Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Introduction

Texte intégral

  • 1 Pour une analyse des événements survenus entre 1985, année d’arrivée à la tête de l’URSS de Mikhaï (...)
  • 2 Parmi les ouvrages marquants de cette période, on peut citer notamment Stephen Cohen, Rethinking t (...)
  • 3 Cette ouverture a toutefois été partielle et sélective, et continue à l’être.
  • 4 Pour un panorama des travaux les plus récents, voir N. Werth, « L’historiographie de l’URSS dans l (...)
  • 5 Voir, par exemple, Peter H. Solomon, Soviet Criminal Justice under Stalin, Cambridge, Cambridge Un (...)

1L’arrivée de Gorbatchev au pouvoir en 1985, puis la suppression par décret du Parti communiste et l’écroulement de l’URSS, en 1991, révélèrent au monde entier une situation que certains avaient déjà soulignée : l’Union soviétique n’était plus cet État longtemps décrit comme monolithique1. L’avait-elle jamais été ? Le débat sur la nature de l’État soviétique en fut ravivé. Dès les années 1970, des historiens américains avaient discuté l’interprétation qui consistait à présenter comme un bloc le fonctionnement de l’État et du parti en URSS ; d’autres, ensuite, contestèrent l’usage du concept de totalitarisme2. L’ouverture des archives soviétiques aux chercheurs russes et étrangers, à partir de 19913, stimula différents travaux de recherche dont les résultats contribuèrent à enrichir la discussion et poussèrent à entreprendre une histoire de l’État prenant en compte ses différentes dimensions, le parti, les modalités d’exercice du pouvoir politique, mais aussi le mode de fonctionnement de ses administrations4. Aujourd’hui, l’État soviétique est devenu un objet d’histoire sociale à part entière5.

2Les administrations elles-mêmes sont traversées par différentes logiques sociales qui varient selon les divers groupes d’acteurs impliqués dans leur activité. Instruments d’action de l’État, elles sont également des lieux de confrontation entre les logiques politiques incarnées par les administrateurs et les logiques professionnelles, voire corporatistes, développées par ceux qu’elles emploient. Explorer la nature de l’État soviétique exige donc d’analyser la manière dont il s’est constitué juste après la Révolution d’Octobre, pendant les années 1920, et de s’interroger, en particulier, sur les différentes logiques qui ont conduit aux choix effectués pour organiser ses administrations. Étudier le fonctionnement de l’une d’entre elles offre un angle d’observation privilégié pour plonger le regard au cœur de l’action de l’État. La possibilité est alors donnée de reconstruire les dynamiques qui ont conduit les différents groupes d’acteurs intervenant en son sein à prendre les décisions relatives à son organisation et à ses méthodes d’action. Afin d’éclairer celles-ci, il est nécessaire également de reconstituer les parcours biographiques des individus concernés ainsi que les différentes formes de leur mode d’insertion dans l’institution. Réintroduire les acteurs au cœur de l’analyse conduit à faire une histoire sociale d’une administration qui appréhende celle-ci comme un espace diversifié d’individus et de groupes dans lequel les choix effectués peuvent être également le résultat de conflits et de négociations.

  • 6 Parmi les travaux les plus anciens, citons l’étude de Sheila Fitzpatrick sur le fonctionnement du (...)
  • 7 Alain Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La D (...)

3On dispose encore de peu de travaux portant sur l’organisation et le personnel des différentes administrations qui ont donné corps au projet politique, économique et social de l’État soviétique pendant les années 19206. L’administration statistique offre un cas particulièrement approprié à une telle étude. En effet, dans tout État, la production des données chiffrées présente une particularité : « lieu d’interaction entre les mondes du savoir et du pouvoir7 », entre le monde de la construction d’un savoir scientifique et celui de l’action politique, entre le monde de la science et celui l’administration, elle place les statisticiens face à la fois aux contraintes imposées par les administrateurs et aux exigences d’une démarche qui revendique une rigueur scientifique. Par essence, la production des chiffres statistiques est donc un espace de confrontation entre une logique visant à la construction d’un savoir scientifique, celle des statisticiens, et une autre visant à l’action politique, celle des dirigeants au pouvoir et des administrateurs. Cette situation en fait un lieu de tensions, voire de conflits, et de négociations. L’administration statistique fournit donc un terrain privilégié pour étudier les dynamiques sociales, institutionnelles et politiques à l’œuvre dans le processus de construction d’un État.

  • 8 Au sujet de l’usage des chiffres de la population, Voir Alain Blum, Naître, vivre et mourir en URS (...)

4Dans le cas de l’Union soviétique, une telle approche se justifie d’autant plus que la production des données chiffrées a constitué un enjeu central pour l’État, à la fois outil de connaissance et instrument de propagande8. On peut alors considérer que les décisions relatives à l’organisation de l’administration statistique et à son évolution pendant les années 1920 révèlent certains choix qui ont sous-tendu le processus de construction de l’État soviétique à cette époque.

  • 9 Les assemblées territoriales des zemstva avaient été créées en 1864 pour gérer les intérêts locaux (...)

5La création, en 1918, de la Direction centrale de la statistique de l’État soviétique a présenté une particularité qui en rend l’étude d’autant plus intéressante. Administration d’État centralisée, elle a pourtant été construite sur la base des anciens bureaux statistiques des zemstva, administrations de gestion locale des provinces de la partie européenne de l’Empire russe créées en 18649. À l’image de son directeur, la majorité de ses premiers responsables était issue de cette statistique régionale. Ainsi le processus de construction de cette administration au cours des années 1920 s’est-il confondu avec le devenir d’un groupe de professionnels constitué avant 1917, dans un contexte institutionnel et politique complètement différent. Pour mieux comprendre la logique des choix organisationnels effectués par ses membres qui furent aux commandes de la toute nouvelle Direction centrale après Octobre 1917, il est donc nécessaire de reconstituer l’histoire d’une profession, de ses acteurs et de ses méthodes de travail depuis sa période de formation, les années 1880, jusqu’à la fin des années 1920. Ici, le devenir d’une profession éclaire le destin d’une institution.

  • 10 Pour une revue de ces discussions, voir Jean-Michel Chapoulie, « Sur l’analyse sociologique des gr (...)
  • 11 En ce sens, je rejoins les remarques faites par Christian Topalov sur la difficulté à adapter la d (...)

6Comme d’autres groupes de spécialités différentes, les statisticiens des zemstva présentaient, dès la fin du xixe siècle, les premiers signes d’une organisation sur le modèle d’une profession. La définition du concept de profession a fait l’objet de nombreux débats dans la sociologie américaine10. Le mode de constitution du groupe des statisticiens des zemstva étant éloigné des situations observées qui ont nourri ces discussions11, nous emploierons ce terme simplement pour désigner un regroupement d’individus pratiquant un même métier et présentant un ensemble de caractéristiques spécifiques, en particulier une spécialisation dans un certain nombre de tâches ou de fonctions, l’usage de critères de sélection à l’embauche basés sur le degré d’acquisition d’un savoir et d’un savoir-faire précis, le contrôle d’un système de formation spécifique, l’existence d’associations représentatives. Dès lors, le terme de professionnalisation peut être utilisé pour désigner le processus selon lequel un corps de métier tend à s’organiser progressivement sur ce modèle. En même temps que l’ensemble des pratiques d’un groupe de personnes spécialisées dans un champ donné tend à obéir à des règles de plus en plus strictes et codifiées, les membres du groupe prennent conscience de manière de plus en plus aiguë de la spécificité de leur activité, qui les différencie d’autres spécialistes d’autres domaines, et tendent à l’inscrire dans des formes institutionnelles.

  • 12 Dans la suite du texte, les termes de « professionnels » ou de « spécialistes professionnels » ser (...)
  • 13 R. Philippot, op. cit., p.114-119.

7Au-delà de la compréhension des choix qui ont présidé au mode d’organisation de l’administration statistique soviétique pendant les années 1920, l’étude du devenir des statisticiens des zemstva après 1917 fournit la possibilité d’éclairer tout un pan de l’histoire sociale russe à partir de l’analyse sociologique de la formation et du devenir d’un groupe qui présente des caractéristiques communes avec d’autres corps de professionnels constitués à la fin du xixe siècle. À cette époque, l’expansion rapide de l’activité industrielle, l’extension du rôle de l’administration publique, au niveau local comme au niveau central, et le développement de l’éducation ont contribué à la formation de nouveaux groupes professionnels en Russie. Dans cet ensemble, l’effectif des différentes catégories de personnes spécialisées12 employées par les zemstva augmenta très vite parallèlement au développement de l’activité de ces institutions, principalement à partir des années 1880. Composé, en particulier, d’instituteurs, médecins, infirmiers, sages-femmes, statisticiens, ingénieurs, agronomes, vétérinaires et agents d’assurance, l’ensemble de ce groupe représentait déjà 80 000 personnes au début du xxe siècle13.

  • 14 Sur le système des soslovia, voir notamment Anatole Leroy-Beaulieu, L’Empire des tsars et des Russ (...)

8Ces nouveaux professionnels partageaient tous une même condition : au service d’une administration de gestion locale, malgré un niveau de formation et de qualification comparable à celui des fonctionnaires de l’État, ils ne bénéficiaient pas d’un statut social équivalent. Dans une société encore structurée en ordres sociaux, les soslovia14, leur activité professionnelle ne leur donnait droit à aucun rang social reconnu institutionnellement. Traduction concrète d’une telle situation, le système électoral censitaire aboutissait à exclure du vote beaucoup de membres de professions qui jouaient un rôle de plus en plus actif dans la vie publique locale. Après 1906, malgré quelques améliorations, le droit de vote resta restrictif. En revanche, l’étendue du domaine d’intervention des zemstva offrit à ces nouveaux professionnels un champ d’action large et la possibilité d’une implication de plus en plus forte dans l’espace public local, assortie d’une forme de reconnaissance sociale locale liée à leur activité professionnelle. Acteurs de la société civile naissante dont la parole n’était pas reconnue par l’État, ils fondèrent leur identité sociale sur leur profession.

  • 15 Nancy M. Frieden a étudié la manière dont les médecins se sont efforcés d’obtenir une reconnaissan (...)
  • 16 Harley D. Balzer (ed.), Russia’s Missing Middle Class : The Professions in Russian History, M. E. (...)
  • 17 Voir Christophe Charle, Les intellectuels en Europe au xixe siècle. Essai d’histoire comparée, Par (...)
  • 18 Voir l’exemple des médecins dans J. F. Hutchinson, « Politics and Medical Professionalization Afte (...)

9Celle-ci devint un support pour revendiquer une place plus grande dans l’espace public15. L’argument professionnel prit un sens politique. Sur fond d’opposition à l’autocratie tsariste, ces groupes se structurèrent autour d’associations, de congrès et de revues16. Comme dans d’autres pays européens, l’affirmation de leur autonomie face à l’État fut un élément essentiel de la construction de l’identité professionnelle de leurs membres17. En Russie toutefois, leurs efforts pour s’organiser de manière autonome se heurtèrent à une volonté de contrôle fort de l’État18. Après Octobre 1917, beaucoup d’entre eux crurent à la possibilité de réaliser un projet professionnel et politique nourri de longue date et des aspirations sociales qui avaient été contrariées jusque-là par l’attitude du pouvoir tsariste à leur égard.

  • 19 Au sujet de l’attitude des ingénieurs, voir notamment Kendall Bailes, Technology and Society under (...)
  • 20 Sur les médecins, voir néanmoins Peter F. Krug, Russian Public Physicians and Revolution : The Pir (...)

10Ceux qui pensèrent qu’ils pouvaient participer, aux côtés des bolcheviks, à une action modernisatrice du pays se mirent au service du nouvel État, tout comme ils s’étaient mis, dans les années 1880 et 1890, au service du peuple et du changement. Que pouvait-il advenir d’un tel projet au cours des années 1920 ? Comment ces attentes pouvaient-elles être prises en compte par des dirigeants dont le projet politique reposait théoriquement sur une autre base sociale, sur la promotion des ouvriers ? Les travaux effectués jusqu’ici sur le devenir des membres des professions intellectuelles pendant les années 1920 ont porté principalement sur les professeurs d’université, les membres de l’Académie des sciences, les ingénieurs et les médecins19, mais très peu sur les groupes issus du monde des zemstva20. Pourtant cette question se justifie d’autant plus que, à la suite de la suppression de ces administrations locales en décembre 1917, les membres de leurs anciens groupes professionnels durent se reconvertir dans d’autres lieux institutionnels. Contrairement à ceux qui travaillaient dans des ministères ou des établissements d’enseignement supérieur de l’État, ils ne purent pas rester dans leur ancienne institution d’appartenance.

  • 21 Martine Mespoulet, « Statisticiens des zemstva : formation d’une nouvelle profession intellectuell (...)
  • 22 À ce sujet, voir notamment K. Bailes, Science and Russian Culture in an Age of Revolutions. V. I. (...)

11Parmi eux, les statisticiens offrent un cas particulièrement intéressant. Quand, en juin 1918, ils prirent la tête de la nouvelle Direction centrale de la statistique, d’emblée ils affirmèrent comme principe de base l’indépendance de cette administration vis-à-vis du pouvoir politique. À mi-chemin entre savants et experts, ils avaient, dès les années 1880, constamment défendu l’autonomie du travail statistique vis-à-vis du pouvoir politique, qu’il fût local ou d’État, restant fidèles en cela à l’esprit des résolutions des Congrès internationaux de statistique du xixe siècle21. L’indépendance institutionnelle de leur profession était, à leurs yeux, la condition indispensable pour sauvegarder l’autonomie scientifique de leur travail. Avant 1917, cette attitude était commune à l’ensemble de la communauté scientifique russe22. Au service du progrès, la science devait être au-dessus de tout discours et de toute contrainte politique. Un tel état d’esprit contenait en germe des tensions inévitables avec les nouveaux dirigeants du pays car, s’ils ne pouvaient pas se passer de ces « spécialistes » issus de l’ancien régime tsariste, les bolcheviks entendaient bien les garder sous contrôle.

  • 23 Voir notamment Viktor P. Danilov (dir.), Sovetskaja derevnja glazami VC& K, OGPU, NKVD (La campagn (...)
  • 24 William Chase, Moscow Workers, the Party and the Soviet State, 1917-1929, University of Illinois P (...)
  • 25 À ce sujet, voir Daniel Orlovsky, « The Hidden Class : White-Collar Workers in the Soviet 1920 s » (...)
  • 26 Sur l’attitude des professeurs d’université, voir James C. Mc Clelland, « The Professiorate in the (...)

12Plusieurs historiens ont étudié les mouvements d’opposition des paysans face au pouvoir politique23 et les grèves d’ouvriers au cours des années 192024. En revanche, on dispose de peu de travaux sur la manière concrète dont les membres de professions intellectuelles formés pendant la période tsariste et recrutés dans les nouvelles administrations d’État ont réagi face aux différentes formes de contrainte et de contrôle dont ils ont été l’objet de la part de représentants du nouveau pouvoir. Or, l’analyse de l’attitude de ces acteurs de l’organisation de l’État bolchevik et du comportement de ses dirigeants à leur égard, au moment même de la mise en place du régime, est essentielle pour comprendre le processus de construction de cet État25. Elle peut être particulièrement éclairante dans le cas de professions qui plaçaient la défense de leur autonomie au cœur de leur relation à l’État26. Comment, dans ces années de transition politique et institutionnelle, celles-ci ont-elles pu conserver des formes d’indépendance ? À quel travail de négociation et d’élaboration de compromis avec leurs interlocuteurs politiques une telle exigence a-t-elle soumis leurs membres ? Jusqu’où la coopération entre statisticiens et bolcheviks fut-elle possible ?

  • 27 Voir A. Blum, « La purge de 1924 à la Direction centrale de la statistique », Annales HSS, n° 2, 2 (...)
  • 28 Sur le choix des échelles d’analyse, voir Jacques Revel, « Micro-analyse et construction du social (...)

13L’étude des comportements et des actes des statisticiens face à différentes mesures du pouvoir touchant l’organisation de leur administration et de leur travail est susceptible d’éclairer la manière dont des formes d’indépendance et des espaces d’autonomie professionnelle ont pu être sauvegardés au sein même d’une administration d’État pendant les années 1920. Les conflits violents et les purges sont des moments qui révèlent l’existence de ces zones d’autonomie et de certaines formes d’opposition entre les logiques des membres d’une profession et celles des acteurs du pouvoir politique27. Placée à une autre échelle28, l’étude de situations conflictuelles plus anodines, mais plus fréquentes dans la vie quotidienne d’une administration, peut aider à mettre en évidence l’activité courante de négociation des statisticiens pour maintenir ou constituer une marge de liberté dans leur travail face à différentes tentatives extérieures visant à la réduire. Cette plongée au cœur des pratiques de négociation au sein d’une administration d’État peut améliorer notre compréhension des effets de la confrontation entre des logiques professionnelles et des logiques politiques sur le processus de construction de l’État soviétique pendant les années 1920. Elle est susceptible également d’éclairer le devenir, pendant cette décennie, de ces « spécialistes bourgeois » formés pendant la période tsariste, tolérés par les bolcheviks tant qu’ils eurent besoin d’eux et condamnés, à partir de la fin cette période, quand les hommes au pouvoir décidèrent de les remplacer par de nouveaux cadres.

  • 29 En ce qui concerne la statistique démographique et sociale, voir A. Blum, op. cit., chap. 2.
  • 30 Voir Jean-Jacques Droesbeke, Philippe Tassi, Histoire de la statistique, Paris, Presses Universita (...)

14Enfin, l’étude de la construction de l’administration statistique soviétique pendant ces années-là touche également à l’histoire des sciences. Les années 1920 ont été une époque charnière pour la statistique russe. Période d’organisation d’une nouvelle administration, elles ont été aussi celles pendant lesquelles les formes de travail et d’enquête héritées de la statistique des zemstva ont coexisté avec des nouvelles qui annonçaient déjà la statistique soviétique des années 1930. Elles se sont caractérisées, en particulier, par une floraison d’études statistiques qui n’eurent rien à envier aux travaux de la statistique européenne29, mais aussi par des innovations méthodologiques majeures, par exemple dans le domaine des enquêtes par sondage30. Cette décennie, qui est souvent présentée comme « l’âge d’or » de la statistique soviétique, fut aussi une période de forte transformation de ses objets d’étude, de ses méthodes et de ses formes organisationnelles. Commencée dans l’effervescence des premiers recensements de l’État bolchevik, elle s’est terminée par l’absorption de la Direction centrale de la statistique par l’administration du plan, le Gosplan. L’histoire de la statistique en URSS pendant les années 1920 fut liée à celle de l’évolution des modes de gestion de l’économie de l’État soviétique, symbolisant on ne peut plus clairement le lien entre science et pouvoir dans ce pays et la place de la production des données statistiques dans la construction de l’État soviétique.

15L’analyse de la constitution de son administration statistique pendant les années 1920 est donc inséparable de l’étude des acteurs professionnels qui l’ont organisée et des méthodes qu’ils ont forgées, adaptées et mises en œuvre pour collecter et traiter les données. En raison de cela, cette étude doit être replacée dans le contexte du mouvement de professionnalisation des anciens statisticiens des zemstva, engagé à partir des années 1880, et l’analyse conduite au carrefour de la sociologie historique d’une profession et d’une administration, et aussi de l’histoire et de la sociologie des sciences. L’analyse des méthodes d’enquêtes utilisées, de leur élaboration, de leur évolution et des débats à leur sujet doit être articulée à celle de la composition du personnel, de sa formation, des parcours individuels de certains de ses membres et de leurs représentations du métier de statisticien. Elle doit également tenir compte des conditions institutionnelles et de l’environnement politique de la production des données.

16Dans cette perspective, les années 1920 offrent l’occasion privilégiée d’analyser la confrontation, à propos des choix des structures et des méthodes effectués, entre les exigences du nouveau pouvoir politique, porteur du projet d’une nouvelle forme d’économie et de société, et les valeurs professionnelles des statisticiens, héritées pour une bonne part de leur pratique passée au service des zemstva. Les conflits qui eurent lieu à ce sujet, que ce soit avec les dirigeants politiques ou avec d’autres administrations, peuvent être considérés comme révélateurs de ces valeurs et comme l’expression de l’effort de tout un groupe pour sauvegarder une forme d’identité professionnelle. Réinsérée dans une perpective sociologique, l’analyse des conflits à propos des formes de la production des données statistiques peut alors aider à comprendre, de manière plus large, les logiques sociales et politiques qui étaient en œuvre dans l’administration statistique et qui ont conduit, à la fin des années 1920, à une profonde réforme de celle-ci. Elle peut éclairer également l’effet des phénomènes de concurrence entre administrations pour fournir des chiffres à l’État.

  • 31 Actuellement la ville de Saratov se trouve à 400 kilomètres au nord de Volgograd, l’ancienne Stali (...)

17L’ensemble de ces processus peut être étudié « d’en haut », à partir des décisions d’organisation qui ont été prises au centre et des discussions qui les ont entourées. Il est néanmoins nécessaire de placer également le regard au bas de l’édifice, dans les bureaux de statistique régionaux, pour comprendre le fonctionnement tout entier d’une administration d’État, au centre comme dans ses services locaux. L’activité d’une administration statistique centrale se caractérise par le fait qu’elle dépend totalement des données qui sont collectées et transmises par ses bureaux régionaux. Étudier les statisticiens au travail au plus près du terrain, les questions qu’ils ont posées et les décisions qu’ils ont prises en matière d’organisation des enquêtes et des opérations à effectuer, mais aussi des structures institutionnelles, fournit alors un éclairage complémentaire pour comprendre les enjeux de la réforme de l’administration statistique de 1918 et son devenir au cours des années 1920. Dans cet esprit, il sera fait souvent référence à un exemple local, celui du bureau statistique de la région de Saratov, située dans la Moyenne Volga31.

18Un tel choix est susceptible d’affiner également notre compréhension de la configuration des relations entre une administration centrale et ses organes régionaux. L’analyse de la correspondance entre un bureau de statistique régional et sa direction centrale peut éclairer notamment la manière dont les ordres du centre étaient transmis, reçus et appliqués dans une région. Dans le cas des statisticiens, cette question revêt une dimension particulière. Anciens praticiens d’une statistique régionale, ils étaient habitués, avant 1917, à maîtriser localement choix et décisions en matière d’objets d’enquêtes et de méthodes, même s’ils devaient répondre à une commande administrative. Comment ont-ils réagi concrètement quand il leur a fallu exécuter des ordres venus du centre ?

  • 32 Les différents éléments relatifs au bureau de Saratov sont tirés de ma thèse de doctorat, M. Mespo (...)

19Jusqu’ici, peu de travaux de ce type ont été effectués au sujet des services régionaux d’une administration soviétique. Les caractéristiques du bureau statistique de la province de Saratov autorisent à le choisir pour une telle approche, en raison, notamment, de son ancienneté et de la continuité de son activité entre le début des années 1880 et la fin des années 1920. En effet, quand il était encore bureau du zemstvo, il fut parmi les premiers créés en Russie, dès 1882. Outre cela, l’équipe de statisticiens qui en prit la direction en décembre 1918 était déjà à la tête du bureau du zemstvo dans les années 1890. De ce fait, ces hommes jouissaient d’une expérience locale déjà longue du travail statistique et des relations au sein d’une administration, mais aussi des rapports avec d’autres administrations et avec les différentes instances du pouvoir local32. Cette particularité augmente les chances de mieux percevoir l’action des effets de continuité derrière les effets de rupture après 1917. Enfin, l’étendue du territoire de cette province et l’ampleur des programmes d’enquêtes à effectuer ont donné lieu à une grande variété de travaux statistiques qui a fait de ce bureau un des plus actifs et des plus gros en Russie pour l’ensemble de la période envisagée ici.

20Cette étude se décomposera en trois temps. La genèse et les héritages de l’administration statistique de l’État bolchevik seront présentés tout d’abord. Ensuite, l’analyse de la formation et de la composition du personnel de la nouvelle Direction centrale de la statistique créée en 1918, et des choix effectués dans le domaine des méthodes de travail, permettra d’éclairer le mode d’organisation de cette nouvelle administration. Enfin, le processus de déprofessionnalisation du groupe des statisticiens issus des anciens zemstva, en œuvre à partir de la seconde moitié des années 1920, sera interprété en étroite relation avec l’analyse des nouveaux usages politiques et sociaux de la statistique de l’État soviétique.

  • 33 La liste des fonds d’archives consultés est donnée à la fin de ce livre.

21Ce travail de recherche s’est appuyé sur l’utilisation de différents types de sources conservées dans les archives d’État, à Moscou et à Saratov, et sur l’analyse de diverses publications et revues de statistique russes de la période étudiée33. L’exploitation de diverses catégories de documents de correspondance administrative a servi à explorer les questions relatives à l’organisation du travail et des structures de la Direction centrale de la statistique entre 1918 et 1930, mais aussi du bureau régional de Saratov entre 1880 et 1930. Ce type de matériaux a permis également d’étudier les relations entre l’administration statistique et les instances et représentants du pouvoir politique, ainsi que ses rapports avec d’autres administrations ou institutions.

22Les parcours biographiques des statisticiens ont été reconstitués sur la base des informations fournies dans les dossiers administratifs individuels, dans les listes de personnel et dans les dossiers du parti. Pour la période prérévolutionnaire, les rapports de gendarmerie ont été utilisés de manière complémentaire pour ceux qui faisaient l’objet d’une surveillance policière.

23Pour l’ensemble de la période 1880-1930, les différentes questions méthodologiques occasionnées par les opérations de collecte des données ont été analysées à partir principalement de l’exploitation des comptes rendus d’enquêtes ou de recensements, des sténogrammes des discussions entre statisticiens conservés dans les archives ou des textes publiés. Cela a permis d’étudier ces questions au moment même et à l’endroit où elles ont été posées par ceux qui étaient chargés d’effectuer les enquêtes, au plus près donc des personnes interrogées et des objets observés. L’analyse de la correspondance administrative entre le bureau de Saratov et ses bureaux implantés dans les districts ruraux, mais aussi avec sa direction centrale, a été également très utile pour cela. Elle a aidé, en particulier, à reconstituer l’évolution des instruments d’observation dans le contexte des usages administratifs et politiques qui étaient faits des données.

  • 34 Le jury était constitué de Wladimir Berelowitch, Alain Blum, Alain Chenu, Alain Desrosières, Jean- (...)

24Ce livre porte la trace des deux années qui ont suivi la soutenance de ma thèse. Son écriture a bénéficié des remarques stimulantes faites par les membres de mon jury de thèse34 et des nombreux échanges que j’ai eus avec mes collègues chercheurs du Centre d’études du Monde russe de l’École des hautes études en sciences sociales. Qu’ils en soient tout remerciés ici. J’ajouterai une pensée toute particulière pour ceux qui ont accompagné attentivement le travail que j’ai effectué depuis ma soutenance : Alain Blum, qui a dirigé ma thèse avec beaucoup d’exigence, de bienveillance et de disponibilité, Wladimir Berelowitch, dont les remarques et questions m’ont aidée à insérer l’étude de ce groupe de statisticiens dans l’ensemble plus vaste des professions intellectuelles, et Alain Desrosières, dont l’attitude, à la fois amicale et exigeante, m’a encouragée à continuer à explorer l’univers de l’histoire de la statistique et des sciences sociales. Merci à tous les trois.

Notes

1 Pour une analyse des événements survenus entre 1985, année d’arrivée à la tête de l’URSS de Mikhaïl Gorbatchev, et 1991, année d’arrivée au pouvoir à la tête de la Russie de Boris Eltsine, voir Marc Ferro (dir.) et Marie-Hélène Mandrillon, L’État de toutes les Russies, Paris, La Découverte/IMSECO, 1993. Une chronologie très utile de la période 1975-1991 est placée à la fin de l’ouvrage, p. 427-434.

2 Parmi les ouvrages marquants de cette période, on peut citer notamment Stephen Cohen, Rethinking the Soviet Experience, Oxford, Oxford University Press, 1985 ; Moshe Lewin, La formation du système soviétique. Essai sur l’histoire sociale de la Russie de l’entre-deux-guerres, Paris, Gallimard, 1987 (ouvrage paru en 1985 aux États-Unis). Sur la remise en cause de l’interprétation selon le modèle du totalitarisme, voir Nicolas Werth, « De la soviétologie en général et des archives russes en particulier », Le Débat, n° 77, 1993, p. 127-144.

3 Cette ouverture a toutefois été partielle et sélective, et continue à l’être.

4 Pour un panorama des travaux les plus récents, voir N. Werth, « L’historiographie de l’URSS dans la période post-communiste », Revue d’études comparatives Est-Ouest, n° 1, p. 81-104 ; voir aussi Michel Dreyfus et alii (dir.), Le siècle des communismes, Paris, Ed. de l’Atelier, 2000.

5 Voir, par exemple, Peter H. Solomon, Soviet Criminal Justice under Stalin, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 ; Oleg Khlevniouk, Le cercle du Kremlin, Paris, Seuil, 1996. Pour un ouvrage un peu plus ancien, voir Diane P. Koenker, William G. Rosenberg et Ron G. Suny (dir.), Party, State and Society in the Russia Civil War. Explorations in Social History, Bloomington, Indiana University Press, 1989.

6 Parmi les travaux les plus anciens, citons l’étude de Sheila Fitzpatrick sur le fonctionnement du commissariat à l’Instruction publique entre 1917 et 1921 : S. Fitzpatrick, The Commissariat of Enlightenment ; Soviet Organization of Education and the Arts under Lunacharsky, October 1917-1921, Cambridge, Cambridge University Press, 1970 ; Stephen Sternheimer, « Administration for development : the emerging bureaucratic elite, 1920-1930 », in Walter Mc Kenzie and Don Karl Rowney (eds), Russian Officialdom. The Bureaucratization of Russian Society from the Seventeenth to the Twentieth Century, Chapel Hill, University of North Carolina, 1980, p. 316-354 ; E. A. Rees, The Birth of Stalinism : The Rise and Fall of the Workers’ and Peasants’ Inspectorate, 1920-1934, New York, St Martin’s Press, 1987 ; D. K. Rowney, Transition to technocracy – The structural origins of the Soviet administration state, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 1989 ; Neil B. Weissman, « Origins of Soviet health administration », in Susan Gross Solomon, John F. Hutchinson, Health and Society in Revolutionary Russia, Bloomington, Indiana University Press, 1990.

7 Alain Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993. (Réed. 2000).

8 Au sujet de l’usage des chiffres de la population, Voir Alain Blum, Naître, vivre et mourir en URSS, 1917-1991, Paris, Plon, 1994. Sur l’intérêt d’une telle approche dans le cas de la statistique démographique russe, voir Alain Blum, Catherine Gousseff, « La statistique démographique et sociale, élément pour une analyse historique de l’État russe et soviétique », Cahiers du Monde russe, 4, 1997, p. 441-456.

9 Les assemblées territoriales des zemstva avaient été créées en 1864 pour gérer les intérêts locaux des provinces, goubernii, de la partie européenne de l’Empire russe et de leurs districts ruraux. Les zemstva étaient chargés d’organiser et de financer certains services obligatoires imposés par l’État, et disposaient d’une plus grande liberté d’action dans d’autres domaines. À côté de cela, dans chaque province, les différents services des administrations d’État étaient placés sous l’autorité d’un gouverneur, qui était le représentant de l’État dans la province, dont le rôle était comparable à celui d’un préfet en France. Voir Robert Philippot, Société civile et État bureaucratique dans la Russie tsariste : les Zemstvos, Paris, Institut d’études slaves, 1991.

10 Pour une revue de ces discussions, voir Jean-Michel Chapoulie, « Sur l’analyse sociologique des groupes professionnels », Revue française de sociologie, 1, 1973, p. 86-114 ; et Claude Dubar, Pierre Tripier, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 1998.

11 En ce sens, je rejoins les remarques faites par Christian Topalov sur la difficulté à adapter la définition américaine des professions au monde des spécialistes de la statistique qui se constitue à la fin du xixe siècle dans les pays européens. Voir C. Topalov, Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Ed. de l’EHESS, 1999, p. 433-434.

12 Dans la suite du texte, les termes de « professionnels » ou de « spécialistes professionnels » seront utilisés de préférence à celui de « spécialistes » seul, qui est souvent employé pour désigner les statisticiens russes de cette période, car ils évoquent moins de connotations symboliques. Le mot « spécialiste » était en effet couramment utilisé par les bolcheviks pour désigner de manière générale les cadres de l’administration de la période tsariste. Accompagné de l’adjectif « bourgeois », il jetait une forme d’anathème social et politique contre celui qu’il désignait. Le terme « professionnel » paraît mieux adapté à une démarche qui, si elle n’entend pas passer sous silence la spécificité russe et soviétique, a néanmoins pour objectif d’essayer de mener une étude pouvant s’insérer dans la perspective d’une analyse comparative entre pays européens.

13 R. Philippot, op. cit., p.114-119.

14 Sur le système des soslovia, voir notamment Anatole Leroy-Beaulieu, L’Empire des tsars et des Russes, Paris, Robert Laffont, 1990, p. 211-243.

15 Nancy M. Frieden a étudié la manière dont les médecins se sont efforcés d’obtenir une reconnaissance institutionnelle et sociale entre 1900 et 1905. Voir N. M. Frieden, Russian Physicians in an Era of Reform and Revolution, 1865-1905, Princeton, Princeton University Press, 1981 ; N.

M. Frieden, « The politics of zemstvo medicine », in Terence Emmons, Wayne S. Vucinih, The Zemstvo in Russia. An Experiment of Local Self-government, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 315-342.

16 Harley D. Balzer (ed.), Russia’s Missing Middle Class : The Professions in Russian History, M. E. Sharpe, Armonk, New York, 1996. Sur la signification politique des congrès professionnels, voir Natalja M. Pirumova, Zemskoe liberal’noe dviz&enie (Le mouvement libéral des zemstva), Moscou, Nauka, 1977.

17 Voir Christophe Charle, Les intellectuels en Europe au xixe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil, 1996.

18 Voir l’exemple des médecins dans J. F. Hutchinson, « Politics and Medical Professionalization After 1905 », in H. D. Balzer, op. cit., p. 89-116. Pour un exemple d’autres professions intellectuelles extérieures au monde des zemstva, celui des professeurs d’université, voir Samuel Kassow, « Professionalism Among University Professors », ibid., p. 197-221.

19 Au sujet de l’attitude des ingénieurs, voir notamment Kendall Bailes, Technology and Society under Lenin and Stalin, Origins of the Soviet Technical Intelligentsia, 1917-1941, Princeton, Princeton University Press, 1978 ; H. D. Balzer, » Engineers : The Rise and Decline of a Social Myth », in Loren Graham, Science and the Soviet Social Order, Cambridge, Harvard University Press, 1990, p. 141-167. Au sujet des académiciens, voir L. Graham, The Soviet Academy of Sciences and the Communist Party, 1927-1932, Princeton, Princeton University Press, 1967 ; Boris Kaganovitch, « Nac&alo tragedii » (Le début de la tragédie), Zvezda, 12, 1994, p. 124-144.

20 Sur les médecins, voir néanmoins Peter F. Krug, Russian Public Physicians and Revolution : The Pirogov Society, 1917-1920, Ph.D. dissertation, Wisconsin, University of Wisconsin, 1979.

21 Martine Mespoulet, « Statisticiens des zemstva : formation d’une nouvelle profession intellectuelle en Russie dans la période prérévolutionnaire (1880-1917). Le cas de Saratov », Cahiers du Monde russe, 4, 1999,p. 573-624 ; M. Mespoulet, » Une lutte pour l’autonomie professionnelle : Être statisticien dans une région au début des années 1920 », Le Mouvement Social, numéro spécial URSS, Avril-Juin 2001.

22 À ce sujet, voir notamment K. Bailes, Science and Russian Culture in an Age of Revolutions. V. I. Vernadsky and His Scientific School, 1863-1945, Bloomington, Indiana University Press, 1990.

23 Voir notamment Viktor P. Danilov (dir.), Sovetskaja derevnja glazami VC& K, OGPU, NKVD (La campagne soviétique à travers les yeux de la Tcheka, de la Guépéou et du NKVD), Tome 1, 1918-1922, Moscou, Rosspen, 1999 ; tome 2, 1923-1929, Moscou, Rosspen, 2000 ; Orlando Figes, Peasant Russia – Civil War – The Volga Countryside in Revolution (1917-1921), Oxford, Oxford University Press, 1989. Au sujet des réactions des paysans face à la collectivisation au début des années 1930, voir notamment S. Fitzpatrick, Stalin’s Peasants : Resistance and Survival in the Russian Village After Collectivization, New York, 1994.

24 William Chase, Moscow Workers, the Party and the Soviet State, 1917-1929, University of Illinois Press, 1987 ; Chris Ward, Russia’s Cotton Workers and the New Economic Policy, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 : voir aussi W. G. Rosenberg, « Russian Labor and Bolshevik Power after October », Slavic Studies, 2, 1985, p. 218-238.

25 À ce sujet, voir Daniel Orlovsky, « The Hidden Class : White-Collar Workers in the Soviet 1920 s », in Lewis H. Siegelbaum and R. G. Suny (eds), Making Workers Soviet : Power, Class and Identity, Ithaca, Cornell University Press, 1994, p. 220-252 ; James W. Heinzen, « “Alien” Personnel in the Soviet State : The People’s Commissariat of Agriculture under Proletarian Dictatorship, 1918-1929 », Slavic Review, n° 1, 1997, p. 73-100.

26 Sur l’attitude des professeurs d’université, voir James C. Mc Clelland, « The Professiorate in the Russian Civil War », in D. P. Koenker, W. G. Rosenberg and R. G. Suny, op. cit. ; S. Fitzpatrick, « Professors and Soviet Power », in S. Fitzpatrick, The Cultural Front : Power and Culture in Revolutionary Russia, Ithaca-New York, Cornell University Press, 1992.

27 Voir A. Blum, « La purge de 1924 à la Direction centrale de la statistique », Annales HSS, n° 2, 2000, p. 249-282.

28 Sur le choix des échelles d’analyse, voir Jacques Revel, « Micro-analyse et construction du social », in J. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Seuil, 1996, p. 15-35.

29 En ce qui concerne la statistique démographique et sociale, voir A. Blum, op. cit., chap. 2.

30 Voir Jean-Jacques Droesbeke, Philippe Tassi, Histoire de la statistique, Paris, Presses Universitaires de France, 1990 ; M. Mespoulet, « Du tout à la partie. L’âge d’or du sondage en Russie (1885-1924) », Revue d’études comparatives Est-Ouest, 2, 2000, p. 5-49 ; S. S. Zarkovic& , « Note of the History of Sampling Methods in Russia », Journal of the Royal Statistical Society, Série A, 125,p. 580-582.

31 Actuellement la ville de Saratov se trouve à 400 kilomètres au nord de Volgograd, l’ancienne Stalingrad, et à 400 kilomètres au sud de Samara, l’ancienne Kouïbychev.

32 Les différents éléments relatifs au bureau de Saratov sont tirés de ma thèse de doctorat, M. Mespoulet, Personnel et production du bureau statistique de la province de Saratov. Histoire d’une professionnalisation interrompue (1880-1930), Paris, EHESS, janvier 1999, 714 p.

33 La liste des fonds d’archives consultés est donnée à la fin de ce livre.

34 Le jury était constitué de Wladimir Berelowitch, Alain Blum, Alain Chenu, Alain Desrosières, Jean-Baptiste Humeau et François de Singly.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540