Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Troisième partie. Un idéal en images

Saint Yves et ses statues

Yves-Pascal Castel

Texte intégral

1En Bretagne, « le voyageur de passage peut […] facilement constater que des statues de l’enfant de Kermartin se dressent dans nombre d’églises et de chapelles ». La notation de Jean-Christophe Cassard, à la fin de sonSaint Yves de Tréguier, un saint du xiiiesiècle, est une invite discrète à considérer un certain nombre de ces statues pour un essai de synthèse.

2La présente enquête, quasi exclusivement cantonnée aux églises et chapelles du Finistère, s’intéresse au premier chef aux statues indépendantes. L’étude des groupes où saint Yves est accompagné du riche et du pauvre est dévolue, dans cet ouvrage, à Virginie Montarou. Notre propos ne négligera néanmoins pas, à l’occasion, la figure centrale des compositions tripartites.

Une statuaire intégrée à l’architecture et au mobilier intérieur

3Les statues de saint Yves qui animent les structures d’architecture des églises, sont pour la plupart en pierre. En pierre de kersanton, le saint Yves de la porte monumentale de l’enclos de la chapelle Saint-Sébastien à Saint-Ségal, taillé par le Maître de Saint-Thégonnec, vers 1600, qui fournit aussi le calvaire voisin. En kersanton, le saint Yves au fronton du porche de Plestin-les-Grèves, dans une niche d’ailleurs trop grande pour lui, et qui est, comme la totalité des apôtres à l’intérieur du même porche, du sculpteur de Landerneau Roland Doré, actif de 1620 à 1663. En kersanton encore le beau saint Yves du Folgoët et les bas-reliefs aux pieds droits des porches de Bodilis, de Landerneau et de Landivisiau. Quant à la statue de la façade de l’église de La Roche-Maurice dont saint Yves est titulaire, les hermines héraldiques du camail lèvent le doute sur une identification devenue problématique à la suite d’une restauration.

4Dans la statuaire liée à l’architecture se signale, telle une curiosité, la sculpture en grès arkosique accrochée à la façade de l’église de Berrien qui passe, mais sans raison valable, pour représenter saint Yves. Le personnage a certes un sac contenant un livre en main gauche, mais il est nu-tête, nu-pieds et barbu. L’attribut porté en main droite, en partie brisé, n’est pas identifiable. Quant au costume il n’appartient pas à la garde-robe traditionnelle hélorienne ancienne. La place éminente assignée orienterait l’identification vers saint Pierre, le titulaire de l’église.

5À l’intérieur des sanctuaires, la révérence due aux images de saint Yves, comme celle accordée aux autres saints, réclamait jadis qu’elles fussent placées dans des niches ou des retables dont il reste heureusement un certain nombre. Au Pénity Saint-Laurent de Landeleau (ci-dessous), on constate le soin mis à présenter la vénérable statue du xve siècle dans une nichexviiie fort élégante dans sa sobriété. La corniche se ploie en arc segmentaire, les angles sont surmontés de pots à feu et les ailerons latéraux s’ornent de volutes agrémentées de trois feuilles d’acanthe. La statue, ancienne dans sa niche relativement récente, compte parmi les vénérables représentations du saint dans le Finistère. Landeleau, en Cornouaille, offre au Trégorrois un culte précoce ayant une raison particulière d’en garder le souvenir, puisque, revenant d’un pèlerinage à saint Ronan, alias Locronan, il avait ici fait une halte fort remarquée. À Saint-Melaine de Morlaix, une statue, du xve siècle comme la précédente, a été intégrée dans un retable construit au xviiie. Il en va de même à Trévarn en Saint-Urbain (cahier couleurs I, pl. 24) ; le groupe, qui comporte riche et pauvre empreint de rusticité, relève de l’Ancien Régime mais demeure toutefois difficilement datable avec précision.

Landeleau (29), chapelle du Pénity Saint-Laurent

6La création de niches et de retables postérieurs à la statue présentée a ainsi été une manière de relancer un culte qui, ici ou là, pouvait être en voie d’assoupissement. À Locmélar en Plounéventer, la niche à colonnes torses du xviie siècle ne doit pas faire illusion. Le groupe cohérent du saint et des plaideurs (I, 19) porte les marques du siècle précédent. En revanche, le groupe de la chapelle Saint-Adrien à Plougastel-Daoulas s’harmonise avec la facture ornementale xviie siècle de la grande caisse carrée à ailerons couronnée d’un fronton à larges volutes.

7On le sait, les niches étaient souvent assorties de volets latéraux, destinés tout autant à protéger l’image sainte qu’à en réserver l’ostension solennelle lors des occasions festives. Les volets de Saint-Herbot, en Plonévez-du-Faou, de chaque côté de la niche à dais orné de larges volutes, montrent sur la hauteur du panneau un riche et un pauvre en bas-relief. Non loin, dans la même paroisse, le volet de niche du Quilliou, près d’une statue de la Vierge, vestige d’un ensemble plus vaste, présente un saint Yves en bas-relief, rustique à souhait. Ici, le traitement de l’avocat des pauvres ne se départit pas de la charge caricaturale inspirée par quelque magistrat replet, satisfait sous sa haute barrette. Notons que lorsque manquèrent, à Quilinen en Landrévarzec, les ressources pour construire une niche adéquate, on s’est contenté, choisissant une solution économique, de détacher les statues sur un fond coloré. Ainsi, le groupe de saint Yves avec ses acolytes se satisfait d’un décor mural, une grande draperie à lambrequins chers aux styles classique et baroque.

Le personnage : assis ou debout

8L’étude de la position du personnage, assis ou debout, n’exclut évidemment pas les rarissimes cas où il se trouve en position couchée. Mis à part le célèbre gisant de la cathédrale de Tréguier, on connaît peu celui, très particulier, de Notre-Dame de Leingouez à Locquirec (page suivante). Allongé sur un simple massif de maçonnerie, le saint Yves en bois polychrome, revêtu de l’habit de prêtre, gît sur la couche funèbre, le crucifix entre ses mains, comme pour l’ultime veillée mortuaire. La présentation exceptionnelle de Leingouez pourrait avoir été inspirée par quelque médaillon de vitrail représentant le dernier épisode de la vie du saint.

9Pour ce qui est des statues en vif, artistes et commanditaires balancent entre les images que le populaire avait retenues d’un personnage voué à rendre la justice de manière équitable. Tantôt c’est le juge assis, tranchant le cas, tantôt c’est l’avocat, debout pour plaider. Un sondage effectué sur une centaine de documents figurés atteste que pour deux saint Yves debout comme avocat, il y en a un assis comme juge.

Locquirec (29), chapelle Notre-Dame de Leingouez, saint Yves couché

10À l’église de Pleyben et à la chapelle Saint-Mélar en Plounéventer (I, 19), le siège magistral est un simple banc, que l’on devine sous les plis de la tunique. Lorsqu’il s’affirme plus nettement, à Quilinen en Landrévarzec, le banc reste relativement sobre. Des montants latéraux agrémentent le fauteuil à Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou. Huelgoat lui accorde un haut dossier. Quant aux sphinges, qui soutiennent les accoudoirs à Loc-Eguiner, ce pourrait être une allusion discrète au sphinx de la mythologie grecque, celui qui proposa à Œdipe de résoudre la fameuse énigme.

Un portrait ?

11De saint Yves il serait étonnant qu’on ait un portrait authentique. Restait aux artistes à lui en composer un. Dans la majorité des cas, et sans exception pour les représentations anciennes, saint Yves a le visage glabre. Au xviie siècle, se conformant à la mode, Lanmeur et Peumerit accordent à saint Yves une moustache à la Louis XIII et lui piquent une mouche, « plus souvent appelée impériale », sous la lèvre inférieure, comme on le voit au buste-reliquaire de la chapelle Saint-Yves à Landudal. À Pont-Aven (église de Nizon), Yves porte le collier, tandis que Commana (I, 21) et Riec-sur-Belon (chapelle Saint-Léger) lui donnent une barbe.

12Certaines représentations montrent saint Yves nu-tête, telle la statue hiératique du xve siècle à Plouigneau (chapelle de la Clarté). En revanche, s’il est représenté tel à Peumerit, c’est le fait de l’animation oratoire de l’avocat qui vient d’arracher de son front la barrette qu’il tient en main. Le vitrail du xve siècle de la cathédrale de Quimper le donne aussi nu-tête tout comme, plus tard, Larhantec au calvaire de Plounéventer (1867), Louis Castex à Saint-Charles de Marseille (1897) et Jean Fréour dans la statue de 1945 qui est au Musée de Rennes. D’habitude, quitte à ce que sa chevelure reste libre, saint Yves se coiffe : Brest (Musée municipal), Plonévez-du-Faou (église paroissiale), Loc-Eguiner-Ploudiry, Landeleau (chapelle Saint-Laurent), Morlaix (Saint-Melaine), Saint-Thois, Tréguier.

13Si le cheveu se montre sous la capuche ou sous la barrette à Plouha, Commana et Plouguerneau, il disparaît la plupart du temps sous le chaperon, la coiffure quasi obligée des statues anciennes, un chaperon que l’on évoquera plus longuement dans quelques instants. Au chaperon succédera

Brest (29), musée municipal

14une sorte de bonnet à cornes courtes, typique à Pouldergat, avant de se muer en vraie barrette. Il en est d’imposantes comme celle qui coiffait la statue naguère dressée devant la croix monumentale de l’allée Charles-Péguy à Quimper (voir p. 212). Parmi les coiffures atypiques, les hauts bonnets à pompon de Rédéné et de Saint-Thomas de Landerneau s’inspirent de gravures populaires. On citera encore la toque ronde du juge sur l’un des « petits saints » de procession de Plouguerneau, et l’étrange couvre-chef de Roudouallec, qui fait d’ailleurs douter qu’il s’agisse bien ici d’un saint Yves.

Le costume de saint Yves et son évolution

15Si l’ensemble du costume adopté par les artistes varie selon les époques, les anciennes vêtures se rapprochent de celles décrites par les contemporains interrogés lors du procès de canonisation en 1330, trois décennies après la mort du personnage. « J’ai vu, rapporte Hervé de Coatreven, sacriste de l’église de Tréguier (témoin n° 2), dom Yves porter en signe d’humilité, pendant les douze années qui ont précédé sa mort, un long surcot et une cotte qui descendait jusqu’aux talons(la cotte talaire remarquée par d’autres témoins), ainsi qu’un capuchon(un chaperon, dira un autre témoin), faits d’une étoffe blanche bon marché, appelée« kordet » ou « burell », « d’une grossière étoffe blanche de Léonie » précise Yves Rachaël (témoin n° 9). Jean de Pestivien, chevalier (témoin n° 4) se souvient du capuchon « tiré sur ses yeux ». D’autres évoquent une « chemise de filasse grossière » (Denys Jameray, témoin n° 32), « de filasse de chanvre » (Darien de Trégoin, témoin n° 47) « qu’on appelle en français ‘reparon’» » (Yves de Trégordel, témoin n° 46). Plus d’un dit avoir vu dépasser au cou le haut du cilice que dom Yves s’efforçait de cacher.

16La statuaire se calquera, dès le début et pour longtemps, sur les observations de ces témoins. À la cotte et au surcot, de règle jusque vers le début du xviie siècle, s’ajoute le chaperon. Petit mantel à capuchon, capuchon de tête, capuchon avec pèlerine courte, on appellerait cela aussi bien une aumusse, terminologie flottante désignant une pièce du vêtement couvrant à la fois et la tête et les épaules. Cotte, surcot et chaperon se retrouvent sur les statues les plus anciennes qu’il serait fastidieux d’énumérer, sauf à en retenir trois, à Guerlesquin, à Lannéanou et à la cathédrale de Quimper. Ce sera le costume qu’adoptera, vers 1990, le sculpteur de la statue de la fontaine de Kerodern, lieu de naissance de Michel Le Nobletz à Plouguerneau. Évidemment, la statuaire ordinaire ne rend compte que des différentes pièces du vêtement et non de la texture des tissus. Dom Yves portait, sans bas, des souliers hauts à courroies, à la manière des prêcheurs et des cisterciens. Mais comme les statues n’en laissent voir que les bouts dépassant les plis de la cotte, les statuaires ne se sont guère préoccupés du détail.

17Auxxviie et xviiie siècles, alors que se conserve, plus ou moins modifié, ici ou là, le costume médiéval décrit ci-dessus, des changements notables s’introduisent. La cotte devient soutane, le surcot, surplis ou rochet ample et long. Le capuchon subsiste sous la forme du camail assorti du rabat ecclésiastique, le couvre-chef devient barrette. Saint Yves se retrouve ainsi présenté – est-ce un hasard ? – en prêtre de paroisse. Le fait qu’il fut recteur breton de Trédrez et de Louannec donne l’occasion aux artistes de lui donner, de manière anachronique, l’habit qu’ils ont eux-mêmes sous les yeux. La soutane post-tridentine se remarque ainsi à Commana (I, 21), à Guimiliau (I, 20), à Irvillac, à Landerneau (Saint-Thomas), à Lanmeur, à Leuhan (I, 23) à, à Loc-Eguiner-Ploudiry, à Peumerit, à Plouguerneau, à Pont-l’Abbé (musée), à Quimper-Kerfeunteun, à Rédéné, etc. En revanche, l’étole sacerdotale de Saint-Léger, Riec-sur-Belon et du Faou ne semble pas faire partie de la paramentique commune. Plus que juge ecclésiastique, on le voit donc mieux, à cette époque, en « confesseur de la foi » selon l’expression consacrée. « S. Ivon. Pres. Et Conf. » (sanctus Yvonus, presbyter et confessor, saint Yves, prêtre et confesseur) lit-on en légende d’une image gravée par Israël au xviie siècle.

18Aux costumes relativement sobres que l’on vient d’évoquer se joignent les vêtures somptueuses où l’artiste entend magnifier l’official dont la toge

Landerneau (29), église Saint-Thomas

19impose au justiciable une crainte révérencielle. Cela nous reporte à la période où dom Yves siégeait aux tribunaux de Rennes et de Tréguier, vingt ans de magistrature ecclésiastique. Un tel accoutrement est moins commun, du moins dans la statuaire bas bretonne qu’il nous a été donné d’observer, car les témoignages connus par le procès de canonisation déclarent unanimement qu’Yves Hélori avait abandonné « les honneurs du monde et ses vanités », comme on l’a dit, douze ans avant sa mort. Il demeure néanmoins intéressant de relever, calqués sur la gravure hollandaise de Cornelius Galle (voir p. 196), les toges bordées d’hermine de Commana et de Lanmeur, et celle, fort ample, de la cathédrale de Tréguier. On signalera, revendication d’une appartenance bretonne, les hermines héraldiques brodées sur le surcot du bas-relief dans le porche de Saint-Houardon à Landerneau, celles qui se devinent dans les plis de la tunique à la porte d’entrée de Bodilis, et telles autres sur le camail au porche de Guimiliau, des œuvres qui datent toutes du xviie siècle.

Les accessoires : le sac, le parchemin, la bourse, l’aumônière

20L’iconographie des saints s’assortissant d’attributs significatifs aptes à désigner sans équivoque au fidèle celui qu’il désire honorer, les images de saint Yves se voient, elles aussi, dotées d’un certain nombre d’accessoires. Le sac, rarement oublié, pend sous la manche à Sainte-Sève. Ses poignées ornées d’un bouton doré s’enfilent sur l’avant-bras gauche à Lannéanou et à Minihy-Tréguier. Il est saisi dans la main droite à Plouigneau (église paroissiale et chapelle Notre-Dame de Luzivily), dans la gauche à Landudal, où se lit, écrit en travers, un SOZET bien énigmatique.

21Parler du sac, c’est évoquer ce qu’il contient : livre d’office, recueil de lois ou pièces de procès. L’étoffe de l’étui, à Luzivily en Plouigneau, laisse

Lannéanou (29), église paroissiale, saint Yves au sac

22voir le renflement provoqué par le fermoir de métal d’un livre, de même à Quimperlé (église Notre-Dame). Le livre qui dans la gravure de la Chroniqued’Alain Bouchart, se présente libre dans la main, pourrait être celui des heures destiné à la prière. Mais la page pointée du doigt à Lohuec indique qu’il s’agit d’une chose dont la détermination se fonde sur le témoignage de Guillaume Roland, le témoin n° 14. Frère mineur du couvent de Guingamp, Guillaume rapporte au procès de canonisation qu’« en guise d’oreiller (dom Yves) avait pour sa tête son livre des Décrets et une planche ». Le livre porté dans le sac, serré sous le bras ou tenu en main, serait donc, plus que le livre d’heures du prêtre, le recueil des us et coutumes et des décisions de justice, fort utile à l’homme de loi.

23Le sac qui nous intrigue est parfois de toute évidence l’étui de toile chargé des pièces du procès en cours. L’expression « l’affaire est dans le sac » empruntée au langage du prétoire fait allusion aux parchemins glissés dans une forte toile. Il n’y a guère d’équivoque devant le double sac de Lanmeur, ceux de Lampaul-Guimiliau et de Landrévarzec avec leurs étiquettes cousues en travers. Une gravure exécutée au xviie siècle par N. de Mathoniere le confirme. Des sacs à étiquettes biaises pendent aux clous de la salle où notre personnage se retrouve entouré de ceux qui viennent faire appel à sa compétence. La légende en forme de prière est significative : « S. Yvo Patronorvm patronvs, pauperis et Viduae adjutor tutorque Pupilli Oppressis faveas Iuraque redde tuis » (saint Yves, suprême défenseur, soutien du pauvre et de la veuve, tuteur des orphelins, montre-toi favorable aux opprimés et fais droit à ceux qui sont tiens).

24Le sac s’avère en revanche être une véritable bourse à Plougonven (Saint-Eutrope), à Rédéné, à Landerneau (église Saint-Thomas), à Caouennec, Lanvézéac, pour des statues qui datent du xviie siècle. Si l’on pense aux « épices » ou honoraires versés par les plaideurs, ce serait la traduction d’une charge vis-à-vis des avocats et des juges. Mais Yves Hélori, on le sait, refusait toute rémunération. Si on pense à la bourse chargée des écus du riche qui soudoie, le sourire de pitié de saint Yves suffit à faire comprendre qu’elle est bien inutile.

25Autre accessoire, le parchemin tenu en main, une des pièces du procès tirée du sac. Avec subtilité, le sculpteur de La Roche-Maurice (I, 18) met dans la main droite de son saint Yves le placet du pauvre qui est plus court que celui du riche tenu dans son autre main. Symbole, peut-être, de la modicité des arguments que le malheureux propose pour sa défense, face aux grands moyens déployés par le personnage. Ici, comme pour la bourse plus haut, l’expression artistique exerce, grâce à de subtils clins d’œil, sa fonction critique vis-à-vis des faits de société. La pièce de procédure se mue à l’occasion en phylactère plus ou moins large permettant à l’« imagier » d’y tracer une inscription. À la manière pratiquée par les sculpteurs des apôtres dans les porches, la banderole se déploie sur le phylactère de Logonna-Daoulas (xvie siècle), avec ces simples mots : « St Yves, avocat des pauvres ». Le parchemin de Saint-Melaine à Morlaix (xvie siècle) délivre en lettres gothiques un message de portée générale emprunté au premier verset du psaume 41 (40), récité le mardi à l’heure de sexte (midi), dans l’ancien bréviaire : « Beatus/qui/intelligit/super/egenum/et/pauperum »(Heureux qui pense au pauvre et au faible). La statuette de Saint-Yves de Bubry, réservée aux processions, est assortie d’une prière en vannetais : « Eutru Sant Iouann er Huirione, pedet aveit hou pretouned »(Monsieur saint Yves de Vérité, priez pour nous, Bretons). Dans la même église, les parchemins des Yves dans les vitraux du chœur, peints par Laumonnier de Vannes en 1901, délivrent de leur côté des messages parénétiques. « Je suis votre avocat et votre patron » et « Soyez en tout avec le Seigneur ». On peut supposer que le rôlet du beau saint Yves en pierre de kersanton du xvie siècle dans une niche extérieure de la collégiale du Folgoët, dont la tradition rapporte qu’il vient de la chapelle de Guicquelleau, à moins que ce ne soit de l’ancien château de Lesneven, portait une inscription au temps où la statue était polychrome. À Tréguier le parchemin développe un message destiné aux gens de robe : « In judicando esto/pupillis misericors/ut pater et pro viro matri illorum »(Lorsque tu juges, sois compatissant envers les enfants mineurs à l’instar d’un père et sache prendre vis-à-vis de la mère la place de l’homme). En bref, « prends donc la défense de la veuve et de l’orphelin ». Le texte, dont la graphie est récente, pourrait remonter à l’année où, entre les deux guerres, les avocats américains inaugurèrent à Tréguier le pèlerinage auquel se pressent aujourd’hui les hommes de loi de tous pays. La générosité d’Yves Hélori envers les pauvres étant proverbiale, l’artiste la rend tangible à Pont-Croix en suspendant, mais c’est plutôt rare, une aumônière à sa ceinture.

26En marge de tout ce qui peut se dire sur le costume de saint Yves, il est plaisant de rapporter le sentiment d’Arthur de La Borderie. Se fondant sur l’étude « des quatre images les plus anciennes connues », l’historien s’attache à définir « le seul costume historique vrai qu’on puisse donner à notre saint, sous peine de faire de ses prétendues effigies un recueil de travestissements grotesques et mensongers, qui n’auraient plus désormais comme ils l’ont eue jusqu’ici, l’excuse de l’ignorance et de la bonne foi. Saint Yves doit être représenté tête nue, avec le chaperon, montrant le camail et le guleron( ?), mais dissimulant son capuchon censé rejeté sur la nuque ». « Tête nue » ? On ne comprend guère pour quelle raison La Borderie s’en prend aux têtes coiffées décrites par les témoins du procès, qui sont si répandues dans l’iconographie la plus traditionnelle qu’on ne peut sans exagération les qualifier de « travestissements grotesques et mensongers ».

La gestuelle oratoire

27Quoi qu’il en soit des variétés évolutives du costume, et des accessoires plus ou moins nombreux, nos statues s’animent du langage des mains qui exprime de manière muette, les sentiments de l’homme voué aux subtilités de l’exercice de la parole. En dehors des mutilations qui laissent des mortaises creuses au musée de Brest, une manche vide à Guissény, un poignet cassé à Guipavas, ces mains offrent une gestuelle moins stéréotypée qu’on ne le penserait au premier abord.

28En tout premier lieu, le geste de l’argumentateur qui, à considérer certains personnages de la Passion sur les grands calvaires, n’appartient pas en exclusivité à saint Yves. Les deux premiers doigts – pouce sur index, index sur index – appuyés l’un sur l’autre, s’apprêtent à faire le décompte des arguments que le locuteur va énumérer. Ainsi, au porche de Bodilis (1570), sur les petits calvaires de Saint-Yves à Landudal (1605), de Saint-Claude à Plougastel-Daoulas et de l’église de Plounéour-Ménez (vers 1630). Le geste de l’argumentation est, de même, évident dans la statue à l’intérieur de l’église de Sainte-Sève. Il s’inspire des gravures populaires comme celle qui rappelle l’image du portail de Saint-Yves : un édifice démoli en 1823, où se réunissait à Paris la confrérie fondée en 1348.

29La main posée sur le cœur traduit la conviction intime. À Quimper-Kerfeunteun, à Pont-Croix, au musée de Pont-l’Abbé, saint Yves présente pour l’expliciter l’écrit de la preuve qui fonde sa conviction. En revanche, la main largement ouverte, paume tournée vers l’extérieur à Landerneau, à Plonévez-du-Faou (Saint-Herbot) arrête l’objection ou la déclaration suspecte. Et lorsque l’homme de justice requiert une explication complémentaire, il tend l’index qui, à Tréguier, se pointe, accusateur, vers le plaignant.

30Il arrive – c’est peu fréquent – aux mains d’Yves de traduire, face à la mauvaise foi, une impatience contenue, la droite crispée, la gauche ouverte sur l’évidence déduite des faits : deux gestes complémentaires qu’appuie l’étonnement marqué sur le visage de Loc-Eguiner-Ploudiry. La même position des mains, mais inversée, se retrouve dans la statue en pied de Commana.

31Et pour conclure, les mains écartées de Loc-Envel essaient de persuader les plaideurs de se réconcilier sans trop chercher à savoir qui a raison et qui a tort. La sagesse des nations sait depuis longtemps qu’un mauvais arrangement vaut mieux qu’un long procès… À La Roche-Maurice (I, 18), le geste est tout différent. Posée à plat au niveau de la ceinture la main exprimerait selon la symbolique médiévale le refus ferme de poursuivre en s’enfermant dans le maquis des obscures arguties.

Saint Yves aux calvaires

32Selon un dépouillement effectué à partir de l’Atlas des croix et calvaires du Finistère,saint Yves est présent sur plus de vingt monuments dans le département. Ainsi, Yves, en compagnie du pauvre et du riche, se trouve en bonne place sur le grand calvaire trégorrois de Plougonven construit, en 1554, par Bastien et Henry Prigent (Atlas n° 1952). On retrouve la même trinité humaine à Bourg-Blanc et au Cloître-Pleyben.

33Sur les petits calvaires, la place étant mesurée, Yves est souvent seul sans ses adjoints. En place éminente, dans l’axe de la croix à l’ouest de la façade de Plounéour-Ménez le sculpteur Roland Doré le met, en 1641, immédiatement sous le Christ, et le restaurateur de 1896 l’y maintient (Atlas n° 2206). Au petit calvaire de Saint-Yves à Landudal, dont le style fruste plaira à plus d’un, sa statue est au revers du Christ. À Plouégat-Guerrand (xive siècle), saint Yves se serre contre le fût avec saint Egat, l’ancien patron de la paroisse (Atlas n° 1808). Il est encore bien visible, plaqué au fût de la croix de la place Saint-Yves à Plomodiern, restaurée en 1893 (Atlas n° 1609).

34Lorsqu’elle n’est pas au centre, la statue se juche sur un croisillon en haut du fût, indépendant de la branche de la croix elle-même. À Loc-Brévalaire, dont le croisillon haut est veuf de ses larrons, saint Yves se tient sur celui du dessous où, avec saint Brévalaire, il encadre le Christ aux liens (Atlas n° 1160, vers 1550). À Plomodiern, dans l’enclos de la chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom, il tient avec Pierre compagnie à la Vierge à l’Enfant que Roland Doré place vers 1630, lorsqu’il restaure le monument construit en 1544 (Atlas n° 1613). Pierre est encore son compagnon près de la Vierge de Pitié à Plougastel-Daoulas, Saint-Claude, œuvre du même Roland Doré, vers 1630 (Atlas n° 1914). De même à Pencran, Yves et Pierre (1521), les « procureurs de la chapelle de céans (étant)Yves Le Jeune et Yvon Cras »(Atlas n° 1382). À Coatnan en Irvillac, sur le curieux calvaire aux branches latérales ployées en cornes d’abondance, Roland Doré campe son saint Yves les mains non pas croisées mais posées sur la poitrine. Ici, le double est saint Jean (Atlas n° 822). À Kersaint-Plabennec (Laven), timbré de l’écu au calice M. FLOC 1578, Yves est avec saint Étienne (Atlas n° 914) et à Guissény (église paroissiale, n° 1), calvaire de l’atelier Prigent, 1555, avec un évêque dont la tête a été refaite (Atlas n° 706).

35Yves est souvent associé à François d’Assise : calvaires de Dinéault, Loguispar (Atlas n° 412), du Drennec (Atlas n° 448), de Plougastel-Daoulas, Tinduff, 1639 (Atlas n° 1920), de Plouhinec (Atlas n° 2130), de Saint-Thégonnec, Bodéniry et Croas-Calafrès (1632) par Roland Doré (Atlas n° 2823). En général Yves et le personnage qui lui fait pendant sont placés sur la face postérieure du monument, l’autre étant réservée à la Vierge et à saint Jean, sauf dans les remontages maladroits comme à Croas Olier, à Kerangoff en Sizun, restaurée en 1900. Saint Yves est sur l’avant avec saint André (Atlas n° 2940). Signalons encore le vestige de croix du quartier Saint-Yves à Guissény.

36Pour être complet au chapitre des calvaires, il faut aller, hors Finistère, au monument construit en 1578 par G. Jézéquel à Kergrist-Moëlou : saint Yves y est assis, décapité par la fureur révolutionnaire qui n’a pas craint de s’acharner sur des mains qui furent si équitables et si bonnes.

L’association saint Yves/sainte Anne, saint Yves/saint François

37L’étude des représentations sculptées de saint Yves conduit à observer, en maints endroits, la liaison étroite de son culte comme patron secondaire de la Bretagne avec celui de sainte Anne qui, en tant que « grand-mère des Bretons », est patronne principale. Leurs reliques sont associées non seulement dans le reliquaire récemment acquis par le Musée départemental breton de Quimper, étudié dans cet ouvrage par M. Pierre-Yves Lambert, mais aussi, entre autres, dans le reliquaire ancien de Quemperven.

38L’association des deux patronages se retrouve, mais d’une autre manière, dans l’église Saint-Herlé à Ploaré-Douarnenez. Au retable de Sainte-Anne du bas-côté nord fait pendant celui de Saint-Yves au sud. Dans le Léon, à l’église de Lampaul-Guimiliau, l’association s’effectue sur un retable unique. La niche centrale abrite l’aïeule du Christ et la Vierge, les niches basses, saint Yves en compagnie du riche et du pauvre. Il en va de même à Guimiliau (I, 20), mais ici le retable est dédié à saint Joseph qui, dans la niche centrale, tient l’Enfant Jésus par la main. Les niches latérales sont occupées par la Vierge Marie et sainte Anne, le groupe Yves, riche et pauvre est au centre sous saint Joseph, une place de choix qui n’est pas sans signification.

39L’iconographie associe aussi, comme on l’a déjà fait remarquer plus d’une fois, Yves et François. L’origine de l’affinité s’explique par le fait qu’au cours de ses études parisiennes, le jeune Kermartin avait suivi au couvent des Franciscains les leçons de théologie des maîtres de l’ordre. Séduit par leur idéal de pauvreté, Yves avait continué à Rennes les rapports initiés à Paris. Ajoutons que les frères mineurs, voués au culte de la Croix, ont participé, sans doute plus que d’autres, à l’érection des monuments en l’honneur du signe chrétien par excellence. On l’a vu sur les croix et les calvaires, l’alliance Yves/François est un thème non négligeable. On le constate aussi dans les statues placées de part et d’autre du fronton de la porte monumentale à l’enclos de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. L’association se retrouve dans des porches. Si à la porte intérieure de Landivisiau (1554) saint Yves est seul en bas à gauche, la porte intérieure de Bodilis, datée 1570, montre François au-dessus de lui. À Saint-Houardon de Landerneau la liaison, moins stricte, est réelle : Yves, en bas à gauche, François de l’autre côté au quatrième rang…

40Le présent panorama des représentations sculptées du bienheureux trégorrois, si limité soit-il, fait la preuve d’une aura qui n’a jamais cessé de briller. Sept cents ans après la « naissance au ciel » de l’incomparable prêtre, sa statuaire fournit une belle occasion aux amateurs d’art « breton » de s’arrêter devant une figure locale dont la dimension universelle demeure indéniable.

Quimper-Kerfeunteun (29), Saint Yves préchant, XVIIe siècle

41Remerciements à Yves Clech qui nous a prêté généreusement la collection des ouvrages cités dans cette bibliographie.

42Les clichés sont de Y.-P.C.

Bibliographie

Bibliographie

Bulletin de la Commission diocésaine d’histoire et d’archéologie, 1901-1940.

Bonnejoy E., « Vie de saint Yves » tiré d’un manuscrit sur velin du xive siècle, Saint-Brieuc, L. Prud’homme, 1884.

Cassard J.-C.,Saint Yves de Tréguier, un saint du xiiiesiècle, Paris, Beauchesne, 1992.

Castel Y.-P., Atlas des croix et calvaires du Finistère, Quimper, Société archéologique du Finistère, 1980.

Couffon R., Le Bars A., Nouveau répertoire des églises et chapelles, diocèse de Quimper et de Léon, Quimper, 1988.

Debidour V.-H., La sculpture bretonne, Plihon, Rennes, 1953.

La Borderie A. de, Daniel J., Perquis R. P., Tempier D., Monuments originaux de l’histoire de saint Yves, L. Prud’homme, Saint-Brieuc, 1887.

Desjardins A.,Saint Yves, avocat des pauvres et patron des avocats, 2eédition, Marseille, Imprimerie marseillaise, 1914.

DevigneR., Le légendaire des provinces françaises à travers notre folklore, Paris, Horizons de France, 1950,. « La légende bretonne de saint Yves », p. 40-43, ill.

Falc’hun C., Pintigny R. J., Saint Yves, Paris, éditions Fleurus, 1962 (non paginée, histoire illustrée en 164 épisodes).

Le GuillouJ.-P. Saint Yves. Ceux qui l’ont connu témoignent. Ceux qu’il a guéris racontent. Enquête de canonisation, Pédernec, Imprimerie Henry, 1989.

LePolles C.-Y., Saint Yves, patron des universitaires, Bellanger, Nantes, 1963.

Moutard-Uldry R., Saint Yves, patron des avocats,Paris, librairie Henri Lefèbvre, 1942.

Reau L., Iconographie de l’art chrétien, t. 3, Paris, 1959.

Saint-Jouan R. de, Dictionnaire des communes, département des Côtes-d’Armor, Conseil général des Côtes-d’Armor, Saint-Brieuc, 1990.

Semur F., Yves de Kermartin, Imprimerie régionale, Bannalec, 1983.

Viollet-Le-Duc E., Dictionnaire raisonné du mobilier français, réédition 1980.

Table des illustrations

Légende Landeleau (29), chapelle du Pénity Saint-Laurent
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22411/img-1.png
Fichier image/png, 134k
Légende Locquirec (29), chapelle Notre-Dame de Leingouez, saint Yves couché
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22411/img-2.png
Fichier image/png, 304k
Légende Brest (29), musée municipal
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22411/img-3.png
Fichier image/png, 153k
Légende Landerneau (29), église Saint-Thomas
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22411/img-4.png
Fichier image/png, 77k
Légende Lannéanou (29), église paroissiale, saint Yves au sac
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22411/img-5.png
Fichier image/png, 56k
Légende Quimper-Kerfeunteun (29), Saint Yves préchant, XVIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22411/img-6.png
Fichier image/png, 290k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable