UMR CNRS 6570, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence), Emmanuel Martinais (géographe, RIVES – UMR CNRS 5600, ENTPE de Lyon), Christelle Morel-Journel (géographe, CRENAM – UMR CNRS 5600, université Jean Monnet de Saint-Étienne), Nicolas Renahy (sociologue, CAESER, INRA-Dijon), Yasmine Siblot (sociologue, Laboratoire Georges Friedmann – UMR CNRS 8593, université Paris 1), Sylvie Tissot (sociologue, CSU-CRESPPA – UMR CNRS 7217, université Paris 8), Cyril Trimaille (sociolinguiste, LIDILEM, université de Grenoble 3), Nadine Vivier (historienne, LHAMANS, université du Maine).

  • 2 Norois, n° 217 : « Interroger les processus de valorisation des espaces urbains », textes réunis p (...)
  • 3 La journée d’étude a été organisée avec le soutien du Lab’URBA et du CSU-CRESPPA puis publiée dans (...)

6Soulignons enfin que ce travail collectif s’est poursuivi autour de quelques autres publications mais aussi de nouvelles rencontres et discussions. Outre des articles publiés de façon individualisée, deux dossiers de revues plus thématiques ont permis d’ouvrir encore les échanges. Un dossier de la revue Norois se concentre ainsi sur la question de la valeur, ou plutôt sur les processus de valorisation des espaces urbains2. Par ailleurs, la rencontre entre géographes et sociologues lors d’une séance du colloque autour de la dimension spatiale des ressources sociales, et en particulier du couple mobilité / autochtonie, s’est avérée particulièrement fructueuse : une nouvelle journée d’étude a ainsi été organisée à l’automne 2009 avec de nouveaux intervenants, permettant de construire un numéro spécial de la revue Regards sociologiques3.

Notes

1 Outre l’enrichissement des thèses de plusieurs doctorants y participant (notamment Michaël Bermond, Fabien Guillot, Katia Nigaud, Fabrice Ripoll, Stéphane Valognes), on peut au moins mettre à son actif deux publications collectives : Ripoll, Veschambre (dir.), 2004, 2005.

2 Norois, n° 217 : « Interroger les processus de valorisation des espaces urbains », textes réunis par M. Gravari-Barbas et F. Ripoll, 2010/4.

3 La journée d’étude a été organisée avec le soutien du Lab’URBA et du CSU-CRESPPA puis publiée dans : Regards sociologiques, n° 40 : « Mobilité/autochtonie : sur la dimension spatiale des ressources sociales », coordonné par Fabrice Ripoll et Sylvie Tissot, octobre 2010. Le succès de la journée a poussé ses organisateurs à lancer un séminaire annuel qui permette d’approfondir cette réflexion théorique et conceptuelle.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540