Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juger la politique

 | 
Philippe Garraud
, 
Jean-Louis Briquet

Deuxième partie. La politique en procès

6. Le maire, le ministre, le clerc et le juge

Le judiciaire et la formation du politique en République islamique d’Iran

Fariba Adelkhah

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Adelkhah (A.), Être moderne en Iran, Paris, Karthala, 1998 (voir notamment les chapitres i et iv).

1L’arrestation du maire de Téhéran, Gholamhossein Karbastchi, le 4 avril 1998, a sans doute ouvert l’une des crises politiques les plus importantes que la République islamique d’Iran ait dû affronter depuis sa création en 1979. Le premier magistrat de la capitale était contesté depuis plusieurs années, ne serait-ce que parce que sa politique d’urbanisme avait attaqué de solides intérêts fonciers et commerciaux1. De plus, il avait pris parti dans le débat politique national en soutenant la ligne réformiste du président de la République Hachemi Rafsandjani et en mettant les puissants moyens de son administration au service des partisans de ce dernier – en particulier de sa fille, Faezeh Hachemi – lors des élections législatives de 1996. Il avait également soutenu la candidature à l’élection présidentielle du réformateur Mohammad Khatami. Or, quelques semaines après la victoire de celui-ci, en mai 1997, le Guide de la révolution Ali Khamenei, réputé proche des conservateurs, lança une campagne anticorruption contre la municipalité de Téhéran. Plusieurs maires d’arrondissement furent inculpés, puis jugés ; dès l’automne 1997 la mise en cause directe de Karbastchi paraissait inévitable. L’affaire était néanmoins très délicate et l’ayatollah Yazdi, le responsable du pouvoir judiciaire, préféra arrêter le maire de Téhéran en l’absence de son ministre de tutelle, le ministre de l’Intérieur Abdollah Nouri, autre partisan déclaré de Mohammad Khatami. L’émotion fut considérable, plusieurs associations étudiantes, de nombreux maires en fonction dans l’ensemble du pays, les ténors de la majorité présidentielle, une bonne partie de la presse, des milieux artistiques et de l’intelligentsia prenant fait et cause pour Karbastchi. Devant la vigueur de ces réactions et la multiplication des manifestations de rue, le Guide de la révolution convoqua une réunion des principaux responsables du régime qui décida de libérer sous caution le maire de Téhéran le 15 avril 1998. Celui-ci comparut donc libre à son procès pour répondre des chefs d’accusation suivants : participation à des détournements de fonds à hauteur de 14,5 milliards de rials (90 000 dollars américains), 60 pièces d’or et 80 demi-pièces d’or ; encaissement de commissions ; destruction de biens publics ; collusion dans les marchés publics et acquisition de biens illicites ; financement illégal de la campagne électorale de deux candidats, en 1996, à hauteur de 250 millions de rials. Le 23 juillet 1998, Karbastchi fut condamné à cinq ans de prison, soixante coups de fouet, vingt ans d’incapacité administrative et politique ainsi qu’au remboursement avec paiement des intérêts des sommes détournées. Il fit appel et, en mars 1999, sa peine fut en définitive commuée en deux ans de prison et au remboursement des fonds manquants. Il fut incarcéré en mai, et gracié au début de l’année suivante.

  • 2 Adelkhah (F.), Bayart (J.-F.), Roy (O.), Thermidor en Iran, Bruxelles, Complexe, 1993.

2À bien des égards, le procès Karbastchi évoque les grandes affaires politico-judiciaires qui ont ébranlé ces dernières années les démocraties libérales – par exemple en Italie, en France, en Espagne, mais aussi en Inde ou au Japon – même si la République islamique n’est pas à proprement parler démocratique, quelle que soit sa réelle « pluralisation » depuis la fin de la guerre avec l’Irak. Il a mis en cause le personnage le plus emblématique de la professionnalisation du métier politique, qui s’est imposée au fur et à mesure de la « thermidorisation » de la République2 : par son dynamisme et le caractère spectaculaire de ses réalisations municipales, Karbastchi était devenu le symbole de la reconstruction du pays voulue par Hachemi Rafsandjani, de la capacité des institutions islamiques à épouser la modernité et de leur ouverture aux attentes de l’opinion publique.

3Cette trop brève restitution de la crise de la municipalité de Téhéran et de son dénouement, au moins provisoire, fait apparaître deux paradoxes qu’il nous faut maintenant démêler. D’une part, l’arrestation de Karbastchi en avril 1998 a suscité une émotion si considérable dans la classe politique, chez les étudiants et dans l’opinion, que sa libération s’est vite imposée comme nécessaire aux yeux des responsables du régime – y compris chez les conservateurs, dont on peut penser qu’ils étaient à l’origine de l’éclatement de l’affaire. En revanche, sa condamnation au mois de juillet 1998 et son incarcération en mai 1999 n’ont pas provoqué de réactions notables : même ses partisans, qui l’ont accompagné aux portes de la prison d’Evin, n’ont pas manifesté une indignation particulière. Que s’est-il passé en un an, qui explique un tel revirement ? D’autre part, la mise en accusation de Karbastchi a d’emblée été perçue comme une machine de guerre dirigée contre le nouveau président, Mohammad Khatami, et sa politique d’ouverture, voire contre l’ancien président, Hachemi Rafsandjani, qui avait ouvert la voie des réformes au début des années 1990 et dont le maire de Téhéran était justement l’un des principaux soutiens (un « serviteur de la reconstruction », à laquelle il s’était activement attelé). Mais, très rapidement, le déroulement du procès a révélé l’orientation foncièrement conservatrice de la société politique iranienne et les multiples affinités électives qui unissent les réformateurs et les conservateurs. Quelle est cette « économie morale » de la République islamique, qui lui procure son unité en dépit de l’intensité des luttes factionnelles qui l’agitent, et quelle est son audience dans le pays, qui pourrait rendre compte de la stabilité des institutions malgré la détérioration de la situation économique, l’épuisement de l’idéologie officielle du régime et le désenchantement post-révolutionnaire ?

Le procès Karbastchi : répertoires de légitimation (et de dénonciation) de l’action politique

  • 3 Enteshârât-e farhang va andisheh, Mohâkemât va defâ’. Matn-e mohâkemât va defâ’iyât-e gholamhossei (...)

4La lecture des minutes du procès3 et des publications qui en reproduisent l’essentiel, ainsi que la retransmission télévisée de ses audiences, avec un différé de seulement quelques heures, permettent de repérer trois principaux registres de légitimation (et, par là, de dénonciation) de l’action politique. Le premier d’entre eux est naturellement le répertoire islamo-révolutionnaire dans ses différentes variantes, qui tend de plus en plus à se confondre avec la défense des « intérêts du système » (maslahat-e nezâm), c’est-à-dire avec la stabilité des institutions républicaines dont la classe politique est la garante, au-delà de ses divergences politiques, des conflits personnels qui la traversent ou de ses contradictions économiques. Telle est, presque par définition, la position qu’adopte l’accusation lorsqu’elle reproche à l’équipe municipale d’avoir compromis les « intérêts du système » (manâfe’-e nezâm) en détournant l’argent public – le terme islamique, beyt-ol mâl, désignant l’argent de la « maisonnée du Prophète », c’est-à-dire les biens appartenant à la communauté des croyants.

5Le principal accusé lui-même ne récuse pas ce registre et se réclame à son tour de l’idéal islamique et révolutionnaire de la République et de ce fameux « honneur du système » : « Si on ne clarifie pas le détournement de fonds pour les gens, c’est le système qui sera endommagé »; « Dès le début de la formation de ce dossier, je suis allé, de moi-même, voir Messieurs Khatami et Nategh Nouri et je leur ai dit : “Si seule ma personne est à l’origine du problème, ou que ma figure vous déplaît, ou parce que selon vous je suis un peu austère, que vous n’appréciez pas ma formation ou encore pour toute autre raison que ce soit, je me retire de ce poste mais ne laissez pas attaquer l’honneur et le prestige du système, de l’appareil, de l’Islam” ». Il est notamment remarquable qu’en octobre 1998, Karbastchi, qui venait d’être condamné à une peine de prison et de faire appel, ait été vraisemblablement sollicité pour inciter les électeurs à participer à la consultation permettant le renouvellement de l’Assemblée des experts et qu’il ait pour ce faire argué de la nécessaire défense de l’honneur du système, bien que le Conseil de surveillance de la Constitution ait écarté la plupart des candidats non conservateurs.

  • 4 Sur le javânmardi, cf. Adelkhah (F.), Être moderne en Iran, op. cit., chapitre ii.
  • 5 Hamshahri, 23 janvier 1998 (1377).

6Cependant le caractère dramatique et même parfois franchement théâtral du procès a surtout tenu à la reprise, souvent brillante, du répertoire chevaleresque de l’« homme de bien » (javânmardi) par l’accusé4. Celui-ci n’a cessé de se présenter comme l’« humble serviteur » de la reconstruction, le courant politique qui s’était constitué en 1996 pour soutenir l’action réformatrice du président Rafsandjani, lequel avait appuyé la candidature de Mohammad Khatami en 1997, et qui venait de se constituer en parti politique. Il s’est même qualifié d’« éboueur » (sopour) de ce courant. Tout d’abord, Karbastchi n’a pas manqué de rappeler, non sans s’excuser de parler de lui-même et de sa propre vie, que l’imam Khomeyni l’avait contre son gré arraché à ses chères études cléricales pour lui confier, en 1982, la préfecture de la ville d’Ispahan. Et que ce fut également contre sa volonté que le président Rafsandjani l’avait nommé maire de Téhéran en 1989. Se serait-il d’ailleurs satisfait de cette fonction d’« éboueur », fût-ce de la capitale, s’il avait voulu faire une carrière prestigieuse ? En l’occurrence le maire a joué avec beaucoup d’habileté sur cette apparente simplicité du métier d’éboueur, qui renvoie en fait à l’un des grands succès de sa gestion : l’assainissement d’une ville de dix millions d’habitants. Ce faisant, Karbastchi a implicitement repris à son compte le thème de l’humilité qu’avait mis en avant l’imam Khomeyni qui se posait, lui, en « gardien » (farrâsh, le terme que l’on utilise pour le concierge d’une école). Il a rappelé qu’il imposait un check-up mensuel à ses éboueurs et s’occupait autant de leur sort que de celui de ses modir (directeurs), sollicitude de patron que les débats ont confirmée. C’est également ce thème du sacrifice que Gholamhossein Karbastchi a repris à la fois lors de sa première incarcération et tout au long de son procès. En avril 1998, il fait dire à sa femme : « Si ma détention protège le système, je consens à rester en prison pour toujours »5 – la figure du sacrifice s’entrelaçant alors avec celle de la stabilité du régime.

  • 6 Hamshahri, 29 janvier 1998 (1377).

7Tout l’art du javânmard est de savoir se mettre en avant en se faisant tout petit. « Les gens ne sont pas mes supporters à moi, mais ceux du travail, de l’effort et de la reconstruction », déclare Karbastchi à sa sortie de prison6. Tel doit être le style des dons que multiplie l’évergète, toujours attentif par exemple aux problèmes de santé que rencontre son entourage. Accusé par le tribunal d’avoir privilégié l’un de ses adjoints, Abolghasem Ashouri, sous forme de dons de pièces d’or, de voitures, de maisons, sans jamais en avoir reçu l’autorisation, le maire de Téhéran se défend : « Il faudrait ajouter au nombre des pièces d’or de M. Ashouri celles de sa décoration par Hachemi Rafsandjani. Il [Ashouri] est quelqu’un qui a mis de son cœur et de sa vie dans une ville en ruine et invivable dans laquelle vous-même, Monsieur le juge, aviez du mal à vivre. Il est aujourd’hui absent d’ici parce qu’allongé sur son lit de malade. Les dons que je lui faisais concernaient le traitement d’une maladie cardiaque. Je lui ai payé une opération qui ne pouvait se faire en Iran. Quand il est parti à Londres pour son traitement, sa situation était telle que, sans que son visa soit vérifié par la police des frontières, une ambulance l’avait transporté directement à l’hôpital, avec l’aide et la bienveillance du ministère des Affaires étrangères ». Mais, naturellement, ce type de légitimation est susceptible de se retourner contre ceux qui s’en réclament. L’accusation a ainsi eu beau jeu de critiquer les services que Karbastchi, en bon évergète, a rendus à ses adjoints : « Ce n’est pas une bonne chose, dans notre système social, qu’un modir [dirigeant] rappelle tout le temps les services qu’il a rendus au peuple et, à partir de cela, en fasse son obligé. Quel est, depuis le début de la Révolution et de la guerre, le nombre de ceux qui nous ont rendu service et dont nous devons faire une statue en or ? Si les efforts d’un modir durant sept ans le mènent à recevoir son salaire, ses primes et même cent millions de tomans en guise de remerciement, alors qu’en est-il des braves hommes et de ceux qui, depuis le début de la Révolution, se sont investis dans les forces de l’ordre et dans d’autres institutions ou encore des soldats inconnus qui ont déployé tant d’initiatives sans exiger la moindre contrepartie ? Mais bien sûr nous devons tous remercier les modir ».

8Quoi qu’il en soit, la manière dont Karbastchi s’est posé en javânmard a été puissamment relayée par tout un récitatif social qui a accompagné son procès – et qui l’a même précédé de beaucoup puisque, dès le milieu des années 1990, Karbastchi était largement identifié par l’opinion téhéranaise à ce type de personnage. Il est perçu comme le bienfaiteur qui a arraché Téhéran à son statut de ville déshéritée (mahroum) et qui lui a sans doute évité d’être déclassée, puisque le projet de changer de capitale était très sérieusement étudié par les autorités dans les années 1980, en raison notamment de l’engorgement de la principale agglomération du pays. L’incarnation de Karbastchi dans la figure sociale du javânmard culmine avec son identification implicite aux saints du panthéon chiite. Au-delà du calme, caractéristique du soufisme, avec lequel le maire fait face à l’épreuve de la prison et à l’inéluctabilité de sa condamnation, le modèle de gouvernement qu’il revendique pour répondre aux reproches de l’accusation est celui de l’imam Ali. L’incrimine-t-on d’avoir accordé des faveurs à ses adjoints ? Il rétorque que le prince des croyants (amir-al momenine), l’imam Ali, a bien stipulé : « Veillez à la condition des modir, déléguez-leur des responsabilités afin qu’ils ne dévient pas […], cela les rendra opulents face à tout ce qui est à la portée de leurs mains et vous servira d’argument pour pouvoir exiger d’eux qu’ils exécutent les ordres. Surtout, au sixième jour de son incarcération, en avril 1998, il demande à sa femme de transmettre à ses amis le message suivant : « Je ne vois que la beauté », reprenant mot pour mot, et en arabe, la phrase de Zeynab, la petite-fille du Prophète, à la vue de la tête coupée de son frère, l’imam Hossein, à la bataille de Kerbala.

9Tout au long du procès, Karbastchi, fort de sa formation de clerc, n’a cessé de citer le Coran. Mais il a aussi cité plusieurs ouvrages qui peuvent s’apparenter à des traités de bon gouvernement : Nahj ol-balâgheh, recueil des paroles de l’imam Ali (composé de trois parties : ses prêches, ses lettres à des gouverneurs ou à d’autres autorités de l’époque ainsi qu’à ses enfants et ses sentences – réunies environ deux siècles après sa mort par Seyyed Razi); l’ouvrage du quatrième imam, Sahifeh sadjjadieh, un livre réunissant des récits basés sur l’art du savoir-vivre et de l’auto-construction du soi par la prière (recueil composé par son fils et son petit-fils, respectivement le cinquième et le sixième imam); Sahifeh-e nour, le recueil des dits et des écrits de l’imam Khomeyni. C’est bien le brio avec lequel Karbastchi est constamment passé de la posture du javânmard aux citations religieuses et mystiques, à la poésie de Hafez ou aux dictons populaires, qui lui a permis de dominer les débats : il a montré qu’il excellait aussi bien du point de vue de la légitimité islamique et révolutionnaire – celle de ses juges – que du point de vue de la légitimité plus diffuse d’un style de vie central dans la société iranienne, celui du javânmard, ou encore dans l’art de la répartie, sachant répondre du tac au tac et jouer habilement avec les mots au point de faire éclater de rire le public.

10Mais la complexité du personnage provient de ce qu’il se situait simultanément par rapport à un troisième registre : celui de la « reconstruction » et de la « fertilisation » du pays, à savoir celui de la modernisation, de la réforme et, de manière explicite depuis l’élection de Mohammad Khatami, de l’État de droit. En même temps que Karbastchi convoquait la parole du Prophète et celle de ses saints, il jonglait à merveille avec les articles du code pénal. L’impression laissée au public, et aux nombreux téléspectateurs du procès, était d’autant plus forte que l’accusé ne laissait pas voir les notes disposées sur son pupitre et donnait à croire qu’il parlait de mémoire. Karbastchi justifie son action par l’ampleur de ses réalisations : il a rendu plus fluide la circulation apocalyptique de Téhéran ; il a multiplié les espaces verts ; il a créé de nombreux centres culturels, y compris dans les quartiers populaires du Sud ; il s’est montré soucieux de la justice sociale. Et seule l’importance de ce bilan (au total dix mille milliards de rials de réalisations) explique qu’il manque quelques sommes d’argent dans la comptabilité de la municipalité, correspondant au montant relativement faible de quatorze milliards de rials. Le Guide de la révolution ne lui avait-il pas dit que « tout ce qu’[il] extorquera du Nord pour l’investir au Sud sera bien » ? Ici, d’ailleurs, le répertoire du technocrate réformateur recoupe à nouveau celui du javânmard, véritable « Robin des bois » qui est censé prendre aux riches pour redistribuer aux pauvres. Nombre des partisans de l’accusé ont précisément vu dans son procès une attaque en règle contre l’œuvre de reconstruction.

11Cependant, l’accusation ne récuse pas ce répertoire de la modernisation, même si en l’occurrence elle en conteste le « style » ou l’« interprétation ». Bien au contraire, le problème soulevé par le juge est celui des manquements aux règles de la bonne gestion ou de la gestion équitable : Karbastchi n’a-t-il pas donné la priorité aux largesses douteuses du javânmard à l’égard de sa clientèle plutôt qu’à la rigueur qui doit présider à l’utilisation des fonds publics ? « Nous avons le devoir de nous plier aux règles et d’appliquer la loi. Si la loi n’est appliquée qu’à la classe subalterne et non au modir, ce sera le début de la corruption et de l’injustice absolue ». Simplement, l’argumentation reflète les ambiguïtés des règles et de leur interprétation dans une république qui repose sur un double principe de légitimation : par le suffrage du peuple et par la transcendance divine : « Le respect de la justice sociale et le respect des biens de la communauté musulmane (beyt ol-mâl) existent à la fois dans le discours de l’Imam, dans l’Islam et dans la loi. Et c’est très important pour nous ». Le juge a d’autant plus insisté sur les libertés prises par le maire à l’encontre de la loi qu’il avait le sentiment de toucher l’un des plus éminents partisans de Mohammad Khatami sur un point sensible, puisque ce dernier avait justement fait campagne sur ce thème du respect de l’« État de droit ». En réponse, les avocats ont cantonné leur défense au seul registre juridique, laissant à leur client celui, plus passionnel, du javânmardi.

Le procès comme mode de participation politique et de formation de l’espace public

12La mise en œuvre de ces trois grands registres de légitimation et de dénonciation de l’action politique s’est vue puissamment relayée dans le pays par les médias. Par la presse écrite, et notamment par le journal de la municipalité, Hamshahri, évidemment prompt à soutenir la cause de son fondateur, mais aussi et surtout par la télévision qui a donné au procès la dimension d’un grand spectacle – les Iraniens parlant eux-mêmes du « Karbastchi show ». Malgré leur retransmission à une heure tardive de la soirée, les vingt-huit heures du procès, divisées en sept séquences, ont suscité une audience formidable que n’a pas éclipsée la concurrence quelque peu déloyale de la coupe du monde de football. En bon acteur islamique, le maire s’est même inquiété de se voir privé d’une partie de son public – peut-être de priver celui-ci des joies du football – et surtout, en le tenant éveillé trop longtemps, d’être à l’origine d’un manquement à son devoir religieux : la prière du matin, qui doit se réaliser avant le lever du soleil.

13L’un des avocats de Karbastchi, Bahman Keshavarz, a souligné le caractère inédit en Iran de ce procès en parlant de ses « soixante millions de jurés » et de ses « mille défenseurs », nombre de citoyens lui adressant des lettres de conseil quant à la marche à suivre. L’interaction entre l’opinion et le prétoire a en effet été très forte. À bien des égards la retransmission télévisée du procès a pris l’allure d’un véritable soap opera, même si les téléspectateurs ne s’identifiaient pas vraiment aux protagonistes du feuilleton comme ils l’avaient fait quelques années auparavant en visionnant Oshin, une série télévisée japonaise. Ils n’en suivaient pas moins ses épisodes avec attention et force commentaires ; ils comptaient les points entre l’accusation et la défense. Karbastchi n’a pas hésité à citer plusieurs des lettres qu’il avait reçues, pleurant d’émotion à la lecture de l’une d’entre elles, celle d’une collégienne, supposée être la fille d’un ouvrier de Bandar Anzali, qui lui avait adressé deux quarts de pièces d’or en guise de contribution à la reconstitution des fonds égarés de la mairie : « Monsieur le Maire, ce sont toutes mes économies pour mon avenir ». Karbastchi, l’œil fixé sur la caméra, s’adressait aussi aux téléspectateurs. Mais, sur ce plan, le juge n’était pas en reste. La prestation des deux avocats était également très commentée. Le premier d’entre eux, Bahman Keshavarz, très posé, affichait une mise impeccable, la pochette assortie à son costume trois pièces et toujours fraîchement rasé, tandis que le second, Masoud Haeri, le petit-fils du fondateur de l’école religieuse de Qom, au style gaillard, la frange sur les yeux, multipliait les propos provocateurs jusqu’à être suspendu, durant quatre séances, par la Cour.

14L’abondant courrier des lecteurs publiés par la presse a restitué une part de ce récitatif des familles ou des personnes privées. Mais l’important est de voir qu’il n’y a pas eu de vraie césure entre ce qui s’est produit dans le prétoire et les représentations qui ont prévalu dans l’opinion. Celle-ci a adhéré aux règles du jeu qui lui étaient proposées et même aux jeux de rôles bien huilés entre des acteurs qui maîtrisaient parfaitement leur scénario : des intellectuels férus en droit et en Islam, d’authentiques « êtres en société » (âdam-e edjtemâ’i), éloquents, prétendant incarner le bien public, la justice sociale, le progrès, bref l’idéal communément partagé. En ce sens, le procès Karbastchi, qui de fait dénonçait certains agissements, n’a pas été celui du politique dans la République islamique, comme il le serait sans doute devenu quelques années auparavant. Il est plutôt intervenu comme un moment de recomposition d’un système dont chacun s’accordait à vouloir « sauver l’honneur ». Cela apparaît clairement, d’une part, en ce qu’il a soigneusement évité de mettre en cause un certain nombre de hauts personnages du régime, d’autre part, dans ce qu’il a révélé de l’économie politique de ce dernier.

Le procès comme moment de recomposition du système

15En effet, les différents protagonistes du procès se sont ingéniés à ne jamais citer dans la biographie de Karbastchi, sinon de façon succincte, l’ancien président de la République, Hachemi Rafsandjani, demeuré l’un des dignitaires centraux du régime en tant que président du Conseil pour la défense de la raison d’État. Ce silence était d’autant plus éloquent que ce dernier, nous l’avons vu, avait lui-même nommé le maire de Téhéran en 1989, qu’il avait constamment soutenu son action et que l’un des chefs d’accusation portait sur le financement de la campagne législative des Serviteurs de la reconstruction par des fonds municipaux en 1996. De ce fait, un autre non-dit assourdissant avait trait à la campagne présidentielle de Mohammad Khatami en 1997 : à quoi pouvaient servir les transactions autour de certaines imprimeries, incriminées par la justice, sinon à l’impression du matériel électoral du candidat des Serviteurs de la reconstruction et de la gauche ainsi qu’au financement de la presse qui le soutenait ? Pourtant, les débats se contentèrent de dénoncer les irrégularités commises par rapport à la réglementation cambiaire, en particulier l’achat au taux officiel (un dollar pour 1 751 rials) d’une imprimerie et sa revente au taux du marché libre (un dollar pour 4 600 rials). Ainsi mis en cause, Karbastchi se récria en alléguant que tout le monde agissait de la sorte, ne serait-ce que pour pallier les retards des décisions administratives.

  • 7 Dobry (M.), Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, 1986.
  • 8 Adelkhah (F.), « Le retour de Sindbad. L’Iran dans le Golfe », Les études du Ceri, n° 53, mai 1999

16Au fil des débats, c’est en définitive toute l’économie politique de la République qui s’est trouvée étalée aux yeux de l’opinion publique. Celle-ci a pu retrouver au sommet du régime les mêmes pratiques qui font vivre tout un chacun dans la société iranienne. Les voies du salut économique ne sont pas en nombre infini. Elles se limitent à trois activités essentielles : l’import-export, éventuellement sur le mode de l’informel ; la spéculation immobilière ; les placements financiers dans le réseau des sociétés en commandite. Le mouvement de création de sociétés privées (sherkat) qui a caractérisé le paysage économique iranien au gré de la libéralisation rafsandjanienne est lui-même indissociable de ces trois secteurs d’activité. Sur ce plan, le procès a été une véritable « carotte », au sens géologique du terme. Il a notamment permis d’observer les multiples « transactions collusives »7 qui unissent les conservateurs et les réformateurs, bien que ces deux derniers soient supposés se livrer une lutte implacable. Dans le même temps, il a donné à voir les ressorts de l’économie morale de la République et en particulier le rôle central qu’y occupe la pratique du don, sous trois formes principales : le don évergétique au profit du nécessiteux ou en tout cas de la personne dans le besoin ; le don culturel, que l’on pourrait assimiler au mécénat ; le don « développeur », en faveur de la modernisation, de la « reconstruction », de la « fertilisation » du pays. Là aussi, le continuum est évident entre le fonctionnement du régime à son sommet et celui de la société dans ses profondeurs, comme le montre par exemple l’analyse des relations transnationales entre le sud de l’Iran et les Émirats arabes unis8.

  • 9 L’expression est de J.-F. Bayart dans Adelkhah (F.), Bayart (J.-F.), Roy (O.), Thermidor en Iran, (...)

17Deux exemples nous permettront de préciser notre propos. Selon l’accusation, la Fondation des déshérités, proche de la droite – et donc du ministère public – a donné quatre-vingts voitures à la municipalité. Pour Karbastchi il s’agissait d’« un don sans contrepartie, une aide à la mairie et à ceux qui y travaillent » : « La Fondation a ainsi voulu apporter sa contribution aux vastes projets que nous avons menés en commun depuis quelques années et qui ont rapporté plusieurs milliards de tomans [un toman vaut dix rials] de bénéfices à la Fondation ainsi qu’à la municipalité ». Ces voitures, des Pajeros, semblent avoir été achetées, compte tenu du prix divulgué, au taux officiel du dollar. La municipalité les a remises à ses modir, peut-être en les leur vendant à ce prix subventionné ; mais ces derniers les ont à leur tour cédées, cette fois au taux du marché libre (c’est en tout cas ce qu’on peut conclure en interprétant les allusions lors des débats). L’une de ces voitures a été confiée à une personnalité que le juge et l’accusé se sont accordés à ne pas citer. Deux autres d’entre elles ont été cédées à un certain Khansefid, qui, selon le juge, les a lui aussi revendues mais a retourné le montant de la transaction à Karbastchi. Deuxième cas intéressant, les fameuses soixante pièces d’or qui sont à l’origine de l’affaire Karbastchi provenaient d’un « compte en possession », représentant 1 % du budget de la municipalité et laissé à l’usage discrétionnaire de son premier magistrat – un peu à l’image des fonds spéciaux des ministères en France. Ce compte a notamment permis à Karbastchi d’accorder à ses modir des primes, moyennant la signature de reçus. La somme correspondant à l’achat des soixante pièces d’or relevait, d’après la comptabilité de la mairie, de ce type de primes. Mais, en réalité, il semble que les modir ne l’aient pas touchée en propre et que les pièces aient été offertes de la part de la municipalité au ministre de l’Intérieur, Abdollah Nouri. Ainsi vont les affaires dans cette « République des initiés »9 qu’est désormais la République islamique…

18En même temps qu’il offrait une coupe géologique d’un système dont il ne voulait pas pour autant compromettre l’honneur, le procès a révélé l’ajustement progressif, souvent insensible, de ce système aux transformations du monde contemporain. Il a été un moment de négociation de ces changements. Au-delà des éventuelles malversations de la municipalité, le ministère public incriminait un registre de gouvernement privé : celui du javânmard, qui trouve sa légitimité dans la bonne intention – le don de l’évergète est par exemple qualifié de « bonne action » (amale kheir) – et ne s’embarrasse pas du respect des règles. L’accusation se réclamait d’un autre registre : celui de la rationalisation et de la bureaucratisation, dont on sait qu’elles ont constitué les axes majeurs de la poursuite du processus de centralisation politique par la République islamique. Aussi a-t-on assisté à un curieux chassé-croisé. Le juge, dont on pouvait penser qu’il agissait pour le compte des conservateurs et du Guide de la Révolution, qui ont pour fonds de commerce politique le répertoire de la passion révolutionnaire et de son « martyrisme », n’a cessé de mettre en avant l’exigence de la loi. Karbastchi, allié d’un président qui s’est fait élire sur un programme d’instauration d’un État de droit et qui veut incarner le triomphe des « règles » (râbeteh) sur les « liens » (zâbeteh), n’a cessé quant à lui de se justifier en mettant l’accent sur la pureté de ses intentions, la supériorité de ses principes moraux et l’ampleur de ses réalisations.

19Il semble bien que l’opinion ait accordé ses sympathies à ceux qui mettaient en avant le deuxième registre, alors qu’elle avait massivement porté ses suffrages, en 1997, sur les partisans de l’État de droit – un choix réitéré lors des municipales de février 1999 puis lors des législatives de mars 2000. Selon un sondage réalisé au lendemain du procès, 59 % des personnes interrogées ont trouvé Karbastchi convaincant ou assez convaincant et 19 % pas convaincant ; 51 % l’ont estimé non responsable des actes qui lui étaient reprochés et 23 % l’ont considéré coupable ; 48 % ont déclaré avoir l’intention de voter en sa faveur en cas d’élection municipale (contre 31 % d’intentions contraires). Néanmoins, nous l’avons vu, l’opinion ne s’est pas dressée contre le verdict ni contre l’incarcération, alors que d’autres événements, à la même époque, avaient donné lieu à des manifestations imposantes – comme par exemple les funérailles des époux Forouhar, assassinés par des agents du ministère du Renseignement ou la victoire de l’équipe nationale de football contre l’équipe américaine lors de la coupe du monde. C’est que, d’avril 1998 à mai 1999, « la passion est devenue connaissance », pour reprendre l’expression de l’un de mes informateurs. En particulier, le procès a contribué à confirmer et à amplifier le processus de différenciation du politique et du religieux. Il a conforté l’autonomisation de la justice par rapport à l’action politique et à la légitimation islamique. Ainsi, le juge a interrompu à plusieurs reprises Karbastchi dans ses récitations religieuses, y compris quand celui-ci citait l’imam Ali : « Ne cherchez pas à fuir la question, répondez à ma question. Le tribunal n’est pas un lieu de prédication. Ne parlez que de ce qui peut concerner votre défense ». Et le maire de rétorquer : « J’ai beaucoup à dire concernant ma défense mais, quand je parle, je me dois toujours d’utiliser les paroles des saints ». Le juge : « Bien sûr, mais chaque chose à sa place et ici c’est un tribunal ». Karbastchi : « Je ne pense pas que l’usage des paroles du Prince des croyants soit en désaccord avec les normes d’un tribunal ». Le juge : « Si. Le temps accordé au tribunal ne doit pas être gaspillé sans raison. Ce n’est pas une nécessité ». Karbastchi : « Puisse Dieu nous élever au point où citer le Prince des croyants ne serait pas considéré comme une perte de temps ». Le juge : « Chaque parole est destinée à un lieu ». Karbastchi : « Je m’explique, je pensais que les paroles des saints permettent d’embellir n’importe quelle assemblée et que tout un chacun a le droit de se référer aux paroles des Innocents en guise de préliminaire et que par principe on ne prive pas un accusé d’un tel droit dans un tribunal islamique. Mais puisque, selon vous, c’est illégal, je ne citerai pas les saints, par respect pour le tribunal ».

La mise en cause du tribunal spécial du clergé

  • 10 « Il n’y a pas à dire que la ville manque d’âmes fidèles. Certes. Mais on n’en trouve pas d’aussi (...)

20À eux seuls ces échanges paradoxaux suffisent à montrer la complexité du champ politique en République islamique d’Iran et la fluidité du processus de recomposition qui marque sa « thermidorisation » depuis une dizaine d’années. Il est aujourd’hui sans doute prématuré de faire un bilan définitif de l’affaire Karbastchi. Il n’est pas exclu que ce dernier ait tiré un surcroît de popularité de sa détention, qui lui a conféré en quelque sorte l’aura d’un martyr de la « reconstruction » et/ou de l’« honneur du système » (même s’il a en apparence raté son come back lors des dernières élections législatives, à l’approche desquelles il avait été gracié). Aujourd’hui, Karbastchi est en réserve de la République et, en laissant entendre dans ses amers carnets de prison, partiellement publiés dans la revue Payam-e emrouz, que « l’homme qui ne cessait pas de se prétendre mon ami ne m’a pas pris la main lorsque j’ai été dans la détresse », il s’est élégamment émancipé d’une allégeance qui aurait pu le handicaper pour la suite de sa carrière10. In fine, cette discrète confession, sous forme de poésie, conforte son image de parfait javânmard, toujours prêt à servir en se refusant à trahir la parole donnée, mais désormais décidé à ne plus s’aligner sur un camp, si l’on en croit tout au moins des propos qu’il aurait tenus en privé et que la presse a rapportés.

21Par ailleurs le procès n’a pas précipité un phénomène de rejet de l’affairisme des « initiés » de la République, bien que la lumière crue qu’il a jetée sur celui-ci ait confirmé le sens commun. « Lorsque j’arrive chez moi, j’ai déjà distribué une partie du pain que je viens d’acheter », dira un artisan mécanicien pour ne pas s’étonner que quelque quatorze milliards de rials aient disparu sur un budget de dix mille milliards de rials. Cependant, dans le même temps, le procès a contribué à un début de recomposition de ce répertoire du javânmardi dans lequel le maire a excellé pour mener tambour battant la modernisation de Téhéran et, accessoirement, sa défense ou sa distanciation par rapport à son ancien mentor. L’opinion se reconnaît au moins en partie dans cette aspiration à la loi dont se réclament simultanément l’accusation, proche de la droite, et le président de la République, dont Karbastchi est un partisan. En définitive l’affaire Karbastchi, en tant que premier procès – au plein sens juridique du terme – d’un mode informel de gouvernement qui a profondément marqué l’histoire de l’Iran, a substitué l’aune de la loi au jugement religieux, éthique, voire esthétique.

  • 11 Nouri (A.), Shoukaran-e eslâh, Téhéran, Tarh-e no, 1999 (1378), p. 278-279 (« La ciguë de la réfor (...)

22C’est ce qu’ont, souvent paradoxalement, confirmé toute une série d’autres péripéties judiciaires qui ont émaillé la lutte politique depuis lors. Non seulement la justice, soupçonnée d’agir pour le compte des conservateurs auxquels elle serait acquise, a multiplié les inculpations de journalistes ou d’intellectuels et les fermetures de journaux défendant les thèses, entre autres, réformatrices ; mais encore elle s’en est prise à Abdollah Nouri, celui-là même dont on avait attendu l’absence pour mettre en accusation Karbastchi, auquel celui-ci avait remis les fameuses soixante pièces d’or et qui a été démis de ses fonctions de ministre de l’Intérieur à la suite de son estizâh (censure) par le parlement en juin 1998. Ayant créé le journal Khordad en automne 1998, en pleine période des meurtres en série d’intellectuels, il a vite vu interdire ce journal et a été inculpé à plusieurs titres : pour avoir manqué de respect à l’égard des « ordres lumineux » de l’Islam ; pour avoir manqué de respect à l’égard du fondateur de la République islamique, l’imam Khomeyni, en voyant en lui un « innovateur » – qualité perçue par l’accusation en termes de bed’at (religieusement condamnable) – et en critiquant ses vues ; pour avoir perturbé l’ordre public en diffusant des diffamations et des accusations non fondées ; enfin, pour avoir mené des activités de propagande contre la République islamique et avoir accusé les autorités du régime ou les responsables liés au « système sacré »11.

  • 12 Ibid., p. 272.
  • 13 Ibid., p. 20.
  • 14 Ibid., p. 261.

23En novembre 1999, son procès a de nouveau constitué un formidable événement politique et judiciaire dont le déroulement a consacré les principales évolutions mises en lumière par l’affaire Karbastchi. À l’instar de son protégé, Nouri s’est présenté en victime expiatoire consentante de l’« honneur du système » : « Je vous supplie humblement de ne pas laisser dévier le régime, le souvenir de l’Imam et le sang de milliers d’individus, les meilleurs des enfants du peuple, pour des raisons personnelles ou factionnelles ou encore par absence de réflexion ou par entêtement. Si ma condamnation est le prix à payer pour protéger le régime, je l’accueille les bras grands ouverts. Que cette condamnation vous fasse réfléchir aux raisons qui font de vos collaborateurs d’hier, les uns après les autres, les accusés d’aujourd’hui. Et ce au cours de procès dont vous savez mieux que quiconque les intentions »12. En acteur consommé, Nouri a mis en scène son propre procès et a retourné l’instruction contre ses accusateurs en commençant par citer un verset coranique : « L’homme est un jour au pouvoir, un jour traîné devant les tribunaux. En espérant que, traversant de telles épreuves, l’on puisse garder la foi et que l’on puisse quitter le monde dans la délivrance ». Et de continuer : « Je me disais : est-ce que nous savons ce que nous faisons ? Poursuivons-nous une stratégie claire en fonction de laquelle nous avons choisi une tactique convenable ? L’histoire est qu’un religieux (le procureur) accuse aujourd’hui un autre religieux (moi-même) d’avoir attaqué le système, l’Islam, et de s’être opposé à la religion et au statut de la source d’imitation. Si le procureur dit vrai, alors que Dieu nous préserve du système clérical dans lequel je vis. Et si c’est moi qui ai raison, alors que Dieu nous préserve du système clérical dans lequel le procureur vit. J’ai été pendant vingt ans à des postes de responsabilité dans ce régime, et si le procureur a raison, alors que Dieu nous préserve du système dont l’un des responsables est aujourd’hui accusé ; et si le procureur ment, alors que Dieu nous préserve du système qui donne des responsabilités à de telles personnes comme le procureur. Si la Révolution, après vingt ans, a comme fruit des individus comme moi ou comme le procureur, que Dieu nous préserve d’une telle Révolution […]. Est-ce bien le fruit du sang écoulé des martyrs que leurs familles soient aujourd’hui obligées d’être nos spectatrices, tout en se disant qu’après tout leurs enfants sont morts pour l’un ou pour l’autre »13. Bénéficiant à son tour de la diffusion des audiences par les médias, Nouri s’est ainsi affirmé sur la scène nationale et s’est posé en véritable recours dans la mesure où il a su reprendre à son compte, pour organiser sa défense, les griefs diffus de la société à l’encontre du régime. Quitte à oublier son parcours passé de sympathisant de la prise des otages américains en 1979, il a banalisé la perspective d’une normalisation des relations de l’Iran avec les États-Unis. En se plaçant en défenseur du privé et de la liberté religieuse, il a récusé l’obligation du port du voile. Il a crânement affirmé qu’il n’y avait pas de légitimité de la République islamique en dehors des suffrages du peuple. En se référant à un verset coranique, il a déclaré que le seul devoir pour un régime était de servir son peuple14. Enfin, il a déclaré qu’il est possible d’avoir des approches différentes de la religion.

  • 15 Ibid., p. 31-40.

24Au-delà de ce discours à la fois courageux et un tantinet populiste, le procès a de nouveau entériné la différenciation du champ religieux et du champ politique par le biais de la judiciarisation de celui-ci. Le tribunal a refusé de prendre en considération la dimension charismatique de l’accusé : que ce dernier ait été un ancien militant dévoué à la cause de l’Imam ne changeait rien au fait qu’il avait ultérieurement commis des délits ou des crimes, ce dont se saisissait la justice. En outre, Abdollah Nouri devait certes comparaître, en tant que clerc, devant le tribunal religieux, mais celui-ci a constamment veillé à ne pas le nommer par son titre clérical (hodjatoleslam) et ne lui a donné que du aghâ (« Monsieur »). Mieux encore, l’accusé et le procureur ont rivalisé en arguties strictement juridiques pour qualifier ou récuser les chefs d’accusation retenus. Ainsi, c’est au nom du peuple et de son gouvernement – le seul légitime à ses yeux – qui s’exprime par la voix du parlement qu’Abdollah Nouri a mis en cause la compétence du tribunal spécial du clergé devant lequel il était jugé : « Tout tribunal fondé en dehors du processus légal de la mise en application de la Constitution, géré par des normes hors-la-loi et fonctionnant sous les ordres d’une autorité non législative est illégal et dépourvu de toute légitimité ». Pour le procureur, le fait que le tribunal spécial du clergé ait été une émanation de la volonté de l’Imam sans qu’il soit mentionné dans la Constitution ne faisait aucun doute. Il a rappelé que cette instance existait depuis treize ans et que chaque année les parlementaires, qui mettaient soudain en question sa légitimité, discutaient la part du budget devant revenir à cette institution – dont, au demeurant, les employés bénéficiaient, grâce au vote d’une loi en 1996, du statut de fonctionnaire. D’où ses questions : « Étant donné que la Constitution ne mentionne pas le droit de l’Imam de nommer ses représentants au sein des différentes institutions, comme les Gardiens de la révolution et la Croisade de la reconstruction, pourquoi alors Monsieur Nouri a-t-il accepté ces postes ? Et avec tant d’arguments sur l’illégalité de cette instance [le tribunal spécial du clergé] qui a maintenant douze ou treize ans, il aurait peut-être fallu agir un peu plus tôt avant que vous-même vous ne soyez accusé, Monsieur Nouri »15.

25De la sorte, ces grands procès fonctionnent non pas sur le mode du « plus musulman que moi tu meurs » mais sur celui du « plus légaliste que moi tu meurs ». Tant et si bien que l’on peut avancer une hypothèse provocante : si la plupart de ces instructions judiciaires apparaissent comme des machinations montées par la justice pour le compte des conservateurs afin de réduire à l’impuissance les réformateurs acquis à l’idée d’un État de droit, elles ont vraisemblablement servi l’institution progressive et parfois chaotique de ce dernier par le biais de la judiciarisation de l’espace public – et même du sens commun. Tout un chacun a pu suivre les joutes entre les protagonistes de ces procès à travers leur retransmission, dont on a noté l’audience véritablement populaire. Il en est même né un genre éditorial : les minutes des procès les plus importants (par exemple celui de Mohsen Kadivar, un penseur islamique de renom et l’un des principaux théologiens de la mouvance réformiste, ou les débats lors du estizâh (censure) de Ataollah Mohajerani, ancien ministre de la Culture) ont été publiées sous forme d’ouvrages régulièrement réédités. Et on raconte du livre d’Abdollah Nouri qu’il a été le best-seller de l’année avec plus d’une quinzaine d’éditions et quelques centaines de milliers d’exemplaires. Quant au vocabulaire judiciaire, il est passé dans le langage courant. On dira ainsi en souriant, par exemple au bazar, tout en marchandant le prix de l’article désiré, que « on ne m’a pas signifié » (tafhim nashodam) ou encore un enfant à qui ses parents ne laissent pas finir ses phrases protestera que « la parole n’est pas encore scellée » (kalâm mon’aghed nashodeh).

  • 16 Roody (Z.), Naghd-e yek rouydâd. Nazarât-e movâgh va mokhalef-e bâzdâsht va mohakemeh Mohsen Kadiv (...)

26Débattre le statut des instances révolutionnaires est ainsi devenu monnaie courante en République islamique d’Iran. Sans revenir sur ses décisions des premiers jours, celle-ci semble être obligée de redéfinir non pas seulement l’utilité de ses institutions mais aussi leurs limites et leurs champs de compétence respectifs. C’est de la sorte que l’on peut comprendre le déroulement du procès de l’hojjatoleslam Mohsen Kadivar, concomitant de celui d’Abdollah Nouri. Bien que les audiences n’aient pas été cette fois-ci retransmises à la télévision, elles ont cristallisé le débat autour de la qualification de « crime politique ». Kadivar étant jugé par le tribunal spécial du clergé pour avoir publié des articles susceptibles d’affaiblir le régime, les juristes n’ont pas manqué de rappeler qu’il ne s’agissait pas d’un crime reconnu en tant que tel par la loi tant qu’il n’y avait pas passage à l’acte. Ils ont fait valoir que le cas Kadivar relevait soit de la compétence du simple tribunal de presse, soit, s’il avait manqué de respect au Guide de la Révolution dans ses écrits, du tribunal révolutionnaire, mais en aucun cas du tribunal spécial du clergé16.

  • 17 Ibid., p. 89 et p. 292.

27De procès en procès, la République islamique d’Iran nous rappelle de la sorte que la dénonciation du politique, fût-ce par des clercs, participe également de la formation du politique en contribuant à la dissociation et à l’autonomisation de celui-ci par rapport aux champs religieux et éthique, par le biais de sa judiciarisation. Cette spécification semble tributaire non pas seulement des frontières que l’on tentera tant bien que mal d’attribuer à chacun de ces champs, mais de la reconnaissance de leurs logiques propres. Ainsi, Mohsen Kadivar a été inculpé moins parce qu’il s’était lancé dans le débat épineux sur le gouvernement du jurisconsulte – d’autres l’avaient tenté bien avant lui – que parce qu’il s’était exprimé dans les colonnes de la presse non cléricale17. Cette dernière, ignorante des préoccupations propres aux spécialistes ou aux écoles théologiques, prendrait le résultat du débat pour le débat lui-même en se désintéressant totalement des tenants et des aboutissants de la démonstration. Autrement dit, le non-spécialiste ou le novice brûlent les étapes indispensables à l’élaboration d’une thèse. Aux yeux des clercs, ils ne peuvent la soutenir que de façon manichéenne, non sans provoquer des troubles dans l’opinion. Et c’est bien cela que l’autorité religieuse officielle reproche depuis un certain temps à la presse qu’elle harcèle. Ce processus conflictuel de dissociation du champ politique est encore très incertain et se joue pour l’essentiel sur le terrain de deux notions dont l’extraordinaire ambivalence est propice à toutes les interprétations : celle de la « sécurité nationale » et celle de la « corruption », voire de l’« ordre éthique ». Gageons que les juges en politique ont encore de beaux jours devant eux avant que « la parole ne soit scellée », sans même parler du temps qu’il faut pour qu’elle soit respectée…

Notes

1 Adelkhah (A.), Être moderne en Iran, Paris, Karthala, 1998 (voir notamment les chapitres i et iv).

2 Adelkhah (F.), Bayart (J.-F.), Roy (O.), Thermidor en Iran, Bruxelles, Complexe, 1993.

3 Enteshârât-e farhang va andisheh, Mohâkemât va defâ’. Matn-e mohâkemât va defâ’iyât-e gholamhossein karbastchi, shahrdâr-e tehrâhn, Téhéran, Enteshârâr-e farhang va andisheh, 1998 (1377) (« Minutes de l’acte d’accusation et de la défense de Gholamhossein Karbastchi, maire de Téhéran »).

4 Sur le javânmardi, cf. Adelkhah (F.), Être moderne en Iran, op. cit., chapitre ii.

5 Hamshahri, 23 janvier 1998 (1377).

6 Hamshahri, 29 janvier 1998 (1377).

7 Dobry (M.), Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, 1986.

8 Adelkhah (F.), « Le retour de Sindbad. L’Iran dans le Golfe », Les études du Ceri, n° 53, mai 1999.

9 L’expression est de J.-F. Bayart dans Adelkhah (F.), Bayart (J.-F.), Roy (O.), Thermidor en Iran, op. cit.

10 « Il n’y a pas à dire que la ville manque d’âmes fidèles. Certes. Mais on n’en trouve pas d’aussi fidèle que moi. L’homme qui ne cessait pas de se prétendre mon ami, il ne m’a pas pris la main lorsque j’ai été dans la détresse », Payam-e emrouz, n° 43, 2001 (1379), p. 21-22 (l’allusion à Rafsandjani est claire). En réalité, Karbastchi a bénéficié d’un jour de permission en janvier 2000 pour participer à l’eftâr (repas de rupture du jeûne) offert par son ancien patron Hachemi Rafsandjani. Sa présence a évidemment été très remarquée, mais il s’est abstenu de toute déclaration. De retour dans sa prison, il a finalement demandé sa grâce au Guide de la révolution et il l’a obtenue. Libéré, il s’est tenu à l’écart de la bataille électorale, même lorsque Hachemi Rafsandjani s’est trouvé en très mauvaise posture.

11 Nouri (A.), Shoukaran-e eslâh, Téhéran, Tarh-e no, 1999 (1378), p. 278-279 (« La ciguë de la réforme »).

12 Ibid., p. 272.

13 Ibid., p. 20.

14 Ibid., p. 261.

15 Ibid., p. 31-40.

16 Roody (Z.), Naghd-e yek rouydâd. Nazarât-e movâgh va mokhalef-e bâzdâsht va mohakemeh Mohsen Kadivar, Téhéran, Nashr-e Ney, 1999 (1378), p. 54-55 (« Le commentaire d’un événement. Le pour et le contre de l’arrestation et du procès de Mohsen Kadivar »).

17 Ibid., p. 89 et p. 292.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable