Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Devenir statisticien de l'État bolchevik

Chapitre 5. Le projet d’une profession face à l’État bolchevik

Texte intégral

  • 1 Voir A. Stanziani, L’économie en révolution, Paris, Albin Michel, 1998.
  • 2 Sur le processus de rationalisation administrative de l’État tsariste, voir notamment W. Mc Kenzie(...)

1L’organisation de l’administration statistique de l’État bolchevik a été l’objet d’une réelle mobilisation de l’ensemble de tout un corps professionnel dès le début de l’année 1918. Si la décision d’unifier et de centraliser la production des données a répondu aux préoccupations politiques immédiates du gouvernement bolchevik, en particulier dans le domaine de la gestion de l’approvisionnement en produits agricoles1, elle a correspondu également à une aspiration déjà ancienne des statisticiens des zemstva. Marquée par la conception bolchevique d’un État centralisé, cette réforme fut aussi une nouvelle étape dans le mouvement de rationalisation administrative de l’État russe déjà entamé pendant la période tsariste et renforcé par le contexte de l’économie de guerre2.

Le projet d’une profession

Un projet ancien

  • 3 «Poloz&enie o gosudarstvennoj statistike » (Réglementation de la statistique d’État). Le texte com (...)
  • 4 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh statistic&eskih uc&rez&denij » (Réglementation de l’organisati (...)
  • 5 TsSOu: Tsentralnoe statistitcheskoe oupravlenie.

2La réforme destinée à regrouper les services statistiques des ministères, des institutions locales et des divers organismes créés pendant la guerre en une seule administration statistique d’État unifiée et centralisée fit l’objet de deux décrets. Peu après celui du 25 juillet 1918, relatif à l’organisation d’une administration statistique d’État3, le Conseil des commissaires du peuple publia celui du 3 septembre 1918, qui fixait les principes d’organisation de l’administration statistique dans les régions4. D’après la loi, le Comité central de la statistique de l’État tsariste était supprimé et tous ses « instruments, appareils, dossiers, livres et matériaux » étaient transférés à la nouvelle Direction centrale de la statistique, la TsSOu5.

  • 6 Pavel I. Popov (1872-1950) devint directeur de la TsSOu après une expérience de près de vingt ans (...)

3Comme le rappelait le premier directeur de celle-ci, Pavel. I. Popov6, à l’occasion du congrès des statisticiens russes réuni du 8 au 16 juin 1918, la constitution d’une administration statistique unifiée répondait à une aspiration ancienne de la communauté des statisticiens des anciens zemstva :

  • 7 RGAE (Archives d’État de l’économie de Russie), f. 1562, op. 1, d. 28, l. 9.

« La question de l’unification et de la coordination de tous les travaux statistiques a été soulevée bien des fois dans les congrès de statisticiens. Elle a pris une forme plus concrète lors du congrès des statisticiens russes du mois de février 1917, quand il a été décidé d’unifier la statistique agricole courante d’après l’organisation des opérations du recensement de 1916/1917. Et ensuite, au mois de décembre 1917, le congrès a voté une résolution visant à confier au bureau du recensement l’élaboration du plan d’organisation de tous les travaux statistiques conduits dans les différentes administrations, aussi bien dans les régions qu’au centre7. »

  • 8 VSNKh: Vyschii Soviet Narodnogo Khoziaïstva. Créé en décembre 1917, le Conseil suprême de l’économ (...)
  • 9 P. I. POPOV, « Avtobiografija » (Autobiographie), RGAE, f. 105, op. 1, d. 29, ll. 7-8.

4La rédaction des deux textes de loi effectuée en 1918 reprit bon nombre d’idées débattues jusque-là dans les différents congrès de statisticiens. P. I. Popov avait été chargé de cette tâche en tant que directeur du bureau du recensement du Conseil suprême de l’économie nationale, le VSNKh8. Son expérience antérieure de la statistique des zemstva lui conférait une forme de légitimité pour remplir cette fonction. En effet, entre 1898 et février 1917, il avait travaillé comme statisticien dans divers bureaux de statistique des zemstva et, à partir de la fin de l’année 1909, dirigé celui de Toula9. Lors du congrès de juin 1918, il rappela le rôle joué par le bureau du recensement du Conseil suprême de l’économie dans le processus en cours :

  • 10 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, l. 9.

« La question de l’unification de la statistique d’État fut soulevée auprès de ce bureau du recensement, à qui, en tant qu’organe du Conseil suprême de l’économie nationale, était revenue la tâche de conduire ces travaux. Le bureau a travaillé cette question et soumis le projet qu’il avait élaboré à l’avis de la commission exécutive du congrès des statisticiens. Celle-ci a jugé indispensable de procéder à l’organisation de la statistique d’État10. »

  • 11 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, l. 34.
  • 12 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, l. 11.

5Ce projet fut discuté également dans les congrès de statisticiens réunis dans certaines provinces, celle de Tver par exemple11. Ainsi, même s’ils furent rédigés par un seul homme, les textes préparés par P. I. Popov furent le résultat d’un processus de réflexion collectif, particulièrement en ce qui concerne l’organisation des bureaux régionaux. Dans ce domaine, différentes propositions furent transmises par les statisticiens d’anciens bureaux des zemstva, ceux de Vladimir par exemple. Klementi Ia. Vorobiev, directeur du bureau de la province de Simbirsk, fut le principal rédacteur du texte de la réglementation sur les organes locaux12, ce qui permettait à P. I. Popov d’affirmer devant le congrès de juin 1918 :

  • 13 Ibid.

« Ce projet est le fruit de ces idées et toute l’organisation le résultat de cette réflexion, de manière tout à fait fidèle, puisque nous allons collectivement vers ce but. […] Je n’ai fait qu’exprimer le reflet de l’orientation générale des travaux et des suggestions de tous13. »

6La commission exécutive du congrès décida que, dans l’attente de la constitution définitive d’un bureau central de statistique, tous les bureaux de statistique existant dans les régions, dont ceux des anciens zemstva, seraient placés sous la tutelle des conseils locaux du VSNKh. Leur organisation et leur financement dépendraient du bureau du recensement de ce dernier. Le schéma de la future organisation centralisée de l’administration statistique d’État était déjà en place dans les faits. Dans un tel contexte, la nomination de P. I. Popov à la tête de celle-ci semble avoir respecté la logique de continuité qui s’était déjà exprimée avec, en mars 1917, sa désignation à la direction du bureau de traitement des données du recensement agricole russe de 1916.

7Dans de telles conditions, il n’est guère étonnant que les statisticiens de la nouvelle Direction centrale de la statistique aient eu ensuite à défendre l’autonomie de celle-ci face à la volonté du VSNKh de la garder sous tutelle.

Défense du projet

  • 14 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 16, ll. 50-99.

8Les modalités d’application des textes de la réglementation sur la statistique d’État ont été discutées dans le cadre de la conférence des statisticiens réunie à Moscou entre le 19 et le 24 octobre 191814. Les statisticiens affirmèrent la nécessité de préserver l’indépendance de cette nouvelle administration vis-à-vis des commissariats et du pouvoir politique, tant au niveau central qu’au niveau local. N. M. Kisliakov, directeur du bureau de Vitebsk, insista sur la nécessité absolue de cette indépendance pour sauvegarder le caractère scientifique du travail statistique :

« La statistique est un domaine totalement apolitique [apolititcheskaïa].

  • 15 Ibid., l. 102.

En sens inverse, la politique est une chose nuisible en statistique. À la lumière de notre passé, nous savons que quand, pendant la période de lutte entre le marxisme et le populisme chez nos camarades, nous notions une orientation à tendance marxiste chez les uns, et à tendance populiste chez les autres, cela provoquait un tas de discussions et était, à cette époque, considéré par les véritables statisticiens comme un phénomène qui n’est pas souhaitable. La politique doit être étrangère à la statistique. La statistique, c’est le miroir de la réalité ; nous devons comprendre cela et avoir une attitude de confiance envers ce domaine. S’il y a de la méfiance, si aujourd’hui il nous faut faire des compromis, alors il ne nous est pas possible, à nous spécialistes, de rester dans les régions15. »

  • 16 Ibid., l. 120.

9La dernière phrase laisse percevoir l’inquiétude des statisticiens face aux représentants du nouveau pouvoir dans les régions à cette époque. Dans le souci de préserver l’indépendance de l’administration statistique, N. M. Kisliakov insista sur la nécessité absolue de rattacher chaque bureau de région directement et uniquement à la Direction centrale. D’autres statisticiens abondèrent dans ce sens. Certains soulignèrent même le rôle bénéfique de la centralisation dans ce domaine. Parmi ceux-ci, A. A. Kaufman fit valoir que le caractère centralisé de la nouvelle administration pouvait mieux les protéger contre les abus de pouvoir des soviets des députés locaux, et que l’objectif n’était pas seulement d’augmenter l’efficacité du travail statistique 16. V. G. Mikhaïlovski, chef du département de démographie de la TsSOu, développa cette idée pour convaincre ceux pour qui la centralisation était synonyme de danger bureaucratique :

  • 17 Ibid., l. 122.

« On peut appeler bureaucrates les soviets des députés locaux des provinces dans lesquelles est imposée la subordination la plus stricte à leurs exigences, et où les statisticiens doivent effectuer des travaux qui n’ont rien à voir avec la statistique. Voilà en quoi consiste le danger du bureaucratisme, mais il n’y a pas lieu de craindre la coordination, par un centre principal qui fixe des tâches communes, des travaux statistiques réalisés dans les régions. Dans ce cas-ci, les bureaux autonomes doivent être réunis dans un seul centre. Ils sont complètement autonomes sur place, où ils font tout leur possible pour se protéger contre l’ingérence dans leur activité des organes de pouvoir locaux, dans la mesure où cela peut entraver l’exécution des tâches communes17. »

10La centralisation administrative était présentée ici comme un rempart contre d’éventuelles tentatives de contrôle de représentants du pouvoir local.

11Cette conception contenait des germes de tensions et de malentendus inévitables avec les bolcheviks.

  • 18 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, ll. 56-67.
  • 19 Ibid., ll. 56-58.
  • 20 Ibid., l. 63.

12Les statisticiens eurent également à se défendre contre la volonté du commissariat aux Affaires intérieures d’imposer son propre projet de bureau central de la statistique d’État. Successeur de l’ancien ministère de l’Intérieur tsariste, ce commissariat avait conservé en son sein un département de statistique, héritier lui-même de l’ancien TsSK. Ses responsables avaient élaboré un « projet de réforme des institutions de la statistique d’État relevant du commissariat aux Affaires intérieures », suivi d’un « projet de réglementation de l’organisation des organes statistiques dépendant du commissariat aux Affaires intérieures18 ». Ce document de dix pages, très précis, était complété par un budget prévisionnel. En vérité, le projet de ce bureau central était très proche de celui de la future TsSOu19. En revanche, la conception du rôle et de l’organisation de ses services régionaux était réellement différente et demeurait dans la droite ligne de celle des anciens comités de goubernia. Les organes régionaux restaient conçus comme des rouages locaux d’une collecte des données reposant avant tout sur les services administratifs des échelons territoriaux les plus proches de la population20.

  • 21 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, l. 9.
  • 22 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 16, ll. 22-29.
  • 23 Ibid.

13Le TsSK continuait à envoyer des circulaires à ses comités de goubernia encore à la mi-avril 191821. Comme en témoignent les interventions, à la conférence statistique d’octobre 1918, de différents représentants des bureaux régionaux nouvellement constitués par la TsSOu, des comités de goubernia du TsSK continuaient encore à fonctionner parallèlement dans quelques régions à cette époque, par exemple à Viatka, Voronej et Tambov22. Outre cela, à Kazan, l’ancien bureau de statistique du zemstvo avait été transféré dans la direction locale du commissariat aux Affaires intérieures et était encore financé par celui-ci en octobre 191823. En fait, il fallut attendre le début de l’année 1919 pour voir le TsSK s’effacer complètement devant la TsSOu. L’organisation de celle-ci reprit de nombreux principes énoncés par les congrès internationaux de statistique de la seconde moitié du xixe siècle.

Une conception de la statistique héritée du xixe siècle

À la recherche de la rationalité en statistique

14Dans son discours introductif au congrès des statisticiens de juin 1918, P. I. Popov justifiait la centralisation de l’administration statistique par la nécessité de rationaliser le processus de production des données nécessaires pour éclairer la gestion de l’État :

  • 24 GASO, f. R-1, op. 1, d., 1, ll. 28-36 : P. I. POPOV, « Organizacija gosudarstvennoj statistiki » ( (...)

« L’expérience de l’Europe de l’Ouest ainsi que les exigences avancées par les théoriciens et les praticiens de la statistique font envisager une édification de la statistique d’État dans le cadre de laquelle l’organisation d’un organe central est la condition indispensable à des travaux statistiques effectués de manière méthodique dans un pays. C’est seulement dans ce genre d’organisation que l’on peut résoudre correctement les questions de statistique démographique, organiser de manière rationnelle la production de recensements périodiques : démographiques, agricoles, professionnels et industriels, etc., que l’on peut organiser correctement la statistique des récoltes et étudier les branches de la vie économique du pays qui exigent un éclairage statistique. Seul un organe central peut créer une statistique unifiée dans un État24. »

15La rationalité en statistique consistait également à éviter tout gaspillage des ressources :

  • 25 Ibid.

« Seul ce genre d’institution centrale peut prévenir le gaspillage des forces, tant habituel quand la statistique d’État est privée d’une unité d’organisation, quand différentes administrations collectent les mêmes données et importunent la population par une collecte incessante d’informations identiques qu’elles traitent chaque fois pour un seul cas d’utilisation; seul ce type d’organisme peut élaborer un plan d’observation d’une catégorie de faits donnée dans lequel serait définie avec précision la participation des différents services de l’appareil d’observation. […] Enfin, seul un tel organisme est capable d’assurer un traitement correct du matériau collecté en lui communiquant, en outre, un haut niveau de crédibilité, laquelle prête au doute chaque fois que le traitement de synthèse du matériau est réparti dans plusieurs organes locaux inférieurs et qu’un enregistrement véritable n’est pas effectué pour l’ensemble du matériau en même temps et en un seul endroit25. »

16Homogénéité et simultanéité de la collecte des informations, voilà des arguments déjà tenus au xixe siècle par Iou. E. Ianson, fervent défenseur d’une administration statistique centralisée. À l’instar de celui-ci, P. I. Popov et nombre de ses collègues considéraient que seule la centralisation garantissait une meilleure qualité scientifique de la production statistique, qu’ils assimilaient à la fiabilité et à l’exhaustivité de l’information collectée. Pour eux, une telle forme d’organisation exigeait le recrutement de statisticiens qui fussent de réels spécialistes de leur domaine, mais aussi, à l’image de Iou. E. Ianson, à la fois des administrateurs et des scientifiques. Cela rendait indispensable la constitution d’un corps de professionnels de la statistique d’État capables d’assumer à la fois une fonction administrative et un rôle scientifique.

17Bien que reposant sur des motifs différents, les préoccupations des statisticiens rencontraient celles des dirigeants bolcheviks Tous partageaient le même attachement au principe d’une organisation verticale centralisée de toute administration d’État, mais en avaient une interprétation différente dans la pratique. Efficacité du travail scientifique pour les uns, efficacité de l’action politique pour les autres, l’application du principe de la centralisation allait être à la base de tensions entre les uns et les autres tout au long des années 1920. Dans ce domaine, pouvait-on concilier raison scientifique et raison politique ?

18Les statisticiens affichèrent d’emblée leur volonté d’organiser l’administration statistique du nouvel État en respectant les principes adoptés à ce sujet, en 1867, par le Congrès international de la statistique de Florence.

19La réglementation du 25 juillet 1918 en reprenait un point fondamental, l’indépendance vis-à-vis du pouvoir politique.

Une administration indépendante

  • 26 Ibid.
  • 27 «Poloz&enie o gosudarstvennoj statistike », § 2.
  • 28 Ibid., § 3.

20Le congrès de Florence avait recommandé « aux États l’organisation d’un organe statistique central ne coïncidant avec aucun ministère et subordonné seulement au président du conseil des ministres26 ». Le décret du 25 juillet 1918 plaça la nouvelle Direction centrale de la statistique, la TsSOu, sous la tutelle directe du Conseil des commissaires du peuple, le Sovnarkom27. Si elle n’était pas considérée comme un commissariat du peuple à part entière, cette administration bénéficiait néanmoins des mêmes prérogatives et d’un domaine de compétence spécifique. Son directeur était nommé par le Sovnarkom et avait rang de commissaire du peuple avec voix consultative28. Toutefois, il ne disposait pas d’une voix délibérative, ce qui le plaçait dans une position qui marquait à la fois sa proximité et sa distance vis-à-vis du pouvoir politique.

  • 29 Ibid., § 6, pt. I et II.

21Outre la réalisation de ses propres travaux, la Direction centrale avait pour mission de coordonner et homogénéiser l’ensemble de la production statistique effectuée dans le pays. À cette fin, elle devait « ratifier les plans et les programmes de tout genre des enquêtes et des recensements organisés par les institutions administratives, et également les plans de travaux statistiques établis annuellement par les commissariats, leurs plans d’organisation et leurs instructions29 ». Elle devait remplir ce rôle à l’échelon central de l’État et dans les régions.

Une double structure administrative et scientifique

  • 30 P. I. Popov, « Organizacija… », art. cit., p. 4.

22Le dispositif institutionnel de la TsSOu reposa sur les mêmes principes au centre et dans les régions. Des instances de discussion scientifique coexistaient avec des instances d’organisation à fonction plus purement administrative, conformément, dans ce cas aussi, aux recommandations du Congrès de Florence30. Si la configuration finale de la Direction centrale de la statistique ne fut pas complètement identique à celles-ci, elle respecta toutefois le principe de l’articulation entre des instances à vocation scientifique et d’autres investies d’un rôle plus technique.

Une direction collégiale

23L’organe de direction effectif de l’activité statistique était le collège de la TsSOu. Composée, au début, du directeur et des chefs des principaux départements, cette instance perpétuait la tradition de collégialité des bureaux statistiques des zemstva. Le collège prenait les décisions courantes relatives au fonctionnement (organisation du travail, salaires, gestion du budget et du personnel, questions matérielles diverses), à la réalisation des enquêtes, des études statistiques diverses, des recensements, et à la publication de leurs résultats. Il assurait les relations avec les différentes instances du pouvoir politique, mais aussi avec les autres administrations, les commissariats et leurs services statistiques en particulier, ainsi qu’avec l’ensemble des bureaux locaux de la TsSOu dont il supervisait et contrôlait le travail. Il était en quelque sorte garant de l’uniformité des travaux au sein de la TsSOu tout entière, mais également de l’ensemble de l’appareil administratif de l’État.

24Dans la réalité, si le collège assumait très clairement l’organisation administrative et technique de la production statistique, les discussions scientifiques n’étaient pas absentes de ses réunions, la résolution de beaucoup de problèmes d’organisation leur étant inévitablement liée, celles concernant un recensement par exemple. Posant la question du choix des méthodes, l’organisation du travail statistique ne pouvait pas ignorer les questions scientifiques sous-jacentes. De ce point de vue, réduire le collège à un rôle purement organisationnel ou administratif serait une erreur ; les questions méthodologiques y étaient abordées dès que la résolution d’un problème d’organisation le nécessitait. Elles étaient traitées de manière systématique dans diverses instances scientifiques prévues à cet effet.

Trois instances scientifiques

  • 31 Pour d’autres exemples d’organisation d’administrations statistiques d’État, voir notamment J. et (...)

25Les instances scientifiques étaient au nombre de trois : le conseil de la statistique, les conférences statistiques et les congrès de statisticiens. Toutes trois étaient des assemblées de représentants élus ou désignés par leurs collègues des différents services statistiques d’administrations, des établissements d’enseignement supérieur ou de l’Académie des sciences. Leur existence rappelle la filiation entre la toute jeune TsSOu et la statistique européenne du xixe siècle31.

Le conseil de la statistique

  • 32 P. I. Popov, art. cit., p. 4, et « Poloz&enie o gosudarstvennoj statistike », § 10.
  • 33 « Poloz&enie o Sovete po delam statistiki pri Central’nom Statistic&eskom Upravlenii » (Réglementa (...)

26La conception du rôle et de la composition du conseil de la statistique s’inscrivait dans la lignée de celle des commissions centrales de statistique chargées, depuis la fin du xixe siècle, dans certains États européens, de coordonner les travaux des services statistiques de leurs différents ministères32. De ce point de vue, le conseil de la TsSOu était l’héritier de celui du TsSK de l’État tsariste. Élu pour trois ans, il était composé de représentants de l’administration statistique d’État, de services statistiques des autres administrations, du pouvoir politique et de la communauté scientifique des statisticiens, en particulier de l’Académie des sciences, des établissements d’enseignement supérieur et des sociétés scientifiques. Il avait pour mission de coordonner et d’homogénéiser les travaux statistiques réalisés par les différentes administrations et institutions, mais aussi de discuter des questions théoriques et méthodologiques posées par les enquêtes, en particulier par l’organisation des recensements. Tous les programmes d’enquêtes et de recensements devaient être soumis à son examen pour avis. De fait, il devait superviser l’ensemble des institutions et des travaux de la statistique d’État. La Direction centrale elle-même n’échappait pas à sa surveillance. Signe de l’importance accordée à son rôle, une réglementation particulière fixa les prérogatives et la composition du conseil de la statistique33.

27Au cours des premières années de fonctionnement de la TsSOu, cette assemblée fut souvent consultée. Elle n’avait rien de commun avec une simple chambre d’enregistrement de propositions. En fait, elle remplissait réellement la fonction d’un conseil scientifique, donnant son avis, jouant un rôle d’évaluation et de mise en garde, assumant une fonction de contrôle, jouant en somme le rôle d’un conseil des sages qui devait veiller à la conformité de l’activité des différentes institutions avec les dispositions des textes de loi sur la statistique d’État, mais aussi à la rigueur scientifique des travaux entrepris et à l’homogénéisation recherchée entre les différentes administrations.

28À cet égard, sa composition était symbolique, l’élection de son président également. Le premier, N. A. Kabloukov, professeur de statistique à l’université de Moscou, mais aussi un des plus vieux maîtres de la statistique des zemstva, ne symbolisait-il pas à la fois le lien entre la statistique académique et la statistique administrative et la continuité entre la conception de la nouvelle statistique d’État et celle de l’ancienne statistique des zemstva ?

Congrès et conférences

29Les deux autres assemblées, le congrès des statisticiens et la conférence statistique, étaient convoquées avec une fréquence moindre. Si toutes deux réunissaient des représentants de la communauté des statisticiens, dans les textes, leurs tâches étaient cependant définies de manière différente.

30Le congrès était l’instance de discussion de toute la profession des statisticiens.

  • 34 « Poloz&enie o gosudarstvennoj statistike », § 12.
  • 35 La liste complète et le contenu des programmes des congrès nationaux et des conférences ont été pu (...)

31Ses représentants se réunissaient pour définir les principes d’organisation et les orientations scientifiques de la production statistique de l’État, pour débattre également des programmes d’enquêtes de la TsSOu, en particulier des recensements généraux, et du contenu des questionnaires34. Ainsi, le premier congrès, qui se tint du 8 au 16 juin 1918, fut consacré principalement aux questions relatives à l’organisation de la statistique d’État, du recensement industriel et de la statistique agricole courante. Le suivant, qui eut lieu du 25 avril au 2 mai 1919, discuta de l’organisation des études statistiques courantes de la TsSOu et des travaux des différentes branches de la statistique35. Les congrès nationaux étaient convoqués et organisés par la commission exécutive du congrès, structure élue par celui-ci en son sein et chargée, entre deux sessions, de préparer et d’organiser les travaux du congrès suivant.

32Comme avant 1917, les congrès étaient considérés comme l’instance de discussion essentielle au sein de la communauté des statisticiens et comme le lieu privilégié des débats scientifiques entre ses représentants. Espaces d’expression et de rencontre des membres de la profession, ils étaient également un lieu d’échange d’expérience et de construction de savoirs. Ainsi, à plusieurs reprises au cours des années 1920, des bureaux régionaux s’adressèrent-ils au directeur de la TsSOu pour réclamer la tenue d’un congrès national afin de discuter des questions liées à l’organisation des opérations d’un recensement ou d’une enquête statistique nationale.

  • 36 « Poloz&enie o gosudarstvennoj statistike », § 11.
  • 37 Cf. E. A. Mas&ihin et V. M. Simc&era, op. cit.

33De leur côté, les conférences statistiques étaient plutôt destinées à l’examen des questions générales d’organisation et des aspects pratiques de la mise en œuvre des programmes de travail. À l’échelon national, elles étaient composées des statisticiens responsables des départements de la TsSOu, des services des commissariats, des bureaux régionaux et des villes, ainsi que des représentants de la communauté scientifique des statisticiens, membres des sociétés scientifiques et des établissements d’enseignement supérieur36. Si la fréquence de la convocation des congrès n’était pas fixée dans les textes, en revanche les conférences devaient « être convoquées au moins une fois par an, et plus souvent en cas de nécessité », ce qui confirme le rôle plus organisationnel qui leur était conféré. Ainsi, la première conférence statistique, qui se tint du 19 au 24 octobre 1918, fut-elle consacrée aux aspects concrets de l’organisation interne des bureaux statistiques régionaux, celle qui fut réunie du 23 au 30 janvier 1920 définit l’organisation du travail et la répartition des tâches dans ces nouveaux organes. La suivante, rassemblée entre le 20 et le 29 janvier 1921, examina les questions concrètes posées par l’exploitation et le traitement des données du recensement de 1920, celle qui se tint du 25 au 28 janvier 1923 traita des questions de méthode posées par la statistique agricole courante, la comptabilité des récoltes et le dénombrement des emblavures37. Alors que les congrès nationaux pouvaient être considérés comme une instance privilégiée de discussion et de définition des axes prioritaires et des programmes de la production statistique de l’État soviétique, en revanche les modalités de la pratique statistique, en particulier les questions méthodologiques qu’elle posait, étaient discutées dans les conférences.

34Organisées sur un double principe d’indépendance et de collégialité, ces différentes instances étaient le fruit du projet d’une communauté professionnelle qui reposait sur la pratique accumulée par les membres qui avaient travaillé dans les anciens bureaux statistiques des zemstva.

Un réseau dense de bureaux régionaux

Des bureaux proches des sujets observés

  • 38 Ils étaient désignés couramment par le terme de gubstatbjuro, qui est la contraction de gubernskoe (...)
  • 39 P. I. Popov, art. cit., p. 15.
  • 40 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh… », § 27 et 28.

35Un autre point essentiel de la réforme de 1918 concerna la constitution, sur l’ensemble du territoire russe, d’un réseau de bureaux statistiques régionaux, les bureaux statistiques de goubernia38, dépendant directement de la Direction centrale. Outre l’organisation sur le terrain des enquêtes décidées par celle-ci, la mission de ces organes locaux consistait à assurer le contrôle des opérations de collecte, « un premier, et parfois fondamental, traitement du matériau collecté39 », et à unifier et coordonner les travaux statistiques des différentes administrations de leur province. Leur création fut jugée indispensable pour accroître l’efficacité du travail de l’administration statistique d’État. Leur organisation était calquée sur celle de la Direction centrale. Comme celle-ci, le bureau d’une province était dirigé par un collège, formé des chefs de ses différentes sections spécialisées, du directeur du bureau et de son adjoint. Selon les besoins, des congrès de statisticiens de la province ou des conférences statistiques devaient être convoqués40.

36Les congrès regroupaient des représentants des organes statistiques de la province et des districts ruraux, de la communauté scientifique locale des statisticiens et du soviet des députés de la province. Ils étaient convoqués et présidés par le directeur du bureau de statistique lui-même. Tout comme au niveau central, ils avaient pour tâche d’examiner les questions liées aux programmes des différentes enquêtes statistiques et des recensements. Ils étaient réunis à l’occasion de chaque recensement, de manière obligatoire, afin d’étudier les questions posées par son organisation concrète sur place, par exemple le découpage des circonscriptions et la conduite des opérations d’enquête dans chaque district. Toutefois, fidèles à une pratique ancienne de leur zemstvo, certains bureaux de province les réunissaient plus souvent, généralement deux fois par an.

  • 41 Ibid., § 27.

37Cependant, si les textes établissaient une différence claire entre les congrès et les conférences tenus à l’échelon national, la distinction était moins nette en ce qui concerne les provinces. La réglementation sur les organes locaux fait l’amalgame entre ces deux assemblées et les traite sur le même plan, sans les différencier41. En particulier, elle fixe leur composition sans opérer de distinction entre les deux. Les congrès semblent, en fait, avoir réuni les fonctions de ces deux instances.

  • 42 Ibid., § 16 à 26.
  • 43 GASO, f. 5, op. 1, d. 2633, ll. 52-53.

38Enfin, un conseil de la statistique de la province était constitué sur le même principe que celui de la Direction centrale et jouait un rôle comparable à celui-ci à l’échelon local42. Il est à noter que l’idée d’organiser un conseil de la statistique dans chaque région n’était pas nouvelle en Russie. Ainsi, à Saratov, en 1909, le conseil du zemstvo avait-il déjà eu le projet d’en créer un « afin de faire toujours concorder le travail du bureau de statistique avec les besoins aussi bien du zemstvo de la province que des zemstva des districts43 ». Ce conseil ne vit pas le jour, semble-t-il, mais sa composition avait déjà été arrêtée. Il aurait dû réunir des représentants de l’assemblée du zemstvo, le directeur et les statisticiens du bureau du zemstvo, les statisticiens de district, et aussi des représentants des principaux départements de l’administration du zemstvo concernés par la réalisation d’enquêtes statistiques.

  • 44 GASO, f. R-1, op. 2, d. 2.
  • 45 À Saratov, ce fut le cas à partir de l’année 1922.

39La composition du conseil de la statistique d’une province, en 1918, n’était, somme toute, pas très éloignée de celle envisagée dix ans plus tôt à Saratov. Fixée par la loi, elle était également très proche de celle du conseil de la TsSOu et comprenait des représentants de l’administration statistique d’État, des services statistiques des autres administrations locales, du pouvoir politique et de la communauté scientifique des statisticiens, notamment des établissements d’enseignement et des sociétés scientifiques. À Saratov, l’élection de son président fut symbolique. De la fin de l’année 1918 à la fin de l’année 1921, le conseil eut à sa tête une figure du mouvement coopératif national, A. A. Rybnikov44, qui était également professeur à l’université et l’institut d’agriculture de Saratov. Par ses différentes affiliations institutionnelles, il symbolisait le rôle de coordination et d’unification de la production statistique que devait jouer cette instance. Quand, au bout de quelques années, le conseil de la statistique eut cessé de se réunir dans chaque province45, le congrès est devenu le seul lieu de discussion scientifique large entre les membres de la communauté statistique locale.

  • 46 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh… », art. cit., § 8.

40La nécessité de constituer un maillage de bureaux statistiques à travers tout le pays rencontrait un accord général parmi les statisticiens de la TsSOu au moment de la réforme de 1918. L’amélioration de la fiabilité de la collecte des données dans les campagnes avait toujours été une préoccupation des statisticiens des zemstva. De fait, les dispositions de la Réglementation de septembre 1918 sur l’organisation des bureaux locaux furent sans commune mesure avec les différentes décisions qui avaient été prises auparavant par les différents zemstva, tout en se situant dans leur continuité. La véritable innovation résida, bien sûr, dans la mise en place de gros bureaux régionaux d’une administration statistique d’État, et non plus seulement d’une institution territoriale. Autre innovation réelle, un bureau fut ouvert dans chaque district rural de chaque province et chargé, à son propre échelon territorial et administratif, des mêmes tâches que le bureau de la goubernia, unifier et coordonner les travaux statistiques des différentes administrations de sa circonscription territoriale46.

41Un réseau de collecte des données pouvait donc être organisé au plus près des sujets des enquêtes et contrôlé directement par les statisticiens locaux de l’administration d’État.

Une indépendance affirmée au niveau local

  • 47 Ibid., § 2.

42Le principe de l’indépendance institutionnelle vis-à-vis du pouvoir politique s’appliquait également aux bureaux locaux, de province et de district. D’après les textes, le bureau d’une province était un organe de la TsSOu qui agissait « en qualité de service indépendant du soviet des députés de la province47 »:

  • 48 Ibid.

« Dans leur travail, les bureaux des goubernii ne sont pas subordonnés à d’autres services des soviets des députés des goubernii et des commissariats, et ils agissent en conformité avec les paragraphes de cette Réglementation-ci les concernant, et avec les décisions de la Direction centrale de la statistique s’y rapportant48 ».

  • 49 Ibid., § 10 et 11.

43Néanmoins, signe du caractère relatif de cette indépendance, le directeur du bureau d’une province était nommé, ou révoqué, par le présidium du soviet des députés de celle-ci, après consultation du conseil local de la statistique. La Direction centrale disposait, de son côté, d’un délai de deux semaines pour faire connaître son désaccord éventuel49. L’instance politique suprême d’une province avait donc la possibilité d’intervenir de manière active dans la désignation du directeur du bureau de statistique local. Tout dépendait de sa manière d’interpréter les textes, des hommes au pouvoir chargés de les appliquer, des relations nouées avec le directeur du bureau et ses statisticiens, ainsi que des circonstances. Outre cela, le bureau de statistique et son directeur dépendaient des décisions du comité exécutif du soviet de leur province pour l’organisation matérielle de leur activité. Cela seul pouvait, comme nous le verrons, être suffisant pour dresser des obstacles à son travail et limiter son indépendance. Une telle situation obligeait le directeur à entretenir des relations régulières avec le comité exécutif, dont, par ailleurs, il était membre avec voix consultative.

  • 50 GASO, f. R-1, op. 1, d.1, ll. 56, 57, 62, 78.
  • 51 Ibid.
  • 52 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh… », § 12.

44À la lecture de la correspondance entre le bureau de Saratov et le comité exécutif local50, celui-ci apparaît avoir joué le rôle d’un organe de contrôle politique sur place. À l’instar de toute autre administration, le bureau de statistique devait lui faire parvenir les copies de tous les procès-verbaux des réunions de son collège et de tous les rapports d’activité et comptes rendus des dépenses envoyés mensuellement à sa direction centrale, ainsi que toutes ses publications et « autres documents concernant son activité51 ». Enfin, il était tenu par la loi d’exécuter tous les travaux statistiques commandés par le soviet des députés de la province52, dont statutairement il constituait un service. Comme tout service régional d’une administration d’État soviétique, il était donc soumis à une double tutelle institutionnelle. Verticalement, il dépendait de sa direction centrale, mais, à l’échelon régional, il était subordonné au comité exécutif de la province, qui exerçait son droit de contrôle. Comme on le verra plus loin, une telle situation était de nature à introduire de la confusion dans l’application des directives centrales au niveau local, le comité exécutif local en donnant une interprétation différente de celle de la Direction centrale de la statistique. Ce fut le cas, par exemple, quand il fallut appliquer, en 1922, les mesures de réduction du personnel.

Les bureaux statistiques de district

  • 53 Cf. V. F. Karavaev, Obs&c&ie osnovanija…, op. cit.
  • 54 Voir, en particulier, S. N. Veleckij, op. cit. et V. F. Karavaev, ibid.

45L’organisation de bureaux statistiques de district fut une innovation majeure de la réforme de 1918. L’idée d’implanter des statisticiens dans les districts ruraux n’était pas nouvelle, certains zemstva en avaient recruté dès le début des années 188053. Toutefois, cette fonction n’avait pas été créée dans toutes les provinces. Par ailleurs, là où elle existait dans les années 1880, l’expérience n’avait pas toujours été poursuivie. En réalité, à la veille de 1914, la situation était très disparate d’un zemstvo à l’autre, allant de l’absence totale de cette catégorie de statisticiens à la présence d’au moins un par district. D’après certains ouvrages russes consacrés à la statistique des zemstva, il semble que, déjà à la fin du xixe siècle, il y ait eu des tentatives d’organisation de bureaux statistiques de district dans certaines provinces, par exemple dans celle de Viatka54. Cependant, ce phénomène fut sporadique et sans comparaison possible avec les mesures prises en septembre 1918. Outre cela, étaient bien souvent appelées bureaux des entités qui ne regroupaient que deux individus. Néanmoins, la conception des bureaux de district développée dans les textes de 1918 a prolongé l’expérience des zemstva en l’intégrant dans une administration d’État centralisée.

46Les bureaux statistiques de district étaient considérés comme des sections du bureau d’une province et lui étaient directement rattachés. Placés sous sa tutelle administrative et scientifique, ils devaient organiser la collecte des données dans les circonscriptions administratives rurales, le district, le canton et le village. Les principes de leur organisation étaient une réplique de ceux du bureau de la goubernia :

  • 55 « Postanovlenija Pervoj Statistic&eskoj Konferencii pri Central’nom Statistic&eskom Upravlenii » ( (...)

« I. Les bureaux statistiques de district sont organisés en qualité de services indépendants placés auprès des soviets des députés des districts. II. Les directeurs des bureaux statistiques de district sont nommés par les bureaux statistiques des goubernii en accord avec les comités exécutifs concernés55. »

47Il y avait donc transfert de compétence de la Direction centrale au bureau de la province pour le recrutement des directeurs des bureaux de district. Le principe d’indépendance institutionnelle vis-à-vis du pouvoir politique local était garanti par les textes et, dans les faits, par l’intervention du directeur du bureau de la province en cas de nécessité. Celle-ci fut nécessaire, par exemple, pour faire respecter par le comité exécutif de certains districts le choix du directeur du bureau de statistique local effectué par le bureau de la province.

  • 56 Ibid.

48Structurés en sous-sections correspondant à des spécialités différentes, les bureaux de district devaient faire face à une activité multiforme. Tout d’abord, outre la production des données destinées à la Direction centrale, ils devaient fournir toute information statistique nécessaire aux organisations sociales et aux organes politiques locaux. Ils étaient tenus par la loi de répondre à leur demande dans ce domaine, tenus d’exécuter « toutes les missions financées par les moyens alloués par les organisations du district56 ». Leurs tâches étaient très étendues. Dans le domaine de la statistique agricole courante, leur mission allait de l’organisation des réseaux de correspondants volontaires dans les campagnes à la formation de ceux-ci, au suivi et au contrôle de leur activité. Ils devaient également « effectuer le traitement préliminaire d’une partie des formulaires communiqués par les correspondants en suivant les indications du bureau statistique de la province » pour transmettre les informations de première nécessité aux administrations locales. Bien entendu, ils dirigeaient sur place les opérations des enquêtes et des recensements décidés par la Direction centrale en respectant les instructions du bureau de la province.

49Leur activité ne se limitait donc pas à la seule collecte des données. Dans le domaine de la statistique démographique, il leur incombait en outre « la charge de donner des instructions aux services administratifs assurant l’enregistrement des actes d’état civil et de veiller à l’exactitude de l’enregistrement et au respect des délais dans l’expédition des fiches d’état civil » au bureau de la province. De ce fait, ils ont joué un rôle central dans le contrôle de la bonne marche du nouveau système d’enregistrement administratif de l’état civil mis en place dans les campagnes à partir de 1919.

50L’ampleur et la diversité des tâches imposa le recrutement d’un personnel qualifié, en nombre suffisant, pour constituer de réels bureaux de statistique, et non pas de simples antennes de celui de la province. L’ouverture de tels bureaux a parachevé la constitution d’un maillage de services de statistique à l’échelle de l’ensemble du territoire du nouvel État permettant d’effectuer une collecte des données précise jusqu’au fin fond des campagnes, à l’aide de professionnels de la statistique, et non pas du personnel de différents services administratifs locaux. Bien entendu, cela supposait la création d’un nombre suffisant de postes de statisticiens de district. Dès le début de l’année 1919, fut posée également la question du recrutement d’une nouvelle catégorie de statisticiens dans les cantons, de manière à augmenter l’efficacité de la collecte des données assurée par les bureaux de district. À cela fut liée, comme nous le verrons un peu plus loin, une question non moins importante, celle du statut des anciens correspondants volontaires.

Une organisation verticale

Une administration centralisée

  • 57 RGAE, f. 1562, op. 2.

51Si, à l’échelle d’une province ou d’un district, chaque bureau de statistique était responsable de l’unification et de la coordination des travaux et des différents services statistiques locaux, chaque échelon administratif était toutefois subordonné aux instructions de l’organe immédiatement supérieur, qu’il devait exécuter strictement. L’ensemble de la correspondance entre la Direction centrale et ses bureaux de province relative aux questions d’organisation témoigne du poids déterminant joué par le centre dans l’organisation de la production statistique locale57.

  • 58 Dossiers « Perepiska s CSU » (Correspondance avec la TsSOu), GASO, f. R-1, op. 1, d. 34 (année 191 (...)
  • 59 Voir notamment GASO, f. R-1, op. 1, d. 41 à 46 (année 1919).

52L’exemple du bureau de Saratov éclaire le processus de transmission des directives centrales et de circulation de l’information au sein d’une administration d’État à cette époque58. En dehors des brochures éditées à cette fin, les instructions de travail de la TsSOu étaient souvent données par télégramme et transmises aussitôt par le bureau de la province à ses organes de district, soit par télégramme, soit à la faveur de la convocation d’un congrès des statisticiens de la province. Dans l’autre sens, le bureau de la province adressait à la Direction centrale des comptes rendus d’activité mensuels et annuels. À son tour, il recevait les rapports d’activité mensuels des bureaux de district l’informant sur l’état d’avancement de leur travail59. La réalisation d’un recensement général était chaque fois l’occasion d’un rappel de cette répartition verticale des tâches. Si les opérations de collecte et de traitement des données étaient organisées, conduites et vérifiées sur place par le bureau de la province, cela était effectué en suivant strictement le programme de travail et les directives de la Direction centrale.

  • 60 Vestnik statistiki, 1-4, 1921, p. 264-265. Quatorze districts avaient été délimités en 1921: distr (...)
  • 61 Ibid.

53À partir de 1921, le contrôle du fonctionnement de l’administration régionale de la statistique d’État a été exercé par des inspecteurs de district de la TsSOu, un district étant composé de plusieurs provinces administratives60. Ces cadres avaient pour mission de concourir à « établir un lien étroit entre les bureaux de province et la TsSOu » et de contrôler l’exécution correcte, et dans les délais, de toutes les tâches et instructions fixées par la Direction centrale. Ils devaient également contrôler l’activité de tous les organes statistiques de leur circonscription, aussi bien les organes d’État, comme les bureaux de province, que ceux d’autres administrations, afin de vérifier la conformité de leur activité avec les textes des décrets sur la statistique d’État. Chaque inspecteur résidait de manière permanente dans une des villes des provinces de son district et devait visiter chaque bureau de province de sa zone au moins trois fois par an. Chaque directeur de bureau de province pouvait s’adresser à lui pour toute demande de précision concernant les programmes de travail et les instructions de la TsSOu. Les inspecteurs faisaient partie du collège de la Direction centrale, y jouissaient d’une voix délibérative et étaient convoqués pour des réunions de travail à Moscou au moins trois fois par an. L’inspecteur de district était considéré comme l’autorité responsable représentant la TsSOu dans son territoire administratif. À ce titre, il était l’interlocuteur direct du comité exécutif d’une province et des autres « administrations soviétiques locales61 ». Ainsi la TsSOu assura-t-elle dans les régions, face aux organes politiques locaux, une présence institutionnelle autre que celle seule de ses bureaux de province. Ceci permit, en particulier, d’appuyer ces derniers en cas de conflit avec leur comité exécutif local.

Une latitude d’action dans les régions

54Les bureaux régionaux bénéficiaient d’une certaine latitude d’action, du moins jusque dans les années 1923-1924. Outre la liberté dont ils disposaient pour organiser les bureaux de district, ils avaient la possibilité de réaliser des travaux statistiques à usage local et de publier des recueils de données locaux. Un espace de liberté et d’expression leur était donc laissé, dans la continuité de l’activité passée des bureaux des zemstva. Telle avait été la volonté de bon nombre de statisticiens présents au congrès de juin 1918.

55En effet, sans pour autant être opposés à la centralisation, beaucoup de ceux qui venaient des anciens bureaux des zemstva ou des quelques bureaux de villes qui existaient firent valoir la nécessité de conserver une production de données statistiques à usage local. Viktor V. Stepanov, directeur du bureau de statistique de la ville de Saint-Pétersbourg, essaya de montrer la nécessité de conserver une statistique locale pour enrichir les travaux de la statistique d’État :

  • 62 Les institutions territoriales des zemstva avaient été supprimées officiellement en décembre 1917. (...)
  • 63 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, ll. 17-18.

« Mais, envers cette centralisation, il faut adopter une certaine prudence. […] Jadis les intérêts locaux ont tout le temps été bafoués. Le pouvoir d’État prenait la liberté de dire : cela est ce qu’il vous faut, mais de cela vous n’avez pas besoin. Mais nous devons penser que cette époque est terminée et que maintenant les intérêts locaux l’emporteront et auront une importance prépondérante au moins au moment de la collecte et de la production des données statistiques. Les municipalités, les administrations locales non municipales et celles des zemstva62 ont besoin de données en plus grande quantité et, quand nous devrons parler de l’organisation de la statistique, alors ces intérêts devront être placés à la base, ils devront être pris en considération avant toute chose. […] Les administrations locales ont des intérêts indépendants de ceux de l’État. […] Elles ont besoin de données qui puissent être comparées à d’autres car, en dehors de la comparaison, il n’y a pas de savoir statistique63. »

56Derrière ce discours perce l’attitude de statisticiens qui avaient l’expérience d’une statistique locale, municipale ou régionale, et ne voulaient pas en sacrifier les acquis sur l’autel de la centralisation. Ils ne refusaient pas celle-ci pour autant, bien au contraire. À leurs yeux, centralisation et production statistique locale devaient être complémentaires, chacune servant l’autre :

  • 64 Ibid.

« Il est indispensable que les administrations locales donnent au gouvernement et au pouvoir central toutes les données qui sont nécessaires pour constituer un savoir à l’échelle globale de l’État. Il est indispensable aussi qu’elles disposent de fondements directeurs dans le domaine scientifique car, nous ne devons pas fermer les yeux à ce sujet, les administrations locales ne possèdent pas de forces scientifiques. Il faut disposer de données comparatives pour l’ensemble de la Russie et les autres États64. »

57En particulier, la centralisation devait contribuer à l’amélioration des compétences scientifiques du personnel de l’ensemble des bureaux régionaux pour enrichir la production des données globales de l’administration statistique centrale.

58L’organisation de la TsSOu, en 1918 et au cours des années de la guerre civile, offre un bel exemple de réalisation du projet institutionnel d’une profession que l’instauration d’un nouveau pouvoir et la constitution d’une nouvelle forme d’État après octobre 1917 ont rendu possible. Toutefois, les racines de la désillusion et d’un désaccord inévitable avec les bolcheviks étaient déjà présentes dans la manière dont les statisticiens envisageaient leur relation avec le pouvoir politique. La réforme de 1918, telle qu’ils l’avaient conçue, mettait la raison administrative au service de la raison statistique. À leurs yeux, ceci n’était envisageable qu’en préservant l’autonomie de l’administration statistique par rapport aux autorités politiques centrales et locales, par rapport également aux divers commissariats. La raison scientifique ne pouvait pas être soumise à la raison politique.

  • 65 Sur le rôle du maintien de pratiques professionnelles et administratives, pour expliquer l’action (...)

59Indépendance vis-à-vis du pouvoir politique, vis-à-vis également de toute autre administration, cette conception de l’autonomie institutionnelle de la Direction centrale de la statistique ne pouvait qu’entrer en contradiction avec celle que les bolcheviks avaient de la centralisation politique et administrative. Elle ne pouvait également que heurter la volonté des commissariats de n’abandonner aucune de leurs prérogatives alors que chacun d’entre eux était déjà doté d’un service de statistique au moins. Dans ce domaine aussi, la permanence des pratiques administratives allait agir derrière les changements institutionnels65.

Notes

1 Voir A. Stanziani, L’économie en révolution, Paris, Albin Michel, 1998.

2 Sur le processus de rationalisation administrative de l’État tsariste, voir notamment W. Mc Kenzie Pintner and D. K. Rowney, Russian Officialdom, op. cit. ; sur l’effet du contexte d’une économie de guerre dans le renforcement de la centralisation, voir J. Sapir, art. cit.

3 «Poloz&enie o gosudarstvennoj statistike » (Réglementation de la statistique d’État). Le texte complet de la Réglementation a été édité dans Gosudarstvennaja statistika (La statistique d’État), CSU, Moscou, 1918, p. 5-11. Cf. aussi Vestnik statistiki, 1, 1919, p. 5-20.

4 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh statistic&eskih uc&rez&denij » (Réglementation de l’organisation des organismes statistiques locaux). Cf. Gosudarstvennaja statistika, op. cit., p. 15-25, ou Vestnik statistiki, art. cit.

5 TsSOu: Tsentralnoe statistitcheskoe oupravlenie.

6 Pavel I. Popov (1872-1950) devint directeur de la TsSOu après une expérience de près de vingt ans dans la statistique administrative, accumulée principalement dans les bureaux des zemstva, mais aussi, bien que dans une moindre mesure, dans la statistique urbaine et, pendant la Première Guerre mondiale, dans des organismes centraux. Après son éviction de la direction de la TsSOu, au début de l’année 1926, il occupa différents postes, souvent plus honorifiques que décisionnels, au sein du Gosplan. Il ne quitta celui-ci qu’à la fin de l’année 1948.

7 RGAE (Archives d’État de l’économie de Russie), f. 1562, op. 1, d. 28, l. 9.

8 VSNKh: Vyschii Soviet Narodnogo Khoziaïstva. Créé en décembre 1917, le Conseil suprême de l’économie nationale était chargé, en particulier, d’organiser la centralisation des différents organismes économiques et de la gestion des différentes branches industrielles, et aussi de procéder aux nationalisations. Organe suprême chargé de l’organisation et de la supervision de l’activité économique du pays, il disposait d’un pouvoir considérable dans ce domaine.

9 P. I. POPOV, « Avtobiografija » (Autobiographie), RGAE, f. 105, op. 1, d. 29, ll. 7-8.

10 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, l. 9.

11 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, l. 34.

12 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, l. 11.

13 Ibid.

14 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 16, ll. 50-99.

15 Ibid., l. 102.

16 Ibid., l. 120.

17 Ibid., l. 122.

18 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, ll. 56-67.

19 Ibid., ll. 56-58.

20 Ibid., l. 63.

21 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, l. 9.

22 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 16, ll. 22-29.

23 Ibid.

24 GASO, f. R-1, op. 1, d., 1, ll. 28-36 : P. I. POPOV, « Organizacija gosudarstvennoj statistiki » (L’organisation de la statistique d’État), Document de travail du congrès des statisticiens russes, 8-16 juin 1918, p. 3-4.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 «Poloz&enie o gosudarstvennoj statistike », § 2.

28 Ibid., § 3.

29 Ibid., § 6, pt. I et II.

30 P. I. Popov, « Organizacija… », art. cit., p. 4.

31 Pour d’autres exemples d’organisation d’administrations statistiques d’État, voir notamment J. et M. Dupâquier, op. cit.

32 P. I. Popov, art. cit., p. 4, et « Poloz&enie o gosudarstvennoj statistike », § 10.

33 « Poloz&enie o Sovete po delam statistiki pri Central’nom Statistic&eskom Upravlenii » (Réglementation du conseil de la statistique de la Direction centrale de la statistique), in Gosudarstvennaja statistika, op. cit., p. 29-31.

34 « Poloz&enie o gosudarstvennoj statistike », § 12.

35 La liste complète et le contenu des programmes des congrès nationaux et des conférences ont été publiés dans le recueil d’E. A. Mas&ihin et V. M. Simc&era, Statistic&eskie publikacii v SSSR –Bibliografic&eskij ukazatel’ (Les publications statistiques en URSS – Index bibliographique), Moscou, Statistika, 1975.

36 « Poloz&enie o gosudarstvennoj statistike », § 11.

37 Cf. E. A. Mas&ihin et V. M. Simc&era, op. cit.

38 Ils étaient désignés couramment par le terme de gubstatbjuro, qui est la contraction de gubernskoe statistic&eskoe bjuro (bureau statistique de la goubernia). À leur sujet, nous parlerons indifféremment soit de bureau de la goubernia, soit de bureau de la province.

39 P. I. Popov, art. cit., p. 15.

40 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh… », § 27 et 28.

41 Ibid., § 27.

42 Ibid., § 16 à 26.

43 GASO, f. 5, op. 1, d. 2633, ll. 52-53.

44 GASO, f. R-1, op. 2, d. 2.

45 À Saratov, ce fut le cas à partir de l’année 1922.

46 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh… », art. cit., § 8.

47 Ibid., § 2.

48 Ibid.

49 Ibid., § 10 et 11.

50 GASO, f. R-1, op. 1, d.1, ll. 56, 57, 62, 78.

51 Ibid.

52 « Poloz&enie ob organizacii mestnyh… », § 12.

53 Cf. V. F. Karavaev, Obs&c&ie osnovanija…, op. cit.

54 Voir, en particulier, S. N. Veleckij, op. cit. et V. F. Karavaev, ibid.

55 « Postanovlenija Pervoj Statistic&eskoj Konferencii pri Central’nom Statistic&eskom Upravlenii » (Résolutions de la Première Conférence statistique organisée par la Direction centrale de la statistique), Vestnik statistiki, 2-3, 1919, appendice, p. 11-12.

56 Ibid.

57 RGAE, f. 1562, op. 2.

58 Dossiers « Perepiska s CSU » (Correspondance avec la TsSOu), GASO, f. R-1, op. 1, d. 34 (année 1919), d. 83 (année 1920), op. 2, d. 49 (année 1923), op. 2, d. 65 (année 1926).

59 Voir notamment GASO, f. R-1, op. 1, d. 41 à 46 (année 1919).

60 Vestnik statistiki, 1-4, 1921, p. 264-265. Quatorze districts avaient été délimités en 1921: districts de Petrograd, du Nord, de l’Oural, de la Moyenne Volga, de Kirghizie, de Bachkirie, de la Basse Volga, des Terres noires du centre, de Moscou et du Centre, de Sibérie, du Sud-Est, de l’Ouest, d’Ukraine, de Crimée.

61 Ibid.

62 Les institutions territoriales des zemstva avaient été supprimées officiellement en décembre 1917. Mais, dans la période de transition que fut l’année 1918, avant la mise en place effective de tout l’appareil administratif et politique de l’État bolchevik au niveau local, il était encore fréquent de rencontrer le terme de zemstvo pour désigner l’administration d’une province.

63 RGAE, f. 1562, op. 1, d. 28, ll. 17-18.

64 Ibid.

65 Sur le rôle du maintien de pratiques professionnelles et administratives, pour expliquer l’action des effets de continuité derrière les effets de rupture, voir M. Mespoulet, « Une lutte pour l’autonomie professionnelle…», art. cit. Sur la permanence, dans les années 1920, de certaines formes d’organisation administrative héritées du passé, voir D. K. Rowney, Transition to technocracy…, op. cit. ur les questions posées par la transmission de pratiques administratives d’un régime à l’autre dans le domaine de la statistique, en France, voir Philippe Minard, « Volonté de savoir et emprise d’État. ux origines de la statistique industrielle dans la France d’Ancien Régime », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 133, juin 2000, p. 63-71.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable