Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les habitants : acteurs de la rénovation urbaine ?

 | 
Didier Desponds
, 
Elisabeth Auclair
, 
Pierre Bergel
, 
et al.

Deuxième partie. Les quartiers de la rénovation : patrimoine, mémoires, lieux de vie

« Défense de l’habitat social » versus « patrimoine » : deux registres d’argumentation contre les démolitions qui ne convergent pas

Vincent Veschambre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

INTRODUCTION : DEUX POSITIONS DE PRINCIPE POUR CONTESTER LES DÉMOLITIONS

L’impulsion d’une politique de la démolition au tournant des années 1990 et 2000 sous le gouvernement de Lionel Jospin et son intensification à partir de l’accès de la droite au pouvoir et de la loi Borloo de 2003 expriment la fin du tabou (Berland-Berthon, 2009) et l’avènement d’un consensus politique. Les voix qui remettent en question cette politique et ce consensus sont assez rares. Quelques architectes de premier plan en font partie1. Les plus en vue sont Frédéric Druot, Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, auteurs d’un rapport pour le ministère de la culture (2006) et d’un ouvrage dans lequel ils s’opposent à « l’absurdité criante de ce nettoyage idéologique du paysage » et démontrent que « les moyens financiers […] peuvent être bien plus judicieusement utilisés pour la conservation et l’amélioration durable des logements concernés » (Druot, Lacaton, Vassal, 2007, p. 17)2. À propos de certains projets de ...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable