Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Genèse et héritages

Chapitre 1. Naissance d’un métier : statisticien des zemstva

Texte intégral

  • 1 Harald Westergaard a qualifié ainsi l’effervescence qui a caractérisé le développement de la stati (...)
  • 2 Voir Irina I. Eliseeva, « Stanovlenie pravitel’stvennoj statistiki » (Le développement de la stati (...)
  • 3 Le terme goubernia désignait une province administrative. Ce terme est parfois traduit par gouvern (...)
  • 4 Tsentralnyi statistitcheskii komitet
  • 5 Au singulier, goubernskii statistitcheskii komitet

1La Russie n’a pas échappé au mouvement « d’enthousiasme statistique1 » qui a touché les pays européens dans la première moitié du xixe siècle. L’État russe s’est doté, dès 1811, de son premier bureau de statistique. D’abord rattaché au ministère de la Police, ce service dépendit ensuite du ministère de l’Intérieur2. Sa réorganisation en 1834 s’accompagna de la création d’organes locaux, les comités de goubernia3. Lors de la transformation, en 1852, du bureau central en un Comité de la statistique, qui devint, en 1857, le Comité central de la statistique (TsSK4), ceux-ci prirent le nom de comités statistiques de goubernia5.

  • 6 Voir R. Philippot, op. cit.

2Les années 1870 et 1880 furent marquées par l’apparition d’un autre type d’organes statistiques locaux, qui furent mis en place dans un autre contexte institutionnel, celui des assemblées territoriales des zemstva. Celles-ci furent créées par l’État, en 1864, pour gérer les intérêts locaux des 34 provinces administratives de la Russie centrale6. Elles étaient chargées d’organiser et de financer certains services obligatoires imposés par l’État, comme la prévoyance sociale, et disposaient d’une plus grande liberté d’action dans d’autres domaines, principalement la santé et l’éducation. Pour répondre à leur besoin d’informations chiffrées au sujet du territoire qu’elles devaient administrer, elles organisèrent des services spécialisés pourvus d’un personnel spécifique. Un nouveau métier allait naître : statisticien des zemstva.

3Un bref rappel de l’organisation, avant 1917, de la statistique administrative d’État dans les régions russes est nécessaire pour éclairer ensuite les particularités de l’activité des bureaux statistiques des zemstva et de leurs statisticiens.

La statistique administrative d’État avant 1917

Un bureau central de statistique

  • 7 Karl F. German (1767-1838) enseigna la statistique à l’Institut pédagogique de Saint-Pétersbourg, (...)
  • 8 Au sujet des congrès internationaux de statistique du xixe siècle, voir Éric Brian, « Statistique (...)

4Dès son ouverture, en 1811, le service central de statistique russe fut placé sous la direction de Karl F. German, statisticien, démographe et académicien7. Ceci témoigne de la volonté de l’État russe, à cette époque, de garantir le caractère scientifique de la production administrative des données statistiques. En 1863, un Conseil de la statistique, instance consultative chargée de donner des recommandations pour l’unification des travaux statistiques des différents ministères, fut créé dans l’esprit des résolutions des congrès internationaux de statistique de l’époque8.

  • 9 Jacques et Michel Dupâquier, Histoire de la démographie, Paris, Perrin, 1985, p. 254-255.
  • 10 Imperatorskoe rossiïskoe geografitcheskoe obchtchestvo.
  • 11 Imperatorskoe volnoe ekonomitcheskoe obchtchestvo
  • 12 Mihail V. Ptuha, Oc&erki po istorii statistiki v SSSR (Essais sur l’histoire de la statistique de (...)
  • 13 Petr P. Semenov-Tian Chanski (1825-1914) fut vice-président de l’IRGO de 1873 à 1914. De 1875 à 18 (...)
  • 14 Sur les programmes d’enquêtes de l’IRGO, voir notamment Wladimir Berelowitch, « Aux origines de l’ (...)

5À partir des années 1860, la configuration institutionnelle d’ensemble du TsSK rappelle le « modèle théorique de fonctionnement du service statistique » de la première moitié du xixe siècle décrit par Jacques et Michel Dupâquier pour les pays européens9. Un service de statistique central est rattaché au ministère de l’Intérieur. Une commission centrale de la statistique coordonne l’activité des services statistiques des différents ministères, et une ou plusieurs sociétés de statistique jouent un rôle actif dans l’organisation des programmes d’enquête et des travaux de collecte des données sur l’ensemble du territoire d’un pays. En ce qui concerne la Russie, deux sociétés savantes ont joué un rôle particulier dans ce domaine. À partir de 1845, l’action de la Société impériale russe de géographie (IRGO10) vint s’ajouter à celle, plus ancienne, de la Société impériale libre d’économie (IVEO11), dont la création datait de 176512. La nomination à la tête du TsSK, en 1864, d’un des principaux responsables de l’IRGO, Petr P. Semenov Tian-Chanski13, témoigne du rôle joué par cette société dans la définition des programmes d’enquêtes statistiques de l’État à cette époque14.

6Certains éléments de cette configuration centrale se retrouvaient au niveau local, dans les comités statistiques de goubernia.

Les comités de goubernia

Des comités d’érudits locaux

  • 15 Au sujet de la « statistique des préfets », voir, en particulier, Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffre (...)

7La réforme de 1834 modifia la présentation des rapports annuels que les gouverneurs devaient transmettre au ministère de l’Intérieur pour fournir une description détaillée et précise de leur province. Ces documents, qui existaient depuis le début du xixe siècle, étaient comparables aux rapports des préfets français des années 1801-180515. Hétérogènes dans leur forme, ils alliaient souci d’information et effort d’observation, et offraient une très grande variété de renseignements. Ils participaient tous de la même démarche, à savoir établir un inventaire exhaustif des ressources et de la population des régions de l’Empire sous la forme de descriptions et de tableaux. À partir de 1834, un effort d’homogénéisation de leur contenu fut entrepris. Les comités de goubernia furent chargés de collecter, à l’aide d’un questionnaire standardisé, les données statistiques à joindre en annexe. Un programme précis de collecte fut alors fixé. En dehors du recueil des informations à transmettre au centre, ces comités devaient effectuer des descriptions détaillées et précises du territoire de leur province, de ses activités et de sa population, et éditer ces études. Une certaine latitude existait dans ce domaine.

8Organe consultatif présidé par le gouverneur, le comité statistique d’une goubernia rassemblait des membres d’honneur, connus pour leurs travaux scientifiques ou pour des études réalisées à des fins statistiques, des membres de droit, en raison de leur fonction officielle, par exemple le vice-gouverneur, et des représentants des rangs les plus élevés des administrations les plus prestigieuses de la province. Des membres actifs s’y ajoutaient. Ils étaient soit élus, soit choisis en raison de leur qualité. C’était le cas, par exemple, des personnes reconnues pour leurs travaux locaux en statistique. Dans les faits, l’activité de ces comités provinciaux reposait sur un groupe d’érudits locaux, historiens, hommes de lettres, nobles éclairés. Cette composition ressemblait fortement à celle d’une société savante. Beaucoup de ces membres appartenaient d’ailleurs à des sociétés savantes locales ou à des filiales de sociétés nationales.

  • 16 Mikhaïl A. Sabline (1842-1898) : après avoir effectué ses études à la faculté de droit de l’univer (...)
  • 17 Nikolaï I. Kostomarov (1817-1885) : Historien du monde slave, il mena une carrière de professeur d (...)
  • 18 Chaque province ou goubernia était divisée en districts ruraux (ouezdy), qui étaient composés de c (...)

9Du moins jusqu’aux années 1890, le secrétaire du comité d’une goubernia était nommé par le gouverneur en raison de son niveau scientifique ou de sa formation en statistique. Ainsi en fut-il, par exemple, de Mikhaïl A. Sabline16 à Moscou, de 1868 à 1898, ou de l’historien Nikolaï I. Kostomarov17 à Saratov, de 1848 à 1858. Le secrétaire jouait le rôle le plus important dans un comité. Tout en menant à bien les travaux statistiques fixés par les textes officiels et par les programmes d’enquêtes nationaux, ainsi que la rédaction des recueils annuels du comité adressés au gouverneur, il pouvait faire preuve d’initiative et impulser des enquêtes spécifiques à sa province. Toutefois, la plus grosse partie de la collecte des données destinées au TsSK dépendait de tout le système administratif de transmission des informations assurée depuis l’échelon territorial le plus bas, les cantons ruraux18.

Une collecte administrative des données

  • 19 Ceux-ci, les ispravniki, étaient responsables chacun d’un district rural. À ce sujet, voir Corinne (...)

10Les données étaient fournies par les chefs de police des districts19 et les fonctionnaires de l’administration judiciaire et de l’administration scolaire. L’administration fiscale transmettait les chiffres relatifs aux impôts et les directeurs des manufactures et des usines les états chiffrés de leur production et de leur personnel. À la police revenait la charge d’établir les listes des différents établissements publics des districts, comme les lieux de culte, les établissements d’enseignement et de bienfaisance, les usines et les manufactures. Elle devait également livrer des informations démographiques variées : nombre de localités du district et de leurs habitants, effectif de la population urbaine, données sur les migrations précisant le nombre des nouveaux arrivés, mais aussi de ceux qui étaient partis définitivement ou temporairement pour un emploi saisonnier. Enfin, elle établissait les données sur le mouvement naturel et sur les mariages à partir des registres de l’Église.

  • 20 Dans chaque district, les commissaires de police ruraux (stanovye pristavy) étaient sous les ordre (...)

11Les commissaires de police ruraux20 jouaient un rôle essentiel dans l’établissement de ces bordereaux chiffrés. Entre saisie d’information et contrôle, ils menaient ce travail quotidien de mise en chiffres de la population, des établissements de toutes sortes, mais aussi des semences et des récoltes, des prix des produits alimentaires et des moyens de transport. Sur la base de ces informations, chaque chef de police constituait ensuite des états récapitulatifs pour son district et les transmettait à la direction de la police de la province après les avoir corrigés et complétés. Les données statistiques remontaient ainsi de la circonscription administrative rurale la plus basse à l’État central à travers tous les échelons de la hiérarchie de l’administration de la police. Leur production reposait donc sur des informations collectées selon des règles d’enregistrement et de dénombrement propres à cette administration.

  • 21 L’agent de police rural (ouriadnik) avait la charge d’une circonscription rurale.

12À la base de cet édifice, un rôle particulier était joué par le secrétaire du canton, qui assurait le premier enregistrement des faits. Avec l’agent de police rural21, ils étaient les fournisseurs principaux de renseignements sur la population et ses activités. Observateurs les plus proches de la population, ils étaient agents d’information tout autant qu’agents de contrôle. La fiabilité des données qu’ils fournissaient a souvent été mise en cause par les statisticiens et par l’administration même du TsSK. Quand ils ne disposaient pas des informations nécessaires, leur zèle administratif pouvait aller jusqu’à inventer des données pour remplir les bordereaux demandés. Ceci s’améliora, à la fin du xixe siècle, quand les comités locaux commencèrent à disposer d’instructions centrales précises pour la collecte des données.

Hétérogénéité des membres, diversité des études

13À la forte hétérogénéité des membres du comité d’une goubernia correspondait une diversité non moins grande des sujets et des méthodes. Mélangeant études démographiques, récits à caractère ethnographique, travaux d’histoire locale et textes littéraires, mêlant la diversité des thèmes à celle des méthodes, les recueils des comités statistiques de goubernia furent, jusqu’à la fin des années 1880, le reflet fidèle de leur activité locale. Leur forme était celle de travaux d’amateurs érudits locaux plutôt que celle d’études de statisticiens au sens moderne du terme. La description l’emportait sur le chiffre, le texte appartenait plus au genre littéraire qu’au commentaire de tableaux. Quand ils étaient utilisés, les chiffres étaient cités en appoint du texte, comme illustration plutôt que comme support d’une analyse. Nombre de ces travaux locaux s’inscrivaient dans la tradition de ceux des sociétés savantes de l’époque, dans l’esprit également des études descriptives

  • 22 Voir A. Desrosières, op. cit., chap. 6.

14de la statistique allemande22.

  • 23 N. F. Hovanskij, Kratkie biografii nekotoryh c&lenov Saratovskoj uc&enoj arhivnoj komissii (Courte (...)
  • 24 Le texte de loi réglant l’organisation de ces commissions fut promulgué par l’État en 1884. Toutef (...)
  • 25 Aleksandr N. Minh, Istoriko-geografic&eskij slovar’ Saratovskoj gubernii (Dictionnaire historique (...)
  • 26 A. N.Minh, Narodnye obyc&ai, sueverija, predrazsudki i obrjady krest’jan Saratovskoj gubernii (Cou (...)

15La figure d’un membre actif du comité de Saratov, Aleksandr N.Minkh, fournit un exemple, parmi d’autres, de ces amateurs érudits au service de la statistique d’État dans les provinces russes, dans les années 1870 et 1880. Né en 1833, il était propriétaire foncier. Après avoir exercé la fonction d’arbitre de paix, de 1861 à 1875, il fut nommé juge de paix. Il occupa cette charge jusqu’en 189623. Il fut également recteur du séminaire catholique de Saratov. Membre de la Société impériale russe de géographie et de la Société impériale d’archéologie de Moscou, il appartenait également à diverses sociétés savantes locales. Il devint membre des commissions scientifiques des archives de Saratov, de Tambov, de Vladimir et de Nijni Novgorod quand celles-ci furent créées, dans la seconde moitié des années 188024. Touchant à plusieurs domaines, il effectua des travaux d’archéologie, d’histoire et d’ethnographie sur la région de Saratov qui furent publiés dans des revues nationales et locales. Son dictionnaire historique et géographique de la province de Saratov, publié en 1901, offre une description très détaillée de la partie méridionale de cette province25. Historien du local, A. N. Minkh était également un observateur du social. Il écrivit différents articles sur les conditions de vie des paysans du district d’Atkarsk, où il résidait. L’ouvrage, paru en 1890, qu’il leur consacra reçut la médaille d’argent de la Société impériale russe de géographie26. Enfin, il était correspondant volontaire pour les enquêtes du ministère de l’Agriculture. Il décéda en 1912.

  • 27 Vjac&eslav F. Karavaev, Bibliografic&eskij obzor zemskoj statistic&eskoj i ocenoc&noj literatury s (...)

16Aleksandr S. Gatsisski, né en 1841, fournit un autre exemple de membre érudit d’un comité de province du TsSK. Propriétaire foncier dans la province de Nijni Novgorod, il était membre de l’assemblée de son zemstvo27. Actif dans la vie publique locale, il fit partie de l’équipe de responsables à la tête de la municipalité de Nijni Novgorod. Il consacra l’essentiel de ses travaux à la description du territoire et à l’histoire de cette province. En 1870, il publia une carte de celle-ci sur laquelle étaient mentionnés les principaux types de sols et les activités les plus importantes. À partir de la fin des années 1880, ses travaux d’histoire locale s’inscrivirent dans l’esprit de ceux des commissions scientifiques régionales des archives nouvellement créées. Lui-même était président de celle de Nijni Novgorod.

  • 28 Niz&egorodskij sbornik (Recueil de Nijni Novgorod).

17En 1893, quand il mourut, à l’âge de 52 ans, il était secrétaire du comité de statistique de la goubernia. À ce poste depuis 1876, il avait impulsé une activité de publication régulière de recueils d’études locales28. Bien qu’abordant différents aspects de la vie de la province, les dix tomes publiés entre 1876 et 1891 donnent une large place à l’observation de ses caractéristiques économiques. Ainsi, comme A. N.Minkh, A. S. Gatsisski conjugua une très forte activité dans le comité avec celle non moins grande qu’il déploya au sein de la commission des archives. Ceci semble avoir été un trait commun à beaucoup de membres actifs des comités locaux du TsSK à partir de la fin des années 1880. Quand les budgets des comités se révélèrent insuffisants pour financer la collecte de données statistiques courantes et des études plus approfondies sur leur province, ces hommes, qui, bien souvent, avaient été à l’origine de la création des commissions des archives locales, concentrèrent leur activité dans celles-ci.

Une activité d’édition diversifiée

  • 29 Pamjatnaja kniz&ka
  • 30 Adres-kalendar’

18Les comités statistiques de goubernia avaient toute liberté pour éditer des recueils locaux parallèlement aux publications régulières destinées au Comité central. Toutefois, ces dernières l’emportèrent largement. La conception des premiers ouvrages, baignée par « l’enthousiasme » statistique de la période, semble avoir laissé la place, à la fin des années 1880, à une forme plus chiffrée, certes, de l’information diffusée, mais aussi à des publications dont le contenu était de plus en plus éloigné d’un essai de compréhension globale d’une province à partir de descriptions totales, détaillées et variées. La forme ethnographique des premières études statistiques fut progressivement abandonnée au profit d’une collecte et d’une transmission purement administratives des données. L’Agenda de la goubernia29 et L’Almanach de la goubernia30 étaient essentiellement des recueils annuels d’informations pratiques à usage local, dans lesquels on pouvait trouver, entre autres, l’adresse des principales administrations et des principaux responsables et fonctionnaires de la province, les tables des horaires du lever et du coucher du soleil, la liste des villes accompagnée de leur distance kilométrique au chef-lieu de la province et à la capitale russe, la chronologie des événements de la région jugés les plus importants, la liste et les adresses des établissements industriels et des magasins, échoppes et entrepôts du chef-lieu. Dans chaque province, le comité devint alors un rouage local, au sens plein du terme, de l’administration statistique d’État.

19La faiblesse de leurs moyens financiers explique en grande partie le caractère discret de la production statistique des comités provinciaux à partir des années 1890. Néanmoins, cela n’explique pas tout. En fait, leur conception, sur le modèle des sociétés d’érudits locaux, rencontrait ici ses limites. L’activité d’amateurs, même éclairés, ne suffit plus dès qu’il fallut faire face à l’exigence d’une publication régulière de données chiffrées. Les forces vives pour ce travail se résumaient au secrétaire du comité et à un employé aux écritures. Les membres actifs du comité, nobles ou fonctionnaires représentant les administrations de la province, participaient peu à cette activité. L’insuffisance de personnel s’ajouta à la faiblesse du financement. Dans le contexte des transformations que commençaient à connaître la théorie et la pratique statistiques, quelle part effective ces amateurs pouvaient-ils prendre à des travaux qui allaient demander de plus en plus de savoir et de savoir-faire en statistique ? Tant que la réalisation d’études à caractère ethnographique a constitué une part importante de la production statistique locale, ils ont fourni un apport humain suffisant aux comités. Le pouvaient-ils encore quand, à partir des années 1890, il fallut avant tout produire une information chiffrée ?

  • 31 Sur le rôle du champ réformateur dans le développement des enquêtes statistiques en France à cette (...)

20Dans les pays de l’Europe de l’Ouest, un processus de professionnalisation de la production des données chiffrées s’est engagé à la fin du xixe siècle, à la suite du développement des enquêtes statistiques dans différentes sphères de l’activité sociale31. Les amateurs éclairés ont progressivement laissé la place à des professionnels des enquêtes et du calcul. En Russie, le mouvement de professionnalisation de la statistique administrative entamé à la fin du xixe siècle ne fut pas l’œuvre des statisticiens de l’État, mais de ceux des institutions territoriales des zemstva.

La statistique régionale des zemstva

Une administration à la recherche de chiffres

21En transférant à des assemblées territoriales provinciales la charge d’organiser et de financer certains services obligatoires, mais aussi des domaines laissés à leur propre initiative, la législation de 1864 sur le Statut des zemstva a donné une impulsion décisive à une forme de statistique régionale parallèle à celle de l’État.

Un champ d’action large

  • 32 Le canton rural, volost, ne disposait pas d’une assemblée spécifique.
  • 33 Pour plus de précisions sur le fonctionnement des zemstva, voir R. Philippot, op. cit. ; voir égal (...)

22Les assemblées territoriales, appelées zemstva, furent créées à deux échelons territoriaux, celui de la province (goubernia) et celui de chaque district rural (ouezd)32. L’assemblée de la province, qui était constituée de délégués des différentes assemblées de district élus pour trois ans, désignait en son sein un conseil exécutif composé de deux à six membres. Les assemblées tenaient une session ordinaire une fois par an, et le conseil administrait, de manière permanente, les affaires de la compétence du zemstvo de la province33.

  • 34 Article premier du Statut de 1864.

23D’après la loi, les zemstva devaient « gérer les intérêts économiques locaux de leur province ou de leur district34 ». Leurs attributions s’étendaient aussi à des domaines sociaux, comme l’éducation et la santé, dans lesquels une initiative totale leur était laissée. Parmi les charges obligatoires, on trouvait notamment la fourniture et l’entretien de divers bâtiments et locaux administratifs, ainsi que des routes, la gestion des réserves de grains, de l’assurance mutuelle contre l’incendie dans les villages et du système de prévoyance sociale, de manière générale, sans oublier le logement des fonctionnaires de police. L’ampleur de leur intervention imposa deux contraintes aux zemstva, trouver les ressources pour financer leurs dépenses, au moyen de la fiscalité, mais aussi les informations dont ils avaient besoin pour décider et agir. Cette double nécessité les poussa à organiser rapidement des enquêtes statistiques sur l’ensemble de leur territoire.

  • 35 Voir R. Philippot, op. cit., p. 32-35.

24Ils avaient besoin de données aussi variées que celles concernant la situation démographique, le niveau d’alphabétisation de la population, son état sanitaire, la situation de son approvisionnement alimentaire, des récoltes et des troupeaux, ou bien encore des moyens de communication de la province. Leur situation financière nécessita d’effectuer un autre type d’enquêtes. En effet, au cours des premières années de leur existence, la majeure partie de leur activité, au minimum 85 %, était financée par les recettes fiscales35. Les trois-quarts de la charge fiscale étaient supportés par la terre, qu’elle fût privée ou collective. La nécessité d’améliorer le rendement de l’impôt et d’établir une imposition juste, tant du point de vue de l’estimation de la valeur des biens que de l’équité fiscale, exigea d’organiser des enquêtes sur la situation économique des paysans et les revenus des propriétés foncières et immobilières.

25Poussés par le besoin de disposer au plus vite des informations chiffrées nécessaires pour orienter leur action, les conseils des zemstva recrutèrent très tôt des statisticiens pour collecter ces données et les traiter.

À la recherche d’un personnel spécialisé

26Dès ses débuts, l’organisation de la production statistique des zemstva s’est différenciée de celle des comités de goubernia du TsSK de deux manières principales. En premier lieu, le recueil des données dans les districts ruraux reposa d’emblée sur un réseau de statisticiens recrutés spécialement pour cette tâche, et non pas sur des officiers d’administration chargés de recopier et de transmettre des informations extraites de bordereaux administratifs. À une conception différente du travail correspondirent également des méthodes et un personnel différents. La direction des travaux statistiques elle-même fut envisagée d’une tout autre manière. Alors que le secrétaire local du comité du TsSK jouait de plus en plus le rôle d’un administrateur plutôt que celui d’un responsable scientifique des travaux effectués, de leur côté, les zemstva s’efforcèrent de recruter comme directeur des enquêtes statistiques un homme qui avait déjà une expérience professionnelle dans ce domaine.

  • 36 GASO (Archives d’État régionales de Saratov), f. 1, op. 1, d. 3644, l. 1 et ll. 21-21ob.
  • 37 V. F. Karavaev, op. cit.

27Ce fut le cas, par exemple, du premier directeur des études statistiques du zemstvo de Saratov, Leonid S. Litchkov, recruté en septembre 1882. Ancien étudiant de l’Académie d’agriculture Petrovski, il avait, tout d’abord, travaillé dans l’administration du gouverneur d’Arkhangelsk, puis, de février 1881 à août 1882, conduit les enquêtes statistiques de la province de Riazan36. Il était, par ailleurs, membre actif de la Société juridique de Moscou. Les premières études qu’il dirigea à Saratov purent ainsi bénéficier de l’expérience des premiers enregistrements par feu effectués dans la province de Riazan. Nikolaï N. Romanov, Nikolaï F. Annenski, Ippolit A. Verner et Alekseï V. Pechekhonov étaient également des statisticiens expérimentés quand, respectivement, ils ouvrirent les bureaux des zemstva de Viatka, en 1874, Kazan, en 1883, Koursk, en 1883, et Kalouga, en 189637.

  • 38 Voir V. F. Karavaev, ibid., et Obs&c&ie osnovanija voprosa ob ob’’edinenii tekus&c&ej zemskoj stat (...)

28Dès les années 1870, les premiers directeurs de bureaux statistiques des zemstva cherchèrent à recruter un personnel spécialisé. Ils embauchèrent comme statisticiens des individus possédant soit une formation universitaire, soit une expérience professionnelle acquise dans d’autres bureaux, soit les deux. Ces règles s’appliquèrent également, autant que possible, au choix des statisticiens affectés dans des districts ruraux, quand de tels postes furent créés, comme dans les provinces de Kherson, Koursk ou Saratov38. Le personnel affecté aux tâches de calcul était recruté sur place et n’avait le plus souvent qu’un niveau de l’enseignement secondaire. Contrairement aux comités de province du TsSK, les bureaux de statistique des zemstva étaient composés de personnes dont, à quelque niveau que ce fût, le travail statistique était l’activité professionnelle exclusive.

  • 39 L’expression est de R. Philippot, op. cit., p. 34-35.
  • 40 Le cas le plus connu est celui de la fermeture du bureau de Koursk après le conflit qui opposa, en (...)

29Toutefois, l’implantation de ces bureaux ne se fit pas au même rythme dans toutes les provinces. Tout comme leur développement ensuite, elle fut soumise au degré de détermination, dans ce domaine, des membres des assemblées et des conseils des différents zemstva et aux ressources financières de ceux-ci. Dans un contexte d’» impécuniosité permanente39 », les bureaux de statistique furent confrontés, dans la seconde moitié des années 1880 et au début des années 1890, à des difficultés de financement qui freinèrent leur activité. Certains virent même leur activité suspendue temporairement, en particulier quand il y eut des oppositions ou des conflits graves entre statisticiens et administrateurs40.

Des enquêtes de professionnels

De la description à l’analyse

  • 41 À ce sujet, voir Irina I. Eliseeva, Boris G. Plos&Ko, Istorija statistiki (Histoire de la statisti (...)
  • 42 J’ai choisi de traduire l’expression podvornaïa perepis par celle de recensement par ménage plutôt (...)

30Trois périodes peuvent être distinguées dans l’évolution des méthodes pratiquées dans les bureaux statistiques des zemstva à partir des années 187041. Les années 1870-1894 virent la réalisation d’un très grand nombre de recensements par ménage42. La période 1894-1900 s’est caractérisée par un développement des statistiques courantes, bien que de manière inégale selon les provinces, et par la généralisation, dans un objectif fiscal, des études d’estimation de la valeur des biens fonciers et immobiliers. Une priorité fut accordée à celles-ci après 1900.

  • 43 M. Mespoulet, « Du tout à la partie. …» art. cit.

31À partir des années 1890, la statistique courante s’étendit à des domaines aussi divers que l’agriculture, l’instruction, la santé ou l’activité de la petite industrie artisanale. De manière générale, la période 1900-1917 a été marquée par une forte diversification des objets, des domaines d’application et des méthodes de la statistique. Dans ce tableau d’ensemble, les recensements par ménage soulevèrent de nombreuses questions méthodologiques dont la résolution donna lieu parfois à de réelles innovations, les premières enquêtes par sondage en particulier43.

La diffusion des recensements par ménage

  • 44 Nikolaj A. Svavickij, Zemskie podvornye perepisi (Les recensements par ménage des zemstva), Moscou (...)
  • 45 Ibid., p. 32-36. Le recensement de la province de Samara, par exemple, était bien connu des statis (...)

32La réalisation des premiers recensements par ménage a été la principale innovation méthodologique de la statistique des zemstva pendant les années 1870 et 188044. Toutefois, des enquêtes de ce genre avaient déjà été effectuées par quelques comités de province du TsSK à la fin des années 1860 et au début des années 187045. Les statisticiens des zemstva en ont systématisé l’usage et perfectionné la méthodologie. Ils ont organisé des enquêtes exhaustives sur l’ensemble du territoire des différents districts ruraux d’une province afin de dresser un tableau aussi complet que possible de la production et des conditions de vie des foyers de paysans. Ici, le terme de recensement (perepis) était donc utilisé pour une échelle de territoire plus réduite que celle, plus habituelle, d’un pays tout entier.

  • 46 Sur l’organisation des recensements en Europe à cette époque, voir J. et M. Dupâquier, op. cit.

33Conduits district par district, les recensements par ménage n’étaient pas des recensements en un jour46. Ils s’échelonnaient sur plusieurs années. Il n’y avait donc pas de simultanéité des opérations de collecte des données à l’échelle de l’ensemble d’une province. Il n’y en avait pas non plus dans chaque district, les enquêtes durant plusieurs mois. En ce sens, l’utilisation du terme « recensement » par les statisticiens russes, à cette époque, peut paraître erronée. Toutefois, il ne s’agissait pas non plus de simples dénombrements, l’objectif étant de procéder à une collecte des données aussi exhaustive et précise que possible pour mener ensuite une analyse de l’économie paysanne et de l’organisation de l’activité artisanale rurale.

34L’organisation de vastes programmes d’observation a stimulé l’apprentissage de nouvelles méthodes d’enquête et nécessité de nouvelles compétences. Elle a exigé également le recrutement d’un personnel nombreux ainsi que la mise en place de véritables bureaux de statistique et d’un début de rationalisation du travail. Une répartition des tâches s’instaura entre des équipes affectées à des territoires d’enquête différents, ainsi qu’entre les statisticiens qui effectuaient les enquêtes sur le terrain et le personnel qui calculait les données dans le bureau de statistique.

35Le développement de la pratique des recensements par ménage marqua une étape supplémentaire dans l’institutionnalisation de la production statistique des zemstva en intégrant cette activité dans l’activité courante de ces administrations. Un pas essentiel fut fait avec l’octroi d’un personnel, d’un budget et de locaux spécifiques. La phase finale du processus fut représentée symboliquement par l’inscription d’une place précise dans l’organigramme administratif de ces institutions et l’octroi du nom de département ou de bureau. Toutes ces caractéristiques étaient présentes formellement dans un grand nombre de zemstva dans la seconde moitié des années 1880.

36Toutefois, ce sont les deux lois sur l’estimation de la valeur des propriétés, promulguées par l’État en 1893 et 1899, qui engagèrent définitivement leurs bureaux de statistique sur la voie de l’institutionnalisation.

Le développement des études statistiques d’évaluation

  • 47 « Pravila ob ocenke nedviz&imih imus&c&estv dlja obloz&enija zemskimi sborami » (Règles concernant (...)

37La réalisation des études d’évaluation des biens fonciers et immobiliers inaugura une nouvelle étape dans le développement de la production statistique des zemstva et dans l’évolution de son organisation institutionnelle. La loi du 8 juin 189347 sur les règles d’estimation de la valeur des biens fonciers donna une impulsion décisive à la pratique de ce type d’enquêtes. Elle indiquait les règles à suivre pour estimer la valeur des biens fonciers et immobiliers pour établir les impôts locaux. En fixant des critères identiques pour estimer la valeur des propriétés foncières et immobilières à la campagne et à la ville, le décret d’application du 4 juin 1894 plaça les travaux d’estimation foncière des zemstva sous le contrôle des administrations d’État. Des commissions de contrôle furent alors créées à l’échelon de chaque district et de la province, pour juger de la conformité de ces études avec les critères établis par le ministère des Finances. Placées sous la présidence du gouverneur local, elles étaient composées de représentants de ministères de l’État et du zemstvo local. En cas de désaccord, la décision finale était prise par le ministère des Finances en accord avec le ministère de l’Intérieur.

  • 48 Voir R. Philippot, op. cit., p. 32-35.

38Les nouvelles contraintes imposées par le gouvernement central engagèrent un peu plus les bureaux de statistique des différentes provinces dans la voie de l’homogénéisation des grilles d’observation et des questionnaires d’enquête. D’autre part, elles poussèrent les conseils des zemstva à chercher à améliorer la précision de l’estimation des biens fonciers et immobiliers. Cette question était d’autant plus importante que le financement de leur activité reposait essentiellement sur les rentrées fiscales locales et qu’ils étaient confrontés à une efficacité insuffisante du recouvrement de l’impôt48. La fraude des propriétaires fonciers et l’insolvabilité des paysans, qui s’exprimait par des arriérés d’impôts, contribuaient à réduire les recettes. Pris entre les contraintes de la nouvelle loi et la nécessité d’augmenter le rendement de la collecte de l’impôt, les zemstva créèrent des services de statistique spécialisés dans l’estimation de la valeur des propriétés foncières et immobilières afin de définir l’assiette fiscale au plus juste. Ils recrutèrent des statisticiens expérimentés et spécialisés dans cette tâche.

39La loi du 18 janvier 1899 fit franchir une nouvelle étape dans ce domaine. Les études d’estimation continuèrent à être organisées par les zemstva, mais leur financement fut pris en charge par le budget de l’État sous la forme du versement d’une subvention annuelle de 24 000 roubles à chaque zemstvo. Cette somme permit aux zemstva de disposer, à partir de 1900, de budgets stables, dans certains cas plus élevés qu’auparavant, pour leurs travaux statistiques. Leurs enquêtes lourdes furent ainsi subordonnées à la tâche d’estimation fiscale des propriétés.

40En imposant la réalisation des enquêtes d’estimation à l’ensemble des zemstva, la loi de 1893 avait obligé ceux qui n’avaient pas de services spécialisés de statistique à en ouvrir ou à rouvrir ceux qui avaient été fermés. Ainsi, alors que seul un zemstvo sur deux disposait d’un bureau de statistique au début des années 1890, tous en avaient après 1895. En décidant de faire financer ces enquêtes entièrement par l’État, la loi de 1899 dégagea ces bureaux de la tutelle financière locale de leur zemstvo pour ces travaux. Ainsi, comme en témoigne un ancien directeur de bureau, Vladimir A. Obolenski, elle contribua à renforcer leur indépendance institutionnelle en favorisant une gestion qui devint progressivement plus autonome à l’intérieur même de l’administration d’un zemstvo :

  • 49 Vladimir A. Obolenskij, Moja z&izn’. Moi sovremenniki (Ma vie. Mes contemporains), Paris, YMCA Pre (...)

« Formellement les statisticiens étaient subordonnés à leur directeur de bureau, et ce dernier l’était au conseil du zemstvo, qui lui-même était responsable devant l’assemblée du zemstvo. Dans les faits, les relations entre les uns et les autres prirent une autre tournure : habituellement, quand ils entraient en fonction, les directeurs de bureaux statistiques présentaient leur programme d’enquêtes devant l’assemblée du zemstvo et se faisaient garantir une autonomie complète dans le travail qui leur était confié et l’indépendance vis-à-vis du conseil du zemstvo. Les conseils acceptaient volontiers ces conditions, d’autant plus volontiers que l’argent pour les enquêtes statistiques venait du Trésor public et que le contrôle de ces travaux était confié par la loi aux commissions d’estimation. En accordant une autonomie aux directeurs des bureaux, les conseils leur transférèrent la responsabilité dans la conduite de cette affaire devant les assemblées des zemstva. Dans la majorité des assemblées des zemstva, l’habitude fut prise d’inviter le directeur du bureau de statistique à participer à leurs réunions avec une voix consultative. Dans les débats relatifs à la statistique, habituellement, le président et les membres du conseil d’un zemstvo observaient une attitude de neutralité, et la responsabilité et tout le poids de la défense des travaux d’estimation retombaient sur le directeur du bureau de statistique49. »

41Cette forme d’autonomisation alla de pair avec une spécialisation de plus en plus forte du travail et du personnel et une augmentation des effectifs des bureaux. Or, plus le collectif grossit, plus il tend à faire corps.

  • 50 À la suite de la promulgation du nouveau Statut des zemstva, en 1890, le contrôle administratif de (...)
  • 51 Materialy dlja ocenki zemel’.
  • 52 En 1925, V. A. Feofarov était statisticien dans le bureau de Pskov.

42Si la loi de 1899 eut pour résultat d’orienter les travaux des bureaux statistiques des zemstva principalement vers des études d’estimation immobilière et foncière, dans un contexte de renforcement de la centralisation et du contrôle de l’État50, les statisticiens n’en cherchèrent pas moins à poursuivre leur observation du changement économique et social dans les campagnes, comme en témoignent leurs recueils intitulés Matériaux pour l’estimation des terres51. Différents témoignages d’anciens statisticiens des zemstva concordent : dans la plupart des cas, ceux-ci s’efforcèrent d’intégrer une étude des conditions socio-économiques de la paysannerie à ces enquêtes. V. A. Feofarov52 le rappelait, en 1925, dans son hommage aux travaux de Grigori I. Baskine :

  • 53 V. A. Feofarov, « G. I. Baskin i znac&enie nekotoryh ego rabot » (G. I. Baskine et l’importance de (...)

« La statistique des zemstva a toujours posé et résolu les questions d’estimation et d’imposition non pas d’un point de vue bureaucratique ou étroitement fiscal, mais en lien très étroit avec une étude diversifiée et approfondie de l’activité socio-économique en général, et rurale et agricole en particulier53. »

43Une explication de cette pratique est fournie par V. A. Obolenski :

  • 54 V. A. Obolenskij, op. cit., p. 152.

« Cela était très important car ce qui nous avait amenés à la statistique des zemstva était la possibilité d’étudier la vie économique de la paysannerie, mais en aucun cas la tâche d’estimation des propriétés immobilières. Et, jouant de la complète ignorance dans ce travail de nos patrons des zemstva et des bureaucrates de l’État, parallèlement aux travaux à pur caractère d’estimation, nous collections et traitions, en contrebande, des données économiques extrêmement intéressantes et utiles qui n’avaient toutefois rien à voir avec la tâche qui nous était confiée54. »

44Dépassant le simple objectif fiscal, ces enquêtes ont contribué à dresser un tableau socio-économique, souvent fort riche, des campagnes russes avant 1917. En utilisant l’estimation de la valeur des terres comme support d’une étude plus large, elles ont fourni des analyses sur la physionomie générale de l’agriculture russe, sa structure par types d’exploitations et son système de production, mais aussi sur les différentes couches sociales et l’influence de différents facteurs démographiques et sociaux sur la production.

La statistique courante et le correspondant volontaire

  • 55 Voir V. F. Karavaev, Obs&c&ie osnovanija…, op. cit.
  • 56 Voir notamment Vitalij F. Abramov, « Zemskie dobrovol’nye korrespondenty » (Les correspondants vol (...)

45La collecte des données de la statistique courante commença à se développer dans quelques zemstva, à partir du début des années 188055. Ce fut le cas, par exemple, dans celui de Koursk, qui publia de telles données dans divers domaines dont l’agriculture, la santé et l’éducation. Toutefois, dans la majeure partie des zemstva, cette activité ne démarra réellement qu’à partir de la seconde moitié des années 1880, dans certains au début des années 1890 seulement. Le recueil d’informations sur l’agriculture devint très vite le domaine privilégié de ce type d’enquêtes, sans pour autant exclure d’autres branches, bien que de manière inégale selon les provinces. À l’instar d’autres pays à la même époque, la collecte des données de la statistique agricole courante était effectuée par l’intermédiaire d’un réseau de correspondants volontaires qui vivaient dans les campagnes56. Qui étaient-ils ? Des hommes alphabétisés avant tout.

  • 57 Cf. V. F. Abramov, ibid.
  • 58 Un tableau concernant 16 provinces à la fin des années 1890 a été placé en annexe.
  • 59 V. F. Karavaev, Obs&c&ie osnovanija…, op. cit., p. 33.

46Combien étaient-ils ? Établir une évaluation précise de leur effectif réel à cette époque n’est pas chose facile. En effet, d’une part, ils ne répondaient pas tous à chaque demande d’informations de la part de leur zemstvo, rien ne les y obligeant ; d’autre part, le nombre de questionnaires envoyés variait selon les enquêtes. Enfin, quand on peut disposer de listes d’individus, elles ne sont pas toujours mises à jour et les dates sont très disparates, ce qui rend difficile la construction d’un tableau de synthèse relatif à différentes provinces. En réalité, une forte disparité des situations existait d’un zemstvo à l’autre57. Bien que cela ne soit pas une règle absolue, les réseaux de correspondants les plus denses caractérisaient, en général, les zemstva qui possédaient des bureaux de statistique anciens58. Ceux-ci avaient réussi, grâce à la présence régulière de statisticiens dans les districts ruraux, soit de manière permanente, soit à l’occasion des expéditions, à attirer un nombre plus important de personnes volontaires. Dans ce cas, l’effectif des correspondants pouvait être nettement supérieur à 1 000 individus, alors qu’il arrivait à peine à 300 dans d’autres provinces. La part des paysans dans ce groupe était également très variable d’une province à une autre59.

47Recrutés parmi les habitants du lieu où se déroulaient les enquêtes, les correspondants avaient pour tâche de remplir les questionnaires reçus du bureau de statistique dont ils dépendaient sur la base de leur propre observation du milieu dans lequel ils vivaient. Ceci explique le principe de base de leur recrutement : ils devaient obligatoirement vivre sur le territoire de l’enquête et, autant que possible, exercer une activité qui en fît des observateurs privilégiés de leur milieu de vie. En 1909, le membre du conseil du zemstvo de Saratov chargé de suivre les études du bureau statistique, Ivan I. Panfilov, exposait cette nécessité à ses collègues :

  • 60 GASO, f. 5, op. 1, d. 2633, l. 50.

« Le contingent des correspondants chargés de communiquer les informations doit être composé de personnes qui vivent de manière permanente dans le lieu précis de l’enquête et, de préférence, de celles qui, du fait du contexte de leur vie et de leur activité, sont des observateurs permanents des phénomènes environnants comme, par exemple, les membres du clergé rural, les propriétaires fonciers, les paysans, les agents d’assurance du zemstvo, les médecins, les instituteurs, les vétérinaires, les propriétaires d’établissements commerciaux et industriels et autres60. »

48La nécessité du volontariat et du bénévolat de chaque correspondant était justifiée de la manière suivante :

  • 61 Ibid., l. 51.

« Le travail des correspondants évidemment doit être volontaire; aucune contrainte dans la communication des informations répondant aux questions sur la vie locale, quelle qu’en soit la forme d’expression, ne peut être admise. Dès lors, le travail des correspondants n’a de valeur que lorsque les individus qui ont accepté de le faire l’exécutent de leur plein gré, dans l’intérêt de cette tâche, et non en escomptant de recevoir une rétribution en argent ; dans le cas contraire, quand il y a paiement du travail des correspondants, le danger peut toujours exister qu’entrent dans le groupe des correspondants des individus qui sont intéressés non pas par le contenu lui-même du travail, mais par la rémunération fixée pour cette tâche ; et, de ce fait, le travail de ces personnes reviendra à un compte rendu purement formel61. »

  • 62 Voir N. M. Vinogradova, art. cit. Au sujet de la conception du rôle des correspondants volontaires (...)

49Seul l’intérêt du correspondant pour la tâche à effectuer pouvait garantir le sérieux des informations transmises. Le volontariat et l’absence de rémunération étaient la condition indispensable à cela. En fait, les statisticiens des zemstva ont emprunté au ministère de l’Agriculture russe cette conception du rôle et des qualités nécessaires du correspondant volontaire, que lui-même avait adopté, au début des années 1880, en s’inspirant de l’exemple fourni par les États-Unis, l’Angleterre et la Prusse62. Le ministère s’appuya particulièrement sur l’expérience américaine, dont il reprit notamment l’attention portée à une formation élémentaire à la statistique de ces agents volontaires. Dans les zemsta, un abonnement aux recueils statistiques leur était offert à cette fin:

  • 63 GASO, f. 5, op. 1, d. 2633, l. 51.

« Afin d’encourager le travail des correspondants, il faut décider de leur fournir de manière obligatoire les recueils annuels publiés par le bureau de statistique, grâce auxquels ils prendront connaissance de la situation de la province chaque année ; en outre, en guise de prime, il faut, à la fin de chaque année, leur envoyer les productions écrites concernant les questions qui les intéressent ou bien leur donner le droit de recevoir, l’année suivante, les journaux et revues, dans la limite de la somme qui sera allouée à cet effet par l’assemblée63. »

50Cette information minimale, à défaut d’une réelle formation, visait à familiariser les correspondants avec l’esprit du travail à effectuer. Ils devaient réunir les renseignements concernant chaque village ou chaque domaine en suivant les consignes indiquées dans le programme d’enquête envoyé par le bureau de statistique, puis ils les lui envoyaient. Dans les années 1880 et au début des années 1890, le formulaire d’enquête se présentait sous la forme d’une série de questions concernant chaque village. Les correspondants devaient le remplir à partir de leurs propres observations et des questions qu’ils posaient eux-mêmes aux habitants du lieu pour obtenir les informations dont ils faisaient ensuite une synthèse. Les questions concernaient la production agricole d’un village et étaient classées en rubriques.

  • 64 GASO, f. 421, op. 1, d. 972, ll. 1- 2ob.
  • 65 N. M. Vinogradova, art. cit., p. 50-51.

51Par exemple, la première partie du formulaire d’enquête de l’hiver et du printemps 1892 du bureau de Saratov comportait dix rubriques64. Celles-ci comprenaient plusieurs questions portant sur les conditions météorologiques, sur l’état du blé, des herbages, des semences, des légumes et des arbres fruitiers, sur le montant des gages des travailleurs journaliers, sur le niveau d’approvisionnement alimentaire des paysans, sur la composition et l’état du troupeau, sur le prix de vente du bétail et de la viande et les marchés de bétail fréquentés, sur le type de petite industrie artisanale existant et les revenus procurés ainsi aux paysans. Outre cela, chaque correspondant propriétaire foncier ou paysan devait donner une estimation des récoltes sur sa propre exploitation65.

52En raison de la méthode d’observation utilisée, une relation de confiance devait exister entre le bureau de statistique et ses correspondants. S’apparentant bien plus à une grille d’observation qu’à un questionnaire précis, les formulaires d’enquête exigeaient, en effet, distance et discernement de la part de celui qui devait les remplir. En tout état de cause, cela ne pouvait lui être imposé. D’un autre côté, les statisticiens étaient obligés de lui faire confiance s’ils voulaient exploiter les informations fournies sans craindre de grosses erreurs. Pour réduire le plus possible ce risque, des indications étaient données sur la manière de remplir les différentes rubriques du formulaire d’enquête :

  • 66 GASO, f. 421, op. 1, d. 972, l. 2ob

« Il est souhaitable que les correspondants ne se limitent pas aux questions du guide d’enquête, mais qu’ils communiquent également les résultats de leur expérience dans le domaine du fumage de la terre, de l’irrigation des champs et des jardins, de la culture de la terre, de l’utilisation de nouvelles semences, d’autres observations de la production et de l’économie agricole, et qu’ils fassent une description de leurs propres terres, ainsi qu’un compte rendu de leurs observations météorologiques sur cette année-ci et les années passées.
Les questions du formulaire qui, pour une raison ou une autre, présentent une quelconque difficulté pour les correspondants peuvent être laissées sans réponse. En cas de manque de place, les réponses peuvent être écrites sur une feuille séparée, sur laquelle il suffit juste de noter par un chiffre le numéro de la question66. »

  • 67 À ce sujet, voir E. Didier, op. cit.

53À cause précisément de leur statut, le rôle des correspondants volontaires fut l’objet de nombreux débats entre statisticiens. Si des critiques ont souvent été formulées sur le degré de fiabilité des informations qu’ils transmettaient, en revanche leur rôle d’observateur et d’informateur de première main sur l’économie et la vie quotidienne des campagnes russes de cette époque fut toujours mis en avant. L’observation demeurait encore très proche des premières formes de la description statistique, même si quelques chiffres s’y mêlaient çà et là. À la fois enquêteur et enquêté, le correspondant jouait un rôle d’intermédiaire entre la population et les statisticiens dans le processus même de la production des données agricoles67. D’un côté, son statut d’observateur privilégié issu du milieu même de l’enquête rappelait la pratique ethnographique, d’un autre côté, son rôle de fournisseur de chiffres le rapprochait de la pratique statistique. Au statisticien du zemstvo revenait ensuite la charge de composer et de publier la synthèse des différents rapports de correspondants. En dernier ressort, c’est le professionnel qui jugeait du degré de pertinence et de fiabilité des informations fournies par ceux-ci.

Un usage large de la statistique

Une production diversifiée

54Conséquence d’une activité très éclatée entre différentes institutions, la production statistique russe offrait un visage très diversifié à la veille d’Octobre 1917, au niveau régional comme au niveau national. Parallèlement au TsSK et à ses comités de goubernia, certains ministères produisaient des données à l’échelle locale comme à l’échelle nationale. Quant aux zemstva, leurs différentes directions administratives organisaient bien souvent, en dehors du bureau de statistique lui-même, des enquêtes répondant à leurs propres besoins, et disposaient d’un personnel spécifique pour cela. C’était le cas tout particulièrement des départements de l’Instruction publique et de la Santé.

  • 68 Voir V. F. Abramov, « Zemskaja statistika : organizacija i praktika » (La statistique des zemstva  (...)

55À partir des années 1890, de véritables services de statistique scolaire furent créés dans certains zemstva, par exemple dans celui de Tver en 189368. Une statistique de l’école se développa progressivement dans beaucoup de provinces et aboutit à la convocation d’un congrès des zemstva à ce sujet, à Kharkov, entre le 12 et le 18 juin 1913. De nombreux travaux sur le niveau d’alphabétisation de la population furent également effectués.

Une statistique sanitaire à usage professionnel

  • 69 À ce sujet, voir Samuel C. Ramer, « The zemstvo and public health », in T. Emmons and W. S. Vucini (...)
  • 70 Spécialiste de la statistique des récoltes, Vladimir M. Oboukhov (1873-1945) travailla comme stati (...)
  • 71 Sur le rôle du contexte institutionnel des zemstva dans le développement de l’organisation du syst (...)

56La statistique de la santé connut un développement précoce et rapide dans l’ensemble des zemstva. Confrontés à l’obligation d’organiser un réseau de services médicaux dans leurs districts ruraux, leurs conseils recrutèrent beaucoup de médecins et d’auxiliaires médicaux, et organisèrent des enquêtes pour connaître le plus finement possible l’état sanitaire de la population de leur province et son évolution69 Un bureau de statistique sanitaire fut créé dans chaque zemstvo. Les enquêtes étaient conduites la plupart du temps par les médecins dans leurs circonscriptions. Tout médecin était un statisticien en puissance, collectant des données sur la santé publique et la mortalité en même temps qu’il délivrait des soins. Parfois, ces enquêtes furent menées par des statisticiens. Vladimir M. Oboukhov70 débuta ainsi sa carrière dans le zemstvo de Voronej avant de se spécialiser dans les statistiques agricoles courantes71.

  • 72 Petr I. Kourkine (1858-1934), médecin, est considéré comme un des fondateurs de la statistique san (...)
  • 73 Sergeï M. Bogoslovski (1870-1931), médecin, a, tout d’abord, étudié les conditions de travail des (...)
  • 74 Cette société, créée en 1882, regroupait les médecins russes. Elle organisait régulièrement des co (...)

57Ces enquêtes se présentaient principalement sous la forme de descriptions monographiques d’une population donnée qui, outre l’étude des conditions sanitaires et des causes sociales, notamment professionnelles, des maladies, analysaient la natalité, la mortalité et le mouvement naturel. Le bureau de statistique sanitaire du zemstvo de Moscou se distingua particulièrement dans ce genre d’études. Dès les années 1880, Petr I. Kourkine publia des travaux sur les décès ayant une origine professionnelle72. Un peu plus tard, Sergeï M. Bogoslovski étudia la répartition des maladies selon les groupes professionnels73. Des congrès locaux et nationaux coordonnaient les programmes d’enquêtes et les méthodes d’observation. La Société Pirogov74 joua un rôle fondamental dans ce domaine. Elle impulsa de nombreuses études de statistique sanitaire et, à partir de 1900, définit des programmes et des méthodes d’enquête uniformes pour l’ensemble du pays, en particulier à la suite de l’élaboration et de l’adoption d’une nomenclature des maladies en 1899. Des revues spécialisées se faisaient régulièrement l’écho de ces différents travaux.

58Pour les médecins des zemstva, la production des données statistiques répondait à un souci d’efficacité professionnelle. Souvent isolés dans les campagnes, disposant de peu de moyens, ils cherchaient à comprendre les origines des maladies pour pouvoir intervenir en amont, en améliorant les conditions de travail et de vie des paysans et des ouvriers. Sur la base des données collectées par les médecins dans les campagnes et les entreprises, les bureaux de statistique sanitaire de différents zemstva ont laissé des travaux démographiques d’une très grande richesse.

59On peut citer en exemple les travaux dirigés par Nikolaï I. Teziakov dans les zemstva de Voronej, puis de Saratov entre 1897 et 1905. Dans la présentation qu’il fit, en 1904, de son étude sur les causes de la mortalité infantile dans la province de Saratov devant le congrès des médecins de celle-ci, il exposa la méthodologie qu’il avait appliquée :

  • 75 Nikolaj I. Tezjakov, Materialy po izuc&eniju detskoj smertnosti v Saratovskoj gubernii s 1899 po 1 (...)

« Seules des observations systématiques sur les affections et la mortalité de la population couvrant une période plus ou moins longue, et confrontées avec les conditions socio-économiques, topographiques et climatiques, donneront la possibilité de juger quelles situations sanitaires défavorables sont permanentes, avec quelle gravité elles affectent la santé de la population, dans quelle mesure elles peuvent être éliminées, etc. […] C’est pourquoi il est nécessaire d’organiser une statistique correcte des maladies et de la mortalité de la population, prises comme indicateurs de conditions sanitaires mauvaises. […] Donner les caractéristiques générales de l’état de santé précaire de la population de la province de Saratov, indiquer ses traits particuliers, répartir les affections fortes par groupes de maladies dans chaque localité étudiée, cela sera possible également à l’aide du matériel cartographique déjà accumulé et que le département de la Santé va commencer à traiter à partir de cette année. Les données des registres paroissiaux sur les naissances et les décès sont un matériau qui n’est pas moins précieux pour caractériser la situation sanitaire mauvaise de la population de la province de Saratov, travaux que le département de la Santé a pu commencer, dès les premiers jours de son activité, en utilisant les données du comité statistique de la goubernia75. »

  • 76 On peut citer, par exemple, les travaux de William Farr en Angleterre. À ce sujet, voir notamment (...)

60La mortalité et la natalité étaient donc utilisées comme indicateurs privilégiés de la situation sanitaire de la province. Le chiffre démographique devenait un indicateur sanitaire. Croisant les variables, étudiant les variations entre les sexes, entre les âges, entre les nationalités, entre les groupes religieux, entre les périodes, entre ville et campagne, entre les villes, entre les districts ruraux, comparant les résultats principaux avec ceux d’autres provinces, N. I. Teziakov a dressé un tableau d’ensemble et une analyse sociale de la situation démographique de la province de Saratov et des causes de la mortalité. La méthode utilisée rappelle celle de travaux effectués à la même époque dans d’autres pays européens76. Même en province, les travaux statistiques les plus récents d’autres régions ou d’autres pays étaient connus, ce qui témoigne d’échanges réguliers à l’échelle nationale entre statisticiens ou, comme ici, entre membres d’autres professions pratiquant la statistique. Les congrès professionnels et la presse spécialisée ont évidemment joué un rôle majeur dans ce domaine.

61La conception de la production des données statistiques dans un zemstvo ne se résumait donc pas à l’action de son seul bureau de statistique. Tout professionnel ressentait le besoin de collecter des données chiffrées pour disposer des informations nécessaires pour orienter son action. Tout était susceptible de faire l’objet d’une observation statistique, le chiffre était devenu l’information privilégiée. En permettant une utilisation large de la statistique comme instrument professionnel dans leurs différents services, les zemstva ont contribué à en diffuser et populariser la pratique, la faisant sortir des cercles d’érudits ou d’amateurs éclairés dans lesquels le TsSK et ses comités de goubernia la confinaient. Instrument privilégié de connaissance du social, la collecte des données statistiques devint une pratique courante pour différents corps professionnels, à une époque où le processus de professionnalisation du métier de statisticien était engagé, mais où l’accès à la profession n’était pas encore complètement codifié.

Annexe

Effectif des correspondants dans 16 goubernii russes à la fin des années 1890

Effectif des correspondants dans 16 goubernii russes à la fin des années 1890

Source : V. F. Karavaev, Obs&c&ie osnovanija voprosa ob ob’’edinenii tekus&c&ej zemskoj statistiki i obzor programm ee v 25 zemskih gouberniah (Fondements généraux de la question de l’unification de la statistique courante des zemstva et aperçu des programmes d’enquêtes dans 25 provinces administrées par des zemstva), Saint-Pétersbourg, 1899, p. 33.

Notes

1 Harald Westergaard a qualifié ainsi l’effervescence qui a caractérisé le développement de la statistique dans les pays européens au cours des décennies 1830 et 1840. Ces années ont été marquées notamment par l’organisation de sociétés et de nombreux bureaux de statistique. Cf. Harald Westergaard, Contributions to the history of statistics, London, King, 1932.

2 Voir Irina I. Eliseeva, « Stanovlenie pravitel’stvennoj statistiki » (Le développement de la statistique gouvernementale en Russie), Voprosy statistiki, 1, 1994, p. 44-45.

3 Le terme goubernia désignait une province administrative. Ce terme est parfois traduit par gouvernement. Avant 1917, chaque goubernia était administrée par un gouverneur, qui était le représentant de l’État dans la province. Cette fonction était comparable à celle d’un préfet en France.

4 Tsentralnyi statistitcheskii komitet

5 Au singulier, goubernskii statistitcheskii komitet

6 Voir R. Philippot, op. cit.

7 Karl F. German (1767-1838) enseigna la statistique à l’Institut pédagogique de Saint-Pétersbourg, à partir de 1806, et devint académicien en 1810. Ses travaux se caractérisent par un effort de quantification important pour son époque. Il fut le premier à construire une table de mortalité en Russie.

8 Au sujet des congrès internationaux de statistique du xixe siècle, voir Éric Brian, « Statistique administrative et internationalisme statistique pendant la seconde moitié du xixe siècle », Histoire & Mesure, 3/4, 1989, p. 201-224.

9 Jacques et Michel Dupâquier, Histoire de la démographie, Paris, Perrin, 1985, p. 254-255.

10 Imperatorskoe rossiïskoe geografitcheskoe obchtchestvo.

11 Imperatorskoe volnoe ekonomitcheskoe obchtchestvo

12 Mihail V. Ptuha, Oc&erki po istorii statistiki v SSSR (Essais sur l’histoire de la statistique de l’URSS), Moscou, izd. Akademii nauk, 1955 (Tome 1), 1959 (Tome 2).

13 Petr P. Semenov-Tian Chanski (1825-1914) fut vice-président de l’IRGO de 1873 à 1914. De 1875 à 1897, il présida le Conseil de la statistique. En 1897, il dirigea le premier recensement général de la population de l’Empire russe. À son sujet, voir Olivier Orain, « La géographie russe (1845-1917) », L’Espace géographique, 3, 1996, p. 217-232 ; voir également Warner B. Lincoln, Petr Petrovich Semenov-Tian Shanskiï : The life of a Russian Geographer, Nextonville, Mass., 1980.

14 Sur les programmes d’enquêtes de l’IRGO, voir notamment Wladimir Berelowitch, « Aux origines de l’ethnographie russe : La Société de géographie dans les années 1840-1850 », Cahiers du Monde russe et soviétique, Vol. 31, 2-3, 1990, p. 265-274. Pour des éléments sur l’histoire de cette société, voir W. B. Lincoln, In the Vanguard of Reform, Dekalb, Northern Illinois University Press, 1982, p. 80-100.

15 Au sujet de la « statistique des préfets », voir, en particulier, Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France, La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Ed. des Archives contemporaines, 1989, et Jean-Claude Perrot, L’âge d’or de la statistique régionale française (An IV, 1804), Paris, Société des études robespierristes, 1977.

16 Mikhaïl A. Sabline (1842-1898) : après avoir effectué ses études à la faculté de droit de l’université de Moscou, puis à celle de Saint-Pétersbourg, il enseigna la géographie dans des établissements d’enseignement secondaire de Moscou, avant de devenir, à partir de 1868, secrétaire du comité de statistique de la goubernia de Moscou.

17 Nikolaï I. Kostomarov (1817-1885) : Historien du monde slave, il mena une carrière de professeur d’université en Ukraine, tout d’abord, avant son exil à Saratov, de 1848 à 1859, puis à Saint-Pétersbourg.

18 Chaque province ou goubernia était divisée en districts ruraux (ouezdy), qui étaient composés de cantons (volosti).

19 Ceux-ci, les ispravniki, étaient responsables chacun d’un district rural. À ce sujet, voir Corinne Gaudin, « Les zemskie nac&al’niki au village. Coutumes administratives et culture paysanne en Russie (1889-1914) », Cahiers du Monde russe, 3, 1995, p. 249-272.

20 Dans chaque district, les commissaires de police ruraux (stanovye pristavy) étaient sous les ordres du chef de police du district.

21 L’agent de police rural (ouriadnik) avait la charge d’une circonscription rurale.

22 Voir A. Desrosières, op. cit., chap. 6.

23 N. F. Hovanskij, Kratkie biografii nekotoryh c&lenov Saratovskoj uc&enoj arhivnoj komissii (Courtes biographies de quelques membres de la Commission scientifique des archives de Saratov), Saratov, 1911, p. 21-22.

24 Le texte de loi réglant l’organisation de ces commissions fut promulgué par l’État en 1884. Toutefois l’initiative de leur ouverture dans chaque province revenait au gouverneur local.

25 Aleksandr N. Minh, Istoriko-geografic&eskij slovar’ Saratovskoj gubernii (Dictionnaire historique et géographique de la province de Saratov), 4 tomes, Saratov, 1901.

26 A. N.Minh, Narodnye obyc&ai, sueverija, predrazsudki i obrjady krest’jan Saratovskoj gubernii (Coutumes populaires, superstitions, préjugés et rites des paysans de la province de Saratov), Saratov, 1890.

27 Vjac&eslav F. Karavaev, Bibliografic&eskij obzor zemskoj statistic&eskoj i ocenoc&noj literatury so vremeni uc&rez&denija zemstv, 1864-1903 (Revue bibliographique des ouvrages de statistique et d’évaluation des zemstva depuis la création des zemstva, 1864-1903), Saint-Pétersbourg, 1906, 1913, p. 366-367.

28 Niz&egorodskij sbornik (Recueil de Nijni Novgorod).

29 Pamjatnaja kniz&ka

30 Adres-kalendar’

31 Sur le rôle du champ réformateur dans le développement des enquêtes statistiques en France à cette époque, voir C. Topalov, « Nouvelles spécialités », in C. Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. op. cit., p. 419-459. Sur le rôle de l’action réformatrice dans le développement de la statistique communale en Allemagne, voir Bénédicte Zimmermann, « Statisticiens des villes allemandes et action réformatrice (1871-1914). La construction d’une généralité statistique », Genèses, n° 15, mars 1994, p. 4-27.

32 Le canton rural, volost, ne disposait pas d’une assemblée spécifique.

33 Pour plus de précisions sur le fonctionnement des zemstva, voir R. Philippot, op. cit. ; voir également T. Emmons, W. S. Vucinih, op. cit.

34 Article premier du Statut de 1864.

35 Voir R. Philippot, op. cit., p. 32-35.

36 GASO (Archives d’État régionales de Saratov), f. 1, op. 1, d. 3644, l. 1 et ll. 21-21ob.

37 V. F. Karavaev, op. cit.

38 Voir V. F. Karavaev, ibid., et Obs&c&ie osnovanija voprosa ob ob’’edinenii tekus&c&ej zemskoj statistiki i obzor programm ee v 25 zemskih gouberniah (Fondements généraux de la question de l’unification de la statistique courante des zemstva et aperçu des programmes d’enquêtes dans 25 provinces administrées par des zemstva), Saint-Pétersbourg, 1899.

39 L’expression est de R. Philippot, op. cit., p. 34-35.

40 Le cas le plus connu est celui de la fermeture du bureau de Koursk après le conflit qui opposa, en 1887, son directeur, Ippolit A. Verner, et les administrateurs du zemstvo. À ce sujet, voir I. A. Verner, « Statistika pered sudom Kurskogo zemstva » (La statistique devant le tribunal du zemstvo de Koursk), Russkaja mysl’, 7, 1887, p. 152-176.

41 À ce sujet, voir Irina I. Eliseeva, Boris G. Plos&Ko, Istorija statistiki (Histoire de la statistique), Moscou, Finansy i statistika, 1990.

42 J’ai choisi de traduire l’expression podvornaïa perepis par celle de recensement par ménage plutôt que par celle, fréquemment utilisée, de recensement par feu. Je n’ai fait en cela que suivre la définition qu’en donnait lui-même, comme nous le verrons un peu plus loin, Sergeï A. Kharizomenov, un des premiers statisticiens russes à avoir conduit ce type de recensement.

43 M. Mespoulet, « Du tout à la partie. …» art. cit.

44 Nikolaj A. Svavickij, Zemskie podvornye perepisi (Les recensements par ménage des zemstva), Moscou, Gosstatizdat, 1961.

45 Ibid., p. 32-36. Le recensement de la province de Samara, par exemple, était bien connu des statisticiens des zemstva.

46 Sur l’organisation des recensements en Europe à cette époque, voir J. et M. Dupâquier, op. cit.

47 « Pravila ob ocenke nedviz&imih imus&c&estv dlja obloz&enija zemskimi sborami » (Règles concernant l’estimation des biens immobiliers en vue de l’établissement des impôts du zemstvo). Cette réforme fut décidée par le ministre des Finances, Sergeï Witte, pour harmoniser la fiscalité locale à l’échelle du pays.

48 Voir R. Philippot, op. cit., p. 32-35.

49 Vladimir A. Obolenskij, Moja z&izn’. Moi sovremenniki (Ma vie. Mes contemporains), Paris, YMCA Press, 1988, p. 154. Entre 1896 et 1903, V. A. Obolenski fut statisticien dans les bureaux des zemstva de Smolensk et Pskov, puis directeur de celui d’Orel.

50 À la suite de la promulgation du nouveau Statut des zemstva, en 1890, le contrôle administratif de l’État sur l’ensemble de leurs activités se renforça. À ce sujet, voir R. Philippot, op. cit., p. 64-80.

51 Materialy dlja ocenki zemel’.

52 En 1925, V. A. Feofarov était statisticien dans le bureau de Pskov.

53 V. A. Feofarov, « G. I. Baskin i znac&enie nekotoryh ego rabot » (G. I. Baskine et l’importance de quelques-uns de ses travaux), Vestnik statistiki, 10-12, 1925, p. 245-269.

54 V. A. Obolenskij, op. cit., p. 152.

55 Voir V. F. Karavaev, Obs&c&ie osnovanija…, op. cit.

56 Voir notamment Vitalij F. Abramov, « Zemskie dobrovol’nye korrespondenty » (Les correspondants volontaires des zemstva), Voprosy statistiki, 11, 1996, p. 69-73. N. M. Vinogradova, « Russkaja uroz&ajnaja statistika » (La statistique russe des récoltes), Vestnik statistiki, 10-12, 1925, p. 29-84, et 1-6, 1926, p. 51-104.

57 Cf. V. F. Abramov, ibid.

58 Un tableau concernant 16 provinces à la fin des années 1890 a été placé en annexe.

59 V. F. Karavaev, Obs&c&ie osnovanija…, op. cit., p. 33.

60 GASO, f. 5, op. 1, d. 2633, l. 50.

61 Ibid., l. 51.

62 Voir N. M. Vinogradova, art. cit. Au sujet de la conception du rôle des correspondants volontaires aux États-Unis à la fin du xixe siècle, voir Emmanuel Didier, De l’échantillon à la population. Sociologie de la généralisation par sondage aux États-Unis avant la Seconde Guerre mondiale, Thèse de doctorat, Paris, CSI, 2000.

63 GASO, f. 5, op. 1, d. 2633, l. 51.

64 GASO, f. 421, op. 1, d. 972, ll. 1- 2ob.

65 N. M. Vinogradova, art. cit., p. 50-51.

66 GASO, f. 421, op. 1, d. 972, l. 2ob

67 À ce sujet, voir E. Didier, op. cit.

68 Voir V. F. Abramov, « Zemskaja statistika : organizacija i praktika » (La statistique des zemstva : organisation et pratique), Voprosy statistiki, 3, 1996, p. 65-72.

69 À ce sujet, voir Samuel C. Ramer, « The zemstvo and public health », in T. Emmons and W. S. Vucinih, op. cit., p. 279-314.

70 Spécialiste de la statistique des récoltes, Vladimir M. Oboukhov (1873-1945) travailla comme statisticien des zemstva entre 1895 et 1905. Plus tard, après 1918, il devint un des chefs de département de la Direction centrale de la statistique de l’État soviétique.

71 Sur le rôle du contexte institutionnel des zemstva dans le développement de l’organisation du système de santé publique en Russie avant 1917 et de la statistique sanitaire russe, voir S. Gross Solomon, « Les statistiques de santé publique dans les années vingt », Annales de Démographie historique, 1996, p. 19-44.

72 Petr I. Kourkine (1858-1934), médecin, est considéré comme un des fondateurs de la statistique sanitaire en Russie. Après avoir effectué des travaux sur l’influence des facteurs économiques et sociaux sur les phénomènes démographiques et les maladies, il a établi une classification des causes de maladie et de décès.

73 Sergeï M. Bogoslovski (1870-1931), médecin, a, tout d’abord, étudié les conditions de travail des ouvriers de différentes manufactures et usines de la province de Moscou. Il a élaboré, avec P. I. Kourkine, des méthodes d’enquête pour l’étude des maladies professionnelles. De 1918 à 1926, il dirigea le département de statistique sanitaire de la Direction centrale de la statistique soviétique.

74 Cette société, créée en 1882, regroupait les médecins russes. Elle organisait régulièrement des congrès professionnels nationaux. Sur le rôle de cette société, voir notamment J. F. Hutchinson, Politics and Public Health in Revolutionary Russia, 1890-1918, John Hopkins University Press, 1990; N. M. Frieden, op. cit.

75 Nikolaj I. Tezjakov, Materialy po izuc&eniju detskoj smertnosti v Saratovskoj gubernii s 1899 po 1901g. (Matériaux pour l’étude de la mortalité infantile dans la province de Saratov de 1899 à 1901), Saratov, izd. Saratovskogo gubernskogo zemstva, 1904, p. 3.

76 On peut citer, par exemple, les travaux de William Farr en Angleterre. À ce sujet, voir notamment J. M. Eyler, Victorian Social Medicine : the Ideas and Methods of William Farr, Baltimore et Londres, The John Hopkins University Press, 1979 ; voir aussi J. et M. Dupâquier, op. cit., p. 398-401.

Table des illustrations

Titre Effectif des correspondants dans 16 goubernii russes à la fin des années 1890
Légende Source : V. F. Karavaev, Obs&c&ie osnovanija voprosa ob ob’’edinenii tekus&c&ej zemskoj statistiki i obzor programm ee v 25 zemskih gouberniah (Fondements généraux de la question de l’unification de la statistique courante des zemstva et aperçu des programmes d’enquêtes dans 25 provinces administrées par des zemstva), Saint-Pétersbourg, 1899, p. 33.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/22011/img-1.png
Fichier image/png, 315k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540