Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Devenir statisticien de l'État bolchevik

Chapitre 9. Le recensement démographique, un enjeu pour la profession

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire de ce recensement, voir M. Grigor’janc, « Vserossijskie perepisi naselenija : istor (...)

1Au début des années 1920, le recensement démographique avait en Russie une histoire longue d’un demi-siècle, mouvementée et imparfaite. Après avoir été reporté à plusieurs reprises pendant trente années, le premier recensement général de la population avait été effectué en 18971. Il n’y en avait pas eu d’autre depuis. L’organisation d’un nouveau recensement démographique en 1920 fut un enjeu d’autant plus important à la fois pour les statisticiens et pour les dirigeants du jeune État bolchevik. Elle fut néanmoins compliquée par les difficultés de la période de la guerre civile. C’est seulement en 1926 qu’un recensement de la population put être réalisé sur l’ensemble du territoire soviétique.

  • 2 Au sujet des recensements démographiques des années 1930, voir A. Blum, Naître, vivre et mourir en (...)
  • 3 Sur les questions posées par la tension entre raison statistique et raison politique dans le trava (...)

2Les recensements démographiques effectués pendant les années 1920 portent déjà la marque, avant ceux des années 19302, de la tension, habituelle, entre raison statistique et raison politique dans cette forme spécifique de la production des données chiffrées3. Au carrefour d’une pratique scientifique et d’une pratique de gouvernement, ils se sont caractérisés en particulier par la tension entre, d’un côté, la recherche par une profession d’un perfectionnement des techniques de collecte et de traitement des données et, d’un autre côté, une volonté politique de socialisation des différentes opérations, dans le sens d’une appropriation de plus en plus forte par la société des tâches d’organisation et de collecte, sous la direction et le contrôle du parti et de ses organisations relais.

3La comparaison entre les recensements démographiques de 1920, 1923 et 1926 aide à mettre en évidence les principales caractéristiques de l’évolution de la forme et des contenus de ce type de production de données dans le contexte de la recherche d’une plus grande fiabilité, pour les uns, et de la tentative d’une appropriation politique du chiffre démographique, pour les autres.

Une normalisation progressive des conditions de production du recensement

4Premier recensement général de la population effectué en Russie depuis 1897, celui de 1920 bénéficia néanmoins de l’expérience des recensements généraux réalisés dans l’agriculture depuis le début de la Première Guerre mondiale, en 1916, 1917 et 1919, et dans l’industrie, en 1918. De fait, l’histoire des trois recensements démographiques de 1920, 1923 et 1926 peut être interprétée comme celle d’une normalisation progressive des conditions de production de cette forme d’information sur la population, et de son institutionnalisation.

Un recensement en pleine guerre civile

  • 4 Jusqu’ici, peu de travaux ont porté, même en Russie, sur les recensements effectués pendant la gue (...)
  • 5 Nikolaj Ja Vorob’ev, Vsesojuznaja perepis’ naselenija 1926g. (Le recensement général de la populat (...)

5Le recensement de 1920 fut annoncé cette année-là, le 15 avril, par un arrêté du conseil des commissaires du peuple, et eut lieu le 28 août. Il fut également le dernier recensement organisé pendant la guerre civile4. Sa réalisation revêtait un enjeu essentiel pour le nouveau pouvoir, soucieux de connaître avec plus de précision la population du territoire qu’il devait administrer. Le contexte de son déroulement en a toutefois affaibli les résultats. Moins marqué par l’improvisation que le recensement agricole de 1919, il supporta néanmoins une forte part de désorganisation liée aux conséquences de la guerre civile et à la présence persistante de combats dans les zones rurales de certaines provinces, en particulier dans les régions de Tambov et de la Moyenne Volga. Outre cela, la Biélorussie, les provinces de Volynsk et de Podolsk, le sud du Caucase et la Crimée échappèrent au recensement5.

6À l’instar d’autres témoignages, celui du directeur du bureau de statistique de Saratov, situé dans la Moyenne Volga, souligne la part de défi que représenta l’organisation des opérations de collecte dans les régions les plus touchées par la guerre civile :

  • 6 Une verste équivalait à 1,06 km.
  • 7 Vasilij I. Serebrjakov, C&islennost’ naselenija Saratovskoj gubernii po dannym demografic&esko-pro (...)

« De manière générale, la réalisation du recensement sur le territoire de la province de Saratov, qui a une superficie de 90 000 verstes carrées6 et est peuplée de plus de trois millions de personnes, dans les conditions actuelles de déplacement, d’approvisionnement alimentaire, d’insuffisance de personnel qualifié, etc., a représenté un travail d’une énorme difficulté, qui a exigé une dépense colossale de forces et d’énergie de la part du personnel qui dirigeait, aussi bien que du personnel technique, d’autant plus si l’on prend en considération le fait que le bureau de statistique de la province et ses organes locaux n’ont disposé que de moins de quatre mois pour préparer l’ensemble de ce travail colossal7. »

7Divers comptes rendus des bureaux statistiques des districts ruraux de cette province mettent en évidence le poids du contexte sur la conduite des opérations et, par voie de conséquence, sur la qualité des données recueillies. Les difficultés furent de plusieurs sortes. Le recrutement du personnel posa de réels problèmes dans les zones d’où était partie une part importante de la population pour fuir la guerre civile et les premiers signes de la famine. Il fut compliqué par le fait que trois recensements étaient menés de front dans des domaines différents, démographique, agricole et industriel, ce qui augmenta notablement les besoins en agents recenseurs.

8Le choix de la période ajouta son lot de contraintes. Décidé pour le 28 août, le recensement tomba en pleine « semaine du paysan ». Ces journées, qui concluaient la période de la moisson, donnèrent lieu à différentes fêtes et manifestations dans les campagnes qui concurrencèrent fortement la mobilisation pour le recensement. Le dépit semble pointer derrière le commentaire du directeur du bureau de Saratov à ce sujet :

  • 8 Ibid.

« Le travail du recensement s’est déroulé dans des conditions de lourdeur invraisemblables. La période d’organisation du recensement a coïncidé avec la “semaine du paysan” et toutes les administrations des districts ruraux ont donné à cette dernière une importance bien plus grande qu’au recensement général imminent. Les services de district du commissariat à l’Instruction publique mirent tous les instituteurs, seul corps, à la campagne, de travailleurs ayant reçu une instruction, à la disposition de la commission à l’organisation de la “semaine du paysan”8. »

9De toute évidence, la pratique du recensement n’était pas encore entrée dans les usages administratifs locaux.

  • 9 La guerre civile fut jalonnée de nombreuses insurrections paysannes contre les bolcheviks. En 1920 (...)

10Les opérations de collecte furent fortement ralenties pour diverses raisons. Les grosses difficultés de communication et de transport, particulièrement dans les zones de combats, furent de réels obstacles à leur organisation. Dans certaines campagnes, la présence des troupes d’Antonov9 mit en péril des agents recenseurs, des instructeurs, et même les données collectées, comme en témoigne le récit d’Aleksandr G. Kovalevski, responsable du recensement du district de Balachov :

  • 10 V. I. Serebrjakov, op. cit., p. 6.

« Rapport au sujet de l’irruption des bandes d’Antonov dans le district de Balachov : en raison de ces circonstances, le recensement dans les dix cantons du nord du district a dû être retardé de trois à quatre semaines. Dans le canton de Bobylev, un instructeur du recensement a été attaqué ; il a réussi à se sauver, mais les matériaux du recensement démographique, ses tableaux de synthèse et les formulaires du recensement agricole ont été détruits par les hommes d’Antonov ; leur reconstitution a retardé la fin du recensement dans le district. Dans l’ensemble, au moment de l’invasion des troupes d’Antonov, et longtemps après cela, le travail s’est déroulé dans des conditions d’état de siège et de guerre, avec toutes les conséquences qui en découlent10. »

  • 11 Ibid., p. 5.
  • 12 Ibid.

11Ajouté aux conditions de vie difficiles dans les campagnes, le niveau faible des salaires de cette période compliqua fortement le recrutement des agents recenseurs. Enfin, portant atteinte à l’essence même du travail de collecte des informations auprès de la population, les campagnes successives de réquisitions menées auprès des paysans depuis 1917 pesèrent sur les comportements des personnes interrogées et la précision des données collectées. Provoquant méfiance des paysans et dissimulation de leur situation réelle, elles furent, à l’origine d’un lot non négligeable de réponses inexactes ou incomplètes. « L’attitude méfiante de la population envers le recensement de la population a été le résultat de l’inventaire des réserves alimentaires de la population réalisé par les organes locaux de l’approvisionnement avant le début du recensement et au moment même de son déroulement », témoignait A. G. Kovalevski11. Le recrutement d’agents recenseurs parmi les habitants des villages supporta également les conséquences d’une telle situation. Les statisticiens essuyèrent de nombreux refus. « Les habitants des lieux d’enquête ne souhaitaient pas créer des rapports tendus avec la population locale, qui non seulement ne manifestait pas de sympathie envers le recensement, mais avait même une attitude hostile », expliquait le responsable des opérations du recensement du district de Saratov12.

12Saturés d’enquêtes, assimilant toute nouvelle visite d’un enquêteur à l’annonce d’une nouvelle mesure de réquisitions, les paysans furent une population difficile à toucher et à interroger dans l’ensemble du pays. Ce problème ne se posa pas pour le recensement démographique des villes de 1923.

Un recensement partiellement réussi en 1923

  • 13 Un recensement de toutes les formes de la propriété urbaine, logements, bâtiments industriels et c (...)

13Annoncé par décret le 29 décembre 1922, le recensement des villes se déroula le 15 mars 1923. Si les difficultés furent moindres qu’en 1920, il eut toutefois son propre lot d’imperfections. En premier lieu, le temps manqua pour le préparer correctement. Les bureaux régionaux ne disposèrent que de deux mois et demi pour organiser un recensement qui devait concerner les villes et leurs faubourgs ainsi que les petites localités industrielles des campagnes, et qui avait pour objectif de faire le bilan de l’évolution de la composition de la population urbaine après tous les flux de mobilité que le pays avait connus depuis la guerre civile13.

  • 14 Mitrofan P. Krasil’nikov, « Gorodskaja perepis’ 1923 goda » (Le recensement des villes de 1923), V (...)
  • 15 Les six régions concernées étaient les provinces de Samara, de l’Oural, de Tomsk, d’Aktioubinsk, l (...)

14Dans un compte rendu sur les conditions de son organisation, Mitrofan P. Krasilnikov, directeur adjoint de la TsSOu, insista autant sur leur amélioration que sur la persistance de certains défauts14. Indice d’un meilleur environnement, mais aussi d’un meilleur fonctionnement de l’ensemble des bureaux de statistique, la date du recensement fut respectée dans la plus grosse partie des régions et des républiques soviétiques, à l’exception de quelques républiques d’Asie centrale et d’Extrême-Orient. L’acheminement des formulaires depuis Moscou connut toutefois quelques problèmes. Si ces documents furent imprimés et expédiés à temps dans la majorité des cas, six régions ne furent tout de même pas approvisionnées pour le 15 mars, dont celle de Samara, pourtant peu éloignée de Moscou15. En outre, conséquence d’une durée trop courte de préparation, deux tiers des bureaux régionaux ne reçurent pas un nombre suffisant de formulaires, soit à la suite d’erreurs dans l’organisation de leur acheminement, soit à cause d’une sous-évaluation de la population à recenser.

  • 16 M. P. Krasil’nikov, art. cit., p. 213.

15Conséquence des mouvements de population engendrés par la guerre civile et la famine, cette situation révéla la difficulté des administrations et de l’État à connaître la situation démographique précise du pays à cette époque. Les migrations internes, en particulier les flux de retour vers les villes au début de la Nouvelle Politique économique (NEP), étaient très mal connues16. Les compétences et la capacité d’initiative des bureaux régionaux furent essentielles pour résoudre cette question. Ceux qui se rendirent compte de ce problème assez tôt, avant le début du recensement, réclamèrent tout de suite les imprimés manquants. La situation fut beaucoup plus compliquée pour les autres. Dans le meilleur des cas, les formulaires furent imprimés localement, dans le pire, la collecte des données prit une allure d’improvisation : les informations recensées furent notées sur des feuilles de papier vierges et recopiées ensuite sur les formulaires, après réception de ceux-ci.

16Malgré l’amélioration globale des conditions matérielles d’organisation, en comparaison avec celles du recensement de 1920, la préparation des questions continua à pêcher par précipitation. En effet, faute de temps, ni conférence ni congrès nationaux ne furent convoqués par la TsSOu pour discuter des questionnaires et de leur contenu. Les instructions de la Direction centrale furent transmises par la poste et par télégraphe, laissant aux bureaux régionaux le soin d’organiser conférences ou congrès de statistique locaux pour expliquer les objectifs du recensement et préparer les opérations de collecte sur le terrain. L’homogénéité de celles-ci en souffrit à l’échelle nationale. Seulement 70 % des bureaux régionaux eurent le temps et la possibilité de convoquer des conférences réunissant leurs chefs de sections, les directeurs de bureaux de district et les instructeurs. Dans un tel contexte, la compréhension des questions et la manière de noter les réponses furent entachées d’interprétations différentes selon les régions, mais aussi, dans certains cas, à l’intérieur d’une même province. Ce problème fut plus aigu dans les régions de la partie non européenne de l’URSS.

  • 17 La ville d’Orel se trouve à environ 300 kilomètres au sud de Moscou.

17Outre cela, la transmission des instructions fut souvent trop tardive, ce qui obligea la plupart des bureaux régionaux à bâtir leur propre ligne de conduite. La situation du bureau d’Orel17, pourtant peu éloigné de Moscou, est donnée en illustration par M. P. Krasilnikov :

  • 18 M. P. Krasil’nikov, art. cit., p. 212.

« Si la situation a été bonne en ce qui concerne la réception des formulaires du recensement, cela fut loin d’être le cas pour les instructions. Celles-ci arrivèrent trop tard partout. Même un bureau placé dans une situation aussi favorable du point de vue de la communication avec le centre que celui d’Orel écrit que les instructions pour remplir le bulletin individuel, la fiche du logement et celle du ménage ont été reçues après la clôture de la conférence de statistique de la province et le départ de ses participants dans leurs localités respectives. C’est pourquoi la conférence a dû élaborer les instructions et les faire imprimer sur-le-champ18. »

18À la lumière de cet exemple, le rôle essentiel de l’expérience professionnelle des responsables des bureaux régionaux prend toute son évidence. Dans certains cas, ceux-ci ne reçurent les instructions du centre que trop tard, après le 15 mars, et durent donc les rédiger eux-mêmes. Un effort d’homogénéisation dans la conduite des opérations d’un recensement restait encore à faire. Cela fut fait en 1926.

Un recensement réussi en 1926

  • 19 RGAE, f. 1562, op. 336, Tom 1, d. 44, 45, 46, 47, 48, 49.
  • 20 N. Ja Vorob’ev, op. cit., p. 17-25.

19À la lecture des différents comptes rendus relatifs à sa conduite dans les régions, le recensement de 1926 laisse l’image d’un déroulement sans grandes difficultés, sans précipitation non plus19. De ce point de vue, il semble marquer un tournant dans l’histoire des recensements démographiques en Russie. Condition de sa réussite, sa préparation s’étala sur une année. Les bureaux de statistique des régions et des républiques y furent associés dès juin 192420. Le contenu des questionnaires fut discuté au sein de la conférence statistique qui se tint à Moscou entre le 25 février et le 3 mars 1925. La date fut fixée au 17 décembre 1926. Le congrès des statisticiens, qui se réunit à Moscou du 1er au 9 février 1926, vota les résolutions relatives à son organisation et examina une dernière fois les questionnaires. Premier recensement depuis 1917 à être organisé dans un contexte de stabilité politique, il fut aussi celui au cours duquel tous les délais furent respectés. La famine, dont les conséquences étaient encore présentes en mars 1923, était terminée. Les limites des circonscriptions territoriales administratives étaient stabilisées pour le moment, ce qui facilita le découpage de celles du recensement. Enfin, les bureaux de statistique des régions et des républiques disposaient d’un personnel plus expérimenté, même si des difficultés demeuraient encore pour trouver un nombre suffisant d’agents recenseurs. Comment expliquer ce qui apparaît comme un passage à l’âge adulte du recensement démographique en Russie ? Quelles conditions qui n’avaient pas été remplies auparavant purent l’être en 1926 ? L’introduction de l’article du directeur du bureau de la province de Saratov consacré à la publication des résultats préliminaires donne des éléments de réponse :

  • 21 V. I. Serebrjakov, « Resultaty Vsesojuznoj perepisi 1926 goda po Saratovskoj gubernii » (Les résul (...)

« En ce qui concerne la période du recensement, le quatrième congrès national des statisticiens a considéré et décidé que le moment le plus adéquat pour l’exécution des travaux du recensement était le mois de décembre, période la plus tranquille du point de vue des migrations de population. Dès la fin du congrès, qui s’est déroulé du 1er au 9 février 1926, la TsSOu a pu commencer à élaborer les formulaires du recensement démographique en y introduisant les modifications et les compléments décidés par les statisticiens et a pu ensuite les imprimer. Un travail grandiose d’impression de plusieurs dizaines de millions de formulaires a été effectué simultanément dans de nombreuses imprimeries non seulement de Moscou, mais aussi d’autres villes de la République soviétique21. »

20Plus de temps de préparation et moins de précipitation, plus de concertation entre statisticiens pour l’élaboration des questions, une période plus adéquate pour toucher la population, toutes conditions qui n’avaient jamais été complètement réunies jusque-là, furent les raisons de la réussite du recensement de 1926. Celle-ci fut due également au fait que le recensement démographique était enfin entré dans les habitudes administratives et reçut un réel soutien, matériel et humain, de la part des organes politiques locaux et du parti lui-même. Cette victoire professionnelle des statisticiens allait pourtant, comme on va le voir, aboutir à une appropriation du recensement par les organes politiques.

Institutionnalisation d’une pratique administrative

21L’analyse des comptes rendus de recensements du bureau de statistique de Saratov permet de mettre en évidence les principales caractéristiques du travail d’organisation et de la conduite des opérations d’enquête dans une région dans les années 1920. Elle offre en outre la possibilité de plonger dans la vie d’une administration à l’échelon local, d’explorer ses relations avec les autres institutions et d’étudier la manière dont l’organisation des recensements s’est institutionnalisée dans la première moitié des années 1920 en devenant une pratique administrative à part entière.

  • 22 À l’échelle nationale, le statisticien responsable des opérations du recensement, au sein de la Di (...)

22La réception par un bureau régional du télégramme de la Direction centrale annonçant le démarrage des opérations déclenchait plusieurs mécanismes institutionnels. Un bureau du recensement était constitué sur-le-champ, une commission du recensement était créée au plus vite, la vérification des listes de population était lancée dans tous les bureaux statistiques de la province, le travail de découpage des circonscriptions d’enquête était remis en chantier. Le bureau du recensement d’une province dirigeait l’ensemble des opérations en liaison avec les autres bureaux organisés à cette fin dans chaque chef-lieu de district. Son chef était, en général, un chef de section du bureau de statistique de la province expérimenté dans ce domaine22.

  • 23 Appelée mejdouvedomstvennaïa perepisnaïa komissia (commission inter-administrative du recensement) (...)

23Comme cela avait été le cas lors des recensements généraux de 1897, 1916 et 1917, une commission de liaison inter-administrative était constituée, à l’échelle de chaque province et de chaque district rural, pour mettre en place la collaboration des diverses administrations locales dans l’organisation logistique des opérations du recensement23. La réussite de celui-ci dépendait également du concours des autres services administratifs, notamment pour régler l’approvisionnement en rations alimentaires, vêtements et chaussures, mais aussi en papier et matériel de bureau, ou encore les questions liées au transport des individus et des documents. Simple organe de coordination au départ, cette commission vit son rôle évoluer et devenir de plus en plus actif au fil des années. En 1926, elle vit sa composition élargie à des représentants du comité exécutif local, du parti, du conseil des syndicats et de la commission du plan. Elle devint progressivement un organe de concertation entre les représentants du pouvoir politique local et les statisticiens pour régler l’organisation générale du recensement.

24De manière générale, de bonnes relations avec le comité exécutif local étaient indispensables au bon déroulement matériel d’un recensement. Le rôle du comité était essentiel pour résoudre les questions liées à l’approvisionnement et au versement des salaires du personnel employé. Dans tous les cas de figure, le comité d’une province était le seul organe politique capable de contraindre les directions locales des commissariats à remplir leurs obligations et à prêter tout leur concours au bureau du recensement et à ses antennes dans les districts ruraux. Son soutien était indispensable, en particulier dans la recherche d’un local gratuit pour celles-ci, dans la diffusion d’une information large sur le recensement par voie de presse et d’affichage auprès des administrations et de la population, dans l’obtention d’informations précises auprès des administrations et entreprises diverses pour établir les listes du recensement.

25En 1926, dans l’ensemble des régions, les commissions inter-administratives assistèrent leur comité exécutif local de manière particulièrement efficace. Organisant le dialogue entre statisticiens et administrateurs, elles permirent de régler toutes sortes de problèmes techniques et de garantir le succès du déroulement du recensement le jour prévu. La participation active au recensement était entrée dans les habitudes des différentes administrations. Double visage d’une même réalité, cette institutionnalisation du recensement fut une victoire pour la profession des statisticiens mais, d’autre part, semble s’être réalisée en les dessaisissant d’une partie de leur initiative, qui fut transférée à la commission inter-administrative. L’organisation technique plus efficace des opérations contribua à réduire l’intervention des statisticiens dans ce domaine et à les cantonner dans un rôle purement professionnel de spécialistes de la statistique. Une répartition des tâches tendit à s’instaurer dans l’organisation des opérations. Du même coup, une partie du recensement échappa aux statisticiens au profit de l’État et de ses représentants sur place, mais aussi du parti. En ce sens, le recensement de 1926 marque un tournant dans l’histoire des recensements russes, comme d’autres éléments le confirmeront un peu plus loin.

26De plus en plus, les pratiques professionnelles héritées des bureaux statistiques des zemstva s’appliquèrent seulement au champ strict du travail statistique. La convocation de congrès de statisticiens dans chaque province pour préparer les opérations d’un recensement continua à appartenir à cette sphère de compétence et à constituer un moment d’échanges incontournable pour toute la profession.

Des congrès locaux de statisticiens

27Avant chaque recensement, un ou deux congrès de directeurs de bureaux de district étaient convoqués dans chaque province pour organiser les travaux préparatoires et les opérations de recueil des données. Lieux privilégiés pour expliquer les instructions reçues de la Direction centrale, ils fournissaient également un cadre pour discuter des méthodes et homogénéiser les procédures de collecte à l’échelle de l’ensemble de chaque province. L’examen des différents formulaires d’enquête provoquait de nombreuses questions sur les catégories de classification de la population, des activités et des professions. Le découpage des circonscriptions faisait l’objet de nombreuses demandes de précisions. À la lecture des sténogrammes des congrès réunis dans la province de Saratov à l’occasion des recensements de 1920, 1923 et 1926, l’expérience professionnelle acquise par les anciens statisticiens des zemstva semble avoir été déterminante pour résoudre les différents problèmes posés. Elle a été fort utile notamment pour aborder les difficultés relatives à la pratique d’enquête elle-même. Des consignes strictes étaient rédigées pour poser les questions, et donnaient lieu ensuite, comme nous le verrons un peu plus loin, à des exercices pratiques sur le lieu même des enquêtes.

28Parmi les difficultés discutées à l’occasion de chaque recensement, on peut citer celles qui étaient liées à l’enregistrement des phénomènes de mobilité. Le problème posé par le recensement des personnes absentes de leur domicile donnait toujours lieu à des consignes très strictes. Un cas particulier, bien connu des statisticiens depuis le xixe siècle, était celui des paysans otkhodniki, travailleurs saisonniers partis temporairement chercher un emploi loin de leur domicile au moment de la saison creuse. Un autre cas était posé par ceux qui, l’été, partaient vivre dans les champs. Ainsi, en 1920, le directeur du bureau de Novoouzensk, dans la province de Saratov, avait signalé que des villages entiers partaient travailler et vivre dans les champs pendant la période des récoltes, parfois même partaient tout l’été avec le troupeau et tous leurs biens et vivaient dans des huttes à vingt ou trente verstes de chez eux. Ne restaient alors dans les villages que les vieillards et les enfants. Témoignage d’une réelle expérience de la pratique d’enquête dans les campagnes, un dispositif approprié fut alors arrêté par le congrès local des statisticiens :

  • « Faire coïncider le recensement avec les jours de fête, quand la population vient à l’église, et, ces jours-là, envoyer dans ces endroits un gros effectif d’agents recenseurs afin qu’ils puissent immédiatement recenser la population des arrivants.
  • En ce qui concerne ceux qui ne seront pas enregistrés, obtenir les informations auprès des voisins, des parents et du soviet.
  • S’il n’est pas possible de les recenser tous ainsi, alors prolonger le recensement, comme cela est autorisé pour la population nomade.
  • Enfin, aller dans les champs ; là, trouver les individus et les recenser24. »
  • 25 Ibid., ll. 14ob, 24ob.

29À la traditionnelle mobilité saisonnière des paysans se sont ajoutées, en 1920, les migrations de population provoquées par la guerre civile. La procédure d’enregistrement des personnes vivant dans les gares, par exemple, fit l’objet de dispositions spécifiques. Dans la province de Saratov, après discussion et devant le peu d’indications de la Direction centrale à ce sujet, il fut décidé de confier l’élaboration d’une méthode d’enquête à une commission spécifique constituée à cette fin et d’en rediscuter le dernier jour du congrès, ce qui fut fait25.

30Cet épisode est intéressant à plusieurs titres. En premier lieu, dans le cas du recensement de 1920, il montre que les instructions de la TsSOu étaient loin de couvrir tous les cas de figure possibles et qu’une telle situation laissait aux bureaux régionaux une marge d’initiative dans l’organisation des procédures d’enquête. Quand cet espace de liberté existait, les questions étaient discutées et les décisions prises dans le cadre des congrès des statisticiens. Ceux-ci apparaissent donc bien avoir été, au niveau local comme au niveau national, le lieu privilégié des débats sur les méthodes, les techniques et l’organisation concrète des opérations de recensement. En cas de doute ou de difficulté à trouver une solution, les congrès locaux soumettaient le problème à la Direction centrale. Dans les autres cas, les décisions arrêtées étaient envoyées à celle-ci pour information afin qu’elle puisse réagir en cas de désaccord. Si un espace d’initiative était laissé aux bureaux régionaux, cela devait demeurer toutefois dans le respect de l’homogénéité et de l’unité nationale de la conduite d’un recensement général.

31Dans la continuité des rassemblements des statisticiens russes du xixe siècle, ces congrès étaient des moments forts de mobilisation locale de toute une profession au service d’une tâche centrale. Toutefois, dans le cas du recensement de 1920, leur rôle est allé bien au-delà. Dans le contexte de désorganisation de cette période, la TsSOu aurait-elle pu se passer de cet espace d’initiative laissé à ses organes locaux ? En effet, à bien des égards, la conduite de ce recensement dans les régions donne l’image d’un recensement de l’impossible. Organisé dans des conditions matérielles difficiles, dans un cadre administratif de transition entre deux systèmes politiques et institutionnels, devant toucher des populations souvent difficiles d’accès, les statisticiens eurent néanmoins à cœur de réussir l’impossible, de résoudre tout ce qui pouvait constituer un obstacle. Contraints à s’adapter en permanence, à user de toute leur imagination pour résoudre les problèmes matériels, et de toute leur connaissance des lieux pour parvenir à interroger l’ensemble de la population, la plupart d’entre eux durent utiliser toute leur expérience professionnelle et tout le savoir-faire acquis dans les zemstva pour faire face à ce défi.

32Chargés de mener à bien sur le terrain un recensement conçu au centre dans la précipitation, les bureaux locaux de la TsSOu rendirent sa réussite possible en utilisant leur expérience locale pour opérer les divers ajustements nécessaires. Même si une telle situation a vraisemblablement atteint son paroxysme à l’occasion du recensement de 1920, cette remarque peut également s’appliquer, bien qu’à un degré moindre, à ceux de 1923 et de 1926.

33De ce point de vue, l’importance accordée par les statisticiens au recrutement et à la formation des instructeurs et des agents recenseurs prend toute sa signification.

L’enjeu de la formation

Priorité au recrutement du personnel

  • 26 Pour permettre de suivre avec plus de facilité les différentes phases de déroulement des opération (...)

34Aux yeux des statisticiens, les instructeurs et les agents recenseurs ne pouvaient pas être considérés comme une simple main-d’œuvre. De leur sérieux et de leur savoir-faire dépendait la qualité de la collecte des données. Il fallait pouvoir leur faire confiance. Ils étaient donc recrutés en priorité parmi les personnes qui avaient rempli une telle fonction au cours d’un recensement antérieur. Toutefois, même dans ce cas, une formation complémentaire leur était donnée pour les préparer à celui auquel ils allaient participer. Cette exigence imposait donc de commencer la campagne de recrutement le plus tôt possible, dès le début des travaux préparatoires26.

  • 27 « Dekret ob objazatel’nom uc & ete statistic & eskih sil RSFSR », art.cit.
  • 28 La pratique qui consistait à instituer des journées ou des semaines de travail obligatoire (troudo (...)

35La crainte d’une forte insuffisance de personnel accentua l’atmosphère de mobilisation qui entoura le recensement de 1920. Elle donna lieu à une campagne de mobilisation, dans le sens le plus militaire de ce terme, à l’échelle de l’ensemble du territoire de la République de Russie. Celle-ci démarra avec la publication du décret du 21 mai 1920 sur le dénombrement obligatoire des « forces statistiques » de la RSFSR27. Long de plus de trois pages, ce texte énumérait en quatorze points tous les cas possibles d’individus susceptibles d’être « appelés à effectuer un service actif pour les travaux du recensement ». Le refus était assimilé à un acte de désertion et sanctionné comme tel par la réglementation sur le service du travail obligatoire28. La durée du service était fixée à un mois.

  • 29 « Izloz&enie programmy perepisej » (Exposé du programme des recensements), Vestnik statistiki, 1-4 (...)

36Ce décret rencontra un consensus chez les statisticiens. La difficulté à évaluer a priori les effets démographiques conjugués de la Première Guerre mondiale, de la révolution et de la guerre civile compliqua l’estimation des besoins réels en effectifs et poussa à les surévaluer dans certaines provinces. L’ampleur de la tâche à effectuer renforça l’inquiétude. La liste de l’ensemble des questionnaires et formulaires à remplir par les agents recenseurs était, il est vrai, impressionnante29. Cinq formulaires devaient l’être pour le recensement démographique, cinq autres pour le recensement agricole et deux pour le recensement industriel et professionnel. L’ambition du recensement de 1920 renforça l’esprit de mobilisation qui anima les responsables des opérations d’enquête dans l’ensemble des bureaux régionaux de la TsSOu. Une priorité absolue devait être accordée au recensement.

  • 30 V. I. Serebrjakov, C&islennost’ naselenija…, op. cit., p. 5.

37Cette mobilisation eut toutefois des effets limités. En particulier, le dénombrement des « forces statistiques » n’apporta pas les résultats escomptés. Dans l’ensemble des bureaux régionaux, on se plaignit de l’insuffisance d’agents compétents. Par ailleurs, l’épisode de « la semaine du paysan », déjà relaté, incite à relativiser le poids réel des ordres du centre dans les régions à cette époque. Face à des responsables politiques ruraux peu concernés par le recensement, l’ensemble des personnes mobilisables ne put être employé. Ainsi, par exemple, le bureau de Saratov ne put bénéficier, après de multiples efforts, que de l’apport de 73 des 146 instituteurs mobilisés30.

  • 31 Ibid.
  • 32 GASO, f. R-1, op. 1, d. 84, l. 72ob.

38En réalité, beaucoup de personnes cherchèrent à se soustraire à ce service actif. Le chef du recensement du district de Saratov signalait que « beaucoup d’instituteurs, quand ils furent informés de la mobilisation, se sont hâtés de quitter la région pendant cette période ou de s’y soustraire par tous les moyens31 ». De son côté, la responsable du recensement du district de Volsk soulignait le peu d’intérêt porté au travail du recensement par les enseignants mobilisés comme chefs de secteur. Certains avaient même quitté les lieux avant la fin des enquêtes du recensement agricole32.

39Lors du recensement de 1926, la mobilisation fut tout autre et prit la forme, comme on le verra plus loin de l’agitatsia, campagne à la fois civique et politique.

L’agent recenseur face à la population

  • 33 O. A. Kvitkine, Population de l’URSS, Moscou, Administration centrale de statistique de l’URSS, 19 (...)
  • 34 Pour les années 1880, on pourra se reporter au compte rendu des conditions d’enquête fait dans S A (...)

40Dans un tel contexte, le choix et la formation des agents recenseurs représentèrent un enjeu essentiel pour la réussite d’un recensement. Ainsi, en 1926, la TsSOu décida-t-elle d’annuler son projet de faire remplir la fiche de famille dans les localités rurales en raison du « manque parfois très sensible de personnes aptes à ces travaux » dans un trop grand nombre de régions33. Dans tout recensement, la tâche de l’agent recenseur en milieu rural exigeait de la perspicacité. Devant faire la part entre l’information vraisemblable et la réponse dissimulatrice, devant résister, par ailleurs, aux pressions de certaines personnes interrogées pour le pousser à ne pas tout noter, l’agent recenseur devait faire preuve d’une certaine expérience du questionnement, en 1926 tout comme dans les années 188034. Les témoignages dont on dispose sur les conditions de passation des questionnaires à ces deux époques laissent entrevoir des difficultés comparables pour interroger les paysans. Les anecdotes d’enquête rapportées par un responsable du recensement de 1926 dans la province de Saratov font écho à celles des années 1880. En 1888, Sergeï A. Kharizomenov écrivait :

  • 35 Ibid., p. 31.

« Le recensement terminé, à l’heure du repas ou du thé, une foule de paysans assiégeait le logement des statisticiens pour effectuer des corrections aux réponses déjà faites. L’un déclare qu’il a oublié de mentionner un veau et exige absolument de rechercher sa fiche en sa présence pour y inclure le veau. Un autre a omis de signaler une vieille grand-mère, un troisième a répondu qu’il avait environ 100 pommiers, mais en compte maintenant 117. Et un autre paysan accourt en haletant et demande de rajouter un bébé dans la fiche “parce que la patronne est sur le point d’accoucher”35. »

41Près de quarante plus tard, un statisticien rapportait :

  • 36 RGAE, f. 1562, op. 336, d. 45, l. 52ob.

« Il y eut le cas où un paysan accourut à l’appartement de l’agent recenseur et le pria de remplir une fiche pour son fils qui était né après le recensement. Au cours de la discussion, il apparut que le paysan avait entendu dire qu’il y aurait un nouveau partage de la terre et que ceux qui n’avaient pas été recensés seraient privés de parcelle36. »

42Un autre ajoutait :

  • 37 V. Triks & ev, « O vsesojuznoj perepisi v derevne » (Sur le recensement général à la campagne), Ni (...)

« Un cordonnier du village de Bolchoï Karaï, Tchernov, a battu sa femme pour avoir communiqué à l’agent recenseur sa profession ; il a accouru ensuite auprès de l’agent recenseur, qui terminait de remplir la fiche, et a obtenu de corriger celle-ci. En dépit de cela, après son départ, l’agent recenseur ajouta, dans la colonne de l’occupation secondaire, la remarque “cordonnier de chaussures neuves”. Un marchand déclara que son occupation principale et unique était l’agriculture, mais l’agent recenseur, qui le connaissait, écrivit sur sa fiche “marchand de savon, de pétrole, d’allumettes”37. »

  • 38 RGAE, f. 1562, op. 336, d. 45, l. 52ob.

43En 1926, comme à la fin des années 1880, de nombreux statisticiens signalèrent la tentative fréquente des paysans et des artisans pour dissimuler une deuxième activité de crainte d’un alourdissement de leur imposition38. Dans ce cas, l’agent recenseur devait vérifier et, au besoin, corriger en marge les réponses apportées.

  • 39 V. I. Serebrjakov, « Itogi perepisi gorodov i poselenij gorodskogo tipa Saratovskoj gubernii 15 ma (...)

44Une autre difficulté, pour les agents du recensement, tenait à l’effort de catégorisation qu’ils devaient effectuer eux-mêmes au moment de l’enregistrement des informations. La possession des seules instructions de la Direction centrale leur était parfois d’un faible secours. Ainsi, l’interprétation du mot « famille » posa certaines difficultés en 192339. Qui compter dedans ? Qui inclure ? Qui exclure ? Si une précision plus grande des instructions aurait pu sûrement contribuer à éviter certaines erreurs, aurait-elle pu pour autant complètement effacer l’effet des différences d’interprétation de la réalité d’un agent à l’autre ? Cette question, habituelle, se posait de manière d’autant plus aiguë dans une société en pleine mutation, dans une situation où les catégories scientifiques de classement du recensement pouvaient être en décalage avec la perception que les agents recenseurs avaient eux-mêmes de la réalité. Quelle représentation les enquêteurs avaient-ils eux-mêmes de la notion de famille, comment, dans un effort de bonne volonté, adaptaient-ils ce terme à leur propre grille de lecture de la réalité ? Le passage de la notion de foyer (dvor), en usage jusque-là, à celle de famille (semia) était inévitablement une source d’interrogation et, par conséquent, de réponses variables d’un individu à l’autre, même en présence d’instructions précises.

  • 40 À ce sujet, on pourra se reporter notamment à N. Werth, La vie quotidienne des paysans russes de l (...)

45L’organisation de séances de préparation à l’enquête pour expliquer les questions à poser s’en trouvait d’autant plus justifiée. De toute évidence, la formation des agents recenseurs ne pouvait pas être limitée au seul apprentissage technique. Les différentes difficultés liées à la situation d’enquête étaient traitées au cours de la période de formation préalable des instructeurs et des agents recenseurs et dans le cadre de la pratique des enquêtes tests. Cela justifiait également de veiller à reconstituer, pour chaque recensement, le réseau des agents recenseurs avec lesquels les statisticiens avaient déjà travaillé et à recruter les nouveaux au sein de la population locale. La question de la confiance que l’on pouvait accorder à cet intermédiaire entre la population et le statisticien qu’était l’agent recenseur a toujours été une préoccupation centrale dans les bureaux de statistique. Il était nécessaire de bien connaître non seulement le secteur d’enquête et sa population, mais aussi les spécificités culturelles de la vie paysanne, qui restaient, au début des années 1920, bien éloignées de la vie et des préoccupations des citadins40. En raison de leur proximité plus forte avec la population, les bureaux de statistique de district furent chargés de la formation des agents recenseurs.

Une formation attentive des agents du recensement

46Dans ce domaine aussi, la succession des recensements amena un perfectionnement. De manière générale, la préparation des agents du recensement était conduite d’après les instructions de la Direction centrale, ce qui n’empêchait pas les initiatives locales. La formation était réalisée en deux temps et adaptée à chaque catégorie de personnel. Tout d’abord, les instructions étaient présentées, expliquées et commentées ; ensuite, les différents agents étaient mis en situation sur leur terrain d’enquête et soumis à un apprentissage par la pratique. L’exemple du déroulement des recensements dans la province de Saratov aide à mieux comprendre la manière dont la formation était conçue selon le type de tâches à effectuer.

47Dans un premier temps, le responsable du recensement d’un district, assisté de ses adjoints, réunissait tous les chefs de secteur de sa zone pour expliquer les consignes d’enquête dans le souci d’homogénéiser les opérations de collecte. Les chefs de secteur et instructeurs étaient responsables du travail dans un groupe de circonscriptions. Cela allait de la vérification préliminaire des différentes listes à la collecte le jour du recensement. Ce jour-là, ils rassemblaient et vérifiaient au fur et à mesure les formulaires remplis par les agents recenseurs, tout en suivant de très près le travail concret de recueil des données :

  • 41 GASO, f. R-1, op. 1, d. 77, l. 13ob.

« Pendant toute la durée du recensement, le chef de secteur suit les agents recenseurs sur leurs talons, pour ainsi dire, surveille leur travail, corrige à temps leurs erreurs, observe comment le travail avance et, s’il lui semble que cela traîne, alors il envoie tout de suite chercher le renfort d’un autre agent recenseur ; en règle générale, il faut être dans les délais partout. Un recensement efficace ne doit pas être rendu par parties mais en totalité41. »

  • 42 GASO, f. R-1, op. 1, d. 26, l. 5ob.

48Les instructeurs et les agents recenseurs bénéficiaient les uns et les autres d’une formation spécifique sur les lieux mêmes des enquêtes42. Chaque instructeur était plus particulièrement chargé de conseiller les agents recenseurs et de répondre à leurs questions et à leurs incertitudes sur la manière de faire. Encadré, conseillé et contrôlé sur place, l’agent recenseur était loin d’être laissé à sa propre initiative. Par ailleurs, son rôle ne se limitait pas à enquêter le jour même du recensement. Vivant, en général, dans sa circonscription, il devait mettre à profit sa connaissance des lieux et participer à l’actualisation des cartes et des plans ainsi que des listes de localités et d’immeubles en les complétant ou les corrigeant. En 1920, seuls les plus anciens des agents recenseurs, de préférence ceux qui avaient participé au recensement de 1917, ou à défaut à celui de 1916 ou de 1919, avaient été sollicités pour cette tâche.

  • 43 RGAE, f. 1562, op. 336, d. 45, l. 52.

49D’un recensement à l’autre, le bureau de statistique de Saratov eut toujours pour politique de conserver, dans la mesure du possible, une équipe de personnes expérimentées dans une fonction donnée. Cela se révéla d’autant plus important quand les contraintes de budget, comme en 1926, ne permirent pas de recruter un personnel d’encadrement qualifié aussi nombreux que souhaité. Il fallut alors se reposer sur les personnes les plus aguerries. La conception des cours de préparation au recensement de 1926 fut marquée par une réelle innovation. À côté de la formation habituelle, les 1200 étudiants recrutés comme agents recenseurs suivirent une formation spécifique à l’université. Constituant près de la moitié de l’effectif total des agents recenseurs, ils purent ensuite encadrer les autres, se répartissant à cette fin entre villes et campagnes43.

  • 44 Ibid., l. 66.

50Consacrant les relations de coopération entre la chaire de statistique de l’université et le bureau de statistique, la préparation des étudiants fut assurée par des professeurs de l’université et de l’institut d’agriculture dans le cadre de séminaires spécialisés, sous la direction générale d’A. G. Kovalevski, directeur du recensement et professeur de statistique à l’université44. Offrant aux enseignants et aux étudiants une occasion d’application concrète des cours de statistique, cette préparation fournit en outre la possibilité de former des cadres d’agents recenseurs pour les enquêtes et les recensements ultérieurs. Le bureau de statistique essaya ainsi de trouver une solution aux difficultés habituelles de recrutement de ce type de personnel temporaire, en particulier dans les campagnes.

Le moment clé de l’enquête test

  • 45 probnyi opros ou encore probnaïa perepis

51Le deuxième temps de la formation des agents d’un recensement était réservé à l’enquête test45, forme originale d’apprentissage en groupe du travail de questionnement, sur le lieu même de l’enquête, qui renouait, elle aussi, avec la pratique des statisticiens des zemstva. S’adressant plus particulièrement aux agents recenseurs et aux instructeurs, cette préparation concernait également les chefs de secteur. Elle était conduite par le directeur du recensement de chaque district ou par l’un de ses adjoints.

52Placée à la suite des journées consacrées à l’exposé et à l’explication des instructions, l’enquête test se déroulait généralement au cours de la semaine précédant le jour du recensement. En 1920, par exemple, elle dura trois jours. À la campagne comme à la ville, la manière de faire rappelait celle du statisticien du zemstvo qui instruisait le petit groupe d’agents recenseurs réunis autour de lui sur le terrain de l’enquête :

  • 46 Compte rendu d’une enquête test effectuée en 1920 dans un quartier urbain de la ville de Saratov, (...)

« De l’avis du centre et du bureau de la province, il est clair que les instructions écrites resteront dans les poches des individus et que l’instruction de l’agent recenseur doit se faire plutôt de manière orale et par la pratique. Commencer en effectuant l’enquête test dans une ville ou un district rural a une énorme importance. De cela dépend tout le succès du recensement. Pendant l’enquête test, le directeur adjoint du recensement de la ville rassemble tout le personnel des chefs de secteur et des agents recenseurs et va, avec eux, procéder à l’enquête test. Il recense le premier immeuble en se plaçant bien en vue de tous les agents recenseurs, qui apprennent ainsi comment il faut interroger, par quoi commencer, à quoi apporter une attention particulière. S’il y a beaucoup d’agents recenseurs, il faut les répartir en groupes. Après avoir montré ce qu’il faut faire et comment, le directeur adjoint du recensement de la ville invite chaque agent recenseur, l’un après l’autre, à recenser cinq à dix immeubles sous sa propre direction, placé à nouveau bien en vue de tous les autres, et, de cette façon, chemin faisant, toutes les questions délicates sont élucidées par la pratique46. »

53Formation par l’exemple et par la pratique, l’enquête test offrait également l’occasion de vérifier si les personnes recrutées convenaient bien :

  • 47 Ibid.

« À la faveur de cela, le directeur du recensement de la ville a la possibilité de s’assurer de qui est apte au travail et dans quelle mesure. S’il apparaît qu’une personne ne convient pas, il faut tout de suite, avant le recensement réel, la remplacer par une autre ; à cette fin, des agents recenseurs doivent être mis en réserve, à raison d’un par secteur d’instruction47. »

54L’enquête test se déroulait de manière un peu différente dans les campagnes. Dans un premier temps, elle était conduite par le directeur du recensement d’un district à l’intention des chefs de secteur. Ensuite, ceux-ci prenaient la relève auprès des agents recenseurs :

  • 48 Ibid., l. 17.

« Le directeur du recensement va dans un village en compagnie de tous les chefs de secteur, commence lui-même à interroger des personnes en présence de tous les chefs de secteur et élucide, au cours de la pratique, les difficultés qui peuvent surgir ; ensuite, il demande aux chefs de secteur de poser les questions aux individus et de remplir chacun cinq à dix fiches sous son contrôle. Ceux-ci conduisent ensuite l’enquête test exactement de la même manière avec les agents recenseurs48. »

  • 49 À ce sujet, voir notamment S. A. Harizomenov, op. cit., p. 27-29
  • 50 Sur la politique et l’ampleur de ces réquisitions, voir notamment A. Stanziani, « La gestion des a (...)

55Toutefois, pour les statisticiens de la TsSOu, la qualité des données collectées lors d’un recensement, et plus généralement d’une enquête, ne dépendait pas seulement du savoir-faire et du sérieux des agents recenseurs. Une attitude favorable de la population à leur égard était indispensable. Susciter l’adhésion des personnes interrogées au principe même d’une enquête ou d’un recensement avait toujours été une préoccupation des statisticiens russes. Les consignes données aux enquêteurs des bureaux des zemstva insistaient sur l’impossibilité d’effectuer un travail de collecte de qualité sans la volonté de coopération des enquêtés49. Or, depuis 1917, la méfiance habituelle des paysans vis-à-vis des enquêtes portant sur l’activité agricole était renforcée par leur crainte des campagnes de réquisitions des récoltes50. Ce comportement était accentué par un sentiment de lassitude causé par les enquêtes incessantes sur les récoltes auxquelles ils étaient soumis depuis le début de la Première Guerre mondiale. Beaucoup d’agents recenseurs et de statisticiens avaient signalé cette situation au moment du recensement agricole de l’été 1919. Dans les campagnes les plus touchées par la famine, une telle attitude était largement répandue encore au printemps 1921, comme en témoigne un compte rendu d’activité du directeur du bureau de statistique de Kamychine, dans la Basse Volga :

  • 51 GASO, f. R-1, op. 1, d. 43, l. 8ob.

« Nos conditions de vie actuelles à la campagne ne peuvent pas être considérées comme agréables, si l’on prend en compte l’état d’esprit de la paysannerie, son attitude à l’égard des recensements, des enquêtes et des dénombrements qui ont été effectués en grande abondance ces derniers temps, souvent sans aucun plan ni programme précis, par différentes administrations. Le paysan est fatigué des questions, il a peur de l’enregistrement, il a peur des chiffres. Il n’y a pas de pain, les gens ont faim, le troupeau est épuisé jusqu’au dernier degré, on manque de grains ; c’est pourquoi toute question sur ces aspects douloureux de la vie paysanne provoque de l’irritation contre les personnes qui les effleurent51. »

56La multiplication des enquêtes effectuées par les différentes administrations tendait par ailleurs à brouiller l’image du recensement, de son rôle spécifique. Lors du recensement de 1920, inciter la population, et les paysans en particulier, à bien accueillir les agents recenseurs et à répondre avec sérieux aux questions qu’ils leur poseraient fut une préoccupation essentielle pour les statisticiens. Cela justifia, à leurs yeux, le lancement d’une campagne de sensibilisation en direction de la population. L’évolution des formes de celle-ci jusqu’au recensement de 1926 allait toutefois les confronter aux usages, dans ce domaine, des organisations de masse du parti.

L’agitatsia, campagne de mobilisation pour le recensement

Une mobilisation de masse

  • 52 Sur ce thème, on pourra se reporter notamment à Peter Kenez, The Birth of the Propaganda State, So (...)

57À chaque recensement, la campagne de sensibilisation prit, en fait, l’allure d’une campagne de mobilisation dans le style de l’époque. Sous la forme d’articles de journaux, d’affiches, mais aussi de tracts, elle utilisait les supports habituels de la propagande politique, justifiant ainsi pour la nommer l’emprunt du terme agitatsia au vocabulaire de l’activisme politique52. L’agitatsia empruntait, en effet, ses formes d’expression et ses modalités d’action au modèle général des campagnes de propagande soviétiques. Elle en reprenait également la pratique du travail de masse, notamment en sollicitant les instituteurs des campagnes pour organiser, dans les villages, des séances de discussion autour du recensement. Appel à coopérer, elle représentait toutefois une autre forme de mobilisation que celle qui pouvait être imposée par décret. Commencée bien avant le jour du recensement, elle devait tout autant informer sur l’objectif et le déroulement de celui-ci que convaincre d’y participer. Encore largement à l’initiative de la TsSOu et de ses bureaux régionaux en 1920, elle prit une forme plus activiste en 1926, année où, dans les régions, elle fut menée sous l’autorité des comités exécutifs locaux et du parti.

Un mélange des genres en 1920

58En 1920, déjà, le texte d’appel à participer au recensement fut en quelque sorte un mélange des genres. Bien qu’émanant en principe des statisticiens eux-mêmes, il inaugura la tradition soviétique de l’agitatsia pour les recensements généraux, dans laquelle la simple information se mélangeait à la propagande pour la politique du pouvoir :

  • 53 Gosudarstvennyj komitet SSSR po statistike, K 70-letiju sovetskoj gosudarstvennoj statistiki. Sbor (...)

« Le Comité exécutif central de la Russie et le Conseil des commissaires du peuple ont chargé l’organe supérieur de la statistique d’État, la Direction centrale de la statistique, de la mission importante et difficile de la réalisation, en août de cette année, du recensement de la population, des recensements professionnel et agricole et du dénombrement des entreprises industrielles.
Jamais encore l’obtention rapide de données sur la population, sur ses conditions de vie et l’économie n’ont été aussi indispensables qu’aujourd’hui devant la construction de la paix future et le travail infatigable pour le renouveau de l’économie nationale.
Jamais encore la tâche n’a été aussi difficile qu’aujourd’hui.
Et nous adressons à tous ceux, à qui sont chers la liberté et le bonheur des travailleurs, un vibrant appel pour nous aider dans notre travail53. »

59Prenant la forme d’un appel à la mobilisation civique, le texte de la TsSOu s’adressait néanmoins en priorité à ceux qui possédaient une compétence quelconque en statistique ou dans la pratique des recensements :

  • 54 Ibid.

« De tous les organismes et institutions statistiques, de tous les statisticiens nous exigeons un travail intense pour la préparation des recensements. Tous ceux qui, un jour ou l’autre, ont travaillé comme statisticien ou agent recenseur, qui ont pris part dans le passé à des travaux statistiques, doivent aller au bureau statistique de la province. Il y aura du travail pour tous54. »

60L’enjeu était de taille. Il fallait, en pleine guerre civile, réussir un recensement démographique qui était symbolique à bien des égards. Premier recensement démographique général organisé par la communauté professionnelle des anciens statisticiens des zemstva, mais aussi par le nouvel État bolchevik, il devait fournir, espérait-on, un décompte exhaustif et fidèle de la population sur l’ensemble du territoire. Face à un tel défi, les statisticiens mirent l’agitatsia au service de leur dessein professionnel. Le directeur du bureau de statistique de Saratov, V. I. Serebriakov, écrivait, par exemple, à ce sujet :

  • 55 GASO, f. R-1, d. 83, l. 16.

« Il est indispensable de faire la propagande du recensement par voie de presse et d’affichage, au moyen de discussions-débats, organisées à travers la province, sur l’importance du recensement pour la construction de la République soviétique. Seule une attitude favorable de masses larges de la population envers les prochains recensements peut nous faire espérer obtenir des renseignements complets et précis sur la population, le troupeau, l’ensemencement, les établissements industriels, etc55. »

61La mobilisation devait se faire au profit du savoir. Elle devenait l’outil d’une profession et devait être la plus large possible. Cela introduisit un mélange des genres dans le discours. Ainsi l’appel de la TsSOu prend-il un contenu plus strictement politique quand il s’adresse à la force de soutien à la révolution que sont supposés être les ouvriers :

  • 56 Gosudarstvennyj komitet SSSR po statistike, op. cit., p. 19.

« Ouvriers ! La Révolution vous a appelés pour construire la république socialiste. La connaissance de la vie économique est la pierre angulaire de la construction de la nouvelle société. Beaucoup d’entre vous vont prendre une part directe dans la réalisation des recensements. Que les autres, à qui nous nous adressons également, aillent dans les fabriques et les usines, dans les villages et les campagnes pour faire de la propagande, avec des mots qui réveillent les gens et qui expliquent toute l’importance des recensements56. »

  • 57 À ce sujet voir N.Werth, Être communiste en URSS sous Staline, Paris, Gallimard-Julliard, 1981.

62Le recours à la force évocatrice du discours caractérisait cette forme de mobilisation. Différents vecteurs étaient utilisés à cette fin. Cela allait des supports écrits, comme l’affiche et la presse, aux formes orales qu’étaient les conférences et les réunions collectives de discussion, instrument privilégié de la propagande politique, mais aussi de la propagande agronomique ou antireligieuse pratiquées à cette époque dans les campagnes57.

63Tenant compte des difficultés de communication et de transport spécifiques à la période, l’appel de la TsSOu s’adressa aussi, en 1920, à ceux dont la coopération était indispensable dans ce domaine :

  • 58 Gosudarstvennyj komitet SSSR po statistike, op. cit., p. 19.

« Camarades travailleurs des transports fluviaux et des chemins de fer ! Nous devons en un mois transporter sur place tous les formulaires, les expédier dans les coins les plus reculés, finir les recensements en deux semaines. Il dépend de vous de nous aider à accomplir notre tâche58. »

64Enfin, il restait à mobiliser une catégorie qui avait toujours participé activement aux enquêtes et aux recensements des zemstva ainsi qu’aux opérations de collecte des statistiques courantes, les correspondants volontaires, mais aussi les anciens membres du « troisième élément » devenus fonctionnaires de l’État soviétique, enseignants, agronomes et médecins. Anciens acteurs de la statistique des zemstva, personnel d’encadrement temporaire des premiers recensements soviétiques des années 1917, 1918 et 1919, ils demeuraient les collaborateurs de confiance de la statistique d’État soviétique dans les régions :

  • 59 Ibid.

« Enseignants et médecins, agronomes et techniciens ! Vous devez mieux que les autres connaître les conditions de vie locales et les particularités de votre région. La statistique russe comptait beaucoup d’entre vous au nombre de ses travailleurs. À nouveau nous vous convions à travailler tous ensemble avec nous. Les forces sont peu nombreuses, la tâche est grande, plus grande que dans le passé. Aidez-nous donc à réaliser les recensements – venez dans nos bureaux59. »

65La fin du texte d’appel de la TsSOu est un compromis entre l’expression des préoccupations professionnelles des statisticiens et les références au discours politique de l’époque :

  • 60 Ibid.

« Camarades ! Aucune construction économique n’est possible sans un savoir précis. La Statistique d’État doit procurer ce savoir. Dans les années de la réaction noire, il y a plus de vingt ans, a été réalisé le premier recensement général de la population. À l’heure difficile de la lutte héroïque pour la liberté et le bonheur des travailleurs, à l’aube de la victoire, nous effectuons le deuxième. Seule la contribution générale de tous pourra en faire une arme efficace de la lutte du prolétariat pour un avenir meilleur60. »

66Conscients de leur rôle social d’acteurs de la production des données statistiques indispensables à la construction de l’économie et de la société du nouvel État, les statisticiens se mettent au service de celui-ci, tout comme ils s’étaient placés à celui de l’administration des zemstva avant 1917. Bien plus, l’occasion leur est enfin donnée d’effectuer un recensement démographique à l’échelle de l’ensemble du territoire de leur pays. Alors que celui de 1897 est resté incomplet, ils ont l’espoir de réussir un premier recensement général exhaustif malgré les conditions difficiles du moment. Cela seul justifie de réunir toutes les forces vives à cette fin et de faire des concessions dans le langage utilisé. Ce qui importe, avant tout, est que chacun participe, à son propre niveau, à ce devoir de production de connaissance national. Participer au recensement devient alors un acte civique. La référence au contexte politique du moment, si elle est présente dans cet appel, reste tout de même à un niveau très général dans les termes employés. En particulier, elle ne contient aucune allusion au parti, que ce soit dans le corps du texte ou dans la conclusion. Seules sont faites quelques concessions de vocabulaire. De ce point de vue, la campagne de mobilisation de 1926 représenta un réel changement.

Une campagne de mobilisation plus nettement politique en 1926

67À côté des formes prises par la campagne de mobilisation de 1920, l’agitatsia du recensement de 1926 revêtit une allure plus systématique, semblant ne rien vouloir laisser au hasard, ne rien passer sous silence. En premier lieu, tous les canaux possibles de transmission de l’information furent utilisés dans les régions, comme en témoignait le directeur du recensement de la province de Saratov, A. G. Kovalevski, dans son compte rendu à la TsSOu sur les différentes phases de préparation :

  • 61 RGAE, f. 1562, op. 336, d. 45, l. 52ob.

« À ce sujet, par l’intermédiaire des comités d’assistance au recensement, tous les moyens possibles ont été utilisés, la presse, l’influence du parti, l’information diffusée à travers les syndicats et les coopératives, la publication d’ordonnances du pouvoir à caractère obligatoire, les affiches et autres moyens, tout ce qui faisait connaître partout la date du recensement, son objectif et ses tâches61. »

68Fait nouveau en 1926, le parti et ses organisations relais devinrent explicitement des rouages de transmission de l’information. Le contenu du texte d’annonce du recensement devint également plus politique. À côté des objectifs habituels d’un recensement démographique, il insistait sur l’importance des informations qu’il fournirait pour la construction du socialisme, et non plus seulement pour la « construction d’une nouvelle société » :

  • 62 Ibid., l. 60.

« Dans notre pays, le développement de toute l’économie nationale se poursuit ; plus il va loin, plus la construction socialiste se développe. Sur la base de ce progrès grandissent aussi les besoins culturels des masses travailleuses ; cela exige de construire de nouvelles écoles, de nouveaux hôpitaux, etc62. »

69Ce recensement devait être celui du progrès social. Sur cet objectif personne ne pouvait être en désaccord, tout le monde devait coopérer. Contrairement à 1920, il ne s’agissait plus seulement de provoquer l’adhésion à la nécessité d’une meilleure connaissance du pays, mais très clairement à un projet de société. Le refus de participer sous une forme quelconque au recensement était assimilé à celui de prendre part à cette entreprise collective de progrès social. Outre cela, le rôle du recensement était redéfini dans l’optique du plan :

  • 63 Ibid.

« Plus se développe notre construction, plus elle doit être conforme au plan, tant dans l’organisation de la production que dans la répartition des moyens de consommation. Pour cela, le gouvernement et ses organes doivent disposer de données précises sur les besoins et les possibilités qui existent dans le pays.
Les matériaux du recensement sont une source riche, aussi bien pour l’objectif du développement de la construction de l’économie socialiste que pour celui de l’élargissement de l’instruction publique, de l’introduction de l’instruction pour tous, de l’élargissement de l’assistance médicale à la population etc63. »

70Pour terminer, la fin du texte donne une image simplifiée de la « nouvelle » société, il n’y a déjà plus que deux groupes sociaux, les autres individus étant de simples citoyens ou « travailleurs » :

« Tous les ouvriers, les paysans, tous les citoyens doivent comprendre que le recensement de la population a une signification immense pour l’État, la société et la culture et que la réalisation réussie du recensement est l’affaire de tous les travailleurs, de toute la population. »

71Simplification de la réalité par le discours, celui-ci ne semble plus vraiment appartenir aux statisticiens. Outil d’amélioration des connaissances sur la situation démographique du pays, le recensement répond à un objectif scientifique. Moyen de mieux connaître les besoins de la population pour planifier la distribution des biens de consommation, il a également une finalité politique. Dans cet appel, où passe la frontière entre ces deux usages des chiffres ? Ce texte a, en fait, l’allure d’un compromis. Aux yeux des statisticiens, il est, avant tout, destiné à l’information de la population pour s’assurer sa bonne volonté et faciliter ainsi les opérations du recensement. Pour le pouvoir politique, il est l’occasion d’une campagne supplémentaire d’éducation socialiste des masses.

  • 64 RGAE, f. 1562, op. 336, d. 46, l. 82.

72Dans les régions, le texte d’appel au recensement devait être affiché jusque dans le plus petit hameau rural. La campagne d’information et de mobilisation impulsée par le comité exécutif d’une province en direction de la population était relayée par ses organes inférieurs dans les districts et les cantons. Ceux-ci devaient organiser « toutes les réunions possibles » pour familiariser la population avec les objectifs du recensement. Les moyens d’information de masse devaient être mis au service du recensement, qui devenait un objet de plus de la propagande de masse. Enfin, la loi venait au secours de l’agitatsia pour convaincre la population de participer. Outre une ordonnance « sur les obligations qu’ont les citoyens de fournir les renseignements pour le recensement de la population », une amende de dix roubles était prévue pour ceux qui refuseraient de répondre. En cas de non paiement, des travaux obligatoires pouvaient la remplacer pendant une durée allant jusqu’à une semaine64.

Le parti entre en scène

  • 65 À cette époque, cette implantation était inégale selon les régions tout comme au sein d’une même p (...)

73Le parti entra définitivement en scène en 1926. Son action s’exerça particulièrement dans les campagnes où il était suffisamment implanté, ce qui était toutefois loin d’être une situation générale65. Un compte rendu du directeur du recensement du district de Balachov, dans la province de Saratov, éclaire ses formes d’intervention à l’étape de la collecte des données :

  • 66 V. Triks & ev, art. cit.

« Dans le district de Balachov, le jour du recensement a été fixé au 17 décembre. Jusqu’à cette date, une préparation renforcée, tant du personnel technique que de la population, a été effectuée. La formation du personnel technique a été conduite par les organes statistiques, la préparation de la population a été assurée par les organisations sociales rurales locales, par les cellules du parti et par les syndicats.
Dans le village de Bolchoï Karaï, le 10 décembre, un exposé sur le recensement général a été fait au cours d’une réunion de la cellule du parti, à la suite duquel la résolution de prendre une part active au travail fut prise. Le lendemain, cette résolution a été mise en pratique : des exposés ont été faits à la cellule des Jeunesses communistes, et par centaines dans la maison du peuple. […] Le travail mené en commun avec le soviet rural et la cellule du parti a donné la possibilité de ne laisser aucun chef de ménage de côté, ni aucune entreprise qui avait tendance à se dérober au recensement66. »

74Entre contrôle et information, quel fut le volet le plus efficace de l’action des cellules de base du parti et de ses organisations sociales relais ?

  • 67 RGAE, f. 1562, op. 336, d. 44, l. 64.

75Celles-ci et les syndicats apportèrent leur soutien en animant des réunions, rédigeant des articles dans les journaux et transmettant les différentes circulaires du recensement. Outre cela, certaines administrations fournirent un appui qui alla au-delà de leurs simples obligations. Tel fut le cas du commissariat à l’Instruction publique. Habituellement celui-ci mettait son personnel et des écoliers à la disposition du recensement. En cas de besoin, tout le monde était mis en vacances pour la durée du recensement, ce qui, en 1926, fut fait entre le 15 et le 31 décembre. Cette fois-ci cependant, les enseignants animèrent des réunions d’information en coordination avec les organisations du parti67. La participation au recensement devenait une activité sociale à part entière. Là où les anciens statisticiens des zemstva préconisaient l’habileté et le savoir-faire d’un professionnel pour convaincre les personnes interrogées de répondre, l’État soviétique et les organes politiques locaux répondirent par l’agitatsia.

  • 68 À ce sujet, voir A. Blum, op. cit.

76L’amélioration progressive du contexte matériel de la réalisation des recensements au cours de la première moitié des années 1920 a créé des conditions favorables à une meilleure qualité du travail et de la production des données. De ce point de vue, celui de 1926 marque une étape dans l’histoire des recensements démographiques russes, aussi bien par sa richesse que par son caractère achevé68. Autre facette d’une même réalité, les raisons mêmes de la réussite de son déroulement ont contribué à affaiblir la maîtrise de toute une profession sur l’organisation de ses opérations. En effet, la première forme réellement achevée d’un recensement démographique général russe a dû sa réussite pour partie au travail de mobilisation de la population effectué par l’ensemble des organisations contrôlées directement ou indirectement par le parti. Ce faisant, un transfert de compétences a commencé à s’opérer au profit des organes du pouvoir politique, notamment locaux, mais aussi du parti et de ses organisations sociales.

  • 69 Le paroxysme sera atteint, dix ans plus tard, avec l’annulation des résultats du recensement démog (...)

77Cette mobilisation a, pour une large part, échappé aux statisticiens, les dépossédant de l’initiative sur le terrain et scellant le devenir de la statistique russe à celui de l’État soviétique. La socialisation de la campagne d’information et des opérations de collecte s’est effectuée au prix d’une déprofessionnalisation de ces opérations, c’est-à-dire d’une réduction du contrôle des statisticiens dans ce domaine. Ce processus n’en était qu’à ses débuts, il préfigurait déjà le devenir de la statistique d’État soviétique69.

78Cependant, il n’est pas sûr que les statisticiens l’aient ressenti ainsi à ce moment-là. Ils ont pu interpréter l’atmosphère de mobilisation générale aux multiples formes qui paraît avoir caractérisé le recensement de 1926 comme le signe du fait que le recensement démographique était devenu réellement l’affaire de tous. Toutefois, en même temps que celui-ci semblait entrer dans les habitudes de la population, ouvrant la voie à sa banalisation et, de là, à son acceptation sans réticences, ne commençait-il pas à échapper aux statisticiens, posant déjà de manière aiguë la question de la délimitation entre le champ de son usage scientifique et celui de son utilisation politique ?

Annexe : Calendrier du déroulement des opérations du recensement de 1926 dans la province de Saratov

Source : RGAE, f. 1562, op. 336, d. 45, ll. 51-89.

Notes

1 Sur l’histoire de ce recensement, voir M. Grigor’janc, « Vserossijskie perepisi naselenija : istorija i sovremennost’ » (Les recensements généraux russes de la population : histoire et actualité), Voprosy statistiki, 3, 1997, p. 3-13.

2 Au sujet des recensements démographiques des années 1930, voir A. Blum, Naître, vivre et mourir en URSS, op. cit. ; Alexandre Volkov, « Le recensement de la population de 1937. Mensonges et vérité », Annales de Démographie historique, 1992, p. 23-59.

3 Sur les questions posées par la tension entre raison statistique et raison politique dans le travail de production des données chiffrées de manière générale, voir A. Desrosières, op. cit.

4 Jusqu’ici, peu de travaux ont porté, même en Russie, sur les recensements effectués pendant la guerre civile, notamment sur celui de l’agriculture de 1919 et celui de la population de 1920. Afin d’explorer de manière plus concrète les questions posées par la réalisation de ce dernier dans le contexte de la guerre civile, l’analyse s’appuiera sur un exemple régional, celui de la province de Saratov.

5 Nikolaj Ja Vorob’ev, Vsesojuznaja perepis’ naselenija 1926g. (Le recensement général de la population de 1926), Moscou, Gosstatizdat, 1957, p. 16.

6 Une verste équivalait à 1,06 km.

7 Vasilij I. Serebrjakov, C&islennost’ naselenija Saratovskoj gubernii po dannym demografic&esko-professional’noj perepisi 28 avgusta 1920 goda (Effectif de la population de la province de Saratov d’après les données du recensement démographique et professionnel du 28 août 1920), Saratov, izd. Saratovskogo gubernskogo statistic&eskogo bjuro, 1921, p. 4.

8 Ibid.

9 La guerre civile fut jalonnée de nombreuses insurrections paysannes contre les bolcheviks. En 1920, une armée paysanne, qui atteignait près de 50 000 individus en janvier 1921, avait été constituée par un socialiste révolutionnaire, A. S. Antonov, dans la province voisine de Tambov. Résistant aux assauts de l’Armée rouge, ces troupes de paysans contrôlaient l’ensemble de cette province. Quelques-unes d’entre elles pénétrèrent, au printemps 1920, dans le district limitrophe de la province de Saratov, celui de Balachov.

10 V. I. Serebrjakov, op. cit., p. 6.

11 Ibid., p. 5.

12 Ibid.

13 Un recensement de toutes les formes de la propriété urbaine, logements, bâtiments industriels et commerciaux, effectué dans un objectif fiscal, élargissait le champ de ce recensement.

14 Mitrofan P. Krasil’nikov, « Gorodskaja perepis’ 1923 goda » (Le recensement des villes de 1923), Vestnik statistiki, 7-12, 1923, p. 210-225.

15 Les six régions concernées étaient les provinces de Samara, de l’Oural, de Tomsk, d’Aktioubinsk, l’oblast de Zyrian et le Daghestan, ibid., p. 212.

16 M. P. Krasil’nikov, art. cit., p. 213.

17 La ville d’Orel se trouve à environ 300 kilomètres au sud de Moscou.

18 M. P. Krasil’nikov, art. cit., p. 212.

19 RGAE, f. 1562, op. 336, Tom 1, d. 44, 45, 46, 47, 48, 49.

20 N. Ja Vorob’ev, op. cit., p. 17-25.

21 V. I. Serebrjakov, « Resultaty Vsesojuznoj perepisi 1926 goda po Saratovskoj gubernii » (Les résultats du recensement général de 1926 dans la province de Saratov), Niz&nee Povolz&’e, 2, 1927, p. 152-160.

22 À l’échelle nationale, le statisticien responsable des opérations du recensement, au sein de la Direction centrale, était le plus souvent le chef du département concerné, V. G. Mikhaïlovski, chef du département de démographie, en 1920, O. A. Kvitkine, chef du département de statistique urbaine, en 1923.

23 Appelée mejdouvedomstvennaïa perepisnaïa komissia (commission inter-administrative du recensement) en 1920, elle devint ensuite komissia sodeïstvia po provedeniou perepisi (commission d’assistance à la réalisation du recensement).

24 GASO, f. R-1, op. 1, d. 77, l. 14.

25 Ibid., ll. 14ob, 24ob.

26 Pour permettre de suivre avec plus de facilité les différentes phases de déroulement des opérations d’un recensement, le calendrier de celles de 1926 a été placé en annexe de ce chapitre.

27 « Dekret ob objazatel’nom uc & ete statistic & eskih sil RSFSR », art.cit.

28 La pratique qui consistait à instituer des journées ou des semaines de travail obligatoire (troudovaïa povinnost) était habituelle à cette époque, et définie par les dispositions du décret du 29 janvier 1920 sur le service du travail obligatoire.

29 « Izloz&enie programmy perepisej » (Exposé du programme des recensements), Vestnik statistiki, 1-4, 1920, p. 201-207.

30 V. I. Serebrjakov, C&islennost’ naselenija…, op. cit., p. 5.

31 Ibid.

32 GASO, f. R-1, op. 1, d. 84, l. 72ob.

33 O. A. Kvitkine, Population de l’URSS, Moscou, Administration centrale de statistique de l’URSS, 1927, p. X.

34 Pour les années 1880, on pourra se reporter au compte rendu des conditions d’enquête fait dans S A. Harizomenov, Svod…, op. cit, p. 27-31.

35 Ibid., p. 31.

36 RGAE, f. 1562, op. 336, d. 45, l. 52ob.

37 V. Triks & ev, « O vsesojuznoj perepisi v derevne » (Sur le recensement général à la campagne), Niz&nee Povolz&’e, 2, 1927, p. 173.

38 RGAE, f. 1562, op. 336, d. 45, l. 52ob.

39 V. I. Serebrjakov, « Itogi perepisi gorodov i poselenij gorodskogo tipa Saratovskoj gubernii 15 marta 1923g. » (Les résultats du recensement des villes et des localités de type urbain du 15 mars 1923 dans la province de Saratov), in Statistic & eskij sbornik po Saratovskoj gubernii 1923g. (Recueil statistique de la province de Saratov de l’année 1923), Saratov, izd. Saratovskogo gubernskogo statistic & eskogo bjuro, 1923, p. 82.

40 À ce sujet, on pourra se reporter notamment à N. Werth, La vie quotidienne des paysans russes de la Révolution à la collectivisation (1917-1939), Paris, Hachette, 1984 ; Basile Kerblay, L’izba russe d’hier à aujourd’hui, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1973 ; Pierre Pascal, Civilisation paysanne en Russie, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1969 ; Mikhaïl Boulgakov, Récits d’un jeune médecin, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1975.

41 GASO, f. R-1, op. 1, d. 77, l. 13ob.

42 GASO, f. R-1, op. 1, d. 26, l. 5ob.

43 RGAE, f. 1562, op. 336, d. 45, l. 52.

44 Ibid., l. 66.

45 probnyi opros ou encore probnaïa perepis

46 Compte rendu d’une enquête test effectuée en 1920 dans un quartier urbain de la ville de Saratov, GASO, f. R-1, op. 1, d. 77, ll. 12-12ob.

47 Ibid.

48 Ibid., l. 17.

49 À ce sujet, voir notamment S. A. Harizomenov, op. cit., p. 27-29

50 Sur la politique et l’ampleur de ces réquisitions, voir notamment A. Stanziani, « La gestion des approvisionnements et la restauration de la gosudarstvennost’. Le Narkomprod, l’armée et les paysans (1918-1921) », Cahiers du Monde russe, 1-2, 1997, p. 83-116.

51 GASO, f. R-1, op. 1, d. 43, l. 8ob.

52 Sur ce thème, on pourra se reporter notamment à Peter Kenez, The Birth of the Propaganda State, Soviet Methods of Mass Mobilization, 1917-1929, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

53 Gosudarstvennyj komitet SSSR po statistike, K 70-letiju sovetskoj gosudarstvennoj statistiki. Sbornik dokumentov i materialov (Anniversaire des 70 ans de la statistique d’État soviétique. Recueil de documents et matériaux), Moscou, 1988, p. 19.

54 Ibid.

55 GASO, f. R-1, d. 83, l. 16.

56 Gosudarstvennyj komitet SSSR po statistike, op. cit., p. 19.

57 À ce sujet voir N.Werth, Être communiste en URSS sous Staline, Paris, Gallimard-Julliard, 1981.

58 Gosudarstvennyj komitet SSSR po statistike, op. cit., p. 19.

59 Ibid.

60 Ibid.

61 RGAE, f. 1562, op. 336, d. 45, l. 52ob.

62 Ibid., l. 60.

63 Ibid.

64 RGAE, f. 1562, op. 336, d. 46, l. 82.

65 À cette époque, cette implantation était inégale selon les régions tout comme au sein d’une même province. À ce sujet, voir N. Werth, La vie quotidienne…, op. cit.

66 V. Triks & ev, art. cit.

67 RGAE, f. 1562, op. 336, d. 44, l. 64.

68 À ce sujet, voir A. Blum, op. cit.

69 Le paroxysme sera atteint, dix ans plus tard, avec l’annulation des résultats du recensement démographique de 1937. À ce sujet, voir notamment A. Blum, « À l’origine des purges de 1937. L’exemple de l’administration de la statistique démographique », Cahiers du Monde russe, 1-2, 1998, p. 169-196 ; A. Volkov, art. cit. ; V. B. Z & Iromskaja, I. N. Kiselev, Ju. A. Poljakov, Polveka pod grifom sekretno. Vsesojuznaja perepis’ naselenija 1937 goda (Un demi-siècle sous le sceau du secret. Le recensement général de la population de 1937), Moscou, Nauka, 1996.

Table des illustrations

Légende Source : RGAE, f. 1562, op. 336, d. 45, ll. 51-89.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22020/img-1.png
Fichier image/png, 286k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540