Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Deuxième partie. L'enracinement breton

Les lieux de culte de saint Yves en Bretagne

Bernard Tanguy

Texte intégral

1Un siècle après Guillaume Pinchon, mort en 1237 et canonisé dix ans plus tard, saint Yves est le second saint breton à avoir bénéficié d’une canonisation officielle et, de loin, celui à qui a été consacré le plus grand nombre d’édifices cultuels en Bretagne. Nous en avons dénombré près de 140. Avant la Révolution, outre la cathédrale de Tréguier, il était titulaire de trois églises paroissiales (Louannec, Plougonven et Plounéour-Ménez), de six chapelles tréviales (Saint-Yves de Bubry, Saint-Yves de Lignol, Le Huelgoat, Pontrieux, La Poterie et La Roche-Maurice) et de plus d’une centaine de chapelles. À titre de comparaison, Maudez, le plus honoré des anciens saints bretons, était titulaire de neuf églises paroissiales, mais de deux fois moins de chapelles. Il possédait, néanmoins, dans le diocèse de Tréguier, autant d’édifices (27) que saint Yves (26). Guillaume Pinchon, lui, n’est ou n’était titulaire que de quelque 17 chapelles et d’aucune église paroissiale.

2Les édifices dédiés à saint Yves sont répartis sur l’ensemble des diocèses bretons, mais avec des densités très contrastées. Si les trois quarts appartiennent à la Basse-Bretagne, le plus grand nombre, plus de 38 %, est localisé dans les diocèses de Léon (27) et de Tréguier (26). En y ajoutant ceux situés à l’est, en Goëlo, on atteint près de 45 %. Les diocèses de Quimper et de Vannes en comptent, quant à eux, 24 et 20, celui de Saint-Brieuc 15, dont la moitié en Goëlo, celui de Saint-Malo 10, presque tous dans la moitié nord, celui de Rennes 6, dont 3 dans les villes de Rennes, Vitré et Fougères, celui de Nantes 7, dont 6 au nord-ouest et à l’ouest, et celui de Dol 2.

Répartition du culte de saint Yves en Bretagne

Églises paroissiales et chapelles tréviales

  • 1 Nous remercions vivement M. l’archiviste diocésain de nous avoir fourni des renseignements circonst (...)

3Sans parler des trèves érigées en paroisses après la Révolution et de la chapelle Saint-Yves du Minihy-Tréguier, qui n’a eu le statut paroissial qu’en l’an XII, les dédicaces de cinq des neuf églises paroissiales ayant, à notre époque, saint Yves pour patron sont récentes. Saint-Yves du Bergot, à Brest, ne remonte qu’à 1949. Les paroisses Saint-Yves de Saint-Brieuc et Saint-Yves de Lannion n’ont été créées qu’en 1961 et 1966. Saint-Yves de Chantenay, chapelle construite après guerre, n’est devenue paroissiale qu’en 1953, pour disparaître en 19891. S’agissant de Ploudaniel, saint Yves n’est devenu titulaire de l’église, jusque-là dédiée à saint Guinien, qu’à l’occasion de la construction d’un nouvel édifice entre 1860 et 1862. En ce qui concerne les autres églises paroissiales, nous sommes moins bien renseignés.

  • 2 Monuments originaux de l’histoire de saint Yves, Saint-Brieuc, 1887.

4On sait par l’enquête de canonisation (témoin 43)2qu’en 1330, la paroisse de Louannec avait saint Pierre pour patron, mais on ignore à quelle date on choisit de le remplacer par saint Yves, qui en fut, rappelons-le, recteur de 1292 à 1303. Sans doute, la substitution fut-elle précoce. À Plougonven, saint Conven possédait, au xviiie siècle, un autel dans l’église paroissiale, mais saint Yves y avait déjà en 1478 un « vieu aultel ». Il en possédait également un en 1649 dans l’église de Plounéour-Ménez. Quand on entreprit à cette date de reconstruire l’édifice, sa démolition débuta, en effet, par la chapelle Saint-Yves. Cette reconstruction fut sans doute fatale à saint Enéour.

  • 3 L’Estourbeillon Marquis de, Archives du prieuré de Saint-Georges de Trédias (Côtes-du-Nord) (1346-1 (...)

5Certains auteurs prétendent qu’à Trédias saint Yves aurait été remplacé par saint Pierre. Cependant, auxve siècle, un certain Éon Maillard, auteur de diverses donations au prieuré de Saint-Georges de Trédias, chargea, dans son testament, les religieux « de faire dire chaque année le jour de la fête de saint Pierre, en l’église paroissiale, six messes3… ». Si saint Yves avait été alors le titulaire de l’église, il paraît très étonnant que le donateur, eu égard, en outre, à son prénom, n’ait pas choisi le jour de la Saint-Yves.

6Outre les églises paroissiales qu’on vient de citer, saint Yves était, on l’a dit, titulaire de six églises tréviales. À l’exception de Saint-Yves de Lignol et de Saint-Yves de Ploézal, ces trèves ont été, depuis la Révolution, érigées en paroisses. Bien que certains de ces édifices lui aient été très tôt consacrés, saint Yves en fut-il le premier titulaire ? On peut l’exclure s’agissant de localités d’origine castrale comme La Roche-Maurice et le Huelgoat, qui furent fondées bien avant sa canonisation.

  • 4 Morice Dom H., Mémoires pour servir de preuves à l’Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, P (...)

7L’église Saint-Yves du Huelgoat est mentionnée en 1540, mais ses antécédents sont inconnus, tout comme ceux de l’église Saint-Yves de La Roche-Maurice. Celle-ci, qui remonte dans son état actuel au xve siècle, est, avec l’hôpital Saint-Yves du Bourg-Blanc, le plus ancien édifice mentionné, en Bretagne, comme lui étant dédié. En 1363, en effet, dans son testament, Hervé de Léon, fondait deux chapellenies «  in capella beati Yvonis apud Rochammorvam », affectant à cette fondation une somme de cent livres. Il léguait la même somme à l’hôpital Saint-Yves du Bourg-Blanc4.

  • 5 Blanchard R., Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, Nantes, 1890, t. 5, p. 110.

8La chapelle Saint-Yves de Ploézal existait, quant à elle, de toute apparence, déjà en 1408, année où fut instituée par le duc, au jour de la Saint-Denis, une foire « à l’onneur et reverence de Dieu et de Monsieur sainct Yves en la ville de Pontreu, outre le pont devers Lantréguier5 ».

  • 6 Si la nef mesure 12 m sur 5, l’aile nord fait 17 m sur 5.
  • 7 Maître L. et Berthou P. de, Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, Paris, 1904, p. 21 (...)

9Qualifié de bourg au xviiie siècle, Saint-Yves de Lignol n’a conservé de son importance ancienne que sa belle et grande chapelle du xvie siècle, avec une aile nord démesurée6. Donnée comme dédiée à saint Yves en 1663, elle pourrait avoir eu anciennement un autre titulaire. Alors que le saint trégorrois est localement appelé sant Iwan, le lieu était, en effet, nommé Sainct-Eon, en 1418, éponyme dont on peut rapprocher celui d’un ancien village de Querrien noté Locus Euon au xie siècle7. Cependant, du fait que l’alternance d’Yvon et Éondans les documents au xve siècle n’est pas rare, on ne saurait l’affirmer.

Chapelle Saint-Yves de Lignol

  • 8 Cf. notreDictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d’Armor, Douarnenez, 1992 (...)

10S’agissant des deux autres trèves, le patronage de saint Yves résulte de sa substitution à des saints pour le moins oubliés. Érigée en trève en 1607, La Poterie se plaça sous sa protection avant 1537, date à laquelle il est fait mention de l’église Saint-Yves. Mais en 1411 le lieu se nommait encore la Poterie Saint Yvieuc. Les mentions antérieures ne le connaissent que sous les noms de Sanctus Yviocusen 1257, Sanctus Yvicus en 13478. Pour être inconnu, ce saint breton a laissé, par ailleurs, son nom aux villages de Saint-Yvieux en Plerguer et de Saint-Yviec en Saint-Martin-des-Prés. C’est évidemment à l’homophonie qu’il faut attribuer le patronage de l’avocat des pauvres.

  • 9 Le clocher-porche culmine à 33 m.
  • 10 Danigo J., « Le gouvernement de la chapelle Saint-Yves de Bubry (1591-1794) », Bulletin de la Soci (...)
  • 11 Dom H. Morice,op. cit., t. 1, col. 1007.
  • 12 RosenzweigL., Cartulaire général du Morbihan, Vannes, 1895, p. 324.
  • 13 On peut en rapprocher l’anthroponyme Moeam, nom porté par un orfèvre de Quimper en 1514.
  • 14 On peut encore voir aujourd’hui dans l’édifice une statue représentant saint Yves en costume de chœ (...)

11À Saint-Yves de Bubry, son culte était aussi particulièrement en faveur. Encore actuellement une des plus imposantes et des plus belles du Morbihan9, la chapelle du lieu, qui fut érigée en église paroissiale en 1923, fut reconstruite à la fin du xvie siècle, succédant à un édifice roman de plus modestes dimensions. Le culte de saint Yves y aurait été en honneur dès le siècle précédent, s’il faut en croire un document de 144810qui parle du « bourg de saint Yves où s’exerce la juridiction de Saint-Nouan ». Fondateurs de la chapelle, les seigneurs de Saint-Nouan avaient leur siège primitif à plus de trois kilomètres à l’est, au Vieux-Saint-Yves. Dit en breton Goh San Wan, le lieu est noté au xviiie siècle par la carte de Cassini Vieux-Saint-Nouen. Si on conçoit, attraction paronymique aidant, que, selon une tradition locale, les seigneurs du lieu aient pu se réclamer de la famille de saint Yves, le saint breton éponyme n’a cependant aucun rapport avec lui. Les noms de Mahaut de Saeint Moam, en 126711, et de Geffroy de Sant Mouan, en 128212montrent qu’on a affaire à un obscur saint bretonMoam13. Son remplacement par l’avocat des pauvres et le culte populaire de saint Yves de Vérité14qui s’instaura fit d’un modeste édifice le centre d’un important pèlerinage.

  • 15 Arch. dép. Morbihan, G 1118, p. 106.
  • 16 Cf. Danigo J., op. cit., p. 44.

12Au xviie siècle, dans son pouillé manuscrit du diocèse de Vannes, Cillart de Kerampoul dit que « l’affluence du Peuple, qui vient à la chapelle de St Yves, particulièrement à ses deux Fêtes, n’est presque rien en comparaison de ce que c’étoit anciennement. On en voyoit beaucoup de Quimper, Leon, St Brieuc, même de Tréguér15 ». Les dires de Cillart ne sont pas contredits par les comptes du « gouverneur » de la chapelle, qui, de mémoire, estime la recette, entre 1591 et 1619, à « 1 2000 livres tournois », soit une moyenne annuelle d’un peu plus de 413 livres. Entre 1620 et 1627, cette moyenne s’éleva à plus de 700 livres, sans compter les dons en nature16. Même si une notable partie était absorbée par le service de la chapelle, à laquelle avaient été affectés en 1617 quatre chapelains, des finances aussi prospères ne manquèrent pas de susciter la convoitise des seigneurs fondateurs, qui, dit Cillart, « laissaient quelques fois des billets à la place de l’argent », jusqu’au jour où le recteur de Bubry voulut s’y opposer. Molesté par le seigneur de Cancoët, il porta plainte et un procès s’ensuivit.

Saint Yves, substitut de saints bretons. Les noms de saint Yves

  • 17 Annales de Bretagne, 1888-1889, t. 4, p. 632-633.
  • 18 Il y a peu de chance que saint Yves ait donné son nom au village de Saint-Halory à Pordic, où une c (...)

13Les trois exemples précédents témoignent que l’homophonie a été parfois un facteur d’introduction du culte du saint. Peut on cependant, comme Joseph Loth, y voir « une cause de la popularité de saint Yves », titre d’un article qu’il publia en 188917 ? Il ne fait pas de doute pour lui, que sa popularité est venue « se greffer sur celle d’au moins quatre autres saints[à savoir Iwen, Ewen, Eozen, Ervoan], et il en résulte,ajoute-t-il, par une malice du hasard, que le bienheureux le plus scrupuleux sur l’articledu tien et du mien, reçoit journellement des hommages et des offrandes qui ne s’adressent pas tous à lui. Il n’y aurait qu’un moyen de faire cesser une situation aussi pénible, ce serait de l’honorer sous le nom de famille, Helori18 ».

  • 19 « Les noms bretons de saint Yves », Annales de Bretagne, t. 50, 1943, p. 177-194.
  • 20 Dictionnaire de la langue bretonne, Rennes, 1975, p. 481.

14Il est, de fait, comme l’a souligné François Falc’hun19, que « la multiplicité des noms de saint Yves, une bonne douzaine, à ne compter que les variantes essentielles, constitue pour les bretonnants un sujet d’étonnement sans cesse renouvelé ». Deux siècles plus tôt, en 1716, dans son Dictionnaire manuscrit de la langue bretonne, le bénédictin dom Louis Le Pelletier relevait déjà qu’« Eusen est le nom propre d’homme le plus diversifié en si peu d’étendue de pays et dans un même langage. On prononce donc Eusen, Eosen, Esoen, Esoan, Esoin, Usen, Ywain, Youwain ou Hiouwain, Yauwan, Jeunou Yeun, et par plus grande corruption Erwainou Eswain20 ».

  • 21 Le Roux P., Atlas linguistique de la Basse-Bretagne, Rennes, 1927.

15On peut juger de cette extrême diversité à la lecture de la carte 182 contenue dans le second fascicule de l’Atlas linguistique de la Basse-Bretagne, de Pierre Le Roux, publié en 192721, carte qui recense les formes du nom dans soixante-dix-sept localités. Outre les formesiv, if, ivon, dispersées et données souvent concurremment à d’autres formes bretonnes, on relève en Léon, eozen, yoen, yon, en Cornouaille, youen, yeun, cheun, noun, ewon, en Tréguier, ewan et erwan, en Vannetais, izan,izen, iwen, iven, iwan, ewan, evan. Il existe aussi, à côté de diminutifs comme ifig, ewanig, wanig, des formes d’origine enfantine commebon et noun. Comme le souligne François Falc’hun, ivon, réduit à von, est devenu bon du fait qu’« à l’initiale le breton exclut le v » (cf. belo pour « vélo », boetur pour « voiture », berjez pour « verger », etc.). Quant à la forme noun, elle est due à une agglutination du n de l’article an devant la finale du nom : an (iv)on devenantan on, puis(a)non, agglutination qui explique aussi les variantesnif, nifig.

Répartition des noms bretons de saint Yves

  • 22 Cf. Fleuriot L., dans Études celtiques, t. 19, 1982, p. 273.

16Pour être, à première vue, surprenante, cette multiplicité de formes ne doit cependant pas faire illusion. On peut la réduire, en fait, à deux prototypes : l’un, Yves/Yvon, est un emprunt au français, l’autre, Eozen, est issu du vieux bretonEudon22, formé du vieux breton eu « bon, apprécié » et don, correspondant du galloisdawn « don, faculté innée, grâce, pouvoir », sans rapport avec l’anthroponyme français Eudes/Eudon, du germanique eud, issu de*euto. Le doublet Yves/Yvons’explique par la survivance en ancien français de deux cas de déclinaison, le premier étant issu du cas sujet correspondant au nominatif latin Ivo, le second du cas régime correspondant à l’accusatif latinIvonem. Ce système à deux cas, qui a subsisté jusqu’au xiiie-xive siècle, a tourné ici au profit du cas sujet, sans que pour autant le cas régime disparaisse.

  • 23 Courson A. de, Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, Paris, 1863, p. 301.
  • 24 La Bigne-VilleneuveP. de, « Chartularium abbatia Sancti Georgii Redonensis », Bulletin et Mémoires (...)

17Attesté en Gaule à la fin du viiie siècle, comme nom d’un évêque de Marseille, l’anthroponyme Ivo est traditionnellement rattaché à une racine germaniqueiw, qui explique le vieux haut allemand iwa, allemand moderne Eibe, et l’anglosaxon iw, anglais moderne yew« if ». Mais cette racine existait aussi en celtique, notamment en gaulois, puisque le françaisif est issu du gaulois ivos. On la retrouve également dans l’anthroponymie gauloise comme en témoignent les noms d’hommes Iuo, Iuonus, Iuinus, Iuorigi, Ivomagi, etc. Alors qu’Eudon y est bien attesté, force est de constater que dans les quelque 273 actes des ixe et xe siècles que contient le cartulaire de l’abbaye de Redon, le nom Ivo n’apparaît pas. Sa première occurrence ne remonte qu’à 113323. Il est alors porté par un moine, qui devint sans doute prieur, puis abbé de Redon. Le nom se rencontre un siècle plus tôt dans le cartulaire de l’abbaye Saint-Georges de Rennes, où on relève en 1032 ou 1036 Vitalis filius Ivon et vers 1060 Ivon filius Goffred24.

  • 25 Roudaut-AdamV., Réédition des cartulaires de l’église cathédrale Saint-Corentin de Quimper, Brest, (...)

18SiYvo a pu être popularisé dans la France du Nord par la grande renommée d’Yves de Chartres, évêque de la ville de 1091 à 1116, en Bretagne, celle de saint Yves ne fut pas, contrairement à ce qu’on pourrait penser, à l’origine de son expansion. Il était, en effet, déjà courant de son temps, puisque le plus porté dans le Trégor, en 1330, à en juger par le procès de canonisation. Il n’est pas douteux cependant que, dans le procès, la notationYvo masque, en nombre de cas, le nom bretonEudon, même si l’équation n’est faite qu’en trois occasions. Ainsi, un paroissien de Ploumagoar, témoin d’un miracle, estil dit Eudo seu Yvo Bruni (p. 138), ou encore Yvo Bruni alias dictus Eudo Bruni (p. 140). De même, le château de BoisÉon, en Lanmeur, est indifféremment appelé Silva Eudonis etSilva Yvonis (p. 211). À la même époque, on relève dans le cartulaire de Quimper, en 1328, Eudonis Britonis de Loco Marie et, en 1334, Yvonis Britonis de Loco Marie25.

  • 26 Cf. BourgèsA.Y., « Guillaume le Breton et l’hagiographie bretonne auXxiie-xiiie siècles », Annales (...)
  • 27 Geslinde BourgogneJ. et de BarthélemyA., Anciens évêchés de Bretagne, Saint-Brieuc, t. 4, 1864, p. (...)
  • 28 La Borderie A. de, « Chartes inédites de Locmaria de Quimper (1022-1336) », Bulletin de la Société (...)
  • 29 Roudaut-AdamV., op. cit., t. 1, p. 37, 56.
  • 30 Geslin de Bourgogne J. et de Barthélemy A., op. cit., t. 4, p. 175, 184.

19De quand date cette assimilation ? Les premières attestations dont on puisse faire état remontent, semble-t-il, à la fin du xiie siècle. L’évêque de Léon, Eudo, qui participa au IIIe concile de Latran en 1179, est mentionné, entre 1182 et 1186, sous le nom d’Ivo dans un acte de l’abbaye de Saint-Melaine de Rennes26. De même l’abbé de Coatmalouen, en Kerpert, est dit, en 1198, I(vo) de Cotmaloan abbas dans un acte concernant l’abbaye de Saint-Rion ; témoin, en 1202, de la fondation de Beauport, il est nommé dans l’acte qui la relate Eudo de Comalouan27. De même, entre 1193 et 1201, dans un acte passé entre la duchesse Constance et l’évêque de Quimper, figure parmi les témoins un certainEudo capellanus Sancti Tudii, qu’on peut penser être le même personnage que le magister Ivo de Sancto Tudi, témoin en 1152 de la confirmation de la fondation de l’abbaye de Locmaria par l’évêque Benoît28, et qu’IvodePonte, chapelain de l’église Saint-Tudi, à qui fait allusion un acte de 122429. Cité en 1266, dans un acte de l’abbaye de Beauport, un certainEudo filius Gaufridi, est aussi, en 1269, appelé Ivo filius Gaufridi. Les deux actes précisant que Geffroy était « autrefois recteur d’Yvias », il n’est pas douteux qu’il s’agit de la même personne30. Si au xiiie siècle, dans les actes de Beauport, le nom Ivo est porté par une quinzaine de personnages, Eudonconserve une très nette prépondérance, puisque porté par quelque soixante-quinze personnes.

  • 31 Guyonvarc’h C.J., Le Catholicon de Jehan Lagadeuc. Dictionnaire breton-latin-français duxvesiècle, (...)
  • 32 Op. cit., p. 481.
  • 33 Cf.Torchet H., Réformation des fouages de 1426 : diocèse ou évêché de Tréguier, Paris, 2003.

20Bien que l’on continue d’écrireEudon, cette graphie ne reflète pas la prononciation bretonne du temps, qui, dès le xie siècle, étaitEwdon (=Ewzon), évolution qui conduira à Eozen, forme attestée par leCatholicon, en 1464, qui indique : Euzen, g(alleg) Yvon, l(atin) Yvo,-onis31. Il est important de remarquer que le correspondant français donné par Lagadeuc n’est pas YvesmaisYvon, ce que confirment les dires de dom Louis Le Pelletier, en 1716 : « ceux de ce pays qui parlent François, disent Yvon. Les Hauts Bretons Yves, comme nous32… ». De fait, dans les milliers de noms cités dans l’enquête de réformation des fouages de l’évêché de Tréguier en 142733, c’est aussi, à l’exclusion d’Yves, le prénom Yvon que l’on rencontre à de très nombreux exemplaires. C’est, en effet, à Yvon, et non à Yves, qu’a été assimilé Eudon.

  • 34 Cf. notre Dictionnaire…, op. cit., p. 215, 208.

21Cette assimilation a été rendue possible suite à l’effacement ded. Ce phénomène s’observe, dès le xiiie siècle, dans les chartes de Beauport. À côté de formes conservatrices commePloaza, pour Plouha, ou Adenor et Azenor, on relève des formes évoluéesPloaha et Aanor, Aenor. De même, notéPlohozec, Plohedec à la fin du xiie siècle, Plouézec, en breton Ploueg, est transcritPlouezec, Ploozoc, Plouoc, Plouec en 120234. Cette évolution, imputable, selon certains, à l’influence du français, où le –d- intervocalique devenu fricatif s’est effacé vers la fin du xie siècle, ne pouvait qu’amener l’équation d’Ewon avec Yvon et, au-delà, avec Yves.

22Comment expliquer la diversification subie par le nom breton Eozen ? Dans son article, François Falc’hun fait un judicieux rapprochement avec la carte 151 de l’Atlas linguistique de la Basse-Bretagne, qui recense les variantes du verbe « pondre », en breton dozvi, dezvi :deozi (cf.eozen), dervi(cf.erwan), dewi (cf.ewan), devi, dovi (cf.evan), dozi, tezi (cf.izen), deven, doven (cf.iven). Toutes ces variantes sont le fait d’évolutions phonétiques observables dans d’autres mots. L’altération de timbre deo en e, sous l’influence de l’i final a fait que dozwi est devenu dezw; la transformation dez enrexplique dervi ; par métathèse, dezwi est devenu dewzi, deozi ; la chute dewa donné dozi, tezi, celle dez devi,dovi.

23On pourrait objecter à la mise en parallèle des deux cartes «  d’accoupler, comme le dit François Falc’hun, des formes qui ne coexistent pas dans la même région :izèn, izãne se trouvent qu’au pays de Vannes,tezi à Ouessant etdozi à Crozon ; de mêmeeozenet dervi sont du Léon, maiserwãn et deozi du Tréguier ». Et de rétorquer à juste titre : « ce dernier fait doit justement nous faire soupçonner que la zone d’extension des formes avec –oz-et –rw-n’était pas autrefois la même qu’aujourd’hui ». Ainsi signale-t-il la formeEozen à Rosnoën – tirée, en fait, du cadastre, où on trouve un champ nommé Parc-Sant-Eozen – alors que la carte indique à Rumengol la formeyeun. De même, des champs sont appelés Parc-Sant-Yozen à Poullaouen et à Plounévézel, commune où la carte donne les formesyouen et iven. On pourrait y ajouter d’autres exemples extraits du cadastre : Sande-ozan à Loguivy Plougras, maisewãn à Lohuec, Feunteun-Sant-Yrouan à Plouaret, Sant-Ervoan à Ploubezre et Ploumilliau, Sant-Eosen à Plufur, maisewãn à Plouzélambre, Sant-Euzen à SaintSauveur, maischeun, yoen à Locmélar, etc. Il est clair qu’une carte établie à partir des documents cadastraux ne se superposerait pas à celle de l’Atlas linguistique. La pertinence de la comparaison de la carte « pondre » avec celle de « Yves » ne peut être contestée.

24Que la multiplicité des formes bretonnes du nom de saint Yves ait pu favoriser les substitutions est très admissible. Faute de mentions anciennes, il est cependant souvent difficile, voire impossible de dire jusqu’à quel point l’homophonie ou l’analogie ont joué un rôle dans la popularité du saint. Le culte d’un saint comme Ivi aurait pu être facilement détourné à son profit. Ce fut le cas, semble-t-il, de la chapelle Saint-Yves du Mendy, en Plabennec, dite en 1541 chapelle « monseigneur sainct Yvy » ou « chapelle Sainct Yvy ». Mais, il n’est pas sûr, en revanche, que cette substitution ait eu lieu au Bourg-Blanc. L’hôpital, qui y fut établi en 1328, est dit dans le testament d’Hervé de Léon, en 1363, avoir été fondé «  ad honorem Dei et sancti Yvonis ». Bien que l’on ait eu des raisons d’honorer saint Ivi au Bourg-Blanc, berceau de la famille de Coëtivy, ce n’est pas son nom qui figure au xve siècle dans le missel d’Alain de Coëtivy, cardinal d’Avignon, mais celui de saint Yves. Seul saint breton à y être mentionné, « Yvonis conf. » figure en lettres d’or au calendrier et « S.Yvo » dans les litanies. À en juger par les nombreux lieux où il est honoré, saint Ivi ne semble pas avoir beaucoup souffert de la concurrence de saint Yves.

25Sans doute faut-il aussi relativiser les substitutions de saint Yves à saint Ewen. Celui-ci s’est surtout vu remplacer par saint Méen. C’est aujourd’hui le patron de Ploéven, où, à en juger par la graphiePloemeuguen vers 1330, il avait dès lors détrôné saint Ewen, de Saint-Méen, près de Lesneven, où il a remplacé saint Néven. C’est aussi à lui qu’on a fait appel à SaintInoen, en Plaine-Haute : «  nouveaument ediffiée » en 1540, la chapelle du lieu lui est dédiée dès cette époque.

De l’ancienneté du culte de saint Yves

  • 35 À l’époque Mesquer était dans la zone bretonnante, ce qui n’était pas le cas de Plémet, paroisse à (...)

26Si la bulle de canonisation promulguée par Clément VI, le 19 mai 1347, faisait entrer saint Yves dans le paradis des saints de l’Église universelle, sa réputation de sainteté aurait à n’en pas douter suffi à lui assurer une canonisation populaire comme celle dont bénéficièrent les saints patriotes. Éloquent est le témoignage (témoin 207) fourni lors du procès parJacobus, recteur de Mesquer, relatant que ses deux clercs Simon et Guillaume recouvrèrent, trois ans auparavant et à trois mois d’intervalle, la santé pour s’être rendus devant la statue de saint Yves qu’il avait fait faire dans l’église de la Chapelle-Launay, dans le diocèse de Nantes, du temps où il en était recteur. On ignore d’où lui était venue cette vénération pour le saint trégorrois. On peut relever cependant qu’il fut choisi comme interprète lors du procès de canonisation35.

27Témoigne aussi de l’aura de sainteté dont bénéficiait auprès des plus hautes autorités ecclésiastiques Yves Hélory, le conseil donné par l’évêque de Léon, Guillaume de Kersauzon, mort en 1327, lors d’une de ses visites pastorales au Tréhou, aux proches d’une folle furieuse : « Je conseille et préconise que cette malade soit vouée à saint Yves et qu’elle lui soit menée, car je crois qu’il la guérira ; et moi, dès maintenant, je la voue à Jésus-Christ et à saint Yves ; qu’elle soit donc conduite au tombeau du saint » (témoins 108, 110). On suivit son conseil et, à Tréguier, le miracle eut lieu.

  • 36 Rappelons que l’enquête de canonisation se déroula à Tréguier du 23 juin au 4 août 1330.
  • 37 Dom H. Morice,op. cit., t. 1, col. 1373.

28Neveu de saint Yves, devenu évêque de Tréguier en août 133036, Alain Hélory anticipa lui-même la décision du Saint-Siège. Dans les statuts qu’il édicta en 1334, outre l’obligation faite à tous les prêtres du diocèse de posséder la légende de son saint patron, saint Tugdual, sous peine de cent sous d’amende, il leur ordonnait de célébrer également le culte de saint Yves : « parce que quelques prêtres et ecclésiastiques […] récitent les heures de saints inconnus et qui probablement n’ont jamais existé, nous ordonnons, voulant honorer autant qu’il est en notre pouvoir les patrons de notre diocèse, c’est-à-dire les bienheureux Yves et Tugdual, qu’à l’avenir soient dites le lundi les heures de saint Yves, le jeudi celles de saint Tugdual et le samedi les heures de la bienheureuse Vierge Marie, à l’exception seulement des jours de fêtes solennelles et au temps de l’Avent, du Carême et de Pâques37 ».

  • 38 CassardJ.C., Saint Yves de Tréguier, un saint duxiiiesiècle, Paris, 1992, p. 137.

29Si, en faisant obligation à l’Église universelle de célébrer sa fête tous les ans, à la date du 19 mai, la canonisation autorisait, comme le dit Jean-Christophe Cassard, « l’éclosion officielle » du culte, « les étapes et la chronologie de l’expansion de elui-ci demeurent néanmoins difficiles à appréhender faute d’études suffisantes38 » et, pourrait-on ajouter, aussi en raison de l’état de la documentation.

30Si les documents liturgiques témoignent d’un culte largement répandu au xve siècle, non seulement dans les diocèses bretons mais dans nombre d’autres de France, ceux du siècle précédent, nettement moins nombreux, en fournissent quelques rares mais significatives mentions. Ainsi saint Yves figure-t-il au calendrier du Missel des Cordeliers de Rennes, dans les litanies des Heures françaises de saint Corentin et dans celles du Rituel-Pontifical de Saintes, dans le Missel des chantres de Barbechat, dans le Missel manuscrit de Chartres – dont l’église avait, il est vrai, reçu en 1348 la moitié de son cilice et de sa tunique – dans les Bréviaires de Saint-Méen, de Paris, de Clermont.

31Il est difficile, faute d’attestations, de connaître le nombre d’édifices qui lui furent dédiés dès le xive siècle. Si on sait que les Bretons de Paris furent autorisés dès 1348 par l’évêque de la capitale à fonder une confrérie et à bâtir une chapelle en son honneur, on peut penser qu’en Bretagne, on ne fut pas en reste et qu’un certain nombre de lieux de culte furent aussi précocement placés sous sa protection. Nous avons recensé pour le xive siècle neuf mentions, dont la moitié proviennent de bulles d’indulgences papales : dans le diocèse de Léon, Le Bourg-Blanc (1363), La Roche-Maurice (1363), Saint-Renan (1388) et Saint-Pol-de-Léon (1387), dans celui de Rennes, Fougères (1380) et Vitré (1369), dans celui de Tréguier, Ploulec’h (1381), dans celui de Quimper, Plobannalec (1372), dans celui de Vannes, Vannes (fin xive siècle). La moitié de ces édifices (Bourg-Blanc, Saint-Renan, Saint-Pol-de-Léon, Fougères et Vitré) sont des chapelles d’hôpitaux. Attestées plus tard, plusieurs autres chapelles hospitalières furent aussi dédiées à saint Yves : à Auray ( ?), à Brest (1506), à Muzillac (1460), à Plougonvelin (1486), à Pont-Croix (1661), à Quimper (1416-1445), à Rennes (1462), à Saint-Malo ( ?), à Vannes (1698).

Dédicaces en rapport avec le procès de canonisation ?

32Dans quelle mesure les témoins qui ont fréquenté saint Yves et les miraculés qui lui doivent d’avoir été guéris ou ressuscités ou encore d’avoir eu la vie sauve ont ils contribué à l’expansion de son culte ? La question mérite d’être posée même si les rares données dont nous disposons sont difficiles à exploiter. Sur la soixantaine de paroisses ayant eu des miraculés ou ayant fourni des témoins au procès, une dizaine possèdent, en effet, des édifices ou des croix en l’honneur de saint Yves. Peut-on présumer que certains furent élevés suite aux miracles ? Quelques cas méritent examen, mais illustrent la difficulté que l’on a à se prononcer.

  • 39 CouffonR.,Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier,Saint-Brieuc, (...)

33S’agissant de la chapelle du château des Marais, en Hillion, placée sous le patronage conjoint de saint Yves et de saint Mathurin, René Couffon ne doute pas qu’elle ait été bâtie « en reconnaissance, vers 133039 », par Guillaume, fils de feu Geffroy de Tournemine, autrefois seigneur de La Hunaudaye. Lors du procès, celui-ci témoigna avoir miraculeusement échappé à la noyade sur la grève d’Hillion pour avoir invoqué saint Yves (témoin 165). Ce damoiseau avait une autre raison d’être reconnaissant envers lui, puisqu’il guérit aussi sa mère à l’article de la mort (témoin 174). L’édifice actuel datant du xviie siècle et le château des Marais appartenant, au xve siècle, aux seigneurs de la Villéon, nom qui pouvait aussi évoquer celui de saint Yves, un lien avec le miracle n’est pas avéré.

34Aujourd’hui détruite, la chapelle Saint-Yves de Plouaret, qui possédait un très beau retable de la fin du xve siècle, représentant saint Yves entre le riche et le pauvre, dépendait, quant à elle, du manoir de Keranrais. Outre qu’il fut témoin oculaire de la guérison d’un aveugle à Tréguier, Alain de Keranrais assista, avec sa femme et ses gens, selon le procès, à un autre miracle, lors de son pèlerinage aux Sept-Saints de Bretagne. Voulant, avec son épouse et quelques-uns de ses familiers, traverser en bateau le port de Laber dans le diocèse de Vannes, port situé au sud-ouest d’Arzon (témoins 148, 226), il arriva qu’au milieu de la traversée, son palefroi et le valet qui en était chargé, tombèrent à l’eau. À l’invocation de saint Yves, ils furent sauvés. À la suite de ce miracle, lui et les siens, accompagnés du palefroi, se rendirent en pèlerinage à Tréguier.

35On rapporte aussi à un miracle dont aurait été le théâtre le passage de Treizguinet, entre Plougastel et le Relecq-Kerhuon, l’érection d’une croix de Plougastel aujourd’hui disparue, dite Kroaz ar Bis. Quelque vingt-deux ans auparavant, selon les témoins, un bateau chargé d’une quarantaine de personnes fit naufrage au cours de la traversée du passage. Sur les dix rescapés, six avaient invoqué saint Yves. L’un d’eux, originaire de Plougastel, se nommantGuido Enbis, la croix pourrait porter, de fait, son nom (témoin 209). Ajoutons qu’il fut par ailleurs témoin d’un miracle qui eut lieu au Tréhou (témoin 112).

36Située au nord-ouest d’Edern, sur la route de Pleyben à Quimper, une autre croix, elle aussi disparue, diteKroaz-Sant-Youen, commémore-t-elle la guérison du seigneur de Coatpont, en Pleyben ? Alors que Jean de Pestivien (témoin 4) se rendait, depuis son manoir de Gouézec, en pèlerinage à Locronan, en compagnie des siens et de saint Yves, ils firent halte à un carrefour, où le saint se mit à prêcher. Passant par là, le seigneur de Coatpont descendit de cheval mais, n’ayant cure de la prédication, poursuivit son chemin. Le saint appela alors sur lui la punition de Dieu. Cloué au lit un an ou plus, il se voua à saint Yves et promit de visiter son tombeau, ce qu’il fit et fut guéri.

37Un édifice dédié à saint Yves existait dans la paroisse de Poullaouen, paroisse qui fut aussi le théâtre d’un miracle : un homme qui s’était noyé dans l’étang du château du Tymeur, propriété de Guillaume de Ploeuc, fut ressuscité (témoins 63, 64). Une chapelle existe bien à peu de distance du manoir, mais elle est dédiée à saint Sébastien. Celle de Saint-Yves se trouvait quant à elle à plusieurs kilomètres au nord, à la limite de la paroisse. Aujourd’hui détruite, on ne sait à quelle époque ni par qui elle fut construite.

38On a vu que la chapelle Saint-Yves de Ploézal existait vraisemblablement en 1408. Or, une paroissienne de Ploézal, mordue par un insecte venimeux fut guérie par l’intercession de saint Yves. Catherine, la propre sœur du saint qui habitait la paroisse voisine, Hengoat, témoigna de ce miracle (témoins 126, 127). On ne peut cependant établir aucun lien entre ce miracle et la construction de la chapelle.

39Des dix-sept paroisses vannetaises qui possèdent un édifice dédié à saint Yves, une seule, celle de Priziac a fourni des témoins au procès. Originaires de cette paroisse, Rivallon le Jongleur, Panthonada, son épouse, et leurs quatre enfants furent, en effet, hébergés à Kermartin, par saint Yves. Onze années durant, il leur assura le gîte et le couvert. Panthonada, veuve et octogénaire, et sa fille Amice, âgée d’une quarantaine d’années, livrèrent, lors du procès, un très long témoignage, que vinrent confirmer, à leur tour, Geffroy et Anquoantha, frère et sœur de la dite Amice (témoins 40, 41, 48, 49). Que ces miséreux aient pu répandre autour d’eux la renommée du saint n’a rien que de très naturel. De là à dire que le culte du saint trégorrois à Priziac en est l’écho reste cependant très aléatoire.

40Pour avoir bénéficié d’un culte liturgique bien au-delà des frontières bretonnes, saint Yves demeure, si l’on considère les édifices qui lui sont dédiés, essentiellement un saint de Basse-Bretagne, notamment de la partie nord, de la baie de Saint-Brieuc à la pointe Saint-Mathieu. Pour posséder, parmi les saints bretons, le plus grand nombre d’édifices, on ne peut pas dire qu’il ait bouleversé le paysage religieux. Jusqu’à la Révolution, seules trois paroisses, on l’a dit, l’avaient pour patron. Devenus suspects au clergé, les vieux saints bretons, ces « saints inconnus et qui probablement n’ont jamais existé », comme le dit l’évêque de Tréguier, en 1334, n’ont pas subi trop de dommages. Profondément et solidement enraciné, leur culte ne pouvait que traverser les vicissitudes de l’histoire.

Notes

1 Nous remercions vivement M. l’archiviste diocésain de nous avoir fourni des renseignements circonstanciés sur cette ancienne paroisse.

2 Monuments originaux de l’histoire de saint Yves, Saint-Brieuc, 1887.

3 L’Estourbeillon Marquis de, Archives du prieuré de Saint-Georges de Trédias (Côtes-du-Nord) (1346-1775), Vannes, 1897, p. 22.

4 Morice Dom H., Mémoires pour servir de preuves à l’Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 1742, col. 1561-1562.

5 Blanchard R., Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, Nantes, 1890, t. 5, p. 110.

6 Si la nef mesure 12 m sur 5, l’aile nord fait 17 m sur 5.

7 Maître L. et Berthou P. de, Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, Paris, 1904, p. 213.

8 Cf. notreDictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d’Armor, Douarnenez, 1992, p. 244.

9 Le clocher-porche culmine à 33 m.

10 Danigo J., « Le gouvernement de la chapelle Saint-Yves de Bubry (1591-1794) », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, t. 106, 1979, p. 43.

11 Dom H. Morice,op. cit., t. 1, col. 1007.

12 RosenzweigL., Cartulaire général du Morbihan, Vannes, 1895, p. 324.

13 On peut en rapprocher l’anthroponyme Moeam, nom porté par un orfèvre de Quimper en 1514.

14 On peut encore voir aujourd’hui dans l’édifice une statue représentant saint Yves en costume de chœur, tenant dans une main son gousset, dans l’autre un parchemin portant l’inscription Eutru Sant Iouann er Huirione pedit aveit hon pretoned (Le Brazidec L.,Saint-Yves-la-Vérité, village breton : ses curiosités, son histoire, son maquis, Hennebont, 1946, p. 27).

15 Arch. dép. Morbihan, G 1118, p. 106.

16 Cf. Danigo J., op. cit., p. 44.

17 Annales de Bretagne, 1888-1889, t. 4, p. 632-633.

18 Il y a peu de chance que saint Yves ait donné son nom au village de Saint-Halory à Pordic, où une chapelle, aujourd’hui ruinée, lui était dédiée, au village de Halory à Tréméloir ou encore au lieudit Saint-Halory à Binic. Sans doute a ton affaire à un saint de haute époque. L’anthroponyme Haelouuri est attesté dans les actes de Redon au ixe siècle.

19 « Les noms bretons de saint Yves », Annales de Bretagne, t. 50, 1943, p. 177-194.

20 Dictionnaire de la langue bretonne, Rennes, 1975, p. 481.

21 Le Roux P., Atlas linguistique de la Basse-Bretagne, Rennes, 1927.

22 Cf. Fleuriot L., dans Études celtiques, t. 19, 1982, p. 273.

23 Courson A. de, Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, Paris, 1863, p. 301.

24 La Bigne-VilleneuveP. de, « Chartularium abbatia Sancti Georgii Redonensis », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, t. 9, 1875, p. 230, 226.

25 Roudaut-AdamV., Réédition des cartulaires de l’église cathédrale Saint-Corentin de Quimper, Brest, UBO, mémoire de maîtrise d’histoire, 1996, p. 232, 256.

26 Cf. BourgèsA.Y., « Guillaume le Breton et l’hagiographie bretonne auXxiie-xiiie siècles », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 102, 1995, p. 38.

27 Geslinde BourgogneJ. et de BarthélemyA., Anciens évêchés de Bretagne, Saint-Brieuc, t. 4, 1864, p. 12, 47.

28 La Borderie A. de, « Chartes inédites de Locmaria de Quimper (1022-1336) », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. 24, 1897, p. 10.

29 Roudaut-AdamV., op. cit., t. 1, p. 37, 56.

30 Geslin de Bourgogne J. et de Barthélemy A., op. cit., t. 4, p. 175, 184.

31 Guyonvarc’h C.J., Le Catholicon de Jehan Lagadeuc. Dictionnaire breton-latin-français duxvesiècle, Rennes, 1975, p. 80.

32 Op. cit., p. 481.

33 Cf.Torchet H., Réformation des fouages de 1426 : diocèse ou évêché de Tréguier, Paris, 2003.

34 Cf. notre Dictionnaire…, op. cit., p. 215, 208.

35 À l’époque Mesquer était dans la zone bretonnante, ce qui n’était pas le cas de Plémet, paroisse à laquelle on a rattaché à tort Hervé de Ploezmet, autre interprète présent au procès. Il faut, en fait, lirePloezinec, c’estàdire Plouhinec, dans le diocèse de Vannes.

36 Rappelons que l’enquête de canonisation se déroula à Tréguier du 23 juin au 4 août 1330.

37 Dom H. Morice,op. cit., t. 1, col. 1373.

38 CassardJ.C., Saint Yves de Tréguier, un saint duxiiiesiècle, Paris, 1992, p. 137.

39 CouffonR.,Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier,Saint-Brieuc, 1939 p. 163.

Table des illustrations

Légende Répartition du culte de saint Yves en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22404/img-1.png
Fichier image/png, 187k
Légende Chapelle Saint-Yves de Lignol
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22404/img-2.png
Fichier image/png, 363k
Légende Répartition des noms bretons de saint Yves
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22404/img-3.png
Fichier image/png, 170k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable