Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Conclusion

Texte intégral

1Au cours des années 1930, un nouvel espace institutionnel de la statistique d’État allait remplacer celui qui avait été constitué, au début des années 1920, par un corps de professionnels qui s’efforçait de mener à terme un projet forgé pendant la période prérévolutionnaire. Les difficultés financières, l’intervention du parti, la concurrence d’autres administrations dans la production des données statistiques ont petit à petit fragilisé ce dispositif. À partir des années 1924-1925, les statisticiens se sont heurtés à un processus de déprofessionnalisation qui a abouti à accroître le contrôle du parti et de l’administration du Gosplan sur la production des chiffres concernant l’économie et la société.

2Si l’histoire du double processus de professionnalisation­déprofessionnalisation des anciens statisticiens des zemstva devenus personnel de l’administration statistique de l’État soviétique est indispensable pour comprendre les formes d’organisation de celle-ci et les réformes dont elle a été l’objet à la fin des années 1920 et au début des années 1930, elle met également en évidence la défaite d’un groupe social dans ses aspirations sociales, professionnelles et politiques.

3Commencées sur fond d’« enthousiasme statistique », les années 1920 se sont terminées par l’échec, tout d’abord, du projet professionnel de ses membres : la Direction centrale de la statistique a été absorbée par une autre administration, le Gosplan, et les statisticiens de ses bureaux régionaux dispersés. Alors qu’ils avaient beaucoup espéré de la construction d’une administration d’État unifiée pour mener à terme leur projet statistique, dans la réalité, les anciens statisticiens des zemstva ont été confrontés à des difficultés continuelles pour réaliser leur dessein, jusqu’à ce que le mot d’ordre de la dispersion finale fût donné, jusqu’à ce que fût remis en cause ce qui était au cœur de l’affirmation de leur spécificité professionnelle et institutionnelle par rapport à d’autres administrations productrices de chiffres, à savoir leurs méthodes de travail et leurs principes à ce sujet. Succombant à la lutte contre les « spécialistes bourgeois » engagée à partir de 1928, leurs valeurs professionnelles furent contestées et combattues. Néanmoins, refusant de passer de la critique des sources et des méthodes à l’autocritique, les statisticiens restèrent fidèles à la raison statistique et ne se soumirent pas à la logique du parti.

4Les formes d’organisation de leur profession se sont transformées sous l’effet d’une modification de ses pratiques imposée petit à petit de l’extérieur, par le parti, dès 1924. Le contrôle du dispositif de formation interne à la TsSOu et la socialisation progressive des opérations du recensement de la population illustrent tout particulièrement cet effort qui a consisté à essayer de transformer de l’extérieur les pratiques d’une profession, à défaut de pouvoir agir sur son ethos. Ce processus a progressivement dépossédé les statisticiens du contrôle des différentes formes d’organisation et de régulation de leur profession qu’ils avaient élaborées et développées depuis la fin du xixe siècle.

5Face à cela, ils ont utilisé l’argument de la qualification comme rempart de protection, comme forme de résistance. On a là une constante de leur attitude. Face aux contraintes institutionnelles et politiques, que ce soit dans les bureaux des zemstva ou ensuite pendant les années 1920, ils ont toujours eu pour souci de ne pas sacrifier la conception qu’ils avaient d’une démarche scientifique aux seules exigences de la commande administrative. En privilégiant la qualification du personnel comme critère de recrutement, mais aussi quand il a fallu faire des choix lors des différentes phases de réduction des effectifs, ils n’ont jamais cessé d’insister sur la spécificité scientifique et technique de leur travail. Cette stratégie a toutefois trouvé ses limites à la fin des années vingt, et définitivement au cours des années trente. Des négociations et du compromis on est passé alors à la condamnation d’un modèle professionnel et des hommes qui l’incarnaient. Les purges qui ont suivi le recensement de 1937 ont été l’aboutissement de ce processus. Elles ont condamné définitivement une forme de comportement professionnel et confirmé une nouvelle définition du métier de statisticien, apparue au début des années trente, avec de nouveaux critères de compétences et de sélection. À un nouveau type d’État devait correspondre une nouvelle forme de la production des données statistiques.

6Cette défaite professionnelle fut aussi celle d’un groupe social. Privés du contrôle de l’institution qui aurait pu légitimer leur place sociale, ramenés au rang de technicien des chiffres, les statisticiens n’ont pas pu bénéficier du statut social qui aurait pu être associé à celui de leur profession. En ce sens-là, on peut dire que le processus de professionnalisation engagé à la fin du xixe siècle a été interrompu, empêché de parvenir à son terme. En apportant un éclairage particulier sur le devenir d’un tel processus dans le cas d’un groupe issu du monde des spécialistes professionnels des zemstva, cette analyse dépasse, en fait, le cadre seul de l’administration statistique.

7Noyés, malgré eux, dans la nébuleuse des employés de l’État soviétique, les statisticiens y perdirent la reconnaissance de la spécificité professionnelle qu’ils avaient tant cherché à affirmer et qui aurait pu fonder leur identité sociale. En réalité, ils ne pouvaient pas obtenir la place sociale à laquelle ils aspiraient. En effet, le mouvement de promotion sociale par le parti, qui a été accéléré à partir de 1928 à la faveur de la lutte contre la bureaucratie et de la politique du « Grand tournant », ne pouvait réussir qu’en niant la légitimité d’un statut social spécifique pour ceux que l’on désignait comme des « spécialistes bourgeois ». Frappés d’anathème social et politique, ces derniers ne pouvaient plus espérer accéder à une reconnaissance sociale quelconque liée à leur profession.

8Outre cela, les promus à leur place de l’administration statistique de la fin des années vingt, et surtout du début des années trente, ne pouvaient pas justifier leur nouveau statut par leur qualification ou leurs compétences en statistique puisqu’ils tenaient leur promotion avant tout de leur appartenance au parti. Le projet social des bolcheviks a, en effet, contribué à construire un système de positions sociales reposant sur d’autres critères de légitimation que celui seul du statut professionnel. En privilégiant l’appartenance au parti ou à des organisations sociales comme moteur de la promotion à des postes de responsabilité dans l’administration, il a créé les bases d’un nouveau système de hiérarchie sociale. Le renversement de l’ordre des critères d’accès aux postes de responsabilité de l’administration statistique ne pouvait pas se réaliser sans une négation des critères professionnels qui avaient servi de fondement à la hiérarchie des postes et des statuts en usage dans les bureaux de statistique des zemstva, puis au sein de la TsSOu à partir de 1918. La reconnaissance sociale de la profession des statisticiens perdait tout sens dans une administration soviétique qui était régie par d’autres symboles et d’autres règles.

  • 1 Au sujet de la « conspiration du silence » autour des questions posées par l’identité sociale des (...)

9Ni « rouge », ni « prolétaire », le statisticien était devenu professionnellement et socialement un employé d’État parmi d’autres, rejoignant les rangs d’une « classe cachée1 ». Ce processus peut être interprété comme un mécanisme fondamental de la négation politique, à partir de la fin des années 1920, d’une des formes de la différenciation sociale, celle qui repose sur la différenciation professionnelle entre les membres d’une société. La construction politique d’une autre forme d’organisation sociale exige alors la dislocation de réseaux professionnels anciens, dont les membres sont soudés par des pratiques et des valeurs communes. L’étude sociologique du processus de déprofessionnalisation dont les statisticiens ont été l’objet peut alors contribuer à une meilleure compréhension des mécanismes de la formation de la société soviétique et de sa structuration dans les années 1930.

10Ici, l’histoire sociale rejoint l’histoire des sciences. En effet, cette défaite sociale a été aussi celle d’un projet de construction du savoir dans la mesure où la disparition d’un corps de professionnels a été indissociable de la remise en cause de ses outils et de ses méthodes, en particulier de ses méthodes d’enquête, de traitement et d’analyse des données élaborées et perfectionnées sur la base d’une expérience accumulée depuis la fin du xixe siècle. Dès le milieu des années 1920, l’usage des techniques et des méthodes des statisticiens de la TsSOu devint un objet de négociation avec les représentants du pouvoir politique, mais aussi d’autres administrations, dont le Gosplan. Les objets d’enquête furent également sujets à discussion. La négation des formes de savoir et de savoir-faire que les statisticiens avaient toujours défendues, tant face aux administrateurs des zemstva que face aux nouveaux dirigeants politiques des années vingt, mit fin à une forme de savoir statistique originale et novatrice. L’élimination de ceux qui avaient pris part à sa construction fut la phase finale de cette entreprise de destruction.

11Cela marqua aussi l’échec d’un projet de diffusion du savoir au service du peuple, donc du plus grand nombre. En s’efforçant de publier le plus largement possible les résultats de leurs principaux travaux, des recensements et des enquêtes les plus importantes, les statisticiens poursuivaient l’idéal des Lumières du xviiie siècle et de la marche vers le peuple des populistes russes du xixe siècle, mettre la science au service de tous et du progrès économique et social. Cela aurait pu devenir une arme contre l’usage du mensonge par un pouvoir politique pour asseoir son autorité. L’annulation par Staline des résultats du recensement de 1937 symbolisa leur défaite dans ce domaine aussi.

12Toutefois, la reconstitution des pratiques d’enquête des statisticiens, tant dans les bureaux des zemstva qu’ensuite dans l’administration statistique des années 1920, conduit à poser un autre regard sur le rôle de la contrainte dans la construction du savoir statistique. Elle permet d’aborder une question de l’histoire des sciences qui dépasse le cadre strict de cette recherche, en l’occurrence celle de la part des négociations et des compromis dans la construction des savoirs scientifiques. Ainsi, dans le cas de la statistique, que le pouvoir politique soit d’État ou local, les exigences imposées par la commande administrative sont toujours là. Cependant, on aurait tort, me semble-t-il, de ne considérer ici que l’aspect limitatif de la contrainte. Celle-ci, dans certains cas, peut pousser à des innovations. En effet, les statisticiens des zemstva ont appris très tôt à jouer avec cela et se sont efforcés de trouver un compromis entre l’objectif administratif des enquêtes et leurs propres préoccupations scientifiques.

13Loin d’être stérilisante, la résolution de cette tension entre les deux pôles du travail statistique, administratif et scientifique, a donné lieu à un certain nombre d’enquêtes et de travaux novateurs. En contraignant les statisticiens à trouver des solutions, des compromis méthodologiques, pour résoudre les problèmes pratiques liés à l’enquête de terrain d’origine administrative, elle a stimulé l’expérimentation et la diffusion de certaines méthodes, celle des premières enquêtes par sondage par exemple. Elle a été aussi un facteur déterminant dans l’évolution des méthodes d’enquête au niveau national à cette époque. En effet, confrontés à la pluralité et à la diversité des différents terrains d’enquête régionaux, les statisticiens des zemstva ont affirmé très vite la nécessité de la comparabilité des résultats pour l’interprétation des données. Un pas décisif a été ainsi fait vers l’homogénéisation et la standardisation des instruments d’observation.

  • 2 Au début de la guerre civile, cette attitude n’était pas spécifique aux statisticiens, mais, au co (...)

14La statistique des zemstva offre ainsi un bel exemple du rôle de l’articulation entre la commande institutionnelle et l’exigence scientifique dans le processus d’élaboration et d’évolution des méthodes et des techniques d’enquête. L’expérience de la recherche de compromis méthodologiques satisfaisants dans le cadre de leur pratique au sein des bureaux des zemstva a vraisemblablement conforté les statisticiens, en 1918, dans l’idée qu’ils pourraient coopérer avec les bolcheviks, qu’ils pourraient mettre leurs compétences au service du changement à condition de ne pas être gênés dans l’exécution de leur travail2. Ceci explique l’intransigeance de leur attitude au sujet de leur indépendance institutionnelle et de la question de la qualification professionnelle. Les connaissances scientifiques et la compétence technique devaient garantir l’indépendance du travail statistique vis-à-vis du pouvoir politique, le compromis n’était possible qu’à ce prix. Ceux qui furent condamnés dans les années 1930 le furent pour avoir défendu jusqu’au bout ce qu’ils jugeaient non négociable, la maîtrise des techniques et des méthodes utilisées.

15Cette étude de l’évolution de la Direction centrale de la statistique et de son personnel au cours des années 1920 éclaire également certains aspects de la construction de l’État soviétique et de ses administrations à cette époque. La concurrence institutionnelle entre celles-ci reposait sur des missions différentes, mais aussi sur des groupes dont les membres se caractérisaient par des trajectoires et des cultures professionnelles différentes. L’éclatement de la production des données entre différentes administrations fit expérimenter à la TsSOu les effets de cette concurrence, de manière d’autant plus aiguë qu’elle avait été chargée par les textes, en 1918, d’unifier les divers services statistiques d’administrations sous sa propre bannière. Son échec dans cette entreprise mit en évidence la lutte politique qui se jouait derrière la concurrence entre les administrations centrales et leurs services régionaux. Faute de réussir à unifier le cadre institutionnel de la production des données statistiques de l’État soviétique, la TsSOu se retrouva au même niveau d’action et de décision que les gros services producteurs de chiffres du Conseil suprême de l’économie nationale, du Gosplan et des commissariats les plus puissants, à l’Approvisionnement, au Travail et à l’Agriculture.

16Cet éclatement institutionnel de la production des données porta d’autant plus atteinte à la légitimité de la TsSOu dans ce domaine que certains de ces services étaient dirigés par des statisticiens de renom qui avaient été formés en son sein ou dans les bureaux des zemstva, par exemple V. G. Groman. Dans ce cas, quand les méthodes d’enquête de la Direction centrale étaient contestées, elles l’étaient par des professionnels qui les avaient eux-mêmes pratiquées et les connaissaient fort bien. La menace la plus forte vint tout de même de l’administration du plan, qui s’est comportée, à partir de la seconde moitié des années 1920, comme l’administration de référence dans le domaine de l’élaboration et de la diffusion des données statistiques. Limitant progressivement le champ de l’information chiffrée à celui de la statistique économique au sens large du terme, celle-ci réduisit du même coup le domaine d’intervention de la statistique d’État, posant de fait la question de la nécessité de l’existence d’une administration statistique d’État spécifique, en l’occurrence de la TsSOu. Outre cela, les critiques de plus en plus vives formulées par les différents organes du plan contre les méthodes de travail de cette dernière l’ont mise dans l’incapacité de faire reconnaître la légitimité de sa place centrale dans cet ensemble. Ceci se termina par son placement sous la tutelle du Gosplan en 1930.

17À partir de 1924, le parti installa petit à petit une autre forme de tutelle sur la TsSOu en faisant peser son contrôle directement sur des pratiques qui étaient au cœur de l’activité professionnelle des statisticiens, en particulier sur le système de formation interne qu’ils avaient mis en place. Le processus de déprofessionnalisation en fut accéléré. L’accès aux cours organisés par la Direction centrale fut soumis à des critères tout autres que ceux exclusivement professionnels en usage jusque-là. L’activité dans le parti et les diverses organisations sociales qui lui étaient liées remplaça rapidement l’ancienneté et les compétences acquises dans le travail statistique. Dès la fin des années 1920, les débats entre statisticiens sur les méthodes, au sujet de l’estimation des récoltes ou des enquêtes par sondage par exemple, ont porté l’empreinte d’une nouvelle génération de statisticiens d’autant plus enclins à critiquer les méthodes d’enquête et de traitement des données en usage jusque-là qu’ils n’y étaient pas réellement formés et ne les maîtrisaient pas.

18Le contrôle du parti s’est étendu également à la conduite des recensements. Apparu à l’occasion de celui de 1926 sous la forme d’une participation active à la campagne d’agitatsia, il s’est élargi plus tard, au début des années 1930, au choix du personnel d’encadrement et au contrôle de la réalisation des opérations de collecte. En devenant le maître d’œuvre du recensement, le parti ramena le statisticien à un rôle purement technique et lui enleva la maîtrise du contrôle final des données en le transformant en contrôle politique. Le recensement devenait un instrument de propagande politique, s’éloignant de plus en plus de sa conception d’outil de connaissance scientifique. L’annulation par Staline des résultats du recensement de 1937 reste le symbole de l’achèvement d’un processus engagé dès le milieu des années 1920.

  • 3 Voir M. Mespoulet, « Les relations entre centre et régions au moment de la mise en place des burea (...)

19Toutefois, le contrôle du parti n’était pas total, loin de là. À la lumière des conflits qui eurent lieu au sein de la Direction centrale, mais aussi dans un bureau régional comme celui de Saratov, il semble en effet que l’administration statistique évoluait dans une configuration de rapports institutionnels entre administrations et organes politiques dans laquelle il y avait du jeu. Quand ils l’ont pu, le directeur de la TsSOu et les responsables de ses bureaux régionaux s’efforcèrent, semble-t-il, de tirer parti de cette marge d’incertitude qui leur donnait une marge de liberté. Au niveau local, si l’on juge d’après l’exemple du bureau de Saratov, c’est pendant les années de la guerre civile que les statisticiens ont joui de la marge d’initiative la plus grande, sûrement à cause de la situation particulière de cette période. Dans le contexte de désorganisation dans lequel le pays était plongé, la latitude d’action des bureaux régionaux, née de cette situation, a permis d’effectuer les adaptations nécessaires sur le terrain pour favoriser le déroulement des enquêtes et des recensements divers3. Seules l’expérience et l’opiniâtreté des anciens statisticiens des zemstva, qui connaissaient de longue date leur territoire d’observation, ont pu permettre un enchaînement aussi rapide d’enquêtes et de recensements dans des régions où la vie quotidienne était profondément perturbée par les combats et les difficultés matérielles de toutes sortes. La marge d’initiative locale laissée aux bureaux régionaux a été nécessaire à l’exécution des ordres de la Direction centrale. Il en fut de la statistique comme de bien d’autres domaines. Au cours des premières années de leur existence, les administrations du nouvel État soviétique ont bénéficié de l’expérience et du savoir du personnel professionnel des anciens zemstva pour assurer la bonne marche de leurs services à leur base, dans les régions. Ainsi la continuité des hommes et des structures au niveau local peut-elle expliquer celle des pratiques administratives pendant la guerre civile et une partie des années 1920.

20L’expérience des statisticiens placés à la tête de la TsSOu et de ses bureaux régionaux, acquise au sein des bureaux des zemstva, fut un atout majeur pour conduire les transformations de la nouvelle administration statistique d’État, notamment pour s’adapter aux mutations liées à la forte augmentation des effectifs, mais aussi à l’évolution rapide des méthodes à cette époque, en particulier à la diffusion des enquêtes par sondage. Mise au service du changement, l’expérience locale des statisticiens a favorisé l’organisation rapide des structures dans les régions, ainsi que l’ensemble des adaptations nécessaires dans un contexte où les difficultés diverses liées à la guerre civile compliquèrent lourdement leur tâche, notamment pour effectuer les enquêtes dans les campagnes.

  • 4 Voir notamment J. Sapir, « Ruptures et continuités dans l’histoire économique russe et soviétique  (...)

21D’autres travaux ont souligné l’action de formes de continuité derrière les manifestations de rupture pendant les premières années d’exercice du pouvoir bolchevik4. Les moyens employés par les statisticiens pour défendre les modalités du travail statistique qu’ils jugeaient essentielles livrent quelques éléments qui peuvent aider à comprendre comment des effets de continuité ont pu agir concrètement derrière les effets de rupture. L’étude de leurs pratiques d’organisation et de négociation fournit, en particulier, un éclairage sur la manière dont des spécialistes d’une profession issue de la période tsariste ont pu sauvegarder des formes de travail menacées, notamment à l’échelle locale d’une province. Ils y sont parvenus en exploitant un savoir-faire forgé à une autre période, dans une autre configuration administrative et institutionnelle. Anciens acteurs sociaux de la société civile des zemstva, les statisticiens se sont adaptés au nouveau contexte politique et administratif de leur activité professionnelle, après octobre 1917, en utilisant les ressources que leur donnait leur connaissance des institutions et de leurs interlocuteurs locaux pour bâtir une marge de manœuvre et un espace de liberté à l’intérieur d’une nouvelle constellation d’organisations.

  • 5 Pour la période des années 1930, les tensions et les conflits entre les logiques professionnelles (...)

22Dans les régions, leur expérience de l’administration locale, mais aussi de ses relations avec l’État, leur a permis notamment de jouer avec les dispositifs réglementaires à leur portée. Outre cela, leur connaissance des acteurs institutionnels locaux et du jeu des solidarités locales face aux ordres du centre leur a été utile pour défendre ce qui, à leurs yeux, était non négociable. Ils ont bâti leurs stratégies au carrefour des interactions entre les effets de concurrence entre différentes administrations, les efforts du comité exécutif de leur province pour exercer son contrôle politique et leurs propres exigences. Ils ont, en particulier, exploité le jeu introduit dans l’application locale des directives centrales par l’attitude et les intérêts divergents des différents groupes d’acteurs locaux. Leur activité de négociation, ancrée dans des pratiques professionnelles et sociales constituées avant 1917, éclaire la manière dont, dans un milieu local donné, la continuité des pratiques a pu agir derrière les changements institutionnels. Plus largement, elle montre comment les logiques politiques des représentants du nouveau pouvoir ont pu buter contre des logiques professionnelles qui étaient également des comportements de corps5, mais aussi contre une expérience sociale de la négociation et de l’élaboration de compromis dans le monde de l’administration qui a contribué à réduire le contrôle de l’État bolchevik sur certains de ses services administratifs régionaux pendant la guerre civile et au début de la NEP.

23À la fin des années 1920, l’éviction et le remplacement de ces « spécialistes bourgeois » par des hommes du parti jugés plus sûrs furent la seule réponse trouvée par le pouvoir quand le compromis ne fut plus possible. En fait, tant que d’anciens responsables de bureaux statistiques des zemstva restèrent aux commandes de la TsSOu et de ses bureaux régionaux, la stratégie de contrôle du parti eut du mal à s’imposer. Elle devint plus efficace à partir de la fin des années 1920, quand la majeure partie des hommes de cette génération fut partie à la retraite ou décédée, et que le Gosplan eut mis la Direction centrale de la statistique sous son contrôle direct.

  • 6 Sur le rôle de l’Académie communiste dans la construction des sciences sociales, voir M. David-Fox(...)

24C’est aussi à ce moment-là que le parti commença à intervenir dans la définition des concepts, des méthodes et des objets d’étude de la statistique, par l’intermédiaire de l’action de la Société des statisticiens marxistes, au sein même de la TsSOu. Le destin de la statistique rejoignait celui des sciences sociales en URSS, face à un État qui revendiquait le statut d’État-savant, face à des dirigeants dont le projet politique de construction d’une nouvelle société reposait sur une argumentation scientifique dans laquelle les sciences sociales et les chiffres occupaient une place centrale. La construction du savoir statistique fut placée, tout comme les sciences sociales, sous la guidance théorique de l’Académie communiste6. L’indépendance de la statistique vis-à-vis du pouvoir politique n’était plus qu’un vieux rêve.

Notes

1 Au sujet de la « conspiration du silence » autour des questions posées par l’identité sociale des différentes catégories classées dans celle des « employés » à cette époque, voir les remarques judicieuses de Daniel Orlovsky dans D. Orlovsky, « The Hidden Class… », art. cit.

2 Au début de la guerre civile, cette attitude n’était pas spécifique aux statisticiens, mais, au contraire, était partagée par d’autres groupes de professions intellectuelles. Différents travaux ont mis cela en évidence pour les académiciens et les professeurs d’université. À ce sujet, voir notamment D. P. Koenker, W. G. Rosenberg, R. G. Suny, Party, State and Society in the Russian Civil War, op. cit.

3 Voir M. Mespoulet, « Les relations entre centre et régions au moment de la mise en place des bureaux statistiques des gubernii. L’exemple du gubstatbjuro de Saratov, 1918-1923 », Cahiers du Monde russe, 4, 1997, p. 489-510.

4 Voir notamment J. Sapir, « Ruptures et continuités dans l’histoire économique russe et soviétique », in De Russie et d’ailleurs – Feux croisés sur l’Histoire. Mélanges Marc Ferro, Paris, Institut d’études slaves, 1995,p. 297-319 ; Cécile Lefevre,« Le système de protection sociale russe : héritage et transformations », Revue détudes comparatives Est-Ouest, 4, 1995, p. 25-54 ; J. SAPIR (dir.), Retour sur lURSS…, op. cit. ; Ramine Motamed-Nejad (dir.), URSS et Russie. Rupture historique et continuité économique, Paris, Presses Universitaires de France, 1997 ; P. Holquist, « La question de la violence », art. cit.

5 Pour la période des années 1930, les tensions et les conflits entre les logiques professionnelles développées au sein d’administrations et les logiques de contrôle ou de répression du pouvoir politique ont été analysés notamment dans A. Blum, « À l’origine des purges de 1937… », art. cit., et dans Sabine Dullin, Diplomates et diplomatie soviétiques en Europe (1930-1939), Thèse de Doctorat, Paris, Université de Paris-I, 1998.

6 Sur le rôle de l’Académie communiste dans la construction des sciences sociales, voir M. David-Fox, « Symbiosis to Synthesis… », art. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable