Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Genèse et héritages

Chapitre 2. Formation d’un nouveau corps de professionnels

Texte intégral

  • 1 V. F. Abramov, « Zemskaja statistika… », art. cit. ; R. Philippot, op. cit., p. 115. et effectif c (...)
  • 2 En raison de l’absence de précision, de la part des auteurs cités, sur la manière dont ces chiffre (...)

1Selon les sources, on estime entre 3 000 et 3 500 le nombre de salariés employés dans l’ensemble des bureaux statistiques des zemstva à la veille de l’année 19171. Parmi ceux-ci, plus de 1 200 avaient une qualification de statisticien, contre un peu moins de 300 vingt ans plus tôt2. Placé au cœur de la production des données chiffrées de l’administration d’un zemstvo, le statisticien était devenu un personnage central de celle-ci à la veille de la Première Guerre mondiale. Les différentes caractéristiques du processus de recrutement, de la formation et des pratiques d’enquête des statisticiens des zemstva éclairent les modalités de la constitution, à partir de la fin du xixe siècle, d’un véritable corps de professionnels.

Des hommes venus d’ailleurs

Le rôle central d’un homme de Moscou

  • 3 Sergej N. Veleckij, Zemskaja statistika (La statistique des zemstva), t. 1, Moscou, izd. Sabas (...)
  • 4 Sur l’apport de Vassili I. Orlov (1848-1885) à la structuration du réseau des bureaux statistiques (...)

2Les premiers bureaux de statistique des zemstva, tels ceux de Kherson, Tver ou Viatka, furent créés dans les années 1870. Toutefois, la plupart d’entre eux furent constitués dans les années 1880 et les derniers, comme celui de Kalouga, dans les années 1890, suite à la promulgation de la loi sur l’estimation fiscale des biens de 18933. Dans ses souvenirs, Alekseï F. Fortounatov rappelle que beaucoup d’entre eux furent organisés sous l’égide de Vassili I. Orlov, directeur du bureau du zemstvo de Moscou à partir de 18754:

  • 5 Le terme russe utilisé dans ce texte est konsoultant
  • 6 Aleksej F. Fortunatov, « Iz vospominanij o dejateljah Moskovskoj zemskoj statistiki » (Souvenirs a (...)

« L’influence de V. I. Orlov sur le développement de la statistique des zemstva a été colossale […]. Dans quelques provinces, V. I. Orlov a commencé lui-même les travaux de recensement des exploitations paysannes et, dans d’autres, il a été consultant5 dès les premiers pas de l’activité des bureaux de statistique6. »

  • 7 Aleksandr I. Tchouprov (1842-1908) était considéré comme le père spirituel de la statistique des z (...)

3V. I. Orlov jouissait d’une grande notoriété dans le monde des zemstva. Sa réputation était liée autant aux enquêtes qu’il avait dirigées pour celui de Moscou qu’à sa fonction de professeur dans l’université de cette ville, où il avait été recruté dès la fin de ses études à la faculté de droit. En 1882, au côté d’Aleksandr I. Tchouprov7, professeur d’économie politique dans cette université, il fonda la section de statistique de la Société juridique de Moscou, qui joua un rôle essentiel pour impulser l’élaboration de méthodes d’enquêtes communes à l’ensemble des bureaux statistiques des zemstva.

  • 8 V. F. Karavaev, Bibliografic&eskij obzor…, op. cit., p. 238-245.

4Les administrateurs des zemstva s’adressaient à V. I. Orlov comme à un expert extérieur à qui on confiait le soin d’organiser soit les premières enquêtes statistiques du zemstvo, soit le bureau de statistique. En fait, la plupart du temps, quand il avait conduit les premières enquêtes, il donnait des conseils pour l’ouverture du bureau et surtout, point essentiel, pour la nomination du premier directeur. Il fut sollicité, par exemple, par le conseil du zemstvo de Koursk, en 1882, pour diriger l’organisation de ses premiers recensements par ménage sur le modèle de ceux du bureau de Moscou8. Il s’adjoignit l’aide d’un statisticien de ce bureau, I. A. Verner pour veiller sur place à la conduite des opérations d’enquête. C’est lui qu’il conseilla de recruter comme directeur quand le conseil du zemstvo décida, en 1883, d’ouvrir un bureau de statistique.

  • 9 Ibid., p. 63-64.
  • 10 Après un passage dans le zemstvo de Kalouga, Fedor A. Chtcherbina (1849-1936) dirigea le bureau de (...)

5Les administrateurs du zemstvo de Voronej firent également appel à lui. Il participa à une réunion convoquée en mars 1884 pour fixer les modalités de l’organisation d’un programme d’observation statistique de l’ensemble de la province selon les méthodes du bureau de Moscou9. La direction en fut confiée à Fedor A. Chtcherbina10. V. I. Orlov prit part, à ses côtés, à l’enquête préparatoire du premier recensement par ménage. C’est sur le terrain, au contact des difficultés et des questions posées par le travail d’enquête, qu’il lui délivra ses conseils. Il joua un rôle similaire à Saratov, où il présida aux premières heures de l’activité statistique du zemstvo, dès 1882, et fut à l’origine de la nomination du premier directeur de son bureau, L. S. Litchkov.

6En fait, si l’on en croit A. F. Fortounatov, l’action de V. I. Orlov allait bien au-delà. Elle pouvait le conduire à intervenir directement comme médiateur dans le cas d’un conflit entre un statisticien et le gouverneur de sa province au sujet de la conduite d’une enquête:

  • 11 V. I. Orlov a joué un rôle particulièrement actif dans l’ouverture du bureau du zemstvo de Samara (...)
  • 12 A. F. Fortunatov, art. cit., p. 237.

« Parmi les tournées de V. I. Orlov en province, j’ai été le témoin de son séjour à Samara11. […] Assister aux discussions diplomatiques entre Orlov et le gouverneur fut instructif pour moi. Il fallait calmer les foudres administratives prêtes à éclater sur la statistique de Samara à la suite d’une dénonciation concernant un ancien étudiant de l’Académie Petrovski, K. E. Paprits, soupçonné d’avoir animé des conversations séditieuses avec des paysans au sujet de la question agraire. V. I. Orlov réussit à défendre le jeune collègue du bureau de Samara12. »

  • 13 Nikolaï A. Kabloukov (1849-1919) mena également une carrière d’enseignant de statistique à l’unive (...)
  • 14 V. F. Karavaev, op. cit., p. 118-119.

7L’influence de V. I. Orlov fut prolongée après sa mort par un de ses élèves, Nikolaï A. Kabloukov13. Ancien étudiant de la faculté de droit de Moscou, N. A. Kabloukov compléta sa formation en économie en Allemagne, avant de commencer à travailler dans le bureau du zemstvo de Moscou. Formé auprès de V. I. Orlov, il le remplaça à la tête du bureau après son décès, en 1885. À son tour, il forma beaucoup de statisticiens des zemstva et exerça une fonction d’expert auprès de différents conseils de zemstvo. Il fut invité, par exemple, par celui de Viatka, en septembre 1899, pour faire une évaluation de l’état de sa production statistique14. Sollicité pour donner son avis sur les possibilités de développer des travaux de statistique courante, il soutint cette initiative et donna des conseils pour l’organisation d’un programme d’enquêtes. Il fut également à l’origine du recrutement de statisticiens dans certaines provinces.

8Ainsi se constituèrent les bureaux de statistique des zemstva. Bien qu’inscrits dans une configuration institutionnelle locale, leur mode d’organisation et la conduite de leurs premières enquêtes durent beaucoup aux conceptions du travail statistique développées au sein de celui de Moscou, mais aussi, comme cela sera développé plus loin, dans les sections de statistique de la Société juridique de Moscou et de la Société impériale libre d’économie.

Un réseau de placement national

9En fait, en la personne de V. I. Orlov, puis de N. A. Kabloukov, le bureau de Moscou supervisait un véritable système de placement des statisticiens sur l’ensemble du territoire des zemstva. Son directeur recommandait aux responsables des bureaux de province les jeunes statisticiens que lui-même ou ses collaborateurs avaient formés. Il n’est guère étonnant, dans ces conditions, de voir se dégager quelques filières de formation principales dans le recrutement des statisticiens qualifiés.

  • 15 Voir M. Mespoulet, « Statisticiens des zemstva…» art. cit.

10En effet, même si, dans les années 1880 et 1890, les profils de formation restent encore diversifiés et peu spécialisés, quelques voies d’accès privilégiées aux postes de statisticiens commencent à se dessiner et deviendront une règle, après 1900, dans l’ensemble des bureaux. En premier lieu, une formation de l’enseignement supérieur était nécessaire pour devenir directeur de bureau. Pour ceux qui n’avaient pas suivi d’études supérieures, il était indispensable alors d’avoir effectué les études secondaires dans un lycée classique et d’avoir déjà accumulé une expérience des enquêtes statistiques dans un ou plusieurs bureaux de zemstvo. Tel fut le cas de Nikolaï N. Tchernenkov à Saratov. D’origine noble, il ne possédait qu’un niveau de fin d’études secondaires quand il commença, en 1883, à participer à des enquêtes statistiques. Ce n’est qu’après une expérience de dix ans, dont deux dans le bureau du zemstvo de Moscou et trois dans celui de Saratov qu’il devint, en 1893, directeur de celui-ci, après en avoir été directeur adjoint15.

11Néanmoins, ceci n’était pas le cas le plus fréquent. La plupart des directeurs des bureaux de province étaient diplômés de l’enseignement supérieur. Dans les années 1880-1890, la majorité d’entre eux était issue soit de la faculté de droit de l’université de Moscou, soit de l’Académie d’agriculture Petrovski de Moscou. Après 1900, l’Institut de commerce de Moscou s’ajouta à cette liste.

  • 16 Viktor S. Prougavine (1858-1896) était sorti de l’Académie en 1879.

12Ainsi le premier directeur du bureau statistique du zemstvo de Vladimir, en 1883, Viktor S. Prougavine, était-il un ancien étudiant de l’Académie Petrovski16, tout comme L. S. Litchkov à Saratov, en 1882, F. A. Chtcherbina à Voronej, en 1884, ou K. A. Verner dans le zemstvo de Tauride, en 1884. Bien d’autres exemples pourraient être cités. C’est en revanche un diplômé de la faculté de droit de l’université de Moscou, S. A. Kharizomenov, qui fut nommé directeur à Saratov, en 1886. En fait, ce sont les formations comprenant un enseignement de la théorie statistique et une préparation à la pratique des enquêtes qui servirent logiquement de voies d’accès les plus fréquentes à des postes de directeur de bureau.

  • 17 Voir V. F. Karavaev, op. cit., p. 372-373.
  • 18 Ibid., p. 64-66. N. M. Astyrev participa au mouvement d’installation des populistes dans les campa (...)

13Aussi n’est-il pas étonnant de retrouver ces mêmes profils pour des postes de statisticien. Ceci était particulièrement vrai pour le bureau de Moscou. Toutefois, en province également, beaucoup de statisticiens étaient d’anciens étudiants des établissements d’enseignement supérieur de Moscou ou de Saint-Pétersbourg. Parmi les plus connus, on peut citer Mikhaïl A. Plotnikov, qui arriva dans le bureau de Nijni Novgorod à la fin des années 1880, juste à sa sortie de la faculté de droit de l’université de Moscou, et y resta jusqu’en 189617. Des trajets conjuguant un cursus universitaire non achevé et une expérience sociale dans les campagnes se rencontraient également. Par exemple, avant son arrivée dans le bureau de Moscou, en 1885, Nikolaï M. Astyrev s’était installé comme scribe dans un canton de la province de Voronej, après avoir quitté l’Institut des ingénieurs des voies de communication de Saint-Pétersbourg au bout de trois années d’études18. Là, il fut formé au travail d’enquête, pendant un an, par F. A. Chtcherbina.

  • 19 GASO, f. 1, op. 1, d. 3644, ll. 1-187.

14La possession d’un niveau d’études de l’enseignement supérieur était préconisée également, dans la mesure du possible, pour le recrutement des statisticiens destinés à travailler dans les districts ruraux. Si l’on prend l’exemple de ceux qui furent embauchés par le bureau de Saratov en 1882 et 1883, la plupart d’entre eux avaient effectivement suivi des études supérieures19. Recrutés pour effectuer les opérations d’enquête des premiers recensements par ménage dans les campagnes, ils étaient soit anciens étudiants de l’Académie Petrovski, soit diplômés des facultés de droit ou de physique et de mathématiques de l’université de Moscou. Ceux qui ne venaient pas de l’enseignement supérieur étaient anciens élèves d’un séminaire de la région. Pour ce type de poste, il fallait, au minimum, avoir terminé ses études dans un lycée classique.

15La proximité des profils de formation contribuait à fournir un socle commun de connaissances, de perceptions et de représentations susceptibles de former autant d’éléments d’identification communs à l’ensemble des membres d’un groupe professionnel en voie de constitution. Un autre élément contribua à consolider ce processus: beaucoup de ces statisticiens partagèrent l’expérience de l’exil politique en province.

Les chemins de l’exil intérieur

Un exil politique

  • 20 Nikolaj Vorob’ev, « Aleksandr Romanovic& Brilling. Nekrolog » (Aleksandre Romanovitch Brilling. Né (...)

16Dès le début des années 1880, les chemins de l’exil politique intérieur conduisirent en province nombre de ces nouveaux professionnels de la statistique. Dans certains cas, la contrainte de l’exil amena à la statistique des hommes qui, jusque-là, n’avaient jamais eu d’activité dans ce domaine. Tous arrivèrent après une condamnation politique qui les privait du droit de résidence à Moscou ou Saint-Pétersbourg et qui leur interdisait d’occuper un poste dans une administration d’État. Les faits reprochés pouvaient être mineurs. Une simple dénonciation pour avoir tenu des propos contre le tsar ou la participation à une manifestation d’étudiants avaient pu faire condamner ces hommes. Certains d’entre eux pouvaient également avoir fait preuve d’un activisme réel au sein d’un groupe politique clandestin. L’itinéraire d’Aleksandr R. Brilling, qui était proche du parti social-démocrate, illustre plutôt ce dernier cas20.

  • 21 L’enseignement supérieur technique commença à se développer en Russie dans les années 1890, sous l (...)

17Il était né, en 1872, dans la province de Toula. Après la fin de ses études secondaires dans un établissement d’enseignement technique, il entre, en 1891, dans l’Institut supérieur technique de Moscou21. En 1894, il est arrêté et condamné pour raison politique, puis envoyé en exil dans sa province d’origine. De retour à Moscou, il reprend ses études et est à nouveau arrêté, en 1896, pour agitation politique. Il est, une fois de plus, envoyé en exil à Toula. À la fin de ses trois années de résidence surveillée, en 1899, il part à Tambov. Là, il sera recruté par le bureau statistique du zemstvo comme chef adjoint des études d’estimation de la valeur fiscale des fabriques et des usines. Son itinéraire professionnel sera ensuite étroitement lié aux divers postes qu’il occupera dans les bureaux statistiques des zemstva, toujours dans le même domaine, les travaux d’estimation fiscale des fabriques et des usines. Après Tambov, il partira occuper un poste de chef à Oufa, puis à Kharkov, à Kiev et, enfin, à Moscou. Sa trajectoire illustre tout particulièrement une remarque faite par V. A. Obolenski au sujet de ses anciens collègues statisticiens des zemstva:

  • 22 V. A. Obolenskij, op. cit., p. 159.

« N’ayant aucune perspective de carrière devant eux, n’attachant pas de prix, comme une grosse partie de la vieille intelligentsia radicale russe, aux biens matériels, n’étant pas liés à leur province par des liens familiaux ou par d’autres relations, les statisticiens rebelles, en particulier les célibataires, participaient facilement à tous les « conflits » et déménageaient d’une province à une autre. […] Les statisticiens qui travaillaient dans un même bureau plus de 2-3 ans constituaient une exception22. »

  • 23 Ibid.

18Cette errance d’une province à une autre a contribué à constituer un vaste réseau d’interconnaissance au sein de la communauté des statisticiens des zemstva, soudant certains autour de conflits, en divisant d’autres aussi23. Si l’on en croit Obolenski, cette situation était un élément non négligeable du contexte de travail dans un bureau de statistique. La stabilité du personnel y dépendait, en grande partie, de l’attitude du directeur, qui devait fournir parfois de réels efforts pour tempérer l’impétuosité de ses troupes et concilier les individus.

Des zemstva accueillants

19Certains zemstva furent plus accueillants que d’autres pour ce genre d’exilés politiques. Ceux qui ne possédaient pas d’université ou d’institut d’enseignement supérieur le furent plus particulièrement. Ce fut le cas de celui de Saratov, où il n’y eut une université qu’en 1909.

20La plupart des statisticiens de ce zemstvo vinrent d’ailleurs. Si certains d’entre eux, à l’exemple de Sergeï A. Kharizomenov ou de Nikolaï N. Tchernenkov, arrivèrent par choix, beaucoup d’autres furent conduits dans cette province par les chemins de l’exil. Les itinéraires politiques qui les avaient amenés pouvaient être différents, mais le parcours géographique fut comparable pour tous. Marqué par l’errance de province en province à la recherche d’un emploi pour vivre, ce trajet prit fin quand le statisticien ou l’ancien étudiant trouva un zemstvo prêt à le recruter. Deux parcours de statisticiens du bureau du zemstvo de Saratov illustrent deux types de trajets différents.

  • 24 GASO, f. 53, op.1, d. 48 (année 1893), l. 46.
  • 25 Ibid., ll. 33, 35.
  • 26 Ibid., l. 99.

21Vassili I. Serebriakov, futur directeur de ce bureau, mena une vie itinérante avant de pouvoir s’installer à Saratov, en avril 189324. Après ses débuts de statisticien au côté de V. I. Orlov, en 1881, et ses postes successifs dans les bureaux des zemstva de Moscou, Koursk, Riazan et Orel, il fut condamné, en 1888, pour activité politique contre l’État, ce qui interrompit son activité statistique. Il la reprend, semble-t-il, en 1890, dans le bureau du zemstvo d’Orel, d’où il part, en 1891, pour celui de Moscou, où il restera quelques mois. Contraint, comme beaucoup d’exilés politiques, à des emplois de courte durée, en 1892, on le retrouve comptable dans l’administration du zemstvo de Nijni Novgorod25 au sein du service d’assistance aux victimes de la famine de 1891. Les premiers mois de 1893, il est employé par le comité de statistique local du TsSK. Ensuite, en avril de la même année, après une courte période passée à nouveau à Moscou, il est envoyé en résidence à Saratov. Placé sous surveillance policière et sans ressources, il est contraint de chercher rapidement un nouvel emploi26. L’administration du zemstvo va le recruter comme comptable dans la commission de contrôle administratif, d’où il passera très vite, dès le printemps 1894, au bureau de statistique.

  • 27 Vassili I. Serebriakov dirigea ce bureau jusqu’à sa fermeture, en juillet 1928.
  • 28 N. M. Kisliakov (1861-1920) avait démarré son apprentissage de statisticien dans le bureau du zems (...)

22Ayant trouvé un poste fixe, il s’installa à Saratov de manière durable. Venu de la statistique, il y revint dès que la possibilité lui en fut donnée. D’abord directeur adjoint du bureau du zemstvo, il en prit la direction à partir de 1904, et resta à sa tête au-delà d’Octobre 1917, quand celui-ci devint un bureau de goubernia de la nouvelle administration statistique de l’État bolchevik27. Sa trajectoire illustre fort bien les trajets des statisticiens qui virent leur carrière construite, au cours des années 1880 et 1890, au hasard des chemins de l’exil en province, finissant par associer leur nom à l’histoire d’un bureau tout en influençant durablement son activité. Nikolaï M. Kisliakov fut également de ceux-là, à Pskov, dont il dirigea le bureau du zemstvo de 1895 à 191428.

  • 29 GASO, f. 53, op. 1, d. 63 (année 1891), ll. 6, 11, 21, 63; GASO, f. R-1, op. 1, d. 233, l. 1.
  • 30 GASO, f. 53, op. 1, d. 63 (année 1891), ll.13, 47, 48, 86 ; f. 5, op.2, d. 1167, l. 1.

23De son côté, N. I. Rakitnikov ne devint statisticien qu’à son arrivée à Saratov. Il illustre cette catégorie d’hommes venus à la statistique tardivement, quand celle-ci leur donna un emploi et un moyen de subsistance dans la ville où ils avaient été envoyés en résidence surveillée après une condamnation. Son activisme politique le mena à l’activité de statisticien. Toutefois, les chiffres n’étaient pas chose nouvelle pour lui puisqu’il était docteur en mathématiques de l’université de Saint-Pétersbourg. À l’âge de 24 ans, il avait été envoyé en résidence surveillée, pour trois ans, dans la province de Vologda29. Au bout de quelques mois, il avait été autorisé à résider dans la province d’Astrakhan. Là, il fut d’abord précepteur dans une famille noble, puis surveillant de salle dans l’hôpital d’une petite ville de la province. Il arriva à Saratov en août 1891. Il vécut de leçons particulières jusqu’à son recrutement, en mai 1893, comme secrétaire dans le département de l’instruction publique du zemstvo30. Après avoir effectué quelques enquêtes pour ce service, il entra au bureau statistique du zemstvo en 1895. Il y resta en poste, de manière continue, jusqu’à son départ de Saratov, en 1902. Ensuite, ses différentes fonctions politiques au sein du parti socialiste révolutionnaire lui firent mener une activité statistique en pointillé. Les périodes de travail dans le bureau de Saratov alternèrent avec ses séjours à l’étranger ou à Moscou. Il fournit un très bon exemple de ces hommes venus à la statistique par la force des choses et qui ont toujours donné la priorité à leur activité politique locale ou nationale.

24La ville de Saratov vit ainsi arriver en exil un nombre non négligeable de statisticiens, dont quelques-uns ont marqué de leur empreinte l’histoire de la statistique russe et soviétique. Ce fut le cas notamment de V. M. Oboukhov, qui arriva en 1897 à la suite de son arrestation à Saint-Pétersbourg pour son appartenance à l’organisation marxiste « Union de la lutte pour la libération de la classe ouvrière ». De fait, les chemins de l’exil intérieur amenèrent à Saratov des membres de différentes professions intellectuelles, agronomes, médecins, vétérinaires et enseignants notamment. Dans la seconde moitié du xixe siècle, cette ville faisait partie de celles où étaient autorisés à résider ceux qui revenaient d’exil de Sibérie.

25Une autre raison explique la venue de ces hommes. S’installer dans une ville était une chose, encore fallait-il, après une condamnation, pouvoir y trouver un emploi. Le passé politique de ces nouveaux arrivants ne rebutait pas le conseil du zemstvo de Saratov. Composé de nobles opposés à l’autocratie tsariste, ce dernier faisait partie de ceux qui, dans les années 1890, accueillaient ce genre d’exilés qualifiés. C’était le cas également des conseils de Tver, Tchernigov, Viatka ou Tambov. À la recherche d’un personnel expérimenté, qu’ils avaient beaucoup de mal à trouver sur place, pour diriger leurs différents services administratifs, ils n’hésitaient pas à profiter de cette opportunité pour embaucher ces intellectuels formés dans les universités d’autres villes de l’Empire. Ainsi ont-ils ouvert les portes de leur administration à beaucoup d’anciens étudiants de Moscou ou de Saint-Pétersbourg.

  • 31 A. V. Voronez&Cev, Saratovskoe zemstvo nakanune i v period pervoj rossijskoj revoljucii (1900-1907 (...)
  • 32 Cf. V. F. Abramov, « Zemskaja statistika… », art. cit., p. 71.

26Les chemins de l’exil contribuèrent à former des collectifs de travail où le niveau de formation moyen était plus élevé que dans d’autres services de l’administration d’un zemstvo. Si l’on prend l’exemple de Saratov au début de l’année 1902, les dix-neuf employés permanents du bureau de statistique se distinguaient des autres fonctionnaires du zemstvo par un niveau de formation plus élevé31. Six d’entre eux, soit près d’un tiers, avaient terminé leurs études supérieures. Seuls deux ne possédaient qu’un niveau de fin d’école primaire. Tous les autres avaient suivi des études secondaires. Ce profil d’ensemble était conforme à celui de la plupart des bureaux des autres provinces32.

27Ce système d’exil politique intérieur fournit aux zemstva des cadres formés principalement dans l’enseignement supérieur des deux villes capitales. Installés aux postes de direction des bureaux de statistique, ces hommes ont exercé une influence durable et décisive sur les conceptions et les pratiques d’enquête de la statistique des zemstva. Formés aux mêmes sources, ils constituaient un réseau professionnel à l’échelle du pays tout entier, structuré autour des statisticiens des années 1880 et de leurs disciples, et dont les membres partageaient un même système de références intellectuelles et éthiques qui dépassait le cadre d’un seul zemstvo.

Une solidarité dans l’exil

28Les chemins de l’exil étaient étroitement liés aux réseaux intellectuels dans lesquels les statisticiens des zemstva étaient insérés au niveau national. Chaque directeur de bureau de statistique arrivé en poste dans le cadre du système de placement décrit se faisait un devoir, quand cela lui était possible, d’accueillir un statisticien exilé politique à la recherche d’un emploi. Solidaires dans l’exil, les plus anciens, arrivés dans les années 1880, recrutèrent les relégués en province des années 1890. Jusqu’à sa mort, V. I. Orlov s’efforça lui-même de trouver une place à ceux qui étaient dans ce cas.

  • 33 Au sujet de la vie de Nikolaï F. Annenski (1843-1912), voir Vladimir G. Korolenko, « Tretij elemen (...)
  • 34 Konstantin A. Verner (1850-1902) fut un des statisticiens les plus connus du bureau du zemstvo de (...)

29Nikolaï F. Annenski, par exemple, fut nommé de cette manière à la tête du bureau de Kazan, en 188333. Ancien étudiant de la faculté de droit de l’université de Moscou, il avait été arrêté en 1869, puis, après sa libération, en 1873, avait trouvé un emploi de statisticien au ministère des Transports, à Saint-Pétersbourg. À nouveau arrêté en 1880, il fut envoyé en exil pour trois ans en Sibérie. Là, il noua des liens durables avec V. G. Korolenko et Konstantin A. Verner34. À son retour, il fut introduit par V. I. Orlov auprès du zemstvo de Kazan.

  • 35 Voir Vasilij G. Mihajlovskij, « Vasilij Nikolaevic& Grigor’ev. Nekrolog » (Vassili Nikolaevitch Gr (...)
  • 36 Obligé de partir se soigner à Sotchi, sur la mer Noire, il y demeura pendant la guerre civile. Il (...)
  • 37 Aleksandr E. Lossitski (1869-1944) fut recruté dans le bureau de la ville de Moscou en 1911. upara (...)

30À son tour, V. N. Grigoriev fut recruté comme chef du bureau de la statistique de la ville de Moscou, en 1886, sur la recommandation de V. I. Orlov. Son itinéraire éclaire particulièrement l’errance de province en province de certains exilés politiques des années 1870 et 188035. Après être entré, en 1872, à l’âge de 20 ans, à l’Académie des ingénieurs militaires de Saint-Pétersbourg, il la quitta, en 1874, pour l’Académie d’agriculture Petrovski. Il fut exclu de celle-ci après son arrestation, en 1876, en compagnie de V. G. Korolenko et de K. A. Verner, et envoyé en exil à Poudoj dans la province d’Olonets. Il revint à Saint-Pétersbourg en 1878 puis, à nouveau arrêté, passa un an et demi en prison et, en 1880, fut exilé à Nijni Novgorod. Là, employé de manière temporaire par le comité local du TsSK, il débuta sa carrière de statisticien. En 1882, il fut recruté comme directeur du bureau de statistique du zemstvo de Riazan. Il resta deux ans à ce poste, puis fut à nouveau exilé à Kostroma, et ensuite dans les provinces de Tauride et de Voronej. Il était là, en 1886, quand V. I. Orlov le recommanda à la municipalité de Moscou pour organiser et diriger son bureau de statistique. Ici, il trouva un lieu d’accueil durable et ne quitta ce poste, chassé par la maladie, qu’en 191736. Il forma un nombre non négligeable de statisticiens qui furent embauchés ensuite dans différents zemstva, et recruta des exilés de retour à Moscou, Aleksandr E. Lossitski par exemple37.

  • 38 GASO, f. 25, op. 1, d. 1427, ll. 17-20.
  • 39 Agronome proche d’Aleksandr V. Tchaïanov, Konstantin A. Matseevitch faisait partie du groupe des « (...)
  • 40 Pavel A. Argounov était beaucoup plus connu pour ses articles d’opinion dans la presse locale et n (...)

31Dans un bureau comme celui de Saratov, cette tradition de solidarité envers les exilés ne fut jamais démentie. D’après les rapports de la police locale, en 1902, parmi ses dix membres qui avaient rang de statisticien, au moins sept étaient arrivés en exil, pour la plupart dans la deuxième moitié des années 189038. Même un agronome comme Konstantin A. Matseevitch trouva un poste dans ce bureau en août 190139. D’autres y trouvèrent un refuge temporaire, faute de pouvoir bénéficier d’un poste stable en raison de leur condamnation. Ce fut le cas de Pavel A. Argounov à son retour de Sibérie40.

  • 41 Voir V. F. Karavaev, op. cit.

32La solidarité dans l’exil débordait le cadre du seul bureau de statistique. D’autres départements de l’administration du zemstvo accueillirent des exilés à des postes de statisticien. Cette configuration d’ensemble était commune aux différents zemstva41. Les collectifs de travail qui se formèrent dans un tel contexte étaient unis par une même culture professionnelle et scientifique qu’un apprentissage collectif de la pratique d’enquête a largement contribué à renforcer.

Pratique de l’enquête et socialisation professionnelle

Une forme originale d’apprentissage

33La conduite des recensements par ménage offre un exemple éclairant du caractère original des formes de l’apprentissage du travail d’enquête dans les bureaux statistiques des zemstva. La participation aux opérations d’enquête était un moment d’acquisition de savoirs et de savoir-faire, mais aussi des normes et des valeurs d’une profession. Réalisés dans le cadre d’expéditions organisées sur les lieux mêmes des enquêtes, ces recensements étaient effectués district par district par une équipe de deux à quatre statisticiens. Un ou deux hommes expérimentés étaient accompagnés par un ou deux jeunes collègues qui, tout en se formant au travail d’enquête, enregistraient les informations sur les formulaires d’enquête.

  • 42 S. A. Harizomenov, Svod statistic&eskih svedenij po Saratovskoj gubernii (Recueil des données stat (...)
  • 43 Ibid., p. 28-29.

34Les comptes rendus d’enquête placés en introduction des recueils de synthèse des recensements par ménage de certaines provinces ont laissé des traces de cet apprentissage des méthodes d’enquête au contact du terrain. Celui de S. A. Kharizomenov consacré à la province de Saratov, publié en 1888, a souvent été cité en exemple, dans les ouvrages de statistique russes édités entre 1890 et 1917, pour la richesse de ses remarques42. Son auteur précise notamment que « le simple enregistrement mécanique des données sur les fiches des ménages » exigeait deux mois d’apprentissage sous la direction d’un statisticien expérimenté43. Cette formation des plus jeunes auprès des plus anciens était, avant tout, une école de la rigueur, rigueur de la méthode qui se traduisait par l’exigence de la durée de l’apprentissage sur le terrain. S. A. Kharizomenov justifiait celui-ci de la manière suivante:

  • 44 La présentation des premiers questionnaires des recensements par ménage consistait en un système d (...)
  • 45 S. A. Harizomenov, op. cit., p. 29.

« La troisième cause des réponses incorrectes tient à l’enquêteur lui-même, à son savoir-faire dans la conduite d’un recensement. Ce serait une grossière erreur de penser que l’enregistrement des réponses est un travail mécanique qui n’exige ni progrès, ni connaissances. Un statisticien doit être solidement familiarisé avec le système de dépouillement des données et avec l’objectif final de l’enquête auquel est destinée chaque colonne du questionnaire44. S’il ne comprend pas le but et l’importance d’une question, il aura toujours une attitude peu réfléchie vis-à-vis de cette question et se contentera de réponses imprécises et sujettes à caution. Beaucoup de questions posées aux paysans les font douter de leur utilité, ce qu’ils avouent sans façon. L’enquêteur qui ne connaît pas le but et la signification d’une question non seulement n’insistera pas pour obtenir des réponses précises, mais, en outre, partagera, de manière involontaire, le doute des paysans sur l’utilisation de la question posée45. »

35De telles remarques dépassent les simples conseils techniques de base donnés à un enquêteur. Cet apprentissage formait tout autant à la technique du questionnement qu’à la maîtrise de la situation même de l’enquête et à la compréhension de la relation enquêteur-enquêté. En raison de cela, cette formation par la pratique était conçue comme l’indispensable parcours initiatique de tout statisticien débutant. Dans certains cas, elle pouvait déjà avoir été incluse dans ses études. Cela était le cas à l’Académie Petrovski et, après 1900, à l’Institut de commerce de Moscou. Ici, le département d’économie prévoyait un stage pratique à effectuer au cours des deux dernières années de formation de son diplôme, soit dans le bureau statistique d’un zemstvo, soit dans celui de la ville de Moscou auprès de V. N. Grigoriev.

36Si l’apprentissage de la méthodologie des enquêtes exigeait la durée, les opérations de collecte demandaient également du temps. Lors des premiers recensements par ménage, recenser l’ensemble des exploitations agricoles et de la population d’un district prenait trois à quatre mois, à raison de deux à trois jours par village. Cela donnait le temps à l’apprenti statisticien d’apprendre à collecter lui-même les données sous l’œil d’un maître. Champ d’expérimentation de nouvelles méthodes, les zemstva ont offert ainsi un vaste terrain pour leur application, mais aussi pour la formation de professionnels de la statistique auprès d’un maître reconnu par la communauté professionnelle tout entière.

Un compagnonnage en statistique

37En effet, un jeune statisticien n’allait pas simplement travailler dans tel bureau d’un zemstvo, il partait apprendre auprès de son directeur ou l’un de ses adjoints. Une carte des lieux d’apprentissage se dessina ainsi progressivement. Dans les années 1880 et 1890, on pouvait, par exemple, apprendre auprès de N. F. Annenski à Kazan puis à Nijni Novgorod, auprès de F. A. Chtcherbina à Voronej, auprès de S. A. Kharizomenov puis de N.N. Tchernenkov à Saratov, auprès de K. A. Verner à Simferopol. Enfin, pendant toute la période, de 1875 à 1885, où V. I. Orlov fut sollicité pour organiser les premiers recensements par ménage dans certains zemstva, ceux-ci servirent de terrains d’apprentissage supervisés par les statisticiens du bureau de Moscou.

  • 46 V. F. Karavaev, op. cit., p. 65.

38Un véritable tour de Russie professionnel attendait donc le jeune apprenti statisticien. Avant d’être recruté comme directeur adjoint du bureau de Saratov, N. N. Tchernenkov avait participé, entre 1883 et 1890, à des enquêtes dans les zemstva de Tchernigov, Kherson, Orel et Moscou. Avant d’emprunter les chemins de l’exil, V. I. Serebriakov avait eu le temps, entre 1881 et 1888, de prendre part, sous la responsabilité du bureau de Moscou, à différentes enquêtes dans les provinces de Moscou, Koursk, Riazan et Orel. Pour sa part, avant de partir organiser les premières enquêtes de la province d’Irkoutsk, en 1887, N. M. Astyrev avait travaillé, à partir de 1884, dans les bureaux de Voronej, Orel et Moscou46. Ces exemples de parcours initiatique pourraient être multipliés sans peine.

  • 47 Voir notamment A. F. Fortunatov, art cit.

39En fait, à la lumière des trajets des uns et des autres, c’est l’image d’un brassage des hommes sur l’ensemble du territoire des zemstva qui ressort. À celui généré par les contraintes de l’exil s’est ajouté celui engendré par les usages d’un groupe de professionnels fortement attaché à un apprentissage diversifié des pratiques d’enquête sur le terrain. À la faveur de son périple professionnel à travers le pays, l’apprenti statisticien croisait les collègues, les maîtres ou les disciples des uns et des autres. Outre cela, les expéditions obligeaient maîtres et apprentis à loger ensemble, dans un district rural, pendant plusieurs mois. La proximité ainsi créée dans le travail et la vie quotidienne contribuait à tisser des liens serrés et durables entre les membres de l’équipe chargée d’une enquête. Différents témoignages sont restés de cette formation sur le terrain, ainsi que des nombreuses discussions de travail, mais aussi politiques, qui animaient les soirées des statisticiens47. Situation propice à la circulation des idées, ce mode de résidence sur les lieux mêmes des enquêtes favorisait également un mode d’observation de la réalité sociale in situ. Ainsi se sont tissées des solidarités professionnelles et nouées des amitiés qui contribuèrent à cimenter un corps professionnel, et ce bien au-delà d’Octobre 1917.

40Cette formation par la pratique de toute une communauté professionnelle contribua, en particulier, à forger le sentiment d’identité et l’ethos professionnel de ses membres. En fait, ceux-ci étaient statisticiens des zemstva bien plus que d’un zemstvo. Dans les années 1880 et 1890, le parcours d’apprentissage qui menait le jeune statisticien d’une province à une autre lui faisait découvrir des terrains et des savoir-faire différents. Tout un réseau d’hommes sensibilisés aux mêmes questions et aux mêmes approches, pratiquant les mêmes méthodes, partageant les mêmes préoccupations scientifiques, s’est ainsi constitué progressivement. De ce point de vue, dès les années 1880, la statistique d’un zemstvo était bien plus qu’une statistique régionale. Elle était un élément d’un ensemble plus vaste en train de se construire à l’échelle du pays tout entier, l’expression d’une communauté scientifique qui se distinguait par ses propres questionnements, ses objets d’étude et ses méthodes d’observation.

Les méthodes d’une profession

41Pendant les années 1880, l’organisation des recensements par ménage a servi de cadre à la construction, au contact des questions posées par le terrain, des méthodes d’enquête de ce groupe de professionnels.

Définir l’unité d’observation

  • 48 I. I. Eliseeva, B. G. Plos& Ko, op. cit., p. 109-110.
  • 49 Pour une présentation de l’ensemble de ces recensements, voir N. A. Svavickij, op. cit. Pour des e (...)

42Au début des années 1880, les bureaux des zemstva de Tchernigov et de Moscou n’avaient pas choisi la même unité d’observation pour leurs recensements. Alors que le premier retenait la parcelle de terre exploitée, le nadel, le second privilégiait le foyer paysan, le dvor48. Ce choix s’expliquait par un usage différent de ces enquêtes. Dans le premier cas, elles étaient utilisées essentiellement pour estimer la valeur des terres et étudier la situation économique des exploitations agricoles dans un but fiscal, alors que, dans le second, l’objectif final était d’effectuer une analyse sociale de la paysannerie. En fait, ces deux démarches se rejoignirent très rapidement. Toutefois, la plupart des recensements par ménage furent conduits en suivant les questionnaires et les méthodes de collecte et de traitement des données établis par le bureau du zemstvo de Moscou, ce qui confirme l’influence de celui-ci dans la conception du travail statistique de la majeure partie des bureaux provinciaux à cette époque49.

43Les enquêtes menées par le bureau de Moscou visaient à étudier le système d’exploitation agricole des familles paysannes pour comprendre le fonctionnement global de l’économie agricole, d’une part, et les conditions de vie et la structure sociale de la paysannerie, d’autre part. Dans cet objectif, l’étude démographique et sociale de chaque famille paysanne était considérée comme indispensable à la compréhension de l’économie de son exploitation. Des informations étaient recueillies aussi bien sur les conditions de vie que sur l’activité agricole, ce qui fait de ces recensements une source très riche pour la compréhension de la vie dans les campagnes russes à cette époque.

  • 50 L’expression podvornye perepisi, qui désignait ce type de recensements, était construite autour de (...)
  • 51 N. A. Svavickij, op. cit., p. 68-69.

44La définition de l’unité d’observation retenue, le dvor, qui peut être traduit par foyer ou feu, posa néanmoins question50. Elle fut discutée et précisée au cours de la première conférence nationale des statisticiens des zemstva, qui se tint en 188751. Le critère principal retenu fut celui de l’indépendance des moyens de subsistance et de l’unité de production constituée par une exploitation familiale:

  • 52 Procès-verbaux des séances de la section de statistique de la Société juridique de Moscou de janvi (...)

« Par dvor ou par exploitation, il faut comprendre une ou plusieurs personnes qui possèdent des moyens de subsistance indépendants et qui mènent une exploitation familiale propre. Dans le dvor, il faut inclure les personnes parentes par le sang ou par alliance. Les individus issus d’autres familles, gendres ou beaux-frères, mais aussi les soldats en service doivent être comptés dans le dvor.
Les orphelins qui vivent chez leurs tuteurs doivent être inclus dans la famille de leurs tuteurs.
Les travailleurs à gages doivent être comptés dans le dvor 52. »

45Dans son compte rendu d’enquête de 1888, S. A. Kharizomenov précise ces quelques lignes de la manière suivante:

  • 53 Ce terme est écrit en français dans le texte russe original.
  • 54 S. A. Harizomenov, op. cit., p. 20.

« Un recensement de la population devait répondre non seulement aux objectifs scientifiques de l’étude des populations, mais aussi aux besoins d’ordre pratique et aux exigences du zemstvo –connaître la situation économique de chaque foyer paysan. Dans cet objectif, il était d’usage de prendre comme unité d’observation non pas une personne séparément, mais un foyer– une exploitation à laquelle se rapportaient toutes les données à collecter sur la population et la situation économique. Sous le terme d’exploitation on entend une union de personnes ayant une source commune et indivise de moyens de subsistance. Une telle définition ne correspond ni au dvor, qui est fondé sur une habitation commune, ni à la famille, dont la composition est déterminée par les liens de sang, mais se rapproche plutôt, bien que non intégralement, du ménage53 des recensements européens54. »

  • 55 Sur la conception des recensements pratiqués dans les pays européens au xixe siècle, voir J. et M. (...)
  • 56 Au sujet du système du partage des terres au sein de la commune paysanne, ou mir, voir I. Stoliaro (...)

46En faisant référence à la notion de « ménage » utilisée dans des recensements européens de cette période55, S. A. Kharizomenov insistait sur le fait que l’unité de budget d’un groupe de personnes constituait le critère principal de délimitation du groupe d’individus à observer. Toutefois, dans ce cas précis, ce n’est pas l’unité d’habitation, constituée par le dvor, qui servait de critère de base pour déterminer l’unité des ressources d’un « ménage », mais l’usage d’un même nadel. Ce terme désignait le lot de terres, issu du partage périodique opéré par la commune paysanne entre les différents foyers de paysans, qui était affecté à chacun d’entre eux en fonction du nombre de membres adultes et mariés56. Un « ménage » était donc constitué par l’ensemble des personnes vivant des ressources issues d’un même nadel. S. A. Kharizomenov éclaire cette définition à l’aide de trois exemples:

  • 57 S. A. Harizomenov, op. cit., p. 20.

« Deux frères, qui vivaient dans un seul dvor mais qui dirigeaient des exploitations séparées, chacun pour son compte, étaient considérés comme deux ménages. Les membres d’une famille qui vivaient dans des provinces différentes et dirigeaient des exploitations différentes, mais qui n’avaient pas encore procédé définitivement au partage de leurs terres et avaient une source commune de moyens de production ou de consommation, étaient considérés comme un seul ménage et enregistrés sur une seule fiche, avec la remarque particulière: personnes et propriétés se trouvant à l’extérieur des limites de la commune soumise au recensement. […] Une personne ou une famille entière habitant dans une autre izba et ayant une source indépendante de moyens de subsistance constituaient une exploitation séparée et étaient enregistrées sur une fiche de ménage spécifique57. »

47La définition économique du « ménage » ne correspondait donc pas plus à celle de la famille qu’à celle de la communauté d’habitation que constituait le dvor. L’important était d’utiliser une définition statistique du foyer paysan correspondant à l’usage fait à cette époque de cette forme de recensement, c’est-à-dire une observation aussi précise que possible du système de production et de consommation des exploitations paysannes d’un district rural.

Pratiquer de l’observation directe

  • 58 podvornaïa kartotchka

48Les informations étaient collectées, selon la méthode des expéditions, sur les lieux mêmes des enquêtes, dans les districts ruraux. Les statisticiens procédaient eux-mêmes aux enquêtes auprès des paysans. Des données étaient recueillies auprès de chaque foyer à l’aide de la fiche du ménage58. Celle-ci établissait un inventaire des ressources humaines, animales et matérielles d’une exploitation paysanne sur la base des réponses aux questions portant sur la composition de la famille. Elle indiquait le nombre de travailleurs de chaque sexe, de personnes alphabétisées et scolarisées de chaque sexe et de travailleurs à gages. Des renseignements étaient également demandés sur la dimension des bâtiments de production, la surface de terre en fermage, le coût du bail, l’effectif et l’état du bétail, le nombre et la taille des terres en jachère, le nombre de ruches et d’arbres fruitiers et les productions autres qu’agricoles. Enfin, des données étaient recueillies pour cerner la situation économique générale du foyer et les causes de sa détérioration, quand cela avait été le cas.

49Devant répondre à la demande d’une administration préoccupée de connaître avec plus de précision le territoire et la population qui étaient sous sa tutelle afin de prendre des décisions, en matière de fiscalité notamment, les recensements par ménage se sont caractérisés par la volonté d’enregistrer tous les éléments de la vie quotidienne et de l’organisation de l’activité agricole de chaque foyer de paysans. Toutefois, le projet des statisticiens d’approfondir, sur cette base, une analyse de la vie économique et sociale, mais également des différences sociales dans les campagnes, a élargi le champ d’observation. Ce double objectif explique la forme prise par ces recensements. Exhaustives avant toute chose, ces enquêtes ne devaient négliger aucun détail susceptible d’éclairer le tout. Les données collectées devaient constituer une sorte d’observatoire de la vie paysanne.

50L’enquêteur n’en suivait pas moins un questionnaire déjà très élaboré. Bien qu’encore proche d’une pratique compilatrice qui visait à inventorier tout pour établir une première connaissance la plus totale possible d’un territoire que l’on découvrait, cette méthode de collecte des données était toutefois en train de s’éloigner du simple dénombrement et de franchir une étape vers une forme plus professionnalisée du recensement.

  • 59 Le skhod était l’assemblée qui réunissait tous les chefs de famille d’une commune paysanne. Cette (...)

51Dans la pratique, les enquêtes par ménage n’étaient pas effectuées séparément auprès de chaque foyer. Les statisticiens réunissaient tous les chefs de ménage d’une même commune, le skhod59, pour les interroger chacun à tour de rôle en présence des autres.

Un effort de contrôle des erreurs

52Outre le gain de temps obtenu, rassembler les chefs de ménage pour poser à chacun d’entre eux des questions sur la composition de son foyer et la situation de son exploitation permettait d’utiliser une forme de contrôle mutuel opéré par les paysans, au sein du groupe lui-même, sur les réponses apportées par chacun d’entre eux. Les autres paysans présents pouvaient relever les omissions ou les inexactitudes dans les propos de celui qui était en train de répondre et les corriger aussitôt:

  • 60 S. A. Harizomenov, op. cit., p. 31.

« Habituellement ces réponses inexactes sont décelées tout de suite, d’abord grâce à un simple regard jeté sur la personne interrogée, mais aussi grâce aux exclamations et aux remarques ironiques que les paysans ne manquent pas de faire et qui attirent l’attention du statisticien60. »

53Point n’était besoin de dénonciation ouverte, l’attitude seule du groupe pouvait servir de révélateur au statisticien attentif. Le mode de questionnement devient ici une situation sociale à part entière dans laquelle le groupe joue un rôle aussi important que chaque individu. Se retrouvant en position d’observateur du groupe et de ses réactions pour en tirer une interprétation, le statisticien n’est plus seulement celui qui se contente de consigner les réponses des individus. Il s’efforce en même temps d’en évaluer le degré de fiabilité au moyen de l’interprétation du regard du groupe sur la personne qui répond, et se réserve ainsi la possibilité de demander des précisions. Restait toutefois une inconnue: le groupe pouvait être solidaire pour taire certains faits. Pour circonscrire ce risque, les statisticiens apprenaient à gagner la confiance de ses membres, mais aussi à leur montrer qu’il n’était pas facile de les duper:

  • 61 Une dessiatine équivalait à 1,09 hectare.
  • 62 S. A. Harizomenov, ibid.

« Quelques enquêteurs ont réussi, après avoir interrogé dans le village environ deux cents chefs de ménage et obtenu des informations sur la composition de leur famille, à déterminer de manière correcte le nombre de têtes de bétail de trait, la surface des emblavures et le nombre de dessiatines61 de terres avant d’avoir recueilli les réponses à ce sujet. De pareilles prévisions ont produit de l’effet sur la population et l’ont incitée à fournir des indications précises62. »

54Interroger les différents chefs de ménage en groupe permettait également de profiter d’une forme d’entraide entre voisins pour établir des réponses plus précises:

  • 63 Fedor A. œ c& Erbina, Svodnyj sbornik po12 uezdam Voronez&skoj gubernii (Recueil de données sur le (...)

« Le procédé habituel pour aider ceux qui étaient embarrassés pour répondre consistait à les interroger en groupe. Parfois, le paysan ou la paysanne qui se préparaient à répondre comptaient sur leurs doigts la composition de la famille, le nombre de têtes de bétail et autres éléments. Si elles peinaient dans tel ou tel cas, ces personnes s’approchaient de voisins plus ou moins réfléchis pour leur demander leur avis […]; ils commençaient alors ensemble à compter les éléments de l’exploitation, un voisin éclaircissait les points qui posaient problème, comptait les données disparates et, finalement, donnait une réponse63. »

  • 64 A. A. Kaufman, Statistic&eskaja nauka, voir V. Rossii (La science statistique en Russie), Moscou, (...)
  • 65 Pour exemple, la fiche du village seule pouvait compter jusqu’à cent questions.

55Soucieux de s’adapter au contexte et aux contraintes d’une société rurale fortement dominée par la culture orale, les statisticiens des zemstva ont délaissé le procédé du questionnaire imprimé, qui était déjà utilisé dans certains pays d’Europe de l’Ouest, et dans lequel l’ordre des questions et la place pour noter les réponses étaient fixés à l’avance64. Ils ont opté pour un questionnement conduit par les enquêteurs selon le principe d’une grille d’entretien constituée d’une série de nombreuses questions65, ce qui leur donnait plus de souplesse pour s’adapter à la population interrogée, et pour un questionnement en groupe qui leur permettait de mieux contrôler les imprécisions et erreurs dans les réponses, liées à une mémoire défaillante ou à une volonté de dissimuler la réalité. À cette occasion, l’enquêteur pouvait même faire preuve de pédagogie pour amener les paysans à formuler des réponses correctes:

  • 66 La sagène était une unité de mesure de 2,13 mètres.
  • 67 Traduction choisie pour le mot russe kopna, qui était une meule équivalent à 60 gerbes de blé de p (...)
  • 68 F. A. œ c& Erbina, op. cit., cité dans A. A. Kaufman, op. cit., p. 69.

« Posez à un paysan une question générale sur la qualité de ses terres et leur fertilité et vous entendrez que, dans une commune donnée, les paysans « n’ont pas de terre » et que les moissons sont si faibles que, chaque année, les paysans ne récoltent même pas de grains pour la semence… Mais essayez de poser la question de manière plus concrète, alors vous obtiendrez un résultat complètement différent: il apparaîtra que la terre de première qualité a été affectée à une autre utilisation. […] Le paysan annonce volontiers le nombre de meules de blé moissonné et le nombre de sagènes66, ainsi que le rendement d’une meule67; de telle manière, un simple calcul arithmétique montre un volume de récolte qu’habituellement toute l’assemblée des chefs de ménage et chacun de ses membres refusent d’admettre quand on pose la question de manière générale. […] Grâce à cette relation faite entre les différents phénomènes, les paysans se rappellent plus facilement les éléments dispersés issus de leur pratique sur leur exploitation et – ce qui est essentiel – ont une attitude plus réfléchie vis-à-vis du recensement: dans certains cas, il est impossible de ne pas dire la vérité, dans d’autres cas, les réponses ineptes se dévoilent d’elles mêmes. […] De cela même découle un contrôle des indicateurs les uns par les autres, qui oblige autant l’enquêteur que le paysan qui répond à veiller à la précision la plus grande dans l’enregistrement des réponses et à noter les menus objets et détails68. »

56Croiser les sources fournissait une autre forme de contrôle des informations recueillies.

Croiser les sources

57Le caractère exhaustif et la qualité des informations collectées étaient vérifiés par les statisticiens, sur place, en les confrontant avec celles contenues dans les divers documents administratifs. Ainsi, les informations démographiques étaient contrôlées à l’aide des listes des familles de la commune et des registres fiscaux. Les plans des parcelles de terres et les procès-verbaux des décisions de l’assemblée du mir étaient utilisés pour vérifier les déclarations sur le partage des terres.

58D’autres formulaires d’enquête étaient remplis. Établie au cours de la réunion de tous les chefs de ménage, la fiche de village devait fournir les caractéristiques des conditions de vie et de la situation économique de l’ensemble de la commune recensée. Outre cela, une fiche du canton était constituée à partir d’une autre source d’informations, les extraits des livres et documents tenus par l’administration de chaque canton. Sur ce formulaire, on notait différentes données relatives à la démographie, à la répartition des terres et à la fiscalité.

Un compromis méthodologique

59Au vu de ces différentes phases d’enquête, les recensements par ménage se présentaient comme des monographies de village et de district rural qui visaient à embrasser les aspects les plus variés de la vie sociale et économique locale. Multipliant à cette fin les formes de questionnement, ils permettaient aux statisticiens de dresser, après recoupement des données obtenues, un tableau le plus précis et le plus exhaustif possible de la société et de l’économie paysannes tout en se conformant à la demande de l’administration du zemstvo, à savoir fournir les données nécessaires pour établir la fiscalité et guider l’élaboration des mesures économiques et sociales. De ce point de vue, ces enquêtes apparaissent comme un compromis méthodologique entre la commande administrative et les préoccupations scientifiques des statisticiens.

60Dans les textes d’accompagnement des tableaux chiffrés détaillés, les comptes rendus de ces recensements se caractérisent par un mélange de description et d’analyse, ici aussi par un savant compromis, dans le traitement des données, entre les préoccupations administratives des uns et les objectifs scientifiques des autres. Ils présentent, en particulier, une analyse des irrégularités des récoltes agricoles et de l’apparition des famines qui prend en compte les causes économiques et sociologiques, et pas seulement les fatalités météorologiques. La démarche générale repose sur une analyse comparative des monographies réalisées dans les différents districts ruraux, dans l’objectif de dresser un portrait d’ensemble d’une province tout en faisant ressortir les spécificités de chaque district.

  • 69 À ce sujet, voir Frédéric Le Play, La méthode sociale, (rééd.), Paris, Meridiens Klincksieck, 1989 (...)

61Sous l’impulsion de cette forme de statistique régionale, la statistique russe est passée progressivement, à partir des années 1880, du dénombrement administratif et de la forme ethnographique des premières heures des travaux des comités de goubernia du TsSK à une production dans laquelle l’analyse et les préoccupations méthodologiques l’emportent, dans laquelle également la pratique de l’analyse comparative de différentes monographies rappelle des formes d’enquêtes effectuées, à la même époque, dans d’autres pays européens69. Toutefois, l’apport des statisticiens des zemstva ne s’est pas limité à la méthodologie des enquêtes. Ils ont introduit de nouvelles formes d’organisation du travail statistique.

Une hiérarchie des postes et des qualifications

62En premier lieu, la politique de recrutement d’un personnel qualifié s’est accompagnée, dès les années 1890, d’une spécialisation des tâches et des individus dans les différents bureaux de statistique. À l’organisation du travail des années 1880, conçue sur le modèle de l’apprentissage du métier par des disciples auprès d’un maître, a succédé, dans la deuxième moitié des années 1890, une organisation plus hiérarchisée reposant sur les responsabilités exercées et la qualification acquise.

  • 70 Il s’agit des stchetchiki. Le terme stchetchik désignait l’employé qui était affecté aux opération (...)
  • 71 Voir A. V. Voronez&cev, op. cit.

63Au tournant du xixe et du xxe siècles, le personnel statistique d’un bureau était constitué, outre son directeur, de statisticiens chargés de l’organisation des enquêtes, de statisticiens chargés de la collecte des données et d’employés affectés au calcul des données70. Le personnel administratif comprenait généralement un secrétaire et un comptable. La situation du bureau de Saratov en 1902 peut être donnée en illustration. Sur un effectif de dix-neuf personnes, il comprenait dix statisticiens organisateurs et un agronome, qui formaient les cadres du bureau, un comptable et un secrétaire71. Le reste de l’effectif correspondait aux statisticiens chargés des opérations de collecte et aux employés au calcul. La direction du bureau était assurée par quatre personnes, le directeur, ses deux adjoints et le chef de la section de la statistique courante agricole.

64Le témoignage de V. A. Obolenski sur l’organisation des bureaux de statistique des zemstva autour de 1900 met en évidence la hiérarchisation professionnelle et sociale qui s’est instaurée parallèlement à leur consolidation institutionnelle au sein de l’administration des zemstva. Cette hiérarchie reposait également sur une division sexuelle des tâches:

  • 72 V. A. Obolenskij, op. cit., p. 158.

« Les bureaux de statistique avaient leurs patriciens et leurs plébéiens. Les patriciens, qui jouissaient du titre de statisticiens, étaient les citoyens de plein droit de leur république et les membres actifs d’une administration autonome du bureau. Ils ne constituaient toutefois qu’une minorité. La majorité du personnel était composée des employées au calcul des données, ou « demoiselles », comme on les appelait dans le langage courant. Les demoiselles étaient nos manœuvres, n’avaient aucun droit dans la gestion du bureau, et n’avaient aucune prétention à cela72. »

  • 73 Ibid.

65La plupart de ces femmes étaient des jeunes filles tout juste sorties du lycée classique local, le gymnase. En 1904, par exemple, le bureau de Simferopol, en Crimée, comptait dix statisticiens hommes et vingt « demoiselles73 ».

  • 74 cité dans V. F. Abramov, « Zemskaja statistika… », art. cit., p. 71.
  • 75 V. A. Obolenskij, op. cit., p. 153.

66La hiérarchie des qualifications et des rémunérations reposait sur les critères conjugués de l’ancienneté, de l’expérience acquise en statistique et du niveau de formation. D’après les données fournies par A. V. Pechekhonov74, le salaire moyen des statisticiens des zemstva ayant un diplôme de l’enseignement supérieur était, en 1898, de 1 294 roubles par an, et de 1 002 roubles pour ceux qui possédaient un niveau de fin d’études secondaires puis de 703 roubles pour les autres. Quant aux « demoiselles », leur rémunération annuelle était en moyenne de 300 roubles à la même époque75. Le niveau de responsabilité plus élevé des directeurs des bureaux était reconnu par un salaire lui aussi plus élevé, qui était, en moyenne, de 2 260 roubles par an. Le principe de base était que la rémunération devait correspondre à un niveau de qualification donné. Ceci était la règle aussi pour les statisticiens des districts ruraux, dont les tâches étaient jugées comparables à celles des statisticiens organisateurs du bureau de la province.

67Dans l’ensemble des bureaux de statistique des zemstva, l’effort de définition des tâches liées à un poste donné visait à préciser également les critères de recrutement pour l’occuper. Ceci témoigne du processus de structuration en cours d’une profession. La hiérarchie de salaires qui accompagnait celle des responsabilités en est une autre expression.

68Au cours des années 1890, au sein de chaque administration de zemstvo, les bureaux de statistique s’affirmèrent progressivement comme une entité institutionnelle ayant ses propres règles de définition de la qualification et de recrutement. Parallèlement, ils affinèrent leur structuration autour de fonctions et de tâches bien différenciées. Dans ce processus, institutionnalisation et professionnalisation ont été indissociables. L’augmentation du nombre d’enquêtes à effectuer et la lourdeur de l’organisation des recensements par ménage, d’une part, des études d’estimation foncière et immobilière, d’autre part, ont exigé une différenciation plus stricte des rôles et des fonctions de chacun.

  • 76 Les agronomes venaient, en particulier, de l’Académie Petrovski, à Moscou, et de l’Institut de Nov (...)

69Au regard de leur formation, de leurs objets et de leurs méthodes d’enquêtes, les statisticiens des zemstva apparaissent comme de réels professionnels de la statistique et des études socio-économiques à cette époque. Dès les années 1890, ils forment une communauté professionnelle, mais aussi scientifique et humaine, à l’échelle régionale comme à l’échelle nationale. La statistique des zemstva est déjà un ensemble d’institutions régionales, mais aussi un corps de professionnels structuré à l’échelle nationale autour de pratiques communes. Les méthodes, mais également les règles de travail, de recrutement et de promotion étaient harmonisées au sein des sociétés et des congrès de statistique nationaux. Comme d’autres groupes de professionnels à cette époque76, celui des statisticiens eut très vite ses propres filières de formation et de recrutement communes à l’ensemble des zemstva. Dans les années 1910, ce n’étaient plus les chemins de l’exil politique qui menaient au bureau statistique d’un zemstvo, mais ceux du diplôme et de la qualification.

Notes

1 V. F. Abramov, « Zemskaja statistika… », art. cit. ; R. Philippot, op. cit., p. 115. et effectif comprend l’ensemble du personnel permanent de ces bureaux : statisticiens, employés chargés du calcul des données, personnel administratif. Pour disposer d’une estimation plus précise, il conviendrait d’ajouter à ces chiffres l’effectif du personnel temporaire car des statisticiens étaient employés régulièrement avec ce statut dans les différents bureaux. our comparer, Vera R. Leïkina-Svirskaïa estime à 4 300 personnes l’ensemble du personnel agronomique des zemstva en 1913. Cf. V. R. Lejkina-Svirskaja, Intelligencija v Rossii vo vtoroj polovine XIX veka (L’intelligentsia en Russie dans la seconde moitié du xixe siècle), Moscou, Mysl’, 1971, p. 47.

2 En raison de l’absence de précision, de la part des auteurs cités, sur la manière dont ces chiffres ont été calculés, ceux-ci sont donnés ici à titre indicatif.

3 Sergej N. Veleckij, Zemskaja statistika (La statistique des zemstva), t. 1, Moscou, izd. Sabas&nikovyh, 1899.

4 Sur l’apport de Vassili I. Orlov (1848-1885) à la structuration du réseau des bureaux statistiques des zemstva, on pourra se reporter notamment à Nikolaj A. Kablukov, « V. I. Orlov, zemskij statistik » (V. I. Orlov, statisticien du zemstvo), Russkaja mysl’, 10, 1885, p. 121-126; et à R. A. Ejdel’man, « Russkij zemskij statistik V. I. Orlov » (Le statisticien russe du zemstvo, V. I. Orlov), in Oc&erki po istorii statistiki SSSR (Essais sur l’histoire de la statistique de l’URSS), Moscou, Gosstatizdat, 1961, p. 20-42.

5 Le terme russe utilisé dans ce texte est konsoultant

6 Aleksej F. Fortunatov, « Iz vospominanij o dejateljah Moskovskoj zemskoj statistiki » (Souvenirs au sujet des figures de la statistique du zemstvo de Moscou), Vestnik statistiki, 7-9, 1924, p. 233-247 ; voir aussi V. F. Karavaev, Bibliografic&eskij obzor…, op. cit., p. 276.

7 Aleksandr I. Tchouprov (1842-1908) était considéré comme le père spirituel de la statistique des zemstva, en raison de sa forte activité au sein de la section de statistique de la Société juridique de Moscou et de ses exposés méthodologiques dans les des congrès de statisticiens russes, en raison également de son activité pédagogique. En effet, professeur d’économie politique et de statistique à l’université de Moscou, il a formé beaucoup de statisticiens des zemstva. Il fut en outre membre de l’Institut international de statistique à partir de 1885. Personnage marquant de l’université de Moscou, il fut aussi une figure centrale du monde intellectuel russe à cette époque. À ce sujet, voir le témoignage de l’éditeur Mikhaïl Sabachnikov dans A. L. Panina (ed), Zapiski Mihaila Vasil’evic&a Sabas&nikova (Mémoires de Mihail Vasil’evic& Sabas&nikov), Moscou, izd. imeni Sabas&nikovyh, 1995. Père d’Aleksandr A. Tchouprov.

8 V. F. Karavaev, Bibliografic&eskij obzor…, op. cit., p. 238-245.

9 Ibid., p. 63-64.

10 Après un passage dans le zemstvo de Kalouga, Fedor A. Chtcherbina (1849-1936) dirigea le bureau de Voronej de 1884 à 1903. Son nom reste associé aux monographies de budget des ménages paysans qu’il a effectuées dans cette province.

11 V. I. Orlov a joué un rôle particulièrement actif dans l’ouverture du bureau du zemstvo de Samara en 1883.

12 A. F. Fortunatov, art. cit., p. 237.

13 Nikolaï A. Kabloukov (1849-1919) mena également une carrière d’enseignant de statistique à l’université de Moscou à partir de 1900, date à laquelle il remplaça A. I. Tchouprov. À son sujet, voir N. A. Kablukov, « Avtobiografija » (Autobiographie), Vestnik statistiki, 8-12, 1919, Appendice, p. 1-24.

14 V. F. Karavaev, op. cit., p. 118-119.

15 Voir M. Mespoulet, « Statisticiens des zemstva…» art. cit.

16 Viktor S. Prougavine (1858-1896) était sorti de l’Académie en 1879.

17 Voir V. F. Karavaev, op. cit., p. 372-373.

18 Ibid., p. 64-66. N. M. Astyrev participa au mouvement d’installation des populistes dans les campagnes.

19 GASO, f. 1, op. 1, d. 3644, ll. 1-187.

20 Nikolaj Vorob’ev, « Aleksandr Romanovic& Brilling. Nekrolog » (Aleksandre Romanovitch Brilling. Nécrologie), Vestnik statistiki, 1-4, 1920, p. I-V.

21 L’enseignement supérieur technique commença à se développer en Russie dans les années 1890, sous l’impulsion des membres du cercle d’I. A. Vychnegradski et du ministre S. Witte. À ce sujet, voir notamment H. D. Balzer, « The Engineering Profession in Tsarist Russia », in H. D. Balzer (ed.), op. cit., p. 55-88.

22 V. A. Obolenskij, op. cit., p. 159.

23 Ibid.

24 GASO, f. 53, op.1, d. 48 (année 1893), l. 46.

25 Ibid., ll. 33, 35.

26 Ibid., l. 99.

27 Vassili I. Serebriakov dirigea ce bureau jusqu’à sa fermeture, en juillet 1928.

28 N. M. Kisliakov (1861-1920) avait démarré son apprentissage de statisticien dans le bureau du zemstvo de Koursk, en 1883. Il travailla ensuite, auprès de Nikolaï F. Annenski, dans celui de Nijni Novgorod, puis partit dans celui de Pskov. Pour plus de précisions, voir A. Losickij, « N. M. Kisljakov. Nekrolog » (N. M. Kisliakov. Nécrologie), Vestnik statistiki, 1-4, 1920, p. VI-VIII.

29 GASO, f. 53, op. 1, d. 63 (année 1891), ll. 6, 11, 21, 63; GASO, f. R-1, op. 1, d. 233, l. 1.

30 GASO, f. 53, op. 1, d. 63 (année 1891), ll.13, 47, 48, 86 ; f. 5, op.2, d. 1167, l. 1.

31 A. V. Voronez&Cev, Saratovskoe zemstvo nakanune i v period pervoj rossijskoj revoljucii (1900-1907gg.) (Le zemstvo de Saratov à la veille de et pendant la période de la première révolution russe), Thèse de candidat d’histoire, Saratov, Université de Saratov, 1993, p. 44.

32 Cf. V. F. Abramov, « Zemskaja statistika… », art. cit., p. 71.

33 Au sujet de la vie de Nikolaï F. Annenski (1843-1912), voir Vladimir G. Korolenko, « Tretij element (Pamjati N. F. Annenskogo) » Le troisième élément (En mémoire de N. F. Annenskij), Russkoe Bogatstvo, 7, 1913, p. 260-273.

34 Konstantin A. Verner (1850-1902) fut un des statisticiens les plus connus du bureau du zemstvo de Moscou, où il entra en 1880. En 1884, il partit diriger le tout nouveau bureau du zemstvo de Tauride, avant de revenir à celui de Moscou en 1890. À partir de 1895, il devint professeur d’économie agricole à l’Institut d’agronomie de Moscou. Il fut un membre actif des sections de statistique de la Société juridique de Moscou et de la Société d’économie libre. À son sujet, voir V. F. Karavaev, op. cit., p. 280-281 ; voir aussi A. F. Fortunatov, art. cit., p. 240-242.

35 Voir Vasilij G. Mihajlovskij, « Vasilij Nikolaevic& Grigor’ev. Nekrolog » (Vassili Nikolaevitch Grigoriev. Nécrologie), Vestnik statistiki, 4-6, 1925, p. IX-XVII.

36 Obligé de partir se soigner à Sotchi, sur la mer Noire, il y demeura pendant la guerre civile. Il joua un rôle actif dans le mouvement coopératif local et devint président de l’Union des coopératives de consommation de cette région. Il revint à Moscou en 1922 et y décéda le 5 février 1925.

37 Aleksandr E. Lossitski (1869-1944) fut recruté dans le bureau de la ville de Moscou en 1911. uparavant, depuis 1894, il avait travaillé dans divers bureaux des zemstva. En 1918, il devint un des chefs de département de la nouvelle Direction centrale de la statistique de l’État bolchevik.

38 GASO, f. 25, op. 1, d. 1427, ll. 17-20.

39 Agronome proche d’Aleksandr V. Tchaïanov, Konstantin A. Matseevitch faisait partie du groupe des « agronomes sociaux ».

40 Pavel A. Argounov était beaucoup plus connu pour ses articles d’opinion dans la presse locale et nationale que pour ses travaux en statistique. Ceux-ci pourtant n’ont pas été négligeables, bien qu’occultés par son activité politique au sein du parti socialiste révolutionnaire et surtout par celle de son frère Aleksandr A. Argounov, qui fut un des leaders nationaux de ce parti dès sa création.

41 Voir V. F. Karavaev, op. cit.

42 S. A. Harizomenov, Svod statistic&eskih svedenij po Saratovskoj gubernii (Recueil des données statistiques sur la province de Saratov), Saratov, izd. Saratovskogo gubernskogo zemstva, 1888.

43 Ibid., p. 28-29.

44 La présentation des premiers questionnaires des recensements par ménage consistait en un système de tableaux dans les cases et les colonnes desquels étaient portées les différentes informations collectées.

45 S. A. Harizomenov, op. cit., p. 29.

46 V. F. Karavaev, op. cit., p. 65.

47 Voir notamment A. F. Fortunatov, art cit.

48 I. I. Eliseeva, B. G. Plos& Ko, op. cit., p. 109-110.

49 Pour une présentation de l’ensemble de ces recensements, voir N. A. Svavickij, op. cit. Pour des exemples dans différentes provinces, voir V. F. Karavaev, op. cit.

50 L’expression podvornye perepisi, qui désignait ce type de recensements, était construite autour de la notion de dvor, qui désignait donc un foyer paysan. Sur l’organisation de l’économie paysanne russe à cette époque et, en particulier, de l’exploitation familiale, voir Ivan Stoliaroff, Un village russe. Récit d’un paysan de la région de Voronej, 1880-1906, Paris, Plon, 1992.

51 N. A. Svavickij, op. cit., p. 68-69.

52 Procès-verbaux des séances de la section de statistique de la Société juridique de Moscou de janvier-février 1887, Moscou, 1887, p. 5-6, ibid.

53 Ce terme est écrit en français dans le texte russe original.

54 S. A. Harizomenov, op. cit., p. 20.

55 Sur la conception des recensements pratiqués dans les pays européens au xixe siècle, voir J. et M. Dupâquier, op. cit. Au sujet des questions posées par la délimitation de l’unité d’observation, voir C. Topalov, « L’individu comme convention. Le cas des statistiques professionnelles du xixe siècle en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis », Genèses, 31, juin 1998, p. 48-75.

56 Au sujet du système du partage des terres au sein de la commune paysanne, ou mir, voir I. Stoliaroff, op. cit.

57 S. A. Harizomenov, op. cit., p. 20.

58 podvornaïa kartotchka

59 Le skhod était l’assemblée qui réunissait tous les chefs de famille d’une commune paysanne. Cette assemblée prenait des décisions de type économique, par exemple dans le domaine de la répartition des terres. Elle avait également pour rôle de répartir entre les foyers les impôts et diverses charges.

60 S. A. Harizomenov, op. cit., p. 31.

61 Une dessiatine équivalait à 1,09 hectare.

62 S. A. Harizomenov, ibid.

63 Fedor A. œ c& Erbina, Svodnyj sbornik po12 uezdam Voronez&skoj gubernii (Recueil de données sur les 12 districts de la province de Voronez&), Voronez&, 1897, introduction.

64 A. A. Kaufman, Statistic&eskaja nauka, voir V. Rossii (La science statistique en Russie), Moscou, CSU, 1922, p. 68.

65 Pour exemple, la fiche du village seule pouvait compter jusqu’à cent questions.

66 La sagène était une unité de mesure de 2,13 mètres.

67 Traduction choisie pour le mot russe kopna, qui était une meule équivalent à 60 gerbes de blé de printemps et à 80 gerbes de blé d’hiver.

68 F. A. œ c& Erbina, op. cit., cité dans A. A. Kaufman, op. cit., p. 69.

69 À ce sujet, voir Frédéric Le Play, La méthode sociale, (rééd.), Paris, Meridiens Klincksieck, 1989. ernard Kalaora, Antoine Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Seyssel, Champ Vallon, 1989. F. Le Play, Les Mélouga. Une famille pyrénéenne au xixe siècle, Textes réunis et commentés par Alain Chenu, Paris, Nathan, 1994; A. Savoye, Les débuts de la sociologie empirique, Paris, Méridiens Kliencksieck, 1994.

70 Il s’agit des stchetchiki. Le terme stchetchik désignait l’employé qui était affecté aux opérations techniques du calcul des données, l’équivalent du chiffreur aujourd’hui, mais aussi celui qui recopiait les données et les mettait en tableau village par village. Pour alléger la rédaction, cette fonction sera désignée dorénavant par l’expression employé au calcul.

71 Voir A. V. Voronez&cev, op. cit.

72 V. A. Obolenskij, op. cit., p. 158.

73 Ibid.

74 cité dans V. F. Abramov, « Zemskaja statistika… », art. cit., p. 71.

75 V. A. Obolenskij, op. cit., p. 153.

76 Les agronomes venaient, en particulier, de l’Académie Petrovski, à Moscou, et de l’Institut de Novo-Aleksandr, situé en Pologne.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable