Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Devenir statisticien de l'État bolchevik

Chapitre 7 : Une continuité au service du changement

Texte intégral

  • 1 Sur le rôle des formes de mobilisation économique et sociale liées à l’économie de guerre dans la (...)

1À bien des égards, l’organisation de la Direction centrale de la statistique et de ses bureaux régionaux fut placée, nous l’avons vu, sous le signe de la continuité. La mise en place, entre août 1914 et octobre 1917, de diverses institutions liées à la gestion des conséquences économiques et sociales immédiates de la guerre joua un rôle central dans ce domaine. Tant l’Union des zemstva, fondée dès août 1914, que diverses autres organisations économiques, consacrées notamment aux questions d’approvisionnement, furent à l’origine d’une série de glissements institutionnels qui menèrent les statisticiens des zemstva à la direction de l’administration statistique de l’État bolchevik1. Dans un premier temps, loin d’être un obstacle au changement, cette continuité des hommes et des pratiques institutionnelles permit de faire face aux difficultés de toutes sortes, aggravées par le contexte de la guerre civile, et de favoriser le changement.

Glissements institutionnels

  • 2 Il s’agit de l’Osoboe sovechtchanie po prodovolstvennomou delou. Cette instance, créée le 15 août (...)
  • 3 Sur les questions posées au sujet de l’organisation du recensement agricole de 1916, voir notammen (...)
  • 4 P. I. Popov, « Avtobiografija », art. cit., l. 8.

2L’Union des zemstva élargit le champ d’action des statisticiens des zemstva de la province à l’État. C’est toutefois une initiative du ministère de l’Agriculture qui fut à l’origine de l’ensemble des glissements institutionnels qui allaient les mener, en particulier, P. I. Popov, à la tête de la future TsSOu. En effet, à peine créé, en août 1915, le Conseil à l’approvisionnement2, placé sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, décida d’organiser un recensement agricole pour faire le point sur la situation de l’approvisionnement agricole et alimentaire3. À cet effet, il convoqua un congrès des statisticiens des zemstva et des villes entre le 25 et le 27 décembre 1915. Popov fut élu secrétaire et vice-président de la commission exécutive du congrès4, qui était chargée d’organiser le congrès suivant et de régler les affaires courantes entre-temps. Dans le cas présent, elle eut, en particulier, à contrôler l’organisation et le traitement des données du recensement agricole général de 1916 décidé par le Conseil. La collecte des données devait être confiée aux différents bureaux de statistique des zemstva. En raison de sa fonction, Popov joua un rôle important dans la coordination de l’ensemble des opérations, tout en dirigeant plus particulièrement celles de la province de Toula en tant que directeur du bureau de statistique local. En mars 1917, il fut nommé directeur du bureau du recensement agricole de 1916 par le Gouvernement provisoire. Placé sous la tutelle du ministère à l’Approvisionnement, cet organe était chargé d’effectuer le traitement des données de ce recensement. De fait, il se comporta comme un véritable bureau central de statistique, Popov le reconnut lui-même :

  • 5 Ibid., l. 9.

« De cette façon, en m’appuyant sur le bureau du recensement de 1916, que je dirigeais, je pus, en fait, unifier tous les bureaux de statistique des zemstva et des villes de toute la Russie de l’époque, car les bureaux de statistique des zemstva et des villes collectaient les données du recensement et les traitaient. Cette union des statisticiens des zemstva et des municipalités m’a permis, quand la Grande Révolution d’Octobre arriva, de mettre tous les bureaux de statistique de tout le pays au service de la Grande Révolution d’Octobre5. »

  • 6 Le ministère était devenu ministère de l’Agriculture, mais le bureau du recensement était resté en (...)
  • 7 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, l. 9.

3À sa tête, Popov organisa également le recensement agricole de 19176. Après la révolution d’Octobre, tous les anciens bureaux des zemstva et des municipalités lui furent rattachés institutionnellement, ce qui confirma son statut de bureau central de la statistique. Il fut, tout d’abord, intégré au nouveau commissariat à l’Agriculture et ensuite, en décembre 1917, au onseil suprême de l’économie nationale (VSNKh). En élargissant son champ d’activité, cette nouvelle appartenance institutionnelle consacra le bureau du recensement agricole comme bureau central d’État de la statistique à part entière. À sa tête, Popov devenait, de fait, le chef de la statistique du nouvel État. Signe de cela, il convoqua, en avril 1918, un congrès des statisticiens russes pour examiner les questions liées à l’organisation du recensement industriel qui devait être effectué la même année. Il soumit également à l’avis de ses collègues le projet d’organisation d’une nouvelle administration statistique d’État qu’il avait élaboré à la suite de la résolution votée par le congrès des statisticiens de décembre 1917, qui « chargeait le bureau du recensement d’élaborer un plan d’organisation de tous les travaux de statistique conduits tant dans les régions qu’au centre7 ».

  • 8 Ibid.

4Ainsi le bureau du recensement agricole de 1916 et celui ensuite du VSNKh assurèrent-ils une sorte de transition institutionnelle entre l’ancien réseau des bureaux statistiques des zemstva et la création d’une administration statistique d’État à l’échelle de l’ensemble du territoire russe. Dans les régions, après la suppression des zemstva, en décembre 1917, il fut prévu, dans un premier temps, de « transférer tous les organes statistiques sous la tutelle des conseils de l’économie nationale des provinces, et de les relier, pour leur organisation et leur financement, au bureau du recensement du Conseil suprême de l’économie nationale8 ».

  • 9 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 30, l. 63.

5Quand Popov prit la tête de la nouvelle Direction centrale de la statistique, en juillet 1918, cinq des six autres statisticiens responsables de l’ancien bureau du recensement du VSNKh y devinrent chefs de département : A. R. Brilling à la statistique industrielle, N. Ia Vorobiev à la statistique industrielle fondamentale, V. P. Efremov à la statistique militaire, V. M. Kolobov à la statistique agricole courante, A. I. Khriachtcheva aux recensements agricoles9. Tous venaient de la statistique des zemstva à l’exception de l’un d’entre eux, Efremov, qui venait d’un bureau de statistique urbaine, donc, tout de même, de la statistique locale. Le bureau du recensement de 1916 et le bureau du recensement et de la statistique du VSNKh ont été deux étapes essentielles dans le passage, pour ces statisticiens issus de la période tsariste, du statut d’acteurs d’une statistique locale à celui d’acteurs d’une statistique d’État. Fait remarquable, par un mouvement de translation institutionnelle, chaque nouvelle structure se glissa dans l’ancienne, fournissant un cadre institutionnel à la continuité des pratiques administratives.

  • 10 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 31, l. 129. Les premiers chefs de département ont été Evgteni V. Pachkovs (...)

6Les statisticiens des zemstva se retrouvèrent ainsi aux commandes de la nouvelle Direction centrale de la statistique. Dans la liste des dix premiers chefs de département proposée par Popov au vote du congrès des statisticiens de juin 1918, sept étaient d’anciens statisticiens des zemstva, un venait d’un bureau de statistique de ville, et deux avaient travaillé dans des zemstva avant d’entrer dans un bureau de statistique urbaine10. Tous étaient donc issus de la statistique locale.

  • 11 GASO, f. 313, op. 1, d. 52, l. 86 ; f. R-1, op. 1, d. 1, l. 59.
  • 12 GASO, f. R-1, op. 1, d. 40, ll. 4-4ob.
  • 13 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 31, ll. 139-141.

7Il en fut de même en province. Dans la plupart des cas, les statisticiens des divers bureaux des zemstva restèrent sur place après la suppression des zemstva par la loi. De fait, bien souvent le travail statistique continua dans les mêmes locaux et avec les mêmes hommes. Le cas de Saratov peut être cité en exemple. En décembre 1917, l’équipe des responsables du bureau de statistique du zemstvo prit les rênes de celui de la section agraire du comité exécutif du soviet des députés de la province11. Ces hommes restèrent néanmoins dans leurs anciens locaux et continuèrent à traiter les données des enquêtes et des recensements en cours d’exploitation12. Dans ce domaine, il n’y eut aucune rupture. Selon les provinces, les statisticiens de l’ancien bureau du zemstvo poursuivirent leurs travaux dans le cadre institutionnel du bureau de statistique soit du comité exécutif local, comme ici, soit du bureau de statistique local du VSNKh13. Dans les deux cas, ils formèrent ensuite, à partir de septembre 1918, le bureau régional de la TsSOu.

L’expérience professionnelle au service du changement

8De manière paradoxale, dans un premier temps, la continuité favorisa le changement. Tout d’abord, elle fut inscrite dans les textes réglementant l’organisation des bureaux régionaux de la TsSOu :

  • 14 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh…… », art. cit., § 3.

« Les organismes statistiques des goubernii, créés par les anciennes administrations de gestion locale des zemstva, par les comités d’approvisionnement et par les autres organisations qui étaient chargées de la conduite et du traitement des recensements de 1916 et 1917, sont considérés, en tant qu’organismes statistiques constitués de manière réglementaire, comme centres statistiques des goubernii et rebaptisés bureau statistique de la goubernia14. »

9L’application de cette réforme fut conduite à une cadence rapide, dans un contexte de grande effervescence de l’activité statistique, mais aussi de très grosses difficultés matérielles aggravées par le contexte de la guerre civile. Ceci fut particulièrement sensible dans les régions qui furent les plus touchées par les affrontements. Toutefois, l’expérience du terrain et de l’environnement institutionnel et politique local accumulée par les anciens statisticiens des zemstva permit de venir à bout de nombreux obstacles rencontrés. Les opérations du recensement agricole de l’été 1919 et du recensement de 1920 à trois volets, démographique, professionnel et agricole, purent être ainsi menées à bien.

  • 15 GASO, f. R-1, op. 2, d. 2, ll. 53-54.

10De ce point de vue, le recensement de 1919 laisse l’image d’un recensement à marche forcée. Il fut annoncé aux bureaux régionaux, en mars 1919, alors même que l’ensemble de ceux-ci était encore totalement mobilisé par les tâches urgentes d’organisation de la nouvelle administration statistique et par la nécessité de terminer au plus vite le traitement des recensements agricoles de 1916 et de 1917. Certains bureaux, dont ceux de Kazan et de Saratov, demandèrent de le reporter en raison des grosses difficultés pour organiser les opérations de collecte des données dans les campagnes où des combats se déroulaient15. Leur requête ne fut pas entendue par la Direction centrale.

  • 16 GASO, f. R-1, op. 1, d. 28, ll. 3ob, 6ob.

11Ce recensement se déroula l’été, dans des conditions très difficiles en raison du choix de la période. Programmé la semaine de la moisson, il posa de très nombreux problèmes d’organisation dans certaines provinces. Dans celle de Saratov, les enseignants, agents recenseurs habituels, étaient mobilisés pour les travaux des champs ; de leur côté, les agronomes étaient surchargés de travail. À l’insuffisance des crédits octroyés pour effectuer la collecte de données s’ajouta le retard dans l’acheminement des formulaires d’enquête depuis Moscou. Les difficultés de transport dans les districts ruraux et la proximité du front de la guerre civile achevèrent de retarder les opérations sur le terrain. Enfin, la plus grande confusion régnait, semble-t-il, dans les directives données par les comités exécutifs locaux. Chargés, en principe, de faciliter la conduite du recensement dans leurs circonscriptions administratives, certains d’entre eux avaient néanmoins donné ordre aux paysans de participer aux tâches de transport du bois pour leur zone. Absents de leur domicile, ceux-ci ne purent pas être interrogés par les agents recenseurs16.

12Les conditions de déroulement de ce recensement illustrent la marche générale de la nouvelle administration statistique d’État pendant l’année 1919. Les statisticiens des bureaux régionaux passèrent une grande partie de leur temps à résoudre localement les difficultés créées par la précipitation des ordres donnés au centre, qui s’ajoutèrent à celles de la période. Dans un tel contexte, seules une bonne connaissance de leur province et l’expérience acquise dans l’ancien bureau du zemstvo permirent aux statisticiens de faire face à la fois aux travaux d’enquête à effectuer et aux questions posées par l’organisation des nouveaux bureaux locaux de la statistique d’État. Leurs exigences en matière de qualification en furent renforcées, notamment à l’égard des jeunes recrues.

Âge et qualification

Une diversification des âges

13L’augmentation de l’effectif du personnel de la TsSOu s’accompagna d’une diversification des âges. Si la génération des anciens responsables des bureaux des zemstva restait aux commandes, le besoin de recruter de nombreux statisticiens de toutes catégories contribua à rajeunir les collectifs de travail issus de ces bureaux et à poser de manière aiguë la question de la qualification de ces nouveaux venus. Cela présentait un réel défi pour des hommes qui posaient comme priorité l’apprentissage du travail d’enquête sur le terrain que, seule, l’ancienneté pouvait garantir. Cette inquiétude transparaît derrière une remarque faite par G. S. Polliak dans son analyse des résultats de l’enquête sur les « forces statistiques » effectuée en 1920 :

  • 17 G. S. Polljak, art. cit., p. 129.

« Nous voyons qu’il y a un pourcentage assez important de jeunes même dans le groupe du personnel de direction (14,5 % chez les hommes, 29,5 % chez les femmes), ce qui indique une réduction forte de cette ancienneté professionnelle qui, dans le passé, était exigée pour occuper des fonctions de direction17. »

  • 18 Ibid., p. 126.

14La manière dont le statisticien précise la façon de définir la qualification d’un individu confirme les raisons de son inquiétude, qui était sûrement partagée par tous les statisticiens de sa génération qui avaient été formés aux mêmes valeurs professionnelles : « La qualification des statisticiens occupés à des travaux statistiques au moment du dénombrement ne peut être déterminée que de manière approximative, sur la base de leur ancienneté statistique antérieure et de leur formation en statistique18. ».

  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.., p. 129. Précisons que G. S. Polliak était né en 1888. En 1920, il n’avait donc que 32 ans, (...)
  • 21 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 211, ll. 11-12ob. La moyenne d’âge des chefs de département de la Directi (...)

15Polliak présente alors les différents âges de l’apprentissage du travail de statisticien. La tranche d’âges des moins de 21 ans est celle d’un « âge de demi-travail pour un statisticien, âge du travail laissé vierge par les mobilisations militaires ou autres19 ». La tranche des 21-25 ans correspond à l’âge « dans lequel, dans des conditions normales d’acquisition d’une ancienneté professionnelle, on commence à se former à des tâches de responsabilité ». La catégorie des 26-50 ans est « le groupe restant de ceux qui sont en âge de travailler ». Celle des plus de 50 ans comprend les « personnes qui sont déjà sorties de l’âge du travail ». Si cette classification nous livre le seuil (26 ans) au-dessous duquel il n’était pas pensable de confier à quelqu’un la responsabilité totale de travaux statistiques, en revanche, elle étonne par l’absence de tranches d’âges plus affinées pour le groupe de ceux qui avaient l’âge de la pleine maturité pour ces tâches (26-50 ans). En particulier, cette catégorie, très large, ne contient aucune distinction entre les plus jeunes et les plus âgés qui pourrait recouper une différence d’ancienneté professionnelle, critère de qualification pourtant jugé fondamental par la TsSOu à cette époque et repris par Polliak lui-même. Fait non moins étonnant, le groupe d’âges des plus de 50 ans est, en quelque sorte, présenté comme une catégorie résidu regroupant ceux qui ne sont plus en âge de travailler. Or, à ce moment-là, 13,5 % du personnel de direction masculin et 14,8 % du personnel technique masculin à qualification moyenne étaient tout de même dans cette tranche d’âges20. Si l’on prend la seule Direction centrale, 25 % des chefs de département avaient plus de 50 ans21.

  • 22 Ce point sera développé dans le chapitre suivant.

16Face à la nécessité d’embaucher beaucoup de personnes, et notamment des jeunes, les responsables de la TsSOu et de ses bureaux régionaux ont dû imaginer d’autres manières de former ces nouvelles recrues pour compenser une moindre expérience des enquêtes, y compris pour pourvoir les postes de direction. À cette fin, ils organisèrent, dès 1919, un système de cours de statistique à plusieurs niveaux22.

Une administration jeune

17Comme en témoigne le commentaire fait par Polliak à propos des résultats du dénombrement des « forces statistiques », la proportion des jeunes était effectivement une particularité de la nouvelle administration statistique d’État :

  • 23 G. S. Polljak, art. cit., p. 129.

« Un effectif élevé de jeunes est une particularité de la structure par âge des travailleurs de la statistique. L’importance de ces tranches d’âges paraît particulièrement forte si l’on prend en considération le fait qu’une grosse partie du personnel des employés au calcul n’a pas été prise en compte dans le dénombrement (pas de niveau inférieur à employé contrôleur) ; or, c’est un groupe qui est constitué principalement de jeunes23. »

18En fait, ce qui était noté comme un rajeunissement du « milieu » des statisticiens concernait beaucoup plus les femmes que les hommes puisque le groupe des moins de 25 ans comprenait 51,2 % des premières et 28,5 % des seconds :

Répartition par âge et par sexe du personnel statistique au sens strict de la TsSOu à la fin de 1920

Répartition par âge et par sexe du personnel statistique au sens strict de la TsSOu à la fin de 1920

Source : G. S. Polljak, « Statistic&eskie sily Respubliki », art. cit., p. 128.

19Que la part des jeunes femmes soit plus forte que celle des hommes était la conséquence directe du fait que, peu présentes jusque-là dans le monde de la statistique, elles étaient peu nombreuses dans le groupe d’âges des plus de 50 ans et avaient, par ailleurs, été recrutées en plus grand nombre que les hommes dans les tranches d’âges les plus jeunes. Si l’on compare la structure par âge du personnel statistique de la TsSOu avec celle des autres administrations d’État, on trouve une part de jeunes de moins de 25 ans sensiblement comparable. En revanche, une distinction plus fine entre les âges fait apparaître une proportion plus forte de jeunes de 21 à 25 ans, hommes ou femmes, dans les services statistiques des autres administrations d’État, la TsSOu se distinguant, pour sa part, par un pourcentage, plus élevé des jeunes hommes et femmes de moins de 20 ans. Cela semble lié à la plus forte proportion d’employés au calcul contrôleurs et de statisticiens de catégorie 3. Parmi ceux-ci, les femmes étaient particulièrement nombreuses.

Une hiérarchie des sexes et des qualifications

Un travail invisible

  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

20« En statistique le travail masculin prédomine », écrivait Polliak à la fin de l’année 192024. Si cette remarque s’appliquait parfaitement au milieu des statisticiens des zemstva dans lequel, il est vrai, on comptait très peu de femmes, en revanche, au début des années 1920, la situation avait déjà changé. Un seul chiffre en témoigne : les femmes représentaient 58,7 % de l’ensemble du personnel statistique de la TsSOu25. Si l’on s’en tient aux chiffres, la révolution s’était donc faite dans ce domaine-là aussi. En réalité, si elles constituaient plus de la moitié du personnel de la TsSOu, les femmes n’en formaient pas pour autant la partie la plus visible. Si l’on tient compte seulement des postes de responsabilité et de la composition du groupe des consultants, cette administration restait principalement un monde d’hommes. De ce point de vue, la remarque de Polliak est tout à fait justifiée. Elle demande toutefois à être illustrée par une analyse plus précise de la manière dont les femmes entraient dans le monde du travail de la statistique d’État.

21À la hiérarchie des qualifications correspondait une hiérarchie des sexes dans l’accès aux différents niveaux de postes :

Répartition par sexe et par qualification du personnel statistique au sens strict de l’administration statistique d’État à la fin de 1920

Répartition par sexe et par qualification du personnel statistique au sens strict de l’administration statistique d’État à la fin de 1920

Source : G. S. Polljak, art. cit., p. 129.

22Avec près d’un tiers de leur effectif dans les postes d’employés au calcul contrôleurs (32,80 %), les femmes constituaient 85,1 % du total de cette catégorie, ce qui autorise à parler d’une féminisation de la TsSOu par le bas de la hiérarchie. L’analyse de la structure des qualifications par sexe permet d’affiner ce constat :

Structure des qualifications par sexe du personnel statistique permanent de la TsSOu lors du dénombrement des « forces statistiques » de 1920 (en %)

Structure des qualifications par sexe du personnel statistique permanent de la TsSOu lors du dénombrement des « forces statistiques » de 1920 (en %)

Source : G. S. Polljak, ibid.

23Un fort déséquilibre entre les deux sexes caractérisait la structure des qualifications. Nouvellement entrées dans le monde de la statistique d’État, les femmes occupaient massivement les postes situés en bas de la hiérarchie. La majeure partie d’entre elles se trouvait dans le groupe à qualification faible des statisticiens de catégorie 3 et des employés au calcul contrôleurs. Outre cela, elles étaient beaucoup plus nombreuses que les hommes dans ces catégories, plus de deux fois dans celle des statisticiens de catégorie 3 et près de 6 fois dans celles des employés au calcul. Dans ce groupe-ci, on trouvait, en particulier, les femmes embauchées pour les opérations de traitement des recensements de 1918, 1919 et 1920.

  • 26 À ce sujet, voir Christine Johanson, Women’s Struggle for Higher Education in Russia, 1855-1900, K (...)

24Est-ce que ces nouvelles recrues pouvaient espérer bénéficier rapidement d’une promotion ? Cette question renvoyait directement aux critères de détermination de la qualification utilisés par les responsables de la TsSOu. Même si les femmes commençaient à profiter des effets du mouvement de scolarisation des filles engagé à la fin du xixe siècle et de leur accès plus large aux études supérieures26, elles étaient pénalisées par l’application conjuguée des deux critères de l’ancienneté et du niveau de formation. Nouvelles dans le travail statistique, et donc dépourvues de toute expérience professionnelle dans ce domaine, elles ne pouvaient espérer être recrutées à un niveau de qualification bien élevé, même quand elles avaient le niveau de formation scolaire ou universitaire requis pour un poste donné. Le diplôme ne suffisait pas. Elles durent faire leurs armes en statistique avant de pouvoir prétendre à un poste plus élevé.

  • 27 Malgré cela, aurait-elle figuré dans l’équipe de départ des responsables de la TsSOu si elle n’ava (...)
  • 28 RGAE, f. 1562, op. 30, d. 37.
  • 29 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 26, l. 19 (1918) ; op. 30, d. 11, l. 272 (1926).

25L’accès à une fonction de direction au sein de la Direction centrale ou de ses bureaux régionaux resta une ambition quasiment impossible à réaliser jusqu’à la fin des années 1920. Jusqu’en septembre 1926, date de son départ, Anna I. Khriachtcheva resta la seule femme chef de département de la Direction centrale. Elle avait été également la seule femme dans l’équipe des anciens statisticiens des zemstva qui organisa la TsSOu. Âgée de 49 ans en juin 1918, elle jouissait déjà de vingt années d’expérience professionnelle dans divers bureaux de zemstva, dans lesquels elle avait dirigé les travaux de nombreux recensements par ménage27. Après son départ de la Direction centrale, il n’y avait plus de femme à la tête d’un département spécialisé de statistique dans celle-ci28. Il est à noter également que, en 1926 comme en 1918, la Direction centrale ne comptait aucune femme dans le groupe de sa vingtaine de consultants29.

  • 30 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 211, ll. 11-13ob et op. 20, d. 3.
  • 31 RGAE, f. 1562, op. 20, d. 3, l. 64ob.

26La situation n’était pas bien meilleure dans les postes d’adjoints. Entre octobre 1918 et début janvier 1921, à la faveur de l’augmentation du nombre de départements de la Direction centrale, une seule femme devint chef adjoint, alors qu’il y avait un total de vingt-six départements30. Trois femmes seulement furent nommées à la fonction immédiatement inférieure dans la hiérarchie, celle de chef de section d’un département. Leur âge, compris entre 32 et 42 ans, pouvait leur laisser espérer une promotion à un poste de chef adjoint de département au bout de quelques années. Une seule le devint, le 1er octobre 1922, après deux ans et huit mois d’ancienneté31. Enfin, on ne trouvait que quatre femmes au rang inférieur d’adjointe de chef de section.

27Conformément aux règles de recrutement de la TsSOu, ces femmes étaient toutes dotées d’un diplôme d’études supérieures et pourvues d’une ancienneté dans le travail statistique.

Dans les régions aussi

28Ces règles s’appliquaient également dans les bureaux régionaux. L’exemple de celui de Saratov fournit un éclairage sur la situation dans un gros bureau de province.

29L’examen des listes de personnel des premières années de son existence, de décembre 1918 à l’année 1923, montre que les parcours des femmes étaient en général plus lents que ceux des hommes, même si, dans l’ensemble, c’est plutôt leur rapidité qui retient l’attention. Les deux leviers de promotion les plus efficaces étaient une ancienneté en statistique antérieure à l’ouverture du bureau et la fréquentation des cours de statistique organisés par celui-ci. Celles qui venaient du bureau du zemstvo ou de celui, transitoire, du service agraire du comité exécutif ont été parmi les premières promues. Pour ces femmes-ci, le trajet classique avait démarré par un poste d’employée au calcul ou, fait plus rare, de statisticienne de catégorie 3. Un exemple de chaque cas peut être donné pour illustrer les mécanismes de promotion.

  • 32 GASO, f. R-1, op. 1, d. 142, ll. 9ob-24 ; d. 206, ll. 2, 134 ; d. 287, l. 9 ; TsKhDNISO, f. 6105, (...)

30Munie d’un niveau de fin de l’enseignement secondaire, F. M. Levit était entrée en 1918, comme statisticienne de catégorie 3, au bureau du service agraire. Elle avait déjà atteint la catégorie 1 en octobre 1920 et fut promue statisticienne organisatrice le 1er janvier 1921. Elle était encore à ce poste en mars 192832.

  • 33 GASO, f. 313, op. 1, d. 52, ll. 86-86ob ; f. R-1, op. 1, d. 64, ll. 10ob, 29.
  • 34 GASO, f. R-1, op. 1, d. 206, ll. 3, 135 ; d. 287, l. 8 ; TsKhDNISO, f. 6105, op1, d. 3074, ll. 41- (...)

31De son côté, M. P. Belova était de celles qui avaient commencé au plus bas de l’échelle dans le bureau du service agraire. Avec un niveau de formation de l’enseignement primaire, elle entra en 1917 au bureau du zemstvo comme employée au calcul et accéda à la catégorie 3 de ce grade quand elle fut transférée au service agraire. Là, elle participa au traitement du recensement agricole de 1917. Elle devint employée au calcul de catégorie 1 en novembre 1919, après avoir suivi les premiers cours de statistique du bureau33. Sa carrière s’accéléra à la suite de cela. Devenue statisticienne de catégorie 2 en 1920, elle fut promue à la catégorie 1 le 1er janvier 1921. Elle était déjà statisticienne organisatrice en décembre 1921. Elle l’était encore en mars 192834.

32Son parcours met en évidence la combinaison de l’effet des deux critères essentiels de qualification utilisés par le bureau de statistique. En premier lieu, elle a bénéficié d’une ancienneté professionnelle qui garantissait une expérience pratique accumulée, de surcroît, dans la même spécialité. Ensuite, la formation théorique acquise dans le cadre des cours organisés par le bureau a accéléré sa carrière. Cependant, sans formation de l’enseignement supérieur, elle ne pouvait pas obtenir un poste de chef adjoint de section. Tel fut le cas de toutes celles qui, déjà statisticiennes organisatrices en 1921, pour les plus anciennes, ou en 1923, pour celles qui furent recrutées en janvier et février 1919, étaient encore à ce grade en 1928. Elles n’allèrent pas plus haut.

  • 35 GASO, f. R-1, op. 1, d. 233, ll. 4-4ob.
  • 36 TsKhDNISO, f. 6105, op. 1, d. 3074, ll. 41-44.

33De fait, malgré les nombreuses possibilités de promotion des premières années d’existence de ce bureau régional, les femmes accédèrent peu aux postes d’adjoint de chef de section. Effet de la politique de recrutement, les trajets de promotion des femmes vers ces postes-là furent bloqués, et le restèrent jusqu’à la fermeture du bureau en mai 1928. Celles qui sont devenues chefs adjoints de section, avec un niveau d’études de fin de l’enseignement secondaire, bénéficiaient d’une ancienneté de statisticienne de catégorie 3 ou de responsable de service dans l’ancienne administration du zemstvo d’un minimum de trois années35. En 1923, trois d’entre elles étaient à ces postes, en 1928, elles n’étaient pas plus de quatre36. Dans un tel contexte, développant des stratégies de compensation pour contourner un handicap, certaines d’entre elles semblent avoir saisi les possibilités de promotion offertes par les difficultés de recrutement dans les bureaux des districts ruraux pour accéder à des postes d’encadrement du personnel technique, voire de directeurs de bureau.

34Dans la première moitié des années 1920, tant à la Direction centrale que dans ses bureaux régionaux, les postes de direction continuaient à être occupés essentiellement par des hommes formés sous l’ancien régime tsariste, alors que les femmes commençaient à entrer nombreuses dans l’administration statistique par le bas de l’échelle. Féminisé en bas, masculinisé en haut, le personnel le fut un peu plus au fur et à mesure des recrutements. Néanmoins, des possibilités de promotion furent offertes aux femmes dès qu’elles eurent suivi les premiers cours de statistique de la TsSOu ou qu’elles eurent acquis une ancienneté suffisante. Elles furent augmentées, pour celles et ceux qui restèrent, par les postes libérés régulièrement à la suite de la forte circulation du personnel.

Une forte rotation du personnel

35Au début des années 1920, une forte rotation du personnel toucha, en effet, l’ensemble des services de la TsSOu. Loin d’être spécifique à celle-ci seule, ce phénomène a caractérisé l’ensemble du monde administratif pendant cette période. On peut noter, toutefois, quelques spécifités dans le cas de l’administration statistique. Tout d’abord, la forte instabilité du personnel fut liée en grande partie au niveau des salaires, qui étaient parmi les plus bas de l’ensemble des administrations d’État.

Une rotation aggravée par des salaires faibles

  • 37 V. V. Osinskij, « Poloz&enie i bliz&ajs&ie zadac&i gosudarstvennoj statistiki » (La situation et l (...)
  • 38 GASO, f. R-1, op. 1, d. 150, l. 48.
  • 39 GASO, f. R-1, op. 1, d. 216, l. 44ob.

36Au sein de la Direction centrale comme dans ses bureaux régionaux, la rémunération fut un sujet de préoccupation et de revendication constant tout au long des années 1920. Si le niveau faible des salaires était une condition partagée par toutes les administrations soviétiques au début de cette période, il était néanmoins particulièrement accusé dans l’administration statistique, donnant lieu à des manifestations régulières de mécontentement de la part de son personnel. Encore en 1927, Valerian V. Ossinki, directeur de la TsSOu, ne craignait pas de parler de « paupérisme en statistique », tout en reconnaissant que, si une légère amélioration avait pu être obtenue, en 1926, pour la Direction centrale, la situation n’avait pratiquement pas été modifiée dans les régions37. Celle-ci, déjà très dégradée pendant la guerre civile, n’avait quasiment pas évolué ensuite. Déjà, en septembre 1921, un des responsables du bureau de Saratov, déclarait : « dans les autres administrations, les employés reçoivent un traitement bien plus élevé que nos salaires, même augmentés de douze fois38 ». Au mois de mai 1922, dans le même bureau, le salaire moyen était de 9 500 roubles par an, ce qui équivalait à 63,33 % du minimum vital, fixé, à l’époque, à 15 000 roubles par an39. Cette situation salariale témoignait, en fait, du statut de second ordre de l’administration statistique au sein du système administratif de l’État soviétique.

  • 40 GASO, f. R-1, op.1, d. 152, l. 2.
  • 41 GASO, f. R-1, op. 1, d. 40, l. 19ob.

37Dans un contexte de grosses difficultés de la vie quotidienne, particulièrement pendant la guerre civile, le niveau faible des salaires et l’irrégularité de leur versement posèrent de réels problèmes pour conserver le personnel. Complément indispensable, les rations de produits alimentaires et les fournitures en chaussures et vêtements étaient également distribuées de manière irrégulière et en quantité insuffisante. Cette situation d’ensemble fut à l’origine d’une fuite du personnel, particulièrement du plus qualifié, vers d’autres administrations. Les plus qualifiés étaient en effet les mieux armés pour trouver un poste mieux rémunéré ailleurs40. Cette situation était signalée à tous les niveaux de la hiérarchie administrative de la TsSOu, des bureaux de district à la Direction centrale. Néanmoins, elle était beaucoup plus accusée dans les régions, et particulièrement dans les districts ruraux. Dès le début de l’année 1919, la mobilisation des hommes par l’armée avait aggravé la désorganisation du travail qui résultait de l’insuffisance de statisticiens pour encadrer les employés moins qualifiés41. En décembre, les responsables du bureau de Saratov demandèrent à la Direction centrale d’examiner l’ensemble de cette question et de la mettre à l’ordre du jour de la conférence statistique qui devait se tenir le mois suivant :

  • 42 GASO, f. R-1, op. 1, d. 22, l. 78.

« Le collège a décidé de s’adresser à la TsSOu pour lui demander qu’à la prochaine conférence statistique, qui se tiendra à Moscou à partir du 23 janvier, soit examinée la question de la situation difficile des bureaux statistiques locaux qui restent sans travailleurs, en particulier sans responsables, à cause des différentes formes de mobilisation, ainsi que le problème posé par la fuite des employés du bureau de Saratov vers d’autres administrations où le travail est mieux payé et où les employés jouissent d’avantages de différentes sortes42. »

38Ceux qui partaient étaient prêts à changer de profession pour recevoir un meilleur salaire :

  • 43 GASO, f. R-1, op.1, d. 152, ll. 2ob-3.

« Les forces statistiques peu nombreuses dont on dispose sont éparpillées dans diverses institutions où il est plus avantageux de travailler quand bien même il s’agit d’un travail qui n’est en rien statistique43. »

39Dans les districts ruraux, l’insuffisance de main-d’œuvre qualifiée créait une forte concurrence entre administrations pour attirer des statisticiens. En janvier 1921, lors d’une réunion du conseil de la statistique de la province de Saratov, le directeur du bureau du district de Serdobsk mit l’accent sur les problèmes posés par le niveau bas des salaires de l’administration statistique pour recruter, mais aussi pour conserver le personnel :

  • 44 Ibid.

« Le bureau manque cruellement de statisticiens et ne peut en obtenir de nulle part mais, en même temps, il y a, à Serdobsk, des personnes qui conviendraient. Ainsi, mes deux anciens collaborateurs que j’ai formés, à qui j’ai appris le travail, sont maintenant au comité à l’Approvisionnement du district, où ils font un travail que tout simple employé peut exécuter avec succès. À plusieurs reprises, j’ai essayé de les faire revenir au bureau, mais l’organisme dans lequel ils exercent ne les autorise pas à partir. Je me suis adressé au comité exécutif du district à ce sujet, celui-ci a pris un arrêté relatif à leur transfert, mais jusqu’ici rien n’est sorti de cela. Tant que la rémunération, chez nous, sera d’une telle misère, personne ne viendra et nous resterons sans travailleurs ; et pourtant le bureau de la province doit recevoir toutes ses informations par l’intermédiaire de ses bureaux de district44. »

40La forte rotation du personnel créait de réelles difficultés pour organiser le travail, assurer sa continuité et garantir la qualité des tâches effectuées. Les problèmes posés par l’écart des salaires entre l’ensemble des bureaux de la TsSOu et les autres administrations provoquèrent le départ de nombreux statisticiens vers les deux institutions directement concurrentes dans la production des données, le Conseil suprême à l’économie nationale et le Gosplan. Ils contribuèrent également à faire partir les statisticiens les plus qualifiés des bureaux régionaux dans une administration centrale à Moscou.

41Face à une telle situation, seule la stabilité des responsables les plus anciens du bureau de Saratov, issus de celui du zemstvo, put garantir la continuité du travail et de sa qualité. Outre cela, le bureau puisa dans le réseau des statisticiens d’autres institutions locales pour trouver ponctuellement le personnel d’encadrement nécessaire aux opérations d’enquête et de traitement des données des différents recensements. Il fut fait appel en priorité aux anciens compagnons du zemstvo et du mouvement coopératif.

42La rotation du personnel fut amplifiée par les particularités mêmes du travail statistique.

Une rotation du personnel induite par le fonctionnement lui-même

43L’utilisation d’un personnel temporaire pour le traitement des enquêtes et des recensements était une pratique habituelle et institutionnalisée de l’administration statistique d’État pour faire face à tout travail urgent. Ceci était particulièrement le cas dans les bureaux de province puisqu’ils étaient chargés d’organiser les tâches de collecte et les premières opérations d’exploitation des données. Le recrutement temporaire d’employés au calcul suivait ainsi le rythme des recensements et des enquêtes agricoles saisonnières et reposait sur le recours régulier à un volant de main-d’œuvre. Dans ce domaine aussi, l’exemple du bureau de Saratov est éclairant.

  • 45 GASO, f. R-1, op. 1, d. 1, l. 64.
  • 46 GASO, f. R-1, op. 1, d. 64, ll. 29-31.

44Dès son ouverture, en décembre 1918, son directeur évaluait à un minimum de quatre-vingt personnes l’effectif du personnel temporaire nécessaire. Rapporté à un nombre de cent vingt à cent cinquante salariés permanents, cela représentait plus d’une personne pour deux permanents45. Un budget spécifique était affecté chaque année à ce type de tâches. Les sections qui effectuaient des recensements et des grosses enquêtes étaient, bien sûr, les plus concernées par cet appel régulier à une main-d’œuvre de réserve et par les fortes fluctuations des effectifs. Parmi elles, celle de la statistique agricole est exemplaire. Le 1er janvier 1920, mobilisée encore par le traitement du recensement de 1919, elle comptait cent vingt-cinq personnes : une armée de cent dix-sept employés calculait les données, encadrée par huit personnes, le chef de section, deux statisticiens de catégorie 1, un de catégorie 2 et quatre de catégorie 346. Beaucoup de futurs employés permanents sont entrés ainsi dans ce bureau, par le bas de l’échelle. Toutefois, la plupart des employés temporaires conservèrent ce statut. On comptait beaucoup de femmes parmi eux. Ainsi, au début de l’année 1919, 80,3 % des temporaires de la section de la statistique agricole du bureau de Saratov étaient des femmes. La hiérarchie des sexes correspondait également à une inégalité face au statut de l’emploi.

45Cette instabilité du personnel fut aggravée par le contexte de la période.

Une rotation du personnel aggravée par le contexte de la période

  • 47 À ce sujet, voir notamment Nicolas Werth, Histoire de l’Union soviétique, Paris, PUF, 1990, p. 134 (...)
  • 48 Sur l’ampleur de cette famine, voir, en particulier, Stephen G. Wheatcroft, « Famine and epidemic (...)

46Les effets de la guerre civile ont désorganisé l’activité des bureaux de la TsSOu situés dans les régions les plus touchées, comme celles de la Basse et Moyenne Volga par exemple. Ces provinces-ci ont souffert de conditions de vie et d’approvisionnement très difficiles en raison des combats et de différentes formes de pillage47, et ensuite, à partir de l’année 1921, à cause d’une famine meurtrière dont les effets commençaient tout juste à s’estomper en 192348.

  • 49 Sur les difficultés rencontrées pour effectuer la collecte des données du recensement de 1919 dans (...)

47Les bureaux de statistique de district furent les plus affectés par les conséquences d’une telle situation sur la gestion du personnel. De ce point de vue, l’année 1919 fut particulièrement difficile. La proximité des lignes de combat faisait fuir les populations locales et aggravait les problèmes de recrutement dans toutes les catégories de personnel. Confrontés à de très grosses difficultés pour circuler dans les campagnes, les statisticiens des bureaux de district eurent, en outre, beaucoup de peine à trouver du personnel temporaire pour la collecte des données. Certains avouaient même ne plus savoir s’il y avait encore des correspondants volontaires dans leur circonscription. Dans de telles conditions, effectuer le recensement agricole de l’été 1919 devint une mission à la fois dangereuse et impossible dans certaines zones49.

  • 50 GASO, f. R-1, op. 1, d. 261.

48Quand la famine commença à se développer, au début de l’année 1921, la situation empira. Dans la province de Saratov, qui se trouvait au cœur de la zone de la famine, l’absentéisme des employés à la recherche de moyens de survie vint s’ajouter aux départs de certains vers d’autres villes ou d’autres régions où ils espéraient trouver de la nourriture. Cette situation était encore signalée par les directeurs de bureaux de district lors de leur congrès de la fin février 192350.

  • 51 GASO, f. R-1, op. 1, 172, ll. 5-5ob.

49Une lettre du 9 juillet 1921, envoyée sous forme d’appel au secours par celui de Khvalynsk au soviet de la province de Saratov, donne une idée de l’ampleur de la famine et de ses inévitables répercussions sur les conditions de réalisation du travail51. Dans ce texte, ce directeur répond à une circulaire du soviet, transmise par le bureau de la province, qui demandait aux responsables des administrations d’utiliser des sanctions contre l’absentéisme, les retards et la faible productivité au travail de leurs subordonnés :

  • 52 Dans le système à cinq points d’évaluation du volume de la récolte, le niveau un était le plus fai (...)
  • 53 Un fount équivalait à 409,5 grammes.

« Une situation alimentaire générale catastrophique a frappé cette année le district de Khvalynsk. Les bulletins récapitulatifs sur la situation des céréales et des herbages donnent une évaluation moyenne, selon le système des cinq points, qui n’est pas supérieure à un52, par conséquent la rude épreuve de la famine est à attendre pour l’hiver. Les collaborateurs du bureau statistique du district n’ont rien à échanger contre du pain, ni même personne avec qui échanger […]. J’ai adressé une requête au service du commissariat à l’Approvisionnement du district pour demander de ravitailler les employés du bureau bien que, au fond, cela soit un soutien trop insignifiant, mais je n’ai encore rien reçu ; par conséquent, mes collaborateurs sont condamnés à mourir de faim. Le traitement qu’ils reçoivent ne suffit même pas pour acheter un fount53 de pain. »

  • 54 GASO, f. R-1, op. 1, d. 261, l. 1ob.

50Les effets de la famine affectèrent également l’organisation de base de la collecte des données dans les campagnes. Ils contribuèrent notamment à désorganiser les réseaux de correspondants volontaires qui venaient d’être reconstitués à grand peine. Dans les districts d’où une grosse partie de la population était partie pour fuir la famine, ceux-ci n’étaient toujours pas rétablis au début de l’année 192354.

51Face à une telle situation d’ensemble, le maintien du niveau de qualification de l’ensemble du personnel des bureaux de statistique fut une préoccupation centrale pour leurs responsables. Les difficultés posées par la guerre civile et la famine, dans certaines régions, compliquèrent leur tâche. La rotation forte du personnel fut un handicap supplémentaire pour organiser et stabiliser des collectifs de travail dont la composition interne se diversifiait en même temps que leurs effectifs augmentaient. Seule l’expérience du travail statistique et des enquêtes locales des anciens statisticiens des zemstva put préserver, au moins en partie, la stabilité nécessaire au travail au milieu des transformations institutionnelles et politiques. Dans ce domaine aussi, la continuité a été mise au service du changement.

52En effet, dans une période de réelle effervescence de la production statistique, la qualité de celle-ci n’aurait pas pu être garantie sans la continuité des hommes et des structures au niveau local. Les bureaux régionaux de la TsSOu n’auraient pas pu non plus être organisés à une allure aussi rapide. Dans un tel contexte, déterminés dans leur politique de recrutement d’un personnel qualifié, leurs responsables et ceux de la Direction centrale comprirent très tôt que la seule issue résidait dans un effort de formation du personnel déjà en place pour augmenter la qualification de ses membres tout en leur offrant des possibilités de promotion pour pourvoir les postes d’encadrement récemment créés.

Notes

1 Sur le rôle des formes de mobilisation économique et sociale liées à l’économie de guerre dans la genèse du système soviétique, voir J. Sapir, op. cit., et « La guerre civile… », art. cit. : voir aussi les pages consacrées à ce sujet dans Peter Holquist, « La question de la violence », in M. Dreyfus et alii, (dir.), Le siècle des communismes, op. cit., p. 122-143.

2 Il s’agit de l’Osoboe sovechtchanie po prodovolstvennomou delou. Cette instance, créée le 15 août 1915, regroupait des représentants des ministères de l’Agriculture, de l’Économie et des Transports, de l’Union des zemstva et de l’Union des villes, et était présidée par le ministre de l’Agriculture.

3 Sur les questions posées au sujet de l’organisation du recensement agricole de 1916, voir notamment A. Stanziani, « Spécialistes, bureaucrates et paysans… », art. cit.

4 P. I. Popov, « Avtobiografija », art. cit., l. 8.

5 Ibid., l. 9.

6 Le ministère était devenu ministère de l’Agriculture, mais le bureau du recensement était resté en place.

7 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, l. 9.

8 Ibid.

9 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 30, l. 63.

10 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 31, l. 129. Les premiers chefs de département ont été Evgteni V. Pachkovski, Timofeï I. Semenov, Viktor V. Stepanov, Aleksandr E. Lossitski, Vassili G. Mikhaïlovski, Anna I. Khriachtcheva, Aleksandr R. Brilling, Sergeï M. Bogoslovski, Panteleïmon A. Vikhliaev, Iakov V. Bliakher.

11 GASO, f. 313, op. 1, d. 52, l. 86 ; f. R-1, op. 1, d. 1, l. 59.

12 GASO, f. R-1, op. 1, d. 40, ll. 4-4ob.

13 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 31, ll. 139-141.

14 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh…… », art. cit., § 3.

15 GASO, f. R-1, op. 2, d. 2, ll. 53-54.

16 GASO, f. R-1, op. 1, d. 28, ll. 3ob, 6ob.

17 G. S. Polljak, art. cit., p. 129.

18 Ibid., p. 126.

19 Ibid.

20 Ibid.., p. 129. Précisons que G. S. Polliak était né en 1888. En 1920, il n’avait donc que 32 ans, ce qui peut expliquer de tels choix de catégorisation.

21 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 211, ll. 11-12ob. La moyenne d’âge des chefs de département de la Direction centrale était de 46,6 ans.

22 Ce point sera développé dans le chapitre suivant.

23 G. S. Polljak, art. cit., p. 129.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 À ce sujet, voir Christine Johanson, Women’s Struggle for Higher Education in Russia, 1855-1900, Kingston, 1987 ; voir également Christine Ruane, Gender, Class and the Professionalization of Russian City Teachers, 1861-1914, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1994.

27 Malgré cela, aurait-elle figuré dans l’équipe de départ des responsables de la TsSOu si elle n’avait pas été l’épouse de P. I. Popov ?

28 RGAE, f. 1562, op. 30, d. 37.

29 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 26, l. 19 (1918) ; op. 30, d. 11, l. 272 (1926).

30 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 211, ll. 11-13ob et op. 20, d. 3.

31 RGAE, f. 1562, op. 20, d. 3, l. 64ob.

32 GASO, f. R-1, op. 1, d. 142, ll. 9ob-24 ; d. 206, ll. 2, 134 ; d. 287, l. 9 ; TsKhDNISO, f. 6105, op. 1, d. 3074, l. 41.

33 GASO, f. 313, op. 1, d. 52, ll. 86-86ob ; f. R-1, op. 1, d. 64, ll. 10ob, 29.

34 GASO, f. R-1, op. 1, d. 206, ll. 3, 135 ; d. 287, l. 8 ; TsKhDNISO, f. 6105, op1, d. 3074, ll. 41-44.

35 GASO, f. R-1, op. 1, d. 233, ll. 4-4ob.

36 TsKhDNISO, f. 6105, op. 1, d. 3074, ll. 41-44.

37 V. V. Osinskij, « Poloz&enie i bliz&ajs&ie zadac&i gosudarstvennoj statistiki » (La situation et les tâches immédiates de la statistique d’État), Vestnik statistiki, 2, 1927, p. 14-35.

38 GASO, f. R-1, op. 1, d. 150, l. 48.

39 GASO, f. R-1, op. 1, d. 216, l. 44ob.

40 GASO, f. R-1, op.1, d. 152, l. 2.

41 GASO, f. R-1, op. 1, d. 40, l. 19ob.

42 GASO, f. R-1, op. 1, d. 22, l. 78.

43 GASO, f. R-1, op.1, d. 152, ll. 2ob-3.

44 Ibid.

45 GASO, f. R-1, op. 1, d. 1, l. 64.

46 GASO, f. R-1, op. 1, d. 64, ll. 29-31.

47 À ce sujet, voir notamment Nicolas Werth, Histoire de l’Union soviétique, Paris, PUF, 1990, p. 134-139 ; Leonard Schapiro, Les Bolcheviks et l’opposition, Origines de l’absolutisme communiste, Paris, Iles d’or, 1956, chap. IX.

48 Sur l’ampleur de cette famine, voir, en particulier, Stephen G. Wheatcroft, « Famine and epidemic crises in Russia, 1918-1922 : the case of Saratov », Annales de Démographie historique, 1983, p. 329-351.

49 Sur les difficultés rencontrées pour effectuer la collecte des données du recensement de 1919 dans certaines provinces, voir A. I. Hrjas& C& eva, « O rabotah Otdela Sel’skohozjajstvennyh perepisej » (Les travaux du département des recensements agricoles), Vestnik statistiki, 1-4, 1920, p. 180-183.

50 GASO, f. R-1, op. 1, d. 261.

51 GASO, f. R-1, op. 1, 172, ll. 5-5ob.

52 Dans le système à cinq points d’évaluation du volume de la récolte, le niveau un était le plus faible.

53 Un fount équivalait à 409,5 grammes.

54 GASO, f. R-1, op. 1, d. 261, l. 1ob.

Table des illustrations

Titre Répartition par âge et par sexe du personnel statistique au sens strict de la TsSOu à la fin de 1920
Légende Source : G. S. Polljak, « Statistic&eskie sily Respubliki », art. cit., p. 128.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22018/img-1.png
Fichier image/png, 128k
Titre Répartition par sexe et par qualification du personnel statistique au sens strict de l’administration statistique d’État à la fin de 1920
Légende Source : G. S. Polljak, art. cit., p. 129.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22018/img-2.png
Fichier image/png, 109k
Titre Structure des qualifications par sexe du personnel statistique permanent de la TsSOu lors du dénombrement des « forces statistiques » de 1920 (en %)
Légende Source : G. S. Polljak, ibid.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22018/img-3.png
Fichier image/png, 81k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable