Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Yves et les Bretons

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Georges Provost

Deuxième partie. L'enracinement breton

La réédification du tombeau de saint Yves : l’histoire au service de l’Église

Christian Brunel

Texte intégral

1Fait prisonnier en février 1420 par les Penthièvre, qui n’avaient pas abandonné leurs prétentions au trône de Bretagne, le duc Jean V fut soumis pendant les cinq mois de sa captivité à toutes sortes d’outrages, de pressions morales et d’humiliations. Il fit de nombreux vœux, s’il sortait sain et sauf, dont celui d’offrir à saint Yves son poids d’argent, destiné à lui édifier un tombeau. Peu après sa libération, il entreprit la construction dans la cathédrale de Tréguier de la chapelle connue sous le nom de chapelle du Duc, qui devait abriter les reliques de saint Yves et les restes du prince lui-même qui y fut inhumé en 1451, neuf ans après sa mort près de Nantes.

  • 1 Le Grand Albert,Les vies des saints de la Bretagne Armorique, 5e éd. annotée, Quimper, J. Salaun, 1 (...)

2Nous ne possédons aucun dessin de ce tombeau. Seuls les hagiographes, le dominicain Albert Le Grand (1637) et le bénédictin dom Lobineau (1725), nous en ont laissé une description succincte1. Le monument était en pierre blanche. Sur le cercueil, la statue du saint dormait couchée. Le tout était couronné d’un dôme, porté par de sveltes et élégantes colonnettes et était rehaussé d’ornements en argent doré d’une très grande richesse. Les bas-reliefs sculptés sur les parois du tombeau représentaient les victoires de Jean IV contre Charles de Blois qui avait été un ardent propagandiste du culte de saint Yves.

  • 2 Sur le tombeau élevé par Jean V, voir La Borderie Arthur de , Rétablissement du tombeau de saint Yv (...)

3Les récents travaux de Jean-Yves Copy et Christiane Prigent corroborent la brillante synthèse d’André Mussat (1979) sur le retournement de la politique artistique montfortiste à partir de 1418 par sa présence aux quatre coins du duché, et en particulier en Basse-Bretagne, multipliant les dons à de nombreuses églises et chapelles. À Tréguier, comme un peu plus tard au Folgoët et à Locronan, autres hauts lieux de pèlerinage, ce mécénat exprimait la volonté des Montforts d’asseoir leur légitimité et de gagner le peuple en canalisant ses dévotions. Dès 1890, La Borderie avait donné une interprétation pertinente de la pensée politique du duc Jean V : « mettre le triomphe des Montforts sous le patronage du grand official, et donner pour témoin, pour garant, pour appui au bon droit de cette dynastie l'incorruptible champion de la justice et du droit »2 ».

  • 3 Le Grand Albert, op. cit.,p. 182.
  • 4 Ibid., p. 183.
  • 5 Ropartz Sigismond, Histoire de saint Yves, patron des gens de justice, Saint-Brieuc, L. Prud’homme, (...)

4Le tombeau fut détruit par le bataillon d’Étampes qui mit à sac la cathédrale en mai 1794. Les reliques de saint Yves avaient été enfouies en 1793 par des membres de la municipalité de Tréguier dans un caveau de l’édifice religieux « pour les soustraire à la destruction dont elles étaient menacées par le vandalisme3 ». La tempête révolutionnaire apaisée, leur identité fut constatée le 28 avril 1801 par le chanoine Garat de Saint-Priest, vicaire général. Mgr de Quélen, issu d’une famille bretonne d’ancienne extraction, coadjuteur de l’archevêque de Paris, propriétaire du manoir de Kermartin, offrit une belle châsse de bronze doré dans laquelle elles furent placées le 24 novembre 18204. À peu près à la même époque, l’abbé Tresvaux, né à Loudéac, futur vicaire général et official de Paris, fit élever un modeste sarcophage en terre cuite à l’emplacement du tombeau détruit5.

  • 6 Ibid., p. 304.
  • 7 Buez an Autrou S. Ervoan, gant Th. ar Gac, a Landreguer, Guengamp, 1838. Selon S. Ropartz, il s’agi (...)

5Nous ne savons que peu de chose du culte de saint Yves dans la première moitié du xixe siècle. L’intérêt porté à l’ancien official de Tréguier semble s’être développé à partir des années 1840-1850. En 1852, une association ouvrière fondée à Guingamp se plaçait sous son invocation « en mémoire des prodiges de charité opérés par saint Yves dans ce pays même6 ». Plusieurs biographies au style hagiographique parurent7, dont la plus importante, qui fit longtemps autorité, est celle de Sigismond Ropartz, avocat à Guingamp, Histoire de saint Yves, patron des gens de justice, publiée en 1856. Dans une longue introduction, l’auteur fait une étude critique des sources utilisées, dont la principale est lesActa Sanctorum édités par les bollandistes au xviie siècle, soit 92 sur les 243 dépositions de témoins au procès de canonisation.

6Dans aucun de ces ouvrages, il n’est fait mention d’un projet de réédification du tombeau de saint Yves. Il faut attendre les années 1870 pour que l’idée prenne consistance. L’abbé Jean-François Le Pon, vicaire à Tréguier, un des prêtres qui ont le plus participé au renouveau du culte de saint Yves, surtout par ses cantiques, écrit dans laRevue de Bretagne et de Vendée en 1884 :

« L’insulte faite à ce grand patron de la Bretagne par la destruction de sa tombe devait être vengée. Depuis longtemps, c’était l’ardent désir de tout le pays breton. Il y a environ six ans [en 1878], ce désir commença à percer de divers côtés, à se formuler en public. En 1880, il trouva son expression populaire dans le (sic) gwerz des Trois Fléaux, composé à la suite d’un grand pardon célébré à Camlez, près de Tréguier, et ce gwerz exprimait si bien le sentiment unanime du pays qu’il fallut le tirer à 10 000 exemplaires ».

7Nous extrayons deux strophes de cettegwerz An taer gwalenn(Les trois fléaux).

  • 8 Cettegwerz, signée Laouenan Koat-Ermit, un des pseudonymes de l’abbé Le Pon, fut imprimée sur feuil (...)

« En la cathédrale de Tréguier, du côté de l’évêché, Il est un tombeau, une pierre rouge dessus, de plus pauvre il n’est pas, Le tombeau de saint Yves Hélori, j’ai honte de le dire, Les bourgeois de la ville ont plus belles tombes dans le cimetière.
Autrefois, il y avait là un tombeau des plus beaux, Sans retard encore, Bretons, et c’est à vous que je le dis, Sans retard encore, saint Yves aura un nouveau tombeau, Et chaque Breton aura sa pierre dans le monument8».

8La nomination en 1892 sur le siège de Saint-Brieuc et de Tréguier de MgrEugène Bouché, né dans le diocèse, à Rostrenen, allait permettre de concrétiser le projet de réédification du tombeau de saint Yves.

9Apprenant le désir de l’évêque de faire une visite à Tréguier pour la Saint-Yves, le chanoine Le Goff, curé archiprêtre, lui écrivit le 12 janvier 1883 :

  • 9 La « presqu’île », dénomination donnée au canton de Lézardrieux, entre les estuaires du Trieux et d (...)
  • 10 Archives de l’évêché de Saint-Brieuc (AESB), 5 L 4.

« Le pardon de saint Yves prend une extension chaque année plus grande, et devient un pèlerinage pour tout le pays. Nous avons eu l’an dernier une procession de plus de 1 500 pèlerins de la presqu’île9. La présence, tant désirée, du nouvel évêque à cette fête touchante en rehausserait l’éclat et y attirerait une foule encore plus considérable. On pense à reconstruire, sur le tombeau de notre illustre saint, un monument rappelant le magnifique mausolée qui le couvrait jadis, et dont la Révolution a dispersé toutes les pierres. De nombreuses sympathies sont acquises à ce projet de réparation10 ».

  • 11 Semaine religieuse du diocèse de Saint-Brieuc(SRSB), 24 mai 1883, p. 253-259.

10Après avoir été sacré évêque dans la cathédrale de Saint-Brieuc le 30 novembre 1882, MgrBouché profita de la prise de possession de son second siège épiscopal à Tréguier, le 19 mai 1883, jour du grand pardon, pour annoncer la réédification du tombeau de saint Yves. « Nous voudrions que là même où fut le tombeau primitif, un monument digne de la piété de notre âge rappelât ce grand souvenir et cette incomparable figure de notre histoire religieuse ». Le prélat lança, à cet effet, une souscription pour cette « œuvre de religion, de patriotisme et de réparation11 ». L’abbé Le Pon composa un nouveau cantique à saint Yves en breton, sur l’air martial de Lez-Breiz (Barzaz-Breiz). Tiré à plusieurs milliers d’exemplaires, réimprimé de nombreuses fois, celui-ci devint rapidement célèbre, et est toujours chanté de nos jours.

N’en euz ket enn Breiz, n’en euz ket unan,
N’en euz ket eur zant evel zant Ervoan
Il n’est pas en Bretagne, il n’en est pas un,
Il n’y a pas un saint comme saint Yves.

11Invité à présider la messe du Saint-Esprit pour l’ouverture du congrès de l’Association bretonne à Lannion, le 8 septembre 1884, Mgr Bouché répondit favorablement, dans son discours, au vœu que l’historien Arthur de La Borderie lui avait adressé dans une lettre quelques jours auparavant, lui demandant

  • 12 SRSB, 18 septembre 1884, p. 453.

« qu’au moment où la Bretagne se dispose à élever un tombeau au glorieux saint Yves, un monument d’un autre genre, un monument historique, fut aussi consacré à notre Saint national. […] Que ces deux monuments se complètent l’un l’autre : l’un, le mausolée, fait de granit et de bronze, et l’autre, le livre, où l’histoire, la sainte liturgie et la littérature rediront en un langage aussi durable que les inscriptions que portent la pierre et le bronze, les vertus et la charité du plus grand homme, du plus grand saint que notre race ait produit12 ».

  • 13 Sur La Borderie, voir Guiomar Jean-Yves,Le bretonisme. Les historiens bretons au xixesiècle, Mayenn (...)

12L’évêque en profita pour faire l’éloge de La Borderie, « l’une des gloires les plus pures de notre Bretagne » : « Il est ici cet historien que tous les Bretons attendent, qu’ils appellent de leurs vœux, cet historien qui élèvera à la gloire de la Bretagne, notre mère, un monument digne d’elle, plus durable que l’airain ». Dans les années 1880, La Borderie est un historien consacré, reconnu de tous. Depuis près de quarante ans, il n’a cessé de consacrer sa vie à l’étude de l’histoire de Bretagne, multipliant les articles dans le Bulletin archéologique de l’Association bretonne,dans la Revue de Bretagne et de Vendéequ’il a fondée en 1857 et dans les bulletins des diverses sociétés savantes. S’il a abordé toutes les époques, ses périodes de prédilection sont la Bretagne des origines et le duché. Il remet toujours à plus tard la synthèse de ses travaux espérée par Mgr Bouché et les érudits bretons. Il faudra attendre 1896 pour qu’il livre le premier tome de son Histoire de Bretagne, que sa mort en 1901 l’empêchera d’achever13.

13Catholique militant, La Borderie partageait la conception de l’histoire de Bretagne de Mgr Bouché : « Nous n’avons jamais pu séparer ce que Dieu avait si étroitement uni dans notre cœur de Breton : la Religion et la Patrie, et, il nous semble, qu’en vous parlant de la Bretagne et de son histoire, nous vous entretenons encore des choses sacrées ». À partir du congrès de Lannion, une collaboration étroite allait s’établir entre l’évêque et l’infatigable chercheur, le second devenant le conseiller historique du premier.

14L’historien se mit aussitôt au travail. De retour de Lannion, il s’arrêta à Saint-Brieuc pour examiner à la Bibliothèque municipale un manuscrit du début du xive siècle que lui avait signalé trois ans avant son ami Gaultier du Mottay. Contrairement au dire de celui-ci, qui prétendait que le manuscrit comprenait beaucoup de lacunes, il put constater l’intégralité du procès-verbal de l’enquête de canonisation ouverte du 28 juin au 4 août 1330 à Tréguier. Le 25 novembre 1884, il achevait son rapport dédié à l’évêque, intitulé « Monuments originaux de l’histoire de saint Yves ». Malgré sa longueur, trente-neuf pages, il fut inséré intégralement dans le numéro du 15 janvier 1885 de la Semaine religieuse. Il s’y livrait à une étude critique des trois documents qui méritaient seuls, selon lui, de figurer sous ce titre : le procès de canonisation, le rapport des cardinaux sur cette enquête d’après la copie dressée au commencement du xve siècle que Ludovic Prud’homme avait acquise à la vente des livres de Mgr David, et l’Office primitif de saint Yves, tiré du légendaire de Tréguier, d’après un manuscrit de la même époque conservé à la Bibliothèque nationale.

15La Borderie concluait ainsi son rapport : « Ce serait une œuvre essentiellement chrétienne et bretonne, un service de premier ordre rendu à l’histoire de notre province et à celle de la religion que de pouvoir éditer intégralement – sous votre patronage, Monseigneur, et celui de vos éminents collègues de Bretagne – les Monuments originaux de l’histoire de saint Yves ». L’imprimeur-éditeur briochin Ludovic Prud’homme lançait une souscription pour l’édition d’un luxueux ouvrage sur grand papier de Hollande, illustré de dix planches hors-texte. Le livre parut en 1887. 75 exemplaires étaient réservés aux souscripteurs, 200 autres mis dans le commerce. La Borderie avait rédigé l’introduction où il établit une chronologie minutieuse de la vie de saint Yves. Il s’était assuré la collaboration de l’abbé Jacques Daniel, curé doyen de Saint-Sauveur de Dinan, qui avait transcrit le manuscrit de l’enquête de canonisation, et du père mariste Perquis, professeur au grand séminaire de Saint-Brieuc, qui avait exécuté une copie du rapport des cardinaux. Dauphin Tempier, archiviste du département des Côtes-du-Nord, s’était chargé de réviser ces copies et de corriger les épreuves du texte de ces deux documents sur les manuscrits originaux.

16En février 1885, La Borderie publiait une nouvelle brochure de trente-deux pages, Rétablissement du tombeau de saint Yves. Projet de note pour les artistes bretons.« L’idée-mère, écrit-il en introduction, la condition essentielle du rétablissement du tombeau de saint Yves – dans l’esprit de Mgrl’évêque de Saint-Brieuc et dans celui du Comité chargé par Sa Grandeur de diriger cette œuvre – c’est l’obligation de reproduire, le mieux possible, le monument qui existait avant la Révolution ». Après avoir décrit le tombeau élevé par le duc Jean V, La Borderie s’attarde longuement sur la statue de saint Yves et donne des conseils au sculpteur qui sera chargé de l’exécuter :

« Œuvre de fantaisie – quel que fût le talent de l’artiste – elle manquerait de valeur sérieuse. Son premier mérite doit être la vérité et la fidélité historique. Donc rechercher, reproduire exactement dans cette effigie le costume vrai de saint Yves, voilà le premier devoir du statuaire. Et s’il existe du saint quelque représentation ancienne un peu autorisée, il lui sera indispensable de s’en inspirer, non sans doute pour la copier servilement, mais pour en traduire librement le type dans la langue artistique de notre siècle ».

17Il pense avoir trouvé « le costume vrai du saint » dans la gravure sur bois qui illustre la première édition des Chroniques de Bretagne de l’historiographe Alain Bouchart. « Sauf la coiffure, la statue du saint devra, croyons-nous, porter le costume figuré dans la gravure de 1514, d’autant que cette image, même dans les accessoires, s’accorde merveilleusement avec l’Enquête et les monuments originaux ». Il suggère de décorer les faces latérales du tombeau de statuettes des personnages intimement mêlés à la vie du saint et de ceux qui travaillèrent à sa gloire (les papes Jean XXII et Clément VI, Charles de Blois, Jean V, etc.).

  • 14 AESB, 5 L 4.
  • 15 Sur l’architecte Désiré Devrez (Douai 1824-Paris 1896), voir Leniaud Jean-Michel, Les cathédrales a (...)

18Le 28 janvier 1885, MgrBouché adressait une lettre à plusieurs personnalités jugées éminentes pour leur demander de lui apporter leur concours et de faire partie d’un comité chargé de diriger et de régler les détails de l’érection du tombeau14. Toutes lui firent l’honneur d’accepter l’invitation. Le Comité de saint Yves fut composé des membres suivants : l’évêque, Hersart de La Villemarqué, membre de l’Institut, Arthur de La Borderie, correspondant de l’Institut, Vincent Audren de Kerdrel, un des membres influents de l’Association bretonne, sénateur du Morbihan, Désiré Devrez, architecte diocésain de Meaux, chargé de l’exécution du monument15, Charles Le Gac, maire de Tréguier, le chanoine Le Goff, curé archiprêtre, le comte Georges de La Tour, président du conseil de fabrique de la cathédrale, Magloire Dorange, Anthime Ménard, Albert Bienvenüe, bâtonniers des barreaux de Rennes, Nantes et Saint-Brieuc, Arthur du Bois de La Villerabel, président de la Société archéologique et historique des Côtes-du-Nord, et le chanoine Auguste Dubourg, vicaire général.

19Le Comité se réunit pour la première fois le 5 mars 1885 dans les salons de l’évêché. Dans sa lettre, le prélat avait tenu à définir sa tâche :

« Ouvrir un concours entre les artistes bretons, examiner et juger les projets présentés, adopter celui de ces projets qui réunira la majorité des suffrages, et enfin veiller, dans la mesure qu’il appartiendra, à la bonne exécution du monument, dont la haute direction sera confiée à M. Devrès, architecte de la cathédrale de Tréguier, l’un des architectes les plus justement renommés de Paris ».

20Pour préparer ce travail, il renvoyait les futurs membres auProjet de note pour les artistes bretonsrédigé par La Borderie.

« Cette Note, dont Nous acceptons avec gratitude toutes les conclusions, devra, ce Nous semble, dans ses lignes essentielles du moins, servir de direction absolue aux artistes qui voudront concourir. Par ses savantes recherches et ses perspicaces déductions, M. de La Borderie a reconstruit le tombeau de saint Yves, tel que les modernes vandales durent le trouver, lorsqu’ils commirent leur exécrable attentat ».

21Dans sa réponse du 7 février, Devrez avait cru devoir informer l’évêque qu’il était « le seul architecte autorisé par le ministre des Beaux-Arts à exécuter des travaux dans la cathédrale de Tréguier ». Le compte rendu de cette première réunion publié dans laSemaine religieuseprécise :

  • 16 SRSB, 12 mars 1885, p. 157.

« M. Devrès, délégué du Ministère des Beaux-Arts et architecte de la cathédrale de Tréguier, classée, comme on le sait, parmi les édifices historiques, a le privilègeofficielde dresser seul, à l’exclusion de tout autre, le plan et le devis du monument. L’idée première d’un concours et d’un appel aux artistes bretons, qui souriait tant aux amis du grand saint breton, a donc dû, quoique avec un certain regret, être écartée16 ».

  • 17 AESB, 5 L 4.

22L’architecte tint toutefois à notifier qu’il serait heureux de « mettre à profit les savantes recherches de l’éminent archéologue M. Arthur de La Borderie17 ».

23Lors de cette première réunion, le comité s’occupa des détails relatifs à la structure et à l’ornementation du tombeau. La Borderie lut un rapport de ses patientes recherches, et il fut admis les points suivants :

  • 18 SRSB, 12 mars 1885, p. 158.

« Le tombeau sera en pierre blanche. Il sera orné de bas-reliefs représentant non plus les victoires de Jean IV, qui seraient aujourd’hui des hors-d’œuvre, mais les événements les plus importants de la vie du bienheureux. La statue du saint sera représentée couchée, conformément aux prescriptions architecturales concernant les monuments funèbres. Le tombeau sera surmonté d’un dôme richement ouvragé et soutenu par d’élégantes colonnettes, et il est à désirer que la matière de ces colonnettes soit le granit breton, dont notre pays possède de si belles variétés, et qui est souvent plus précieux que le marbre. Enfin, devant le tombeau sera placée une châsse ou un édicule en cristal contenant une partie des reliques du saint, que les fidèles pourront ainsivoir et vénérer à toute heure du jour. Mais cette relique inestimable du chef du bienheureux demeurera, comme par le passé, dans le trésor de la cathédrale et ne sera exposée que dans les jours très solennels, suivant l’antique usage18 ».

  • 19 SRSB, 28 mai 1885, p. 285.

24Les membres du Comité devaient se retrouver dans l’ancien palais épiscopal de Tréguier le 20 mai 1885, le lendemain du grand pardon auquel ils avaient assisté. Les fouilles exécutées en leur présence permirent de mettre à jour les fondements du tombeau construit par Jean V et il fut convenu que c’est donc à cet emplacement que devait être élevé le nouveau. Ils discutèrent des plans et des devis dressés par l’architecte Devrez. Celui-ci présenta des échantillons de la pierre blanche de Chauvigny, dans le Poitou : « Cette pierre constituera la matière unique du tombeau, à l’exception de la statue du bienheureux qui sera en marbre, et aussi du socle, des marches, de la table soutenant la statue et du bloc servant de coussin, lesquels devront être en granit breton19 ».

25La Borderie exprima

« le désir que sur les façades latérales du coffre, on établisse, au lieu de bas-reliefs, des statuettes représentant les principaux personnages qui ont joué un rôle dans la vie de saint Yves, par exemple son père et sa mère, son précepteur Jean de Kerhoz, les évêques de Tréguier et de Rennes à cette époque, le pape qui l’a canonisé, Charles de Blois, etc. Cette disposition se rencontre très fréquemment dans les tombeaux du Moyen Âge, et ces personnages, dans le symbolisme du temps, semblent remplir la mission de conduire le deuil du mort ».

26L’historien avait déjà présenté cette idée dans son Projet de note pour les artistes bretons.

27La nouveauté vint de la demande de l’évêque de modifier l’ornementation du tombeau. Le compte rendu de la réunion, publié dans la Semaine religieuse, précise que

  • 20 Sainte Pompée, mère de saint Tugdual, vénérée à Langoat, près de Tréguier, dont elle est la titulai (...)

« les statues des douze apôtres qui, dans le projet de l’architecte, devaient servir de couronnement au monument, seront remplacées, pour donner au tombeau une couleur locale plus accentuée, par les statues de douze saints bretons. Le choix unanime de l’assemblée désigne à cet effet les fondateurs des neuf évêchés de la Bretagne, un prince, saint Judicaël, une femme, sainte Pompée20, et un patron de la vie monastique, le grand saint Gildas ».

  • 21 Guiomar Jean-Yves, Le bretonisme, op. cit.,chapitre VII : « Au commencement étaient les saints bret (...)

28C’était la première fois qu’il était question de saints bretons dans l’ornementation du tombeau de saint Yves. L’initiative vint-elle de l’évêque ou lui fut-elle inspirée par La Borderie, soit directement, soit sous l’influence de ses travaux sur l’hagiographie bretonne qui faisaient alors autorité21 ? Les archives conservées ne permettent pas de répondre de manière absolue. Mais il semble que MgrBouché connaissait suffisamment les études de l’historien, qui avait consacré une de ses premières communications aux saints fondateurs de la Bretagne, alors qu’il n’avait que vingt et un ans et était encore étudiant en droit, lors du congrès de l’Association bretonne à Lorient en 1848. Elle eut l’honneur d’être citée par Montalembert dansLes Moines d’Occident et venait d’être rééditée en 1883 sous le nouveau titre :Du rôle historique des saints de Bretagne dans l’établissement de la nation bretonne armoricaine. L’idée-force de La Borderie selon laquelle la Bretagne était née au christianisme n’avait jamais varié chez lui. Les deux causes, catholique et bretonne, étaient inextricablement liées. Historien breton, il s’affirmait, suivant le modèle intransigeant, catholique d’abord.

29Dès les premières lignes de son introduction aux Monuments originaux de l’histoire de saint Yves,le grand érudit rappelait le rôle fondateur des saints de Bretagne, dans ce style épique qui le fit apprécier de ses contemporains et de plusieurs générations de militants bretons.

« Saint Yves, dans l’ordre des temps, n’est pas – grâce à Dieu – le dernier saint de la Bretagne ; mais, dans cet ordre, il est le dernier de l’époque héroïque de l’hagiographie bretonne.
Époque où les vieux patrons de notre race se dressent devant nous dans leurs limbes d’or avec un rayonnement de force et de vertu grandiose, supérieure aux proportions de la nature humaine, en même temps, avec un rôle national si important, si actif, si essentiel que sans eux, sans leur histoire, dans ce lointain des âges, l’histoire de la nation n’existerait point ou serait incompréhensible.
Essayez de retracer l’histoire de Bretagne, du vesiècle au ixe, sans tenir compte des saint Melaine et saint Félix, des saints Brieuc, Corentin, Tudual, Paul Aurélien, Samson, Malo, Gildas, Gwennolé, Convoion, etc., on verra à quelles erreurs, à quels résultats risibles vous aboutirez ».

  • 22 SRSB, 29 avril 1886, p. 193-195.
  • 23 AESB, 5 L 4, et lettres de Mgr Bouché à La Borderie, citées dans Robert Oheix, A la mémoire de Mgr (...)

30Lors du grand pardon du 19 mai 1886, MgrBouché bénit la première pierre du tombeau de saint Yves22. Jean-Marie Valentin, originaire de Bourg-des-Comptes (Ille-et-Vilaine), se vit confier la sculpture de la statue couchée du saint en marbre blanc de Carrare qui obtint une mention honorable au salon des Artistes français de 1888. La Borderie fut souvent sollicité, soit par correspondance, soit lors de ses séjours à Paris, par l’architecte Devrez pour l’éclairer par ses recherches sur le costume des statuettes des contemporains de saint Yves et des saints bretons et leurs attributs23.

  • 24 AESB, 5 L 4, projet de congrès rédigé par Robert Oheix, daté du 14 novembre 1887, et lettre de La B (...)
  • 25 Lettre de MgrBouché à J. Rousse et texte du chant, dans OheixR., op. cit.,p. 276-279.

31Mgr Bouché avait fixé au 6 septembre 1888 l’inauguration du tombeau, mais, afin de donner plus de relief à ces fêtes, il avait prévu de les faire précéder d’un « congrès de saint Yves », réunissant pendant trois jours toutes les sociétés savantes de Bretagne, et de convoquer les barreaux de la province. Il confia de nouveau à La Borderie le soin d’en établir le programme qui fut publié presque littéralement dans la Semaine religieusedu 3 mai 1888. Un projet d’exposition d’art religieux, suggéré par Robert Oheix, fut également annoncé24. L’évêque sollicita le poète nantais Joseph Rousse d’écrire une cantate, sur « un vieil air breton, de ceux du Barzaz-Breiz par exemple », pour le jour de l’inauguration du tombeau25.

32Deux jours après avoir présidé, le 19 mai 1888, le grand pardon de saint Yves, MgrBouché était atteint d’une attaque d’apoplexie dont il devait mourir le 4 juin dans l’ancien palais épiscopal de Tréguier. Il avait profité de ce dernier séjour pour presser l’exécution du tombeau qui avait du retard, pour préparer le congrès et les fêtes de l’inauguration du monument. La mort de celui que l’on avait surnommé justement « l’évêque de saint Yves » consacra un grand vide chez tous ceux qui avaient collaboré avec lui pour faire de ce projet une œuvre religieuse et patriotique bretonne.

33Né à Mézin (Lot-et-Garonne) en 1834, Pierre Fallières, vicaire général de Bordeaux, fut nommé évêque de Saint-Brieuc par décret présidentiel du 28 août 1889. Préconisé par Léon XIII le 30 décembre, il fut sacré le 23 février 1890 dans la chapelle diocésaine de Pons, où il avait fait ses études, et fit son entrée solennelle à Saint-Brieuc le 9 mars. Le 19 mai, il présidait le pardon de Tréguier. Dans son discours de bienvenue, l’abbé Le Pon déclara :

  • 26 SRSB, 22 mai 1890, p. 252.

« Saint Yves vous attend, Monseigneur, pour que vous mettiez la main, la dernière main à sa gloire terrestre, en inaugurant son tombeau. Ses ossements sacrés ont dû tressaillir dans sa châsse d’or, dès que vous avez mis le pied sur le seuil de votre seconde cathédrale. Après votre bénédiction, Monseigneur, ce tombeau, nous en avons la ferme confiance, redeviendra glorieux et verra se renouveler les miracles d’autrefois ; car c’est bien à vous que notre saint thaumaturge réservait cette joie et cet honneur26 ».

Le tombeau de saint Yves (vu de côté)

Le tombeau de saint Yves (vu de face)

Statue de saint Yves, v.1890, cathédrale de Tréguier

  • 27 Lafolye René, « Les fêtes de Tréguier », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou,t. 4, 1890, p. 232 (...)

34L’inauguration du tombeau eut lieu les 7, 8 et 9 septembre 1890, présidée par le cardinal Place, archevêque de Rennes, en présence des évêques de Saint-Brieuc et de Vannes, de Mgr Freppel, évêque d’Angers, de 800 prêtres, des avocats en robe et de milliers de fidèles. Dans son compte rendu de la Revue de Bretagne et de Vendée, René Lafolye écrit : « MgrBouché eut la gloire d’être le promoteur de cette glorification de saint Yves, et M. de La Borderie, l’éminent historien breton, eut l’honneur, avec MgrBouché, d’être l’âme de cette œuvre, car c’est lui qui a donné un caractère complètement et essentiellement breton à ce merveilleux monument27 ». À travers saint Yves, entouré des principaux saints de Bretagne et des témoins de sa vie, c’était l’histoire de la Bretagne des origines et du duché qui était exaltée. La cathédrale de Tréguier faisait figure de sanctuaire national breton. L’érudition historique, unissant catholicisme et Bretagne, était ainsi mise au service d’une Église ultramontaine qui entendait montrer toute sa force face aux défis des gouvernements de la IIIe république naissante, défenseurs ardents de la laïcité, qui restreignaient son action dans la sphère publique.

Notes

1 Le Grand Albert,Les vies des saints de la Bretagne Armorique, 5e éd. annotée, Quimper, J. Salaun, 1901, p. 178 ; dom Lobineau, Vies des saints de Bretagne, Rennes, Compagnie des Imprimeurs-Libraires, 1725, p. 257.

2 Sur le tombeau élevé par Jean V, voir La Borderie Arthur de , Rétablissement du tombeau de saint Yves. Projet de note pour les artistes bretons, Saint-Brieuc, Impr. L. Prud’homme, 1885, p. 9-17 ; Copy Jean-Yves,Art, société et politique au temps des ducs de Bretagne, Paris, Aux Amateurs de livres, 1986, p. 185 ; Prigent Christiane, Pouvoir ducal, religion et production artistique en Basse-Bretagne (1350-1575),Paris, Maisonneuve et Larose, 1992, p. 135-137.

3 Le Grand Albert, op. cit.,p. 182.

4 Ibid., p. 183.

5 Ropartz Sigismond, Histoire de saint Yves, patron des gens de justice, Saint-Brieuc, L. Prud’homme, 1856, p. 291.

6 Ibid., p. 304.

7 Buez an Autrou S. Ervoan, gant Th. ar Gac, a Landreguer, Guengamp, 1838. Selon S. Ropartz, il s’agit de « la traduction littérale en breton francisé de la Vie écrite par D. Lobineau et annotée par M. Tresvaux » (p. XVI) ; [Baron Du Taya, Rodolphe], Le roi Audren. Monseigneur Saint Yves. Légendes, Rennes, J.-M. Vatar, 1841, 79 p. ; FAVÉ Jean, Histoire de saint Yves, patron de la Bretagne, Rennes, Catel, 1851, 171 p.

8 Cettegwerz, signée Laouenan Koat-Ermit, un des pseudonymes de l’abbé Le Pon, fut imprimée sur feuille volante chez la veuve Le Flem à Tréguier. Nous reproduisons ces vers d’après la traduction littérale du texte bilingue publié dans la Revue de Bretagne et de Vendée, t. 56, 1884, p. 406-407. Sur l’abbé Le Pon, compositeur de cantiques et de gwerzioù,voir Giraudon Daniel, « Un miracle de saint Yves relaté dans une gwerz : Gwerz Katell Autret », Armorik, n° 1, mai 2003, p. 163-175.

9 La « presqu’île », dénomination donnée au canton de Lézardrieux, entre les estuaires du Trieux et du Jaudy.

10 Archives de l’évêché de Saint-Brieuc (AESB), 5 L 4.

11 Semaine religieuse du diocèse de Saint-Brieuc(SRSB), 24 mai 1883, p. 253-259.

12 SRSB, 18 septembre 1884, p. 453.

13 Sur La Borderie, voir Guiomar Jean-Yves,Le bretonisme. Les historiens bretons au xixesiècle, Mayenne, Impr. de la Manutention, 1987, ch. VI ;Centenaire de la mort d’Arthur de La Borderie. Études, documents et actes du colloque de Rennes, octobre 2001, Bulletin et mémoires de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine,t. 106, 2002.

14 AESB, 5 L 4.

15 Sur l’architecte Désiré Devrez (Douai 1824-Paris 1896), voir Leniaud Jean-Michel, Les cathédrales auxixesiècle, Paris, Economica, 1993, p. 666-667. Nous avons respecté l’orthographe « Devrès » dans les citations, sans doute due à une erreur de lecture de sa signature par les services de l’évêché de Saint-Brieuc. La réalisation du tombeau de saint Yves fut sa dernière grande œuvre, avant de démissionner, en décembre 1890, de ses fonctions d’architecte diocésain de Meaux et de Paris pour raisons de santé.

16 SRSB, 12 mars 1885, p. 157.

17 AESB, 5 L 4.

18 SRSB, 12 mars 1885, p. 158.

19 SRSB, 28 mai 1885, p. 285.

20 Sainte Pompée, mère de saint Tugdual, vénérée à Langoat, près de Tréguier, dont elle est la titulaire de l’église. Elle ne fut pas retenue dans l’ornementation du tombeau.

21 Guiomar Jean-Yves, Le bretonisme, op. cit.,chapitre VII : « Au commencement étaient les saints bretons ».

22 SRSB, 29 avril 1886, p. 193-195.

23 AESB, 5 L 4, et lettres de Mgr Bouché à La Borderie, citées dans Robert Oheix, A la mémoire de Mgr Bouché. Lettres et documents inédits,Vannes, Impr. E. Lafolye, 1890, p. 259, 266, 279. Pour une description détaillée du monument, voir la brochure d’A. de La Borderie, Le nouveau tombeau de saint Yves à Tréguier,Tréguier, Œuvre de Saint-Yves, 1890, 43 p.

24 AESB, 5 L 4, projet de congrès rédigé par Robert Oheix, daté du 14 novembre 1887, et lettre de La Borderie à MgrBouché, 14 janvier 1888 ; SRSB, 26 janvier et 3 mai 1888.

25 Lettre de MgrBouché à J. Rousse et texte du chant, dans OheixR., op. cit.,p. 276-279.

26 SRSB, 22 mai 1890, p. 252.

27 Lafolye René, « Les fêtes de Tréguier », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou,t. 4, 1890, p. 232-233.

Table des illustrations

Légende Le tombeau de saint Yves (vu de côté)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22403/img-1.png
Fichier image/png, 282k
Légende Le tombeau de saint Yves (vu de face)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22403/img-2.png
Fichier image/png, 122k
Légende Statue de saint Yves, v.1890, cathédrale de Tréguier
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22403/img-3.png
Fichier image/png, 299k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable