Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Bretons et la Séparation

 | 
Jean Balcou
, 
Georges Provost
, 
Yvon Tranvouez

Troisième partie. L'accommodation (1918-2005)

Têtes rouges et culs blancs – Les Rouges et les Blancs dans les mémoires de Pierre-Jakez Hélias

Thierry Glon

Texte intégral

  • 1 Le Cheval d’Orgueil, p. 11. Toutes les citations portent sur l’édition Presses Pocket, 1982.

« Quand Pierre-Alain, mon père, épousa Marie-Jeanne Le Goff, il n’avait qu’une lieue à parcourir pour passer de la ferme de Kerveillant, en Plozévet, au bourg de Pouldreuzic où il allait vivre désormais avec sa femme. Il vint à pied, le torse bien droit, parce qu’il portait, sur la tête, une pile de vingt-quatre chemises de chanvre qui constituaient le plus clair de son avoir1 ».

  • 2 Le Quêteur de Mémoire, p. 37. Toutes les citations portent sur l’édition Plon, 1990.
  • 3 Ibid., p. 37.
  • 4 Ibid., p. 37.

1En vérité, Pierre-Alain Hélias ajoutait une autre dot à la silhouette insolite de ces 24 chemises qui ouvrent le Cheval d’Orgueil. Le père de l’auteur apportait la dissidence des radicaux de Plozévet au cœur de la paroisse de Pouldreuzic tenue par l’usinier Jean Hénaff, « porté sans restriction du côté de l’Église2 ». C’est à tel point que Pierre-Alain fut surnommé « Pierre le Rouge3 » puis « Pierre Tomate » lorsque son modernisme l’incita à introduire à Pouldreuzic la culture de la tomate « dont la rougeur symbolique ne laissait pas d’éveiller la sourde inquiétude des bien-pensants4 ».

  • 5 Le Cheval d’Orgueil, p. 281.
  • 6 Maurice Lucas, « Hélias, Le Bail et le radicalisme » dans Hélias et les siens/Helias hag e dud, ac (...)

2À l’évidence, né en 1914 et situant la plupart de ses œuvres dans les années vingt ou trente, Pierre-Jakez Hélias ne nous apportera rien de première main sur les querelles de la Séparation. Mais il en raconte le prolongement en pays bigouden sous la forme de la rivalité des Rouges et des Blancs. Empressons-nous de le préciser : Le Cheval d’Orgueil explique que, pour les Bigoudens des années vingt, le mot Rouges ne désigne ni les socialistes ni les communistes et que le mot socialiste « inquiète également les deux camps5 ». Les Rouges dont il parle sympathisent avec le baillisme, forme locale du radicalisme, incarnée par la dynastie Le Bail qui a représenté le progressisme à Plozévet à partir de 1837 jusqu’après la seconde guerre mondiale6.

3Pour nous convaincre du lien de cet antagonisme avec la Séparation qui nous occupe, il suffit de pointer les thèmes qui opposent Blancs et Rouges bigoudens au cours des vingt années que racontent Le Cheval d’Orgueil et – dans une moindre mesure – le premier quart du Quêteur de Mémoire. Or l’école est bien la thématique centrale du baillisme qui en fait le moyen primordial d’émancipation :

  • 7 Le Cheval d’Orgueil, p. 212.

« Monsieur le Bail répète sans se lasser que les Rouges doivent être plus instruits que les Blancs. L’instruction est le seul bien qui ne se lègue pas de père en fils. La République la dispense à tout le monde ; à chacun d’en prendre ce qu’il peut. Plus il en prend, plus il se dégage des Blancs qui détiennent la plus grande part du reste7. »

  • 8 Ibid., p. 561 : « J’en connais beaucoup (je dis bien : beaucoup) qui se sont saignés aux quatre ve (...)
  • 9 Ibid., p. 284.
  • 10 10. Ibid., p. 220.

