Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Devenir statisticien de l'État bolchevik

Chapitre 8. Mobilisation pédagogique d’une profession

Texte intégral

1Élément structurant d’un corps de professionnels, la formation développe l’acquisition de compétences spécifiques à un domaine particulier, à un ensemble de tâches et de fonctions précises, et sert de fondement à la définition des différents niveaux de qualification des membres du groupe. Elle contribue également à forger leur identité professionnelle, en faisant passer de la simple accumulation de savoirs et de savoir-faire spécifiques à un métier à l’ensemble des valeurs et des normes constitutives d’une profession qui la délimitent par rapport aux autres, et qui servent de repères communs à ceux qui la composent. Elle constitue un moment de socialisation professionnelle au cours duquel les comportements, représentations et valeurs des individus se construisent au contact de ceux qui forment. Dans les zemstva, l’apprentissage sur le terrain aux côtés des plus âgés et des plus expérimentés remplissait ce rôle, faisant acquérir aux plus jeunes un habitus professionnel constitué de pratiques, d’un ethos et d’une culture communs à l’ensemble des membres du groupe. Façonnant et homogénéisant le travail des statisticiens d’un même zemstvo, l’habitus soudait ceuxci en particulier autour de leur attachement à l’articulation entre l’acquisition d’un savoir théorique et l’apprentissage par la pratique. Quels éléments de ce passé ont été repris dans le dispositif de formation mis en place par la TsSOu dès sa création ?

2Soucieuse de trouver rapidement le personnel dont elle avait besoin aux différents niveaux de qualification, la Direction centrale de la statistique décida de développer son propre appareil de formation et ses propres programmes. Toutefois, son effort pédagogique ne se limita pas aux seuls statisticiens. Elle eut également pour souci d’initier un public plus large à la statistique et engagea une réelle politique de diffusion du savoir statistique au moyen de divers types de publications.

Une politique de formation définie dans un cadre national

Différents niveaux de formation

  • 1 « Organizacija statistic&eskih kursov – central’nyh, rajonnyh i volostnyh » (L’organisation des co (...)

3La décision d’organiser des cours de statistique au sein de la TsSOu fut arrêtée dès la conférence statistique d’octobre 1918. La réglementation du 12 octobre 1919 en fixa les principes1. Trois niveaux de formation s’adressant à des publics différents étaient envisagés. Les cours organisés au niveau central étaient destinés à former les directeurs et chefs de section des bureaux régionaux de la TsSOu et des services statistiques des autres administrations d’État. De leur côté, les statisticiens des bureaux de province et de district devaient être formés à l’échelle de grandes régions administratives regroupant plusieurs goubernii, dans le cadre des cours de raïon. Enfin, des sessions de formation devaient être organisées par chaque bureau de province pour préparer des statisticiens destinés à travailler dans les cantons ruraux. Avec la mise en place de ces différents niveaux de cours, la TsSOu occupait un espace laissé vide par l’État dans la nouvelle organisation de l’enseignement supérieur. P. A. Vikhliaev le souligna à l’occasion de la conférence statistique de Moscou de janvier 1921 :

  • 2 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit., p. 22.

« Actuellement il ne faut pas espérer particulièrement que l’enseignement supérieur russe soit en état de former dans un délai rapide un effectif suffisant de statisticiens. Il faut chercher de nouvelles voies pour la formation en statistique2. »

Articuler théorie et pratique

  • 3 Ibid.

4Toutefois, les statisticiens avaient une ambition plus large que celle d’organiser une simple formation à des savoir-faire professionnels. P. A. Vikhliaev poursuivit : « Il est indispensable de combiner la pratique des personnes qui travaillent dans le domaine de la statistique avec une formation scientifique académique3 ». Parmi les résolutions votées par la conférence, la dixième précisait :

  • 4 Ibid., p. 27.

« Dans le système exposé, une école de formation à la théorie et à l’organisation du travail statistique sera liée organiquement à l’organisation de la Direction centrale de la statistique et des bureaux locaux. Dans cette école, la formation théorique dans le domaine de la statistique est très étroitement entremêlée à l’exécution des tâches pratiques répondant aux exigences courantes de la vie de l’État4. »

5Héritage de la statistique des zemstva, l’articulation entre formation théorique et apprentissage par la pratique demeurait un principe de base.

6Lors de la présentation de leur projet d’organisation d’un institut de statistique à la conférence d’octobre 1918, R. M. Orjenski et A. A. Kaufman avaient, eux aussi, insisté sur ce point. Cet institut devait être un établissement de formation d’un nouveau type alliant l’enseignement académique et la pratique :

  • 5 R. M. Orz& & Enskij, « Proekt organizacii statistic&eskogo instituta », art. cit., p. 3.

« Ainsi, par exemple, parallèlement à l’élucidation, au cours du processus de calcul, de la signification des questions du formulaire sur l’agriculture et des liens entre elles, il faut faire un exposé théorique sur les éléments fondamentaux de l’agriculture qui composent le contenu des questions, sur leur signification et sur leurs liens réciproques. De cette manière, sur la base du processus technique du travail, qui permet une étude pratique des procédés et des savoir-faire, doivent être construites, d’un côté, l’assimilation du contenu même de l’opération et, d’un autre côté, l’acquisition d’un ensemble de connaissances relatives aux objets des opérations statistiques5. »

7Était donc refusée l’idée que des tâches techniques pussent être exécutées de manière automatique, par répétition, indépendamment de la connaissance et de la compréhension des contenus d’une enquête. Même les opérations apparemment les plus simples faisaient l’objet de compétences particulières à acquérir. Ces différentes considérations témoignent de l’effort de définition des caractéristiques d’une profession à partir de ses pratiques spécifiques, qui impliquent que ses membres ne peuvent pas être remplacés par d’autres personnes ne possédant pas les mêmes compétences. Ainsi était légitimé un projet qui consistait à doter la communauté professionnelle des statisticiens de son propre système de formation, à l’instar d’autres professions :

  • 6 Ibid., p. 1.

« Nous n’avons absolument pas d’établissements d’enseignement spéciaux dans lesquels on formerait ce genre de travailleurs. Tandis qu’un nombre élevé d’écoles spécialisées forme un personnel technique pour des types variés d’activité professionnelle, comptables, chauffeurs, surveillants des travaux de construction, tout genre d’artisan qualifié, sténographes, etc., il n’y a en revanche pas d’école qui donnerait une formation spécifique au personnel technique des organismes statistiques6. »

8La formation envisagée devait concerner tout niveau de qualification et être conçue dans l’esprit de celle assurée auparavant au sein des bureaux de statistique des zemstva :

  • 7 Ibid., p. 13.

« Tout comme le bureau de statistique était, à l’époque de l’essor de la statistique des zemstva, une école pour les statisticiens de tous rangs, ainsi, dans cette période de changements, le même objectif doit être poursuivi par l’Institut de statistique. […] Et, si l’école statistique précédente a été capable de donner à la statistique russe des dizaines de noms éminents et des centaines de travailleurs efficaces, alors il convient de considérer qu’un institut de statistique suivant la même voie poursuivra la tradition glorieuse de l’ancienne école de statistique russe7. »

  • 8 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit., p. 24-25.

9L’institut de la TsSOu mit cependant du temps à voir le jour. P. I. Popov en réaffirma la nécessité à l’occasion de la conférence de janvier 19218, tout en rappelant que cet établissement devait être aussi un institut de recherche. En revanche, les cours furent organisés plus vite.

Un système de formation à trois niveaux

Les cours centraux

  • 9 Bjulleten’ CSU, n° 2, 25/01/1919, p. 4.

10Une première session de cours centraux fut ouverte à Moscou en février 19199. Le nombre maximum d’auditeurs fut fixé à cent vingt personnes, à raison d’un maximum de deux personnes pour chaque bureau régional ou service d’origine. Des programmes de formation différents furent envisagés. Leur conception éclaire les compétences exigées selon les tâches à effectuer et les principes sur lesquels la hiérarchie des qualifications reposait. Elle met également en évidence les domaines de la statistique jugés prioritaires à cette époque.

11D’une durée de cinq mois, à raison de six heures par jour, la formation était, conformément au principe défini plus haut, partagée entre théorie et pratique. Lors de la deuxième session des cours, qui commença le 20 novembre 1919, les deux premiers mois furent réservés à un enseignement théorique commun, sans distinction de spécialité, constitué comme suit :

Tronc commun des enseignements de la deuxième session des cours centraux de la TsSOu fin 1919.

Tronc commun des enseignements de la deuxième session des cours centraux de la TsSOu fin 1919.

Source : GASO, f. R-1188, op.1o/&, d. 1, l. 70.

12L’intitulé de ces cours témoigne de la volonté très nette de ne pas séparer la formation statistique de l’acquisition des notions théoriques de base nécessaires à la compréhension des phénomènes qu’elle doit décrire, de ne pas la réduire au seul apprentissage de techniques. Dans cet esprit, des séminaires de travail accompagnaient cours et conférences dans certaines disciplines, par exemple théorie et technique de la statistique, statistique industrielle ou fondements de la vie économique. La conception des cours centraux servit de cadre général à la définition des contenus des programmes des formations de niveau inférieur.

  • 10 Le programme complet des six cycles mis en place lors de la première session des cours centraux es (...)
  • 11 Voir Bjulleten’ CSU, n° 1, 22/01/1919.

13Les trois mois suivants étaient réservés à un approfondissement théorique et pratique dans la spécialité de chaque stagiaire. L’enseignement était organisé par cycles correspondant aux différentes spécialités et combinant cours, séminaires et stage pratique. Dix cycles étaient proposés lors de la deuxième session : démographie, statistique médicale et sanitaire, statistique morale, statistique de l’instruction publique, statistique de l’approvisionnement alimentaire, statistique de l’industrie, statistique du travail, statistique des transports, statistique agricole, statistique agricole courante10. D’autres cycles pouvaient être ajoutés selon les besoins du public des cours. Si l’objectif était de former un personnel qualifié capable d’organiser et de conduire les différentes opérations d’une enquête ou d’un recensement dans sa propre spécialité, un certain degré de polyvalence était néanmoins exigé des statisticiens. Pour faire face à l’insuffisance de cadres dans certaines régions, on préparait ceux-ci à diriger deux à trois sections en même temps en cas de nécessité11.

14Le stage pratique était effectué dans la spécialité de la personne, soit au sein du département correspondant de la Direction centrale, soit dans le bureau statistique de la ville de Moscou ou de sa province, soit auprès d’autres organismes statistiques de la capitale russe. Les stagiaires devaient acquérir des compétences pour apprendre à diriger le travail des employés au calcul et être capables d’accomplir de manière autonome une tâche quelconque concernant le traitement des données statistiques.

  • 12 Voir Bjulleten’ CSU, n° 11, 05/06/1919.

15Quatre-vingt-dix personnes assistèrent à la première session des cours centraux12. Les deux tiers venaient de la Direction centrale de la statistique elle-même, des services statistiques de commissariats du peuple, de directions industrielles du Conseil suprême de l’économie nationale et d’autres organismes centraux, du bureau statistique de la ville de Moscou et des bureaux régionaux de la TsSOu. Ces derniers envoyèrent vingt-huit personnes.

Les cours de raïon

  • 13 Bjulleten’ CSU, n° 16, 15/10/1919, p. 1.
  • 14 GASO, f. R-1188, op. 1o/&, d. 1, l. 59ob.

16Conçus, en octobre 1919, dans l’objectif de fournir aux organes locaux un contingent suffisant de personnel qualifié pour occuper des fonctions de responsabilité, les cours de raïon devaient former, avant la fin de l’année 1921, des directeurs de bureaux de district rural et des statisticiens capables d’assurer l’encadrement du personnel technique dans l’ensemble des bureaux, c’est-à-dire des statisticiens organisateurs et des chefs adjoints de section13. Cours de formation organisés par la profession pour ses membres, mais aussi levier de promotion, ils étaient prioritairement destinés à des statisticiens expérimentés de l’administration d’État qui souhaitaient accéder à ce type de postes. Dans le cas particulier des directeurs de bureaux de district rural, compte tenu de la difficulté à trouver des candidats pour cette fonction dans certaines provinces, il était néanmoins prévu de faire appel à des individus extérieurs à la TsSOu. Dans ce cas, il était possible de procéder au recrutement officiel des candidats avant le début des cours et de les former ensuite14.

  • 15 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit.

17Les sessions devaient être organisées à l’échelle d’une grande région par le bureau de statistique de la province de la ville retenue. Huit centres furent choisis : Moscou, Petrograd, Vologda, Kazan, Samara, Saratov, Voronej et Ivanovo-Voznesensk. Outre les stagiaires de sa propre province, chaque centre devait accueillir ceux des autres provinces qui lui étaient rattachées. Celui de Saratov, par exemple, regroupait celles de Saratov, Astrakhan, Tsaritsyne, de l’Oural et de Ekaterinchtad (commune des Allemands de la Volga). Celui de Samara rassemblait celles de Samara, Oufa, Orenbourg et Penza, celui de Voronej celles de Voronej, Tambov, Orel et Koursk. La première session des cours de raïon ouvrit le 20 novembre 1919. En fait, en janvier 1921, cette formation n’avait pu être mise en place que dans trois des huit centres prévus, Petrograd, Samara et Saratov15.

18Sa durée variait selon le public visé. La formation des directeurs des bureaux statistiques de district devait s’étendre sur quatre mois, alors que celle des « responsables des travailleurs techniques » n’exigeait que trois mois. La forme, en revanche, était la même pour tous. La formation théorique devant être complétée par un apprentissage pratique, les conférences étaient accompagnées de séminaires et de stages pratiques dans des services de statistique. Le temps de formation était calculé sur la base de vingt-cinq jours par mois, à raison de six heures par jour en moyenne. L’organisation des cours, le choix des disciplines enseignées et de leur répartition horaire étaient décidés par la Direction centrale et devaient être respectés par chaque centre de cours. Le dispositif de formation était unifié à l’échelle nationale, même si la mise en œuvre en était décentralisée. Les deux premiers mois étaient consacrés à l’enseignement théorique et organisés sur le principe d’un tronc commun de cours et de séminaires jugés fondamentaux pour tous.

19Les candidats à la fonction de directeur de bureau de district devaient suivre un programme plus lourd, doté d’un volume horaire total de 310 heures d’enseignement théorique. Celui-ci servait de base à l’élaboration du programme d’enseignement des autres statisticiens. Il était constitué de la manière suivante :

Programme des cours théoriques des futurs directeurs de bureaux de district en 1919

Programme des cours théoriques des futurs directeurs de bureaux de district en 1919

Source : Bjulleten’ CSU, n° 16, 15/10/1919

20Cette maquette rappelle celle des cours centraux. Même si la formation était organisée dans les régions, son contenu devait être harmonisé avec celui des cours de niveau supérieur. L’accès à ceux-ci ne serait possible par la suite qu’à condition de justifier des connaissances délivrées par les cours de raïon.

21L’objectif était donc de construire un système de formation interne à la profession, cohérent de l’échelon le plus bas au plus élevé, dans lequel les compétences devaient s’acquérir par l’accumulation et la conjugaison d’un savoir théorique et d’un apprentissage pratique. Selon les compétences des formateurs disponibles sur place, il y avait une source possible de disparités entre centres de cours. Pour réduire ce risque et renforcer l’homogénéité nationale de la formation, chaque centre disposait de crédits spécifiques pour inviter, selon les besoins, des enseignants extérieurs à la ville, notamment des conférenciers de la Direction centrale ou des statisticiens de provinces voisines.

  • 16 Bjulleten’ CSU, n° 16, 15/10/1919

22Le programme des cours destinés à la formation du personnel statistique d’encadrement des bureaux était construit sur la base des volumes horaires indiqués ci-dessus. Sur le modèle des cours centraux, cinq cycles de cours spécialisés étaient proposés au cours des deux premiers mois : statistique agricole, statistique de l’approvisionnement et des coopératives, statistique de l’industrie et du travail, statistique démographique, statistique de l’instruction publique. Chacun de ces cycles était constitué de deux blocs de disciplines, matières enseignées dans le tronc commun et cours spécifiques concernant la spécialité du statisticien en formation16. Un cycle spécial était prévu pour les directeurs de bureaux de district.

23Bénéficiant d’un programme moins chargé que les futurs directeurs de bureaux de district, les statisticiens candidats à une fonction d’encadrement pouvaient commencer parallèlement leur formation pratique. Celle-ci, fixée à deux cents heures, démarrait donc dès le premier mois au sein du bureau statistique du centre des cours et se poursuivait au cours du troisième mois, qui lui était exclusivement réservé. En revanche, le stage pratique des directeurs de bureaux de district était concentré sur les deux derniers mois de la formation.

  • 17 Dans cette réforme, l’oblast devait se substituer aux anciennes goubernii. Chaque oblast était dél (...)

24À partir de 1921, les cours de raïon furent organisés une fois par an, dans toutes les régions, aux mêmes dates. D’une durée plus longue que précédemment, ils devinrent un rouage institutionnel de la formation et de la promotion du personnel de l’administration de la TsSOu, donnant au groupe professionnel des statisticiens son propre système de formation du personnel d’encadrement, en complément des cours centraux destinés plus spécifiquement au personnel de direction. Après 1923, ils prirent le nom de cours d’oblast, selon la terminologie utilisée pour désigner les nouvelles entités administratives régionales qui commençaient à être mises en place dans le cadre de la réforme administrative territoriale visant à constituer des régions économiques adaptées à la logique de la planification17.

Les cours destinés aux statisticiens de canton

  • 18 GASO, f. R-1, op. 1, d. 103, l. 1. Voir aussi P. A. Vihljaev, « O statistic&eskih kursah » (Au suj (...)

25L’ouverture de la première session des cours destinés aux statisticiens de canton fut décidée au cours de la réunion du collège de la TsSOu du 8 novembre 191918. La formation devait privilégier l’apprentissage des tâches techniques et organisationnelles nécessaires pour assumer cette fonction. Toute personne ayant suivi ces cours avec assiduité et sérieux pouvait ensuite être recrutée pour ce type de poste. L’effectif réglementaire pour justifier l’ouverture d’une session dans une province avait été fixé par la Direction centrale à trente personnes.

26Le programme et l’emploi du temps étaient définis pour un volume de deux cents heures réparties sur neuf semaines. Un stage pratique devait être effectué parallèlement dans les services du bureau de statistique de la province, à hauteur de deux cent quatre-vingt-deux heures. Placés en soirée, les cours étaient assurés par les chefs des différentes sections du bureau de la province, sans faire appel à des statisticiens extérieurs. Bien qu’organisés localement, ils devaient respecter le cadre national fixé par les directives de la TsSOu. Toutefois, faute de manuels, ce principe d’homogénéité ne put pas être respecté à la lettre. Les contenus précis des cours furent très largement définis sur place.

27Devant de telles contraintes, les bureaux de statistique régionaux les plus gros furent, bien sûr, avantagés. Disposant de plus de forces, ils purent offrir une plus grande variété de cours. Dans les autres cas, faute de moyens suffisants, mais également de candidats en nombre suffisant, ces cours eurent du mal à remplir leur objectif. Au début de l’année 1921, dans beaucoup de provinces, on manquait encore de statisticiens de canton. La collecte des données de la statistique agricole en souffrait particulièrement.

  • 19 E. V. Pas & kovskij, « O funkcijah volostnyh statistikov » (Au sujet des fonctions des statisticie (...)
  • 20 GASO, f. R-521, op.1, d. 2454, l. 35ob.

28Pour accélérer le règlement de cette situation, le projet de création d’instituts de formation des statisticiens de canton fut réactivé. Envisagé dès 1919, il tardait à être mis en œuvre. Ces difficultés furent discutées au cours de la conférence statistique de janvier 192119. Le principe de l’ouverture d’un institut de formation dans chaque district y fut confirmé. Toutefois, dans les régions les plus touchées par la guerre civile et par les premiers effets de la famine, une grosse partie de la population avait fui des campagnes. Dans un tel contexte, recruter des statisticiens de canton sur place relevait du défi, organiser leur formation aussi. Les restrictions des crédits accordés à l’ensemble des administrations d’État en 1921 et 1922 compliquèrent la situation. Cette question fut remise à plus tard, et ne réapparut qu’en 192620. Jusque-là, les efforts furent concentrés sur l’organisation des cours de raïon, puis d’oblast.

Une mobilisation pédagogique large

29Fait notable, dans les régions comme au centre, les statisticiens de la TsSOu se mobilisèrent pour former un public plus large que celui des seuls professionnels de la statistique.

Des cours de statistique pour des non professionnels

30Les bureaux régionaux de la TsSOu avaient toute latitude d’ouvrir leurs sessions de formation de statisticiens de canton à un public de non professionnels de la statistique. Ils pouvaient également répondre à des demandes de formation spécifiques provenant d’institutions diverses, l’union locale des coopératives de consommation, par exemple, ou un syndicat. Ils pouvaient être sollicités aussi par le comité local du parti.

  • 21 GASO, f. R-1, op. 1, d. 80, l. 102.
  • 22 Ibid.

31Ceci fut le cas à Saratov en 1920. Le comité du parti avait décidé d’organiser une session de quatre mois de cours pour former un groupe de « travailleurs de la campagne21 ». Cette formation devait concerner entre sept cents et sept cent cinquante personnes, dont des agents qui auraient pour rôle de fournir au comité du parti des données concernant, entre autres, le dénombrement du cheptel et des instruments de travail, les surfaces des emblavures et la main-d’œuvre. Face à une telle concurrence institutionnelle dans la formation d’agents pour la collecte des données, le bureau de statistique décida de répondre favorablement à la proposition du comité visant à « organiser au sein de cette formation un cours succinct de statistique exposé dans la langue la plus populaire22 ». Il saisit cette occasion pour proposer également des cours de statistique agricole d’une durée de deux semaines pour former à la collecte des données les soldats de l’Armée rouge mobilisés dans l’agriculture.

32L’ouverture de cabinets de statistique représenta un effort de plus grande ampleur pour initier un public large à la statistique.

Un espace de réflexion méthodologique : le cabinet de statistique

33Avant 1917, dans les facultés de droit et d’économie des universités russes, le cabinet de statistique offrait un espace de réflexion méthodologique et théorique réservé aux enseignants et aux étudiants. La manière dont fut défini le rôle de celui qui fut ouvert en 1916 dans l’université populaire Chaniavski, à Moscou, rappelle le caractère original de cette structure dans l’enseignement supérieur russe à cette époque :

  • 23 GASO, f. 5, op. 1, d. 3799, l. 3.

« La tâche principale assignée à ce cabinet consiste à organiser d’une manière plus correcte, plus large et plus systématique, des exercices pratiques de statistique, à créer une sorte de laboratoire de statistique qui donnerait aux étudiants de l’université la possibilité d’acquérir par la pratique une familiarisation plus grande avec la théorie et avec les méthodes de la statistique ainsi que les acquis indispensables pour mener un travail scientifique de manière autonome23. »

  • 24 GASO, f. R-1, op. 1, d. 26, l. 4.

34Par tradition, un cabinet de statistique était un lieu de construction de savoirs au carrefour entre théorie et pratique, un lieu également d’apprentissage méthodologique. Espace complémentaire aux cours de statistique, il offrait un cadre pour discuter des questions posées par la pratique des enquêtes, qui permettait à l’apprenti statisticien d’acquérir progressivement de l’autonomie dans son travail24.

  • 25 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit., p. 24.
  • 26 « Doklad V. V. Stepanova o statistic&eskom muzee » (Exposé de V. V. Stepanov sur le musée de stati (...)
  • 27 GASO, f. R-1, op. 1, d. 40, ll. 40-40ob ; d. 90, l. 7ob.
  • 28 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit., p. 24.

35Cette pratique fut ravivée au sein de la Direction centrale de la statistique, dès sa création. Un peu plus tard, en janvier 1921, la conférence statistique de Moscou se prononça pour l’ouverture de cabinets de statistique en province également25, et décida de mettre ce point à l’ordre du jour du congrès national de statistique qui devait avoir lieu en novembre 192226. En fait, quelques initiatives avaient déjà été prises dans ce sens. Le bureau statistique de Saratov avait déjà ouvert un cabinet à la fin de l’année 191927, et celui de Kazan projetait d’en créer un28. L’exemple de celui de Saratov permet d’éclairer l’enjeu d’un tel projet.

Un espace ouvert à un public large

  • 29 GASO, f. R-1, op. 1, d. 26, l. 4.

36Le cabinet de Saratov fut conçu comme un espace complémentaire aux cours de statistique organisés par le bureau de la province, comme une des pièces indispensables d’un dispositif de formation complet dans lequel une activité de recherche devait voisiner avec l’enseignement. Dans cet esprit, il fut rattaché institutionnellement au secrétariat des cours de statistique de raïon29. Toutefois, son rôle fut envisagé de manière bien plus large, comme en témoigne l’annonce publique de son ouverture :

  • 30 GASO, f. R-1, op. 1, d. 75, l. 1.

« Un établissement scientifique et d’assistance à l’enseignement distinct du bureau de statistique, le Cabinet statistique de la goubernia, est créé auprès du bureau statistique de la goubernia. Il a pour tâche de donner à tous ceux qui le souhaitent la possibilité d’élargir leurs connaissances dans la théorie statistique et la pratique. En tant qu’établissement scientifique, le cabinet organise des exposés et des discussions ainsi que des travaux systématiques sur des questions de méthodologie de la statistique ; indépendamment de cela, tous ceux qui le désirent peuvent mener dans le cabinet une activité scientifique autonome en utilisant toute l’assistance possible offerte par le cabinet dans tous les domaines. En tant qu’établissement d’assistance à l’enseignement, le cabinet organise, pour tous ceux qui le souhaitent, des conférences et des cours réguliers ainsi que des activités pratiques (séminaires) dans les domaines de la statistique générale et de ses branches spécialisées, lesquels séminaires sont conduits sous la direction de personnes sollicitées spécialement pour cela30. »

37Le public potentiel visé par ce texte était, on le voit, beaucoup plus large que celui d’un cabinet d’université classique. Si le Cabinet de la goubernia s’adressait avant tout aux statisticiens professionnels ou aux étudiants en statistique, il était également ouvert à toute autre personne désireuse de s’informer ou de se former dans ce domaine, mais aussi d’entreprendre un travail de recherche quelconque. Véritable outil d’éducation populaire à la statistique, il apportait sa pierre à cette vaste entreprise, chère aux anciens statisticiens du zemstvo, de diffusion du savoir statistique comme instrument du progrès économique et social. Il s’affirmait, par ailleurs, comme un lieu de réflexion et de formation autonome, complémentaire tout autant à la statistique administrative qu’à la formation académique dispensée dans l’enseignement supérieur. Ainsi conçu, il semble avoir rempli le rôle d’un espace où pouvaient être posées les questions méthodologiques et théoriques qui ne pouvaient pas être traitées dans d’autres structures, soit par manque de temps, soit parce que cela n’entrait pas dans leur mission. De ce point de vue, il apparaît avoir constitué un outil indispensable d’accompagnement de la construction du savoir, à une époque où l’évolution des méthodes et des techniques statistiques s’accélérait et était l’objet de nombreux débats entre les statisticiens eux-mêmes.

38La démarche du bureau de statistique de Saratov prend alors tout son sens. Il ne se contentait pas d’être un simple rouage local d’une administration centrale. Il s’efforçait également de remplir la tâche d’un animateur de la production statistique locale, dans sa double dimension théorique et pratique, ici en créant un lieu de confrontation des idées et des méthodes en dehors de toute contrainte institutionnelle.

Un statut indépendant

39Un statut juridique distinct de celui du bureau de statistique garantissait l’autonomie scientifique du cabinet. Son organisation témoigne du même objectif. Une bibliothèque y fut formée indépendamment de celle du bureau grâce à des acquisitions propres ou à des dons divers. Le fonctionnement quotidien devait être financé autant que possible par des subventions et des dons extérieurs, le bureau ne devant intervenir qu’en cas de nécessité. Le directeur était choisi par le conseil de la statistique de la province, donc par la communauté locale des statisticiens. Il devait, en particulier, veiller à la cohérence scientifique de l’ensemble des activités et, à cette fin, était entouré d’un conseil. De son côté, le conseil de la statistique jouait un rôle de surveillance de l’activité scientifique du cabinet. Outre le directeur, il choisissait les responsables des séminaires et supervisait l’ensemble des travaux. Transcendant tout clivage institutionnel, un cercle des intellectuels spécialistes de statistique de la ville de Saratov s’est ainsi constitué au service d’une même tâche, d’un même projet scientifique, en dehors de toute contrainte administrative. Sous l’impulsion du bureau de statistique, un noyau stable de statisticiens occupant les postes clés des principales administrations et institutions d’enseignement de la ville et de la province contribua à définir une politique locale de la statistique.

  • 31 Ibid.
  • 32 GASO, f. R-1, op. 1, d. 90, l. 10.
  • 33 Il s’agit des revizskie skazki.
  • 34 Après avoir quitté Saratov, L. N. Iourovski devint, en octobre 1921, chef du département de la TsS (...)
  • 35 GASO, f. R-1, op. 1, d. 150, l. 11.

40Les premiers séminaires furent consacrés à la statistique générale et aux spécialités de base de la période, en particulier la statistique démographique, la statistique de l’agriculture, la statistique de la répartition et des échanges. Témoignage du rôle de diffusion des innovations méthodologiques assumé par le cabinet, un séminaire sur les méthodes des études de budget fut organisé31. Les premiers travaux effectués témoignent, par ailleurs, de son apport dans la construction d’un savoir statistique local. Ainsi, en 1920, une étude fut réalisée au sujet de l’utilisation des courbes dans l’analyse des rendements agricoles à long terme dans un district rural32. Une analyse historique et statistique fut menée à partir des registres fiscaux du xviiie et du xixe siècles33 d’un autre district. Des commissions chargées de mener une réflexion méthodologique sur le traitement des données des recensements de 1919 et de 1920 furent constituées. En 1921, une recherche fut organisée, sur la proposition de Leonid N. Iourovski34, professeur à l’Institut d’économie, pour étudier « l’influence du contexte de la période révolutionnaire sur les transformations de l’exploitation paysanne dans la province de Saratov35 ». L’objectif était de dresser un bilan de « ce que la paysannerie avait acquis et perdu dans le processus de la révolution ». Ce projet mobilisa un gros groupe de travail composé de cinq statisticiens et d’une dizaine de personnes spécialisées dans le calcul des données.

41À la lumière de ces différents exemples, le cabinet de statistique semble bien avoir joué le rôle d’un lieu privilégié pour effectuer des études statistiques locales à côté du bureau de la TsSOu, qui avait, en principe, abandonné cette partie de lui-même en passant du statut de bureau du zemstvo à celui de bureau régional de la statistique d’État. Au bout du compte, il laisse l’image d’un espace de liberté créé par les statisticiens pour toute activité difficile ou impossible à insérer dans un autre cadre institutionnel, ou bien qu’ils souhaitaient y soustraire.

  • 36 GASO, f. R-1, op. 1, d. 216, l. 67ob ; f. R-521, op. 1, d. 933, l. 3.

42Son existence fut rapidement menacée par les restrictions budgétaires qui touchèrent l’ensemble de l’administration soviétique à partir de 192136. Toutefois, il ne disparut pas tout à fait. À partir de 1924, il connut une seconde vie dans un autre cadre institutionnel, la chaire de statistique de la faculté d’économie et de droit de l’université. Il continua ainsi à offrir un espace de discussion à l’ensemble des statisticiens de la ville.

43À Moscou comme dans les villes universitaires régionales, la communauté des statisticiens se soudait autour de deux pôles, les départements ou bureaux de statistique de la TsSOu et les établissements d’enseignement supérieur locaux.

Une coopération active avec les établissements d’enseignement supérieur

44La coopération active développée dès le xixe siècle entre les bureaux de statistique des zemstva et des villes et les professeurs de statistique des établissements de l’enseignement supérieur fut poursuivie par les bureaux de la TsSOu. Cette collaboration se scellait autour d’une imbrication institutionnelle des hommes appartenant aux deux mondes de l’administration statistique et de l’enseignement.

Des universitaires consultants

  • 37 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 26, l. 19.
  • 38 La liste complète des consultants est donnée dans l’annexe 2 de ce chapitre.

45Le statut de consultant permit à la TsSOu de bénéficier de l’apport de statisticiens de l’enseignement supérieur dans ses activités de formation et de recherche. Ce statut avait déjà fait ses preuves dans le passé en donnant la souplesse nécessaire aux administrations des zemstva pour bénéficier des conseils de professeurs de statistique de Moscou, V. I. Orlov, N. A. Kabloukov ou A. F. Fortounatov, pour organiser leurs bureaux ou leurs enquêtes statistiques. Fidèle à cette pratique, dès l’été 1918, P. I. Popov fit appel à un groupe de dix-sept consultants de l’enseignement supérieur pour organiser la TsSOu. Leur origine était variée. On trouvait des professeurs de statistique des universités de Moscou, comme N. A. Kabloukov, ou de Petrograd, comme A. A. Kaufman et V. V. Stepanov, qui avaient déjà travaillé dans la statistique administrative37. On trouvait également des enseignants de statistique d’universités de province, comme A. A. Ovtchinnikov, de Kazan, N. P.Makarov, de Voronej, ou A. A. Rybnikov, de Saratov38.

  • 39 GASO, f. R-1, op. 1, d. 15, ll. 5, 16.
  • 40 GASO, f. R-1, op. 1, d. 79, l. 1.
  • 41 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit.

46Les bureaux de province situés dans des villes universitaires eurent également recours au statut de consultant pour profiter, dans certains domaines, de l’apport d’enseignants de statistique de l’enseignement supérieur. Dès sa création, le bureau de Saratov fit appel à R. M. Chneïder, professeur de statistique à l’Institut d’économie, et à ses compétences en calcul des probabilités pour organiser les travaux de statistique de l’assurance39. D’autres, tels A. A. Rybnikov et L. N. Iourovski, furent consultants pour l’organisation et le traitement du recensement de 192040. Tous trois participèrent également à la formation dispensée dans les cours de statistique de raïon. Ceux-ci, d’ailleurs, furent implantés par la TsSOu prioritairement dans les villes universitaires qui disposaient d’une réserve suffisante d’enseignants de statistique41.

  • 42 À ce sujet, voir le programme figurant dans l’annexe 1 de ce chapitre.
  • 43 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit., p. 25.

47Les cours centraux aussi eurent recours des consultants42. Outre cela, une commission composée de professeurs de l’enseignement supérieur fut chargée, en janvier 1921, de réfléchir à l’élargissement théorique de la formation dispensée dans ce cadre43.

48L’autorisation du cumul d’emplois par la loi compléta le recours au statut de consultant pour augmenter les ressources en personnel qualifié de la TsSOu tant au centre que dans les régions.

Le cumul d’emplois

  • 44 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 27, l. 40 ; op. 30, d. 11, l. 252.
  • 45 RGAE, f. 1562, op. 20, d. 3, l. 22ob.
  • 46 Ibid.

49La pratique du double, voire du triple emploi, était très utilisée, dans les années 1920, pour satisfaire les besoins en cadres des administrations. Elle a facilité la circulation des hommes entre l’administration statistique et la sphère universitaire et renforcé ainsi le dispositif de formation de la TsSOu. Ainsi, d’août 1918 à 1926, P. A. Vikhliaev, professeur à l’université de Moscou, dirigea également le département de l’agriculture, puis celui des établissements de recherche et d’enseignement de la statistique de la TsSOu44. De son côté, Mikhaïl N. Gernet, après avoir été consultant de décembre 1918 à mai 1920, dirigea le département de statistique morale jusqu’en 1931, tout en étant également professeur à l’université de Moscou45. Autre cas, Nikolaï A. Svavitski, professeur à l’université de Moscou, fut nommé, en octobre 1920, chef d’une section du département de méthodologie scientifique de la TsSOu46.

  • 47 GASO, f. R-1, op. 1, d. 233, l. 1. Sur Aleksandr G. Kovalevski, voir M. Mespoulet, Personnel et pr (...)

50Cette pratique se retrouvait en province. Elle permit d’enrichir le travail des bureaux statistiques régionaux en leur fournissant des cadres qualifiés. Par exemple, à Saratov, de 1923 à janvier 1930, Aleksandr G. Kovalevski fut à la fois chef de la section de démographie du bureau de statistique de la province et professeur de statistique à l’université, puis à l’institut d’économie et de la planification47. Le bureau de statistique servait de lieu de stage à ses étudiants et le cabinet de statistique de l’université traita différentes questions méthodologiques, liées notamment aux enquêtes par sondage, avant leur application ensuite dans le bureau.

51Une politique active d’édition compléta la mobilisation pédagogique des statisticiens de la TsSOu.

Une politique de diffusion du savoir statistique

  • 48 « Doklad V. V. Stepanova… », art. cit., p. 31-32.

52L’activité de diffusion du savoir statistique de la TsSOu fut intense tout le long des années 1920. Différents supports, des textes écrits aux expositions, furent utilisés. Le projet d’un musée statistique roulant, d’un musée-wagon, fut même envisagé à l’occasion de la conférence statistique de janvier 192148.

Une politique active d’édition

  • 49 Cette tâche fut inscrite dans le paragraphe 6 de la Réglementation de la statistique d’État et dan (...)

53La publication de revues, de recueils et de bulletins de statistique figurait dans les missions de base de la TsSOu et de ses bureaux régionaux et faisait l’objet d’un texte réglementaire49.

  • 50 Pour un aperçu de l’étendue de l’activité de publication de la TsSOu, voir E. A. Mas& ihin, V. M. (...)
  • 51 Bjulleten’ Central’nogo statistic&eskogo upravlenija
  • 52 Statistic&eskoe obozrenie

54Dès sa création, la Direction centrale engagea une politique d’édition très large, qui allait des bulletins périodiques de données courantes, notamment sur les récoltes ou le mouvement des prix, à la publication d’ouvrages théoriques étrangers, les Elements of Statistics d’Arthur Bowley ou des ouvrages de Lexis, par exemple50. Dans cet ensemble, deux périodiques ont occupé une place centrale. Le Bulletin de la Direction centrale de la statistique51, tout d’abord, était destiné à la diffusion des données statistiques courantes, des principaux résultats des recensements et des informations sur l’organisation et la vie interne de la TsSOu. Il comprenait une partie consacrée à la vie de la Direction centrale, en particulier à la publication des décisions de son collège et à l’activité de ses différents départements. On y trouvait aussi les résolutions votées par les conférences et les congrès de statistique. Édité de janvier 1919 à septembre 1926, il fut remplacé, entre janvier 1927 et juin 1930, par l’Aperçu statistique52.

  • 53 Vestnik Statistiki
  • 54 Sur l’histoire de la revue, voir I. Eliseeva, A. Dmitriev, « 80 let osnovaniju z&urnala « Vestnik (...)

55Le deuxième périodique de la TsSOu, Le messager de la statistique53, parut de 1919 à 1929. Dès son premier numéro, en janvier 1919, cette revue afficha son ambition : présenter, en dehors des résultats des travaux effectués par les différents départements de la Direction centrale, des articles traitant de questions théoriques et méthodologiques54. Organe de l’administration centrale de la statistique, Le messager devait publier les textes de réglementation relatifs à son organisation et de vastes comptes rendus des débats des conférences et des congrès de statisticiens.

56Publication scientifique, il devait être aussi une revue professionnelle. À ce titre, il fournit un témoignage de première main tout autant sur l’organisation administrative et l’activité de la TsSOu que sur l’évolution des méthodes et de la théorie statistiques en Russie et en URSS entre 1919 et 1929. Outre cela, ses nombreuses nécrologies livrent des tranches de vie de statisticiens souvent fort utiles pour comprendre le fonctionnement de cette administration au cours de cette décennie qui fut un véritable âge d’or de la statistique soviétique.

  • 55 « Mestnaja statistic&eskaja pec&at’ » (La presse statistique locale), Vestnik statistiki, 1-4, 192 (...)
  • 56 Statistic&eskij vestnik Saratovskogo gubstatbjuro, 1, 1919.
  • 57 Statistic&eskij bjulleten’, 1, 1920.

57Les bureaux régionaux ne restèrent pas en dehors de cette effervescence éditoriale. Forts de l’expérience des anciens bureaux statistiques des zemstva dans ce domaine, face également aux besoins de formation de leur propre personnel, ils décidèrent rapidement, après leur ouverture, de s’engager dans cette voie. Toutefois, les difficultés matérielles liées à la période de la guerre civile, en particulier la pénurie de papier, freinèrent leurs ambitions. Au début de l’année 1920, sur un total de vingt-sept bureaux régionaux, seulement deux avaient réussi à éditer un périodique55. En juillet 1919, Le messager statistique du bureau de la goubernia de Saratov56 fut le premier à paraître, suivi, en mars 1920, par Le bulletin statistique du bureau d’Olonets57.

Des difficultés financières dans les régions

  • 58 Vestnik statistiki, 8-12, 1919, p. 198-199.
  • 59 Ibid., p. 198, point 3.
  • 60 Vestnik statistiki, 1-3, 1924, p. 217-220.

58En juillet 1919, le collège de la TsSOu décida que chaque bureau de province devait éditer chaque année un Annuaire statistique portant un même titre commun, Statistitcheskii ejegodnik. Le contenu et les normes de présentation furent fixés également58. L’objectif de cette publication était de « fournir chaque année un panorama statistique général des aspects les plus importants de la vie de la population d’une province et, en même temps, de servir d’annuaire d’informations pratique à utiliser pour les organismes de statistique et d’administration, mais aussi pour les individus travaillant dans divers domaines d’activité scientifique et pratique59 ». Au début de l’année 1924, seuls six bureaux étaient parvenus à respecter un tel projet. Quelques autres publiaient seulement des recueils de données, moins fournis, à usage strictement local60. Le bilan fait par la TsSOu, au début de l’année 1926, insistait sur la persistance des difficultés financières au-delà de la guerre civile :

  • 61 D. Verhopjatnickij, « Pskovskoe gubstatbjuro » (Le bureau de statistique de la goubernia de Pskov) (...)

« À cause des conditions matérielles, le travail d’édition des organes locaux de statistique dans les différentes provinces a atteint une ampleur qui est bien loin d’être identique partout. En raison des moyens chiches alloués par l’État, l’édition statistique locale a été plongée dans des conditions difficiles. Il faut reconnaître qu’aujourd’hui l’activité d’édition des bureaux de statistique n’est possible que s’ils disposent de moyens locaux61. »

  • 62 V. I. Serebrjakov, Statistic&eskij spravoc&nik (L’annuaire statistique), Saratov, 1925, avant-prop (...)

59Certains bureaux régionaux avaient effectivement trouvé des solutions locales de financement, soit en recourant à la publicité, soit en faisant appel à l’aide d’organismes locaux, notamment l’union des coopératives de consommation. En fait, dans l’ensemble des régions, les projets d’édition furent freinés par la règle administrative qui imposait aux bureaux régionaux de verser à l’État l’intégralité des bénéfices de leurs publications62. Une telle contrainte les privait de cette somme pour couvrir les dépenses d’édition de l’exemplaire suivant. Ceci fut un frein réel au développement de leur activité éditoriale.

  • 63 GASO, f. R-1, op. 1, d. 216, ll. 22ob-23.

60La distinction entre annuaires et recueils statistiques correspondait grosso modo à celle qui était faite entre les travaux de la statistique courante et les enquêtes approfondies. Les premiers étaient publiés dans les annuaires, les deuxièmes dans les recueils, dont l’édition était plus irrégulière. L’insuffisance d’argent aboutit à privilégier la publication régulière des annuaires, dont les textes étaient beaucoup plus informatifs qu’analytiques. Avec une enveloppe financière qui restait inchangée, malgré la forte augmentation des frais d’impression au début des années 192063, leur parution fut toutefois très irrégulière et varia selon les régions. D’un autre genre, la publication de recueils statistiques représentait un réel enjeu pour les statisticiens. Leurs articles portaient sur les résultats d’enquêtes lourdes et se différenciaient en cela des enquêtes courantes effectuées par les services statistiques des autres administrations. Le recueil était en quelque sorte une vitrine de la profession, l’expression de la spécificité des travaux des statisticiens de la TsSOu face à ceux des autres institutions. Ceci explique la ténacité avec laquelle certains bureaux régionaux se sont efforcés de maintenir la parution de ce type d’ouvrages malgré de grosses difficultés financières.

Une conception pédagogique des périodiques régionaux

61La conception des périodiques statistiques régionaux était tournée avant tout vers les besoins locaux en données chiffrées. Au service d’un monde nouveau, les publications d’un bureau régional de la nouvelle administration statistique d’État unifiée devaient remplir une mission d’information de base pour éclairer l’application par les diverses administrations locales de la politique économique et sociale de l’État. C’est ce que semble rappeler le chef du département des publications de la TsSOu, Timofeï I. Semenov, au début de l’année 1920 :

  • 64 « Mestnaja statistic&eskaja pec&at’ », art. cit., p. 221.

« Parallèlement à l’unification de toutes les branches les plus importantes de la statistique dans un seul centre, le bureau de la province, la presse statistique doit s’engager dans une nouvelle direction ; la situation d’humiliation de la statistique dans le passé, que nous ne faisions juste que supporter, doit être transformée en une autre qui corresponde à son rôle dans la vie sociale, mais cela ne peut être atteint sans le travail opiniâtre et de longue haleine d’une presse périodique spécifique64. »

62Un tel projet portait le sceau des anciens statisticiens des zemstva. La manière dont ceux de Saratov présentaient leur Messager statistique en est une illustration. Fidèles à la conception du xixe siècle de la statistique comme outil de savoir sur tout et pour tous, ils concevaient ce périodique autant comme un organe d’information destiné à la communauté professionnelle locale des statisticiens que comme un support de diffusion des connaissances à l’usage d’un public plus large. En rapprochant la statistique de la population, le Messager devait contribuer à étendre son usage :

  • 65 Statistic& eskij vestnik Saratovskogo gubernskogo statistic & eskogo bjuro, 1, juillet 1919, p. 1.

« La situation de la statistique russe est actuellement tout à fait différente de ce qu’elle était il y a encore très peu de temps. Non seulement son organisation a changé, mais aussi ses buts et ses missions ; sa sphère d’application s’est élargie de manière extraordinaire. Ce processus n’est pas encore achevé, il s’accomplit sous nos yeux. Dans le même temps, la situation de la statistique est très mal connue non seulement de la part de larges couches de la population, mais aussi des différentes institutions qui sont concernées par la statistique et pourraient utiliser ses travaux65. »

63Outil de savoir et de progrès, la statistique devait servir à éclairer l’action. Un tel objectif exigeait un effort pédagogique le plus large possible. Dans cet esprit, l’édition d’un ou plusieurs périodiques apparaissait comme un moyen indispensable d’information et de formation. Tout comme au xixe siècle, elle était le complément indispensable au dispositif institutionnel d’ensemble de la statistique.

  • 66 Ibid., p. 31.

64Un autre souci guidait les statisticiens des bureaux régionaux de la TsSOu. Interroger des personnes dans le cadre d’une enquête suppose un minimum de coopération de leur part. Or, de nombreux cas de refus de réponses étaient signalés, en 1919 et 1920, par les directeurs des bureaux de district et les agents recenseurs. Aux yeux des statisticiens, informer largement sur l’utilisation, les acquis, les résultats et les méthodes de la statistique était un bon moyen pour familiariser la population avec l’habitude de répondre à des enquêtes66. Destinée à former autant qu’à informer, la politique d’édition des bureaux régionaux avait également pour objectif de faciliter le travail sur le terrain au moment des enquêtes et des recensements. Une collecte fidèle des données pouvait-elle être réalisée sans une bonne volonté réelle de la population pour répondre aux enquêteurs ? À cette question les statisticiens des zemstva avaient toujours répondu par la négative. Cette préoccupation justifiait un effort de vulgarisation et de pédagogie en direction des sujets mêmes des enquêtes.

  • 67 Ibid.

65Ce souci est confirmé par le compte rendu du premier numéro du Messager du bureau de Saratov sur l’organisation et la conception des publications de la TsSOu67. Ce texte exprime l’attachement des statisticiens à la diffusion de documents et de textes à la portée de tous. Il insiste, en particulier, sur le projet de la Direction centrale d’éditer ce qui est présenté comme de la « littérature populaire » dans le domaine de la statistique. Il s’agissait, en fait, de publications destinées à familiariser de larges couches de la population avec l’usage de la statistique. Les titres qui étaient envisagés sont explicites. Certains fascicules-devaient être consacrés à une information sur l’objet et les méthodes de la statistique : « Qu’est-ce que la statistique ? » ; « Les recensements nationaux et dans quel but les organiser ? » ; « Qu’est-ce que des agents recenseurs et dans quel but passent-ils dans les foyers ? ». D’autres devaient sensibiliser à l’intérêt de l’utilisation collective, mais aussi individuelle, des données chiffrées : « Que peut donner à un ouvrier une statistique industrielle sûre ? » ; « Pourquoi est-il important d’avoir des informations exactes sur les récoltes ? » ; « Combien y a-t-il en Russie de fabriques et d’usines et que produisent-elles ? » ; « Quelle quantité de blé pousse en Russie ? ».

66Sensibiliser les individus à l’intérêt des enquêtes en leur montrant un usage de la statistique le plus proche possible de leurs besoins, tel était l’esprit de ces textes.

67Destinée à diffuser aussi largement que possible le savoir statistique accumulé à partir de l’exploitation de la masse de ses enquêtes, la politique d’édition de la TsSOu a renforcé l’effort de formation développé par l’ensemble de ses départements et de ses bureaux régionaux. Elle en a été le complément indispensable. Dans certains cas, elle a servi de support aux cours de statistique, voire à l’enseignement général dispensé dans les établissements scolaires, grâce à l’utilisation des annuaires par exemple. Plus largement, elle a été mise au service d’une conception de la formation qui dépassait le seul cadre professionnel. Dans la continuité de la mobilisation des zemstva avant 1917 pour développer l’éducation du peuple, mais aussi en conformité avec le projet de l’État soviétique d’un développement massif et rapide de l’instruction dans le pays, les premiers responsables de la TsSOu, fidèles à leur idéal de progrès, eurent à cœur d’impulser une circulation du savoir statistique la plus large possible et d’utiliser pour cela tous les moyens techniques à leur disposition.

Annexe 1 : Programme des cours centraux
Première session ouverte en février 1919

68Source : Bjulleten’ CSU, mai 1919.

69Les consultants extérieurs à la TsSOu, professeurs de statistique, sont indiqués par un astérisque.

I/Enseignements généraux

II/Cycles d’enseignements spécialisés

701er cycle : Statistique démographique – Responsable : A. G. Mikhaïlovski

71Cours et séminaires :

72Démographie : A. G. Mikhaïlovski

73Statistique médicale et sanitaire : P. I. Kourkine et S. M. Bogoslovski

74Statistique morale et criminelle : M. N. Gernet* et M. F. Zamengov

75Statistique urbaine : V. V. Stepanov*

762e cycle : Statistique de l’instruction publique – Responsable : N. Ia. Kazimirov

77Intervenants : N. Ia. Kazimirov, P. A. Vikhliaev, Khablina, Kats, Fortounatov

78le jeune, Chleger

79Cours et séminaires :

80Théorie, histoire et organisation de la statistique de l’instruction publique en Russie

81Principes de l’école professionnelle

82Organisation de l’instruction extra-scolaire

83Statistique de l’enseignement sanitaire

843e cycle : Statistique agricole – Responsable : A. I. Khriachtcheva

85Cours et séminaires :

86Propriété de la terre et agriculture : N. A. Kabloukov*

87Économie de l’exploitation paysanne : A. I. Khriachtcheva

88Traitement des recensements agricoles : A. I. Khriachtcheva

89Cadastre : Z. I. Korneba

90Statistique agricole courante : P. A. Vikhliaev

91Statistique de la propriété foncière et de l’agriculture dans les pays étrangers : L. I. Loubny-Gertsyk

924e cycle : Statistique industrielle et statistique du travail – Responsable : A. R. Brilling

93Ce cycle a été organisé autours de deux séries de cours et séminaires :

94Une première série de cours a concerné la « technologie des productions » et a été assurée par différents spécialistes de ce domaine extérieurs à la TsSOu.

95Une deuxième série fut plus proprement statistique :

96Classification des productions et des professions : V. I. Massalski

97Statistique industrielle fondamentale : A. R. Brilling

98Statistique industrielle courante : F. G. Doubovikov

99Statistique du travail : G. S. Polliak

1005e cycle : Statistique de l’approvisionnement – Responsable : A. E. Lossitski

101Intervenants : A. E. Lossitski, Kogan, Bernchtein, P. M. Verkhovski, S. A. Perbouchine, I. A. Poplavski, A. A. Moukhine, A. V. Mychkine, N. G. Smirnov.

102Cours et séminaires :

103Divers cours sur l’étude de l’approvisionnement en différents produits, en combustibles, en pain.

104Organisation des organes d’approvisionnement et du système des cartes d’approvisionnement

105Statistique des transports

106Statistique du commerce et de l’échange des marchandises

1076e cycle : Statistique militaire

108Cours et séminaires :

109Statistique militaire : P. I. Avtokratov

110Statistique navale : E. E. Sviatlovski

111Leçons de la dernière guerre du point de vue d’une interprétation statistique : V. P. Efremov

Annexe 2 : Liste des professeurs de l’enseignement supérieur consultants à la Direction centrale de la statistique en octobre 1918

68

112Aleksandr A. Kaufman, professeur de statistique à l’Université de Petrograd.

113Roman M. Orjenski, professeur de statistique au Lycée Demidov de Iaroslavl

114Viktor V. Stepanov, Privat-dotsent de statistique à l’Université de Petrograd

115Vladimir E. Den, professeur de statistique à l’Université polytechnique de Petrograd

116Ivan F. Makarov, professeur de statistique à l’Université de Petrograd

117Nikolaï A. Kabloukov, professeur de statistique à l’Université de Moscou

118Nikolaï A. Svavitski, professeur de statistique à l’Université de Moscou

119Alekseï F. Fortounatov, professeur d’économie et de statistique à l’Académie d’agriculture Petrovski

120Aleksandr V. Tchaïanov, professeur d’économie à l’Académie d’agriculture Petrovski.

121Viktor I. Anissimov, professeur de statistique à l’Institut de commerce de Moscou

122V. A. Golgovski, professeur de statistique à l’Université populaire Chaniavski de Moscou

123A. Ovtchinnikov, professeur de statistique à l’Université de Kazan

124Aleksandr A. Rybnikov, professeur d’économie et de statistique à l’Université de Saratov

125N. P.Makarov, professeur de statistique à l’Institut d’agriculture de Voronej

126Autres :

127Nikolaï N. Chapochnikov, Khvostov, Nikolski

Notes

1 « Organizacija statistic&eskih kursov – central’nyh, rajonnyh i volostnyh » (L’organisation des cours de statistique centraux, de raïon et de canton), Bjulleten’ CSU, n° 16, 15/10/1919.

2 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit., p. 22.

3 Ibid.

4 Ibid., p. 27.

5 R. M. Orz& & Enskij, « Proekt organizacii statistic&eskogo instituta », art. cit., p. 3.

6 Ibid., p. 1.

7 Ibid., p. 13.

8 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit., p. 24-25.

9 Bjulleten’ CSU, n° 2, 25/01/1919, p. 4.

10 Le programme complet des six cycles mis en place lors de la première session des cours centraux est donné dans l’annexe 1 de ce chapitre.

11 Voir Bjulleten’ CSU, n° 1, 22/01/1919.

12 Voir Bjulleten’ CSU, n° 11, 05/06/1919.

13 Bjulleten’ CSU, n° 16, 15/10/1919, p. 1.

14 GASO, f. R-1188, op. 1o/&, d. 1, l. 59ob.

15 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit.

16 Bjulleten’ CSU, n° 16, 15/10/1919

17 Dans cette réforme, l’oblast devait se substituer aux anciennes goubernii. Chaque oblast était délimitée en regroupant plusieurs anciennes goubernii. À ce sujet, voir Marie-Claude Maurel, Territoire et stratégies soviétiques, Paris, Economica, 1982, chap.1.

18 GASO, f. R-1, op. 1, d. 103, l. 1. Voir aussi P. A. Vihljaev, « O statistic&eskih kursah » (Au sujet des cours de statistique), Vestnik statistiki, 1-3, 1925, p. 213-215.

19 E. V. Pas & kovskij, « O funkcijah volostnyh statistikov » (Au sujet des fonctions des statisticiens de canton), Vestnik statistiki, 1-4, 1922, Appendice, p. 79-84.

20 GASO, f. R-521, op.1, d. 2454, l. 35ob.

21 GASO, f. R-1, op. 1, d. 80, l. 102.

22 Ibid.

23 GASO, f. 5, op. 1, d. 3799, l. 3.

24 GASO, f. R-1, op. 1, d. 26, l. 4.

25 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit., p. 24.

26 « Doklad V. V. Stepanova o statistic&eskom muzee » (Exposé de V. V. Stepanov sur le musée de statistique), Vestnik statistiki, 1-4, 1922, Appendice, p. 32.

27 GASO, f. R-1, op. 1, d. 40, ll. 40-40ob ; d. 90, l. 7ob.

28 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit., p. 24.

29 GASO, f. R-1, op. 1, d. 26, l. 4.

30 GASO, f. R-1, op. 1, d. 75, l. 1.

31 Ibid.

32 GASO, f. R-1, op. 1, d. 90, l. 10.

33 Il s’agit des revizskie skazki.

34 Après avoir quitté Saratov, L. N. Iourovski devint, en octobre 1921, chef du département de la TsSOu chargé de la « statistique des pays étrangers ». Il travailla ensuite au sein du commissariat aux Finances et fit partie, en 1930, des économistes accusés d’activité contre-révolutionnaire au cours du procès du « parti paysan du travail ». A. V. Tchaïanov, N. D. Kondratiev faisaient également partie du groupe des accusés.

35 GASO, f. R-1, op. 1, d. 150, l. 11.

36 GASO, f. R-1, op. 1, d. 216, l. 67ob ; f. R-521, op. 1, d. 933, l. 3.

37 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 26, l. 19.

38 La liste complète des consultants est donnée dans l’annexe 2 de ce chapitre.

39 GASO, f. R-1, op. 1, d. 15, ll. 5, 16.

40 GASO, f. R-1, op. 1, d. 79, l. 1.

41 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit.

42 À ce sujet, voir le programme figurant dans l’annexe 1 de ce chapitre.

43 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit., p. 25.

44 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 27, l. 40 ; op. 30, d. 11, l. 252.

45 RGAE, f. 1562, op. 20, d. 3, l. 22ob.

46 Ibid.

47 GASO, f. R-1, op. 1, d. 233, l. 1. Sur Aleksandr G. Kovalevski, voir M. Mespoulet, Personnel et production…, op. cit., p. 341-345, et V. P. Kornev, Vidnye dejateli otec&estvennoj statistiki, 1686-1990. Biografic&eskij slovar’ (Les acteurs éminents de la statistique russe, 1686-1990. Dictionnaire biographique), Moscou, Finansy i statistika, 1993, p. 171.

48 « Doklad V. V. Stepanova… », art. cit., p. 31-32.

49 Cette tâche fut inscrite dans le paragraphe 6 de la Réglementation de la statistique d’État et dans le paragraphe 5 de la Réglementation des organes locaux.

50 Pour un aperçu de l’étendue de l’activité de publication de la TsSOu, voir E. A. Mas& ihin, V. M. Simc & era, op. cit.

51 Bjulleten’ Central’nogo statistic&eskogo upravlenija

52 Statistic&eskoe obozrenie

53 Vestnik Statistiki

54 Sur l’histoire de la revue, voir I. Eliseeva, A. Dmitriev, « 80 let osnovaniju z&urnala « Vestnik statistiki » » (80 ans après la création de la revue Vestnik statistiki), Voprosy statistiki, 1, 1999, p. 4-10.

55 « Mestnaja statistic&eskaja pec&at’ » (La presse statistique locale), Vestnik statistiki, 1-4, 1920, p. 221-223.

56 Statistic&eskij vestnik Saratovskogo gubstatbjuro, 1, 1919.

57 Statistic&eskij bjulleten’, 1, 1920.

58 Vestnik statistiki, 8-12, 1919, p. 198-199.

59 Ibid., p. 198, point 3.

60 Vestnik statistiki, 1-3, 1924, p. 217-220.

61 D. Verhopjatnickij, « Pskovskoe gubstatbjuro » (Le bureau de statistique de la goubernia de Pskov), Vestnik statistiki, 1-6, 1926, p. 233-234.

62 V. I. Serebrjakov, Statistic&eskij spravoc&nik (L’annuaire statistique), Saratov, 1925, avant-propos.

63 GASO, f. R-1, op. 1, d. 216, ll. 22ob-23.

64 « Mestnaja statistic&eskaja pec&at’ », art. cit., p. 221.

65 Statistic& eskij vestnik Saratovskogo gubernskogo statistic & eskogo bjuro, 1, juillet 1919, p. 1.

66 Ibid., p. 31.

67 Ibid.

68 Source : RGAE, f. 1562, op. 1, d. 26, l. 19.

Table des illustrations

Titre Tronc commun des enseignements de la deuxième session des cours centraux de la TsSOu fin 1919.
Légende Source : GASO, f. R-1188, op.1o/&, d. 1, l. 70.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22019/img-1.png
Fichier image/png, 121k
Titre Programme des cours théoriques des futurs directeurs de bureaux de district en 1919
Légende Source : Bjulleten’ CSU, n° 16, 15/10/1919
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22019/img-2.png
Fichier image/png, 332k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22019/img-3.png
Fichier image/png, 281k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable