Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Genèse et héritages

Chapitre 4. D’une statistique régionale à une statistique d’État

Texte intégral

  • 1 Des processus similaires ont été mis en évidence dans d’autres pays européens à la même époque. À (...)

1L’inscription du mouvement de professionnalisation des statisticiens des zemstva dans le contexte institutionnel de ces administrations de gestion locale impose de ne pas séparer son étude de celle de la dynamique sociale et politique qui s’est développée autour de ces institutions jusqu’en 1917. Les préoccupations scientifiques de ces nouveaux acteurs professionnels se sont élargies à un questionnement sur le changement politique et social. Ce faisant, les questions posées et les analyses effectuées passèrent du champ local au champ national. Les liens des statisticiens avec différents acteurs du monde réformateur et leur participation à différentes sociétés d’assistance ont joué un rôle majeur dans ce processus1.

Une professionnalisation sur fond d’effervescence politique

Des congrès, espaces de débat politique

  • 2 À ce sujet, voir N. M. Pirumova, op. cit.
  • 3 Voir N. M. Pirumova, ibid. ; I. P. Belokonskij, Zemskoe dviz&enie (Le mouvement des zemstva), Sain (...)

2Le rôle joué par les congrès des statisticiens russes dans la structuration d’un réseau de professionnels à l’échelle de l’ensemble du pays, pendant les années 1890-1914, doit être replacé dans le contexte d’effervescence politique et sociale de cette période2. La convocation régulière de congrès professionnels n’était pas une pratique spécifique aux seuls statisticiens, mais était, bien au contraire, partagée par nombre de professions. La signification sociale de ces rassemblements doit être analysée notamment à la lumière du rôle qu’ils ont joué dans la dynamique du mouvement de libération des zemstva3.

  • 4 Sur l’origine de la dénomination de ces deux groupes sociaux, voir R. Philippot, op. cit., p. 114- (...)
  • 5 N. M. Pirumova, op. cit.
  • 6 Sur la place des diverses formes de professionnalisation dans la constitution de la société civile (...)

3En effet, ces congrès furent également des espaces de débat politique et contribuèrent fortement à la constitution progressive d’un mouvement d’opposition des zemstva au pouvoir tsariste mêlant les membres de la noblesse élus à la tête de ces institutions locales, le « deuxième élément », et les membres des différents groupes de professionnels employés par eux, le « troisième élément4 ». Non seulement les statisticiens ne furent pas en reste dans ce mouvement d’ensemble, mais ils figurèrent souvent parmi les plus actifs5. En raison de cela, l’étude du processus de structuration de ce corps de professionnels à travers ses sociétés et ses congrès est inséparable de celle du mouvement de libération des zemstva. Elle ne peut pas être réduite à la seule analyse de l’évolution de l’organisation d’une profession, mais doit, plus largement, être conduite en étant replacée dans le contexte de la constitution de la société civile dans la période prérévolutionnaire6. En particulier, l’ethos professionnel de ces statisticiens s’est construit progressivement au carrefour des pratiques de travail d’un groupe professionnel et des aspirations au changement social et politique communes à ses membres, mais aussi à la majorité des acteurs du monde des zemstva. Les statisticiens étaient insérés, de fait, dans un réseau intellectuel d’individus plus large que celui de leur propre profession, et dont les membres partageaient une communauté d’idées et de représentations sociales et politiques.

Un projet scientifique dominé par une pensée sociale

  • 7 A. L. Panina (ed.), op. cit, p. 77-80.

4Le témoignage de l’éditeur Mikhaïl V. Sabachnikov sur A. I. Tchouprov résume assez bien le mélange de sensibilité populiste et de pensée sociale qui caractérisait nombre de statisticiens des zemstva7:

  • 8 Il s’agit d’Aleksandr A. Tchouprov.
  • 9 A. L. Panina (ed.), op. cit., p. 80.

« Au regard de ses convictions politiques, A. I. Tchouprov était populiste. Dans ses mémoires (que nous avons édités) B. N. Tchitcherine, avec une nuance d’irritation, l’appelle socialiste. Ceci, bien sûr, est complètement vrai, mais il est important de préciser cette question. Il était socialiste, mais n’était pas marxiste. Grâce à l’amabilité de M. A. Tchouprova, j’ai la possibilité de citer des mots authentiques d’Aleksandr Ivanovitch extraits de ses journaux intimes non publiés, dans lesquels il définit sa position et celle de son fils. Je vais citer ce passage mot à mot:
[…]
26.1.1906
“J’ai discuté avec beaucoup d’intérêt, toute la matinée, avec Sacha (mon fils)8. Je lui ai exposé mon travail. Il est d’accord sur la majeure partie des points abordés. De son côté, il m’a présenté le projet de travail sur le socialisme qu’il a élaboré. Curieusement, bien que partant de points de vue complètement différents, nous nous rejoignons dans les conclusions finales. Pour moi, la mission finale de l’intelligentsia et le moyen principal pour élever la condition de la classe ouvrière, c’est le travail culturel à la campagne pour introduire dans le milieu rural des techniques plus perfectionnées et la coopération. De son côté, la critique des orientations du socialisme le conduit à la conviction qu’il est possible et indispensable d’aller vers la réalisation des idéaux socialistes à travers la transformation progressive du régime actuel.”9 »

5Cette discussion entre le père et le fils éclaire l’évolution de la pensée politique des intellectuels russes après la révolution de 1905. La reconnaissance officielle des premiers partis politiques et les premières formes de leur participation à la vie publique dans le cadre du jeu électoral contribuèrent à modifier l’attitude politique d’un certain nombre d’entre eux. Ce fut le cas également parmi les statisticiens des zemstva. À partir des élections à la première Douma d’État, en 1906, la participation de certains à la vie politique locale et nationale se fit au sein de partis ou en liaison avec eux. Leur conception du rôle social de leur travail continuait toutefois à dominer leur démarche. Le progrès scientifique devait être au service du progrès social et politique.

« Au service de la vérité »

6En 1925, un ancien statisticien du zemstvo de Pskov rappelait l’esprit dans lequel ses collègues travaillaient avant 1917:

  • 10 Congrès tenu en 1901 à Saint-Pétersbourg.
  • 11 V. A. Feofarov, art. cit., p. 246-247.

« Les statisticiens des zemstva considéraient leur travail non pas comme un service (sloujba), mais comme un sacerdoce (sloujenie), travaillaient non pas de manière bureaucratique, mais avec un intérêt vif et profond, scientifique et social. Comme A. F. Fortounatov l’indiquait de manière énergique dans une de ses conférences (à la section de statistique du xie congrès des naturalistes et médecins russes10), les statisticiens des zemstva se sont toujours clairement considérés et, dans les faits, sont toujours apparus comme des serviteurs de la vérité dans ses deux dimensions: la vérité-réalité, vérité scientifique objective, et la vérité-équité, équité dans la vie publique, équité sociale et politique11. »

7Aux yeux des statisticiens, cet objectif justifiait la nécessité de construire un savoir local indépendant de la commande administrative.

  • 12 oblastnaïa naouka
  • 13 S. A. Harizomenov, « Znac&enie russkih arhivnyh kommissij dlja russkoj istoric&eskoj nauki i russk (...)

8Cela les amena à collecter et traiter des données complémentaires à celles des enquêtes strictement destinées à l’administration d’un zemstvo, mais aussi à effectuer des travaux dans un autre cadre que celui-ci, dans celui de sociétés savantes locales par exemple. Ainsi, pour S. A. Kharizomenov, directeur du bureau de statistique du zemstvo de Saratov de 1885 à 1892, la statistique devait faire partie intégrante d’une « science locale12 » tournée vers « les intérêts pratiques locaux13 ». Toutefois, c’est plutôt l’articulation entre l’élaboration de connaissances à usage local et la volonté de construction d’un savoir à vocation plus générale, nationale, qui caractérisa l’ensemble des travaux statistiques des zemstva. La structuration de ce monde professionnel en réseau à l’échelle de l’ensemble du pays contribua à ce projet de généralisation statistique reposant sur une démarche comparative.

Une structuration en réseau

Des hommes clefs

9Quelques personnages centraux restent associés au monde de la statistique des zemstva en raison de leur rôle dans la mise en relation des individus entre eux. Dans cet ensemble, la figure d’A. I. Tchouprov domine la période des années 1880 et 1890, comme en témoignent quelques lignes des mémoires de M. V. Sabachnikov:

  • 14 Les Rousskie Vedomosti (Nouvelles russes) étaient une revue d’opinion. Éditée à Moscou, entre 1863 (...)
  • 15 Timofeï N. Granovski fut professeur d’histoire à l’université de Moscou pendant les années 1830-18 (...)
  • 16 A. L. Panina (ed.), op. cit., p. 77.

« Il faut rappeler que l’importance qu’avait A. I. Tchouprov à Moscou, et également dans tout le pays, ne se limitait pas à l’influence habituelle d’un professeur talentueux sur ses étudiants. Ceux-ci, quand ils occupèrent ensuite un poste dans une administration, et particulièrement dans un zemstvo, non seulement ne rompirent pas les liens avec leur enseignant, qui avait la sympathie de tous, mais s’adressèrent constamment à lui pour des conseils et des indications. Toute la statistique des zemstva, peut-on dire, s’est développée et a travaillé sous la direction active, bien que non officielle, d’Aleksandr Ivanovitch. Sa participation à la rédaction des Rousskie Vedomosti14, dont dans les faits il était quasiment le directeur, élargit son influence sur des cercles nombreux de lecteurs. On peut dire qu’à Moscou aucune initiative dans le domaine public n’avait lieu sans la participation la plus active d’Aleksandr Ivanovitch. Populiste d’esprit et de cœur, il était toujours prêt à apporter ses connaissances et son expérience pour aider toute entreprise utile socialement. À cause de sa position dans la société moscovite, beaucoup l’appelaient le Granovski des années 188015. »16

10V. I. Orlov, N. A. Kabloukov, V. N. Grigoriev et A. F. Fortounatov peuvent également être considérés comme des figures centrales du réseau des zemstva. Ce dernier a laissé de nombreux souvenirs sur différents membres de celui-ci. Toujours d’après M. V. Sabachnikov, il n’avait pas son pareil pour mettre les individus en relation les uns avec les autres:

  • 17 Ibid., p. 201.

« C’est connu, A. F. Fortounatov jouissait d’une énorme popularité au sein du groupe des étudiants de l’Académie Petrovski qui était sensibilisé aux questions sociales. Les relations intimes qu’il avait établies avec ses étudiants ne s’interrompaient pas après la fin de leurs études à l’Académie. Partis travailler en province, les étudiants écrivaient à Alekseï Fedorovitch à propos de questions qui n’étaient pas seulement liées à leur profession, mais qui touchaient aussi des thèmes sociaux, et faisaient part également de leurs soucis personnels et familiaux. Alekseï Fedorovitch, malgré ses nombreuses occupations, trouvait toujours le temps pour répondre dans le détail à ses correspondants. Doué d’une mémoire phénoménale, avec laquelle il ne se privait pas de briller devant un interlocuteur ébahi, Alekseï Fedorovitch savait toujours parfaitement où et dans quelle situation se trouvait chacun de ses anciens étudiants. De ce point de vue, il était en quelque sorte un annuaire vivant, nommant chacun de mémoire par son nom, patronyme et prénom, donnant son adresse et ajoutant pour chacun les informations qui pouvaient lui être demandées17. »

11Véritable mémoire des zemstva, A. F. Fortounatov informait les statisticiens sur les autres membres du réseau et, ce faisant, contribuait à en construire les repères et les contours. De nouveaux noms de statisticiens reconnus par leurs pairs apparurent après 1905, même s’ils sont associés à des figures moins emblématiques que ceux des années 1880 et 1890. Ils constituèrent la relève. Comme on le verra plus loin, leur action au sein de divers organismes centraux pendant la Première Guerre mondiale les amena à prendre en main les rênes de la nouvelle administration statistique de l’État bolchevik à partir de 1918. Parmi eux, on peut citer Aleksandr
E. Lossitski, Panteleïmon A. Vikhliaev, Vladimir G. Groman et Pavel I. Popov. À l’exclusion de ce dernier, ils avaient tous en commun d’avoir été des élèves des maîtres des années 1880 et 1890.

Des organes de diffusion

12Les réseaux intellectuels liés au monde des zemstva jouissaient de différents organes de diffusion. Beaucoup de statisticiens firent partie des collectifs de rédaction des principales revues d’opinion éditées en Russie à l’époque. Parmi celles-ci, Rousskaïa Mysl, Rousskoe Bogatstvo et les Rousskie Vedomosti furent de réels relais de diffusion des idées et des travaux des statisticiens des zemstva tout en fournissant, notamment à travers les nécrologies, une chronique régulière d’informations sur les uns et les autres. De nombreux articles de fond sur leurs méthodes d’enquêtes ont paru dans ces trois revues.

  • 18 Saratovskaïa zemskaïa nedelia
  • 19 R. Philippot, op. cit., p. 93. L’autre périodique était la Viatskaïa gazeta, destinée à un lectora (...)
  • 20 N. M. Pirumova, op. cit.

13Les statisticiens furent actifs également dans la presse locale de leurs provinces respectives. Dans certains cas, ils contribuèrent à l’édition de revues à large diffusion. Ce fut le cas de la Semaine du zemstvo de Saratov18, éditée, de 1893 à 1905, par le conseil de ce zemstvo. Pour Robert Philippot, cette revue était un des deux périodiques des zemstva les plus connus en Russie à cette époque. « Plutôt destinée aux lecteurs cultivés », elle contenait des articles d’intérêt général plutôt que local19, et semble avoir joué le rôle d’une publication de réseau destinée à l’ensemble des zemstva. Une de ses six sections était consacrée tout particulièrement à l’actualité de leur activité dans les différentes provinces et à des articles à ce sujet. Émanation de l’élite intellectuelle du zemstvo de Saratov, la Semaine ouvrit couramment ses colonnes à différentes figures connues du monde des zemstva et fut un des organes d’expression de son mouvement libéral20.

  • 21 N. N.C&Ernenkov, « K harakteristike krest’janskogo hozjajstva » (Sur les caractéristiques de l’éco (...)
  • 22 Citons, entre autres, V. M. Obuhov, « Uslovija denez&noj arendy zemel’ v 1900 godu » (Les conditio (...)
  • 23 À ce sujet, voir « K tridcatiletiju statistic&eskoj i nauc&noj raboty V. G. Gromana » (Pour les tr (...)
  • 24 Voir, par exemple, Aljanc&Ikov, « Derevnja Otroz&ki Voronez&skogo uezda v sanitarnom otnos&enii » (...)
  • 25 Par exemple, I. Borisov, « O rabotah po strahovoj statistike v gubernskih zemstvah k 1902-mu godu  (...)

14Outre cela, elle se fit largement l’écho des travaux à portée générale des statisticiens du bureau de Saratov. À côté de leurs propres recueils de statistique, plutôt destinés à un usage local, ceux-ci trouvèrent, grâce à cette revue, une audience nationale. C’est ainsi que l’étude de N. N. Tchernenkov sur les transformations des exploitations agricoles familiales put paraître la première fois21. Quelques articles fondamentaux de statistique agricole de V. M. Oboukhov furent diffusés de cette manière également22. Les colonnes de la revue furent ouvertes aussi à des statisticiens d’autres provinces. Ainsi V. G. Groman put-il publier différents comptes rendus sur la méthode de construction des échantillons par aires types qu’il avait utilisée dans les enquêtes effectuées pendant son exil dans la province de Viatka, entre 1898 et 1900, et, ensuite, au cours de son exil en Sibérie orientale entre 1902 et 190523. On pouvait y trouver également des articles de statistique sanitaire du zemstvo de Voronej24 et des études de statistique de l’assurance de différents zemstva25.

15Le monde des zemstva avait également ses maisons d’édition privilégiées. C’était le cas des éditions Sytine et et des éditions Sabachnikov, à Moscou. En province, les ateliers typographiques des zemstva imprimèrent des livres non directement liés à leur activité administrative. La richesse de leurs publications statistiques a, en outre, été souvent signalée. Plus largement, le contexte d’effervescence politique et intellectuelle qui a entouré l’activité de ces institutions de gestion locale explique la vitalité de la production statistique qui s’est développée en leur sein entre 1880 et 1917.

Une alliance favorable à la statistique

16La richesse et le caractère novateur de beaucoup de travaux de la statistique des zemstva ont été stimulés par la rencontre entre des statisticiens mobilisés par l’élaboration d’enquêtes et d’outils méthodologiques susceptibles d’apporter une meilleure connaissance de la société et de l’économie et des administrateurs soucieux de progrès économique et social ainsi que de changement politique. Au-delà des différences d’opinion et d’appartenance politique, et sans effacer celles-ci, les zemstva ont fourni un cadre institutionnel à cette rencontre. Le foisonnement des enquêtes statistiques à leur sujet et des questionnements méthodologiques qui les ont accompagnées en a été le résultat. Dans différentes provinces, non seulement les nobles progressistes furent à l’origine des premières enquêtes statistiques, mais ils y participèrent activement et, parfois, les organisèrent. Parmi les cas les plus connus, on peut citer ceux des zemstva de Tchernigov et de Tver.

Administrateurs et statisticiens

  • 26 Voir N. M. Pirumova, op. cit. ; voir également Ivan I. Petrunkevic&, Iz zapisok obs&c&estvennogo d (...)

17L’ampleur du recrutement des statisticiens a varié d’un zemstvo à l’autre. Cela a été fonction, en particulier, du poids du groupe des nobles progressistes dans l’assemblée et dans le conseil de chaque zemstvo. Là où ces deux instances étaient dominées par des représentants conservateurs de la noblesse foncière, les recrutements furent moins nombreux. En revanche, dans les zemstva dirigés par des nobles actifs dans le mouvement libéral, non seulement les statisticiens étaient nettement plus nombreux, mais ils étaient également plus écoutés26. Dans ce groupe, figuraient notamment ceux de Tver, de Moscou, de Voronej, de Tchernigov et de Saratov. Ainsi peut-on distinguer deux formes institutionnelles différentes du contexte d’embauche des statisticiens selon la configuration politique locale d’un zemstvo. Dans un cas, peu armés techniquement pour gérer les domaines d’intervention qui leur étaient dévolus par le Statut de 1864, les administrateurs du conseil de certains zemstva n’eurent pas d’autre solution que de faire appel à un personnel spécialisé dans ces différentes questions. Dans l’autre cas, quand les nobles libéraux étaient en position majoritaire pour prendre les décisions au sein de l’assemblée et du conseil d’un zemstvo, ils saisirent cette occasion pour organiser une administration de gestion locale capable de constituer un réel pouvoir de résistance face à l’État tsariste.

Une « alliance libérale-radicale »

18Dans différentes provinces, les liens entre administrateurs libéraux et statisticiens se sont soudés non seulement dans le cadre du travail courant de la gestion administrative du zemstvo au sens strict, mais aussi vraisemblablement sur le terrain, au cours des enquêtes effectuées, dans le cadre d’une pratique d’observation commune. Ainsi des nobles du conseil et de l’assemblée de divers zemstva, amateurs d’études statistiques, participèrent-ils à des opérations d’enquête sur l’agriculture. Certains d’entre eux étaient également correspondants du bureau de statistique pour collecter les données de la statistique courante agricole. À la fin du xixe siècle, ces nobles étaient en quelque sorte les héritiers de ceux des années 1860-1870 qui, au sein du comité de la statistique local du TsSK, avaient réalisé des enquêtes descriptives dans la tradition de la statistique allemande. Toutefois, l’esprit de ces administrateurs, au tournant de la fin du xixe et du début du xxe siècle, était différent de celui de leurs devanciers. Soucieux, tout comme eux, de progrès économique et social, ils s’en différenciaient par leurs aspirations politiques. Alors que leurs prédécesseurs demeuraient respectueux du pouvoir tsariste, les plus progressistes d’entre eux réclamaient l’instauration d’un régime constitutionnel et parlementaire et participèrent à la formation du parti constitutionnel démocrate, en octobre 1905, ou en furent proches.

  • 27 Sur l’histoire de l’Union de Libération, voir notamment S. Galai, op. cit., Viktor Leontovitch, Hi (...)
  • 28 Le comité exécutif était composé de cinq membres issus de la noblesse des zemstva et de cinq repré (...)

19La création de l’Union de Libération, en juillet 1903, scella l’alliance entre le « deuxième » et le « troisième élément ». Cette organisation politique illégale rassemblait des acteurs politiques et professionnels des zemstva, des universitaires et des membres des professions intellectuelles extérieures aux zemstva, des hommes d’opinion politique modérée ou socialiste, à l’exception des sociaux démocrates27. Des statisticiens en faisaient partie. Parmi eux, deux populistes, N. F. Annenski et A. V. Pechekhonov, figuraient dans les dix membres de son comité exécutif28.

  • 29 S. N. Veleckij, op. cit. ; B. B. Veselovskij, op. cit.
  • 30 Certains conflits sont évoqués dans Alessandro Stanziani, « Statisticiens, zemstva et État dans la (...)
  • 31 À ce sujet, voir également I. A. Verner, « Statistika pered sudom kurskogo zemstva » (La statistiq (...)

20Toutefois, malgré leur proximité intellectuelle, l’alliance entre nobles progressistes et statisticiens ne fut pas sans nuages. S. N. Veletski et B. B. Vesselovski29 l’ont souligné: de manière générale, la collaboration entre administrateurs et statisticiens des zemstva ne fut pas sans heurts, même si cela a pu varier selon les provinces et les périodes30. Dans certains cas, comme, en 1887, celui du zemstvo de Koursk, qui était administré par des nobles conservateurs, le conflit a abouti à la fermeture effective du bureau de statistique31. Dans d’autres cas, comme celui de la province de Saratov, où différentes tendances politiques cohabitaient parmi les représentants de la noblesse à l’assemblée du zemstvo, l’activité du bureau de statistique ne connut pas de réelle interruption, même quand des voix s’élevèrent pour réclamer sa suppression.

  • 32 Stolypine a été gouverneur de Saratov du printemps 1903 au début de l’année 1906. Ses rapports écr (...)
  • 33 Du nom de leur parti, l’» Union du 17 octobre », fondé le 17 octobre 1905, les octobristes défenda (...)
  • 34 En 1917, K. N. Grimm fut nommé commissaire de la province par le Gouvernement provisoire, en rempl (...)
  • 35 Cf. S. N. Veleckij, op. cit., p. 126-129.

21Ici aussi, en effet, des menaces ont pesé sur l’existence même du bureau, à certains moments. Elles se sont exprimées au rythme des rapports de forces politiques établis au sein de l’assemblée et du conseil du zemstvo, mais également entre assemblée et conseil. En 1904, dans son rapport de gouverneur, Stolypine notait que la répartition entre l’effectif des nobles libéraux et celui des nobles modérés ou conservateurs, au sein de l’assemblée du zemstvo, était équilibrée32. Cela semble avoir caractérisé l’ensemble de la période 1880-1917. Toutefois, les conservateurs se firent entendre plus fortement de la fin des années 1880 à la fin des années 1890 et, plus tard, après la révolution de 1905. Néanmoins, la présence, de 1906 à 1917, d’un octobriste33, K. N. Grimm, à la tête du conseil du zemstvo montre que, même si les conservateurs étaient plus écoutés après 1905, de fait, ce sont plutôt les nobles modérés qui gouvernaient34. Cette situation explique, peut-être, que, après 1905, le bureau de statistique ait continué à bénéficier d’un soutien réel de la part du conseil du zemstvo35.

Alliés pour gérer

  • 36 Ibid.
  • 37 Cf. V. I. Serebrjakov, « K voprosu o postanovke tekus&c&ej statistiki v zemskih uc&rez&denijah » ( (...)
  • 38 GASO, f. 25, op. 1, d. 1427.

22L’exemple du bureau de statistique de Saratov éclaire la forme prise le plus couramment par les relations entre statisticiens et administrateurs des zemstva, entre tension et coopération. À plusieurs reprises, entre 1882 et 1909, ce bureau ne dut sa survie qu’au soutien du conseil du zemstvo contre l’avis de l’assemblée. En 1887, par exemple, un désaccord surgit entre ces deux instances au sujet du financement de l’activité du bureau, jugé trop élevé par la première. La commission statistique de l’assemblée proposa alors de fermer le bureau, ce qui fut fait formellement. En réalité, ceci ne fut pas une réelle fermeture, dans le sens où les travaux statistiques continuèrent à être effectués avec un effectif de statisticiens réduit. L’équipe tout entière était rattachée directement au président du conseil et continuait à être dirigée par S. A. Kharizomenov, ancien directeur du bureau. Ainsi fut trouvée une solution permettant de maintenir l’activité du groupe des statisticiens tout en respectant formellement la décision de l’assemblée. Ce scénario fut reconduit à la fin de l’année 189236. Bien que menacé de fermeture à d’autres reprises, chaque fois le bureau de statistique ne subit en fait que des réductions d’effectifs qui affectèrent principalement les travaux de la statistique agricole courante37. En fin de compte, le dialogue entre le directeur du bureau et le conseil du zemstvo fut toujours maintenu et la continuité du travail statistique préservée. En particulier, le bureau put rester ouvert après les émeutes paysannes de 1902, malgré les très fortes pressions du ministère de l’Intérieur pour pousser à sa fermeture38.

  • 39 Au sujet des conséquences des événements de l’année 1905 sur les relations entre le « deuxième » e (...)
  • 40 Cf. V. N. Grigor’ev, Predmetnyj ukazatel’ materialov v zemsko-statistic&eskih trudah s 1860-h godo (...)

23En vérité, les trois directeurs du bureau qui se succédèrent entre 1883 et 1917 ont su nouer des relations de confiance avec les nobles du conseil, qui reposèrent, dans certains cas, sur des liens personnels. Les statisticiens de ce zemstvo purent ainsi bénéficier d’un appui réel dans leur travail, notamment entre 1899 et 1905. Comme dans les autres provinces russes, cette alliance fut toutefois bousculée par l’année 1905, d’autant plus fortement que les soutiens les plus forts et les plus écoutés, comme Nikolaï N. Lvov et Sergeï A. Kotliarevski, avaient quitté Saratov pour se consacrer à leur activité politique au sein du parti cadet39. Toutefois, cette fois encore, le bureau statistique ne fut pas fermé. Il fut seulement restructuré et, comme en témoignent ses publications, son activité fut recentrée essentiellement sur les statistiques agricoles courantes et les travaux d’estimation des biens fonciers et immobiliers40.

  • 41 GASO, f. 5, op. 1, d. 2633, l. 61.
  • 42 GASO, f. 5, op. 2, d. 1093, ll. 3-4.
  • 43 GASO, f. 5, op.1, d. 2633, l. 48.
  • 44 GASO, f. 5, op.1, d. 2633, ll. 48-70.

24De fait, cette situation ne dura pas longtemps, les besoins en informations chiffrées de l’administration du zemstvo furent plus forts. En 1909, le bureau avait retrouvé un effectif permanent de onze personnes et un volant de personnel temporaire de treize personnes41. En fait, à partir de janvier 1907, il avait trouvé un allié et un soutien de poids en la personne de Ivan I. Panfilov, nouveau membre du conseil du zemstvo42. En janvier 1908, celui-ci fut à l’origine du vote d’une résolution de l’assemblée affirmant la nécessité de conserver un bureau de statistique comme « organe permanent » au sein de l’administration du zemstvo43. Un peu plus tard, s’appuyant sur ce texte, en septembre 1909, il présenta un projet de développement de l’activité statistique et du bureau du zemstvo qui aurait pu être rédigé par un statisticien lui-même44. Peut-être d’ailleurs ce texte fut-il écrit à deux voix, la sienne et celle de V. I. Serebriakov, alors directeur du bureau. Après avoir réaffirmé le principe du maintien d’un bureau permanent, il en précisait les tâches. Il insistait, en particulier, sur le fait que, devant le caractère incomplet et peu précis du travail des administrations des cantons, seule une telle structure pouvait assurer correctement les tâches de collecte des données de statistique courante dans tous les domaines de la responsabilité du zemstvo. L’activité du bureau s’en trouva relancée. Le recrutement de statisticiens de district qualifiés reprit, à raison d’un par district, et leurs tâches furent définies par un texte réglementaire. Le réseau des correspondants fut renforcé. Le principe de la convocation d’au moins deux congrès de statisticiens de la province par an fut énoncé. Dans la droite ligne des recommandations des congrès internationaux de statistique du xixe siècle, la constitution d’un conseil de la statistique de la province fut proposée.

25En fait, aux différentes périodes, la collaboration réussie entre le directeur du bureau de statistique et les administrateurs de ce zemstvo semble avoir obéi, avant tout, à un principe de réalité. Face aux nécessités de la gestion des affaires d’une province, un dialogue s’instaura entre les nobles devenus administrateurs et les statisticiens devenus experts. La lecture de l’exposé fait par I. I. Panfilov devant le conseil du zemstvo, en 1909, suggère cela en filigrane:

  • 45 Ibid., l. 53.

« Il faut s’attendre à ce que, dans un avenir très proche, l’approvisionnement alimentaire, qui est actuellement de la compétence du gouvernement, soit transféré entièrement aux administrations des zemstva. Ceci seul, qui est une affaire très complexe, va imposer aux administrations des zemstva la nécessité absolue de disposer, en particulier, d’informations fiables et tenues à jour sur les perspectives de récolte pour une année donnée, sur les résultats de la moisson, sur l’ampleur des besoins attendus dans le domaine de l’aide alimentaire, etc.45 »

26Face aux impératifs de la gestion locale des affaires publiques, la coopération entre les statisticiens et les administrateurs était indispensable.

Des intérêts communs

  • 46 B. Zimmermann a constaté une situation similaire dans son étude sur les statisticiens des villes a (...)

27En fait, l’activité statistique d’un zemstvo n’était jamais aussi riche que quand son bureau de statistique bénéficiait d’un réel soutien de la part de son conseil, en particulier quand des libéraux progressistes étaient à sa tête46. Le projet réformateur de ceux-ci a servi le projet statistique d’un nouveau type d’acteurs professionnels, tout en bénéficiant de ses apports.

  • 47 Cf. N. M. Pirumova, op. cit., p. 278-279. Vassili E. Varzar dirigea le bureau statistique de Tcher (...)
  • 48 Ibid.

28Outre cela, administrateurs libéraux et statisticiens avaient souvent été formés dans les mêmes universités, principalement à Moscou et à Saint-Pétersbourg, dans les facultés de droit notamment. Cette formation commune venait sceller une proximité d’idées. Dans certains cas, les trajectoires suivies par les statisticiens étaient comparables à celles de leurs administrateurs, parfois même ils étaient issus de leurs rangs. À cet égard, le zemstvo de Tchernigov est souvent cité comme exemple. Au début des années 1890, Vassili E. Varzar y était membre de l’assemblée du zemstvo en même temps qu’il dirigeait le bureau de statistique47. Aleksandr A. Roussov était également membre de cette assemblée quand, en 1899, il prit la direction du bureau de statistique48. Tel était aussi le cas de F. A. Chtcherbina dans le zemstvo de Voronej. Pendant près de vingt ans, de 1884 à 1903, il fut membre de son assemblée tout en dirigeant son bureau de statistique.

29L’alliance entre le « deuxième » et le « troisième » élément des zemstva fut d’autant plus facile à réaliser quand leurs membres étaient issus de milieux sociaux identiques ou proches et partageaient les mêmes références intellectuelles. Tous étaient opposés à l’autocratie tsariste, beaucoup réclamaient un régime constitutionnel et parlementaire. Les diverses commissions de travail de l’assemblée d’un zemstvo furent des espaces privilégiés de dialogue entre statisticiens et administrateurs. Alliés de fait par un même comportement d’opposition au pouvoir tsariste et par une même aspiration au changement, ces hommes trouvèrent dans ces commissions de gestion locale un champ d’action concret commun pour mettre en œuvre leurs projets de construction d’une autre forme d’économie et de société, même si des différences d’analyse et d’opinion pouvaient les opposer sur certains points. Au service de leur zemstvo, les statisticiens jouaient leur rôle d’experts et s’appuyaient sur les résultats de leurs enquêtes pour fournir à ceux qui administraient les informations susceptibles d’éclairer leurs décisions, sans taire pour autant leurs propres préoccupations de progrès social. L’expérience professionnelle ainsi accumulée les a aguerris à la gestion des affaires publiques locales, à laquelle ils furent associés, dans certains zemstva, au-delà de leurs seules compétences en statistique.

30À la veille de la Première Guerre mondiale, les directeurs des bureaux de statistique étaient devenus des notables de la vie locale, de la nouvelle société civile des zemstva. Reconnus dans leur domaine professionnel, ils étaient des interlocuteurs écoutés du conseil et de l’assemblée de leur zemstvo quand des nobles progressistes y dominaient. Plus largement, les statisticiens, dans leur ensemble, retirèrent une légitimité professionnelle, mais aussi sociale, de leur collaboration avec les administrateurs des zemstva. Ils trouvèrent une place sociale dans cet ancrage dans le champ des affaires publiques locales. De leur côté, les administrateurs avaient besoin des chiffres nécessaires non seulement pour orienter leur action, mais aussi pour la justifier. L’appel ponctuel qu’ils firent à des consultants extérieurs confirme cette nécessité du recours à des experts pour légitimer leur action face à l’État, mais aussi face aux membres de l’assemblée de leur zemstvo. Dans un tel contexte, l’alliance entre administrateurs et statisticiens était indispensable. Dans de nombreux cas, elle s’élargit au champ politique et à l’espace national.

  • 49 Voir A. A. Kaufman, « Avtobiografija » (Autobiographie), Vestnik statistiki, 5-8, 1921, p. 260-274

31Champ d’expérimentation d’un projet politique opposé au pouvoir autocratique du tsar et d’un projet scientifique au service du social, les zemstva furent ainsi un espace d’intersection entre deux réseaux qui reliaient des hommes qui, bien qu’ancrés dans les préoccupations de gestion locale, n’en concevaient pas moins leur activité dans le cadre d’un système de références politiques ou professionnelles plus large. À partir de la fin du xixe siècle, les administrateurs progressistes des zemstva formaient un réseau cimenté par un projet politique constitutionnel et parlementaire. À côté, l’organisation en réseau des statisticiens reposait sur des préoccupations professionnelles qui avaient également une expression politique. Ces deux réseaux se croisaient dans des espaces communs, en particulier dans les congrès professionnels. À partir de la fin de l’année 1905, bon nombre de statisticiens parmi les plus connus furent membres ou sympathisants du parti cadet, N. A. Kabloukov et A. F. Fortounatov par exemple. Certains, comme A. A. Kaufman et N. N. Tchernenkov, participèrent à l’élaboration du programme agraire de ce parti49.

32Cette configuration institutionnelle et politique de l’action des organes de gestion locale des zemstva est un élément essentiel pour comprendre le dynamisme de la production statistique qui s’est développée dans ce cadre entre les années 1880 et 1917. Elle constitue une caractéristique spécifique du développement foisonnant de cette forme de statistique régionale en Russie, à cette époque. Dans un tel contexte, le projet professionnel des statisticiens devint l’expression active de leurs aspirations au changement social et politique. La Première Guerre mondiale leur offrit un champ d’action à l’échelle du pays tout entier et l’accès à une légitimité nationale.

Le rôle déterminant de la Première Guerre mondiale

  • 50 Au sujet des différents organismes économiques créés pendant la Première Guerre mondiale en Russie (...)

33Les statisticiens furent parmi les professionnels des zemstva les plus actifs au sein de l’Union des zemstva et des différents organismes économiques nationaux créés pendant la Première Guerre mondiale pour faire face, en particulier, aux problèmes d’approvisionnement50.

L’Union des zemstva

  • 51 Cf. William Gleason, « The All-Russian Union of Zemstvos and World War I », in T. Emmons, W. S. Vu (...)
  • 52 R. Philippot, ibid.

34L’alliance entre administrateurs et statisticiens des zemstva prit une nouvelle forme au sein de l’Union panrusse des zemstva. Celle-ci, créée, le 30 juillet 1914, pour organiser la prise en charge des soldats, des blessés et des réfugiés, se constitua sur le modèle de celle fondée lors de la guerre russo-japonaise, en 1904-190551. Elle fut amenée rapidement à s’occuper également de la gestion de l’approvisionnement de l’armée et de la population. Créée à l’initiative du zemstvo de Moscou, elle réunit presque tous les zemstva. Seuls quelques-uns du sud-ouest et celui de Koursk restèrent en dehors. L’Union se dota d’emblée d’une administration très structurée autour d’un organe de direction national et de comités de province et de district élus par les diverses assemblées de zemstvo. À l’échelon national, une assemblée, constituée de délégués des zemstva des provinces, assurait la coordination générale. Face à la carence de l’État dans la prise en charge des conséquences de la guerre sur l’armée et sur la population civile, l’Union des zemstva apparut bientôt comme « une véritable administration de remplacement52 ». L’organisation en réseau de la communauté professionnelle des statisticiens trouva, là, un champ d’intervention à sa mesure, à la croisée des ambitions scientifiques et des aspirations sociales et politiques de ses membres.

  • 53 Voir notamment Jacques Sapir, L’économie mobilisée, Paris, La Découverte, 1989 ; J. Sapir, « La gu (...)

35En fait, le rôle de la guerre a été aussi déterminant dans l’évolution de l’administration statistique que dans bien d’autres domaines de la gestion de l’économie russe par les administrations, le contexte d’une économie mobilisée poussant à renforcer la centralisation et à jeter les bases d’une planification53. Le bureau de statistique organisé au sein de la section d’économie du comité principal de l’Union des zemstva prit peu à peu la forme d’un organe central des bureaux des zemstva. Dans une circulaire adressée à ces derniers, en juin 1916, son responsable rappelait l’ancienneté du projet d’unification des enquêtes statistiques des zemstva:

  • 54 GASO, f. 5, op. 1, d. 3799, ll. 42-42ob.

« La nécessité d’une unification des programmes des travaux statistiques des zemstva a été ressentie dès les premiers pas de la statistique des zemstva. Ce besoin a été satisfait, en partie, par les congrès et les conférences statistiques. À présent que l’on fait appel à la statistique des zemstva afin de collecter et traiter les données pour résoudre les questions d’État des plus importantes, nées des conditions d’approvisionnement en produits alimentaires de l’armée et de la population, le besoin d’un centre unificateur qui ne soit pas d’État, et qui fonctionne de manière continue, est d’une urgente nécessité. C’est seulement dans le cas de l’existence d’un tel centre unificateur rassemblant le travail des différents organismes statistiques locaux que les efforts individuels des statisticiens des zemstva peuvent atteindre le niveau de productivité le plus élevé. Le bureau statistique de la section d’économie de l’Union panrusse des zemstva tâche de satisfaire ce besoin, qui a mûri, d’une unification pratique des travaux statistiques des zemstva54. »

36Déjà exprimée dans la résolution finale du congrès des statisticiens organisé par le comité principal de l’Union des zemstva entre le 5 et le 7 mars 1916, la demande de création d’un bureau central de statistique pouvait apparaître liée, dans un premier temps, à la préparation et à la réalisation du recensement agricole de l’été 1916. La lettre de la section d’économie laisse toutefois percevoir des préoccupations plus larges, en relation directe avec la gestion économique du pays. Dans ce document, son bureau de statistique se comporte de fait comme l’organe de coordination d’une administration économique centrale qui donne des instructions à se organes inférieurs:

  • 55 Ibid.

« Si l’on prend en compte le travail statistique intense dont les statisticiens des zemstva vont avoir la charge pour la réalisation du recensement général agricole, seul un programme minimal d’études statistiques générales peut être proposé actuellement par l’organe central statistique des zemstva. L’ambition d’accroître la force de toute l’action produite maintenant par le recensement agricole pour résoudre les questions économiques complexes dont souffre notre pays repose sur le programme indiqué55 »

37Le ton de la fin du texte rappelle le caractère d’urgence et d’exception, lié à la guerre, qui était souvent donné à la correspondance administrative de l’époque:

  • 56 Ibid., l. 42ob.

« L’envoi extrêmement rapide et complet des informations demandées aidera à poser la première pierre de l’unification, dans les faits, des travaux statistiques des zemstva dans le domaine des questions économiques les plus immédiates à résoudre, et qui sont liées à ce moment historique que nous endurons56. »

38Le style de commandement administratif d’une économie de guerre n’a pas laissé la statistique de côté, faisant passer celle-ci à une unification longtemps évoquée et désirée, mais jamais réalisée complètement. S’il affirmait son rôle unificateur, cet organe central nouvellement mis en place n’était pas pour autant synonyme de centralisation, dans le sens où des organes inférieurs, perdant leur autonomie de gestion, doivent exécuter strictement les décisions prises au centre:

  • 57 Ibid., l. 42.

« Les tâches qui se dressent devant le bureau statistique de l’Union sont très étendues. Cependant, la réussite dans leur exécution sera déterminée exclusivement par la part du concours qu’apporteront les organismes statistiques des régions dans l’exécution du programme et du plan d’activité de l’organe statistique central. D’après ses objectifs et ses tâches fondamentales, l’organe statistique de l’Union ne peut pas être autre chose qu’une forme généralisée de l’esprit d’initiative des institutions statistiques locales. C’est pourquoi la réussite de l’activité du bureau statistique de la section d’économie de l’Union sera déterminée par le degré de prise en compte des questions du tout nouveau bureau que manifesteront les organisations statistiques locales57. »

39À la lumière de tout cela, l’organisation du recensement agricole de 1916 apparaît bien comme un événement déterminant pour l’histoire de la statistique des zemstva. Le témoignage d’A. A. Tchouprov sur cette période le confirme:

  • 58 A. A.c&Uprov, « Recenzija naz&urnal “Vestnik statistiki” », (Critique de la revue «Vestnik statist (...)

« Ce qui rompit l’enchantement survint en 1916: ce fut le renversement du Comité central de la statistique. Quand il fut décidé d’entreprendre un recensement agricole sur la base d’un programme large, une question surgit alors: à qui confier la charge de conduire cette opération. On ne considérait pas la bureaucratie bonne à rien du Comité central de la statistique capable de venir à bout d’une nouvelle tâche complexe. C’est alors qu’un nouvel organe central de statistique fut créé. […] À sa tête, furent mis des statisticiens des zemstva qui, ensuite, en association étroite avec l’union des statisticiens des zemstva assuma également la responsabilité de la préparation du premier recensement agricole de 1916, et aussi de la réalisation du deuxième (été 1917)58. »

40Confiée aux bureaux des zemstva sur décision du ministère de l’Agriculture, la conduite des opérations du recensement agricole de 1916 fit acquérir à la statistique régionale des zemstva le statut d’une statistique nationale et fit faire à ses statisticiens un pas décisif vers l’adoption d’un organe administratif central à l’échelle du pays, à défaut d’être déjà centralisé. Le processus de centralisation n’en était pas moins engagé. Il s’accomplit par étapes avant d’aboutir à l’organisation par d’anciens statisticiens des zemstva de la Direction centrale de la statistique de l’État bolchevik en juillet 1918.

Vers une statistique d’État

  • 59 Vladimir G. Groman (1874-1940) : Économiste et statisticien. Après avoir commencé sa carrière comm (...)

41En ouvrant la possibilité à une coordination nationale des administrateurs et de spécialistes professionnels des zemstva au sein de différents organismes, la Première Guerre mondiale les engagea sur la voie de la gestion de l’État. Cela fut vrai également pour les statisticiens. Outre l’Union des zemstva, ceux-ci prirent une part active à la gestion d’autres organisations. L’un d’entre eux, Vladimir G. Groman59, fut, de 1915 à 1917, à la tête du bureau économique de l’Union des villes. Cadres de l’administration de leur zemstvo insérés par ailleurs dans des réseaux intellectuels et politiques nationaux, les statisticiens trouvèrent dans ces différents organismes un espace d’action à l’intersection de leur pratique de la gestion des affaires publiques locales et de leurs aspirations à une autre forme de gouvernement pour leur pays. De manière générale, l’Union des zemstva leur offrit une scène nationale à la dimension de leurs aspirations. Elle les fit passer, de manière décisive, de l’action locale à l’action nationale et les engagea définitivement dans la voie de la généralisation statistique.

42En prenant les commandes du ravitaillement du pays, l’Union des zemstva et l’Union des villes leur ont offert la possibilité de prendre en main la direction de recensements nationaux. En particulier, leur participation à la commission économique et statistique du Conseil national à l’approvisionnement, créé le 17 août 1915 par le ministère de l’Agriculture, a contribué à impulser l’organisation, en 1916, du premier recensement agricole général en Russie. Venant après le recensement sur l’approvisionnement des villes, celui sur l’agriculture fit basculer la statistique régionale des zemstva vers une statistique nationale dans le sens où la production des données fut organisée non seulement à l’échelle de l’ensemble du territoire russe, mais aussi dans un objectif autre que le seul intérêt local. Les méthodes et techniques d’enquête élaborées par tout un corps de professionnels dans un cadre local accédaient ainsi à la légitimité d’une statistique d’État.

43En multipliant les réunions de travail et les congrès dans un temps court, l’organisation du recensement agricole de 1916 contribua par ailleurs à consolider la structuration du groupe professionnel des statisticiens des zemstva autour de l’invention de nouvelles pratiques communes sur la base de l’expérience accumulée au niveau local par les uns et par les autres, et mise en commun, après discussion, à l’occasion des différents congrès nationaux qui les avaient réunis depuis 1887. Le changement d’échelle du territoire concerné par les opérations d’enquête les obligea à résoudre de nouvelles questions de méthode en effectuant une synthèse entre la réflexion sur leur pratique locale et leur effort d’unification des techniques et des méthodes, entre leur analyse du local et leur quête d’un savoir global.

44Ce faisant, ces statisticiens acquirent une reconnaissance et une légitimité professionnelles nationales qui posa, du même coup, la question de la place et du rôle du Comité central de la statistique, qui était encore officiellement l’administration statistique de l’État russe. À la veille d’Octobre 1917, la situation de celle-ci peut, en effet, sembler paradoxale. Alors que le pays possède un bureau central de la statistique, l’organisation et la conduite des recensements de l’État russe des années 1916 et 1917 ont été confiées aux bureaux statistiques des zemstva, institutions d’administration locale. En 1917, alors que ces bureaux sont déjà organisés et structurés sur un modèle professionnel, les comités de goubernia du TsSK demeurent des structures administratives légères dont les membres actifs, dans leur grande majorité, ne sont pas des statisticiens professionnels capables d’organiser et de conduire un recensement eux-mêmes, sans aucune assistance extérieure. En revanche, forts de leur expérience de terrain et de leurs acquis méthodologiques, les statisticiens des zemstva étaient prêts à effectuer rapidement les enquêtes demandées.

45Dans ce contexte institutionnel où les rôles attendus des uns et des autres paraissaient totalement inversés, les aspirations déjà anciennes des statisticiens des zemstva à l’organisation d’une administration statistique unifiée à l’échelle nationale semblaient, dès lors, complètement légitimes. Exprimée, dès les années 1890, dans leurs différentes réunions ou conférences nationales, cette attente a été ravivée à la faveur des congrès chargés de l’organisation du recensement agricole de 1916. La situation de guerre a révélé au grand jour une réalité latente: dans la Russie de 1916, les seules structures adaptées aux missions d’une statistique d’État étaient, de manière paradoxale, les bureaux statistiques des zemstva. Tout en mettant en évidence l’incapacité de l’État russe à faire face aux situations d’urgence créées, la guerre dévoila une absence de pouvoir réel à la tête du pays. Dans un tel contexte, les bureaux statistiques des zemstva semblent avoir occupé, dans le sillage de l’Union des zemstva, un vide institutionnel laissé par une administration statistique d’État placée dans l’incapacité de remplir sa mission. À la veille d’Octobre 1917, le réseau des bureaux des zemstva remplissait, de fait, à la place du TsSK, les fonctions d’une administration statistique d’État. Leurs statisticiens furent logiquement les mieux placés ensuite, en juillet 1918, pour prendre les rênes de la toute nouvelle administration statistique de l’État bolchevik, au centre comme en province.

46En effet, quand le décret du 25 juillet 1918 institua celle-ci, tout, semble-t-il, avait préparé les statisticiens des zemstva à en assumer rapidement la direction, aussi bien leur expérience du travail statistique et de son organisation que leur participation à la vie publique locale ou le passé politique de ceux qui avaient connu les chemins de l’exil dans les années 1880 et 1890, ou qui avaient participé, sous différentes formes, aux révolutions de février 1905 et de février 1917. Gestionnaires et hommes d’action, ils étaient rompus aux problèmes d’organisation. Outre cela, pendant la Première Guerre mondiale, un certain nombre d’entre eux avaient participé à des instances de gouvernement et appris à gérer l’État.

Notes

1 Des processus similaires ont été mis en évidence dans d’autres pays européens à la même époque. À ce sujet, voir, en particulier, C. Topalov (dir.), op. cit., et B. Zimmermann, art. cit.

2 À ce sujet, voir N. M. Pirumova, op. cit.

3 Voir N. M. Pirumova, ibid. ; I. P. Belokonskij, Zemskoe dviz&enie (Le mouvement des zemstva), Saint-Pétersbourg, 1914 ; Shmuel Galai, The Liberation Movement in Russia, 1900-1905, Cambridge, Cambridge University Press, 1973.

4 Sur l’origine de la dénomination de ces deux groupes sociaux, voir R. Philippot, op. cit., p. 114-115.

5 N. M. Pirumova, op. cit.

6 Sur la place des diverses formes de professionnalisation dans la constitution de la société civile entre 1880 et 1917, voir H. D. Balzer (ed.), op. cit.

7 A. L. Panina (ed.), op. cit, p. 77-80.

8 Il s’agit d’Aleksandr A. Tchouprov.

9 A. L. Panina (ed.), op. cit., p. 80.

10 Congrès tenu en 1901 à Saint-Pétersbourg.

11 V. A. Feofarov, art. cit., p. 246-247.

12 oblastnaïa naouka

13 S. A. Harizomenov, « Znac&enie russkih arhivnyh kommissij dlja russkoj istoric&eskoj nauki i russkogo obs&c&estva » (L’importance des commissions des archives russes pour la science historique russe et la société russe), Trudy Saratovskoj uc&enoj arhivnoj komissii, 1, vol. 3, 1890.

14 Les Rousskie Vedomosti (Nouvelles russes) étaient une revue d’opinion. Éditée à Moscou, entre 1863 et mars 1918, celle-ci compta A. I. Tchouprov dans ses principaux responsables.

15 Timofeï N. Granovski fut professeur d’histoire à l’université de Moscou pendant les années 1830-1850. Ses cours publics étaient réputés. Il marqua la vie intellectuelle et scientifique de son université en animant de nombreux cercles de réflexion avec ses étudiants. Attaché à l’autonomie de l’enseignement universitaire, il était réputé également pour son indépendance d’esprit vis-à-vis du pouvoir tsariste. À son sujet, voir Priscilla R. Roosevelt, Apostle of Liberalism: Timofei Granovsky, Newtonville, Oriental Research Partners, 1986.

16 A. L. Panina (ed.), op. cit., p. 77.

17 Ibid., p. 201.

18 Saratovskaïa zemskaïa nedelia

19 R. Philippot, op. cit., p. 93. L’autre périodique était la Viatskaïa gazeta, destinée à un lectorat plus populaire.

20 N. M. Pirumova, op. cit.

21 N. N.C&Ernenkov, « K harakteristike krest’janskogo hozjajstva » (Sur les caractéristiques de l’économie paysanne), Saratovskaja zemskaja nedelja, 11 et 32-33, 1900.

22 Citons, entre autres, V. M. Obuhov, « Uslovija denez&noj arendy zemel’ v 1900 godu » (Les conditions du loyer des terres en 1900), Saratovskaja zemskaja nedelja, 38-41, 1901, p. 1-10 ; « Povys&aetsja ili poniz&aetsja uroz&ajnost’ v Rossii ? » (Le rendement augmente-t-il ou diminuet-il en Russie ?), Saratovskaja zemskaja nedelja, 2, 1903, p. 7-12.

23 À ce sujet, voir « K tridcatiletiju statistic&eskoj i nauc&noj raboty V. G. Gromana » (Pour les trente ans de travail statistique et scientifique de V. G. Groman), Vestnik statistiki, 2, 1927, p. I-VIII.

24 Voir, par exemple, Aljanc&Ikov, « Derevnja Otroz&ki Voronez&skogo uezda v sanitarnom otnos&enii » (La situation sanitaire du village de Otrojki dans le district de Voronej), Saratovskaja zemskaja nedelja, 11-12, 1904, Appendice, p. 1-77.

25 Par exemple, I. Borisov, « O rabotah po strahovoj statistike v gubernskih zemstvah k 1902-mu godu » (Les travaux de statistique des assurances dans les zemstva des goubernii en 1902), Saratovskaja zemskaja nedelja, 1, 1904, p. 58-67.

26 Voir N. M. Pirumova, op. cit. ; voir également Ivan I. Petrunkevic&, Iz zapisok obs&c&estvennogo dejatelja (Mémoires d’un militant du zemstvo), Berlin, 1934.

27 Sur l’histoire de l’Union de Libération, voir notamment S. Galai, op. cit., Viktor Leontovitch, Histoire du libéralisme en Russie, Paris, Fayard, 1986; George Fisher, Russian liberalism, Cambridge, Harvard University Press, 1958; Richard Pipes, Struve : Liberal on the Left, 1870-1905, Cambridge, Cambridge University Press, 1970.

28 Le comité exécutif était composé de cinq membres issus de la noblesse des zemstva et de cinq représentants des professions intellectuelles extérieures aux zemstva. I. I. Petrounkevitch, P. D. Dolgoroukov, D. I. Chakhovskoï, N. N. Lvov et N. Kovalevski formaient le premier groupe, N. F. Annenski, V. Ia. Bogoutcharski, S. N. Prokopovitch, A. V. Pechekhonov et S. N. Boulgakov constituaient le second.

29 S. N. Veleckij, op. cit. ; B. B. Veselovskij, op. cit.

30 Certains conflits sont évoqués dans Alessandro Stanziani, « Statisticiens, zemstva et État dans la Russie des années 1880 », Cahiers du Monde russe et soviétique, 4, 1991, p. 445-468.

31 À ce sujet, voir également I. A. Verner, « Statistika pered sudom kurskogo zemstva » (La statistique devant le tribunal du zemstvo de Koursk), Russkaja Mysl’, 1887, 7, p. 152-176 ; B. B. Veselovskij, op. cit.

32 Stolypine a été gouverneur de Saratov du printemps 1903 au début de l’année 1906. Ses rapports écrits sur la situation dans cette province sont conservés aux Archives historiques d’État de Saint-Pétersbourg (RGIAL), dans le fonds 1984. Voir R. Philippot, « Stolypin gouverneur de Saratov », in Russes, Slaves et Soviétiques, Mélanges Roger Portal, Paris, Institut des études slaves, 1992, p. 225-233.

33 Du nom de leur parti, l’» Union du 17 octobre », fondé le 17 octobre 1905, les octobristes défendaient des positions plus modérées que les cadets. Alors que les premiers proclamaient leur volonté de collaborer institutionnellement avec le pouvoir tsariste, les seconds prônaient un parlementarisme à l’occidentale. Sur la révolution de 1905 et les partis politiques qui se sont constitués à cette époque, voir René Girault, Marc Ferro, De la Russie à l’URSS, l’histoire de la Russie de 1850 à nos jours, Paris, Nathan, 1983, chap. 3 et 4.

34 En 1917, K. N. Grimm fut nommé commissaire de la province par le Gouvernement provisoire, en remplacement de l’ancien gouverneur.

35 Cf. S. N. Veleckij, op. cit., p. 126-129.

36 Ibid.

37 Cf. V. I. Serebrjakov, « K voprosu o postanovke tekus&c&ej statistiki v zemskih uc&rez&denijah » (À propos de la situation de la statistique courante dans les administrations des zemstva), Trudy podsekcii statistiki xii S’’ezda russkih estestvoispytatelej i vrac&ej (Travaux de la section de statistique du xiie congrès des naturalistes et des médecins russes), C&ernigov, 1912, p. 479-491.

38 GASO, f. 25, op. 1, d. 1427.

39 Au sujet des conséquences des événements de l’année 1905 sur les relations entre le « deuxième » et le « troisième » élément au sein des administrations des zemstva, voir notamment R. Philippot, op. cit., p. 126-129. Parti cadet était la dénomination abrégée du parti constitutionnel démocrate.

40 Cf. V. N. Grigor’ev, Predmetnyj ukazatel’ materialov v zemsko-statistic&eskih trudah s 1860-h godov po 1917g. (Table analytique par matière des travaux statistiques des zemstva des années 1860 à 1917), 2 tomes, Moscou, 1926-1927.

41 GASO, f. 5, op. 1, d. 2633, l. 61.

42 GASO, f. 5, op. 2, d. 1093, ll. 3-4.

43 GASO, f. 5, op.1, d. 2633, l. 48.

44 GASO, f. 5, op.1, d. 2633, ll. 48-70.

45 Ibid., l. 53.

46 B. Zimmermann a constaté une situation similaire dans son étude sur les statisticiens des villes allemandes entre 1871 et 1914, cf. art. cit.

47 Cf. N. M. Pirumova, op. cit., p. 278-279. Vassili E. Varzar dirigea le bureau statistique de Tchernigov de 1875 à 1894, puis partit travailler au ministère du Commerce et de l’Industrie.

48 Ibid.

49 Voir A. A. Kaufman, « Avtobiografija » (Autobiographie), Vestnik statistiki, 5-8, 1921, p. 260-274.

50 Au sujet des différents organismes économiques créés pendant la Première Guerre mondiale en Russie, voir notamment A. Stanziani, « Spécialistes, bureaucrates et paysans – Les approvisionnements agricoles pendant la Première Guerre mondiale, 1914-1917 », Cahiers du Monde russe, 1-2, 1995, p. 71-94.

51 Cf. William Gleason, « The All-Russian Union of Zemstvos and World War I », in T. Emmons, W. S. Vucinih, op. cit., p. 365-382 ; voir aussi R. Philippot, op cit., p. 148-151.

52 R. Philippot, ibid.

53 Voir notamment Jacques Sapir, L’économie mobilisée, Paris, La Découverte, 1989 ; J. Sapir, « La guerre civile et l’économie de guerre, origines du système soviétique », Cahiers du Monde russe, 1-2, 1997, p. 9-28.

54 GASO, f. 5, op. 1, d. 3799, ll. 42-42ob.

55 Ibid.

56 Ibid., l. 42ob.

57 Ibid., l. 42.

58 A. A.c&Uprov, « Recenzija naz&urnal “Vestnik statistiki” », (Critique de la revue «Vestnik statistiki »), Voprosy statistiki, 1, 1999, p. 11-13.

59 Vladimir G. Groman (1874-1940) : Économiste et statisticien. Après avoir commencé sa carrière comme statisticien des zemstva, V. G. Groman travailla pour la Direction centrale de la statistique (TsSOu), à partir de l’année 1919, et dans le bureau de la conjoncture du Gosplan, à partir de 1923. n 1926, il était à la fois membre du présidium du Gosplan et membre du collège de la TsSOu. près avoir été évincé de son travail en 1929, il fut arrêté en 1930, puis condamné, en mars 1931, dans le cadre du procès des mencheviks. Il fut réhabilité après sa mort.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable