Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Devenir statisticien de l'État bolchevik

Chapitre 6. Le nombre et la qualification

Texte intégral

  • 1 Grigorij S. Polljak, « Statistic&eskie sily Respubliki » (Les forces statistiques de la République (...)

1À l’automne 1920, deux ans après sa création, la TsSOu comptait 3 291 personnes employées à une tâche statistique à proprement parler, à Moscou et dans les régions1. Un gonflement aussi rapide des effectifs a bousculé les formes d’organisation de l’activité des anciens bureaux des zemstva et obligé leurs responsables à repenser la répartition des tâches entre les différentes catégories de personnel et la définition des qualifications. L’analyse des choix effectués au sein de la Direction centrale de la statistique et de ses bureaux régionaux permet de mettre en évidence la logique de la définition des compétences et des qualifications adoptée par un corps de professionnels confronté à une augmentation très rapide de ses effectifs. Dans une telle situation, tout groupe professionnel se trouve face à la nécessité de préciser et de redéfinir les principes de son organisation. La période qui va de janvier 1919 au printemps 1921 sera privilégiée pour analyser ce processus, dans la mesure où elle correspond à la phase d’expansion forte des effectifs de la TsSOu, avant les premières grosses réductions du personnel de l’année 1922.

Un gonflement rapide des effectifs

Qui compter ?

  • 2 « Dekret ob objazatel’nom uc&ete statistic&eskih sil RSFSR » (Décret sur le dénombrement obligatoi (...)

2Les données dont nous disposons ont été calculées à partir des chiffres fournis par le dénombrement des « forces statistiques » de la République de Russie effectué par la TsSOu en 1920. Décidée par un décret du 21 mai 1920 du Conseil du travail et de la défense, cette enquête fut réalisée, de juin à octobre, dans l’ensemble des administrations et des organismes soviétiques, en Russie et en Ukraine, pour enregistrer et compter toutes les « forces statistiques de la République » en vue de leur mobilisation pour les opérations du recensement de 19202.

  • 3 Comme déjà précisé, le terme stchetchik a été traduit par « employé au calcul ». Ceci correspond à (...)

3Il est, tout d’abord, nécessaire de s’arrêter sur les critères utilisés par la Seuls ceux qui possédaient le titre de statisticien et les employés au calcul ayant la qualification la plus élevée, celle de contrôleur3, ont été pris en compte. Cette définition du personnel statistique au sens strict n’incluait donc ni les employés au calcul de catégorie inférieure ni le personnel administratif. Ces choix éclairent la définition que la TsSOu avait du statisticien professionnel de l’administration d’État. Les employés au calcul des catégories 1, 2 et 3 en étaient exclus. Par ailleurs, seul le personnel permanent était compté, critère important à cette période où beaucoup de personnel temporaire avait été embauché pour les opérations de collecte et de traitement du recensement de la fin du mois d’août 1920. Enfin, n’étaient pas non plus comptabilisés les statisticiens qui cumulaient deux emplois, c’est-à-dire ceux qui exerçaient dans les bureaux de l’administration statistique d’État tout en ayant leur emploi principal dans une autre institution. Cela était le cas notamment des professeurs des établissements d’enseignement supérieur.

  • 4 G. S. Polljak, art. cit., p. 123.

4Sur un total de 2 832 statisticiens recensés à la fin de l’été 1920, 156 étaient en poste à la Direction centrale, 2 108 dans ses bureaux de province et 568 dans ceux de district4. Près de 95 % de l’ensemble du personnel statistique permanent de la TsSOu était donc, à cette époque, employé dans les régions.

Un développement rapide des bureaux régionaux

5Les bureaux régionaux constituaient effectivement la plus grosse partie de l’appareil administratif de la TsSOu. À la fin de l’année 1920, l’implantation des bureaux de district n’était pas complètement terminée dans les régions où la guerre civile avait été la plus rude, et le rattachement définitif des bureaux de statistique urbaine n’était pas achevé. Au début de l’année 1921, l’effectif de leurs 255 statisticiens et la mise en place définitive des bureaux des districts ruraux allaient contribuer à faire grossir encore les bureaux régionaux.

6Héritage de l’ancien réseau des bureaux des zemstva, les dix plus gros bureaux régionaux se trouvaient dans la partie européenne de la Russie :

Personnel statistique des dix plus gros bureaux de province en 1920

Personnel statistique des dix plus gros bureaux de province en 1920

Source : G. S. Polljak, « Statistic& eskie sily Respubliki », art. cit., p. 121.

7En Ukraine, le bureau de Kharkov, héritier lui aussi d’un bureau de zemstvo très actif situé dans une ville universitaire, figurait également parmi les plus gros bureaux de la TsSOu, avec un effectif de 95 statisticiens.

  • 5 GASO, f. R-1, op. 1, d. 164, l. 75.

8De fait, si l’on tient compte de toutes les catégories d’employés, l’effectif total réel du personnel de chaque bureau régional était beaucoup plus élevé que celui indiqué par le dénombrement de la TsSOu. L’enquête administrative de janvier 1921, qui concernait l’ensemble des fonctionnaires des administrations, en offre un aperçu. Elle fournit une répartition précise par fonction de l’ensemble du personnel statistique permanent et temporaire des bureaux régionaux de la TsSOu et inclut tous les employés au calcul ainsi que le personnel administratif. Ne laissant de côté que les statisticiens cumulant deux emplois, elle donne donc un état complet de la composition de chaque bureau régional. Dans le cas de Saratov, les calculs aboutissent à un effectif total de 404 personnes pour l’ensemble du bureau de la province et de ses bureaux de district, soit 3,2 fois plus que celui donné dans le tableau ci-dessus5.

9Outre cela, la structure du personnel par fonction et par qualification apparaît beaucoup plus diversifiée que dans l’ancien bureau du zemstvo :

Répartition par fonction du personnel permanent et temporaire du bureau régional de Saratov au 1er janvier 1921

Répartition par fonction du personnel permanent et temporaire du bureau régional de Saratov au 1er janvier 1921

Source : GASO, f. R-1, op. 1, d. 164, l. 75

  • 6 Au sens large, le personnel statistique comprend tous ceux qui exercent une tâche en lien direct a (...)
  • 7 GASO, f. R.1, op. 2, d. 40, l. 55.
  • 8 Après la suppression des zemstva par la loi, leurs bureaux de statistique ont été placés sous la t (...)

10Parmi les 324 membres du personnel statistique au sens large6, 91 personnes occupent un poste dans un bureau de district7. Deux ans après l’ouverture du bureau régional, son directeur se trouve donc à la tête d’un effectif total de 404 personnes, dont un cinquième est constitué par le personnel administratif. Il est confronté à un changement d’échelle considérable par comparaison avec les effectifs qu’il a pu connaître dans ses années passées à la direction du bureau du zemstvo8. Il passe du statut de chef d’une division administrative à celui de directeur d’une administration à part entière, qui possède même des services en dehors de ses propres murs. Quant aux chefs des diverses sections, particulièrement des plus grosses, comme celle de la statistique agricole, ils passent des liens étroits d’une petite équipe de deux ou trois personnes travaillant sur une même enquête à la direction d’un collectif de travail qui a la taille de l’ancien bureau du zemstvo. Pour eux aussi, il s’agit d’un changement d’échelle complet.

Un changement d’échelle dans la gestion des hommes

  • 9 GASO, f. R-1, op. 1, d. 17.

11L’ère du compagnonnage en statistique était terminée. Dorénavant il fallait diriger, faire fonctionner une administration au plein sens du terme, avec tous les problèmes d’organisation du travail que cela impliquait. Cela supposait, en particulier, de fixer une répartition précise des tâches et des critères de recrutement répondant strictement aux compétences exigées par les postes à pourvoir. Cette évolution du mode de gestion du personnel, déjà entamée avant 1917, s’est poursuivie à une tout autre échelle après la réforme de 1918, ce qui en a rendu la conduite parfois difficile. L’augmentation rapide et forte des effectifs s’est accompagnée d’une plus grande diversification des statuts, des profils et des individus qui a rendu la gestion humaine du collectif de travail plus complexe. Des désaccords entre employés ont commencé à coexister avec des manifestations de plus en plus nombreuses de non respect de certaines règles de discipline dans le travail, en particulier des retards à l’arrivée au bureau et un fort absentéisme9.

12Les anciens statisticiens des zemstva furent confrontés à une transformation inévitable des relations au sein du collectif de travail de chaque nouveau bureau de statistique. Aux liens proches et souvent amicaux entre le directeur et ses collaborateurs qui régnaient dans un bureau de zemstvo ont succédé des rapports beaucoup plus formels et impersonnels entre un patron et ses subordonnés, réglés, dans certains cas, par une forme d’anonymat, organisés aussi, parfois, par des membres du parti agissant de l’extérieur à travers le syndicat. En effet, dès l’année 1919, les questions relatives à la vie quotidienne, au ravitaillement par exemple, mais également aux relations de travail devinrent le domaine du comité local du syndicat, le mestkom. Dorénavant, le directeur du bureau ne serait plus seul, loin de là, à veiller sur les conditions de travail et l’évolution de la carrière des membres de son personnel.

  • 10 Pour un exemple de dénonciation dans la Direction centrale, cf. A. Blum, « La purge de 1924…», art (...)

13La transformation d’une petite structure à effectif réduit en une administration beaucoup plus nombreuse, ayant grossi très vite en quelques mois avec un apport important de personnel nouveau, touchée de surcroît par une forte rotation d’une partie de ses employés, fournissait un terrain favorable à une forme plus anonyme des relations au sein du personnel, voire à des pratiques de dénonciation10. De ce point de vue aussi, il y avait passage à un autre âge des rapports entre individus dans la corporation des statisticiens. Dans une administration d’État de plus en plus structurée par une division du travail entre sections et entre personnes, les relations humaines prenaient progressivement la forme de simples relations de travail salarié. On n’était plus uniquement entre proches, entre compagnons de travail, parfois entre compagnons de route ou amis. On côtoyait aussi des inconnus. Le caractère plus impersonnel des liens entre les individus ne pouvait que conduire à une régulation de plus en plus administrative des relations de travail, passant de la gestion d’une seule équipe à la direction d’une juxtaposition de collectifs de travail aussi nombreux que l’effectif des départements dans la Direction centrale, ou des sections dans un bureau régional.

  • 11 Vserossiïskii profsoiouz rabotnikov sovetskikh obchtchestvennikh i torgovikh outchrejdenii i predp (...)

14L’existence d’un comité du syndicat venait en outre modifier le mode d’expression de la solidarité entre collègues. À une forme d’entraide entre individus allait succéder une autre forme d’intervention, régie par des principes et des règles édictés par un même syndicat pour tous. Cette forme d’extériorité au groupe des anciens était accusée par le fait que les statisticiens russes ne disposaient pas, à cette époque, de leur propre syndicat, mais dépendaient de celui des travailleurs des organismes publics et commerciaux et des entreprises soviétiques11.

L’enjeu de la qualification

15Dans ce contexte de profonds changements institutionnels, le respect du critère de la qualification dans le recrutement des statisticiens devint un enjeu central, un principe fermement défendu par les plus anciens d’entre eux.

Une question posée au niveau national

16Dans une situation de très forte augmentation des besoins en personnel, l’insuffisance de personnes qualifiées fut un sujet de préoccupation pour l’ensemble des responsables de la TsSOu dès l’année 1919. Cette question fit l’objet d’une intervention de P. A. Vikhliaev lors de la troisième conférence statistique, qui se tint à Moscou du 20 au 29 janvier 1921 :

  • 12 « Doklad P. A. Vihljaeva o postanovke statistic&eskogo obrazovanija » (Exposé de P. A. Vikhliaev s (...)

« P. A. Vikhliaev a, tout d’abord, insisté sur les plaintes régulières que l’on entend de tous côtés, tant au centre que dans les régions, à propos du manque de forces statistiques qualifiées pour exécuter les gros travaux et les tâches de responsabilité qui incombent à la statistique d’État. Notre famille statistique a du mal à s’enrichir de nouveaux collaborateurs, formés dans le domaine scientifique et pourvus d’un niveau élevé de qualification12. »

17Les responsables de la TsSOu s’impatientaient devant la difficulté à recruter un personnel qualifié suffisamment nombreux pour faire face à l’ampleur des travaux statistiques à effectuer. Il n’était pas question pour autant d’assouplir l’application des critères de compétence fixés par la grille des qualifications qu’ils avaient élaborée pour les différents types de postes.

Une grille stricte des qualifications

18La grille des qualifications utilisée était la même que celle qui avait été élaborée pour le dénombrement des « forces statistiques » de 1920. Elle précisait les fonctions correspondant à chaque niveau de qualification:

Tableau des groupes de qualification du personnel statistique de la TsSOu

Tableau des groupes de qualification du personnel statistique de la TsSOu

Sources : G. S. Polljak, art. cit, p. 126, et « Dekret ob objazatel’nom uc&ete

statistic&eskih sil RSFSR », art. cit., p. 197-198.

  • 13 Ainsi, des hommes d’origine noble qui n’avaient bénéficié que d’un enseignement délivré par des pr (...)

19Cette grille offrait un outil homogène pour l’ensemble des services centraux et des bureaux régionaux de la TsSOu. Elle éclaire les critères utilisés pour définir la qualification. L’expérience professionnelle était le principal. En toute logique, l’ancienneté acquise avant 1918 dans un service statistique était donc prise en compte pour classer les nouvelles personnes recrutées par la TsSOu. Les anciens directeurs d’organisme ou de service statistique étaient comptés dans le personnel de direction. De leur côté, les anciens instructeurs des enquêtes locales étaient inclus dans le personnel à qualification moyenne, tout comme les personnes ayant acquis une formation théorique mais ne disposant d’aucune expérience pratique. Les anciens agents recenseurs des enquêtes locales étaient assimilés à des statisticiens de catégorie 3. Les trois catégories inférieures du groupe des employés au calcul n’étaient pas prises en compte. Elles concernaient le personnel n’ayant pas un niveau de formation attesté13 de l’enseignement secondaire et n’ayant pas encore pris part à des enquêtes locales.

20Ne retenant que les diverses catégories de statisticiens et seulement les plus qualifiés des employés au calcul, la définition du personnel statistique au sens strict met en évidence les critères retenus pour désigner une fonction comme statistique ou pas. Avant tout, les tâches accomplies ne devaient pas être purement d’exécution. Parmi les employés au calcul, seuls ceux qui assuraient une fonction de contrôle ou d’encadrement dans le travail pouvaient, par conséquent, être pris en compte. Les autres catégories d’employés n’étaient d’ailleurs, la plupart du temps, que du personnel temporaire.

21La dénomination de personnel statistique technique était réservée aux statisticiens des catégories l, 2 et 3. Le critère qui permettait la promotion d’un individu du groupe des employés au calcul à celui du personnel technique ressort de la définition même de la notion de « qualification faible » pour un statisticien: sans expérience pratique de la collecte des données sur le terrain, il était impossible de prétendre entrer dans cette catégorie, ni même d’accéder à la qualification de statisticien. Héritage de la statistique des zemstva, la participation aux opérations d’enquête sur le terrain restait l’élément formateur de base du statisticien, ce que confirme la condition exigée pour qu’un statisticien de catégorie 1 diplômé puisse prétendre à un poste d’encadrement ou d’adjoint de chef de section. Il était indispensable que sa formation théorique fût complétée par une expérience pratique, d’une certaine durée, de l’organisation et de la conduite des enquêtes.

Normes et valeurs d’une profession

  • 14 Roman M. Orjenski (1863-1923) : Professeur de statistique, membre de l’Académie des sciences d’Ukr (...)

22Les valeurs professionnelles des statisticiens de la TsSOu transparaissent derrière leurs exigences relatives à la qualification du personnel. Elles étaient, tout d’abord, l’expression d’un corps de professionnels qui tenait à affirmer la spécificité du contenu de son travail et des compétences qu’il exigeait. En octobre 1918, Roman M. Orjenski14 rappelait les particularités du travail statistique dans son exposé, à la conférence statistique de Moscou, sur le projet d’organisation d’un institut de la statistique rattaché à la TsSOu:

  • 15 R. M. Orz&&enskij, « Proekt organizacii statistic&eskogo instituta » (Projet d’organisation d’un i (...)

« À la vérité, parmi les personnes qui ne sont pas au fait de la nature du travail statistique, en particulier, habituellement, parmi ceux qui désirent trouver un emploi dans un organisme statistique, il y a cette idée que la collecte et le calcul des données statistiques n’exigent aucun savoir-faire particulier en dehors de savoir lire et écrire et de connaissances en arithmétique. Mais, le spécialiste sait que l’observation statistique et le calcul nécessitent une formation spéciale, parfois des connaissances variées, ainsi que de l’expérience, dont l’acquisition exige un apprentissage de durée relativement longue et assez complexe15. »

  • 16 Sur cette période de l’histoire de la statistique européenne, voir J-J. Droesbeke, Ph. Tassi, op. (...)
  • 17 Sur la diffusion des enquêtes par sondage au début des années 1920, voir M. Mespoulet, « Du tout à (...)

23De ce point de vue, l’évolution rapide de la théorie et des méthodes statistiques au début des années 1920, en Russie comme dans l’ensemble des pays européens16, contribuait à renforcer l’attention portée à la qualification dans le recrutement de statisticiens. L’organisation de recensements nationaux s’était accélérée, en Russie, depuis celui de 1916. Les enquêtes par sondage étaient pratiquées couramment par la TsSOu17. De telles évolutions nécessitaient une adaptation des compétences et du personnel, à la Direction centrale et dans les bureaux régionaux, qui posait de manière plus aiguë la question de la qualification. Poursuivant son exposé, R. M. Orjenski s’efforça de préciser les compétences minimales que l’on devait exiger d’un statisticien nouvellement recruté :

  • 18 R. M. Orz& & enskij, art. cit., p. 1-2.

« Un bureau de statistique est mis devant la nécessité de tirer le plus rapidement possible un avantage direct du travail d’une nouvelle recrue pour compenser la dépense engagée pour son poste, et pour que les responsables qui dirigent les travaux perdent le moins de temps possible à former des débutants. […] Dans une école de ce type, les élèves doivent, en premier lieu, être formés aux techniques du travail statistique, […] acquérir la pratique des procédés de calcul, être formés aux différentes méthodes, savoir utiliser un boulier, une machine à calculer, les tables de calcul, être formés à tous les moyens mécaniques, être familiarisés avec les diverses méthodes de présentation de l’ensemble des données recueillies et, enfin, avec la mise en tableau des résultats et leur représentation sous forme graphique18. »

  • 19 Ibid., p. 3.

24Après avoir caractérisé les différentes tâches de ce qu’il désignait comme le « travail mécanique » que devait pouvoir accomplir le moindre employé au calcul, R. M. Orjenski insistait sur la nécessité de bien connaître les différentes « formes techniques » de collecte et de présentation des données statistiques, les formulaires, les tableaux et les représentations graphiques19. L’évolution en cours des techniques de calcul utilisées dans les bureaux de statistique à cette époque transparaît derrière cette énumération dans laquelle le boulier voisine avec la machine à calculer. Elle s’accompagnait d’une complexification et d’une diversification de la présentation des résultats chiffrés. Enfin, estimait R. M. Orjenski, le personnel technique des bureaux devait posséder quelques éléments théoriques sur les phénomènes qu’il était amené à traduire en chiffres.

25Ces exigences, justifiées par la spécificité du travail du statisticien, qui doit allier savoir théorique et savoir-faire pratique, et renforcées par l’évolution rapide du contenu et des méthodes de ce travail à cette époque, ont, bien entendu, rendu plus difficile le recrutement d’un personnel technique répondant à ce profil. Compliquée par les autres contraintes de la période, en particulier la forte circulation des individus liée à la guerre civile et à la faiblesse des salaires de l’administration statistique d’État par comparaison avec ceux d’autres administrations, cette politique de recrutement fut sans nul doute difficile à mener, notamment dans certains bureaux statistiques régionaux.

  • 20 GASO, f. R-1188, op. 1, o/&, d. 1, l. 69.

26Celui de la Commune des Allemands de la Volga, qui ouvrit en mars 1919, offre l’exemple d’un bureau qui souffrait d’une réelle pénurie de main-d’œuvre qualifiée. Nouvellement créé, il ne bénéficiait d’aucun passé, d’aucune expérience. Tout fut à construire. Il fallut trouver tous les hommes dans une région administrative qui ne possédait aucune tradition statistique locale. En octobre 1919, un premier directeur, Ekkert, fut enfin recruté par le comité exécutif local. Dans une lettre adressée à la TsSOu, il était présenté ainsi : « Bien qu’il ne soit pas un spécialiste statisticien, monsieur Ekkert est un bon organisateur et a une grande énergie20 ». Les premiers membres de ce bureau présentaient le même profil.

  • 21 GASO, f. R-1, op. 1, d. 64, ll. 2, 117 ; d. 233, l. 2.

27En revanche, malgré les conditions de la période, le bureau voisin de Saratov, qui jouissait de l’héritage de l’ancien bureau du zemstvo, pouvait maintenir l’exigence de la qualification. Au début du mois d’octobre 1920, non seulement toutes ses sections étaient pourvues d’un chef, mais leurs responsables avaient presque tous effectué au moins cinq années d’études supérieures. Seuls deux sur dix étaient dotés seulement d’un diplôme de fin d’études secondaires, ce qui était compensé par une forte ancienneté dans l’organisation et la conduite des enquêtes de l’ancien bureau du zemstvo21.

28Le bureau de Saratov bénéficia également de la politique de formation qu’il mit en place, dès le mois de mars 1919, pour élever la qualification de son personnel nouvellement recruté. Les cours de statistique qu’il organisa permirent également d’améliorer la formation des plus anciens pour les affecter à des emplois plus qualifiés non occupés. Les postes de chef adjoint des différentes sections purent ainsi être tous pourvus. Cette politique permit également de procurer aux bureaux de district nouvellement créés le personnel de direction et d’encadrement dont ils avaient besoin.

Le défi posé par les bureaux de district

29Pour être comprise, la situation des bureaux des districts ruraux de la TsSOu doit être replacée dans le contexte de l’époque. Dès le début de l’année 1919, les bureaux régionaux durent faire face à un besoin énorme de personnel à l’échelle à la fois du chef-lieu de la province et des districts ruraux. D’après les textes, ils étaient supposés grossir par absorption des services statistiques des différentes administrations d’État de leur province et de leurs effectifs, ce qui devait donc, en principe, ne pas occasionner de gros problèmes de recrutement. En réalité, le scénario ne se déroula pas ainsi, certaines administrations refusant le transfert de leur service statistique vers un organe de la TsSOu. Les difficultés de recrutement des bureaux régionaux s’en trouvèrent accrues. Dans certains cas, les effets de la guerre civile contribuèrent à compliquer la situation, en particulier dans les districts ruraux qui se trouvaient dans les zones des combats les plus âpres, ce qui eut pour effet d’en chasser une partie de la population. Enfin, la multiplication des recensements pendant la guerre civile contribua à aggraver le sentiment de pénurie de main-d’œuvre dans la plupart des bureaux locaux.

30Dans un tel contexte, l’organisation des bureaux de district devint un enjeu central dans les régions tout en représentant un véritable défi. Cette tâche fut d’autant plus difficile à remplir qu’il fallut recruter des statisticiens de district, mais également de canton. Selon le projet de la TsSOu, chaque bureau de district devait, en effet, constituer un réseau de collecte des données dans les campagnes en s’appuyant sur des statisticiens de canton. La création de ces deux nouveaux statuts de statisticien, de district et de canton, était un point particulièrement ambitieux de la réforme de 1918, puisque l’objectif était d’édifier, jusqu’à l’échelon le plus bas de l’administration territoriale, les villages ruraux, tout un réseau de collecte des données assurée et contrôlée par des statisticiens professionnels de la TsSOu. Celle-ci devait être le domaine réservé de l’administration statistique et ne plus dépendre de la transmission d’informations effectuée par d’autres services administratifs locaux. Le projet était ambitieux, sa mise en œuvre fut difficile et chaotique.

Un héritage à développer, les statisticiens de district

31Les premiers responsables des bureaux régionaux attachèrent une grande importance au recrutement des statisticiens de district. Les critères de qualification utilisés furent identiques à ceux pratiqués pour le bureau d’une province. Organes de la statistique d’État, les bureaux des districts ruraux en suivaient les règles dans tous les domaines. Leurs directeurs avaient une qualification comparable à celle des chefs de section des bureaux de province, auxquels ils étaient assimilés : ils devaient soit avoir déjà dirigé un organisme ou un service statistique, soit disposer d’une formation théorique statistique de l’enseignement supérieur accompagnée d’une expérience pratique. Les profils de formation des premiers directeurs de bureaux de district de la province de Saratov peuvent être donnés en illustration.

Profils de formation des directeurs des bureaux de district en poste au mois de juin 1919 dans la province de Saratov

Profils de formation des directeurs des bureaux de district en poste au mois de juin 1919 dans la province de Saratov

Sources : GASO, f. R-1, op. 1, d. 64, l. 117 ; d. 67, l. 2 ; d. 140, l. 1 ; d. 144, ll. 51, 82, 132, 190 ; op. 2, d. 2, l. 19.

Étude d’un exemple

32Dans la province de Saratov, les directeurs de bureaux de district les plus diplômés étaient également les plus jeunes, ils avaient entre 30 et 35 ans. Une filière de recrutement semble se dégager dans la continuité des dernières embauches faites, avant 1917, par le bureau du zemstvo, il s’agit de celle des anciens étudiants des instituts de commerce de Moscou et de Kiev, dans lesquels un enseignement de la statistique incluait des stages pratiques. Le passé universitaire et professionnel d’A. V. Kovalevskaïa, directrice du bureau de Volsk, fournit un exemple des trajectoires de cette nouvelle génération de statisticiens expérimentés, formés conjointement dans le domaine de la théorie et de la pratique, et dont le recrutement ne fut pas réservé aux seuls bureaux de province :

  • 22 GASO, f. R-1, op1, d. 144, l. 82.

33Née en 1889, elle avait terminé ses études à l’Institut de commerce de Moscou avec le grade de candidat en sciences économiques22. Elle avait ensuite occupé différents postes de statisticienne :

  • Statisticienne dans l’oblast23 du Don pendant un an, puis dans le bureau du zemstvo de la province de Moscou.
  • Chef de la section de la statistique agricole du bureau de la province de Petrograd.
  • Directrice du bureau statistique du service agraire du district de Volsk.

34Outre cela, elle avait participé à plusieurs recensements, notamment au recensement agricole de 1916 de la province de Moscou et au traitement du recensement de 1917 à Petrograd.

35Cette figure idéale de statisticienne directrice d’un bureau de district était cependant une exception, dans le sens où, comme nous le verrons par la suite, la direction des enquêtes statistiques était encore essentiellement une affaire d’hommes à cette époque. Les autres directeurs de bureaux possédant une formation identique à la sienne avaient une expérience professionnelle moins riche. Néanmoins, outre leur formation statistique théorique, complétée par un apprentissage de la conduite des enquêtes et des recensements, ils avaient déjà soit occupé un poste de direction, soit au minimum dirigé des enquêtes.

36Les directeurs de profil différent avaient en commun de posséder déjà une expérience de chef d’un service de statistique même si, au début de leur carrière, ils n’avaient pas bénéficié d’une formation théorique dans ce domaine. Cela était le cas, en particulier, des agronomes. Ceux, parmi eux, qui n’avaient qu’un niveau de formation de l’enseignement secondaire avaient conduit des enquêtes statistiques dans le cadre de leur travail d’agronome. En général, ils étaient également correspondants volontaires pour la collecte des données sur l’agriculture.

  • 24 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh… », art. cit., § 3.
  • 25 Le comité à l’approvisionnement du district était l’organe local du commissariat à l’Approvisionne (...)

37Un autre point attire l’attention. Conformément à la réglementation sur les organes locaux de la statistique d’État24, les bureaux des districts ruraux ont été formés sur la base des anciens bureaux statistiques locaux du comité exécutif ou du comité à l’approvisionnement25. Le plus souvent, les directeurs de ceux-ci prirent ensuite la tête de ceux de la TsSOu.

Des trajets de promotion rapides

38Dans une province comme celle de Saratov, le fait de disposer d’emblée de directeurs qualifiés dans les districts ruraux a permis de constituer rapidement des équipes de statisticiens capables d’organiser et de conduire des enquêtes dans les campagnes, capables aussi de réunir les données collectées par d’autres administrations malgré les difficultés de collaboration avec certaines d’entre elles.

  • 26 Ceci était le cas quand tous les postes équivalents, ceux de chef de section, étaient pourvus.

39De fait, la formation de ces équipes s’est réalisée à la faveur d’une très rapide promotion de certains statisticiens. À la lumière du cas de la province de Saratov, quelques caractéristiques principales de ce processus peuvent être dégagées. En premier lieu, l’organisation de ces bureaux a offert aux jeunes diplômés de l’enseignement supérieur une possibilité de recrutement plus rapide à un poste de direction, leur a permis en particulier d’occuper une fonction que le bureau de la province ne pouvait pas leur proposer faute de place vacante26, faute également d’une ancienneté suffisante dans certains cas. Ceci a concerné tous les directeurs issus d’un institut de commerce.

  • 27 GASO, f. R-1, op. 1, d. 64, l. 59ob ; d. 90, l. 7 ; d. 142, l. 16ob ; d. 144, l. 32.

40Un exemple de trajet de promotion rapide peut être donné avec le cas de L. E. Bessonov. Né en 1894, diplômé de l’Institut de commerce de Moscou, il fut recruté à la sortie de ses études, en octobre 1918, comme statisticien de catégorie 1, par le bureau statistique du service agraire du comité exécutif de Saratov pour diriger les opérations du recensement industriel et professionnel dans une circonscription27. Dès le mois de décembre, il fut transféré dans la section de la statistique industrielle du bureau de la province de la TsSOu, où il resta seize mois. En juillet 1920, il prit un poste de statisticien organisateur au sein du bureau du district d’Atkarsk. Il y fut nommé directeur au cours de l’année 1921.

  • 28 GASO, f. R-1, op. 1, d. 67, l. 2.
  • 29 GASO, f. R-1, op. 1, d. 140, l. 1 ; d. 144, l. 83 ; d. 210, l. 2.
  • 30 GASO, f. R-1, op. 1, d. 268, l. 1.

41En fait, l’ouverture de ces bureaux a offert des possibilités de promotion particulièrement rapides à l’ensemble des catégories de personnel. Les employés au calcul furent également concernés. Toute personne possédant une légère expérience de cette fonction avant 1919 était très vite promue statisticien de catégorie 3. Ce fut le cas de V. S. Klechtchev. Né en 1899, il était, en 1919, étudiant à la faculté d’agronomie de l’université de Saratov28. Embauché, dès 1918, comme employé au calcul dans le bureau statistique du comité exécutif du district de Kamychine, il fut transféré comme statisticien de catégorie 3 dans celui de la statistique d’État à son ouverture, en mars 191929. Les études qu’il menait parallèlement lui ont permis d’accéder très rapidement au plus haut poste du bureau. Fin 1921, il y était déjà statisticien de catégorie 1. En 1923, après avoir terminé ses études d’agronomie, il en était devenu directeur, à l’âge de 24 ans30.

42Ces possibilités de parcours rapides furent plutôt l’apanage des districts desquels la guerre civile avait fait fuir beaucoup de personnes, en particulier les plus qualifiées qui pouvaient trouver plus facilement un emploi dans une ville plus grande.

43Les femmes bénéficièrent aussi de ce contexte local de pénurie de main d’œuvre qualifiée. À niveau de formation égal, elles parvinrent à des postes de responsabilité que le bureau de la province ne leur proposait pas. Fin 1920, alors qu’aucune femme ne faisait partie des onze chefs de section du bureau de la province de Saratov, en revanche deux femmes figuraient parmi les onze directeurs de bureaux de district rural.

  • 31 Les Cours supérieurs étaient l’université pour jeunes filles. Saint-Pétersbourg fut rebaptisée Pet (...)
  • 32 GASO, f. R-1, op. 1, d. 67, l. 2 ; d. 140, l. 1 ; d. 144, l. 225 ; d. 210, l. 2.
  • 33 GASO, f. R-1, op. 1, d. 43, l. 9.

44L’exemple d’A. I. Ioulina, statisticienne du bureau du district de Kamychine, est une illustration intéressante de ces trajectoires féminines construites au fil des possibilités offertes. Née en 1895, elle avait suivi deux années d’études à la faculté de physique et mathématiques des Cours supérieurs de jeunes filles de Petrograd31. Après avoir été préceptrice dans une famille de la noblesse de Kamychine, elle fut recrutée, en 1917, comme employée au calcul dans le bureau de statistique du comité à l’approvisionnement local. Dans ce cadre, elle participa au recensement de 1917, pour lequel elle dirigea le groupe des employés au calcul. Elle entra ensuite au bureau de statistique du comité exécutif de Kamychine comme statisticienne de catégorie 1. Elle y occupa très vite la fonction de directrice adjointe, tout en assumant cette fonction parallèlement dans le bureau de statistique du comité à l’approvisionnement32. Elle fut transférée, en mars 1919, dans le bureau de la TsSOu. Elle y était statisticienne de catégorie 1 quand il ferma, en juillet 1919, pour cause de guerre civile. Réembauchée à un grade au-dessus, comme statisticienne organisatrice, à sa réouverture en juillet 1920, elle remplaça temporairement sa directrice, arrêtée en mars 192133.

  • 34 GASO, f. R-1, op. 1, d. 144, l. 50.

45Sa fin dramatique mise à part, la carrière de cette dernière, T. N. Doktor, fournit un autre éclairage sur les possibilités de promotion aux postes les plus élevés qui furent offertes aux femmes dans le contexte souvent difficile de l’organisation de ces bureaux de district rural. T. N. Doktor fut nommée directrice du bureau de Kamychine quand celui-ci rouvrit, l’ancien directeur et la plus grosse partie du personnel en étant partis depuis son évacuation, un an auparavant. Née en 1887, elle avait obtenu un diplôme de la faculté de droit des Cours supérieurs de jeunes filles de Saint-Pétersbourg34. Après avoir occupé un poste de statisticienne dans un bureau statistique de Sibérie en 1910-1911, puis dans l’administration des chemins de fer l’année suivante, elle avait ensuite participé, de 1912 à 1914, aux opérations de traitement des données du recensement russe de 1911 sur l’école primaire. Elle fut ensuite responsable, de 1915 à 1919, des services administratifs d’une société d’assurances de Kamychine. Après être entrée, en mars 1919, au bureau de statistique de ce district, elle partit après sa fermeture, en juillet, diriger celui du comité exécutif. Elle reprit la direction du bureau de la TsSOu quand il fut rouvert, puis fut arrêtée.

  • 35 GASO, f. R-1, op. 1, d. 64, ll. 10, 59ob ; d. 90, l. 7 ; d. 139, ll. 5, 7 ; d. 142, l. 8.
  • 36 TsKhDNISO (Centre de conservation des documents d’histoire contemporaine de la région de Saratov), (...)

46Dans le contexte de la guerre civile, partir en mission dans un bureau de district rural était un levier de promotion efficace. Dans une situation où le bureau de la province manquait de candidats pour cela, ceux qui se sont portés volontaires ont connu une accélération de leur parcours professionnel, parfois même au péril de leur vie. Né en 1891, V. R. Perchine fut recruté par le bureau de la province, le 8 septembre 1919, comme employé au calcul de catégorie 1 de la section de la statistique agricole35. Après une première mission, le 1er mai 1920, il était déjà statisticien de catégorie 3. Parti un mois plus tard au bureau d’Atkarsk comme statisticien de catégorie 1, en juillet il y assurait déjà, à titre temporaire, la fonction de directeur du bureau, en remplacement de celui-ci, malade du typhus. Devenu statisticien organisateur, il fut promu directeur de ce bureau en novembre 1920. Parti diriger celui de Kamychine au cours de l’année 1921, il y mourut du typhus le 16 décembre36.

47À la lumière de ces différents parcours de promotion, il apparaît que les critères de qualification exigés habituellement assouplis dans les cas particuliers des districts où l’ensemble de la vie économique et publique était désorganisé par les conséquences de la guerre civile. Dans la majorité des cas, les exigences de base relatives à la formation furent respectées mais, particularité de ces bureaux, les possibilités de promotion rapides y furent nombreuses. Dans les années 1919-1921, les carrières y furent accélérées.

48Ceci permit de les pourvoir rapidement en personnel compétent, à condition toutefois d’accepter de bousculer l’exigence de la possession d’une ancienneté minimale dans une catégorie de qualification donnée.

Une tentative originale, le recrutement de statisticiens de canton

  • 37 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh… », § 8.

49Le projet de création d’un statut de statisticien de canton fut envisagé dès l’organisation de la TsSOu et prévu dans la réglementation sur les organes locaux de la statistique d’État37. Suite à la Première Guerre mondiale, le réseau des correspondants volontaires était encore à l’abandon. En outre, sa reconstruction était difficile à envisager dans le contexte de la guerre civile. Devant le besoin urgent d’informations sur les récoltes, et face aux nombreux projets de recensements et d’enquêtes, les statisticiens jugèrent indispensable de trouver une solution pour garantir la fiabilité de la collecte des données dans les campagnes. Il fut décidé d’implanter des statisticiens dans les cantons ruraux.

Un statut défini par une réglementation

50Cette nouvelle catégorie de personnel devait être placée sous la direction et le contrôle direct des statisticiens de district. Soumis à des critères précis de qualification, son recrutement fut difficile les premières années. Dans ce cas également, il n’était pas question d’embaucher des personnes non formées à la statistique. Un minimum d’expérience et de connaissances dans ce domaine était demandé.

51Lors de la conférence statistique de janvier 1921, un premier bilan fut tiré de l’expérience des provinces où de tels statisticiens avaient déjà été recrutés. Leur rôle fut délimité de la manière suivante :

  • 38 Il s’agit de bureaux de statistique, plus petits que celui du district, organisés dans les campagn (...)
  • 39 Vestnik statistiki, 1-4, 1921, appendice consacré à la conférence statistique réunie du 20 au 29 j (...)

« Dans les provinces où ils ont été introduits pour la première fois, ils ont été considérés comme des agents destinés à l’observation directe et à l’enregistrement des données dans un canton. Dans celles où il existait des organes de petites zones38, on a attribué aux statisticiens de canton non seulement les fonctions d’observation directe et d’enregistrement, mais aussi des fonctions d’organisation et de consolidation du réseau des correspondants, ainsi que de contrôle des informations fournies par ces derniers. De cette manière, les statisticiens de canton ont été une organisation d’aide aux statisticiens de district39. »

52La manière de délimiter l’étendue des tâches et des responsabilités des statisticiens de canton varia, semble-t-il, selon les pratiques locales des divers anciens bureaux de statistique des zemstva. Dans les provinces qui disposaient déjà, avant 1917, de postes de statisticiens de district, la délimitation du contenu des tâches demandées au nouveau statisticien de canton était plus riche et complémentaire à celle du champ d’intervention du statisticien de district. L’objectif était d’organiser un réseau de collecte efficace à l’échelle de l’ensemble du territoire d’un district, sur la base d’une division claire des tâches entre les deux catégories de statisticiens.

  • 40 « Poloz&enie o volostnyh statistikah » (Réglementation relative aux statisticiens de canton), ibid (...)
  • 41 Ibid., § 1 et 3.
  • 42 Ibid., § 3.

53La réglementation fixant le statut de ce nouveau personnel fut promulguée, le 21 février 1921, par le collège de la TsSOu40. Elle transposait à l’échelon du canton le dispositif prévu pour le bureau de district et précisait, en particulier, les relations avec le comité exécutif local. Conformément au schéma institutionnel d’ensemble des bureaux de l’administration de la statistique d’État, ces statisticiens étaient sous la tutelle locale du comité exécutif de leur canton et avaient le droit d’assister avec voix consultative à ses réunions41. Le principe d’indépendance vis-à-vis des organes du pouvoir politique local était affirmé également dans leur cas, de même que leur subordination à l’échelon immédiatement supérieur de leur propre administration, le bureau de district. Leur nomination suivait les mêmes règles de procédure, transposées à leur propre échelon administratif, que celle des statisticiens de district. Ils devaient être nommés par les directeurs des bureaux de district, en accord avec les comités exécutifs de canton correspondants42. Rempart supplémentaire contre le risque d’ingérence du pouvoir local, leur nomination devait être acceptée par le directeur du bureau de la province de la TsSOu.

Une mission délimitée avec précision

54La conférence de janvier 1921 s’était efforcée de préciser les compétences nécessaires à un statisticien de canton:

  • 43 GASO, f. R-1, op. 1, d. 76, l. 6.

« D’un côté, les missions d’un statisticien de canton dans le domaine de la statistique agricole courante exigent de lui une connaissance approfondie de tous les aspects de l’agriculture, connaissance qui est à la portée seulement des individus qui dirigent leur propre exploitation indépendante; d’un autre côté, elles exigent un bon niveau d’instruction, du savoir-faire pour noter les informations et procéder à des calculs qui demandent quelques connaissances élémentaires dans le domaine de la statistique43. »

  • 44 N. A. Kablukov, Zadac&i i sposoby sobiranija statistic&eskih svedenij – Rukovodstvo dlja volostnyh (...)

55Les qualités énumérées ici rappellent celles qui étaient déjà demandées au correspondant volontaire avant 1917, en particulier avoir une connaissance de l’agriculture qui repose sur sa propre expérience. Pour les statisticiens, en 1921, cela nécessitait de posséder et diriger une exploitation agricole, quelle qu’en fût la taille. Il fallait aussi disposer d’un niveau d’instruction suffisant pour pouvoir comprendre et remplir les formulaires du bureau de statistique. Le profil idéal était donc celui d’un producteur indépendant. Dans son Manuel pour les statisticiens de canton44, N. A. Kabloukov avait déjà précisé les qualités nécessaires pour exercer une telle fonction en les justifiant par les méthodes de travail à mettre en œuvre :

  • 45 Ibid., p. 92.

« Il est indispensable que chaque statisticien de canton soit un témoignage de l’agriculture en général ; il est encore mieux évidemment s’il est lui-même un habitant du lieu et un agriculteur ou, de manière générale, s’il possède une petite parcelle, un champ ou un jardin potager. Cependant, outre cela, au cours des enquêtes statistiques il ne doit pas oublier qu’il veut découvrir ce qu’il ne sait pas encore et, conformément à cela, qu’il doit ne pas se limiter à une question courte et ne pas se hâter pour inscrire “oui” ou “non”. Il est indispensable qu’il écoute attentivement ce que répond la personne interrogée et qu’il saisisse dans cette réponse ce qu’il ne savait pas encore et qui n’était pas envisagé dans les questions. Pour résumer : il ne doit pas être un simple preneur de notes, une machine à enregistrer vivante, mais il doit être un individu vivant, qui explore, qui étudie la vie qui l’environne45. »

56Ce nouveau type de statisticien apparaît donc comme l’auxiliaire indispensable de ceux qui rédigent les questionnaires d’enquête dans le bureau de la province ou celui du district. Il est l’observateur le plus proche du terrain, des hommes et des réalités quotidiennes de la vie économique et sociale des campagnes. À ce titre-là, il est chargé de transmettre les informations qui n’ont pas encore été perçues, et qui ne peuvent pas l’être sans lui. Par conséquent, une telle tâche ne pouvait pas être confiée à n’importe quel individu. Il fallait une personne formée à l’observation, mais aussi à sa retransmission fidèle et précise. Les statisticiens de district devaient donc préparer ces nouvelles recrues à leur travail. L’institut de formation des statisticiens de canton devait fournir le cadre institutionnel adéquat à cela dans chaque district rural.

  • 46 Le service des ZAGS (Zapisi aktov grajdanskogo sostoïania) était chargé de l’enregistrement de l’é (...)

57Affecté dans un premier temps au recueil des données agricoles, le statisticien de canton vit rapidement le champ de son action élargi à d’autres domaines de collecte ainsi qu’au contrôle de la bonne marche de la transmission des informations sur les naissances et les décès par le service d’enregistrement de l’état civil du canton au bureau du district46.

Un recrutement difficile

  • 47 GASO, f. R-1, op. 1, d. 90, l. 7ob.

58La définition de telles compétences justifiait un niveau de salaire équivalent à celui des statisticiens organisateurs d’un bureau de province ou de district. Hiérarchiquement un statisticien de canton était considéré au même rang qu’un directeur adjoint de bureau de district. La TsSOu affirma ainsi sa volonté de créer une catégorie à part entière de statisticiens qualifiés. Le recrutement en milieu rural de ce personnel n’en fut que plus difficile. Fin 1920, en dépit de l’organisation de cours de formation spécifiques, la province de Saratov, par exemple, ne comptait que dix statisticiens de canton répartis dans cinq de ses neuf districts47. Pour la TsSOu, la solution consistait à développer les instituts de formation pour attirer un personnel nouveau issu de l’agriculture. Lors de la conférence statistique de janvier 1921, P. A. Vikhliaev déclara à ce sujet :

  • 48 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit., p. 24.

« Actuellement nous ne pouvons pas compter, de manière tant soit peu sérieuse, recruter de nouvelles forces intellectuelles pour notre personnel statistique. C’est seulement en attirant à ce type de cours de formation de statisticiens de canton des travailleurs issus des profondeurs des masses populaires, connaissant les conditions de la vie quotidienne rurale, que nous compléterons notre corps par des forces nouvelles et vigoureuses. Il nous faut miser sur l’élément laborieux du peuple russe et, partant de cela, attendre un renouvellement et une renaissance de la statistique russe48. »

59Cela fut difficile. Il fut alors fait appel principalement à des instituteurs et à des secrétaires de services agraires de canton ou de comités exécutifs locaux. Ce faisant, on s’éloignait d’une définition professionnelle de cette catégorie de statisticiens et d’un recrutement dans le monde agricole.

60On s’acheminait également vers le statut de personnel temporaire qui allait être adopté en 1922. Le recrutement d’un personnel qualifié n’était pas envisageable sans une rémunération appropriée. Dans le contexte des grosses difficultés financières qu’affrontait l’État, le principe d’un statut permanent pour cette catégorie de statisticiens finit par poser problème en 1921. Les retards de paiement d’abord, puis les réductions du personnel opérées dans l’ensemble des administrations au cours de l’année 1922, mirent un coup d’arrêt au recrutement d’un personnel qualifié pour occuper ce type de poste. Ceci posa une nouvelle fois la question d’une organisation sûre de la collecte des données dans les campagnes. En raison de cela, le statut de cette catégorie de statisticiens demeura un sujet de préoccupation pour la TsSOu et ses bureaux régionaux tout au long des années 1920.

61Conséquence logique, la reconstitution d’un réseau dense de correspondants volontaires, complémentaire à celui des statisticiens de canton, apparut indispensable pour faire face aux besoins nombreux et variés de données sur les campagnes. Le statut des uns était lié à celui des autres, son évolution également. Le correspondant devait être l’auxiliaire sur lequel le statisticien pourrait s’appuyer dans les villages. Dans cette perspective, son rôle et son statut, hérités à la fois de l’ancien ministère de l’Agriculture tsariste et de la statistique des zemstva, devaient être redéfinis.

Les correspondants volontaires, un statut à redéfinir

  • 49 Un bilan de l’activité des correspondants volontaires du bureau du zemstvo de Moscou à la veille d (...)

62L’effectif élevé de correspondants volontaires des bureaux des zemstva de l’année 1914 n’avait pas été retrouvé à l’ouverture des bureaux régionaux de la TsSOu49. L’héritage dans ce domaine était, par ailleurs, très inégal selon les provinces. La question de l’intégration des correspondants à la nouvelle administration statistique d’État fut tout de suite posée et souleva de nombreuses discussions à propos de la place qui devait leur être accordée. Certains statisticiens restaient attachés au statut des correspondants, à condition de les faire former et encadrer par des statisticiens de canton. D’autres préféraient les remplacer par des « agents » de village, en fait des agents recenseurs de la TsSOu. Ceux qui tenaient le plus à conserver ce statut des d’anciens statisticiens des zemstva qui privilégiaient un mode de collecte des données dans les campagnes effectué par une personne vivant dans le même milieu que les personnes interrogées.

Un réseau à reconstruire en 1918

  • 50 GASO, f. R-1, op. 1, d. 8, l. 20.

63La guerre de 1914 avait complètement désorganisé les réseaux de correspondants des bureaux statistiques des zemstva. En 1918, tout était à reconstruire, mais on ne partait pas de rien pour autant. Dans les provinces qui disposaient, avant 1917, de réseaux anciens et de postes de statisticiens de district, la situation fut plus facile. Beaucoup de statisticiens des bureaux régionaux défendirent les critères de recrutement utilisés avant la guerre. Embauchés parmi les habitants du lieu où se déroulaient les enquêtes, les correspondants devaient avoir pour tâche de remplir les questionnaires reçus du bureau de statistique dont ils dépendaient en s’appuyant sur l’observation du milieu dans lequel ils vivaient. Ceci justifiait le maintien des deux principes de base de leur recrutement : ils devaient obligatoirement vivre dans la circonscription territoriale de l’enquête et accepter de travailler sur le principe du volontariat, sans aucune rémunération. Toutefois, la Direction centrale en décida autrement et fixa des règles de rémunération. La norme d’un correspondant pour deux cents exploitations fut retenue pour la période d’août à décembre 191850. La rémunération fut fixée à trente roubles pour un formulaire de données complet et à dix roubles pour un qui ne l’était pas. Aucune somme ne devait être versée pour un travail qui manquait de précision. De fait, ces nouvelles règles annonçaient une forme d’institutionnalisation du statut de correspondant.

64Après les hésitations et les difficultés des premiers mois de l’année 1919, les réseaux de correspondants commencèrent à se reconstituer sur la base des anciens, mais de manière très inégale selon les provinces et, à l’intérieur de celles-ci, selon les districts. L’annonce du recensement agricole à venir ne fut pas étrangère à cela. Il fallait compter sur une main-d’œuvre déjà habituée, sinon formée au pur sens du terme, pour encadrer les nouveaux agents recenseurs. Quand la continuité a pu jouer, ces réseaux se reformèrent relativement vite, notamment dans les provinces qui possédaient de gros réseaux de correspondants avant 1917. Toutefois, ce fut loin d’être le cas partout.

Diversification de la composition du groupe

65Conséquence du changement de société, la composition du groupe des correspondants se diversifia en 1919 et 1920. Les employés des nouvelles institutions de l’État occupèrent une place de plus en plus importante. Certains anciens correspondants réapparurent avec une nouvelle appartenance institutionnelle. Ce fut le cas des anciens scribes de villages devenus soit secrétaires d’un soviet de village, soit employés d’une nouvelle institution soviétique, par exemple d’un soviet de canton.

66Le statut de correspondant continuait à ne pas faire l’unanimité parmi les statisticiens. Aux yeux de certains, cet agent de base de la collecte des données était suspect en raison de son origine sociale. Cette question n’était pas nouvelle. Déjà, avant la guerre, la présence de propriétaires fonciers nobles et de paysans aisés dans les rangs des correspondants avait fait soupçonner ceux-ci de sous-évaluer les données des récoltes pour protéger leurs intérêts. Malgré l’évolution de la composition sociale du groupe, et le départ en exil de nombreux membres de la noblesse terrienne, le soupçon continuait à peser sur eux. Plus couramment, le doute portait sur le sérieux ou la perspicacité de leurs observations.

67En fait, au-delà de ces considérations, le principal sujet de préoccupation pour les statisticiens était plutôt la forte rotation des correspondants, qui venait s’ajouter à celle des statisticiens de canton, devenus personnel temporaire à partir de 1922. L’instabilité de ces deux groupes posait de réels problèmes pour organiser les opérations de collecte des données dans les campagnes, comme le suggérait, en mai 1923, un rapport du directeur du bureau statistique de Saratov à l’Inspection ouvrière et paysanne :

  • 51 GASO, f. R-1, op. 2, d. 49, l. 102.

« En général, il ressort des exposés faits par les directeurs des bureaux de district au congrès des statisticiens de la province qu’il n’y a en ce moment ni statisticiens de canton spécialisés (à l’exception des employés des comités exécutifs des cantons), ni correspondants volontaires dans une partie significative des districts, ce qui s’explique 1) par la fuite de quelques districts, à cause de la famine, des personnes qui conviendraient à cette tâche, 2) par la faible rémunération des correspondants pour les informations statistiques qu’ils communiquent, […] 4) par le faible nombre sur place de personnes formées, capables de fournir des informations statistiques correctes51. »

68Ce constat illustre une situation souvent signalée, au début de l’année 1923, par différents bureaux régionaux de la TsSOu. Le statut temporaire des statisticiens de canton aggrava la situation. Il fit d’eux une sorte de correspondants un peu plus qualifiés pour encadrer ces derniers au cours des deux enquêtes agricoles annuelles du printemps et de l’automne. Néanmoins, ils ne pouvaient plus assurer la continuité de la collecte des données tout au long de l’année, dans le domaine agricole ou dans un autre. Une fois de plus, était posée la question de la constitution d’un réseau de collecte, stable et fiable, à l’échelon territorial et administratif le plus bas, le plus proche de la population des enquêtes.

Un bilan de la réforme de 1918 dans les districts ruraux

69La réforme de 1918, en ce qui concerne les districts ruraux, a eu pour originalité d’intégrer certaines caractéristiques de l’organisation de la statistique régionale des zemstva dans un projet d’administration d’État centralisée. En combinant héritages et innovations, elle a parachevé l’œuvre entamée par les bureaux des zemstva dans les circonscriptions rurales en l’adaptant à une nouvelle organisation administrative. Outre cela, elle a, véritable innovation, créé la fonction de statisticien de canton. Avec un statut intermédiaire entre les statisticiens de district et les correspondants, ce nouveau groupe mit toutefois du temps à trouver sa place dans l’administration statistique d’État. Cette situation fut compliquée par les conditions de la période, insuffisance d’argent et difficultés rencontrées pour recruter un personnel qualifié dans les campagnes, dans un contexte aggravé, dans certaines régions, par les combats de la guerre civile.

  • 52 Voir Mitrofan P. Krasil’nikov, « Volostnoj statistik » (Le statisticien de canton), Vestnik statis (...)

70Les difficultés de financement de l’année 1921 ont été particulièrement déterminantes, contraignant chaque bureau de statistique régional à trouver une solution pour faire face au paiement régulier de ces statisticiens. Certains se tournèrent vers les comités exécutifs de canton pour leur demander de prendre en charge tout ou partie des salaires. D’autres maintinrent le principe du paiement par la seule TsSOu, mais en transformant ces statisticiens en personnel temporaire, précisément en adaptant le nombre de jours de travail à l’enveloppe budgétaire dont ils disposaient52. D’autres, enfin, conjuguèrent les deux formes de solution. Dans tous les cas, le choix effectué posa la question des relations entre les bureaux de district et les comités exécutifs de canton.

71En transformant le travail des statisticiens de canton en tâches temporaires, de surcroît accomplies bien souvent par des secrétaires de comités exécutifs de canton ou de soviets ruraux, les difficultés financières de l’année 1921 ont fortement remis en cause les efforts de la TsSOu pour faire reposer le travail d’enquête de base sur un personnel statistique stable et qualifié dans les campagnes. Le rétablissement du statut antérieur des statisticiens de canton fit partie ensuite des débats internes récurrents de la TsSOu et devint, jusqu’en 1928, un objet de négociation fréquent avec les comités exécutifs de canton. L’issue de ces discussions était un enjeu fondamental dans le processus de professionnalisation engagé dans l’ensemble de l’administration statistique à chacun de ses échelons territoriaux.

72Cela l’était aussi pour une autre raison. L’organisation d’un réseau de statisticiens professionnels dans les circonscriptions situées à la base même de l’administration de l’État était le dernier échelon à conquérir pour garantir l’autonomie institutionnelle complète de la TsSOu par rapport au pouvoir politique. À cause de cela, si cette expérience a été compliquée par les problèmes financiers de l’État soviétique à cette époque, elle l’a été également par le jeu des rapports de forces entre institutions locales. En raison de son statut, le statisticien d’un canton devait être autre chose qu’un correspondant volontaire temporaire. Agent permanent sur place de l’administration statistique, il avait aussi pour rôle de veiller à l’exactitude de l’enregistrement administratif des individus et des phénomènes, dans le domaine de l’état civil, de l’instruction, des récoltes, du cheptel ou des prix, par exemple. Le comité exécutif et les différents services locaux des commissariats n’étaient donc plus les seuls maîtres de ce travail. L’écart entre les chiffres, qui devient un enjeu politique quand une administration appuie son interprétation de la réalité sur des données statistiques, pouvait donc apparaître dès la première étape de traitement des données collectées dans un canton. La concurrence institutionnelle pour la maîtrise de cette opération fut l’expression également d’une concurrence dans l’interprétation de la réalité.

Notes

1 Grigorij S. Polljak, « Statistic&eskie sily Respubliki » (Les forces statistiques de la République), Vestnik statistiki, 9-12, 1920, p. 120-132.

2 « Dekret ob objazatel’nom uc&ete statistic&eskih sil RSFSR » (Décret sur le dénombrement obligatoire des forces statistiques de la RSFSR), Vestnik statistiki, 1-4, 1920, p. 197-200. es données de cette enquête ont été traitées et publiées par G. S. Polljak, art. cit.

3 Comme déjà précisé, le terme stchetchik a été traduit par « employé au calcul ». Ceci correspond à la fonction actuelle de chiffreur.

4 G. S. Polljak, art. cit., p. 123.

5 GASO, f. R-1, op. 1, d. 164, l. 75.

6 Au sens large, le personnel statistique comprend tous ceux qui exercent une tâche en lien direct avec la collecte et le traitement des données ; il inclut donc tous les employés au calcul.

7 GASO, f. R.1, op. 2, d. 40, l. 55.

8 Après la suppression des zemstva par la loi, leurs bureaux de statistique ont été placés sous la tutelle, selon les régions, soit des soviets de députés locaux, soit des organes locaux du Conseil suprême de l’économie nationale (VSNKh). Sur la dissolution des zemstva, voir William G. Rosenberg, « The zemstvo in 1917 and its fate under Bolshevik rule » in T. Emmons and W. S. Vucinih, op. cit., p.

383-421.

9 GASO, f. R-1, op. 1, d. 17.

10 Pour un exemple de dénonciation dans la Direction centrale, cf. A. Blum, « La purge de 1924…», art. cit., Annales, 2, 2000, p. 249-282. Pour un exemple dans un bureau régional, voir M. Mespoulet, Personnel et production…, op. cit., chap. 4.

11 Vserossiïskii profsoiouz rabotnikov sovetskikh obchtchestvennikh i torgovikh outchrejdenii i predpriïatii.

12 « Doklad P. A. Vihljaeva o postanovke statistic&eskogo obrazovanija » (Exposé de P. A. Vikhliaev sur l’organisation de la formation en statistique), Appendice à Vestnik statistiki, 1-4, 1922, p. 22.

13 Ainsi, des hommes d’origine noble qui n’avaient bénéficié que d’un enseignement délivré par des précepteurs à domicile se retrouvaient dans cette catégorie.

14 Roman M. Orjenski (1863-1923) : Professeur de statistique, membre de l’Académie des sciences d’Ukraine, il fut chargé par la TsSOu d’élaborer, en collaboration avec A. A. Kaufman, le projet d’organisation d’un institut de la statistique rattaché à la TsSOu. De la fin de l’année 1918 à 1920, il dirigea le département de la méthodologie de la TsSOu.

15 R. M. Orz&&enskij, « Proekt organizacii statistic&eskogo instituta » (Projet d’organisation d’un institut de statistique), document de travail de la conférence statistique de Moscou, 9 octobre 1918, p. 1, in GASO, f. R-1, op. 1, d. 5, l. 18.

16 Sur cette période de l’histoire de la statistique européenne, voir J-J. Droesbeke, Ph. Tassi, op. cit. et A. Desrosières, op. cit.

17 Sur la diffusion des enquêtes par sondage au début des années 1920, voir M. Mespoulet, « Du tout à la partie…», art. cit.

18 R. M. Orz& & enskij, art. cit., p. 1-2.

19 Ibid., p. 3.

20 GASO, f. R-1188, op. 1, o/&, d. 1, l. 69.

21 GASO, f. R-1, op. 1, d. 64, ll. 2, 117 ; d. 233, l. 2.

22 GASO, f. R-1, op1, d. 144, l. 82.

23 Avant 1917, l’oblast était la dénomination utilisée pour désigner des territoires nouvellement annexés, mais aussi, comme ici, les territoires cosaques.

24 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh… », art. cit., § 3.

25 Le comité à l’approvisionnement du district était l’organe local du commissariat à l’Approvisionnement (Narkomprod).

26 Ceci était le cas quand tous les postes équivalents, ceux de chef de section, étaient pourvus.

27 GASO, f. R-1, op. 1, d. 64, l. 59ob ; d. 90, l. 7 ; d. 142, l. 16ob ; d. 144, l. 32.

28 GASO, f. R-1, op. 1, d. 67, l. 2.

29 GASO, f. R-1, op. 1, d. 140, l. 1 ; d. 144, l. 83 ; d. 210, l. 2.

30 GASO, f. R-1, op. 1, d. 268, l. 1.

31 Les Cours supérieurs étaient l’université pour jeunes filles. Saint-Pétersbourg fut rebaptisée Petrograd en août 1914.

32 GASO, f. R-1, op. 1, d. 67, l. 2 ; d. 140, l. 1 ; d. 144, l. 225 ; d. 210, l. 2.

33 GASO, f. R-1, op. 1, d. 43, l. 9.

34 GASO, f. R-1, op. 1, d. 144, l. 50.

35 GASO, f. R-1, op. 1, d. 64, ll. 10, 59ob ; d. 90, l. 7 ; d. 139, ll. 5, 7 ; d. 142, l. 8.

36 TsKhDNISO (Centre de conservation des documents d’histoire contemporaine de la région de Saratov), f. 6105, op. 1, d. 990, l. 36.

37 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh… », § 8.

38 Il s’agit de bureaux de statistique, plus petits que celui du district, organisés dans les campagnes mêmes. Quelques tentatives eurent lieu en 1919 et 1920, mais furent rapidement abandonnées.

39 Vestnik statistiki, 1-4, 1921, appendice consacré à la conférence statistique réunie du 20 au 29 janvier 1921, p. 79-84.

40 « Poloz&enie o volostnyh statistikah » (Réglementation relative aux statisticiens de canton), ibid., p. 265-266.

41 Ibid., § 1 et 3.

42 Ibid., § 3.

43 GASO, f. R-1, op. 1, d. 76, l. 6.

44 N. A. Kablukov, Zadac&i i sposoby sobiranija statistic&eskih svedenij – Rukovodstvo dlja volostnyh statistikov (Tâches et procédés de collecte des informations statistiques – Manuel pour les statisticiens de canton), CSU, Moscou, 1920.

45 Ibid., p. 92.

46 Le service des ZAGS (Zapisi aktov grajdanskogo sostoïania) était chargé de l’enregistrement de l’état civil.

47 GASO, f. R-1, op. 1, d. 90, l. 7ob.

48 « Doklad P. A. Vihljaeva… », art. cit., p. 24.

49 Un bilan de l’activité des correspondants volontaires du bureau du zemstvo de Moscou à la veille de la Première Guerre mondiale est donné dans V. F. Abramov, « Zemskie dobrovol’nye korrespondenty », art. cit.

50 GASO, f. R-1, op. 1, d. 8, l. 20.

51 GASO, f. R-1, op. 2, d. 49, l. 102.

52 Voir Mitrofan P. Krasil’nikov, « Volostnoj statistik » (Le statisticien de canton), Vestnik statistiki, 1-3, 1925, p. 151-163.

Table des illustrations

Titre Personnel statistique des dix plus gros bureaux de province en 1920
Légende Source : G. S. Polljak, « Statistic& eskie sily Respubliki », art. cit., p. 121.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22017/img-1.png
Fichier image/png, 45k
Titre Répartition par fonction du personnel permanent et temporaire du bureau régional de Saratov au 1er janvier 1921
Légende Source : GASO, f. R-1, op. 1, d. 164, l. 75
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22017/img-2.png
Fichier image/png, 186k
Titre Tableau des groupes de qualification du personnel statistique de la TsSOu
Légende Sources : G. S. Polljak, art. cit, p. 126, et « Dekret ob objazatel’nom uc&ete
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22017/img-3.png
Fichier image/png, 158k
Titre Profils de formation des directeurs des bureaux de district en poste au mois de juin 1919 dans la province de Saratov
Légende Sources : GASO, f. R-1, op. 1, d. 64, l. 117 ; d. 67, l. 2 ; d. 140, l. 1 ; d. 144, ll. 51, 82, 132, 190 ; op. 2, d. 2, l. 19.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22017/img-4.png
Fichier image/png, 390k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable