Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Nouveaux usages de la statistique et déprofessionnalisation

Chapitre 11. Négociations autour d’une profession

Texte intégral

1Construire un champ professionnel, c’est aussi le délimiter par rapport aux autres. Affirmer l’identité d’un groupe suppose de mettre en évidence les différences avec les autres. Tout au long des années 1920, les efforts constants de la TsSOu pour se démarquer très clairement de la production statistique des autres administrations furent à la hauteur de l’enjeu institutionnel que cela représentait. Fixer avec précision les limites entre deux usages administratifs différents de la statistique n’était pas une simple affaire de principe. Il en allait de l’affirmation de la place sociale et institutionnelle d’une profession, de la reconnaissance aussi de ses valeurs et de ses méthodes dans le champ des administrations de l’État soviétique en cours de construction. Il en allait également de la défense de la spécificité d’une institution face à la concurrence des autres. La délimitation des tâches entre les départements et bureaux de la TsSOu et les services statistiques des autres administrations fut souvent un objet de négociation, tout comme la lutte incessante pour une reconnaissance de la qualification professionnelle des statisticiens dans les salaires et de la nécessité de pérenniser deux catégories de personnel, les statisticiens de canton et les correspondants volontaires. L’identité d’une profession et de son institution en dépendait.

Administration statistique et statistique des administrations

Une concurrence dans la production des données

  • 1 vedomstvennaïa statistika : ce terme désignait la production des données effectuée par l’ensemble (...)
  • 2 V. V. Osinskij, « Poloz&enie i blis&ajz&ie zadac&i… », art. cit., p. 23.
  • 3 « Osnovnye voprosy sel’skohozjajstvennoj statistiki na soves&c&anii mestnyh rabotnikov po sel’skoh (...)

2Pendant les années 1920, la revue Le messager de la statistique se fit régulièrement l’écho des débats qui animaient les statisticiens de la TsSOu et de ses bureaux régionaux au sujet de la statistique des administrations1 et des problèmes posés par le grand nombre d’enquêtes parallèles effectuées par différents organismes. Fin janvier 1927, à l’occasion de la conférence statistique réunie à Moscou, V. V. Ossinski, directeur de la TsSOu, se plaignait encore de la multiplication désordonnée des enquêtes statistiques créée par la forte dispersion de la production de chiffres entre différentes administrations : « Chez nous, il existe un déluge et un chaos statistiques, une hypertrophie des enquêtes statistiques. […] Comment mettre fin à cela2 ? ». La surabondance des enquêtes créait en outre un certain désordre sur le terrain, comme le signalaient, un an plus tard, en janvier 1928, de nombreux participants à la conférence des représentants de la statistique agricole des bureaux statistiques régionaux3. Au Kazakhstan, par exemple, plusieurs exploitations avaient été interrogées vingt fois, par différents organismes, à l’occasion des enquêtes agricoles de printemps.

3Cette question n’était pourtant pas nouvelle. Ce grand éclatement de la production administrative des données statistiques n’était qu’un héritage de la période tsariste, une pure tradition de la statistique russe, et même de la statistique européenne, du xixe siècle : tout ministère d’État avait son bureau de statistique central, et souvent des services de celui-ci en régions. Loin de réduire ses effectifs, la statistique des administrations a continué à se développer au cours des premières années d’existence de l’État soviétique, alors même que ce dernier déclarait vouloir construire une administration statistique unifiée sur l’ensemble de son territoire.

  • 4 G. S. Polljak, art. cit., p. 122-123.
  • 5 Le dénombrement donnait 3 710 statisticiens employés à d’autres tâches que le travail statistique.

4Le dénombrement des « forces statistiques » de 1920 donne une estimation de l’effectif total des statisticiens dans la République de Russie à cette époque4. Destinés à décompter les personnes mobilisables pour le recensement de 1920, ces chiffres sont toutefois à manier avec précaution car le critère utilisé pour compter les statisticiens des administrations était très large. Étaient incluses, par exemple, des personnes qui effectuaient seulement des opérations de calcul dans un commissariat quelconque. Dans celui de l’Instruction publique, beaucoup d’enseignants ont été enregistrés dans cette enquête de cette façon. Ces chiffres sont cependant intéressants car ils donnent une évaluation des personnes employées d’une manière quelconque par les différents bureaux et services statistiques du pays autres que ceux de la TsSOu. Sur un total de 6 672 personnes affectées à des tâches statistiques5, 2 999 appartenaient au réseau de la TsSOu (dont 154 dans la seule Direction centrale), soit près de 45 % de l’ensemble, alors que les administrations des commissariats et autres organismes soviétiques, dont le Conseil suprême de l’économie nationale, le VSNKh, regroupaient les 55 % restants, en fait 48,5 % dans les seuls commissariats. Parmi ces administrations, ce sont les services statistiques du VSNKh et du commissariat à l’Approvisionnement qui étaient les plus fournis, avec respectivement 12,5 % et 10,2 % du total des personnes occupant un emploi statistique à cette époque. Le commissariat au Travail et les syndicats en réunissaient 9,4 %.

  • 6 « Poloz&enie o gosudarstvennoj… », art. cit., § 7.

5Afin de mettre fin à la multiplication des travaux statistiques et à l’absence de coordination à ce sujet entre les différentes administrations, la réglementation du 25 juillet 1918 sur la statistique d’État avait fixé pour mission à la TsSOu et à ses bureaux locaux d’unifier et homogénéiser la production des données dans l’appareil administratif tout entier de l’État. À cette fin, la Direction centrale devait, en particulier, coordonner les enquêtes statistiques de l’ensemble des commissariats, qui conservaient toutefois la responsabilité de l’élaboration de leurs données de statistique courante6.

  • 7 M. P. Krasil’nikov, « Vedomstvennaja statistika » (La statistique des administrations), Vestnik st (...)

6En 1922, quatre ans après la promulgation de ce décret, Mitrofan P. Krasilnikov, directeur adjoint de la TsSOu, tenta de faire le point sur la situation7. Devant l’ampleur de la tâche, il résolut de ne s’occuper que des services statistiques centraux du VSNKh et des différents commissariats, laissant de côté les organisations sociales ou économiques de toutes sortes, notamment le secteur coopératif. Treize des seize commissariats étudiés disposaient d’un service statistique. Seuls ceux des Affaires étrangères, des Affaires maritimes et de l’Approvisionnement n’en possédaient pas, le bureau de ce dernier ayant été intégré à la TsSOu. Pour les autres, le décret sur la statistique d’État était resté lettre morte pour le moment :

Effectif des services statistiques centraux du VSNKh et des différents commissariats et de leurs employés au 1er octobre 1922

Effectif des services statistiques centraux du VSNKh et des différents commissariats et de leurs employés au 1er octobre 1922

Source : M. P. Krasil’nikov, « Vedomstvennaja statistika » (La statistique des administrations), Vestnik statistiki, 5-8, 1922, p. 187-188.

  • 8 Ibid., p. 187.

7On le voit, la plupart des commissariats n’avaient pas un seul, mais plusieurs services de statistique. Dans cet ensemble, le VSNKh et les commissariats à l’Agriculture et aux Voies de communication se détachent particulièrement. Encore faut-il faire des distinctions de nature dans la production statistique effectuée par les uns et les autres. Si les services du commissariat aux Voies de communication se cantonnaient à une comptabilité ou à un décompte purement administratifs, fidèles en cela à l’esprit de la loi, ce n’était pas le cas du VSNKh, qui menait des études d’analyse économique qui auraient pu être effectuées par la TsSOu. Quant au commissariat à l’Agriculture, Krasilnikov jugeait que ses différents services statistiques, « bien que nombreux, mais très faibles du point de vue de leur structure, étaient faiblement reliés entre eux8 ».

  • 9 GASO, f. R-1, op. 1, d. 216, l. 69ob. Plus largement, d’après le recensement des employés de Mosco (...)
  • 10 M. P. Krasil’nikov, art. cit., p. 188.

8Les 657 employés des services statistiques centraux de ces commissariats et du VSNKh rivalisaient avec ceux de la Direction centrale de la statistique, qui étaient au nombre de 4339. L’effectif total du personnel statistique de ces administrations centrales frappe par son ampleur, d’autant plus qu’il comprend essentiellement les personnes occupées directement aux tâches statistiques10. Les commissariats traitant des activités économiques et le VSNKh concentraient à eux seuls 84 % de cet ensemble. Ce dernier occupait toutefois une place particulière en étant le plus gros employeur de statisticiens après la TsSOu.

  • 11 Ibid., p. 190.

9Il n’est donc guère étonnant de constater beaucoup de départs de celle-ci vers le VSNKh à partir de 1921-1922, comme si celui-ci avait grossi en aspirant une partie des statisticiens et employés de la Direction centrale de la statistique et de ses bureaux de province. En fait, dans le contexte des réductions de leur budget et de leur personnel, les services de la TsSOu ont subi de plein fouet la concurrence de ceux du VSNKh, qui offraient de meilleures conditions de rémunération et d’approvisionnement en produits de consommation pour effectuer un travail qui n’était pas de la simple comptabilité mais demandait une réelle expérience de statisticien. Les postes qualifiés représentaient, en effet, près de quatre emplois sur cinq dans cette administration11. Cette concurrence institutionnelle s’exerçait également dans les régions.

  • 12 G. S. Polljak, art. cit., p. 126.

10Ce tableau doit toutefois être nuancé. Dans son analyse de l’enquête sur le dénombrement des « forces statistiques », G. S. Polliak avait émis des réserves à propos des qualifications déclarées par les différentes administrations, dont le VSNKh12. Il jugeait que les individus étaient souvent classés dans une catégorie supérieure à leur niveau de formation et à leur expérience réelles afin de permettre de fixer des salaires qui étaient également plus élevés en moyenne. Bien évidemment, une telle situation donnait un argument supplémentaire aux statisticiens de la TsSOu dans leur débat sur la comparaison entre les deux formes de statistique. Elle renforçait d’autant plus leur volonté d’unifier l’ensemble des services statistiques d’administrations en les rattachant à la Direction centrale. Ce projet se heurta à une forte résistance de ceux-ci.

Affirmer une identité professionnelle

  • 13 Ivan M. Bogdanov, « Gosudarstvennaja i vedomstvennaja statistika narodnogo obrazovanija, ee zadac (...)

11Parmi les plus rétifs, on trouvait les commissariats qui avaient hérité de services statistiques constitués dans l’administration tsariste. Dans un article paru en 1925, Ivan M. Bogdanov, chef du département de l’éducation de la TsSOu, essaya de rappeler la délimitation entre les missions de celle-ci et celles des services statistiques des administrations. Il s’appuya pour cela sur l’exemple du commissariat à l’Instruction publique13. À la statistique d’État revenait le soin de mener des études d’ensemble, des enquêtes approfondies, aux commissariats incombait la charge de produire les données de la statistique courante nécessaires à leur action. Dès lors, le champ d’intervention réservé à la TsSOu pouvait être défini avec précision :

  • 14 Ibid., p. 84-85.

« Selon l’idée qui est à la base de cet organe, la statistique d’État doit répondre aux besoins des organes supérieurs qui gouvernent, qui dirigent le travail des commissariats. Elle a pour tâche d’étudier l’organisme de l’État, l’économie de l’État dans son ensemble, y compris donc les aspects de cette économie qui sont délimités par les fonctions des différents commissariats. Cette étude a pour but d’éclairer la manière dont se développe tout l’organisme de l’État considéré comme un tout unique. Dans ce cas, l’observation statistique ne doit pas être conduite, peut-être, avec tout le détail qui est indispensable à chaque commissariat pour ses objectifs pratiques : ici est saisi ce qui est principal, essentiel, ce qui est présenté comme le plus caractéristique dans la coordination avec tous les autres aspects de l’économie nationale14. »

12Seule à pouvoir adopter une vue d’ensemble, l’administration statistique d’État, par sa position extérieure aux différents commissariats, est aussi la seule à pouvoir développer une approche générale de l’économie susceptible d’inclure les différents volets qui correspondent à autant de directions administratives différentes. Elle peut ainsi mener une étude plus approfondie que ne le permet l’approche partielle d’un commissariat. Au service de l’État, la statistique de la TsSOu est aussi celle qui doit fournir une synthèse, s’attacher à mettre en évidence les indicateurs généraux, les tendances générales, dépasser le regard partiel de l’observateur isolé qu’est un commissariat. À la Direction centrale de la statistique revenait donc la charge d’organiser les recensements et les enquêtes périodiques susceptibles d’éclairer l’action de l’État.

  • 15 Ibid.

13Outre cela, elle avait pour mission d’assumer un rôle spécifique dans le domaine des méthodes et de la connaissance. Ainsi devait-elle « élaborer et introduire des méthodes d’enquête, mener des recherches scientifiques dans le domaine de la statistique, contribuer au développement des connaissances en statistique dans le pays, tout aussi indispensables aux travailleurs de la statistique des administrations qu’à ceux de la statistique d’État15 ». Spécificité à part entière d’une administration statistique d’État, et différence essentielle avec les services spécialisés des commissariats, la TsSOu devait effectuer des travaux scientifiques au service de tous et de l’État. Son domaine était alors tout autant celui des enquêtes lourdes et des recensements généraux que celui de la réflexion théorique et méthodologique. Par comparaison, comment délimiter le champ de la statistique d’un commissariat comme celui de l’Instruction publique ?

  • 16 Ibid.

« Chaque commissariat conduit un travail pratique défini pour lequel il est responsable. C’est pourquoi il place au premier plan la comptabilité (outchet) des résultats de son activité, l’élucidation des conséquences pratiques des mesures conduites et des besoins concrets immédiats qu’il faut satisfaire16. »

14Le mot est lâché, la statistique des administrations, c’est le domaine de la comptabilité. Le commissariat à l’Instruction publique devait donc se consacrer, par exemple, aux enquêtes sur les besoins en instruction de la population, au décompte des enfants en âge scolaire. La délimitation entre les deux sphères de production des données, la statistique et la comptabilité, permettait de fixer le champ d’intervention des uns et des autres au sein du jeu de la concurrence entre institutions, ainsi que leurs compétences et statuts respectifs. La comptabilité relevait du domaine de la gestion de l’économie, la statistique de celle de la production d’un savoir scientifique.

Malaise chez les statisticiens

  • 17 M. P. Romanov occupa, à partir d’octobre 1921, le poste de directeur adjoint du département de la (...)

15La difficulté à réaliser l’unification institutionnelle projetée rendait les relations entre les statisticiens de la TsSOu et ceux des autres administrations d’autant plus compliquées que l’éclatement des lieux de production des données était fort grand. Cela était particulièrement le cas dans les régions, près du terrain de collecte des informations. La manière dont les statisticiens de Saratov évoquèrent ce problème au cours de la réunion du conseil de la statistique de la province, réuni les 15 et 16 janvier 1921, laisse percevoir un réel malaise au sein de cette communauté locale. Le tableau dressé par Martemian P. Romanov, chef de la section de statistique du travail du bureau de statistique17, montre, tout d’abord, une grande dispersion des individus et des méthodes :

  • 18 GASO, f. R-1, op. 1, d. 152, l. 4ob.

« Je ne vous dirai pas dans quels tourments s’est développée la statistique d’État. Je commencerai par ce qui existe aujourd’hui. Je parlerai franchement : chez nous, il y a beaucoup, de très nombreuses et différentes statistiques, mais il n’y a pas une seule statistique véritable qui remplisse pleinement sa mission. Cela se produit parce que, premièrement, tous les nombreux statisticiens de la province sont isolés, agissent en désaccord les uns avec les autres ; deuxièmement, les forces statistiques peu nombreuses dont on dispose sont éparpillées dans diverses institutions où il est plus avantageux de travailler quand bien même il s’agit d’un travail qui n’est en rien statistique ; et enfin, troisièmement, parce qu’il n’y a pas de plan général des travaux élaboré avec rigueur18. »

16La qualité du contenu même des diverses enquêtes posait problème :

  • 19 Ibid.

« Quant à la masse des recensements produits par les différents services statistiques des administrations sans des forces statistiques suffisantes, sans respect des conditions méthodologiques indispensables, il faudrait simplement la jeter car le matériau obtenu n’est utile à rien19. »

17Sortir d’une telle situation était d’autant plus compliqué que, selon Romanov, la situation locale était la conséquence des luttes entre commissariats au centre :

  • 20 Ibid.

« Vous direz que c’est l’affaire du centre. Mais, vous connaissez bien cette lutte qui est menée au centre à cause de la statistique. Chaque commissariat l’a tirée à lui. Et l’expérience a montré qu’il ne faut pas attendre d’instructions du centre pour mettre de l’ordre dans la statistique. Tous les désordres nous sont plus visibles ici, nous en souffrons plus20. »

18Une même branche de la statistique pouvait faire l’objet de multiples dénombrements sans que jamais une vision d’ensemble ne l’emportât. Ainsi, malgré un service statistique fourni, la direction du VSNKh de Saratov n’était pas encore parvenue à cela dans le domaine de la statistique industrielle courante :

  • 21 Les ateliers étaient considérés comme activité industrielle.
  • 22 Il s’agissait d’une usine où l’on fabriquait de l’outillage et des machines pour l’agriculture.
  • 23 GASO, f. R-1, op. 1, d. 152, l. 4ob.

« Au VSNKh, qui pilote la statistique industrielle, ce n’est pas mieux. Il ne possède aucun programme du centre et son service de statistique n’exécute que des tâches locales. […] De plus, il ne peut pas disposer de tous les matériaux relatifs à la statistique industrielle car l’industrie elle-même n’est pas concentrée dans le seul VSNKh. Il y en a aussi, par exemple, à la direction des chemins de fer de Riazan et de l’Oural21 ; à Saratov, l’observation statistique d’une grosse usine qui s’appelait auparavant Sotroudnik22 est effectuée par le service agraire de la province23. »

19Aux difficultés de communication avec le centre, liées à la guerre civile, s’ajoutaient les effets de la concurrence entre les différentes directions administratives centrales pour le partage des domaines de compétence sur le terrain, dans les régions. L’unification des services statistiques, décrétée en juillet 1918, était impossible à envisager dans une telle situation d’ensemble. Sa réussite dépendait avant tout des bureaux de province car c’est sur le terrain, au jour le jour, qu’elle pouvait être réalisée. Faute de soutien réel de la Direction centrale de la statistique dans cette entreprise, il revint aux statisticiens de trouver eux-mêmes des solutions, utilisant à cette fin la marge d’initiative locale dont ils disposaient.

20Un autre point posait problème : si les textes ordonnaient une unification de l’ensemble des services statistiques des administrations d’État au sein de la TsSOu, les salaires des statisticiens étaient, eux, loin d’être unifiés.

Salaires et qualification

  • 24 V. V. Osinskij, art. cit., p. 16, 19.

21Pour les statisticiens, la question de la rémunération fut un sujet de préoccupation et de revendication constant pendant toutes les années 1920. Si le niveau faible des salaires était un problème partagé par toutes les administrations soviétiques, surtout au début de la décennie, il semble qu’il ait été particulièrement accusé dans la TsSOu et ses bureaux régionaux, donnant lieu à des manifestations régulières de mécontentement de la part du personnel. Bien qu’administration centrale, dans ce domaine, la Direction de la statistique n’était pas traitée de la même manière que les commissariats. En janvier 1927, son directeur, soulignait que cette situation s’était peu améliorée depuis la fin de la guerre civile24.

22La défense de la rémunération revêtait néanmoins un enjeu bien plus large que la seule préoccupation matérielle, même si celle-ci était vive en raison du faible niveau du revenu. Au salaire était lié le bon fonctionnement ou pas des bureaux. Celui-ci dépendait notamment du degré de qualification des statisticiens, en poste ou nouvellement recrutés, que seul un niveau de salaire jugé convenable pouvait retenir ou attirer. Une partie importante de la rémunération totale était constituée d’un approvisionnement en nature, produits alimentaires, vêtements et chaussures. Cette part-là aussi supportait mal la comparaison.

23Au-delà de la question de la justice sociale, la lutte pour l’amélioration des rémunérations des statisticiens eut pour objectif d’obtenir les mêmes conditions de salaire que dans les autres administrations afin de permettre à la TsSOu de conserver le personnel existant et d’attirer de nouvelles personnes. La question était d’autant plus cruciale que, comme cela a déjà été mentionné, le marché du travail des statisticiens était déséquilibré. La construction de l’administration soviétique tout entière a créé un besoin d’employés tel, à chaque échelon administratif territorial, qu’il a été souvent plus élevé que les ressources locales disponibles. Cette situation a produit un effet d’aspiration sur le marché du travail en faveur des organismes et administrations dans lesquels les conditions de rémunération étaient les meilleures.

24Toutefois, la question salariale revêtait une autre dimension qui n’était pas moins importante. Le salaire n’est pas seulement un moyen pour vivre. Il mesure la valeur d’un travail, sanctionne des connaissances, une expérience, un savoir-faire, différencie ainsi une compétence d’une autre. Symbole d’une valeur professionnelle, il a également une valeur sociale. Instrument de mesure, il est aussi signe d’une reconnaissance individuelle, professionnelle et sociale. Ces questions de statut sont toujours sous-jacentes dans des négociations salariales, elles furent un enjeu constant derrière les discussions sur le niveau de la rémunération.

  • 25 Vserossiïskii profsoiouz rabotnikov sovetskikh obchtchestvennykh i torgovykh outchrejdenii i predp (...)
  • 26 Profsoiouz sovetskikh i torgovykh sloujachtchikh SSSR (Sovtorgsloujachtchikh). À partir de 1930, l (...)
  • 27 GASO, f. R-1, op. 1, d. 137, l. 42.

25En l’absence d’un syndicat spécifique, les revendications des statisticiens de la TsSOu eurent beaucoup de mal à être entendues et leur spécificité professionnelle à être reconnue. Ils faisaient partie du syndicat, très large, des employés de l’administration d’État. Appelé syndicat russe des travailleurs des organismes sociaux et commerciaux et des entreprises soviétiques de 1918 à 192425, celui-ci prit ensuite le nom de syndicat des employés soviétiques et des employés de commerce de l’URSS26. Ce changement de dénomination ne s’accompagna pas de la création d’un syndicat propre aux statisticiens. Bien que ceux-ci en aient réclamé un très tôt, dès 1919, cette revendication ne fut jamais satisfaite27.

26Il leur fut également difficile de faire évoluer le statut des statisticiens de canton.

Reconnaissance d’un statut pour les statisticiens de canton

Un rôle jugé essentiel

  • 28 M. P. Krasil’nikov, « Volostnoj statistik » (Le statisticien de canton), Vestnik statistiki, 1-3, (...)

27Au début de l’année 1925, un article de M. P. Krasilnikov rappelait l’importance du rôle des statisticiens de canton, tout en reconnaissant que l’organisation de leur statut restait un problème non résolu28. Si la figure du statisticien de canton était associée le plus souvent à la collecte des informations sur l’agriculture, son rôle allait cependant bien au-delà. Il était également l’agent de base incontournable des enquêtes alimentaires périodiques dans les campagnes et du recueil des informations sur les prix des produits dans les localités rurales. Il servait d’intermédiaire pour transmettre au bureau de statistique du district les formulaires remplis par les directions d’usines sur l’activité industrielle, le travail et les salaires. Dans beaucoup de provinces, il était chargé de la surveillance du bon fonctionnement de la statistique administrative de l’état civil dans les campagnes, et devait, en particulier, veiller à ce que les services d’état civil de canton remplissent de manière complète les formulaires destinés à l’administration statistique. Il veillait aussi à l’envoi régulier par les tribunaux locaux des feuillets statistiques sur les condamnés, documents qui, sans cette surveillance, étaient souvent remplis de manière incomplète et transmis avec retard. Il était chargé également de rassembler les formulaires remplis par les directeurs d’établissements scolaires ou culturels et d’en faire une première vérification.

28De fait, il était le garant du bon fonctionnement et de la qualité de la statistique administrative dans les campagnes. Agent de la TsSOu placé au plus près des sources des données, prêt à intervenir en cas de non respect des règles administratives, il était l’auxiliaire de base indispensable du bureau de statistique local pour la mise en chiffres de la population et de l’économie. Son rôle est devenu d’autant plus important quand le rayon de son territoire d’action s’est élargi sous l’effet de la réforme administrative qui a transformé les cantons, volosti, en raïony, en fait à des circonscriptions administratives plus larges correspondant en général à deux ou trois volosti. Mise en place en 1923 dans certaines régions, dont les républiques autonomes, cette réforme s’est diffusée beaucoup plus lentement dans les goubernii plus anciennes.

29Malgré l’importance souvent affirmée du rôle des statisticiens de canton, une constante a demeuré tout au long des années vingt : il y eut toujours un écart important entre l’ampleur de leur mission et les moyens institutionnels octroyés ou mis en place pour en garantir le succès.

Une évolution numérique irrégulière

30L’effectif de ces statisticiens évolua de manière irrégulière au cours des années 1920. En 1924, les besoins n’étaient pas encore totalement satisfaits. D’après une enquête effectuée par la TsSOu auprès de ses bureaux régionaux de la RSFSR, dans 13 goubernii sur 38 tous les cantons possédaient un statisticien chacun en septembre 1924. Pour les autres, la situation se répartissait de la manière suivante :

Couverture des besoins en statisticiens de canton dans les goubernii de la RSFSR en septembre 1924

Couverture des besoins en statisticiens de canton dans les goubernii de la RSFSR en septembre 1924

Source : M. P. Krasil’nikov, « Volostnoj statistik » (Le statisticien de canton), Vestnik statistiki, 1-3, 1925, p. 157.

31Les réductions des crédits affectés aux bureaux de district expliquent principalement une telle situation. Obligés de faire des choix dans leurs dépenses, des bureaux régionaux préférèrent sauver d’abord le plus de postes possible de statisticiens de district et s’efforcèrent de convaincre les comités exécutifs de canton de prendre en charge les salaires des statisticiens de canton. Étant eux-mêmes confrontés à des restrictions budgétaires, la plupart des comités ne le purent ou ne le voulurent. Dans ce cas, la situation ne se modifia réellement qu’à partir de l’année 1927, quand une nouvelle réforme entra en vigueur.

Un statut lent à imposer

  • 29 « Doklad E. V. Pas&kovskogo o funkcijah volostnyh statistikov » (Exposé de E. V. Pachkovski au suj (...)

32Le statut des statisticiens de canton fut mis en place en plusieurs étapes. Un premier pas important fut fait avec, dès 1920, la rédaction, dans certaines provinces, d’une réglementation spécifique qui s’efforçait de fixer avec précision les tâches de ce personnel, donnant ainsi un contenu professionnel très précis à ce statut. À son tour, la Direction centrale en promulgua une pour l’ensemble du pays à la fin du mois de février 192129.

  • 30 Ibid., p. 160.

33La question la plus délicate à traiter était celle des liens entre ce statisticien et le comité exécutif du canton. La TsSOu s’efforça d’en fixer le cadre précis. Cependant, selon Krasilnikov, faute de moyens financiers suffisants de part et d’autre, la situation demeurait confuse encore en 192530. D’une part, les dépenses à ce sujet, qui n’étaient pas prévues par les textes pour les comités exécutifs locaux, faisaient l’objet d’un refus de paiement de la part des services du commissariat aux Finances. D’autre part, la faiblesse du budget des comités les empêchait de financer des postes de statisticien de canton en nombre suffisant, à temps plein et à hauteur des salaires envisagés par la TsSOu. Krasilnikov jugeait qu’il devenait urgent de régler ce problème :

  • 31 Ibid., p. 161.

« La réglementation des organes locaux de la statistique d’État est, comme on le sait, limitée dans son application par celle des organes de province et de district, sans même parler du système des organes de première observation statistique. Cependant, la vie exige d’instituer des normes qui règlent au moins la situation et l’activité du statisticien de canton […], la vie exige une légalisation de son statut et la fixation par écrit de certains de ses droits, sans lesquels aucun succès de son travail ne peut être envisagé31. »

  • 32 Ibid., p. 162-163.

34Il proposa une nouvelle réglementation nationale qui, de fait, variait peu par rapport à celle de 192132. En réalité, ce texte semble justifié principalement par la nécessité de réaffirmer en 1925 l’importance d’un statut que ni la TsSOu ni ses bureaux régionaux n’avaient jusque-là réussi à imposer aux autorités politiques locales. Or, la concurrence de plus en plus forte d’autres organismes dans la production des statistiques agricoles rendait d’autant plus impérieuse la constitution d’un réseau dense de statisticiens de canton.

35Les principes de base de 1921 furent réaffirmés, l’étendue de leur mission et de leur domaine d’intervention restait tout aussi large. Dans l’exercice de leur travail, ils restaient sous la tutelle du bureau statistique du district. Cette précision restait indispensable car de nombreuses déviations par rapport à cette règle avaient été constatées depuis 1921.

36Bien souvent, en effet, les comités exécutifs de canton avaient eu tendance à considérer ce statisticien comme un employé à leur service avant tout, et à intervenir dans son recrutement et dans son travail. Cette attitude était particulièrement fréquente quand ils finançaient tant soit peu son poste ou que le statisticien était le secrétaire du comité lui-même. Cette confusion des rôles rassemblés dans une même personne était dangereuse pour la TsSOu au moins à double titre. En premier lieu, elle tendait à nier la spécificité professionnelle du travail du statisticien. En légitimant son exécution par un employé administratif, cette situation renvoyait la statistique de la TsSOu au statut d’une statistique d’administration tout en la menaçant d’une absorption institutionnelle par l’administration soviétique territoriale en cours de constitution. Par ailleurs, la négation de la spécificité professionnelle contenait en germe celle de la particularité institutionnelle de la TsSOu, et notamment de son indépendance scientifique. Dans son article, Krasilnikov exprime sa crainte à ce sujet, précisant que l’hypothèse qui consiste à faire prendre en charge financièrement ces postes par les comités de canton lui semble la pire des solutions et une menace pour l’indépendance du travail statistique :

  • 33 Ibid., p. 160-161.

« Dans quelques régions, il y a une tendance à mettre le traitement du statisticien de canton sur le compte du budget du canton. C’est une des pires solutions. La pratique a montré quel rôle joue, comme perturbation de l’activité statistique, le droit de préséance, la lutte pour l’intérêt local ; et le statisticien de canton, dépendant du budget local, sera alors tout entier l’humble serviteur de ces intérêts locaux qui ne sont pas toujours bien compris. Les récoltes seront encore plus réduites, les surfaces ensemencées perdues seront majorées dans des limites n’ayant rien à voir avec la réalité33. »

  • 34 En 1922, les anciens soldats de l’Armée rouge représentaient 30,6 % du total des statisticiens de (...)

37Les critères énoncés ensuite par Krasilnikov pour le recrutement des statisticiens de canton semblent exprimés en guise de rempart contre l’embauche de candidats dont la seule compétence consisterait plus à appartenir au parti ou aux Jeunesses communistes, ou à avoir combattu dans les rangs de l’Armée rouge34, qu’à posséder la moindre expérience ou formation en statistique :

  • 35 M. P. Krasil’nikov, art. cit., p. 162.

« Ne peuvent être nommées statisticiens de canton que des personnes possédant une instruction suffisante et étant familiarisées avec les procédés de l’observation statistique. Il est recommandé de les choisir parmi les meilleurs des correspondants qui se seront présentés. Outre cela, dans de nombreuses réglementations de bureaux régionaux, est exprimé le souhait que les statisticiens de canton soient choisis, de préférence, parmi les agriculteurs ou les artisans locaux afin qu’ils aient une connaissance pratique de la vie qu’ils auront à observer de manière statistique35. »

38La possibilité de confier ce type de poste à des responsables ou à des employés de base de l’administration soviétique rurale n’était pas évoquée. L’argument de l’expérience acquise n’était plus simplement une manière d’affirmer la spécificité d’une profession et de son travail, il devenait le moyen de défendre celle-ci contre l’emprise et le contrôle direct ou indirect du parti.

Un statut à enjeu politique

39Placé au cœur du dispositif de la collecte des données sur l’agriculture, le rôle du statisticien de canton était également l’objet de nombreuses discussions entre la TsSOu et les autres administrations qui procédaient elles-mêmes à une collecte des informations sur les récoltes ou qui utilisaient les chiffres de ses bureaux régionaux. Un exemple local peut, éclairer l’enjeu de ces négociations ainsi que les différences de perception entre le pouvoir central et les organes politiques locaux.

  • 36 GASO, f. R-521, op. 1, d. 2454, ll. 35-36.
  • 37 Ibid., ll. 5, 35ob.

40À partir de 1924, les questions soulevées par la production des statistiques agricoles ont servi de cadre aux discussions entre différentes administrations locales sur l’élaboration d’un statut pour les statisticiens de canton de la province de Saratov36. Les propositions pour fixer les principes de ce statut dépendirent des conceptions des uns et des autres sur la manière d’améliorer la précision de ces données. Le problème du financement fut long à résoudre car les tâches des statisticiens de canton étaient de deux sortes. Les unes, destinées au centre, devaient logiquement être prises en charge par la TsSOu, les autres, répondant à une demande locale, pouvaient donner lieu à des dépenses du comité exécutif local. Dans un contexte général d’économies budgétaires, il fut difficile de parvenir à un accord sur la délimitation précise des deux catégories de tâches et, par suite, de leur prise en charge financière par les uns ou par les autres. Pendant ce temps, toutes les administrations concernées s’accordaient pour juger que la situation de la collecte des données de la statistique agricole se dégradait. En particulier, elles considéraient que la procédure de recueil des informations par les comités exécutifs de canton et par les soviets ruraux n’était pas satisfaisante, lui reprochant à la fois son manque de fiabilité et le non respect des délais fixés37.

  • 38 Ibid., l. 35ob.

41Enfin, le 5 juin 1926, une commission fut sommée par le présidium du comité exécutif de la province de résoudre rapidement ces problèmes. Chargée, comme à l’accoutumée, d’analyser les causes du caractère défectueux des statistiques agricoles, elle conclut une nouvelle fois à la nécessité de recruter des statisticiens de canton en nombre suffisant et de mettre enfin en place un institut de formation dans chaque canton38.

  • 39 Ibid., l. 36.
  • 40 Ibid.

42Après de multiples discussions au sujet du financement de ce dispositif, le 14 juillet 1926, le comité exécutif de la province décréta l’ouverture d’un institut de statisticiens dans chaque canton et la prise en charge par la TsSOu des dépenses liées à la rémunération de ce personnel39. Si, localement, il semblait y avoir un accord entre le comité exécutif et le bureau de statistique, en revanche la décision du présidium du comité exécutif central de la RSFSR, prise au mois d’octobre suivant, vint compliquer la situation. En effet, ce dernier proposa au comité exécutif et au conseil des commissaires du peuple de l’URSS de ratifier le principe du financement des salaires des statisticiens de canton par le budget local à compter de l’année budgétaire 1927/1928. Dans le même temps, le bureau de statistique de Saratov fut prié de présenter les dépenses de l’année budgétaire 1926/1927 concernant ces salaires au comité exécutif de la province. Celui-ci refusa de les financer avec le budget local40.

43La question de la rémunération des statisticiens de canton révèle donc une situation institutionnelle et politique qui était loin d’être monolithique. À côté de la lutte entre administrations différentes, au niveau local comme au niveau central, il semblait y avoir du jeu dans les relations entre pouvoir central et pouvoir régional. De toute évidence, une fois qu’elle était prise au centre, une décision n’était pas toujours appliquée automatiquement par l’échelon régional inférieur. La résistance du comité exécutif de la province de Saratov retarda l’ouverture effective des différents instituts de formation de canton et compliqua le règlement de la rémunération des statisticiens de canton car la plus grande confusion régna ensuite sur le terrain. Qui devait payer quoi et à hauteur de combien ?

  • 41 Ibid., l. 36ob.

44Après maintes discussions, les comités exécutifs de canton acceptèrent de rémunérer les statisticiens au même tarif qu’un employé administratif de base sans aucune reconnaissance de leur qualification de statisticien41. Le directeur du bureau de statistique protesta en avançant l’argument professionnel. Mais peut-être, déjà, la question n’était-elle plus là car d’autres administrations, celle du plan en particulier, prétendaient contrôler la collecte des informations sur l’agriculture. La conception de la qualification professionnelle développée par les statisticiens de la TsSOu était-elle de même nature que celle définie par les administrations concurrentes ? En particulier, la qualité d’autonomie dans le travail qui était demandée au statisticien de canton était-elle souhaitée par les services du plan, du commissariat à l’Agriculture ou par le comité exécutif ? Par ailleurs, pour qui ce statisticien devait-il exercer sa mission de contrôle sur la fiabilité des informations livrées par les différents services administratifs locaux et selon quels critères ?

  • 42 « Osnovnye voprosy sel’skohozjajstvennoj statistiki… », art. cit., p. 185.

45À la fin des années 1920, la définition de la fonction de cet observateur de base était devenue un enjeu de taille entre des institutions aux logiques différentes car une grande confusion régnait dans le domaine des chiffres. Le dénombrement des kolkhozes effectué en 1927 dans la province de Saratov en fournit un exemple. Les organes du commissariat à l’Agriculture en comptèrent 2 000, ceux de la coopération agricole 700, le bureau de statistique près de 60042. Il en était donc des kolkhozes comme des récoltes, les chiffres du bureau de statistique étaient toujours plus bas que ceux du commissariat à l’Agriculture. De quel côté était l’illusion statistique ?

46Le statisticien de canton se retrouva au centre des controverses entre les différentes administrations qui produisaient et utilisaient des statistiques agricoles. La revendication par les organes de la TsSOu d’un statut professionnel pour cette catégorie de personnel sous-entendait le respect de leur indépendance scientifique. Il ne pouvait pas y avoir accord sur ce point. En effet, pour les représentants locaux du plan et des commissariats à l’Agriculture et aux Finances, le statisticien de canton était jugé trop proche des paysans pour pouvoir fournir des informations fiables. À la fin des années 1920, à la veille du « Grand tournant », la production statistique ne pouvait plus échapper au contrôle politique. Le principe de son indépendance scientifique n’était donc pas acceptable politiquement.

47L’évolution du statut du correspondant volontaire fut soumise à des considérations similaires.

Défense du statut du correspondant volontaire

48Le sort des correspondants volontaires a toujours été lié à celui des statisticiens de canton. Souvent remis en question, toujours défendu par les statisticiens de la TsSOu et de ses bureaux régionaux, leur statut a fluctué au cours des années 1920 pour finalement être redéfini à l’automne 1929.

L’agent de base de la collecte des données agricoles

49Chargé de la collecte des informations sur l’agriculture, et plus particulièrement sur l’état des cultures et des récoltes, le correspondant était, lui aussi, un observateur de base de la statistique agricole courante soviétique des années 1920. Sollicité trois fois par an, au printemps, en été et à l’automne, il fournissait des données sur les exploitations agricoles du voisinage, et aussi sur la sienne quand il était lui-même paysan. Si l’attachement des anciens statisticiens des zemstva à cette fonction peut s’expliquer pour partie par une continuité des méthodes d’observation, il était lié également à la défense d’une forme de production des statistiques agricoles différente de celle d’autres administrations, comme le commissariat à l’Approvisionnement, jusqu’à sa suppression en 1924, ou celui à l’Agriculture. Par ailleurs, le maintien des statisticiens de canton ne pouvait pas être envisagé sans un réseau de correspondants sur lequel s’appuyer.

50Lutter pour conserver les uns et les autres revenait à défendre une forme de recueil des données sur l’agriculture que les statisticiens de la TsSOu jugeaient plus apte à fournir des informations aussi proches que possibles de la réalité, sans exagération dans la sous-estimation comme dans la surestimation. Cela revenait, en particulier, à défendre un mode de collecte indépendant des administrations chargées d’organiser les réquisitions et la surveillance des récoltes et qui, à cause de cela, était susceptible de moins subir les biais liés à la dissimulation par les paysans des quantités réelles. Outre cela, dans une période où les campagnes restaient encore mal connues, le fait de disposer d’un informateur comme le correspondant, issu du milieu même de l’enquête, semblait indispensable. Qui mieux que lui connaissait la population et les exploitations du secteur d’enquête dont il avait la responsabilité ? Ceci paraissait garantir suffisamment la précision et la fidélité des informations recueillies, même si le correspondant avait, une expérience faible, voire inexistante, du travail statistique. En raison de cela justement, le rôle du statisticien de canton était jugé essentiel. Chargé d’encadrer les correspondants, c’est lui qui était responsable de la qualité de leur travail. Correspondant et statisticien de canton formaient le couple indissociable de la collecte des données de la statistique agricole courante, le sort de l’un étant inexorablement lié à celui de l’autre.

Un réseau difficile à maintenir dans le temps

  • 43 GASO, f. R-521, op. 1, d. 1300, ll. 2, 2ob, 4.
  • 44 GASO, f. R-521, op. 1, d. 933, l. 3.
  • 45 GASO, f. R-1, op. 1, d. 365 à 373.

51Après les années difficiles de la guerre civile, au cours desquelles les réseaux des correspondants furent complètement désorganisés dans les régions les plus touchées, les différents bureaux de statistique régionaux s’attachèrent à reconstruire ceux-ci le plus rapidement possible. Toutefois, les fortes restrictions budgétaires de l’époque compliquèrent leur tâche. Par exemple, les comptes rendus d’activité de l’année 1924 du bureau de Saratov insistaient sur le fait qu’il ne disposait d’aucun correspondant volontaire dans aucun des districts de sa province43. À la suite d’une impulsion de la Direction centrale, le réseau se reconstitua à partir de l’année 1925. Après avoir compté 828 personnes en 192244, il en possédait 806 en mai 1925, auxquels il fallait en ajouter 214 avec rémunération, soit un effectif total de 1 020 individus45.

52Le paiement des correspondants aida sûrement à cela, ce qui rompait néanmoins avec le principe, défendu depuis des décennies, du travail volontaire et bénévole. Au sérieux supposé accompagner ce désintéressement était préférée dorénavant la garantie d’un travail qualifié supposé découler d’une rémunération, même maigre. Toutefois, il n’y avait toujours pas d’accord général à ce sujet au sein de l’ensemble des statisticiens de la TsSOu.

  • 46 Un tableau relatif à la répartition des correspondants des différentes administrations, en mai 192 (...)
  • 47 GASO, f. R-1, op. 1, d. 365 à 373. Pour plus de détails, voir le tableau placé en annexe du chapit (...)

53Avec la reconstitution des réseaux de correspondants, en 1925, l’abondance succéda à la pénurie. Différents types de correspondants coexistèrent dans les campagnes. Plusieurs administrations en employaient à côté de ceux de la Direction centrale de la statistique. Tel était le cas des commissariats à l’Agriculture et aux Finances, et de l’administration d’État de l’assurance46. Traduction sur le terrain de la concurrence entre institutions dans la production des données, les correspondants étaient tous occupés à la même tâche, fournir des informations sur l’agriculture et les campagnes, mais pour différents organismes. La proportion de ceux qui travaillaient pour le réseau de la TsSOu était cependant nettement plus forte. Dans la province de Saratov, elle représentait quatre-cinquièmes du total47.

54Le renforcement du réseau des correspondants de la TsSOu s’accompagna d’une différenciation interne en trois sous-groupes. Tout d’abord, une nouvelle catégorie apparut, celle des correspondants collectant des données qui devaient être transmises directement à la Direction centrale. Leur effectif était fixé par celle-ci et plafonné à vingt par district. Pour leur part, les correspondants volontaires des bureaux régionaux étaient subdivisés en deux groupes, ceux qui étaient rémunérés et ceux qui demeuraient bénévoles. Selon les sensibilités locales des collectifs de statisticiens des différents bureaux et leur degré d’attachement à l’ancien statut du correspondant volontaire des zemstva, une forme de compromis fut ainsi trouvée dans la manière de recourir à cette catégorie d’agents de la collecte des données.

Un agent dans la tourmente de l’année 1929

55Pendant les années 1920, tout comme avant 1917, le degré de fiabilité des informations fournies par les correspondants fut l’objet de nombreuses discussions entre les statisticiens eux-mêmes, mais aussi entre statisticiens et dirigeants politiques. À partir de 1925, le débat se durcit. Dans une situation de défiance croissante du pouvoir vis-à-vis des koulaks, le correspondant paysan, soupçonné de minorer volontairement les chiffres qu’il livrait, devenait suspect de collusion avec les membres de sa classe « ennemis » du régime. Ces accusations rejaillirent sur la TsSOu, qui fut, de son côté, accusée d’avoir fait des erreurs d’estimation du volume des récoltes à la suite de la sous-évaluation des rendements agricoles par ses correspondants.

  • 48 Matvej E. Ginzburg, « Nuz&no peresmotret’ sostav i rabotu statkorovskoj seti » (Il faut revoir la (...)

56Ces discussions, âpres, doivent être replacées dans le contexte des débats de l’époque sur la planification et les méthodes de prévision utilisées pour l’activité économique. L’enjeu était, en particulier, la construction de la balance fourragère. Dans les régions, l’objectif était également de constituer les réserves de céréales les plus grosses possibles. Ainsi la commission du plan de la province de Saratov jugea-t-elle que les résultats de la balance, inférieurs d’un quart aux chiffres du plan, constituaient une sous-estimation de la situation réelle qui pénalisait fortement la politique de stockage des céréales : « La conclusion de cela est tout à fait évidente : si nous avions pris les données des correspondants de la statistique, nous n’aurions pas pu stocker autant de céréales que ce que nous avons déjà mis en réserve aujourd’hui48 ».

57En fait, l’enjeu était tout autre qu’un simple débat sur les méthodes. Sur fond de conflit entre le Gosplan et la TsSOu, il s’agissait, d’une part, de gonfler prévisions et réalisations du plan, d’autre part, de construire statistiquement une autre représentation de la société, une différenciation sociale dans les campagnes qui n’était pas forcément un reflet de la réalité. Dans le contexte de la politique d’exacerbation de la lutte des classes dans les campagnes de la fin des années vingt, l’analyse de classe exigeait également une adaptation du calcul statistique :

  • 49 Ibid., p. 70-71.

« La pratique statistique a élaboré tout un système de corrections des données des correspondants sur les rendements agricoles qui donnent les bases pour établir de manière plus ou moins proche le niveau des récoltes sur une période donnée. Cependant, il convient de signaler qu’il est peu probable que ces corrections, appliquées au faible niveau des indicateurs des correspondants, puissent être considérées sans erreur, déjà ne serait-ce que parce que la correction n’est pas différenciée selon les différents groupes socio-économiques d’exploitations49. »

58L’objectif était d’introduire une analyse de la différenciation sociale dans les campagnes en termes de classes sociales repérables, comme à la ville, à partir de critères socio-économiques susceptibles de fournir des indicateurs quantitatifs pour une action de l’État et du parti :

  • 50 Ibid.

« Il est tout à fait incontestable d’affirmer que notre représentation de tel ou tel phénomène (dans le cas des récoltes) sera correcte seulement quand ce phénomène sera étudié d’un point de vue de classe, dans toute son originalité sociale et économique. Seulement dans de telles conditions, nous pourrons obtenir des indicateurs quantitatifs d’un phénomène étudié, éclairés par l’analyse de classe et capables de servir pour telle ou telle autre mesure de classe du parti et du pouvoir soviétique50. »

59À un nouveau projet politique de société devait correspondre une nouvelle forme du travail statistique. L’usage de nouveaux outils et de nouvelles méthodes nécessitait un changement du personnel, à commencer par les agents de base qu’étaient les correspondants :

  • 51 Ibid.

« Les exemples cités et les réflexions qu’ils entraînent soulignent la nécessité de poser la question de la révision du réseau des correspondants de la statistique du point de vue de la composition du personnel, du système d’organisation du travail du réseau et du traitement des données des correspondants dans les bureaux de statistique51. »

  • 52 Ibid.

60Dans ce cas, quels devaient être les critères de recrutement ? Ceux qui répondraient à l’exigence suivante : « créer un réseau de correspondants de la statistique d’une appartenance de classe acceptable, dans le contexte d’une lutte des classes tendue, est encore plus important que les années précédentes52. »

  • 53 Ibid., p. 75.

61Après vérification de sa composition sociale, le réseau des correspondants de la province de Saratov fut jugé peu fiable politiquement. Le directeur adjoint du bureau de statistique, membre du parti, signala que « des groupes de koulaks aisés de la campagne s’étaient infiltrés dans le réseau des correspondants », rendant celui-ci d’autant plus suspect qu’il n’avait pu être pénétré que par « 415 hommes du parti et des jeunesses communistes53 ». La conclusion ne se fit pas attendre :

  • 54 Ibid.

« Ainsi, il paraît complètement indiscutable qu’un groupe d’exploitations ait été conservé dans le réseau jusqu’à ce jour alors qu’il n’y avait pas sa place. Si l’on ajoute encore à cela que le réseau ne travaille pas tout entier, et parfois avec de gros retards dans la transmission des données, alors la nécessité de sa révision est absolument évidente54. »

  • 55 Statoupolnomotchennye
  • 56 CSU RSFSR, 50 let…, op. cit., p. 105.

62Dans l’ensemble du pays, les correspondants volontaires furent remplacés, à partir du début de l’année 1930, par un nouveau réseau, celui des « plénipotentiaires de la statistique55 ». Ceux-ci devaient continuer à fournir des informations sur la situation des semences, la récolte attendue et l’évaluation des pertes en se plaçant dorénavant dans la logique de la planification56. Changement notoire, ils ne dépendaient plus directement du bureau de statistique régional mais du soviet rural. Renversement des rôles lié au retournement de l’Histoire, d’agent de confiance hier, sous le zemstvo, le correspondant agriculteur était devenu objet de défiance sous l’État soviétique. Aussi fallait-il placer son recrutement sous le contrôle du parti :

  • 57 M. E. Ginzburg, art. cit., p. 75.

63« Il est particulièrement indispensable de porter attention au recrutement, parmi les correspondants de la statistique, de militants de base du parti et des jeunesses communistes ainsi que de soldats de l’Armée rouge démobilisés, qui ont étudié dans la bonne école de formation qu’est l’Armée rouge. Après avoir formé un réseau de classe sûr, nous pourrons aussitôt élever la qualité des données statistiques57. »

64Raison statistique et activisme politique pouvaient-ils avoir un destin commun ?

Annexe : Répartition des différentes catégories de correspondants dans les districts de la province de Saratov en mai 1925

Source : GASO, f. R-1, op. 1, d. 365 à 373.

65NKZ : il s’agit du commissariat à l’Agriculture.

66NKF : il s’agit du commissariat aux Finances.

67Gosstrakh (Gosoudarstvennoe strakhovanie) : il s’agit de l’administration d’État de l’assurance.

Notes

1 vedomstvennaïa statistika : ce terme désignait la production des données effectuée par l’ensemble des administrations autres que la Direction centrale de la statistique.

2 V. V. Osinskij, « Poloz&enie i blis&ajz&ie zadac&i… », art. cit., p. 23.

3 « Osnovnye voprosy sel’skohozjajstvennoj statistiki na soves&c&anii mestnyh rabotnikov po sel’skohozjajstvennoj statistike pri CSU SSSR » (Questions fondamentales de la statistique agricole examinées à la conférence des travailleurs locaux de la statistique agricole de la TsSOu de l’URSS), Vestnik statistiki, 1, 1928, p. 174-192.

4 G. S. Polljak, art. cit., p. 122-123.

5 Le dénombrement donnait 3 710 statisticiens employés à d’autres tâches que le travail statistique.

6 « Poloz&enie o gosudarstvennoj… », art. cit., § 7.

7 M. P. Krasil’nikov, « Vedomstvennaja statistika » (La statistique des administrations), Vestnik statistiki, 5-8, 1922, p. 187-199.

8 Ibid., p. 187.

9 GASO, f. R-1, op. 1, d. 216, l. 69ob. Plus largement, d’après le recensement des employés de Moscou de l’année 1922, l’ensemble de la statistique des administrations comptait 1070 personnes dans cette ville, ce qui montre l’ampleur de l’activité statistique des administrations et organismes divers en dehors même des commissariats.

10 M. P. Krasil’nikov, art. cit., p. 188.

11 Ibid., p. 190.

12 G. S. Polljak, art. cit., p. 126.

13 Ivan M. Bogdanov, « Gosudarstvennaja i vedomstvennaja statistika narodnogo obrazovanija, ee zadac&i v centre i na mestah » (La statistique d’État et la statistique des administrations de l’éducation publique, ses missions au centre et dans les régions), Vestnik statistiki, 4-6, 1925, p. 83-97.

14 Ibid., p. 84-85.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 M. P. Romanov occupa, à partir d’octobre 1921, le poste de directeur adjoint du département de la statistique industrielle courante de la Direction centrale de la statistique. RGAE, f. 1562, op. 20, d. 3, l. 108.

18 GASO, f. R-1, op. 1, d. 152, l. 4ob.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Les ateliers étaient considérés comme activité industrielle.

22 Il s’agissait d’une usine où l’on fabriquait de l’outillage et des machines pour l’agriculture.

23 GASO, f. R-1, op. 1, d. 152, l. 4ob.

24 V. V. Osinskij, art. cit., p. 16, 19.

25 Vserossiïskii profsoiouz rabotnikov sovetskikh obchtchestvennykh i torgovykh outchrejdenii i predpriïatii.

26 Profsoiouz sovetskikh i torgovykh sloujachtchikh SSSR (Sovtorgsloujachtchikh). À partir de 1930, les statisticiens ont été inclus dans le syndicat des travailleurs des organismes d’État (Soiouz rabotnikov gosoudarstvennykh outchrejdenii).

27 GASO, f. R-1, op. 1, d. 137, l. 42.

28 M. P. Krasil’nikov, « Volostnoj statistik » (Le statisticien de canton), Vestnik statistiki, 1-3, 1925, p. 151-163.

29 « Doklad E. V. Pas&kovskogo o funkcijah volostnyh statistikov » (Exposé de E. V. Pachkovski au sujet des fonctions des statisticiens de canton), Vestnik statistiki, 1-4, 1921, appendice, p. 79-83 et p. 266.

30 Ibid., p. 160.

31 Ibid., p. 161.

32 Ibid., p. 162-163.

33 Ibid., p. 160-161.

34 En 1922, les anciens soldats de l’Armée rouge représentaient 30,6 % du total des statisticiens de canton, cf. A. Stanziani, op. cit., p. 319.

35 M. P. Krasil’nikov, art. cit., p. 162.

36 GASO, f. R-521, op. 1, d. 2454, ll. 35-36.

37 Ibid., ll. 5, 35ob.

38 Ibid., l. 35ob.

39 Ibid., l. 36.

40 Ibid.

41 Ibid., l. 36ob.

42 « Osnovnye voprosy sel’skohozjajstvennoj statistiki… », art. cit., p. 185.

43 GASO, f. R-521, op. 1, d. 1300, ll. 2, 2ob, 4.

44 GASO, f. R-521, op. 1, d. 933, l. 3.

45 GASO, f. R-1, op. 1, d. 365 à 373.

46 Un tableau relatif à la répartition des correspondants des différentes administrations, en mai 1925, dans la province de Saratov est donné en illustration en annexe de ce chapitre.

47 GASO, f. R-1, op. 1, d. 365 à 373. Pour plus de détails, voir le tableau placé en annexe du chapitre.

48 Matvej E. Ginzburg, « Nuz&no peresmotret’ sostav i rabotu statkorovskoj seti » (Il faut revoir la composition et le travail du réseau des correspondants de la statistique), Niz&nee Povolz&’e, 12, 1929, p. 71.

49 Ibid., p. 70-71.

50 Ibid.

51 Ibid.

52 Ibid.

53 Ibid., p. 75.

54 Ibid.

55 Statoupolnomotchennye

56 CSU RSFSR, 50 let…, op. cit., p. 105.

57 M. E. Ginzburg, art. cit., p. 75.

Table des illustrations

Titre Effectif des services statistiques centraux du VSNKh et des différents commissariats et de leurs employés au 1er octobre 1922
Légende Source : M. P. Krasil’nikov, « Vedomstvennaja statistika » (La statistique des administrations), Vestnik statistiki, 5-8, 1922, p. 187-188.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22023/img-1.png
Fichier image/png, 236k
Titre Couverture des besoins en statisticiens de canton dans les goubernii de la RSFSR en septembre 1924
Légende Source : M. P. Krasil’nikov, « Volostnoj statistik » (Le statisticien de canton), Vestnik statistiki, 1-3, 1925, p. 157.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22023/img-2.png
Fichier image/png, 86k
Légende Source : GASO, f. R-1, op. 1, d. 365 à 373.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22023/img-3.png
Fichier image/png, 227k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540