Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Nouveaux usages de la statistique et déprofessionnalisation

Chapitre 12. Défaite d’une profession

Texte intégral

  • 1 Valerian Valerianovitch Ossinski (1887-1938) a été directeur de la TsSOu de février 1926 à 1928, p (...)

1À la fin des années 1920, la TsSOu ne fut pas épargnée par la lutte contre les « spécialistes bourgeois ». Le limogeage de son premier directeur, en janvier 1926, peut être interprété comme un premier signe de la défaite des anciens statisticiens des zemstva dans la réalisation de leur projet scientifique et professionnel. Son remplacement, le mois suivant, par un haut responsable du parti, V. V. Ossinski1, symbolisa la mise sous contrôle politique de l’administration qu’ils avaient construite. Sur fond de « Grand tournant », les années 1929 et 1930 plongèrent la Direction centrale de la statistique dans un autre monde institutionnel et professionnel. Les transformations organisationnelles qui l’affectèrent modifièrent les conditions d’exercice du métier de statisticien. Obligés de remanier leurs méthodes d’enquêtes pour les adapter aux exigences de la planification, les statisticiens qui restèrent en poste au-delà des années 1920 durent abandonner les principes d’organisation du travail qu’ils s’étaient toujours efforcés de défendre jusque-là.

Le « Grand tournant » en statistique

  • 2 Pour une présentation des années 1928-1931, et notamment de la campagne contre les « spécialistes (...)
  • 3 En avril 1928, le Plenum du Comité central du parti annonça qu’il y avait eu des « opérations de s (...)

2L’entrée en vigueur du premier plan quinquennal en 1928 et le passage à un rythme d’industrialisation accéléré marquèrent le début du « Grand tournant » dans l’économie soviétique. Après la crise des collectes de l’année 1928, la collectivisation des exploitations agricoles devint une priorité à la fin de l’année 1929. La marche forcée vers l’industrialisation et la collectivisation s’accompagna d’un effort de formation de nouveaux cadres techniques et scientifiques. En 1928, l’immense majorité de ceux qui travaillaient dans les entreprises et les organismes d’État avait été formée pendant la période tsariste. Très peu étaient membres du parti (2 %)2. L’affaire de Chakhty marqua la fin de la période de coopération entre les hommes au pouvoir et ces spécialistes de différentes professions issus de la période prérévolutionnaire3.

  • 4 S. Fitzpatrick, Cultural Revolution in Russia, 1928-1931, Cambridge, Cambridge University Press, 1 (...)

3Désignés comme « spécialistes bourgeois », les cadres formés sous l’ancien régime devinrent autant d’« ennemis du peuple » potentiels qu’il fallait neutraliser ou éliminer. Toute personne émettant un doute quelconque au sujet des méthodes de production envisagées dans l’industrie ou l’agriculture était vite qualifiée d’« ennemie du peuple ». Une nouvelle « intelligentsia technique », formée dans les instituts d’enseignement supérieur soviétiques nouvellement créés, devait remplacer les cadres issus de l’ancien régime pour accompagner les changements radicaux que devaient apporter l’industrialisation accélérée et la collectivisation. Une campagne de promotion d’ouvriers et de membres du parti à des postes de responsabilité démarra dès l’été 1928. Une « nouvelle intelligentsia rouge et experte » devait prendre au plus vite la place des anciens experts. La révolution culturelle devait contribuer à l’émergence de ces hommes nouveaux. En particulier, les contenus de formation devaient être transformés dans les différents établissements d’enseignement, des facultés ouvrières devaient être ouvertes pour former de nouveaux cadres techniques issus de la classe ouvrière4.

Révolution culturelle et statistique

4Les tout nouveaux diplômés du département de la statistique de l’Institut de l’économie nationale Plekhanov, fondé fin 1924, furent chargés de porter la révolution culturelle dans cette administration :

  • 5 « I vypusku krasnyh statistikov Instituta narodnogo hozjajstva im. Plehanova » (À l’intention de l (...)

« Il leur faut utiliser les acquis de la pensée critique appris dans leur établissement d’enseignement supérieur pour faire enfin la révolution culturelle dans la statistique5. »

5Des « statisticiens rouges » devaient remplacer les « statisticiens bourgeois » et transformer la TsSOu en administration statistique au service du plan :

  • 6 L’Académie socialiste, créée en juin 1918, avait pris le nom d’Académie communiste à la fin de l’a (...)
  • 7 « I vypusku Krasnyh statistikov… », art. cit., p. 6.

« Une tâche difficile incombe aux nouveaux détachements de statisticiens qui, année après année, vont sortir de cet établissement soviétique de formation supérieure à la statistique. À partir des hauteurs de la théorie enseignée dans les séminaires conduits par les professeurs rouges et les collaborateurs scientifiques de l’Académie communiste6, ils auront à transférer leurs idées audacieuses au cœur de la pratique réelle dans les travaux de statistique et de planification effectués chaque jour7. »

6Une nouvelle conception de la pratique statistique se dégageait en filigrane derrière le discours sur la révolution culturelle en statistique :

  • 8 Ibid., p. 6-7.

« Dans la révolution culturelle, la reconstruction de la théorie est liée étroitement à la reconstruction de la pratique et de la technique. Un individu qui s’est risqué à passer de la logique formelle à la dialectique dans le domaine de la théorie statistique doit, bien sûr, s’occuper également de la reconstruction de la production des données statistiques. Pour lui, il n’existe pas de fondements ou de vérités absolues dans une science pure. Pour lui, également, peu efficaces sont les usages et les acquis pratiques de la routine quotidienne dans le travail de l’énorme machine statistique. Dans le domaine des sciences naturelles et de la technique, la révolution dans la théorie s’est toujours accompagnée d’une révolution dans les formes de la production. C’est ce que nous avons à faire également dans le domaine de ce vaste appareil que nous appelons la statistique d’État et qui engloutit tant de moyens de l’État8. »

7La « reconstruction de la production des données statistiques » ne pouvait pas être envisagée sans une condamnation définitive des pratiques de la TsSOu issues de la statistique des zemstva :

  • 9 Ibid.

« Des représentations et pratiques empiriques confuses et peu claires, des formes chaotiques de l’organisation du travail de la statistique d’État il va falloir passer à des formulations précises, à des théories claires, à des formes d’organisation du travail conçues de manière méticuleuse9. »

8Un nouveau programme de travail devait donc être défini au sein de l’administration statistique, ce qui exigeait de recruter un nouveau personnel, formé à de nouvelles techniques et méthodes, pour le mettre en œuvre :

  • 10 obchtchestvennaïa rabota
  • 11 Ibid., p. 7.

« Et, dans cette immense tâche, la première place revient sans aucun doute à des gens nouveaux en statistique, qui y sont arrivés, après un passage dans une faculté ouvrière et un établissement d’enseignement supérieur, en venant de la machine-outil, de la charrue et du champ des batailles civiles. Ainsi, cette branche du travail social10 sera prise en main par les ouvriers et les paysans qui se sont battus sur les fronts de la guerre civile et de la construction de l’État soviétique. Promotion après promotion, détachement après détachement, ceux-ci se répandront dans les régions et les districts de notre immense Union pour prendre, avec le courage de notre jeunesse prolétarienne, le taureau par les cornes et introduire dans le travail les choses nouvelles que la construction du socialisme exige de la statistique11. »

9Cette nouvelle conception du travail statistique répondait à la nouvelle définition de son rôle social. Au service du projet politique de construction d’un État socialiste, l’administration statistique ne pouvait plus conserver son indépendance institutionnelle vis-à-vis du pouvoir politique. Assimilée beaucoup plus à une technique au service d’une action politique qu’à un domaine de construction d’un savoir scientifique, elle devait produire les chiffres nécessaires à cette action. Déjà, en juin 1926, le tout nouveau directeur de la TsSOu, V. V. Ossinski, avait tracé les grandes lignes du rôle social de la statistique devant les participants à une réunion du collège de la Direction centrale :

  • 12 « Soves&c&anie Kollegii CSU SSSR… », art. cit., p. 297.

« Ossinski a insisté tout d’abord sur le rôle de la statistique à l’époque de la dictature du prolétariat : la statistique constitue, dans cette période historique, un des maillons du travail de l’État. Il est tout à fait clair que, sans une comptabilité complète, précise et unifiée à l’intérieur de l’appareil d’État, il est impossible d’envisager le travail de transformation de l’ancienne structure de la société dans la nouvelle, socialiste. Ce travail consiste, d’un côté, à rationaliser l’économie et, d’un autre, à introduire dans la planification tout le travail économique et culturel dans son ensemble12. »

  • 13 À ce sujet, voir S. Fitzpatrick, Education and Social Mobility…, op. cit., et M. David-Fox, op. ci (...)

10La sphère de la statistique ne pouvait plus être séparée de l’activité sociale et politique. Bien plus, elle devait y être soumise. Dans cet objectif, il était nécessaire de remplacer le personnel de la TsSOu de la base au sommet, de faire reposer sa formation sur l’appareil de l’enseignement supérieur de l’État soviétique en cours de construction13, et non plus sur l’ancien réseau de cours centraux et régionaux de l’administration statistique. La promotion et le recrutement des individus ne pouvaient plus être l’affaire d’une profession. La définition des critères de qualification allait changer de nature également, même si le mot lui-même, kvalifikatsia, continuait à être utilisé pour justifier toutes les mesures prises.

Nouveaux contours de la formation

  • 14 « I vypusku krasnyh statistikov… », art. cit., p. 6.
  • 15 « I vypusku krasnyh statistikov… », art. cit., p. 7.

11À partir de la fin de l’année 1924, la formation des cadres de la TsSOu fut effectuée prioritairement au sein du département de la statistique de l’Institut de l’économie nationale Plekhanov nouvellement créé. Contrairement à l’ancien système de formation imaginé par Kaufman, Orjenski et Vikhliaev, les enseignants de cet établissement n’étaient recrutés ni parmi les responsables de la TsSOu en place à cette époque ni parmi ses consultants habituels. Une partie d’entre eux venait de l’Académie communiste, une autre de l’Institut des professeurs rouges14. En 1928, ces nouveaux enseignants dirigeaient les principales chaires du département de la statistique de l’Institut Plekhanov15. En quatre ans, une « école de la statistique soviétique » marxiste s’était ainsi constituée au sein de celui-ci, dont les membres développaient des conceptions du travail statistique opposées à celles des premiers responsables de la TsSOu encore en poste.

  • 16 Voir Nikolai Krementsov, Stalinist Science, Princeton, Princeton University Press, 1997, chap. 1-2

12En 1928, l’enseignement dans le département de la statistique de l’Institut Plekhanov était organisé selon le modèle qui devait régir dorénavant le monde institutionnel de la science soviétique16. La « ligne théorique » de l’enseignement était supervisée par la Société des statisticiens marxistes, créée en 1925, et enseignée par des « professeurs rouges ». L’Académie communiste coiffait le tout. Ainsi pouvait-on lire, dans le discours prononcé à l’intention de la première promotion de « statisticiens rouges » entrée dans sa dernière année de formation :

  • 17 « I vypusku krasnyh statistikov… », art. cit., p. 6.

« À l’heure où la première promotion est déjà passée dans la quatrième année, le département de la statistique lui-même a été nettement renforcé. Maintenant ses chaires sont dirigées par des marxistes solides et l’enseignement est maintenu fermement à un niveau 100 % marxiste. Un certain nombre d’anciens soldats de l’Armée rouge, sélectionnés selon une ligne scientifique, et qui ont travaillé ensuite au sein de l’Académie communiste, a été recruté pour enseigner17. »

  • 18 Ibid., p. 5.
  • 19 « Puti sovetskoj statistiki » (Les voies de la statistique soviétique), Vestnik statistiki, 1, 192 (...)

13Il n’était plus question « d’apprendre la statistique dans des manuels arides et ennuyeux, mais sur la base des travaux de Lénine lui-même, en étudiant sa méthodologie, en s’efforçant de l’appliquer aux problèmes contemporains18 ». La référence à Lénine devait remplacer celle aux travaux de Tchouprov et de Bowley, la statistique économique devait être privilégiée et mise au service de la planification. Dans cet objectif, l’étude des différentes branches ne devait plus constituer des « disciplines formelles » séparées, et les « catégories économiques » utilisées devaient être adaptées à la quantification et délaisser toute préoccupation qualitative pour prendre seulement « un aspect chiffré19 ».

  • 20 « I vypusku krasnyh statistikov… », art. cit., p. 6.

14Inévitablement, l’esprit de la formation dispensée par le département de la statistique de l’Institut Plekhanov allait imposer de l’extérieur une réforme des programmes de travail de la TsSOu. En effet, la cohabitation, au sein d’une même administration, de deux catégories de personnel et de responsables formés sur la base de principes radicalement différents ne pouvait que conduire à des conflits et à une restructuration du travail et des équipes. L’éviction de Popov de son poste de directeur au début de l’année 1926 fut la première étape d’un processus de normalisation qui ne faisait que commencer au sein de la Direction centrale. Dès ce moment-là, un groupe de responsables et d’enseignants du département de la statistique de l’Institut Plekhanov y occupa des postes de direction20. Les liens entre la Direction centrale et l’Institut en furent renforcés. En même temps, une telle situation contribua à nourrir des oppositions de plus en plus fréquentes entre les nouveaux promus et ceux qui avaient présidé à l’organisation, dès la première heure, de celle qui était de plus en plus souvent dénommée « la vieille TsSOu ».

15Supposée la rénover, sa restructuration en 1927 contribua à réduire le champ de son action et à appauvrir le contenu de ses travaux.

Une Direction centrale fortement restructurée

Rationaliser l’organisation du travail

  • 21 Poloz&enie o Central’nom Statistic&eskom Upravlenii Sojuza SSR 1927g. (Réglementation de la Direct (...)

16Après les conflits des années 1925 et 1926 entre la TsSOu, d’un côté, et, de l’autre, le Gosplan, le parti et l’Inspection ouvrière et paysanne, cette première réforme a pu donner l’impression d’un apaisement. La nouvelle réglementation du 11 mai 192721 pouvait, en effet, donner l’illusion à la Direction centrale d’une importance retrouvée : elle devenait commis sa riat du peuple à part entière et dorénavant son directeur disposerait, à ce titre, d’une voix délibérative au Conseil des commissaires du peuple. Une telle situation pouvait laisser croire aux statisticiens qu’ils pourraient conserver leur identité professionnelle et institutionnelle.

  • 22 À ce sujet, voir « Soves & c&anie Kollegii… », art. cit.

17En réalité, cette réforme ne faisait que poursuivre des mesures prises de manière plus discrète au printemps 1926, et qui avaient abouti à une plus grande concentration des structures22. De trente-trois départements la Direction centrale était passée à seize. À la base de l’appareil statistique, le réseau des correspondants avait été réorganisé et étoffé. La logique était de renforcer l’efficacité de l’administration statistique aux deux extrémités du processus de la production des données, à l’échelle de la collecte dans les campagnes et au niveau central. Le regroupement des tâches dans un nombre plus réduit de services au sein de la Direction centrale visait à y introduire une plus grande rationalisation du travail :

  • 23 Ibid., p. 303.

« Chez nous, la situation des techniques de comptabilité est mauvaise, nous avons peu de machines à calculer. Il est indispensable de passer le plus vite possible d’un travail manuel et artisanal à un travail avec des machines, afin d’accélérer le rythme du travail et d’augmenter sa qualité.
La réorganisation de la statistique d’État qui a été exposée va exiger des moyens supplémentaires : pour recruter des spécialistes plus qualifiés, pour améliorer l’administration à sa base et pour mécaniser l’appareil. Il n’y aura pas d’augmentation significative des dépenses, une partie d’entre elles sera compensée par la compression et la concentration des opérations statistiques ; toutefois, des moyens supplémentaires sont nécessaires au plus haut point, d’autant plus qu’une amélioration de la situation de notre statistique diminuera la quantité des erreurs de calcul, ce qui économisera beaucoup d’argent23. »

18Rationalisation rimait avec mécanisation, mais aussi avec augmentation du niveau de qualification d’ensemble du personnel. La machine devait réduire les erreurs tout en libérant les statisticiens pour des tâches comptables plus complexes. Bien plus, l’amélioration de la qualité de la production des données permettrait de réaliser des économies, en somme de réduire les coûts de fonctionnement. En réalité, la suite montra que la notion même de qualification était en train de changer de contenu.

  • 24 Ibid., p. 304.
  • 25 V. V. Osinskij, « Poloz&enie i bliz&ajs&ie zadac&i… », art. cit., p. 23.

19La volonté de rationalisation aboutit à une nouvelle restructuration, plus profonde, en mai 1927. Les anciens départements de la Direction centrale furent regroupés en cinq secteurs seulement, un pour l’administration et quatre pour les travaux statistiques : statistique de l’agriculture, statistique de l’industrie et du travail, statistique de l’échange, statistique sociale24. Ainsi, en l’espace à peine d’une année, le champ d’intervention de l’administration statistique d’État fut fortement concentré sur les seuls objectifs jugés prioritaires dans une logique de planification. Il en résulta une profonde transformation de la conception de la production des données, tant dans les approches que dans les méthodes. La soumission du travail statistique au plan fut symbolisée par l’apparition d’un secteur supplémentaire spécifique, celui l’une commission de la statistique de la planification, le Statplan. Il s’agissait d’une commission interadministrative, dont la mission consistait à « coordonner les travaux statistiques de l’URSS ». Commission du plan de la TsSOu, elle était subordonnée administrativement au Gosplan25 et était garante de la conformité des travaux statistiques aux objectifs de la planification :

  • 26 « Soves & c&anie Kollegii… », art. cit., p. 305.

« À l’intérieur du Statplan, doit être organisé un bureau des instructeurs statisticiens qui surveillera de manière concrète l’activité statistique des administrations ; ici, doivent être créés les tentacules à travers lesquels le plan et la rationalisation seront mis en œuvre dans le travail statistique dans son ensemble. D’un autre côté, au sein de la commission du plan, doivent être concentrés de petits organes de travail, conçus sur le modèle des secrétariats, pour fournir l’information finale issue des travaux sur la conjoncture, la dynamique et les balances, qui sont effectués par les différents secteurs économiques de la TsSOU26. »

Rationaliser sur le modèle de l’industrie

  • 27 Au sujet du mouvement de rationalisation dans l’industrie, voir David Shearer, Industry, State and (...)

20La Direction de la statistique n’échappa pas au mouvement de rationalisation et du travail impulsé dans l’industrie à cette époque, bien au contraire27 :

  • 28 « Soves & c&anie zavedujus&c&ih otdelami po voprosam racionalizacii statistic&eskogo proizvodstva  (...)

« Chez nous aujourd’hui, on parle beaucoup de rationalisation de la production et de rationalisation de l’appareil. On analyse tous les aspects de cela. […] On discute des méthodes de rationalisation et en particulier, entre parenthèses, on remplace la notion de « rationalisation de la production » par celle de « rationalisation de l’appareil28. »

  • 29 Maria N. Smit-Falkner (1878-1968) avait une formation supérieure en économie acquise à Londres. El (...)

21Pour Maria N. Smit-Falkner, statisticienne et théoricienne membre du parti29, il n’y avait aucun doute, les principes de la rationalisation de la production industrielle pouvaient être appliqués à l’activité statistique. Les différentes phases du travail se prêtaient à une décomposition en tâches bien séparées et individualisables :

  • 30 M. Smit, « Uc&et, statistika i planovost’ » (La comptabilité, la statistique et le plan), Vestnik (...)

« Pour les processus innombrables de collecte et de traitement du matériau, la rationalisation du travail et l’introduction du travail à la chaîne (konveerizatsia) doivent jouer un grand rôle pour réduire les gaspillages en travail. Jusqu’ici, nous n’avons presque aucune norme de rendement et aucun système de décomposition des opérations statistiques selon le système de la chaîne30. »

22Une telle conception de la procédure du travail statistique s’éloignait totalement de celle des anciens statisticiens des zemstva, qui considéraient, bien au contraire, qu’aucune tâche de collecte ni de calcul ne pouvait être effectuée correctement par une personne donnée sans aucune connaissance ni compréhension de l’ensemble des objectifs d’une enquête et des opérations à effectuer.

  • 31 Pour une présentation de l’introduction des méthodes tayloriennes dans l’organisation de la produc (...)
  • 32 Voir G. Friedmann, De la Sainte Russie à l’URSS, Paris, Gallimard, 1938.

23Les considérations de M. Smit doivent être replacées dans le contexte du développement de la rationalisation dans l’industrie qu’ont connu les pays occidentaux dans l’entre-deux-guerres. Le terme même de rationalisation s’est diffusé en Europe à partir du milieu des années 1920. Il faisait référence au système d’organisation de la production et du travail mis en œuvre aux États-Unis avant la Première Guerre mondiale sous l’impulsion de l’introduction des méthodes tayloriennes de division du travail dans les entreprises31. Pour les dirigeants bolcheviks, celles-ci pouvaient être appliquées de manière rationnelle pour accélérer la construction du socialisme, à condition de s’éloigner de l’usage qui en avait été fait aux États-Unis dans une logique capitaliste. En 1918, dans son article « Les tâches immédiates du pouvoir des soviets », Lénine avait déjà prôné l’intérêt du taylorisme pour accroître l’efficacité du travail32. En 1920, lors du IXe congrès du parti, Trotski avait déclaré que le capitalisme avait fait un mauvais usage du taylorisme, mais que le socialisme en ferait une application rationnelle. En 1928, M. Smit reprenait le même argument pour l’appliquer à la production des données statistiques :

  • 33 NOT en russe : naoutchnaïa organizatsia trouda
  • 34 « Soves &c&anie zavedujus&c&ih otdelami… », art. cit., p. 192.

« Il me semble que nous pouvons apprendre beaucoup de la part des spécialistes de la rationalisation des pays d’Europe de l’Ouest, et surtout de la part des ingénieurs américains. C’est vrai, dans les pays bourgeois, la rationalisation revêt une réalité sociale et de classe déterminée. Là-bas, la rationalisation est au service de l’objectif de l’extorsion maximale de la plus-value, de l’exploitation maximale des ouvriers. Dans notre Union, la rationalisation revêt un caractère tout autre. Chez nous, toutes les économies réalisées grâce à la rationalisation profitent, en fin de compte, aux ouvriers eux-mêmes. [….] L’OST33 doit être au centre de notre attention. Elle doit être orientée vers l’amélioration du travail de la société dans l’intérêt des travailleurs. Maintenant, dans toutes les productions, a commencé le travail pour étudier les mouvements et processus du travail, d’un côté, et la mécanisation du travail manuel, d’un autre. Toutes ces questions sont extrêmement importantes pour la statistique ; ici aussi, la rationalisation et la mécanisation sont nécessaires34. »

  • 35 Cf. D. Shearer, op. cit. ; voir aussi D. Shearer, « The Language and Politics of Socialist Rationa (...)

24Dès 1927, toutes les entreprises et organisations soviétiques avaient dû se doter d’un « département de rationalisation35 ». Dans l’administration statistique, l’utopie techniciste et modernisatrice de l’application du taylorisme aux procédures du travail statistique succédait à l’« enthousiasme » du début des années 1920, toujours dans un même objectif de progrès :

  • 36 M. Smit, art. cit., p. 30.

« C’est particulièrement important pour la TsSOu de l’URSS et pour les grosses organisations des républiques où il faut faire face à une grosse quantité de matériaux chiffrés, où la publication des données prend constamment du retard à cause de la découverte d’erreurs incessantes et de la nécessité d’apporter toujours de nouvelles et encore de nouvelles corrections. Il est temps de mettre fin à ce bricolage. Il faut confier le travail de calcul aux machines et au personnel bien formé aux tâches de calcul, et les statisticiens doivent s’occuper du travail de méthodologie et d’organisation, de la vérification du matériau, de son analyse, de la construction des tableaux, des coefficients, etc.36 »

  • 37 Pour une réflexion sur ces questions, voir Stephen A. Marglin, « Origines et fonctions de la parce (...)

25Dans un objectif d’efficacité quantitative, la division taylorienne du travail entre tâches de conception et d’organisation et tâches d’exécution devait faire passer l’activité statistique à une production de type industriel tout en la soumettant à l’ordre de l’usine37 :

  • 38 M. Smit, art. cit., p. 30.

« La production statistique du futur ressemblera très peu aux organisations statistiques semi-artisanales d’aujourd’hui, que nous avons héritées des temps anciens. Nous aurons des usines de calcul strictement disciplinées, conduites et dirigées par le cerveau d’ingénieurs-organisateurs de la production statistique dans le cadre d’un système d’opérations conçues à l’avance, d’une correspondance parfaite entre la production statistique et les besoins de la planification, et aussi d’instituts de recherche scientifique parallèles et de cellules dans lesquelles on conçoit et expérimente de nouveaux travaux et de nouvelles méthodes, et d’où seront soigneusement expulsés de la pratique statistique le dilettantisme de la réflexion autant que le bricolage dans le travail38. »

26L’ancien statisticien des zemstva et ses méthodes étaient rangés au rang des antiquités. L’expérimentation en laboratoire était préférée à celle effectuée sur le terrain. Le statisticien devait devenir ingénieur dans des bureaux de statistique organisés sur le modèle de l’industrie. Au compagnonnage et à l’apprentissage de tâches complémentaires pour une compréhension globale du travail à effectuer devait succéder une stricte division du travail entre individus. Ces usines de calcul allaient produire pour le plan.

  • 39 « Materialy po racionalizacii » (Matériaux sur la rationalisation), Vestnik statistiki, 3, 1928, p (...)

27Le 13 novembre 1928, un texte de la TsSOu fixa les instructions sur la rationalisation du travail statistique qui furent envoyées à l’ensemble de ses services et bureaux39. L’effort de rationalisation des techniques de production des chiffres devait renforcer celui entrepris depuis 1926 pour transformer les méthodes d’enquête et d’analyse des données.

Changer les méthodes

  • 40 Le premier plan quinquennal couvrit la période 1928-1932.
  • 41 « Poloz & enie o Central’nom Statistic &eskom… », art. cit.

28En réalité, quels que soient les procédés techniques appliqués ensuite, rationalisation et planification ont été inséparables. La réforme de 1927 de la TsSOu avait déjà posé les jalons pour la mise en place du premier plan quinquennal dès l’année suivante40. Il s’agissait de mettre une administration au service de la planification, le début du texte de réglementation de la réforme était explicite à cet égard : la TsSOu devait avoir un rôle « de direction générale, d’unification et de contrôle des travaux statistiques, de ces travaux prévus par un plan unique pour l’ensemble de l’Union41 ». Il ne devait y avoir qu’un seul programme de travaux statistiques à l’échelle de toute l’URSS, et c’est lui qui devait régler les relations entre la TsSOu et le Gosplan. L’activité de la Direction centrale de la statistique devait répondre avant tout aux besoins de la planification. Plus question d’entreprendre des travaux qui ne seraient pas inclus dans ce cadre. Cela sonnait le glas des enquêtes locales destinées aux « besoins locaux » auxquelles avaient été tant attachés les anciens statisticiens des zemstva. Les préoccupations locales devaient s’effacer devant un plan conçu au centre pour tous. Il n’y avait plus vraiment de place pour la diversité des approches que la TsSOu s’était efforcée de sauvegarder jusque-là, ce qui, par ailleurs, l’avait fait accuser de dispersion dans son activité et d’efficacité insuffisante dans la coordination des travaux statistiques.

  • 42 « xv s’’ezd VKP (b) i sel’skohozjajstvennaja statistika » (Le xve congrès du VKP (b) et la statist (...)
  • 43 À ce sujet, voir notamment Terry Cox, Gary Littlejohn (eds.), Peasants, Class and Capitalism : The (...)

29La statistique devait être également au service de la collectivisation. Le xve congrès du parti, réuni en décembre 1927, le rappela quand il examina la question des classes sociales à la campagne et des « formes concrètes de la réorganisation socialiste de toute l’agriculture42 ». Les discussions sur les chiffres ne furent pas absentes des débats sur « l’élimination des voies du développement capitaliste », les spécialistes de l’économie agraire étant eux-mêmes divisés à propos de l’estimation et de l’analyse des différences sociales dans les campagnes43.

  • 44 « xv s’’ezd VKP (b) i sel’skohozjajstvennaja statistika », art. cit., p. 7.
  • 45 Ibid., p. 8.

30Dans un tel contexte, le chiffre et le mode de calcul devenaient un enjeu politique. Au cours du congrès, il fut reproché à la TsSOu de produire des données qui « se distinguaient fortement encore par l’absence d’une analyse marxiste correcte, et par le fait qu’elles n’étaient pas traitées de manière approfondie selon la méthode marxiste44 ». La persistance des méthodes de la statistique des zemstva fut désignée comme responsable d’une telle situation, et les statisticiens qui en étaient issus accusés soit de refuser d’adopter l’analyse marxiste, soit de l’adapter à leurs propres méthodes en la transformant45. Les tâches de la statistique agricole furent rappelées :

  • 46 Ibid., p. 13-14.

« calculer et analyser les tendances, les formes, les conditions et les particularités du développement capitaliste dans l’agriculture ; calculer, analyser les germes, les tendances, les formes et l’originalité des manifestations, les conditions de la transformation socialiste de l’agriculture ;
[…] mesurer et comparer le rythme du développement des diverses tendances ; compter et calculer le poids des différentes formes socio-économiques dans l’agriculture à chaque moment46. »

31À la lumière de ces tâches, c’est l’ensemble des méthodes de la statistique agricole de la TsSOu qui devait être revu ou adapté à de nouveaux usages :

  • 47 Ibid., p. 14.

« Ni ce qui est dénommé statistique de la production, ni la statistique de l’échange, ni la construction des balances de l’économie nationale, ni la statistique des récoltes, de la terre, de l’élevage, etc., ni aucune enquête dynamique ne peuvent être construites de manière correcte, et avec le caractère complet indispensable à un État prolétaire, sans une comptabilité des formes sociales et économiques, parce que, par exemple, la comptabilité des surfaces ensemencées, quelle qu’en soit la forme générale, doit être effectuée dans le cadre de l’analyse des classes dans la paysannerie (au minimum avec une répartition en couches capitalistes), en opérant la distinction entre la production des kolkhozes et celle des sovkhozes (et aussi avec celle de la paysannerie en coopération), parce que, sans cette distinction, il est impossible de construire une balance de l’économie nationale de manière satisfaisante, parce que, sans la comptabilité des formes sociales et économiques, on n’obtient pas un éclairage objectif et scientifique sur les caractéristiques des relations marchandes etc.47 »

32Les questions méthodologiques posées par la construction des catégories n’étaient pas nouvelles au sein de la TsSOu, de nombreux travaux avaient été effectués et écrits à ce sujet depuis la fin du xixe siècle. Mais, dorénavant, les méthodes devaient être adaptées à un nouvel usage, celui de la planification, et à l’analyse des classes à la campagne dans la perspective de la construction d’une société socialiste. À cette fin, if fallait utiliser les outils d’analyse fournis par le marxisme :

  • 48 « Soves & c &anie Kollegii… », art. cit., p. 299.

« Tout ce que les organisations sociales et le pouvoir soviétiques peuvent exiger de la statistique, c’est l’application des méthodes marxistes pour définir les objets et fixer les tâches des enquêtes statistiques, ainsi que la manière même de les poser, car seule la méthode marxiste garantit l’objectivité la plus grande dans ce travail. La tâche de la statistique est d’établir des faits réels objectifs au moyen d’une telle approche. La méthodologie statistique contemporaine nous enseigne que la mise en évidence de ces faits réels et objectifs, en particulier dans le contexte de la lutte des classes, ne coïncide pas du tout avec un simple enregistrement des faits ou des indicateurs effectué à l’aide des vieilles méthodes et techniques traditionnelles48. »

  • 49 La Société des statisticiens marxistes fut créée en 1925 et arrêta ses activités en 1930.

33Comme cela était régulièrement le cas depuis 1924, les méthodes des statisticiens de la TsSOu étaient une nouvelle fois qualifiées de désuètes. Dorénavant, l’élaboration des méthodes d’enquête et d’analyse ne serait plus le produit de la réflexion d’une profession, mais le résultat de l’activité de la Société des statisticiens marxistes, rattachée à l’Académie communiste49. M. Smit, membre de celle-ci, le rappelait elle-même :

  • 50 M. Smit, art. cit., p. 15.

« Au sein de la Société des statisticiens marxistes de l’Académie communiste sont souvent discutées des questions pratiques d’une importance vitale pour la société. C’est vrai, la Société ne possède pas le pouvoir direct de changer telle ou telle situation existante, mais, toutefois, en qualité d’organisation scientifique et sociale, elle a eu fréquemment de l’influence sur la vie auparavant et, espérons-le, en aura également maintenant. Plus le progrès du socialisme avancera dans notre société, plus forte sera l’influence de la pensée scientifique sur la vie, et plus grand sera le rôle des organisations scientifiques et sociales pour résoudre les questions pratiques50. »

34Outil technique plus qu’instrument de connaissance sur la société et l’économie, la statistique soviétique se détachait définitivement des représentations scientifiques héritées du xixe siècle pour entrer dans le projet techniciste de l’État soviétique. La connaissance étant déjà donnée par la doctrine marxiste, il n’y avait plus besoin de conserver une administration dont l’objectif était de produire du savoir, d’autant moins si celui-ci devait entrer en contradiction avec la représentation du monde diffusée par le dogme scientifique de l’État. L’effort réel d’adaptation de ses méthodes aux exigences du plan ne permit pas à la TsSOu de conserver son indépendance institutionnelle. Elle la perdit en 1930 en devenant un simple secteur du Gosplan.

La TsSOu passe au Gosplan

La réforme administrative de 1930

  • 51 Sektor narodno-khoziaïstvennogo outcheta.

35Le début de l’année 1930 fut une étape décisive pour l’administration statistique de l’État soviétique. Le décret du 23 janvier, signé par le Comité exécutif central et le Conseil des commissaires du peuple de l’URSS, supprima la TsSOu en tant que commissariat du peuple mais aussi, événement symbolique, comme administration d’État à part entière. L’ensemble de ses activités, de ses services et de son personnel fut transféré dans l’administration du Gosplan de l’URSS, dont elle devint un secteur, le secteur de la comptabilité de l’économie nationale51. Conçue comme un instrument de comptabilité et de gestion, la statistique devait être au service du plan. Il était donc logique d’intégrer son administration à celle de la planification :

  • 52 « Postanovlenie CIK i SNK SSSR ob uprazdnenii CSU i peredac&e ego funkcij Gosplanu SSSR » (Décret (...)

« Le développement des éléments socialistes dans l’économie de l’Union des Républiques socialistes soviétiques, lié au rôle croissant du travail de planification, exige un développement considérable et un renforcement de la statistique et de la comptabilité.
Le développement de la statistique lui-même, en conformité totale avec les objectifs de renforcement de la planification, exige une unification de ces deux branches du travail dans un organe unique52. »

36Cette nouvelle réforme traduisait de manière institutionnelle la nouvelle conception de la gestion de l’économie de l’État soviétique. Les débats autour des chiffres qui s’étaient développés depuis le milieu des années 1920 étaient la traduction de ceux, plus fondamentaux, entre des statisticiens qui cherchaient à comprendre la réalité sociale et économique et son évolution et ceux qui avaient pour objectif de construire cette réalité. Le projet de plan reposait sur une construction théorique de l’économie et de la société centrée sur l’idée de l’existence d’un monde stable, sans fluctuations, dans lequel la stabilité des chiffres devait exprimer l’adéquation entre les résultats et les prévisions. Dans une telle logique, il n’y avait plus de place pour un usage de la statistique comme instrument d’observation des changements. C’est ce qu’exprima V. V. Ossinski un peu plus tard, en 1932, quand il se trouva à la tête de la branche statistique du Gosplan :

  • 53 Cité dans A. Blum, Naître, vivre et mourir en URSS, op. cit., p. 39.

« Il est apparu que la statistique est nécessaire là où existent des fluctuations, c’est-à-dire en régime capitaliste ; là où il n’y a pas de fluctuations, la statistique n’est plus utile ; et c’est un des résultats du socialisme53. »

37La statistique utilisée comme outil de connaissance n’avait plus sa place dans ce monde nouveau. La planification exigeait des chiffres précis pour élaborer les projections, l’évaluation des résultats ne pouvait admettre l’incertitude et la notion de marge d’erreur.

  • 54 Tsentralnoe oupravlenie narodno-khoziaïstvennogo outcheta.

38Le décret du 23 janvier 1930 marqua la victoire politique d’une conception de l’organisation et de la gestion de l’économie et de la société, mais aussi celle d’une administration, le Gosplan, et de sa propre définition des usages de la statistique par rapport à une autre, celle de la TsSOu des années 1920. Devenue simple branche de la planification, la statistique d’État retrouva cependant une forme d’indépendance en décembre 1931. De secteur, elle devint une direction centrale à part entière, la Direction centrale de la comptabilité de l’économie nationale54 du Gosplan de l’URSS. Elle conserva ce statut tout au long des années trente.

39Dans les régions, cette réforme ne fit que consolider de profondes transformations institutionnelles intervenues déjà en 1928 avec la fermeture des bureaux régionaux de la TsSOu, ses bureaux de goubernia.

Fermeture des bureaux de statistique des goubernii

  • 55 À ce sujet, voir M-Cl. Maurel, op. cit., chap. 1.

40Alors que la structure de la Direction centrale de la statistique ne subit pas de transformations majeures entre la réforme de 1927 et celle de 1930, il en fut tout autrement dans ses bureaux régionaux. Un nouveau découpage des circonscriptions administratives territoriales fut imposé en 1928 à l’ensemble du territoire soviétique55. En transformant profondément l’architecture du réseau des organes régionaux de l’administration statistique d’État, il aboutit à la fermeture de ses bureaux de goubernia.

Effets d’une réforme territoriale

41En supprimant définitivement l’échelon administratif des goubernii, la réforme territoriale d’avril 1928 acheva le processus entamé par le projet de fédération de 1922, qui visait à établir un maillage territorial et un réseau de centres administratifs au service d’une gestion centralisée de l’activité économique et sociale. Les nouvelles régions administratives, les oblasti, envisagées en 1923 par le Gosplan, devaient devenir des maillons efficaces de la centralisation économique et administrative. En 1928, cette réforme connut sa dernière étape. Chaque oblast fut constituée par regroupement de plusieurs goubernii. L’okroug remplaça l’ouezd, l’ancien district, tout en voyant son territoire s’élargir. De même le nouveau raïon était plus étendu que l’ancienne volost, canton, qu’il remplaçait. Tout changea d’échelle.

  • 56 Ibid.

42En 1929, toutes les nouvelles circonscriptions étaient en place. En janvier 1930, le territoire de la République socialiste de Russie était divisé en treize grandes régions, baptisées oblast ou kraï selon les cas, qui devenaient des courroies de transmission de l’administration d’État, du pouvoir et du parti56. Une nouvelle modification intervint toutefois à la suite de la politique de collectivisation totale décidée par le XVIe Congrès du parti en juin 1930. Pour rendre celle-ci plus efficace, le niveau intermédiaire de l’okroug fut supprimé et le raïon devint l’échelon administratif de base dans les régions.

43Ces différentes mesures entraînèrent la restructuration des services régionaux des différentes administrations centrales, en plusieurs étapes, entre 1928 et 1930. Dans un premier temps, les nouveaux découpages des circonscriptions administratives obligèrent la Direction centrale de la statistique à restructurer ses bureaux de goubernia pour les adapter à un nouveau cadre territorial d’intervention beaucoup plus étendu. En réalité, privés de leur territoire administratif de référence et d’action, ces bureaux furent supprimés en 1928, en même temps que les goubernii elles-mêmes. L’exemple du bureau de Saratov éclaire la manière dont la logique territoriale s’imposa aux statisticiens. En particulier, les changements intervenus dans la composition du territoire de la nouvelle région administrative permettent d’illustrer concrètement les contraintes que cette réforme fit peser sur l’organisation des enquêtes statistiques et la nature de la production des données.

  • 57 CSU RSFSR, 50 let…, op. cit., p. 94.
  • 58 GASO, Kratkij spravoc&nik (Petit guide), Saratov, 1984, p. 14-18.
  • 59 TsKhDNISO, f. 6105, op. 1, d. 2751, l. 4 ; d. 3074, l. 85.

44L’oblast de la Basse Volga fut créée par le décret du 21 mai 1928 et rebaptisée kraï dès le 11 juin57. Couvrant les anciennes goubernii de Saratov et d’Astrakhan, une partie de l’ancienne goubernia de Stalingrad et la région autonome des Kalmyks, sa superficie fut nettement plus étendue, bien sûr, que celle l’ancienne goubernia de Saratov58. Le territoire d’observation changeait d’échelle, les modalités du travail statistique aussi. Comment pouvait-il en être autrement quand, pour une région aussi étendue, le nouveau bureau de statistique, la Direction statistique du kraï de la Basse Volga, ne disposait que de 190 personnes, permanentes et temporaires, alors qu’en 1927 encore l’ancien bureau de la goubernia employait 443 salariés59 ?

  • 60 GASO, f. R-519, op. 1, d. 102, l. 42.

45À la suite des fortes réductions d’effectifs de la fin de l’année 1927, le personnel avait fondu de plus de la moitié. L’organisation d’un nouveau bureau statistique à l’échelle de la nouvelle région n’en fut que plus compliquée. Les difficultés matérielles vinrent s’ajouter à cela. Tout d’abord, le bureau dut céder ses anciens locaux au nouveau comité exécutif du kraï et déménager dans un espace plus petit, trop petit. En août 1928, il manquait de formulaires, mais aussi de tables pour poser le matériel nécessaire à la mécanisation du travail en cours60. Le travail en fut d’autant plus lourd quand il fallut recalculer les principales données statistiques produites antérieurement pour les transposer à l’échelle du kraï. Il fallut également redéfinir les limites des aires d’enquête. Ceci posa problème, en particulier, pour la délimitation des aires de sondage des enquêtes agricoles et la sélection des échantillons de population.

46La modification de l’échelle des territoires d’enquête contraignit les statisticiens à transformer profondément leurs méthodes de travail.

Des méthodes soumises à la logique territoriale

  • 61 À ce sujet, voir notamment A. I. Hrjas& c& eva, « Metody nabljudenija dinamiki zemledel’c &eskogo (...)

47Depuis la fin du xixe siècle, les statisticiens des bureaux régionaux des zemstva, puis de la TsSOu, avaient l’habitude de pratiquer une observation continue de l’évolution des conditions de vie dans les campagnes et du système de production des exploitations paysannes sur la base d’enquêtes par sondage effectuées dans des aires types61. Celles-ci étaient délimitées en fonction des caractéristiques moyennes des exploitations d’une zone géographique donnée. Ensuite, un échantillon d’exploitations types était choisi à l’intérieur de chaque aire et faisait l’objet d’une observation sur plusieurs années. Dans les années 1920, l’usage était d’utiliser autant que possible des aires constituées sur la base des données du recensement agricole de 1917, réalisé juste avant la révolution d’Octobre, ou de celui de 1919. Les découpages administratifs successifs effectués entre 1919 et 1923 avaient perturbé la continuité de cette méthode d’observation des mutations dans les campagnes, la réforme de 1928 l’a fait voler en éclats.

  • 62 Pour une réflexion sur les liens entre le territoire et la construction des données, voir A. Desro (...)

48Contraints d’organiser leurs enquêtes à l’échelle territoriale du kraï, les statisticiens perdirent leurs repères territoriaux habituels. Ils durent délimiter de nouvelles aires de sondage plus larges que par le passé, ce qui posa de réelles difficultés pour conserver une continuité des séries de données statistiques. Ces problèmes furent accrus par le fait que les anciennes entités administratives qui composaient ce nouveau territoire ne disposaient pas de séries de chiffres élaborées de manière homogène. Il fallut en construire des nouvelles. Un nouveau mode de travail fut ainsi imposé de l’extérieur aux bureaux de statistique, qui les obligea à adopter le même territoire d’observation que celui des organes régionaux de l’administration du plan. Le changement d’échelle de la production des données les força à modifier leurs méthodes d’observation et de travail62.

49L’échelon territorial du kraï, ou de l’oblast selon les régions, poussa à une centralisation plus forte de l’administration de l’État soviétique dans son ensemble. Pour cela, il fallait notamment casser l’échelon administratif de la goubernia, qui était un héritage de l’ancienne administration tsariste. Dans le cas de la statistique, l’héritage allait bien au-delà. La plupart des bureaux de goubernia étaient dirigés par des statisticiens des anciennes administrations de gestion locale des zemstva de ces mêmes goubernii. Ils en avaient conservé beaucoup de méthodes d’enquête. En ôtant toute sa pertinence à la goubernia comme territoire d’observation, la nouvelle carte administrative de 1928 contraignit les statisticiens des anciens bureaux de goubernia de la TsSOu encore en poste à transformer leurs procédures d’enquêtes pour les adapter aux normes imposées par l’administration du plan.

50L’élargissement du territoire d’observation changeait inévitablement la dimension et la nature de la production statistique, poussant un peu plus et définitivement vers la seule quantification. En imposant une nouvelle forme de la production des données aux bureaux de statistique régionaux, la réforme territoriale fut un levier essentiel pour les organes du plan pour imposer à l’échelon local leur logique de gestion économique et de production des chiffres. Traduction concrète d’une volonté politique, la carte administrative exerça une force d’imposition sur la construction du savoir statistique en fixant les cadres territoriaux de la production des données.

51Au-delà de cela, la suppression du territoire d’observation de la goubernia entraîna de fait la disparition d’un type de professionnel de la statistique régionale russe né, à la fin du xixe siècle, dans un autre contexte institutionnel et politique. La disparition des héritiers de l’ancien statisticien des zemstva sonna le glas d’une statistique régionale au passé fort riche et aux objets diversifiés.

Nouveau profil du statisticien d’État en région

Arrivée de nouvelles têtes

  • 63 TsKhDNISO, f. 342, op. 1, d. 1, l. 17.
  • 64 Ibid.
  • 65 CSU RSFSR, 50 let…, op. cit., p. 236.

52Ici aussi, l’exemple de la région de la Basse Volga est éclairant. L’arrivée de nouvelles têtes aux commandes de la Direction de la statistique du kraï de la Basse Volga symbolisa ce changement. En juillet 1928, l’ancien directeur du bureau de Saratov, en poste depuis 1904, V. I. Serebriakov, fut remplacé par un homme du parti, Matveï E. Ginzbourg, qui était son directeur adjoint. Dès l’automne, celui-ci laissa la place à un cadre du parti dépourvu de toute expérience en statistique, Aleksandr A. Ponomarev, qui déclara à son arrivée : « Il faut transférer la direction du bureau de statistique aux mains des communistes et y organiser une cellule du parti63 ». Ginzbourg redevint directeur adjoint. Tous deux jugèrent « indispensable de mettre à la tête des bureaux d’okroug des membres des Jeunesses communistes64 ». Mis à la direction du bureau pour faire régner un ordre plus communiste que statistique, Ponomarev y demeura peu de temps, précisément jusqu’en janvier 1930. À cette date, Ginzbourg le remplaça et assura cette fonction jusqu’en janvier 193465.

53De leur côté, la plupart des anciens chefs de section du bureau de la goubernia partirent au cours de l’année 1929, les plus âgés à la retraite, les plus jeunes vers d’autres administrations, voire d’autres régions.

  • 66 TsKhDNISO, f. 342, op. 1, d. 1, l. 7.

54De l’aveu même de Ponomarev, il fut difficile de remplacer rapidement tous ces départs66, même en puisant dans les nouveaux promus par le parti.

Les promus par le parti

  • 67 On désignait ainsi ces nouveaux promus. Pour une analyse du phénomène, voir S. Fitzpatrick, Educat (...)

55Dans les régions également, l’administration statistique n’échappa pas au processus, engagé à partir de 1928, de la promotion par le parti d’une nouvelle intelligentsia « rouge et prolétarienne », les vydvijentsy67. Achèvement d’un mouvement entamé beaucoup plus discrètement dès les années 1924-1925, un nouveau groupe de « spécialistes » de la statistique formés à d’autres valeurs professionnelles et manifestant une autre attitude vis-à-vis du pouvoir politique était en train d’en détrôner et remplacer un autre.

  • 68 En décembre 1936, l’oblast de Saratov succéda au kraï.

56Ainsi, alors qu’en 1919 aucun chef de section du bureau de Saratov n’était membre du parti, en 1937, tous les chefs de secteur de la Direction de la comptabilité de l’économie nationale de l’oblast68 y appartenaient. Un nouveau groupe professionnel s’était formé petit à petit depuis le tournant de l’année 1928. Quelques exemples de parcours individuels de chefs de secteur font ressortir les nouveaux critères de recrutement pour occuper un tel poste :

  • 69 GASO, f. R-2052, op. 34, d. 40, l. 86.

57I. S. Sytik, chef de l’inspection statistique de la ville de Saratov, né en 1894, était pourvu d’un niveau de formation de l’éducation secondaire et avait commencé à travailler dans l’administration statistique en 193169.

  • 70 TsKhDNISO, f. 342, op. 1, d. 4, l. 2.

58A. V. Tortcheeva, chef du secteur des budgets des kolkhoziens, était entrée au parti en 1927. Après son arrivée dans l’administration statistique au début des années 1930, elle avait suivi une formation dans un institut de cours d’économie par correspondance, qu’elle avait terminée en 193670.

  • 71 Ibid.

59P. P. Tsybine, né en 1903, était fils d’employé et membre du parti depuis 1929. Muni d’un niveau de formation de l’enseignement supérieur, il était entré à la Direction de la comptabilité en mars 1936. Premier adjoint du directeur précédent, il dirigea le bureau du recensement jusqu’au début du mois d’octobre 193771.

  • 72 Ibid., l.41.
  • 73 Ibid., l. 2.

60V. P. Vasiliev, fils d’ouvrier, était membre du parti depuis 1930, et avait effectué ses études dans un institut technique. Il avait été nommé chef du secteur de la comptabilité du commerce soviétique en mai 1937 sans aucune expérience en statistique. Il venait juste de terminer une formation de onze mois à la fonction d’inspecteur de raïon de la Direction de la comptabilité72. Il compensait sa faible expérience professionnelle par une adhésion sans faille au parti, semble-t-il. La cellule du parti signalait à son sujet : « Il est actif dans le travail du parti et dans les activités sociales. Il n’a appartenu à aucun autre parti et n’a pas fait preuve d’opposition interne à la ligne du parti73 ».

  • 74 TsKhDNISO, f. 342, op. 1, d. 4, l. 41.
  • 75 Ibid., d. 5, l. 3.

61De son côté, le parcours de M. P. Teleguine livre les qualités qui étaient demandées en 1937 à un directeur régional de l’administration statistique d’État, poste qu’il occupa jusqu’en 1939. Né en 1895, membre du parti depuis 1917, « d’origine ouvrière », il avait commencé à travailler dans l’administration statistique en mai 193774. Homme du parti, il avait été jusque-là président de la commission inter-raïon de la ville de Petrovsk chargée des rendements agricoles. Il était présenté par sa cellule comme « actif dans le travail du parti », dont il n’était jamais sorti depuis 1917. Il offrait donc toutes les garanties pour diriger une direction régionale de l’administration statistique d’État et l’organisation du futur recensement de la population de 1939, dont il fut nommé responsable pour la région de Saratov75. À en juger d’après d’autres cas, la fiabilité politique fut, semble-t-il, la principale qualité demandée aux responsables qui furent recrutés au moment de la préparation des opérations du recensement de 1939.

  • 76 Ibid, d. 4, l. 34 ; d. 7, l. 1 ; d. 5, l. 5.

62Ainsi, c’est aussi un chef de secteur, P. T. Nozdrine, membre du parti de longue date, depuis 1920, mais arrivé récemment dans la statistique, qui fut promu directeur adjoint de la Direction de la comptabilité en 1938. Il ne quitta la Direction statistique régionale de Saratov qu’en 1953, pour partir à la retraite76.

  • 77 Ibid, d. 4, l. 41.
  • 78 Ibid., l.50.

63Quant à lui, le chef adjoint du personnel, S. V. Kozlov, était né en 1907. Fils d’ouvrier, il était membre du parti depuis 1931. Il avait travaillé au NKVD avant de rentrer comme chef adjoint du personnel de la Direction de la comptabilité en juin 1937. Il présentait donc, lui aussi, toutes les garanties pour recruter un personnel sûr, d’autant plus qu’il avait fait preuve également, jusque-là, d’une fidélité absolue au parti77. On pouvait, par conséquent, lui confier sans crainte la fonction de chef du bureau du recensement de la population pour commencer la préparation de celui de 193978.

64À la lumière de ces quelques cas, quelques caractéristiques communes au directeur et aux chefs de secteur ou du bureau de recensement peuvent être dégagées. Jeunes pour la plupart d’entre eux, ayant autour de quarante ans, parfois moins, ils appartenaient tous au parti avant d’entrer dans l’administration statistique. Critère premier de recrutement, ce statut leur a valu d’occuper un poste de direction sans aucune expérience en statistique ou, parfois, avec des compétences toutes récentes. Cela était peu important, l’essentiel était ailleurs : ces nouveaux cadres devaient, avant tout, diriger « selon la ligne du parti ». Ils recevraient une formation à la statistique ensuite, soit dans les cours organisés par la Direction de la comptabilité, soit au sein d’un institut supérieur d’économie et de la planification. Le contrôle du parti était devenu déterminant dans la définition des compétences exigées et des trajets de promotion.

Une nouvelle définition des compétences

65Un nouveau modèle professionnel, qui semblait être l’exact contre-pied de celui des anciens statisticiens des zemstva, s’est ainsi mis en place à partir du début des années 1930. La distance vis-à-vis du pouvoir politique n’était plus considérée comme la garantie indispensable de l’indépendance et de la rigueur scientifiques. Bien au contraire, cette distance était suspecte. Une expérience antérieure et suffisamment longue en statistique n’était plus exigée. Pour un recrutement, le parcours dans le parti remplaçait l’apprentissage par la pratique sur le terrain, et la possession de la carte de membre se substituait au critère de la qualification. La formation demandée n’était plus statistique, mais politique. Le traitement des données étant effectué dans une logique comptable plutôt que dans l’objectif d’une analyse économique et sociale différenciée, l’acquisition de techniques suffisait et exigeait moins de temps d’apprentissage.

  • 79 Voir A. Volkov, art. cit. ; A. G. Volkov, « Iz istorii perepisi naselenija 1937 goda » (Histoire d (...)

66La remise en cause du modèle de la compétence professionnelle toucha les statisticiens au cœur même de leurs pratiques les plus symboliques. Ainsi le recensement de la population fut-il placé sous l’œil du pouvoir. Si les résultats n’étaient pas conformes à l’image que celui-ci voulait donner du pays ou de son action, ils étaient susceptibles d’être annulés, ce qui fut fait par Staline en 1937, quand les chiffres furent inférieurs à ceux qu’il avait escomptés. Un décret du 25 septembre déclara que les résultats du recensement étaient défectueux et annula leur publication79. Il fut décidé d’organiser un autre recensement, qui eut lieu en 1939.

67Un tel acte revenait à déposséder les statisticiens du contrôle exclusif sur leur propre travail qu’ils avaient toujours revendiqué. Bien plus, en mettant en cause la rigueur de leurs méthodes et de leur travail, il niait la spécificité même des pratiques d’une profession. Dans la région de Saratov, le comité du parti de l’oblast veilla lui-même au recrutement du personnel d’encadrement et des agents recenseurs. Un compte rendu envoyé, le 29 janvier 1937, au Comité central à Moscou précisait à ce sujet :

  • 80 obkom : contraction d’oblastnoï komitet : comité du parti de l’oblast.
  • 81 VKP (b) : Sigle employé à cette époque pour désigner le parti communiste (bolchevik).
  • 82 TsKhDNISO, f. 594, op. 1, d. 946, l. 97.

« Un gros travail a été accompli par l’obkom80 du VKP (b)81 en liaison avec la préparation et la conduite du recensement. […] Toutes les organisations du parti de l’oblast ont été sollicitées pour en diriger la préparation et la conduite. Dans le travail de préparation, une attention particulière a été apportée à la sélection des cadres du recensement, à leur période d’instruction et au travail de propagande de masse parmi la population82. »

  • 83 Ibid.
  • 84 TsKhdniso, f. 342, op. 1, d. 3, l. 23.

68Ainsi retrouvait-on, sous une forme désormais bien rodée, les méthodes de l’agitatsia déjà largement utilisées lors du recensement de 1926. Toutefois, les critères retenus pour le recrutement du personnel avaient changé depuis cette date. Ils n’appartenaient déjà plus aux statisticiens, même si leur avis pouvait être sollicité. Ainsi, les « cadres » recrutés pour les districts ruraux furent en priorité les membres des organisations de base du parti, du plenum d’un soviet rural, du comité du parti d’un raïon et du présidium d’un comité exécutif de raïon83. Il en fut ainsi également pour les circonscriptions urbaines. Même les agents recenseurs devaient correspondre autant que possible à ce profil. Au contact de la population, ils devaient être fiables sous tous rapports, l’essentiel étant, comme le rappelle un compte rendu de réunion de la cellule du parti de la Direction locale de la comptabilité de l’économie nationale du 14 novembre 1936, que « dans les rangs des travailleurs du recensement ne puissent pas pénétrer des éléments hostiles, des filous84 » . L’effectif d’agents recenseurs nécessaire étant supérieur à celui des membres des organisations sociales diverses, les listes des autres personnes recrutées devaient être soumises au comité de parti de l’oblast pour vérification et approbation. Le recensement de 1937 a donc été organisé, en région comme au centre, sous le haut contrôle du parti.

  • 85 Le kanton était la circonscription administrative de la République autonome des Allemands de la Vo (...)
  • 86 TsKhDNISO, f. 594, op. 1, d. 946, l. 100.
  • 87 Efim Ivanovitch Kovalev (1884- ? date de décès inconnue) fut directeur de la Direction de la compt (...)
  • 88 À ce sujet, voir A. Volkov, « Le recensement… », art. cit., p. 49-53.

69Au cours de la période proprement dite du recensement, « le plenum de l’obkom de Saratov obligea toutes les organisations du parti et tous les premiers secrétaires des comités du parti des villes, des raïony et des kantony85 à vérifier chaque jour personnellement la marche de tout le travail du recensement général de la population et à éliminer sur-le-champ les défauts dans le travail86 ». Dans ces conditions, comment, avec un contrôle aussi strict du parti sur le recrutement, l’organisation et la conduite des opérations de collecte, les chiffres du recensement de 1937 ont-ils pu, pour reprendre l’accusation de Staline, être faussés ? À qui incombait la responsabilité de la collecte des informations, sinon au parti ? Et pourtant, tout comme d’autres directeurs d’autres régions, celui de la Direction de la comptabilité de l’économie nationale de l’oblast de Saratov, Efim Ivanovitch Kovalev87 fut arrêté au cours de l’été 1937, condamné pour sabotage et réprimé, ainsi que ses deux adjoints88.

Déprofessionnalisation des statisticiens

Dépossession de la maîtrise du travail

70Les formes extrêmes prises par le contrôle assuré par le pouvoir politique sur l’organisation et l’exploitation du recensement de 1937 furent en fait l’aboutissement d’un processus qui revint à remettre en cause, tout au long des années 1930, la maîtrise des statisticiens sur leur propre travail. Même si elles furent moins spectaculaires, d’autres formes de contrôle s’exercèrent avant 1937, notamment dans les régions, au plus près des opérations d’enquête sur le terrain. Le commentaire fait par le comité du parti du kraï de la Basse Volga à propos de la conduite du recensement local de 1932 sur l’alphabétisation révélait une autre manière de déposséder les statisticiens de la maîtrise de leur travail :

  • 89 Likbez était l’abréviation employée pour désigner la commission de lutte contre l’analphabétisme ((...)
  • 90 A. G. Kovalevskij, Gramotnost’Niz&ne-Volz&skogo kraja na rubez&e vtoroj pjatiletki. Itogi perepisi (...)

« Ce recensement est remarquable aussi par le fait qu’il a été conduit sur les principes de l’initiative des organisations sociales. 26 000 soldats de la culture et militants y ont participé ainsi qu’une masse énorme d’élèves des écoles du likbez89 Ce recensement peut servir de bon exemple du développement de l’activité sociale des masses et de la possibilité de transformer les mesures de vaste ampleur prises d’habitude par les services statistiques en un auto-contrôle de la société, en un compte rendu du peuple. Sans aucun doute, la conduite d’une opération aussi immense qu’un recensement sur les principes de l’initiative sociale, qui exige une grande et bonne organisation, un esprit de discipline et de la précision, est un fait d’une grande importance culturelle90. »

71Sur fond de révolution culturelle, les statisticiens furent privés du contrôle de la conduite des opérations d’enquête, dépossédés de fait de leur rôle premier dans l’organisation d’un recensement au profit d’une appropriation par le parti et ses organisations relais. La socialisation des opérations du recensement démographique engagée en 1926 trouva là une forme d’aboutissement : le parti remplaçait le bureau statistique dans l’organisation, le militant de base des organisations sociales prenait la place du statisticien « spécialiste », les agents recenseurs s’auto-contrôlaient.

72Les statisticiens furent bel et bien l’objet d’un processus de déprofessionnalisation, dans le sens où ils furent dépossédés progressivement, au profit du parti et du Gosplan, d’une partie de la maîtrise des opérations du travail statistique et du contrôle qu’ils exerçaient sur les modalités de recrutement et d’organisation de leur profession. En fait, à partir du milieu des années 1920, leur devenir s’est confondu avec le destin de l’institution. La campagne d’accusations et de purges dont la Direction centrale fut l’objet en 1924-1925 n’était que la face apparente d’un mouvement plus profond qui, en déstabilisant les usages et les pratiques de tout un corps de professionnels, allait réduire petit à petit leur contrôle sur l’administration qu’ils avaient organisée, jusqu’à la faire changer de mains.

Un nouveau dispositif institutionnel

  • 91 Planovoe Khoziaïstvo.

73Changeant de nature, le travail statistique n’exigeait plus le même profil de statisticien. Un nouveau métier et un nouveau corps de professionnels étaient en train de naître. À de nouveaux usages de la statistique devaient correspondre un nouveau profil de statisticien et une nouvelle configuration institutionnelle de la production des données pour l’État. En premier lieu, en 1930, le bureau central n’était plus appelé bureau de statistique, mais bureau de la comptabilité. Ce changement d’appellation n’avait rien d’anodin. Il symbolisait le passage à une nouvelle conception de l’utilisation des chiffres. La statistique, qui n’était plus « utile » dans le monde supposé stable de la planification, devait disparaître pour laisser la place à la comptabilité. L’édition d’une nouvelle revue exprima ces changements. La publication du Messager de la statistique cessa en 1929 pour laisser définitivement la place à L’économie planifiée91 :

  • 92 Planovoe Hozjajstvo, 5/6, 1930, p. 5.

« En rapport avec l’affectation de la statistique au service de la direction planifiée de l’économie nationale et avec la fusion des organes de la planification et de la statistique, les revues Le messager statistique – organe de la théorie de la statistique – et Aperçu statistique, qui publie les résultats de travaux pratiques, sont fusionnées avec la revue L’économie planifiée. Les sections de L’économie planifiée consacrées à la théorie et à la pratique de la statistique s’élargissent92. »

74En réalité, un examen des divers numéros de L’économie planifiée parus pendant les années 1930 montre que la section « Économie et statistique », prévue à cet effet, publia peu de travaux statistiques, et notamment de textes consacrés à des questions de théorie. Rien d’étonnant à cela si l’on considère l’objectif affiché par le comité de rédaction dans le premier numéro diffusé en 1930 :

  • 93 Planovoe Hozjajstvo, 1, 1930, p. 5, ibid.

« Nous avons écrit comme devise : « lutte contre la mauvaise gestion, contre les liquidateurs de l’économie, les restaurateurs de la bourgeoisie et les déviations petites-bourgeoises dans l’économie, qui alimentent abondamment leurs racines dans la NEP ». Faisons une évaluation marxiste et bolchevique impitoyable de ces déviations et de ces falsifications93 ! »

  • 94 À ce sujet, voir « Materialy po statkvalifikacii » (Matériaux concernant la qualification en stati (...)
  • 95 Au début des années 1930, des cours de statistique organisés par les directions locales de la comp (...)

75Il était nécessaire de former le nouveau personnel recruté aux principes et aux méthodes de cette nouvelle forme d’évaluation de la production des données94. Ce fut le but des nouveaux instituts de formation, le département de la statistique de l’Institut de l’économie nationale Plekhanov, à Moscou, et, en province, les instituts d’économie et de la planification95. Au sein de l’Académie communiste, une section spécialisée élaborait une nouvelle forme du savoir statistique nourrie aux sources mêmes du marxisme et, à ce titre, supervisait les contenus théoriques de ce nouvel appareil de formation.

  • 96 Gosudarstvennyj komitet SSSR po statistike, op. cit., p. 57.
  • 97 Membre du parti bolchevik depuis 1910, commissaire du peuple à l’Agriculture en 1918, puis vice-pr (...)
  • 98 V. V. Ossinski fut arrêté après son éviction de son poste de directeur et accusé d’appartenir à l’ (...)
  • 99 Ivan I. Kraval (1897-1937) était membre du parti depuis 1919. Entre 1922 et 1924, il avait été étu (...)

76Enfin, au-dessus de ce nouveau dispositif institutionnel, le parti contrôlait ce nouveau royaume des chiffres. Symbole de l’enjeu politique que représentait la direction de l’administration statistique, dès 1926, P. I. Popov avait été remplacé à ce poste par un haut cadre du parti, V. V. Ossinski. Cette logique fut poursuivie. Tous les directeurs suivants appartinrent au parti96 : Vladimir P. Milioutine, en 1928 et 192997, Sergeï V. Minaev, en 1930 et 1931, puis, à nouveau, Ossinski jusqu’en 1935. Après son éviction, en août 193598, celui-ci fut remplacé par son adjoint, Ivan A. Kraval, qui fut lui-même arrêté deux ans plus tard99.

La défaite finale

  • 100 O. A. Kvitkine (1874-1937) : ancien statisticien des zemstva entré à la TsSOu en 1919, il était di (...)
  • 101 Voir A. Blum, « À l’origine des purges de 1937… », art. cit., p. 176.
  • 102 Voir A. Volkov, art. cit., p. 49-53.
  • 103 TsKhDNISO, f. 342, op. 1, d. 4, l. 30ob.

77Les purges de 1937 éliminèrent les derniers défenseurs d’un corps de professionnels dont la plus grosse partie des membres avait déjà disparu, emportant avec elle les pratiques et les valeurs forgées par toute une communauté de travail. Celles-ci furent reprochées à ceux qui furent condamnés cette année-là. Par exemple, fidèle aux procédures de collecte des données élaborées et expérimentées de longue date au sein de l’administration statistique, O. A. Kvitkine100, responsable du bureau du recensement qui prépara celui de 1937, fut accusé de vouloir discréditer les chiffres de la population présentés par Staline au XVIIe congrès du parti de 1934101. Les directions régionales de la statistique ne furent pas épargnées non plus par les répressions102. Dans l’oblast de Saratov, E. I. Kovalev fut exclu du parti, puis condamné, pour avoir « avoir laissé des éléments « étrangers de classe » faire obstruction dans l’appareil » et avoir commis des « actes de sabotage dans l’organisation des enquêtes sur les budgets des kolkhoziens103 ». L’année précédente, le comité du parti de la Direction de la comptabilité de l’économie nationale de Saratov l’avait accusé d’avoir ignoré systématiquement le critère de l’appartenance au parti pour recruter des statisticiens :

  • 104 Ibid.

« Son attitude malveillante à l’égard des communistes est manifeste : il adore transmettre son expérience aux spécialistes et, à l’encontre des communistes, un jour, il a déclaré : “Quoi vous apprendre ? Vous avez la carte du parti dans la poche ; eh bien ! Agissez104 !” »

78L’opposition entre deux conceptions différentes du travail statistique et des compétences nécessaires apparaît nettement dans la réponse faite par Kovalev :

  • 105 Ibid.

« Mon exigence essentielle à l’égard des communistes, c’est d’être formés parfaitement en économie, de maîtriser la technique et la méthode de la statistique chacun dans sa branche. J’ai toujours insisté sur cela et je continuerai à insister et à l’exiger. Et que les communistes ne s’offensent pas de cela105. »

79Comme O. A. Kvitkine, à Moscou, ou d’autres directeurs de bureaux régionaux, il fut condamné pour avoir défendu l’argument de la qualification professionnelle.

80Ainsi se refermait une page de l’histoire de la statistique russe et d’un corps professionnel. Tout un monde institutionnel, scientifique et professionnel venait de mourir. Une nouvelle ère de la statistique était née en URSS.

Notes

1 Valerian Valerianovitch Ossinski (1887-1938) a été directeur de la TsSOu de février 1926 à 1928, puis de la Direction centrale de la comptabilité de l’économie nationale de 1932 à 1935. Membre du parti bolchevik dès 1907, avant 1926, il avait été notamment président de la commission du plan du commissariat à l’Agriculture et vice directeur du Conseil suprême de l’économie nationale.

2 Pour une présentation des années 1928-1931, et notamment de la campagne contre les « spécialistes bourgeois », voir N. Werth, Histoire de l’Union soviétique, Paris, Presses Universitaires de France, 1990, chap. 6.

3 En avril 1928, le Plenum du Comité central du parti annonça qu’il y avait eu des « opérations de sabotage » dans les mines de Chakhty, dans le Donbass. Des ingénieurs « bourgeois » furent accusés d’en être responsables. Cet épisode marqua le début d’une vaste campagne, qui dura de 1928 à 1931, contre les « spécialistes bourgeois », c’est-à-dire les cadres techniques et les intellectuels formés pendant la période tsariste. Voir K. Bailes, Technology and Society under Lenin and Stalin. Origins of the Soviet Technical Intelligentsia, 1917-1941, Princeton, Princeton University Press, 1978.

4 S. Fitzpatrick, Cultural Revolution in Russia, 1928-1931, Cambridge, Cambridge University Press, 1979 ; S. Fitzpatrick, The Cultural Front…, op. cit.

5 « I vypusku krasnyh statistikov Instituta narodnogo hozjajstva im. Plehanova » (À l’intention de la première promotion de statisticiens rouges de l’Institut de l’économie nationale Plekhanov), Vestnik statistiki, 3, 1928, p. 5-7.

6 L’Académie socialiste, créée en juin 1918, avait pris le nom d’Académie communiste à la fin de l’année 1923. Elle avait le statut d’un établissement scientifique dont la mission était « d’étudier et élaborer les questions concernant l’histoire, la théorie et la pratique du socialisme », et aussi de « former des travailleurs scientifiques du socialisme et des travailleurs responsables de la construction socialiste », cf. Bol’s&aja sovetskaja enciklopedija (Grande encyclopédie soviétique), Tome 33, 1938, p. 707. À partir de 1923, le champ des activités de l’Académie s’est élargi à l’enseignement. Des instituts et de nouvelles sections scientifiques furent créés en son sein. Voir Michael David-Fox, Revolution of the Mind : Higher Learning Among the Bolsheviks, 1918-1929, Ithaca, Cornell University Press, 1997 ; et M. David-Fox, « Symbiosis to Synthesis : The Communist Academy and the Bolshevization of the Russian Academy of Sciences, 1918-1929 », in Jahrbücher für Geschichte Osteuropas, 46, 1998, p. 219-243.

7 « I vypusku Krasnyh statistikov… », art. cit., p. 6.

8 Ibid., p. 6-7.

9 Ibid.

10 obchtchestvennaïa rabota

11 Ibid., p. 7.

12 « Soves&c&anie Kollegii CSU SSSR… », art. cit., p. 297.

13 À ce sujet, voir S. Fitzpatrick, Education and Social Mobility…, op. cit., et M. David-Fox, op. cit.

14 « I vypusku krasnyh statistikov… », art. cit., p. 6.

L’Institut des professeurs rouges fut ouvert à Moscou en 1921. Il dépendait institutionnellement du Comité exécutif central. Voir M. David-Fox, op. cit., et M. David-Fox, « Political Culture, Purges and Proletarization at the Institute of Red Professors, 1921-1929 », The Russian Review, vol. 52, 1993, p. 20-42.

Au sujet du système centralisé d’écoles et d’instituts du parti, voir M. David-Fox, « Emergence of a 1920s Academic Order in Soviet Russia », East/West Education, 2, 1997, p. 106-142.

15 « I vypusku krasnyh statistikov… », art. cit., p. 7.

16 Voir Nikolai Krementsov, Stalinist Science, Princeton, Princeton University Press, 1997, chap. 1-2.

17 « I vypusku krasnyh statistikov… », art. cit., p. 6.

18 Ibid., p. 5.

19 « Puti sovetskoj statistiki » (Les voies de la statistique soviétique), Vestnik statistiki, 1, 1927, p. 11-18.

20 « I vypusku krasnyh statistikov… », art. cit., p. 6.

21 Poloz&enie o Central’nom Statistic&eskom Upravlenii Sojuza SSR 1927g. (Réglementation de la Direction centrale de la statistique de l’URSS de l’année 1927), in Gosudarstvennyj komitet SSSR po statistike, op. cit., p. 33-37.

22 À ce sujet, voir « Soves & c&anie Kollegii… », art. cit.

23 Ibid., p. 303.

24 Ibid., p. 304.

25 V. V. Osinskij, « Poloz&enie i bliz&ajs&ie zadac&i… », art. cit., p. 23.

À cette époque, de telles commissions existaient dans les administrations. Avant son arrivée à la direction de la TsSOu, Ossinski avait été président de celle du commissariat à l’Agriculture.

26 « Soves & c&anie Kollegii… », art. cit., p. 305.

27 Au sujet du mouvement de rationalisation dans l’industrie, voir David Shearer, Industry, State and Society in Stalin’s Russia, 1926-1934, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 1996.

28 « Soves & c&anie zavedujus&c&ih otdelami po voprosam racionalizacii statistic&eskogo proizvodstva » (Réunion des chefs de département au sujet des questions de rationalisation de la production statistique), Vestnik statistiki, 1, 1928, p. 192-198.

29 Maria N. Smit-Falkner (1878-1968) avait une formation supérieure en économie acquise à Londres. Elle était entrée au parti en 1907. Après avoir dirigé un département du Conseil suprême de l’économie nationale entre 1918 et 1920, elle entra comme professeur à l’Institut de l’économie nationale Plekhanov en 1921, où elle resta jusqu’en 1925. Parallèlement, elle était membre de l’Académie socialiste, et ensuite de l’Académie communiste. Elle incarnait la ligne politique du parti dans le monde de la statistique. C’est à ce titre qu’elle devint membre du collège de la TsSOu en 1926.

30 M. Smit, « Uc&et, statistika i planovost’ » (La comptabilité, la statistique et le plan), Vestnik statistiki, 4, 1927, p. 15-30.

31 Pour une présentation de l’introduction des méthodes tayloriennes dans l’organisation de la production et du travail dans les entreprises à cette époque, voir notamment Georges Friedmann, Problèmes humains du machinisme industriel, Paris, Gallimard, 1946. En ce qui concerne la France plus précisément, voir Aimée Moutet, Les logiques de l’entreprise. La rationalisation dans l’industrie française de l’entre-deux-guerres, Paris, Ed. de l’EHESS, 1997. Pour une réflexion comparative sur l’introduction de l’OST dans les entreprises soviétiques, voir Yves Cohen, « Industrie, despotisme et rationalisation. L’industrie en France et en URSS », Annales Histoire, Sciences Sociales, n° 4-5, 1998, p. 915-936.

32 Voir G. Friedmann, De la Sainte Russie à l’URSS, Paris, Gallimard, 1938.

33 NOT en russe : naoutchnaïa organizatsia trouda

34 « Soves &c&anie zavedujus&c&ih otdelami… », art. cit., p. 192.

35 Cf. D. Shearer, op. cit. ; voir aussi D. Shearer, « The Language and Politics of Socialist Rationalization. Productivity, Industrial Relations and the Social Origins of Stalinism at the End of the NEP », Cahiers du Monde russe et soviétique, 4, 1991, p. 581-608.

36 M. Smit, art. cit., p. 30.

37 Pour une réflexion sur ces questions, voir Stephen A. Marglin, « Origines et fonctions de la parcellisation des tâches », in André Gorz (ed.), Critique de la division du travail, Paris, Seuil, 1973, p. 41-89.

38 M. Smit, art. cit., p. 30.

39 « Materialy po racionalizacii » (Matériaux sur la rationalisation), Vestnik statistiki, 3, 1928, p. 169-178.

40 Le premier plan quinquennal couvrit la période 1928-1932.

41 « Poloz & enie o Central’nom Statistic &eskom… », art. cit.

42 « xv s’’ezd VKP (b) i sel’skohozjajstvennaja statistika » (Le xve congrès du VKP (b) et la statistique agricole), Vestnik statistiki, 4, 1927, p.7-14.

43 À ce sujet, voir notamment Terry Cox, Gary Littlejohn (eds.), Peasants, Class and Capitalism : The Rural research of L. N. Kritsman and his School, Oxford, Oxford University Press, 1986 ; Susan Gross Solomon, The Soviet Agrarian Debate : a Controversy in Social Science, 1923-1929, Boulder, 1977 ; Lewis H. Siegelbaum, Soviet State and Society between Revolutions, 1918-1929, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 137-149.

44 « xv s’’ezd VKP (b) i sel’skohozjajstvennaja statistika », art. cit., p. 7.

45 Ibid., p. 8.

46 Ibid., p. 13-14.

47 Ibid., p. 14.

48 « Soves & c &anie Kollegii… », art. cit., p. 299.

49 La Société des statisticiens marxistes fut créée en 1925 et arrêta ses activités en 1930.

50 M. Smit, art. cit., p. 15.

51 Sektor narodno-khoziaïstvennogo outcheta.

52 « Postanovlenie CIK i SNK SSSR ob uprazdnenii CSU i peredac&e ego funkcij Gosplanu SSSR » (Décret du Comité exécutif central et du Conseil des commis sai res du peuple de l’URSS sur la suppression de la TsSOu et le transfert de ses fonctions au Gosplan de l’URSS), in Gosudarstvennyj komitet SSSR po statistike, op. cit., p. 45.

53 Cité dans A. Blum, Naître, vivre et mourir en URSS, op. cit., p. 39.

54 Tsentralnoe oupravlenie narodno-khoziaïstvennogo outcheta.

55 À ce sujet, voir M-Cl. Maurel, op. cit., chap. 1.

56 Ibid.

57 CSU RSFSR, 50 let…, op. cit., p. 94.

58 GASO, Kratkij spravoc&nik (Petit guide), Saratov, 1984, p. 14-18.

59 TsKhDNISO, f. 6105, op. 1, d. 2751, l. 4 ; d. 3074, l. 85.

60 GASO, f. R-519, op. 1, d. 102, l. 42.

61 À ce sujet, voir notamment A. I. Hrjas& c& eva, « Metody nabljudenija dinamiki zemledel’c &eskogo hozjajstva » (Les méthodes d’observation de la dynamique de l’exploitation agricole), Vestnik statistiki, 1-3, 1924, p. 83-119.

62 Pour une réflexion sur les liens entre le territoire et la construction des données, voir A. Desrosières, « Le territoire et la localité. Deux langages statistiques », Politix, n° 25, 1994, p. 46-58.

63 TsKhDNISO, f. 342, op. 1, d. 1, l. 17.

64 Ibid.

65 CSU RSFSR, 50 let…, op. cit., p. 236.

66 TsKhDNISO, f. 342, op. 1, d. 1, l. 7.

67 On désignait ainsi ces nouveaux promus. Pour une analyse du phénomène, voir S. Fitzpatrick, Education…, op. cit.

68 En décembre 1936, l’oblast de Saratov succéda au kraï.

69 GASO, f. R-2052, op. 34, d. 40, l. 86.

70 TsKhDNISO, f. 342, op. 1, d. 4, l. 2.

71 Ibid.

72 Ibid., l.41.

73 Ibid., l. 2.

74 TsKhDNISO, f. 342, op. 1, d. 4, l. 41.

75 Ibid., d. 5, l. 3.

76 Ibid, d. 4, l. 34 ; d. 7, l. 1 ; d. 5, l. 5.

77 Ibid, d. 4, l. 41.

78 Ibid., l.50.

79 Voir A. Volkov, art. cit. ; A. G. Volkov, « Iz istorii perepisi naselenija 1937 goda » (Histoire du recensement de la population de 1937), Vestnik statistiki, 8, 1990, p. 45-56 ; A. Blum, op. cit.

80 obkom : contraction d’oblastnoï komitet : comité du parti de l’oblast.

81 VKP (b) : Sigle employé à cette époque pour désigner le parti communiste (bolchevik).

82 TsKhDNISO, f. 594, op. 1, d. 946, l. 97.

83 Ibid.

84 TsKhdniso, f. 342, op. 1, d. 3, l. 23.

85 Le kanton était la circonscription administrative de la République autonome des Allemands de la Volga. Il correspondait au raïon ailleurs.

86 TsKhDNISO, f. 594, op. 1, d. 946, l. 100.

87 Efim Ivanovitch Kovalev (1884- ? date de décès inconnue) fut directeur de la Direction de la comptabilité de l’économie nationale du kraï, puis de l’oblast de Saratov, entre 1934 et 1937. C’était un ancien statisticien des zemstva. Après avoir terminé ses études à l’Institut technique de Saratov, en 1907, il avait été formé à la statistique à l’Institut de commerce de Moscou. À partir de 1918, il avait occupé différents postes de directeur de bureaux statistiques régionaux de la TsSOu, dont ceux de Kostroma, d’Ivanovo et de l’oblast de Novossibirsk. À partir de 1932, il travailla au sein de la Direction centrale à Moscou, où, en 1933, il était chef de secteur. En 1917, il était membre du parti bolchevik, dont il était sorti en 1921. Il entra à nouveau dans le parti communiste en 1927. Cf. CSU RSFSR, 50 let…, op. cit., p. 122, et TsKhDNISO, f. 342, op. 1, d. 4, l. 20. E. I. Kovalev fut réprimé à la suite du recensement de 1937.

88 À ce sujet, voir A. Volkov, « Le recensement… », art. cit., p. 49-53.

89 Likbez était l’abréviation employée pour désigner la commission de lutte contre l’analphabétisme (Likvidatsia bezgramotnosti).

90 A. G. Kovalevskij, Gramotnost’Niz&ne-Volz&skogo kraja na rubez&e vtoroj pjatiletki. Itogi perepisi 1932g. (L’instruction dans le kraï de la Basse Volga à la veille du deuxième plan quinquennal), Saratov, Gosizdat, 1933, p. 3.

91 Planovoe Khoziaïstvo.

À ce sujet, voir I. Eliseeva, A. Dmitriev, « 80 let osnovaniju… », art. cit., p. 8.

92 Planovoe Hozjajstvo, 5/6, 1930, p. 5.

93 Planovoe Hozjajstvo, 1, 1930, p. 5, ibid.

94 À ce sujet, voir « Materialy po statkvalifikacii » (Matériaux concernant la qualification en statistique), Vestnik statistiki, 3, 1928, p. 179-189.

95 Au début des années 1930, des cours de statistique organisés par les directions locales de la comptabilité de l’économie nationale continuèrent à exister. La partie théorique était placée sous le contrôle de l’Institut Plekhanov.

96 Gosudarstvennyj komitet SSSR po statistike, op. cit., p. 57.

97 Membre du parti bolchevik depuis 1910, commissaire du peuple à l’Agriculture en 1918, puis vice-président du Conseil suprême de l’économie nationale jusqu’en 1921, Vladimir P. Milioutine avait été vice-président de l’Académie communiste entre 1925 et 1927. Il fut arrêté en juillet 1937 et exécuté en octobre.

98 V. V. Ossinski fut arrêté après son éviction de son poste de directeur et accusé d’appartenir à l’opposition. Il fut tué en 1938.

99 Ivan I. Kraval (1897-1937) était membre du parti depuis 1919. Entre 1922 et 1924, il avait été étudiant à l’Institut des professeurs rouges. Arrêté le 31 mai 1937, il fut exécuté en septembre.

100 O. A. Kvitkine (1874-1937) : ancien statisticien des zemstva entré à la TsSOu en 1919, il était directeur du bureau du recensement. Auparavant, il avait été notamment responsable de la publication des résultats du recensement de 1926. Il fut arrêté et exécuté en 1937.

101 Voir A. Blum, « À l’origine des purges de 1937… », art. cit., p. 176.

102 Voir A. Volkov, art. cit., p. 49-53.

103 TsKhDNISO, f. 342, op. 1, d. 4, l. 30ob.

104 Ibid.

105 Ibid.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540