Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Nouveaux usages de la statistique et déprofessionnalisation

Chapitre 10. Une profession sous surveillance

Texte intégral

  • 1 La Nouvelle Politique économique, NEP, fut introduite à la suite des décisions prises par le Xe co (...)
  • 2 Quelques travaux ont été consacrés aux responsables et aux cadres d’administration, mais ils n’abo (...)

1L’année 1921 fut marquée par une politique ferme de reprise en main du contrôle du territoire par les bolcheviks dans les régions les plus touchées par la guerre civile, et par l’instauration des premières mesures de la Nouvelle Politique économique1. Les conséquences dans l’organisation et l’activité quotidienne des administrations d’État ont été peu étudiées jusqu’ici2. Elles furent loin d’être négligeables au sein de la TsSOu. Les arrestations, d’un côté, et les restrictions budgétaires, d’un autre, contribuèrent, en particulier, à déstabiliser les équipes de statisticiens de ses bureaux régionaux, et à les mettre sous surveillance dans bien des cas.

2En mai 1924, le XIIIe congrès du parti confirma la place grandissante de celui-ci dans la gestion administrative du pays. Dans le domaine de la statistique, une nouvelle conception de la production des données y fut définie, centrée sur la comptabilité au service de la toute jeune administration du plan. Des hommes du parti furent envoyés en mission dans la Direction centrale de la statistique, d’autres devinrent, sans aucune formation ni expérience en statistique, directeurs adjoints dans des bureaux régionaux. La même année, l’appareil de formation de la TsSOu fut restructuré et placé sous l’œil du parti. Plus insidieuse, dans chaque province, la commission du plan s’efforça d’imposer de l’extérieur à chaque bureau de statistique programmes et méthodes d’enquête.

Fin de la guerre civile, premières menaces

3En 1921, les premières menaces de déstabilisation des équipes de statisticiens dans les bureaux régionaux de la TsSOu prirent deux formes principales. Aux arrestations politiques s’ajoutèrent les conséquences plus discrètes, mais non moins fortes, des mesures de restrictions budgétaires.

Accusations et arrestations en 1921

  • 3 RGAE, f. 1562, op. 306, d. 51, ll. 13, 35, 108, 109, 110.
  • 4 Ibid., l.13.
  • 5 Ibid., l. 108.
  • 6 RGAE, f. 1562, op. 305, d. 18, l. 261 ; GARF, f. 374, op. 28, d. 603, l. 187.

4Les statisticiens n’échappèrent pas aux vagues d’arrestations qui marquèrent l’année 1921, particulièrement dans les régions les plus touchées par la guerre civile. P. I. Popov, directeur de la TsSOu, reçut de différents bureaux régionaux des demandes d’intervention pour réclamer au commissariat aux Affaires intérieures, le NKVD, la libération de statisticiens arrêtés3. Outre les raisons humaines qui poussaient les directeurs de ces bureaux à s’élever contre de telles arrestations, ces lettres insistaient sur la désorganisation très forte des équipes de statisticiens et du travail qui en résultait. Celle-ci posait d’autant plus problème quand un ou plusieurs responsables d’un bureau étaient arrêtés. Ainsi, dans une lettre de janvier 1922, le directeur du bureau de Tver insistait-il sur le fait qu’il n’avait pas pu encore trouver de statisticien pour remplacer son adjoint envoyé en camp depuis août 19214. L’arrestation de K. Ia. Vorobiev, ancien directeur du bureau du zemstvo de Simbirk qui avait préparé le texte de la réglementation des bureaux régionaux de la TsSOu, créa un réel émoi au sein des statisticiens et justifia l’envoi d’une lettre de Popov à Felix Djerzinski, commissaire du peuple aux Affaires intérieures5. Autre cas, K. I. Boukhman, directeur du bureau de Tambov arrêté le 15 mai 1921, fut déplacé « pour raison administrative dans la province de Viatka comme élément antisoviétique6 ».

  • 7 Le comité local du syndicat, le mestkom (contraction de mestnyi komitet) veillait au respect de la (...)
  • 8 GASO, f. R-1, op. 1, d. 150, ll. 41-41ob.

5Outre cela, certains directeurs de bureaux furent l’objet d’accusations qui, si elles n’aboutirent pas à des arrestations, n’en créèrent pas moins la confusion au sein de leur personnel. Ainsi, à Saratov, au printemps 1921, V. I. Serebriakov fut accusé d’attitude « non démocratique et antisociale » par des employés de la section de statistique urbaine nouvellement recrutés. Dans la plainte qu’ils déposèrent contre leur directeur, ceux-ci lui reprochaient, d’une part, d’avoir décidé seul, à la place du comité local du syndicat7, de la répartition des colis de manteaux et chaussures envoyés par la Direction centrale pour les membres du personnel et, d’autre part, d’avoir distribué de manière inégalitaire les rations de farine et de pain8. Obligé de comparaître devant le tribunal disciplinaire du personnel du conseil des syndicats de la province, Serebriakov fut condamné, en septembre 1921, à une mise à pied de six mois, malgré une action de soutien de tous les autres employés du bureau.

  • 9 Compte rendu effectué, le 28 septembre 1921, à ses collègues chefs de section du bureau.
  • 10 En 1921, le nombre de membres du parti travaillant dans les bureaux régionaux de la TsSOu était tr (...)

6En fait, si l’on en croit le compte rendu fait par le directeur adjoint du bureau au sujet de sa propre audition sur cette affaire9, cette accusation cachait une action déstabilisatrice impulsée de l’extérieur par des membres du parti à travers le canal du syndicat10 :

  • 11 GASO, f. R-1, op. 1, d. 150, ll. 41-41ob. Ancien directeur du bureau statistique du zemstvo de Sar (...)

« Un des membres de la commission salariale du syndicat m’a demandé : “Qui est votre directeur ?”. J’ai dit : “Serebriakov”. Alors il s’est penché vers son collègue et a murmuré : “Il faut le limoger”11. »

  • 12 RGAE, f. 1562, op. 306, d. 51, l. 17. La région du Kouban est située au sud de la Russie, au bord (...)

7Une autre forme de contrôle extérieur, politique, consista à faire revoir les listes du personnel de certains bureaux régionaux par une « commission d’épuration » du syndicat. La désorganisation du travail qui en résulta dans ces cas-là fut tout aussi forte. Comment pouvait-il en être autrement quand, comme dans le bureau de la région du Kouban, le travail de cette commission aboutit à suspendre 42 personnes de leur travail12 ?

8Déplacer et changer les hommes cassait les collectifs de travail, changer de locaux ralentit et perturba considérablement le travail.

Des déménagements forcés

  • 13 Dans un contexte de pénurie générale de bâtiments, l’espace libéré pouvait être utilisé également (...)

9Selon les textes, chaque bureau de statistique régional était sous la tutelle administrative du comité exécutif local. Au début de l’année 1922, dans le contexte général de restrictions budgétaires décidées par l’État, les bureaux régionaux de la TsSOu furent confrontés, comme ceux d’autres administrations, aux conséquences des efforts du comité exécutif local pour faire des économies et trouver de nouvelles sources de financement. Une des solutions couramment envisagées était, semble-t-il, de louer à des organisations marchandes, des banques par exemple, des locaux dont le comité avait la gestion. Dans cet objectif, ce dernier demandait à des services administratifs de libérer ceux-ci et de regrouper leur personnel dans des pièces ou des bâtiments plus exigus, souvent plus vétustes et plus mal chauffés également. Cela posa de réels problèmes de fonctionnement aux bureaux de statistique concernés car les travaux de mise en état nécessaires ne pouvaient pas être pris en charge financièrement par leur administration centrale, et le comité exécutif refusait de les assumer13.

  • 14 RGAE, f. 1562, op. 306, d. 51, ll. 3, 5, 8, 18.
  • 15 Ibid., l. 3.
  • 16 Ibid. l. 2.

10Dès janvier 1922, beaucoup de bureaux régionaux signalèrent à la Direction centrale les difficultés occasionnées par ce genre de décision14. Parmi les lettres reçues, celle du bureau de Samara montre combien le travail statistique pouvait s’en trouver fortement désorganisé15. Trois de ses sections parmi les plus importantes, celles de la statistique agricole courante, de la statistique industrielle et de la statistique du travail, avaient été délogées au début du mois de janvier et sommées de chercher elles-mêmes une autre solution. Faute d’en trouver une, la section de la statistique industrielle fut contrainte de cesser son activité dans l’attente d’un nouveau local. Autre exemple, en janvier 1922, le bureau de la république de Kirghizie dut libérer complètement son bâtiment pour le céder à une banque. Celui dont il hérita en échange nécessitait des réparations que le comité exécutif refusa de payer16.

11Devant l’accumulation de cas d’expulsion de ce genre, le présidium du comité exécutif central fut contraint, le 21 janvier 1922, d’adresser un rappel à l’ordre à l’ensemble des comités locaux :

  • 17 Ibid., l. 18. Mikhaïl I. Kalinine (1875-1946) fut président du Comité exécutif central de 1919 à 1 (...)

« D’après des informations en notre possession, des comités exécutifs de province procèdent à l’expulsion du bureau de statistique et à son entassement dans d’autres locaux, en dépit de l’ordonnance du camarade Lénine (télégrammes N27 du 3/11/1921, N 253 et 553 du 3/6/) et de celle du NKVD (télégramme N304 du 4/10/1920) relatives à cette question.
En raison de l’exécution par les bureaux de statistique des tâches importantes fixées par les décrets du Comité exécutif central, du Conseil suprême de l’économie nationale et du Conseil du travail et de la défense, et en lien avec la conduite de la Nouvelle Politique économique, le présidium du Comité exécutif central attire votre attention sur le caractère inadmissible de ces expulsions, du transfert et de l’entassement des bureaux cités dans d’autres locaux sans leur accord.
Le président du Comité exécutif central, Kalinine17. »

  • 18 GASO, f. R-1, op. 1, op. 216, ll. 1-61ob.
  • 19 Ibid., ll. 67.

12Témoignage de la marge d’initiative des comités exécutifs locaux à cette époque, une telle circulaire n’empêcha pas le bureau de statistique de Saratov d’être confronté à une situation similaire plusieurs mois plus tard, en octobre 192218. Craignant les fortes perturbations qu’un tel déménagement pouvait entraîner dans le traitement en cours de différentes enquêtes, les statisticiens demandèrent le soutien de leur Direction centrale19. En réponse à leur lettre, le directeur, Popov, et son adjoint, Krasilnikov, incitèrent leurs collègues de province à la patience. Était-ce de la patience ou de la prudence, à une époque où les rapports de force entre institutions commençaient à se modifier au détriment de l’ensemble du réseau des bureaux de la TsSOu ? Quoi qu’il en fût, Popov et Krasilnikov demandèrent à celui de Saratov de suspendre ses exigences jusqu’à la décision du NKVD, qu’ils avaient saisi de cette question. La lettre officielle, envoyée ensuite par Popov à l’ensemble des statisticiens du bureau, ne laissait place à aucun doute possible. Après avoir précisé qu’il comprenait bien leurs arguments, il ajoutait fermement :

  • 20 Ibid., l. 67ob.

« Mais, si le comité exécutif de la province insiste, alors il faudra tout de même déménager pour ne pas détériorer les relations, ce qui pourrait nuire au travail du bureau de statistique20 ».

13Popov se plaçait sur le terrain professionnel. Il était essentiel, avant tout, de garantir la poursuite du travail. Au nom de l’intérêt supérieur de la production statistique, il appelait ses collègues de Saratov à la négociation. Le directeur du bureau se rangea à cette argumentation et incita ses collègues au compromis pour préserver l’avenir :

  • 21 Ibid.

« Il est indispensable de déménager pour ne pas donner à l’avenir l’impression d’un simple entêtement de la part du bureau de statistique et pour ne pas troubler les relations avec le comité exécutif de la province, ce qui pourrait nuire au travail du bureau21. »

14Il est vrai que, au même moment, à Saratov comme dans les autres régions, le bureau de statistique menait une autre lutte pour limiter au maximum l’effet des mesures de réduction d’effectifs que l’État était en train d’imposer à l’ensemble des administrations du pays.

Des réductions d’effectifs imposées

15Les réductions d’effectifs de l’année 1922 firent suite à l’application de la réforme qui toucha l’ensemble de l’administration soviétique dans le contexte de rigueur budgétaire qui inaugura la NEP en 1921. Elles entraînèrent une restructuration des services de l’administration statistique, et tout particulièrement de ses bureaux régionaux, qui furent les plus touchés par ces mesures.

Une réforme budgétaire nationale

  • 22 Ibid., l. 44ob.

16Dès l’automne 1921, ceux-ci s’habituèrent à recevoir chaque mois une nouvelle notification de réduction supplémentaire de leurs dépenses. Appliquées immédiatement sous la forme d’une diminution des crédits octroyés pour le mois suivant, annoncées parfois à la fin du mois alors que les dépenses avaient déjà eu lieu, ces restrictions budgétaires obligèrent les bureaux régionaux à décider eux-mêmes des économies à réaliser et à ajuster au plus vite l’organisation de leur travail. Tous les domaines de leur activité furent touchés, tant l’édition, pour laquelle le financement central devint insignifiant, que l’organisation des cours de statistique, pour lesquels aucun crédit n’arrivait plus en mai 1922, ou même les tâches courantes22.

  • 23 Ibid., l. 47.
  • 24 Ibid., l. 45.
  • 25 Ibid., l. 39ob.

17Ici, un exemple peut être donné avec la suppression de toute forme de gratuité dans l’envoi des télégrammes23. Dans une période où le courrier postal restait lent et où régulièrement des décisions devaient être prises de manière rapide, cette nouvelle contrainte gêna considérablement les relations entre les bureaux de province et leur direction centrale, mais aussi leurs bureaux de district, et contribua à freiner leur travail24. L’absence d’argent pour financer les missions des statisticiens dans les campagnes aggrava la situation. Les bureaux de province se retrouvèrent coupés de leur base dans les districts ruraux, ce qui compliqua fortement l’organisation des opérations de collecte des données25.

18Plus largement, au cours de l’année 1922, ils eurent à supporter un lot de contraintes venant de différentes directions. Obligée de réaliser des économies, chaque administration centrale mit en place un processus de rationalisation de ses dépenses qui inévitablement eut des répercussions sur les autres. Ainsi, en même temps que leur enveloppe budgétaire se réduisait un peu plus chaque mois, les bureaux de la TsSOu subirent une augmentation de leurs coûts de fonctionnement à la suite de l’élévation des tarifs pratiqués par d’autres administrations.

19Face à une telle situation, la Direction centrale s’efforça sans grand succès de concilier les obligations imposées par le commissariat aux Finances et les besoins et résistances exprimés par ses bureaux régionaux. Ceci ressort très nettement des différents comptes rendus faits par les responsables du bureau de Saratov envoyés en mission à Moscou pour négocier une rallonge budgétaire auprès d’elle. Ainsi, en août 1922, l’un d’eux, Nikolaï A. Neïpert, chef du bureau des recensements, expliquait à ses collègues :

  • 26 Ibid., l. 54.

« La TsSOu a un budget définitif pour le mois d’octobre et n’escompte aucune augmentation de ses crédits. Elle établit la répartition des moyens entre les bureaux de province en fonction de l’effectif de la population et du nombre d’exploitations agricoles de chaque province. Elle dispose d’une somme d’argent donnée qui est fixe. Quand la délégation a demandé des moyens financiers, il lui a été répondu que la TsSOu ne disposait d’aucune réserve d’argent du tout. C’est le commissariat aux Finances qui décide et distribue, affecte les crédits26. »

20De fait, la marge de négociation de la Direction centrale semblait relativement faible dans un contexte où toutes les administrations étaient touchées, bien qu’à des degrés divers, semble-t-il. Confrontée elle-même à une absence de crédits pour le bois de chauffage, les réparations et l’entretien courant de ses bâtiments, elle disposait d’une marge de discussion limitée. Il en fut de même en ce qui concerna les réductions d’effectifs.

Une réduction obligée du personnel

  • 27 GASO, f. R-1, op. 1, op. 150, l. 52.
  • 28 Ibid., l. 68ob.

21La circulaire de la TsSOu « sur les effectifs normaux du bureau de la province pour l’année 1922 », adressée au début du mois de décembre 1921 à chaque bureau régional27, fut suivie par diverses réductions successives de crédits pour les salaires de janvier, mars, mai et juin 1922. Faute d’argent, les bureaux furent contraints d’appliquer la réforme demandée. L’obligation de recalculer régulièrement leurs effectifs section par section, qualification par qualification, pour les ajuster à l’enveloppe budgétaire disponible, posa de réelles difficultés de fonctionnement à la majorité d’entre eux qui, en plus de leur travail courant et de la conduite des enquêtes par sondage, devaient traiter encore les données des trois recensements de 1920. Témoignage du retard pris dans ce domaine au cours de l’année 1922, lors du congrès national des statisticiens, qui se tint à Moscou du 3 au 12 décembre cette année-là, il fut précisé que seulement un tiers des bureaux régionaux avait terminé d’exploiter les données du seul recensement démographique28.

  • 29 Elle était la section locale de la Commission du personnel (Chtatnaïa komissia), organe du commiss (...)
  • 30 RGAE, f. 1562, op. 306, d. 51, l. 27.

22L’exemple du bureau de statistique de Kazan est éclairant. Dans une lettre datée du 13 février 1922, son directeur insistait sur le fait que la commission locale de réduction du personnel29 avait diminué de 42 % l’effectif de ses collaborateurs, ce qui empêchait d’effectuer l’ensemble des tâches fixées par la TsSOu30. Au lieu des 124 personnes restantes, il estimait qu’il en aurait fallu 210. Divers échos similaires parvinrent des différentes régions à la Direction centrale. Toutes les lettres insistaient sur l’ampleur de la désorganisation du travail entraînée par les fortes réductions d’effectifs.

Une remise en cause des méthodes de travail

23En fait, les conséquences allaient bien au-delà. Cette forte diminution du personnel servit de fondement à une véritable restructuration des bureaux de statistique régionaux en provoquant une forte concentration et une profonde redistribution des tâches et des fonctions. Ce faisant, ce sont les méthodes de travail de toute une profession qui furent remises en cause. Le cas du bureau de Saratov peut être cité comme exemple.

24En premier lieu, la suppression de la section des instructions et de l’organisation fut préconisée par la commission de réduction du personnel de la province. On touchait là à un symbole du bureau. En effet, créée dès son ouverture, en décembre 1918, cette section avait procédé à son organisation, notamment à la création des bureaux de district et à la mise en œuvre des mesures d’unification des services de statistique locaux. La commission considéra que ses employés formaient un organe parallèle à la section de statistique du travail nouvellement créée et, en raison de cela, devaient être transférés dans celle-ci. En réalité, la logique consistait à faire grossir cette dernière en lui ajoutant des tâches et du personnel ôtés à d’autres sections. Ainsi lui furent transférées également la statistique des salaires et l’étude des budgets ouvriers, effectuée jusque-là par la section de la consommation, et toute la section de la statistique industrielle.

  • 31 GASO, f. R-1, op. 1, d. 150, l. 55.

25Instance rattachée au commissariat au Travail, la commission de réduction du personnel formula un projet qui aboutissait à élargir l’activité de la section unifiée de la statistique du travail, qui dépendait à la fois de la TsSOu et de ce commissariat, mais aussi à renforcer l’intervention de celui-ci au sein du bureau régional de la Direction de la statistique. La restructuration des sections du bureau s’accompagna d’une redistribution de l’influence institutionnelle entre les deux administrations dans la production des données chiffrées relatives au monde du travail au sens large du terme. Elle entraîna également une redéfinition de l’organisation du travail ainsi que des fonctions des uns et des autres au sein du bureau de statistique de la province. Ce projet aboutit en outre à une réduction drastique de son personnel, qui devait passer de 366 personnes employées encore à cette date à 23831.

  • 32 GASO, f. R-1, op. 1, d. 162, l. 49.

26Face à cette contrainte, les statisticiens donnèrent la priorité au maintien des emplois les plus qualifiés32. Même au plus fort des difficultés, la rigueur scientifique du travail et le niveau de compétence d’ensemble du personnel ne seraient pas sacrifiés à la rigueur budgétaire. Les mesures de réduction des effectifs touchèrent donc en premier les statisticiens de canton et le personnel payé à la tâche. En raison de cela, elles affectèrent l’organisation de la collecte des informations statistiques courantes dans les campagnes ainsi que le traitement en cours des données des divers recensements.

27Si différentes formes de concurrence institutionnelle entre administrations pesèrent sur l’activité de la Direction centrale de la statistique et de ses bureaux régionaux, les tentatives de contrôle politique dont elle fut l’objet à partir de 1924 menacèrent les fondements mêmes de l’esprit dans lequel la production des données y était effectuée.

Le tournant de l’année 1924

28Après la mort de Lénine, le 21 janvier 1924, le XIIIe Congrès du parti communiste, réuni du 23 au 31 mai, confirma le maintien de la politique économique engagée avec la NEP. Toutefois, ceci ne doit pas cacher la persistance des débats autour du plan à cette époque. Ceux-ci avaient inévitablement des répercussions sur la conception que les dirigeants politiques avaient du type de données que l’administration statistique d’État devait produire. Les déclarations faites par Staline à l’occasion de ce congrès, au sujet du rôle et du fonctionnement de la statistique d’État, en témoignent :

  • 33 Trinadcatyj S’’ezd rossijskoj kommunistic&eskoj partii (bol’s&evikov). Stenografic&eskij otc&et, 2 (...)

« Camarades, aucun travail de construction, aucun travail pour l’État, aucun travail planifié ne peut être envisagé sans une comptabilité exacte. Et la comptabilité est inconcevable sans la statistique. La comptabilité sans la statistique n’entraîne aucun pas en avant. Lors de la 13e conférence, le Camarade Rykov n’a pas dit sans raison que, durant la période du communisme de guerre, il y avait au VSNKh un statisticien qui, un jour, donnait certains chiffres relatifs à une question donnée et, le lendemain, d’autres chiffres relatifs à la même question. Malheureusement nous ne sommes pas encore débarrassés de tels statisticiens33. »

  • 34 A ce sujet, voir A. Blum, « La purge de 1924 à la Direction centrale de la statistique », art. cit

29Les discussions autour du rôle de la statistique annonçaient déjà les attaques ultérieures dont la TsSOu allait être l’objet dans le contexte de la concurrence naissante, et bientôt grandissante, avec l’administration du plan pour la production des données et l’interprétation de la réalité à travers les chiffres34.

  • 35 Au sujet de ces débats, voir Eugène Zaleski, Planification de la croissance et fluctuations économ (...)

30Le débat n’était pas récent. La Direction centrale avait déjà été accusée par Lénine de manque de rigueur dans son travail. Si celui-ci soutint fermement la création rapide d’une nouvelle administration de la statistique en 1918, c’était pour la mettre au service du projet politique du nouvel État, pour fournir à celui-ci les données chiffrées dont il avait besoin. En particulier, la production de statistiques devait être un outil pour la planification de l’activité économique. De leur côté, si les statisticiens ont toujours adhéré au principe d’une administration statistique au service de l’État, ils n’envisageaient pas pour autant d’abandonner leur propre projet scientifique de connaissance de l’économie et du social, ni les méthodes et outils d’analyse qu’ils avaient forgés avant la révolution d’Octobre. Les débats autour de la construction de la balance de l’économie et des « chiffres de contrôle » allaient cristalliser l’opposition entre deux conceptions différentes de l’usage des chiffres statistiques en économie35.

31Face aux partisans de la planification et de la construction des chiffres en amont, les statisticiens de la TsSOu continuaient à défendre et à pratiquer une observation des transformations économiques et sociales. Dans un tel contexte, à partir de 1924, d’administratif le contrôle assuré par le pouvoir sur la TsSOu devint politique. Celui du parti commença à s’exercer de manière plus directe.

Du contrôle administratif au contrôle politique

  • 36 Le champ d’action de l’Inspection ouvrière et paysanne avait été défini par un texte du 7 février (...)

32Avant 1924, la Direction centrale et ses bureaux régionaux avaient subi principalement des contrôles de la part des organes centraux et locaux de l’Inspection ouvrière et paysanne, commissariat chargé de vérifier l’activité des différentes administrations36. L’année 1924 marque un tournant dans le sens où on voit des hommes du parti commencer à intervenir directement dans l’activité de la Direction centrale et dans ses bureaux régionaux. Ceci apparaît très clairement comme une première étape pour permettre au parti d’assurer un contrôle politique de l’intérieur, et non plus seulement en agissant de l’extérieur par l’intermédiaire d’organisations relais.

  • 37 GARF, f. 374, op. 28, d. 603, l. 89.
  • 38 On dispose de peu d’informations précises sur son compte, ce qui oblige à reconstituer sa trajecto (...)
  • 39 Ibid.

33Ainsi un cadre du parti, Nikolaï S. Oganessov, est-il envoyé à la Direction centrale, en juillet 1924, pour examiner la composition du personnel et l’ensemble de son activité37. Dans les bureaux régionaux, la même année, on voit apparaître des directeurs adjoints membres du parti. À Saratov, par exemple, Ia. G. Oskine arrive en cours d’année38. Né en 1897, fils de paysan, il était âgé de 27 ans et membre du parti, mais complètement dépourvu d’une quelconque expérience en statistique39. Ces hommes envoyés par le parti avaient effectivement en commun de ne pas avoir de formation en statistique. Seul leur trajet politique les avait amenés là. De ce point de vue, le cas de Kibinev, arrivé en 1923, est éclairant :

  • 40 GARF, f. 374, op. 28, d. 603, ll. 220-223.
  • 41 Ibid., l. 223.
  • 42 Ibid., l. 220.

34Ancien soldat de l’Armée rouge, dans laquelle il avait servi entre 1918 et 1922, il avait une formation de l’enseignement secondaire technique, qu’il avait acquise dans l’école technique des chemins de fer de Kharkov40. À sa sortie, en 1910, il travailla comme ajusteur et machiniste de locomotive adjoint au dépôt des chemins de fer du Sud de Kharkov. L’année suivante, il occupa un poste de monteur ajusteur avant de devenir adjoint du directeur des ateliers de réparation d’une école professionnelle. Quand, en octobre 1914, il fut incorporé comme soldat dans l’armée tsariste, il était à nouveau machiniste de locomotive adjoint dans les chemins de fer. Il devint membre du parti bolchevik en avril 1917. Son parcours professionnel, couronné par son enrôlement dans l’Armée rouge, en faisait un membre de confiance du parti quand, en 1923, il entra à la Direction centrale de la statistique « pour améliorer l’organisation de l’appareil dans l’intérêt du Parti et du Pouvoir soviétique41 ». Usant du vocabulaire de l’époque, il déclarait conduire ce travail dans deux directions, « la communisation de l’appareil de la TsSOu et son épuration par l’exclusion des éléments antisoviétiques et étrangers42 ». Il créa la première cellule du parti de la Direction centrale dès 1923. À la fin de l’année 1924, il était à la fois secrétaire de la cellule et président du comité local du syndicat, au sein duquel il avait pour objectif de développer « l’influence communiste ».

  • 43 Ibid., l. 35.
  • 44 À ce sujet, voir A. Blum, art. cit.

35En fait, en 1923, que ce soit au centre ou dans les régions, le personnel de la TsSOu comptait très peu de membres du parti dans ses rangs. En juin 1924, la cellule de la Direction centrale n’était composée que de trois personnes. En dépit de l’action de Kibinev, elle n’en comptait que dix-neuf au mois de novembre, sur un total de 681 personnes employées43. Les membres du parti venus de l’extérieur avaient donc pour mission d’assurer un contrôle politique de l’intérieur, mais aussi de développer l’action du parti au sein d’une administration qui lui échappait. Un nouveau type de professionnel de la statistique apparaissait donc, en province comme à la Direction centrale44. Pas nécessairement statisticien de formation, mais homme d’appareil, il était chargé d’une double fonction d’organisation et de contrôle.

  • 45 RGAE, f. 1562, op. 30, d. 11, l. 237.

36L’entrée de cadres du parti dans la TsSOu fut d’autant plus symbolique que, jusque-là, les statisticiens avaient toujours défendu l’indépendance du travail statistique vis-à-vis du pouvoir politique. La nomination de directeurs adjoints membres du parti et sans aucune expérience en statistique leur rappela la priorité de l’argument politique sur l’argument professionnel. Il en fut dans l’administration statistique comme dans les grandes entreprises ou d’autres administrations : quand un « spécialiste » formé pendant la période tsariste occupait un poste de direction, on lui adjoignait un membre du parti qui n’était pas nécessairement issu de la profession ou de l’activité concernée. Ce système de commandement à deux têtes devint habituel dans les entreprises et les administrations soviétiques. À côté de l’expert technique, le cadre du parti assumait la direction politique. Néanmoins, dans les bureaux régionaux, à partir de 1924, et au sein de la Direction centrale, à partir de février 192645, un poste de deuxième adjoint fut créé pour conserver l’ancien directeur adjoint statisticien.

  • 46 GARF, f. 374, op. 28, d. 603, l. 220. Les différentes phases et les enjeux de cette purge sont ana (...)

37En fait, l’effort de contrôle du parti alla bien au-delà. En 1924, la cellule de la Direction centrale demanda une enquête de l’Inspection paysanne et ouvrière pour examiner l’organisation du travail et la composition de son personnel. Une des premières conclusions de celle-ci fut d’engager une épuration du personnel46.

Évincer, recruter et former

38La purge de 1924 au sein de la Direction centrale marqua un tournant dans le sens où elle affirma très clairement l’enjeu politique que représentait l’administration statistique pour le pouvoir en faisant passer le contrôle à une autre dimension. Elle inaugurait également une méthode de renouvellement du personnel qui consistait à évincer des anciens professionnels pour les remplacer par des membres du parti jugés plus fiables idéologiquement. Il restait toutefois un problème dans ce scénario : l’apprentissage politique ne donnait pas les compétences nécessaires pour le travail statistique. Ceci était régulièrement opposé aux cadres du parti apprentis statisticiens par le directeur et les chefs de département. Popov insista sur ce point pour montrer le caractère irréaliste des propositions d’éviction de statisticiens faites, en 1924, par la commission de contrôle de l’Inspection paysanne et ouvrière :

  • 47 GARF, f. 374, op.28, d. 603, l. 39.

« L’expérience nous a montré que les camarades du parti envoyés en mission à la Direction centrale de la statistique qui ne possédaient pas de connaissances en statistique ni de pratique, mais qui avaient exigé d’occuper des postes à responsabilité, non seulement ne pouvaient rien apporter à la science statistique et à la pratique statistique de l’Union des Républiques Soviétiques, mais encore se mettaient dans une situation complète ment fausse et y mettaient aussi l’organisation du parti qui les avait recommandés. En effet, en l’absence des connaissances nécessaires, ces camarades étaient privés de la possibilité de prendre part aux travaux statistiques du collège de la TsSOu et de ses départements. Et, avec cela, la rémunération de leur travail comme travailleurs politiques à responsabilité ne correspondait pas à la tarification des travaux des autres collaborateurs non communistes.
Sur la base de ce qui vient d’être exposé, nous estimons de notre devoir de nous élever contre les méthodes de remplacement du personnel statistique de la TsSOu préconisées de manière erronée par les représentants du commissariat à l’Inspection paysanne et ouvrière qui ont procédé à l’inspection de la TsSOu47. »

39Face à l’argumentation politique, les statisticiens résistèrent en mettant en avant le caractère irremplaçable de la compétence professionnelle en statistique et la nécessité de posséder la qualification adéquate à un poste donné, ceci n’était pas nouveau. Le parti n’eut alors pas d’autre issue que de former ses hommes à la statistique, mais aussi de s’efforcer de contrôler le système de formation de la TsSOu.

Une formation professionnelle sous contrôle

40À partir de 1925, les statisticiens n’eurent plus la maîtrise totale de l’organisation du système de formation professionnelle interne à la TsSOu et durent accepter des interventions extérieures dans ce domaine. La promulgation d’une nouvelle réglementation relative à l’organisation des cours de statistique redéfinit leurs programmes et le parti commença à intervenir dans la sélection des candidats admis à suivre cette formation.

Refonte des programmes de cours

  • 48 « Poloz & enie ob oblastnyh statistic & eskih kursah » (Réglementation des cours de statistiques d (...)
  • 49 Ibid., p. 213-214.

41La publication, au début de l’année 1925, d’une nouvelle réglementation des cours d’oblast s’accompagna d’une modification de leurs contenus48. De nouvelles matières d’enseignement furent introduites pour tenir compte de l’évolution des formes de gestion de l’économie soviétique, par exemple : statistique de la conjoncture, théorie de la balance de l’économie nationale, principes de l’économie planifiée. Outre cela, des enseignements de théorie et d’histoire politique firent leur apparition dans le tronc commun. L’étude de la constitution soviétique fut conduite dorénavant « sur la base de la doctrine marxiste et léniniste sur l’État ». Des cours d’ » Histoire du Parti ouvrier et paysan (RKP) et du léninisme avec une introduction à la conception matérialiste de l’histoire » apparurent. Un nouveau cycle spécialisé de « la statistique du parti », d’un volume de 48 heures, fut rajouté. Il était composé d’un cours sur la « construction du parti » et d’un « cours spécialisé de statistique du parti » qui comprenait deux branches, la statistique fondamentale et la statistique courante. Autre modification, la TsSOu ne pouvait plus décider seule des contenus de la formation qu’elle dispensait. La réorganisation de ses cours devait recevoir l’accord de la Direction principale de la formation professionnelle (Glavprofobr), département du commissariat à l’Instruction publique49 :

  • 50 Ibid.

« Cette année, a été soulevée la question de la réorganisation des cours de statistique en liaison avec le centre de toute la formation professionnelle qu’est le Glavprofobr. En résultat des discussions entre la Direction centrale de la statistique et le Glavprofobr ont été élaborés : 1) la réglementation sur les cours statistiques d’oblast ; 2) le programme de ces cours ; 3) les règles d’admission aux cours50. »

42Cette concertation était obligatoire. Un contrôle extérieur de l’organisation des cours de statistique pouvait être exercé directement par le parti sur les lieux mêmes de ces cours, dans les régions.

Une formation sous l’œil du parti

  • 51 TsKhDNISO, f. 6105, op. 1, d. 2234, l. 25.

43À Saratov, par exemple, la direction des cours d’oblast fut placée, à partir de 1924, sous la responsabilité du nouveau directeur adjoint du bureau de statistique, membre du parti, Ia. G. Oskine, qui, à ce poste, pouvait veiller à la sélection des candidats51. Le contrôle d’une administration et de ses membres passe aussi par celui du recrutement des individus, de leur formation et de leur promotion.

44Ce changement fut loin d’être anodin pour deux raisons. D’une part, la responsabilité de l’organisation locale des cours commença à échapper aux statisticiens eux-mêmes. On commençait, en particulier, à s’éloigner de l’idée d’origine d’une formation qualifiante organisée par la profession pour la profession. D’autre part, la sélection des candidats commença à s’opérer à l’aide d’autres critères que ceux seuls de l’expérience professionnelle et du savoir théorique. Aux yeux des cadres du parti, la participation à l’activité du syndicat et à la vie sociale comptait plus que les préoccupations liées à la transmission d’un habitus professionnel. Étaient déjà posés de nouveaux principes de recrutement qui allaient aboutir à une trransformation du personnel dans les années 1930.

45Cette évolution était d’autant plus significative que l’unification de l’organisation des cours de statistique au sein de l’ensemble du réseau de bureaux de la TsSOu est allée de pair, à cette époque, avec l’institutionnalisation d’un système de promotion reposant sur une hiérarchie des niveaux de formation. Avoir suivi les cours d’oblast dans une région était devenu indispensable pour avoir le droit de présenter sa candidature aux cours centraux de la TsSOu à Moscou. Aboutissement de la logique du processus d’organisation d’un système de formation spécifique à une profession, la promotion interne devenait liée à l’acquisition des différents niveaux et contenus de savoir dispensés dans cette filière. D’un point de vue purement professionnel, exiger un niveau de formation validé par la réussite aux cours d’oblast pour suivre les cours centraux semblait peu contestable. La situation était néanmoins plus complexe qu’il ne paraît. En effet, le contrôle de la sélection des candidats exercé par le parti à la base de l’édifice de ce système de formation servait à contrôler également le recrutement des futurs cadres de l’administration statistique d’État. Dans ce cas, les critères professionnels tendaient à être concurrencés, voire remplacés par des critères politiques. Le directeur adjoint membre du parti effectuait ce travail de surveillance à l’entrée de la formation, mais aussi ensuite dans la sélection des candidats à une promotion, aidé dans cette tâche par le comité local du syndicat.

46L’examen de quelques lettres de candidature aux cours centraux, adressées au syndicat du bureau de statistique de Saratov pour la sélection d’octobre 1925, permet de mettre en évidence quelques caractéristiques du profil du nouveau statisticien que le parti essayait d’imposer à cette époque.

Vers un nouveau profil de statisticien

  • 52 TsKhDNISO. f. 6105, op. 1, d. 1466, ll. 107, 108, 109, 110.

47Les demandes d’admission aux cours centraux étaient rédigées d’après un modèle type. Une première partie concernait l’expérience professionnelle. Après avoir précisé l’ancienneté depuis leur entrée dans l’administration statistique comme employé temporaire ou permanent, les candidats devaient énumérer les divers postes successifs qu’ils avaient occupés et préciser les cours de statistique qu’ils avaient suivis au niveau local. Une deuxième partie était consacrée à l’activité sociale de la personne. Ici, le fait d’être membre actif du comité local du syndicat du bureau de statistique semble avoir été une condition indispensable à l’admission aux cours. Tous les candidats admis l’étaient. Être membre du syndicat ne suffisait pas, ce qui n’est guère étonnant puisque tous les salariés l’étaient, un engagement actif dans la vie du comité local était nécessaire. La participation à une ou plusieurs commissions de celui-ci était particulièrement appréciée. Pour une femme, il semble qu’une participation active à la vie des organisations sociales féminines augmentait les chances d’être retenue52. Pour un homme, avoir servi dans l’Armée rouge était un atout supplémentaire. Être membre du parti était décisif dans le sens où cette qualité pouvait compenser une expérience très courte en statistique.

  • 53 csu rsfsr, 50 let sovetskoj statistiki v Saratovskoj oblasti (50 ans de statistique soviétique dan (...)
  • 54 TsKhDNISO, f. 6105, op. 1, d. 1466, l. 107 ; GASO, f. R-1, op. 1, d. 64, l. 35.

48Une candidature, celle de V. K. Sokolov, nous livre un portrait de ce nouveau type de statisticien qui émergea au milieu des années 1920 à la faveur de la fréquentation des cours de statistique d’oblast. Ce cas est particulièrement intéressant car il met en évidence le rôle de levier joué par l’accès à cette formation dans le parcours d’un homme qui devint ensuite un cadre de l’administration statistique. Quand il prit sa retraite en 1958, il était chef du secteur de la statistique de la population, de la culture et de la santé de la Direction régionale de la statistique de Saratov53. Il avait été embauché par l’ancien bureau de statistique de la province, le 26 avril 1923, pour participer aux opérations de traitement du recensement comme employé au calcul54. Auparavant, il avait été agent recenseur pour le recensement industriel de 1918. Après avoir suivi la session de quatre mois des cours de statistique d’oblast, de début novembre 1924 à fin février 1925, il fut promu statisticien de catégorie 1.

  • 55 GASO, f. R-521, op. 1, d. 933, l. 3.
  • 56 TsKhDNISO, f. 6105, op. 1, d. 1466, l. 114.
  • 57 Les textes du journal mural (stennaïa gazeta) étaient contrôlés par le comité local du syndicat et (...)

49Sokolov offre un exemple de parcours très rapide qui semble avoir brûlé les étapes d’acquisition des différents niveaux de qualification qui étaient exigés jusque-là par le bureau de statistique. Est-ce un cas particulier, lié à sa fonction dans le parti et imposé de l’extérieur, la fréquentation des cours n’étant alors exigée que pour le respect apparent des formalités nécessaires pour une promotion ? Ou est-ce la conséquence d’une crise de recrutement après les nombreux départs de la fin de l’année 1922 et de l’année 192355 ? Peut-être, plus simplement, ces deux effets se sont-ils conjugués, le vide laissé par le départ des uns ayant été comblé par l’arrivée de nouveaux profils d’hommes ? L’énumération des activités sociales de Sokolov semble suggérer cela. Il avait servi deux ans dans l’Armée rouge, en 1919 et 1920. Membre du parti communiste, il faisait partie du comité local du syndicat depuis le mois d’août 1924 et en était président au moment du dépôt de sa candidature aux cours centraux56. Il participait en outre à un grand nombre de ses commissions, celle de l’économie notamment, et, après avoir été correcteur du journal mural du bureau de statistique, était membre de son collège de rédaction57. Pour pouvoir poser sa candidature aux cours centraux, il était, en principe, nécessaire d’avoir déjà assumé une ou plusieurs tâches de direction de travaux statistiques. Dans cette rubrique, Sokolov signalait seulement avoir dirigé, en 1925, le traitement des données statistiques de la Société des amis de l’enfance abandonnée, ce qu’il classait par ailleurs dans ses activités sociales. Le critère essentiel de sa sélection ne fut donc pas son expérience en statistique. Son rôle d’animation et d’encadrement des activités du comité local, son rôle de contrôle à l’intérieur du bureau de statistique furent vraisemblablement des motifs bien plus importants. Il était nécessaire qu’il devînt cadre du bureau de statistique pour pouvoir donner plus de poids à son action en tant que militant du parti.

  • 58 TsKhDNISO, f. 6105, op. 1, d. 1466, l. 108.

50Son cas éclaire sur la manière dont le parti a commencé à s’introduire dans le fonctionnement quotidien de l’administration statistique à partir de 1923-1924. De façon à respecter, du moins en apparence, l’attachement à la qualification défendu par le corps professionnel des statisticiens et les règles de sélection qui en découlaient, les cours de statistique d’oblast furent utilisés comme leviers de promotion des membres du parti au sein de l’appareil statistique pour l’accès à des postes clés. On dispose, à Saratov, d’exemples de statisticiens recrutés juste avant la session des cours d’oblast de 1924-1925 et promus, ou parfois même tout simplement embauchés, dès la fin de ceux-ci58. La plupart d’entre eux ont ensuite demandé immédiatement à pouvoir suivre les cours centraux, sans aucune période complémentaire d’acquisition d’expérience professionnelle. Ce système nécessitait cependant que la sélection pour les cours ne fût plus opérée par les statisticiens professionnels expérimentés du bureau de statistique, mais par des membres du parti prenant des habits de statisticien. Ce fut le rôle de la. G. Oskine au poste de directeur des cours de statistique d’oblast.

  • 59 À ce sujet, voir notamment Sheila Fitzpatrick, Education and social mobility in the Soviet Union ( (...)
  • 60 Vestnik statistiki, 3, 1928, p. 6-7.
  • 61 P. A.Vihljaev, art. cit., p 214.

51La situation des cours de statistique de la TsSOu doit cependant être replacée dans un contexte plus large. Le pouvoir bolchevik tenta d’utiliser l’appareil de formation, dans son ensemble et dans sa diversité, pour construire un homme nouveau. L’enseignement des sciences sociales dans les universités a représenté un enjeu important dans ce dessein tout au long des années 192059. L’enseignement universitaire de la statistique n’a pas échappé à cet effort de contrôle au moyen, par exemple, de l’organisation, fin 1924, d’un département de statistique marxiste dans la faculté d’économie de l’Institut Plekhanov de l’économie nationale de Moscou60. Dans le cas de la formation dispensée par l’administration statistique, c’est par un détournement des critères de sélection que l’enseignement assuré par l’ensemble des organes de la TsSOu a été utilisé comme un moyen de promouvoir de « nouveaux cadres ». En particulier, la réglementation de 1925 réservait douze places, sur les quarante prévues pour chaque session de formation, à des personnes ne travaillant pas dans des organismes statistiques. Elles étaient mises à disposition du comité central du parti, de celui des komsomols et du conseil central des syndicats61.

52Plus tard, au début des années 1930, les cours d’oblast virent leur contenu nettement appauvri et réduit à un apprentissage purement technique. La mise en place de l’administration de la planification représenta une autre forme de menace pour les méthodes et techniques héritées de la statistique des zemstva.

La tutelle grandissante de l’administration du plan

Une administration concurrente

  • 62 Dans un premier temps, le Gosplan de la RSFSR (Gosoudarstvennaïa obchtcheplanovaïa komissia) s’est (...)
  • 63 À ce sujet, voir en particulier E. Zaleski, op. cit. ; J. Sapir, « L’économie soviétique : origine (...)

53La création, suite au décret du 11 février 1921, de la commission d’État du plan, le Gosplan, aboutit à créer une administration concurrente de la TsSOu dans la production des données statistiques. La commission du plan fut tout d’abord un organe consultatif62. L’objectif n’était pas d’organiser une administration sur le même modèle que les autres, mais, bien plus, une institution dont les études statistiques devaient être un outil pour la planification de l’économie nationale. Un réseau d’organes locaux devait être mis en place sur l’ensemble du territoire du pays. À cette époque, les tâches du Gosplan étaient indicatives avant tout, prenant la forme de prévisions chiffrées63. Le statut « d’organe scientifique » qui lui fut dévolu d’emblée le positionna sur le même terrain de la production statistique que la TsSOu et ses bureaux régionaux. Ainsi, Gosplan et TsSOu, au centre, commission du plan de la province et bureau de statistique, dans les régions, se sont retrouvés directement en concurrence pour la production des données à caractère économique.

54Dans un premier temps, les débats entre la TsSOu et le Gosplan ont reposé sur une approche différente de la planification et du rôle de la statistique dans ce domaine. Les réponses apportées à quelques questions centrales à ce sujet les séparaient : quel rôle doit remplir la planification dans la gestion économique du pays ? Dans ce cadre, quel peut être l’apport de l’administration statistique ? Quels types de données chiffrées doit-elle fournir ? Cette question posait évidemment celle des différents types d’indicateurs à élaborer. À côté du débat qui opposait jusque-là la TsSOu au puissant appareil du Conseil suprême de l’économie nationale, en particulier dans le domaine de la statistique industrielle, s’en ouvrait donc un autre avec l’administration du plan qui, lui, porta avant tout, dans un premier temps, sur la statistique des récoltes agricoles. En 1921, le débat théorique était vif à ce sujet et les divergences grandes entre les économistes et les statisticiens qui considéraient plan et marché comme antagonistes et ceux qui, au contraire, les concevaient comme complémentaires. Les discussions sur les méthodes statistiques allaient se développer sur cette toile de fond.

  • 64 Voir A. Stanziani, op. cit. Voir également Robert W. Davies, Mark Harrison, Stephen G.Wheatcroft, (...)

55Elles prirent une tournure particulière à propos des calculs d’estimation des récoltes de céréales des années 1921 et 1922. Sur fond de famine, elles portèrent sur les méthodes d’évaluation des récoltes et prirent d’emblée une signification politique64. Aux débats sur les méthodes se superposèrent des luttes politiques et institutionnelles. Dès le début de l’année 1922, le Gosplan accusa la TsSOu de publier des données qui, malgré les corrections apportées, sous-estimaient le niveau réel des récoltes. La critique portait ouvertement sur la procédure de collecte des informations par les bureaux régionaux de celle-ci, accusés dans leur ensemble de sous-évaluer les pratiques dissimulatrices des paysans dans leurs réponses aux enquêtes. Discussions et réactions vives de chaque côté ont jalonné l’année 1922. La quatrième conférence statistique nationale, réunie à Moscou du 15 au 22 février, soutint la TsSOu contre le Gosplan et, tout en réclamant la suppression d’une production parallèle des statistiques des récoltes par les deux organismes, préconisa de réserver ce travail à la TsSOu.

56Après s’être poursuivies tout au long de l’année 1923, ces critiques et discussions finirent par prendre une tournure beaucoup plus radicale en 1924. En mars, cette année-là, le Gosplan trouva une alliée pour contester les chiffres de la TsSOu dans la commission du plan du commissariat à l’Agriculture dirigée par Nikolaï D. Kondratiev. Les statistiques des récoltes devenant un outil de contrôle sur la consommation des paysans bien plus qu’un outil de prévision au sens pur du terme, les tensions s’exacerbèrent entre Gosplan et TsSOu. Celle-ci n’acceptait pas de voir la statistique dépouillée de son rôle premier d’outil de connaissance.

  • 65 Les « chiffres de contrôle » étaient annuels. Il s’agissait en fait des prévisions de l’activité é (...)
  • 66 A. Stanziani, op. cit., p. 327.

57Après encore bien des discussions, dans lesquelles un nouvel acteur intervint au début de l’année 1925 en la personne du parti, une nouvelle étape de la radicalisation du conflit entre ces deux administrations fut franchie avec les attaques portées contre la Direction centrale de la statistique par Ia. Iakovlev, membre du parti et de l’Inspection ouvrière et paysanne chargé de diriger une commission de vérification sur le degré de fiabilité des travaux de la TsSOu. En août 1925, juste avant la publication des résultats de cette enquête, à l’occasion de la présentation de ses nouveaux « chiffres de contrôle » pour l’année 1925-192665, le Gosplan avait déjà fourni un nouvel argument à la critique contre la TsSOu en l’accusant de produire des données « tendancieuses66 ». Se plaçant alors sur le terrain strictement professionnel, Popov, au cours d’une réunion du bureau politique du parti, insista sur le caractère scientifique et professionnel de la TsSOu et regretta le manque absolu de connaissances en statistique de celui qui supervisait la commission de vérification à son sujet, Ia. Iakovlev, et du membre du bureau politique particulièrement virulent à son égard, V. V. Kouïbychev. Il ajouta :

  • 67 Ibid.

« Je m’occupe de statistiques depuis 27 ans, mais je n’ai jamais fait ce dont vous m’accusez. On peut m’accuser de tout ce que l’on veut, mais on ne peut pas affirmer que j’ai truqué les chiffres67. »

58L’honneur professionnel d’un homme était en jeu.

Une mise sous tutelle dans les régions

59Les échos des débats du centre parvenaient dans les régions. Les discussions devint plus rude à partir de l’année 1924, quand les nouveaux organes locaux du plan commencèrent à menacer plus fortement le rôle central dans la production des données tenu jusque-là par les bureaux de statistique de goubernia de la TsSOu. Dans la région de Saratov, par exemple, la commission du plan de la goubernia prit de plus en plus souvent l’initiative de réunir des commissions interadministratives à propos d’une question donnée. Ce fut le cas pour étudier les mesures de lutte contre les conséquences de la famine en 1924-1925. Ce faisant, elle jouait un rôle qui, dans le passé, avait été souvent celui du bureau de statistique. De fait, l’initiative et la référence institutionnelle locales en statistique commençaient à changer de mains.

  • 68 OKB : Oblastnoe koniounktournoe biouro. L’oblast de la Basse Volga était constituée par les provin (...)
  • 69 Ves’ Saratov (Tout Saratov), Saratov, izd. Gubernskogo ispolnitel’nogo komiteta, 1925, p. 98-102.
  • 70 Au sujet des aspects territoriaux de la mise en place progressive de la planification au cours des (...)

60De ce point de vue, la mise en place des bureaux de la conjoncture d’oblast, en 1924, fut un événement décisif68. Ces nouveaux organes de l’administration du plan, qui dépendaient des commissions de planification d’oblast, étaient chargés plus particulièrement de la collecte des informations sur la conjoncture économique et du calcul des indicateurs utilisés dans le cadre de la planification indicative courante de l’époque69. Leur création fit suite aux résolutions du XIIe congrès du parti d’avril 1923 visant à appuyer la préparation du plan sur les régions. Une réforme administrative territoriale fut décidée dans cet objectif. Un nouvel échelon administratif, l’oblast, couvrant un territoire plus large que les anciennes goubernii, devait remplacer progressivement celles-ci pour servir de base à la gestion planifiée future de l’économie nationale70. Cette réforme fut mise en œuvre à un rythme différent selon les régions, et généralisée à l’ensemble du territoire soviétique en 1928, après la décision prise à ce sujet par le XVe congrès du parti de 1927.

61La création des bureaux de la conjoncture d’oblast obligea les bureaux de statistique des goubernii de la TsSOu à modifier leurs méthodes de travail dans certains domaines, la statistique agricole en particulier. En exigeant qu’ils leur fournissent des chiffres répondant à leurs propres besoins, ces nouveaux organes locaux du plan exercèrent une tutelle bien plus grande sur les bureaux de statistique que leur propre direction centrale. Ils s’efforcèrent de leur imposer d’autres modes de calcul et d’estimation plus conformes aux leurs. Un extrait du compte rendu du bureau de la conjoncture de la Basse Volga sur sa première année d’activité expose les critiques habituelles adressées à cette époque aux bureaux de la TsSOu au sujet de leurs méthodes de travail :

« Quand le bureau de la conjoncture a commencé à amasser systématiquement les données et, en particulier, quand il s’est mis à en collecter des supplémentaires, toute la déficience de celles obtenues auprès des divers organes de statistique est apparue de manière très claire. Nous n’évoquons pas ici les questions relatives aux défauts et aux erreurs méthodologiques d’ensemble des organes de la TsSOu qui, ces derniers temps, ont attiré l’attention de la presse économique centrale et locale, car ces questions exigeraient un exposé spécial. À ce sujet, il est nécessaire de mentionner en priorité les défauts d’organisation suivants :

  • L’absence d’un centre statistique de l’oblast, qui nous a obligés à recourir aux données des bureaux statistiques des goubernii, nous a confrontés à une divergence complète dans les procédés de traitement des données mis en œuvre par les bureaux des différentes goubernii. Totalement différents également sont les degrés de délimitation des objets couverts par le calcul statistique.
  • Un défaut du travail des organes statistiques bien connu de tous est l’extrême lenteur de leur traitement des données. Et ne parlons même pas du fait que le chiffre d’une récolte publié dans un annuaire statistique officiel puisse être différent de 40 à 50 % du chiffre concernant la même récolte publié dans l’annuaire précédent, tout en n’étant pas définitif. Même les tâches moins compliquées sont exécutées dans des délais tels que, dans la majorité des cas, ils privent les organes de la conjoncture de la possibilité de les utiliser pour résoudre les problèmes économiques fondamentaux posés par la vie71. »
  • 72 Ibid., l. 9.

62Les usages différents des chiffres entre les deux administrations apparaissent très clairement dans ce texte. Pressés par l’obligation de fournir des données pour les prévisions annuelles, les bureaux de la conjoncture se comportaient comme des observatoires de l’activité économique courante et réclamaient une livraison rapide des informations dont ils avaient besoin. L’objectif était de calculer des indicateurs de conjoncture mensuels72. Tel n’était pas celui des bureaux de statistique. Ceux de la conjoncture estimaient toutefois que cela devait le devenir. Celui de la Basse Volga écrivait à ce sujet :

  • 73 Ibid., l. 5.

« Nous ne voulons pas mettre cela sur le compte des défauts de l’appareil statistique local, car c’est un phénomène à l’échelle de l’Union soviétique qui s’explique par le fait que la TsSOu n’a pas suffisamment adapté son travail aux besoins de la vie en général et, en tout cas, ne l’a pas coordonné avec les besoins des études de la conjoncture73. »

  • 74 Ibid., l.6.

63C’est par le biais de la production des données sur les récoltes agricoles qu’une tutelle plus forte des organes locaux du plan s’installa progressivement sur le bureau de statistique de Saratov. Le contenu même du texte réglant les relations entre les bureaux de la conjoncture d’oblast et les bureaux de statistique contenait cela en germe : « d’après la réglementation relative à l’organisation des observations locales de la conjoncture, les bureaux de la conjoncture doivent puiser les indicateurs concernant l’agriculture exclusivement dans les bureaux de statistique des goubernii74 ». Les commissions du plan des goubernii servaient de relais pour transmettre ce type de données au bureau de la conjoncture de l’oblast.

  • 75 GASO, f. R-1, op. 2, d. 65, l. 65.

64Malgré sa forte résistance face à ces nouvelles méthodes de travail, en 1926, le bureau de statistique de Saratov était déjà devenu beaucoup plus dépendant à la fois de la commission du plan de la goubernia et du bureau de la conjoncture de l’oblast. Son programme de travail pour l’année 1925-1926 avait été soumis à la commission du plan, qui l’avait rectifié et complété75. Ceci n’est guère étonnant si l’on considère l’enjeu que représenta cette année-là l’utilisation, pour la première fois, des « chiffres de contrôle », qui a marqué dans les faits le début de la planification annuelle.

  • 76 GASO, f. R-466, op. 1, d. 236, l. 6.

65À partir de l’année 1926, le bureau de statistique de Saratov perdit une part de ses prérogatives locales face à un bureau de la conjoncture de la Basse Volga qui revendiquait très clairement la supériorité des organes du plan dans l’élaboration des études de synthèse sur l’économie : « La synthèse générale de toutes les données concernant les différentes branches de l’économie ne peut être faite que par les organes des commissions du plan76 ». Le bureau de la conjoncture devait ordonner et superviser les travaux dans ce domaine, et les bureaux de statistique devaient les exécuter et se soumettre à lui.

66La logique du plan qui transparaissait derrière cela était bien plus celle d’un renforcement de la centralisation de la production des données statistiques que de la coordination entre administrations différentes. La construction des balances synthétiques de l’économie était avancée pour justifier cela :

  • 77 Ibid., ll. 6-7.

« Un certain parallélisme dans le travail serait acceptable si les bureaux statistiques de goubernia étaient, si l’on peut dire, des organes supérieurs de la connaissance statistique qui corrigent, sur la base de leurs propres matériaux, l’ensemble du travail statistique et économique et, chose la plus importante, qui fournissent une synthèse de celui-ci sous la forme d’une balance de l’économie nationale. Cela n’est pas et, pour bien des raisons, ne peut pas être.
[…] On peut considérer qu’il existe une organisation de la statistique de ce genre quand les différente branches de l’économie sont comptabilisées par les appareils statistiques des commissariats et qu’ensuite les données sont corrigées, reliées entre elles, traitées dans une balance générale et le plan par les organes des commissions du plan77. »

  • 78 Ibid., l. 7.

67Réduire la statistique à une comptabilité des hommes, de la production et des flux rendait plus facile la réalisation de ce projet centralisateur. La TsSOu devait se soumettre à la logique du plan et des organes de la planification. Si le scénario présenté par le bureau de la conjoncture de la région de la Basse Volga pouvait sembler encore un peu prématuré au moment où ce texte a été écrit, en 1926, ce que cet organe reconnaissait lui-même, il n’en annonçait pas moins les années à venir : « Si une telle organisation est actuellement prématurée, il est indispensable de souligner avec une grande force le rôle de service que jouent les organes statistiques vis-à-vis de ceux des commissions du plan78 ». La Direction centrale de la statistique et ses bureaux régionaux étaient déjà en sursis.

  • 79 En 1926, V. G. Groman était à la fois membre du présidium du Gosplan et membre du collège de la Ts (...)
  • 80 Au sujet des débats sur la construction des balances, voir S. G.Wheatcroft, R. W. Davies (eds), Ma (...)

68Si la concurrence entre les organes du Gosplan et ceux de la TsSOu reposait sur des approches et des méthodes différentes dans l’analyse des faits économiques et sociaux, elle se nourrissait également de la concurrence entre deux corps professionnels s’identifiant à deux institutions différentes, même si certains individus, tel V. G. Groman79, pouvaient sembler être à l’intersection des deux en raison de leur passé dans des bureaux statistiques des zemstva. La construction des balances, celle de la balance fourragère notamment, cristallisa ces différences et divergences80. Les débats théoriques et techniques revêtaient de fait une signification bien plus large. Ils témoignaient du passage d’une forme de statistique, héritée des zemstva et de la statistique européenne, à une autre forme qui annonçait déjà la statistique soviétique qui allait se développer à partir du début des années 1930, plus centrée sur la comptabilité et caractérisée par de nouvelles techniques, notamment les balances synthétiques et les indicateurs quantifiés.

Annexe : Extraits du programme des cours d’oblast fixé par la réglementation de 192581

  • 81 « Uc & ebnyj plan oblastnyh statistic & eskih kursov » (programme des cours statistiques d’oblast) (...)

II/Cycle spécialisé de la statistique du parti

II/Cycle spécialisé de la statistique du parti

Notes

1 La Nouvelle Politique économique, NEP, fut introduite à la suite des décisions prises par le Xe congrès du parti réuni à partir du 8 mars 1921.
Sur les méthodes de reprise en main du territoire utilisées pendant l’année 1921, et notamment sur l’instauration d’une violence d’État, voir P. Holquist, art. cit. Sur l’usage de la violence pendant toute la période de la guerre civile, voir les chapitres écrits par N. Werth à ce sujet dans Stéphane Courtois et alii., Le livre noir du communisme, Paris, Robert Laffont, 1997, p. 39-312. Pour des travaux portant sur des territoires régionaux, voir Orlando Figes, Peasant Russia, Civil War. The Volga countryside in revolution, 1917-1921, Oxford, 1989 ; P. Holquist, A Russian Vendée : the practice of revolutionary politics in the Don countryside, 1917-1921, Ph.D. dissertation, Columbia University, 1995.

2 Quelques travaux ont été consacrés aux responsables et aux cadres d’administration, mais ils n’abordent pas avec précision les questions spécifiques aux transformations de l’organisation du travail. Par ailleurs, ces études portent le plus souvent sur l’ensemble des années 1920 et peu sur la période spécifique de la guerre civile. À ce sujet, voir E. G. Gimpel’son, Sovetskie Upravlency, 1917-1920 gg. (Les dirigeants soviétiques, 1917-1920), Moscou, Rossijskaja Akademija Nauk, IRI, 1998. Pour la période des années 1920, voir S. Sternheimer, « Administration for development : the emerging bureaucratic elite, 1920-1930 », art.cit.

3 RGAE, f. 1562, op. 306, d. 51, ll. 13, 35, 108, 109, 110.

4 Ibid., l.13.

5 Ibid., l. 108.

6 RGAE, f. 1562, op. 305, d. 18, l. 261 ; GARF, f. 374, op. 28, d. 603, l. 187.

7 Le comité local du syndicat, le mestkom (contraction de mestnyi komitet) veillait au respect de la ligne du parti sur chaque lieu de travail. Son responsable représentait le parti dans une administration ou une entreprise, car beaucoup de directeurs n’étaient pas membres du parti à cette époque.

8 GASO, f. R-1, op. 1, d. 150, ll. 41-41ob.

9 Compte rendu effectué, le 28 septembre 1921, à ses collègues chefs de section du bureau.

10 En 1921, le nombre de membres du parti travaillant dans les bureaux régionaux de la TsSOu était très faible.

11 GASO, f. R-1, op. 1, d. 150, ll. 41-41ob. Ancien directeur du bureau statistique du zemstvo de Saratov, Serebriakov était connu pour ses sympathies pour le parti cadet avant la révolution d’Octobre.

12 RGAE, f. 1562, op. 306, d. 51, l. 17. La région du Kouban est située au sud de la Russie, au bord de la Mer Noire. Pendant la guerre civile, elle était contrôlée par l’armée « blanche ».

13 Dans un contexte de pénurie générale de bâtiments, l’espace libéré pouvait être utilisé également pour d’autres administrations jugées prioritaires.

14 RGAE, f. 1562, op. 306, d. 51, ll. 3, 5, 8, 18.

15 Ibid., l. 3.

16 Ibid. l. 2.

17 Ibid., l. 18. Mikhaïl I. Kalinine (1875-1946) fut président du Comité exécutif central de 1919 à 1938, puis, jusqu’en 1946, du Soviet suprême de l’URSS.

18 GASO, f. R-1, op. 1, op. 216, ll. 1-61ob.

19 Ibid., ll. 67.

20 Ibid., l. 67ob.

21 Ibid.

22 Ibid., l. 44ob.

23 Ibid., l. 47.

24 Ibid., l. 45.

25 Ibid., l. 39ob.

26 Ibid., l. 54.

27 GASO, f. R-1, op. 1, op. 150, l. 52.

28 Ibid., l. 68ob.

29 Elle était la section locale de la Commission du personnel (Chtatnaïa komissia), organe du commissariat au Travail créé en 1921 pour déterminer les besoins en personnel des administrations centrales et locales et procéder en conséquence aux réductions d’effectifs. Cette commission fonctionna deux ans.

30 RGAE, f. 1562, op. 306, d. 51, l. 27.

31 GASO, f. R-1, op. 1, d. 150, l. 55.

32 GASO, f. R-1, op. 1, d. 162, l. 49.

33 Trinadcatyj S’’ezd rossijskoj kommunistic&eskoj partii (bol’s&evikov). Stenografic&eskij otc&et, 23-31 mai 1924 (Treizième congrès du parti communiste (des bolcheviks). Compte rendu sténographique, 23-31 mai 1924), Moscou, 1924, 3e séance, 24/05/1924, p. 130.

34 A ce sujet, voir A. Blum, « La purge de 1924 à la Direction centrale de la statistique », art. cit.

35 Au sujet de ces débats, voir Eugène Zaleski, Planification de la croissance et fluctuations économiques en URSS, Paris, Sedes, 1962.

36 Le champ d’action de l’Inspection ouvrière et paysanne avait été défini par un texte du 7 février 1920. Il était large puisqu’il s’agissait tout autant de veiller à la conformité de l’activité des administrations par rapport à la loi, que de « conduire la lutte contre le bureaucratisme, les lenteurs administratives, la mauvaise gestion, et de faire des propositions pour améliorer l’organisation et l’activité des administrations », in E. G. Gimpel’son, op. cit., p. 64-65.

37 GARF, f. 374, op. 28, d. 603, l. 89.

38 On dispose de peu d’informations précises sur son compte, ce qui oblige à reconstituer sa trajectoire à partir de sources très éparses dans lesquelles son nom et quelques indications apparaissent. Son nom apparaît dans les procès-verbaux de réunions du bureau de statistique à partir de l’été 1924. Ceci recoupe l’information livrée par sa carte d’inscription au congrès des statisticiens qui se tint à Moscou du 1er au 9 février 1926. Il quitta le bureau de Saratov à la fin du mois de décembre 1926. Voir RGAE, f. 1562, op. 306, d. 65.

39 Ibid.

40 GARF, f. 374, op. 28, d. 603, ll. 220-223.

41 Ibid., l. 223.

42 Ibid., l. 220.

43 Ibid., l. 35.

44 À ce sujet, voir A. Blum, art. cit.

45 RGAE, f. 1562, op. 30, d. 11, l. 237.

46 GARF, f. 374, op. 28, d. 603, l. 220. Les différentes phases et les enjeux de cette purge sont analysés de manière approfondie dans A. Blum, art. cit.

47 GARF, f. 374, op.28, d. 603, l. 39.

48 « Poloz & enie ob oblastnyh statistic & eskih kursah » (Réglementation des cours de statistiques d’oblast), in P. A. Vihljaev, « O statistic & eskih kursah » (Au sujet des cours de statistique), Vestnik statistiki, 1-3, 1925, p. 213-220.
Des extraits de ces nouveaux programmes correspondant aux modifications les plus importantes ont été placés en annexe de ce chapitre.

49 Ibid., p. 213-214.

50 Ibid.

51 TsKhDNISO, f. 6105, op. 1, d. 2234, l. 25.

52 TsKhDNISO. f. 6105, op. 1, d. 1466, ll. 107, 108, 109, 110.

53 csu rsfsr, 50 let sovetskoj statistiki v Saratovskoj oblasti (50 ans de statistique soviétique dans l’oblast de Saratov), Saratov, Gosizdat, 1968, p. 252.

54 TsKhDNISO, f. 6105, op. 1, d. 1466, l. 107 ; GASO, f. R-1, op. 1, d. 64, l. 35.

55 GASO, f. R-521, op. 1, d. 933, l. 3.

56 TsKhDNISO, f. 6105, op. 1, d. 1466, l. 114.

57 Les textes du journal mural (stennaïa gazeta) étaient contrôlés par le comité local du syndicat et, plus particulièrement, par ses membres qui appartenaient au parti. Organes d’expression des salariés par voie d’affichage dans les locaux du lieu de travail, ces journaux muraux étaient tout autant des moyens d’information générale que des supports utilisés par les membres actifs du syndicat pour stimuler l’ardeur au travail, l’ardeur socialiste aussi, des « travailleurs ». À certaines périodes, ils furent également des instruments de dénonciation. Ils ne doivent pas être confondus avec des panneaux de libre expression.

58 TsKhDNISO, f. 6105, op. 1, d. 1466, l. 108.

59 À ce sujet, voir notamment Sheila Fitzpatrick, Education and social mobility in the Soviet Union (1921-1934), Cambridge, Cambridge University Press, 1979.

60 Vestnik statistiki, 3, 1928, p. 6-7.

61 P. A.Vihljaev, art. cit., p 214.

62 Dans un premier temps, le Gosplan de la RSFSR (Gosoudarstvennaïa obchtcheplanovaïa komissia) s’est occupé de la planification courante pour des activités précises, sans envisager de planification d’ensemble de l’économie. Il avait une fonction de coordination des programmes d’activité des différents commissariats. Le Gosplan de l’URSS fut créé au milieu de l’année 1923. À ce sujet, voir T. P. Korz & ihina, Sovetskoe gosudartsvo i ego uc&rez&denija, 1917-1991 (L’État soviétique et ses institutions, 1917-1991), Moscou, RGGU, 1995.

63 À ce sujet, voir en particulier E. Zaleski, op. cit. ; J. Sapir, « L’économie soviétique : origine, développement, fonctionnement » in J. Sapir (dir.), Retour sur l’URSS – Histoire, économie, société, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 99-144.

64 Voir A. Stanziani, op. cit. Voir également Robert W. Davies, Mark Harrison, Stephen G.Wheatcroft, The Economic transformation of the Soviet Union, 1913-1945, Cambridge, Cambridge University Press, 1994.

65 Les « chiffres de contrôle » étaient annuels. Il s’agissait en fait des prévisions de l’activité économique à l’horizon d’une année.

66 A. Stanziani, op. cit., p. 327.

67 Ibid.

68 OKB : Oblastnoe koniounktournoe biouro. L’oblast de la Basse Volga était constituée par les provinces de Saratov et d’Astrakhan, par une partie de celle de Stalingrad et par l’oblast autonome des Kalmyks.

69 Ves’ Saratov (Tout Saratov), Saratov, izd. Gubernskogo ispolnitel’nogo komiteta, 1925, p. 98-102.

70 Au sujet des aspects territoriaux de la mise en place progressive de la planification au cours des années 1920, voir M.-Cl. Maurel, op. cit., chap.1.

71 GASO, f. R-466, op. 1, d. 236, ll. 4-5.

72 Ibid., l. 9.

73 Ibid., l. 5.

74 Ibid., l.6.

75 GASO, f. R-1, op. 2, d. 65, l. 65.

76 GASO, f. R-466, op. 1, d. 236, l. 6.

77 Ibid., ll. 6-7.

78 Ibid., l. 7.

79 En 1926, V. G. Groman était à la fois membre du présidium du Gosplan et membre du collège de la TsSOu.

80 Au sujet des débats sur la construction des balances, voir S. G.Wheatcroft, R. W. Davies (eds), Materials for a Balance of the Soviet Economy, 1928-1930, Cambridge, Cambridge University Press, 1985. Sur les débats au sujet de la construction de la balance fourragère, voir « Soves & c&anie Kollegii CSU SSSR s uc&astiem predstavitelej mest i vedomst, sostojavs&eesja 15-19 ijunia 1926 goda » (Réunion du collège de la TsSOu de l’URSS avec la participation de représentants des régions et des commissariats, 15-19 juin 1926), Vestnik statistiki, 1, 1927, p. 297-321.

81 « Uc & ebnyj plan oblastnyh statistic & eskih kursov » (programme des cours statistiques d’oblast), Vestnik statistiki, 1-3, 1925, p. 219-220.

Table des illustrations

Titre I/Cours communs
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22022/img-1.png
Fichier image/png, 213k
Titre II/Cycle spécialisé de la statistique du parti
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22022/img-2.png
Fichier image/png, 65k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540