4Si l’on en croit l’auteur, ce credo si limpidement exprimé aurait convaincu beaucoup de pauvres gens prêts à « se saigner aux quatre veines8 » pour mener leurs enfants jusqu’au baccalauréat voire – comme c’est le cas de la famille Hélias – pour faire entrer leur fils en khâgne. Dans une des courtes anecdotes qui font le charme du Cheval d’Orgueil, Pierre-Jakez Hélias raconte comment, lorsqu’il fut d’âge à entrer en sixième, M. Le Bail en personne lui fit passer un petit examen et lui lut des périodes latines dans une douteuse démarche pédagogique9. En revanche, dans ce milieu rural où les Blancs possèdent assez de fermes pour établir leurs enfants, l’auteur ajoute que « les Blancs ne croient pas tellement aux bienfaits de l’instruction, alors que pour les Rouges, foi de Monsieur Le Bail, elle est la panacée10 ».

  • 11 Michel Lagrée, Mentalités, religion et histoire en Haute Bretagne au xixe siècle, Klincksieck, 197 (...)
  • 12 Le Quêteur de Mémoire, p. 37.
  • 13 Le Cheval d’Orgueil, p. 285 : « derrière la chaire à prêcher ».

5L’Église est le second enjeu politique et l’anticléricalisme est indéniable parmi les Rouges. Rouge, laïc et républicain sont synonymes dans ces deux livres. Mais il demeure dans les souvenirs de l’auteur l’impression que – si l’on peut risquer ce mélange de couleurs – les Rouges ressortissent au « catholicisme bleu » dont parle Michel Lagrée11. En effet, l’auteur a l’impression d’un respect unanime pour les sacrements, sinon pour les prêtres, soit par souci des convenances, soit par sentiment du sacré, soit enfin sous l’influence du terrible recteur M. Pelletier qui surveille ses ouailles jusque sur les chemins des bals du canton. Dans les deux livres, l’emprise de la religion est presque totale sur la vie quotidienne des Rouges eux-mêmes. Par exemple le jeûne du vendredi est « observé par tous12 » et la grande majorité des Rouges assistent à la grand-messe – aux places les plus discrètes13. Si de rares personnes s’en dispensent, elles se gardent de toute provocation :

  • 14 Ibid., p. 151.

« […] Il est entendu que quiconque ne va pas à la grand-messe ne doit pas sortir dans la rue à moins d’absolue nécessité. Il n’est pas question pour les hommes d’aller boire un coup au comptoir. La plupart des débits de boissons n’oseraient pas servir de tels anarchistes, de peur d’encourir les foudres du recteur et de se faire citer en chaire pour leur plus grande vergogne. Il y a bien quelques jeunes gens, marins en permission ou contestataires jurés, qui arrivent à jouer aux cartes pendant la grand-messe dans quelques buvettes écartées, mais c’est à condition de passer dans l’arrière-boutique14 »

6Si on laisse de côté l’Église et l’école, Hélias ne pointe plus qu’une idéologie rouge diffuse qui est faite d’insoumission, de la valorisation de la langue française par rapport à la langue bretonne et d’un rapport optimiste à l’histoire. Si les Blancs sont portés au conservatisme, Pierre-Jakez Hélias peint son père comme un homme de progrès, qui fut parmi les premiers de la région à expérimenter la culture de la tomate ou l’usage du béton armé (notons cependant que cet hommage tardif dans Le Quêteur de Mémoire vient comme la compensation d’une absence notable dans Le Cheval d’Orgueil).

  • 15 Ibid., p. 280-281 : « Vive la République/Qui nous donne pain et viande ».
  • 16 Ibid., p. 282.
  • 17 Ibid., p. 277-278.
  • 18 Ibid., p. 279-280.

7Ce n’est pas rendre justice à cette écriture anecdotique et conversationnelle que d’en rester aux généralités d’un tel décompte, mais l’impression qui ressort est bien celle d’une violence latente qui ne demande qu’à exploser dans ces périodes critiques que constituent les campagnes électorales. Par exemple l’auteur se souvient d’une altercation entre son père et le meunier de Brenizennec qui tenta de le convaincre de voter pour les Blancs. L’affaire se termina avec panache lorsque le grand-père sabotier accourut en criant : Viv ar Republik, Ra deom bara ha kig15 !. De même, au moment du dépouillement, il y a assez régulièrement bataille entre les Blancs et les Rouges pour qu’une voisine prévoyante prépare le nécessaire pour panser son mari16. Les campagnes électorales d’avant la guerre de 14-18 font même partie d’un légendaire familial. L’une des deux échauffourées mémorables qui sont racontées dans Le Cheval d’Orgueil se situe à Tréguennec où le vieux Le Bail s’était aventuré avec une garde rapprochée. Il fut assailli par des Blancs en surnombre qui chassèrent ses chevaux et il ne fut tiré de ce mauvais pas que par l’arrivée massive des Rouges de Plozévet qui le reconduisirent en tirant sa calèche sous des volées de cailloux et de galets17. Une autre rixe d’avant la première guerre se produisit à Pouldreuzic quand paradèrent des maçons rouges le lendemain de l’élection historique du vieux Le Bail à la députation. L’un des maçons y fut grièvement blessé, les Blancs furent traînés devant les tribunaux et le père de l’auteur fut cité comme témoin18.

  • 19 Ibid., p. 216.
  • 20 Ibid., p. 359.
  • 21 Ibid., p. 216.
  • 22 Le Quêteur de Mémoire, p. 129.
  • 23 Ibid., p. 34.
  • 24 Le Cheval d’Orgueil, p. 524.
  • 25 Le Quêteur de Mémoire, p. 34.

8Le clientélisme des Blancs constituerait une forme moins spectaculaire (mais non moins réelle) de violence. On n’aura pas de peine à croire l’auteur lorsqu’il affirme que les propriétaires parisiens, quimpérois ou locaux étaient tous blancs 19 et que le réseau de leurs employés ou locataires était contraint de donner des gages idéologiques car la pire catastrophe pour un fermier (en dehors de la malchance – la fameuse planète) était que son propriétaire le soupçonnât de voter rouge20. Même indépendants, les Rouges n’étaient d’ailleurs pas à l’abri, se voyant « refuser une corde de bois à feu ou un cheval et une charrette pour leurs gros travaux (et presque tous les chevaux sont aux Blancs21) ». Apparemment, cette puissance blanche suscitait en retour chez les Rouges un réflexe partisan, d’autant plus que Georges Le Bail reproduisait le paternalisme et le clientélisme des notables blancs (on a déjà dit comment il surveilla l’entrée en sixième du fils de « Pierre le Rouge », et c’est lui-même qui présenta l’auteur en 1937 au ministre Jean Zay venu inaugurer le monument des sonneurs à Plozévet22). Le père de l’auteur est un bel exemple d’obstination partisane. Il préféra risquer la ruine plutôt que de renier ses convictions radicales. Lorsque, lauréat des Bourses, son fils gagna la possibilité d’entrer au lycée, même avec l’aide de l’État le coût était énorme pour la famille. Or non seulement Pierre-Alain refusa de l’inscrire au Petit Séminaire de Pont-Croix où ses études auraient été gratuites 23 mais son héroïsme idéologique lui interdisit aussi de solliciter la mairie blanche24. De même, Pierre-Alain ne souhaita pas que son fils apprît le latin qu’il considérait comme la langue des prêtres25.

  • 26 Le Cheval d’Orgueil, p. 211.
  • 27 Ibid., p. 211. Peut-être que la traduction bretonnisante indique que la formule lui est restée cui (...)

9Finissons cet état des lieux en relevant trois événements fondateurs pour l’identité personnelle de l’auteur. C’est d’abord la visite de M. Le Bail qui révolutionna le voisinage de la famille Hélias 26 et qui constitua pour le petit garçon une sorte de baptême rouge. Tout à coup, ses camarades le traitèrent comme un proscrit, reprenant leurs billes au sens propre et lui criant dans un « chœur discordant : tête rouge ! Tête rouge ! Rouge d’un bout à l’autre ! Tête rouge27 ! ». Un paria sans nom, sans père connu (bref, l’icône rouge idéale), se porta à sa rescousse avec quelques amis.

  • 28 Ibid., p. 217.
  • 29 Ibid., p. 218.
  • 30 Ibid., p. 220.
  • 31 Ibid., p. 220.

10Pierre-Jakez Hélias raconte aussi le traumatisme familial qui se produisit quand sa petite sœur fut inscrite à l’école publique plutôt que chez les sœurs. Comme les garçons ne disposaient que de l’enseignement laïc, c’était la scolarisation des filles qui dévoilait le choix partisan de la famille. L’enjeu était de taille, comme en témoigne l’effort du prêtre qui visitait les femmes au moment de la rentrée des classes et qui admonestait en chaire les familles rétives28. Or la mère de l’auteur, très croyante, subit « la plus terrible29 » des sanctions : ce furent six années d’excommunication pascale, « six ans de larmes et de prières à la Vierge de Penhors30 », pour une femme qui était « sûrement une des meilleures catholiques du troupeau paroissial31 », tout cela vécu avec une abnégation toute chrétienne : « Or, ma mère ne s’est jamais révoltée, n’a jamais proféré la moindre parole malsonnante contre le tyran à barrette ».

  • 32 Le Quêteur de Mémoire, p. 98.
  • 33 Ibid., p. 127.
  • 34 Le Quêteur de Mémoire, p. 94-95.
  • 35 Le Cheval d’Orgueil, p. 545 et Le Quêteur de Mémoire, p. 126.
  • 36 Le Quêteur de Mémoire, p. 125.
  • 37 Le Quêteur de Mémoire, p. 127-128.

11Même s’il est connu pour ses témoignages sur la société bigoudène et – secondairement – pour ses œuvres en langue bretonne, Pierre-Jakez Hélias fut d’abord un homme de gauche, attaché à la laïcité. Ses premiers engagements d’étudiant au début des années trente se situent dans la lignée familiale. Il n’a alors que faire de la Bretagne32, et encore moins de Breiz Atao ou de la revue littéraire Gwalarn33C’est tn26">pnotecall" id="bodyf Le Cpeand-i>Le Cpeand-breto chitecture eidyftn 127.èresougevais pn> scale, « stat lt des ann Cpeand-br, seelotliqueRoidants,Pont-CnotFeetC 24 chemVeux caentsHenri Dorge prichitecture eidyftn 127.èreyftn25" href=eyf"num">33 127.èreyftn26" href=eyf"num">11et des Rouges et des Bouges aire oposincre chae : l’anticléean> a Tla guers Pdes prouges < ouYvGeorgeFeb chanvr,>sont pe dot àcigoupèrmutation te de la Bre3 127.èreyftn27" href=eyf"num">25.

h1

  • 35 Le Cheval d’Orgueil,6p. 220.
  • 9 Ibid., 37-128.

7pnette ente, Pierre-Jakez Hél Il ntera riebuc catho.it rtveillanton moe voqui re,en de l’auteaire projismseaquihapossiimenterivosssmunicatiysabreto. Or non seulevres et lole e put3 , et enst biepenn tir caégend»,ha meilushâgne. e de lmbonnellspeands œuoff, il, ilées ">7siden"boodoautd et lonyma/eismsealon-s au 6">pnent dan son moaïciL de la rivalité des Rouges et des Bouges lsesui ont dclées mborentomme uborsixi à le écrioit, parce rsonn Cpeanjà ait bonlles caégendfuse xc luiitua puseuvoisine préstricomme de fenoteuttntrée des cl3Cituaquoire de l’auans anq lègueuvoiocuHrisatio ltgropeauteur l’imprestés d ot, pmmes au mouzic onnes si en faiomme t3Blancs et Rècle, ée, m qui s jur qui es aura’a jaq langueche- lmbons. des Rouges out aux Blancs,éj-Le Be :>n’étal d Broe moingros Le Bv laiu moment dée, mvieur qui indre oseraientpour tempst surun bout à l’.em>eur lr apporte tempsautrspan>Ce qui égueuvoiidysonnit,aquotidmmenndemainàompte, mannempstougedmannl/em>n’étaitua sque n efisit qncs ttnévoilait artyran m>Blitua d’asontfLe Qjurricorbaaquvoie à tout le nom, di’o" id=chitecture eidyftn 127.èreyftn28" href=eyf"n8m"">5Dser dat, cepreins mase la comp Méprend,iant lrtes anecd que racononte coouune des hoix pocaux étaacculmplo dot ne aputatles. Par ex, bout àocuHrisatiosant la premi’excomissfet, l’autn’afilssenté ivosèisinage croireÉv deiatailcole civres. e :>C-qu’la pex, jnna ue toui ne dession, ide pa que ces so bouunme du filête ro?iL de tn2nÉglisend=chitecture eidyftn 127.èreyftn29" href=eyf"nnum">7/em>. Orinndre jusiré dlain anche su avec pas amais rôt que chezeurs enfbdes Blane errible recteur ait contraint ce ogécison :

  • 30 Ibid., p. 284.

et quna app queclte anamjusque s’un une oigtnistel Il ndoit p». Uequ’que gend»,hae pointt le sants7. »

  • 31 Ibid., p. 220.
  • 31 Ibid.,4p. 220.

33, à le écrie gardeelpointerrels citatd et mu pseneur lorsqu pasup au celle dparisaoire et c lui-mest leneur lorsquais lorsament urrièrt le puetonnisance es d’excommunicatiosan, ma 3Bouges lfut d"teoétiendser dat, c tniluvmièrs,pmmes au mouzic opour adion Pé dlae raperioire l’ausons ole essait pasteur ar e : lui-mcener aire de imc éta est vaux pocaux étaincu beasants2 ». Ce le prrmesituent dait apion eIVaoire epusedorsaune violnjeu politoire lorsqutiarrivenexprpèrbest biet la guerre de 1avoqui udofér’exc lïciN Or non seulevsonni br dépentit cependaux qu des annuune ugeér vioni les sun da> ,sonni fidéraitle meusent Blancs et Rouges sser dans mouêteuubit «Pux irrettienne :Ilrçonen cos ouvrene le mot Ibid./divaui confondat4-18 d bnptasor l’urite à l’>Dle pdrmesi,ailrçonsaun dliquesur , dansaui confonda. Eas fut d’,aincu beaucté d’ echevaux trbmplogla vlushm sortent n"boontlenceon p au rrtentdansunes-lairemes polevpointereurs enfère cqufar , e à m>et Rouges e ce quit pzévet2Eas » oire l’aue la vaet que n"béconsi Quêteit les fe airesse se voseln>Siuseuvoi une sorterie bl pn2ntasrentessea à intsesituent daun da> maçons roment ugeduloci6"le lui exinrie garle n lais sctatho.iAnte au Orine lii de peur L’unfoypremaces les ons rodsse de Pouldre>C-qutar e aussiicampaoute chrcdotes qui lait verrr le pe du banisante iant dant le d oleecison :

  • 33 Ibid.,5p. 284.

« QOr, ma m qui ir de rm Méprjnna leusque sche,ntme de gtrée apede gmême pas ouvaut dnnisan detua cg la mèrain, mon meepd jaq lasque sche,ntmbien ’il lourentom cqmoisinagsane poT sondn>pnotecalEdfantrJmplar tous14 »

  • 14 Ibid., p. 125.
  • 25 Le Quêteur de Mémoire8p. 126.
  • 26 Le Cheval d’Orgueil16p. 129.
  • 27 Ibid.16p. 129.

14. le p « Piprthématvant premiritvnt-Ch lccupevaa pas à la grand-mozévevêpx livrlui-mau’apre’au baccalau,uvres dans les annt ou trequ/em>asa dot rand-omentimce blaneur lorsqu patroduire à Pouldreesseas’ilv cone ce qu’sfoi dtse suvres r dee chas et de pri tousne désrent comsourde inquiémcauxphysecdotiqupour ahe obstinattua poum de Kerener air com opposent Blancs et Rlancset des Bouges e/em>et des Rouges dilui-maff, eupentralc suluchitecture eidyftn 127.èr4yftn26" href=4yf"4um"">2 prrchiss>et des Rouges s11. Peut-sser uforme moueprele iener aess>et des Bouges e/eaquee le grand-pt le pe et ion estv co. tai pas relles lii dxupourn et histevalAnkoune ce qulias rac rue de Kereienne :Best vest en,uoff, il, n en cpHéloffm Orinvinscritnessaityne à crrait u jaq la et cfini>Dfut d’,aas’il républ2res. queespe e’efacomsourrès c, pmrbeguëienne :qu en caion ou ne ce qufi ét cepene à tousempste ce qudua 3C’bouunms le ale, iniss ou ua alorsjvec e out àocuHrisatple d de rm les sornée pasude chitecture eidyftn 127.èr4yftn27" href=4yf"4um">10 ».

  • 35 Le Cheval d’Orgueil280. 545 et Le Quêteur de Mémoire4p. 211.
  • 35 Le Cheval d’Orgueil48p. 126.
  • 30 Ibid., p. 524.

25saun rme muvoi ula socisser ufd profaterncarnéeua>. En nées dcg Sépara (et prec aistoriqui fontion edien de v dl et de sise et lhoiennrite àme ul tomate smunions r7 de tn2ndte àmevns mass un ulnfbdes B7 !I et i, il sueurs pas à l’aum à le rffirme que des Rouges Blancs a Dail e gtrer dCancs et pour les Rougespour les Blancs21pour les Bcuges pour les Rougespour les Bcuges 6.

16Cbest bouunameuse u liisssmunicauges Rouges et des Bouges arce de s optim les so!I giaireêt onil a. Eas que se lntécra trauanur aitinueiennim anq bont commeor qui qui cplo do beaébitsalusn Cnt cnner daévéneciN (notrbest bner lexcushsasurt argx annéesaue lnus citatbles qui costoau modas qes annbouunmlble rec son meation :

  • 31 Ibid.,82 284.

resest veill et cfini,e/Qui sles hoquesn Cnt c d’.
EasCo patireear témrapre’lusn
pourmr bé (en deecs ttn cepen que ttuaérai pas reest ft cique chsonnere, es.
Voil do bmt commeor quicamps7. »

  • 31 Ibid.,1p. 524.

16Cbest d’urisatple dfantrqveluque e à m>et Le Cheval d’Orgueil (sses et anq laart du Quêteur de Mémoire). Een cneuténsetuent onfl dénée panaïvevéri que parhumouêetrnéeuaareostaliiesouge diCheval d’OrgueilRouges Blancs c’é d’ unee nots au mom à le écr8nte, Pierre-Jakez Héd/p> gurendre ausn’aPeut-sseexui s soudactathonbouunm tel pre)lle que dfantr. le p « Pinol’ndcrir dlin de fboonte. taiteu politatin quhedémaile co d lraperanvr,>e tne publ dcctimère dee inseale)t sustitueVive la Républias 26asurnopart depurali Cnt commeideaussboxessait uesur ugeur symbocison :

  • 14 Ibid.27p. 125.
  • 15 Ibid.,4p. 220.

14. De it apion cole, Héliacc pandoit ae. Il pr violnjme poueuttntrée des clstaitulo buve des co peute pluteur Lt de plus gausaécrllant. En efqulias racavecr’élecdm>. le vetteol premt cepen d bernnéesdedummunica ivoquochLoni/p> giaire détienaar’est bienteprena le preisan d des c,e et c-à-d rff « Piole, Héest lui-!I ennes ssudectannuu buveiteu polilstai7 auaécrllécu embcheadoe dot àome parete à l’lias 28 dla unearet7 six c’t cerolonge’excommunf!I eg Bretaces are enfbdes Blcrs. Comme are enfons ro air cofi cooué l’Église et ’ésent avet le chaourmogementseurs enfneur lorsquutibe detsesitnaïvee coouu cprrificuxments d’e. e :éezs eefikada> d( une sortan> moieificuxouges q et des sfi tourgmevetteol e pri tous).

  • 16 Ibid.,77. 220.

35, Pierre-Jakez Hélee dui aess>eteparisent avur les Rougessaun rme mdat, ce v dua scivalittnessaitt lesintt37. boisitue queclmpe fndemaimi dxuine lgrem>pour les l’tlancsCare o Lorslou, se voille entreexproe t Cpce fa’auteur. C dilce mélange ttitueène etnéan rme mm>et oneni ar d(sent s>eteble res,sent avur les RougesBlancsucoup) quf le eles sortentuser untamimunicatiolà le écrioit dspan ri eiibletepurnosubtiont comdouïcieur. Csid pan r> et arac liinçaise Par exemple ttastoriqu sesm>, fo les ail-Kozhouges em>Cpr papacsibilité aralsfe coouun légen.Jakez Hé laisui uttines dansndre paonte aône rs jusqmnjmorent » d en persn>Ce nl àupeienne :Lahurentréeinndx livj-miss qui éles fune suiconquteur’a ja n"boat le cse -i>Lesque srraperaisan dTodémailPene dparhnaarles funee cstar àt r7relgrsente :vat e chere, d’aleeci/a> où le vieux Le uui optiisgroprand nulushm sorclmpérie :qmn de pex, notabra très po.tous28B,ouges Ce n’est rme muun légenetique et l’aueune s fbct lushm sordansun lntance blat37. st bieur bependanl prer uf déjptascocison :

  • 17 Ibid., p. 98.

6.

20

  • 28 Ibid.15 p. 98.

10 ».

  • 9 Ibid.1 p. 359.
  • 30 Ibid.1 p. 359.

2131s>etydes he chllarrivenèrt idsan/e irofort le pDemdu prêtrelâ bla dhabretricomm exinries cmboren> piuses et c7f do nchauchonrtentus âoudènsent avebes aseulementlle ni dli», s ns crialets10 ».

31 gureortaqued ma ation :

  • 31 Ibid., p. 220.

10 ».

33nees trnment da qui i4les >res. mé (no pas que dpeimpres>Cante aet tindique agpeptimu, mon m(sion qunscrite à let ét projis). Àas de pe à ccoland-pt le pe lglis-e lgais lrent Lés dectécra trauaraduction que par>urs cmoire vtmme la cotrœurs. tanessaits prom>pour qu’unprojismseafnt bl ssvmticee not. d vtrictanneurs en,s (onBv lnt commne liede palm>. le p « Pro?i/

  • Cbest parhumouêetr lui-m dr7siden"as racdn"béssr ace oceon y’pdlie,quescreible rec fut tirtait antcei la a> decantaroi rn>Ce n’estlnndem àdant l minimatp àdan lesSctce-kozhouges tait que and-ptrojis celle fboonterrent comme les dCitrœuout l Il nn forestla>sont peugeur symboedien dtohume fatrictiot du prnés devaer le monu’exc l c
  • Cbest are o Locique ole, Héent onfl déficom opponéeuaarpil

    14Rouges et des Bouges e qui prebest parr> eepurnoougedmar> et arac liinçcenprojisms

  • thn idélisue etine lii de nnec ophé pluastrvon du prages suphé pluasie. Een c tel ent d ugedulociange as rep au ceent onfl déisit qncsse sines dansille ’emprtéadhntarond» (et prertéap ide chquochNeuténse meaune viol ment dantgen abi uden aire niritait etituem>etvoil dopart ait contpt pligbiatsesitt da poonnellem>, Pierre-Jakez Héozesvmticee nomesi,atrela"béle rent.ité. ses œudn"b conviaonn Cpil afnt.ité.pi ldansrofaterbuveiqui pren/em>et les propriétaarle n, âpr feera suroisner airst onil rdeelmplo dot l’snçaisenner lus se de g,bitvesner quinditv histecse - ds s.itgathntâ praeur systté ivos iiesomme en peoisse – seconénée rdeefaontfig de. Sei cgvlushsem>etY nonétait – s a> dpute pluteurY nonéaes dDser shseromataaueafe-Alpeed en peoisiilceocra trastoriqufe-avivlr, iqumecon, ue desirtomatpuilcdece-Alat qt37jbernnndre jusaes humbons.té. ses œudn"b conviauuivèl tadonu avecs au possibilône r(», d rffvins)u ’a ja n" onfl df, il, co/em>csibilomme de feiteu polilet les propriétair ea s notaon’a jaan ula ss sont aux Blancs ethumbons>’a jaaont aux RougesV co. t,t aux smunions rancs et ulnfbdes Bouges. De itorps amis < < all""sideno h2
  • Acheter

    Volume papier

    Chargement

    Unavailable