Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Statistique et révolution en Russie

 | 
Martine Mespoulet

Préface

Wladimir Berelowitch

Texte intégral

1L’ouvrage de Martine Mespoulet repose sur une recherche approfondie consacrée à un groupe social, les statisticiens des zemstva, ces administrations provinciales élues qui furent créées en Russie en 1864 et qui disparurent dans la tourmente révolutionnaire après 1917. Ce travail présente à mes yeux un intérêt qui s’étend bien au-delà des limites qu’il s’est données, car il aborde des questions essentielles concernant l’histoire de la Russie d’abord, celle des intellectuels ensuite, celle enfin des sciences sociales dont le champ disciplinaire se modelait en Europe à la fin du xixe siècle.

2Le point de départ de cette recherche a été une étude historique des statisticiens du zemstvo de Saratov, ville de la Volga, une des plus importantes et des plus dynamiques dans la Russie d’Europe à la fin de l’Ancien Régime. Au même titre que les instituteurs et les médecins, les statisticiens constituaient l’une des principales catégories des employés des zemstva, celles qui furent baptisées en 1899 de « troisième élément » par le gouverneur de Samara, une expression qui allait nourrir l’imaginaire de l’opinion russe pendant cinq ou six décennies.

3La fortune de cette formule résume assez bien les fantasmes qui entourèrent l’émergence de ces catégories. Au sens strict, elle désignait simplement les personnels embauchés par les zemstva, à la différence des élus de la noblesse qui les dirigeaient et des fonctionnaires nommés par le gouvernement. Il s’agissait donc d’un groupe qui se situait à mi-chemin entre l’État et la société et qui – autre originalité – tout en étant porteur de compétences acquises dans les villes et habitant souvent les centres urbains provinciaux, travaillait dans la société rurale, une société qui n’avait jamais comporté que des paysans, des nobles et des prêtres. À ce titre, ce « troisième élément » devint peut-être un lointain et imaginaire écho du tiers-état urbain (tret’e soslovie) dont la constitution était rêvée, décrétée et saluée en Russie depuis le xviiie siècle, ou, en termes plus modernes, un ferment de société civile.

4Classe nouvelle donc et classe laborieuse, puisque définie par sa profession, mais aussi classe dangereuse aux yeux des responsables de l’État, qui la redoutaient pour deux raisons. La première était que ce personnel échappait à leur tutelle directe, ce qui ne cadrait pas avec les habitudes de l’Empire: perspective d’autant plus redoutable que ces gens étaient eux-mêmes en contact avec l’énorme masse paysanne, autre classe dangereuse qui vivait toujours sous un régime de tutelles empilées. La seconde, plus précisément politique, concernait particulièrement les statisticiens. Un certain nombre d’entre eux étaient soit des diplômés de l’université qui, pour des raisons politiques ou autres, avaient vu leurs carrières barrées au sein de l’État, soit, carrément, des exilés politiques, réalité déjà ancienne et paradoxale car, en prétendant punir et éloigner des trublions trop remuants des capitales, le ministère de l’Intérieur se fabriquait ainsi de nouveaux sujets d’inquiétude. Comme le montre Martine Mespoulet, ce fantasme reposait sur des réalités qu’elle est la première à documenter de façon précise, en se livrant à une étude prosopographique d’un certain nombre de statisticiens, dont certains parmi les plus influents.

5Selon une tradition historiographique bien établie, le « troisième élément » était porteur d’un projet non pas politique au sens policier du mot, mais quasi messianique. Il s’agissait d’un mouvement qui devait rapprocher l’intelligentsia du peuple et par lequel elle offrait ses compétences à la paysannerie, en l’instruisant, en la soignant, en la faisant mieux connaître. Aux racines de cette tradition, on trouve une image narcissique, fortement teintée de populisme, celle de l’intellectuel porteur des Lumières vers le peuple en même temps qu’expiant ses fautes originelles à l’égard de ce même peuple. Image fabriquée par ses propres sujets et qui continua de s’autoalimenter à travers tout le xxe siècle. Non pas qu’elle fût fausse: elle fut souvent le bagage idéologique de l’intelligentsia rurale, particulièrement des instituteurs, semblables en cela aux « hussards de la République » en France. Les statisticiens jouèrent un rôle important dans cette nouvelle « marche vers le peuple ». Martine Mespoulet montre, à travers de multiples trajectoires et une étude chronologique fine, comment, à partir des années 1880, se constitua une nouvelle profession, chargée par les administrations provinciales de connaître le monde paysan.

6Car, à la différence des instituteurs et des médecins, les statisticiens n’apportaient pas leurs lumières aux campagnes, ils éclairaient les élites sur le monde rural et travaillaient, « en sens inverse », à constituer un savoir sur la paysannerie. Ce faisant, ils participaient à un véritable mouvement de société qui, tous mythes écartés ou plutôt réévalués car, précisément, ils alimentaient ce mouvement même, conduisirent l’opinion cultivée vers une découverte des campagnes comme on n’en avait jamais connu en Russie, voire, peut-être, ailleurs.

7L’une des grandes qualités de l’ouvrage présenté ici est précisément que, à la différence de la plupart des livres consacrés à l’histoire de l’intelligentsia russe, son auteur ne se contente pas de montrer ce qu’elle appelle la « professionnalisation » des statisticiens, qui, à l’instar des médecins, des pédagogues ou des juristes, se réunissaient en associations et en congrès, publiaient leurs travaux, bref se structuraient en métier; elle étudie cette population à travers sa production scientifique. Nous assistons ainsi à une aventure passionnante, qui fut la constitution de cette « science du paysan », ce mouvement cognitif qui, comme le montre Martine Mespoulet, avait mûri au sein même d’un projet vaguement politique, qui ne se donnait pas pour tel et qui consistait en somme à doter les campagnes d’une nouvelle élite, concurrente de la noblesse tout en restant en étroit contact, parfois en osmose avec elle.

8L’intelligentsia russe – terme russe hautement rebattu et dont la problématique définition continue encore de susciter en Russie d’interminables discussions et réactions – présentait en effet dans le paysage européen des spécificités que l’ouvrage de Martine Mespoulet contribue fortement à éclairer sur le cas précis des statisticiens. Créés « par en haut », à la suite de la réforme administrative de 1864, issus généralement des grandes universités russes et principalement de Moscou, chargés d’une tâche très « technique » qui était la statistique, à finalité fiscale, de la propriété foncière, les statisticiens régionaux développèrent leur travail dans plusieurs directions, dont deux méritent toute l’attention que leur accorde l’auteur du présent ouvrage.

9La première fut l’extension des champs d’observation. On ne peut qu’être frappé par la multiplicité des objets que ces statisticiens s’appliquèrent à quantifier: exploitation et possession des terres, fermes paysannes dans tous leurs aspects économiques, y compris dans leurs revenus non agricoles, composition des maisonnées, statistique sanitaire, alphabétisation, relations familiales, voire ameublement des maisons, rien n’échappait à leur boulimie investigatrice, comme si l’objectif final de cette quête avait été un savoir total, aussi ambitieux que les sciences sociales dans leur globalité, mais dont l’objet unique restait le paysan.

10La seconde fut l’invention des outils et des méthodes d’enquête susceptibles de collecter toute cette masse d’informations. Ces questions, sur lesquelles, contrairement à Martine Mespoulet, l’auteur de ces lignes ne dispose d’aucune compétence, sont justement traitées dans cet ouvrage en liaison étroite, en aval, avec l’objet de l’enquête (le paysan), comme avec, en amont, son sujet (l’enquêteur). Bien des aspects de ces constructions retiendront l’attention du lecteur, notamment l’élaboration des modèles d’échantillons, rendus nécessaires par l’énormité du champ étudié, ou encore la définition de l’unité de base de l’enquête, du dvor (foyer), autrement dit de cette ferme paysanne qui fut prise par l’économiste Tchayanov comme base de sa théorie de l’économie paysanne, ou de ce que Marshall Sahlins a appelé plus récemment l’économie domestique.

11Les ambitions des statisticiens étaient à la mesure de leur démesure cognitive. Il fut longtemps d’usage, dans la tradition russe, autrement dit une histoire des intellectuels écrite par eux­mêmes avec tous les préjugés qui les caractérisaient, de classer ces spécialistes des zemstva dans la « petite intelligentsia » provinciale, qu’on opposait à la « haute intelligentsia », savante ou créatrice, des capitales. Le travail de Martine Mespoulet montre sous ce rapport un tableau beaucoup plus complexe et intéressant. Qu’ils fussent ou non exilés, réfugiés, enthousiastes, populistes, ces statisticiens formaient déjà souvent, avant de s’établir dans les chefs lieux de province ou de district, des réseaux qui étaient mus par des intérêts et des formations universitaires communs. Inventeurs et créateurs de leur discipline, ils restaient à l’écoute de ses pulsations nationales et internationales. Leurs opinions relevaient le plus souvent de sensibilités qu’on peut classer « à gauche » – gauche modérée ou radicale – ce qui, depuis la constitution des partis autour de la Révolution de 1905, les ancrait également dans des connexions à l’échelle de la Russie, voire au­delà. Martine Mespoulet montre bien comment leur projet scientifique se combinait concrètement dans une sorte de continuum avec une ambition que nous dirions politique, mais qui, le plus souvent, était qualifiée en Russie de « sociale » parce que l’intelligentsia qui en était porteuse s’identifiait à l’opinion de la société et qu’elle prétendait résoudre des problèmes, en particulier ceux de la paysannerie, à l’échelle de la société tout entière.

12Mais tout professionnels et savants qu’ils étaient, vivant pleinement les mouvements qui agitaient les sciences sociales naissantes à la fin du xixe siècle, les statisticiens étaient aussi insérés dans des réalités régionales dont ils commençaient à découvrir, et à construire, l’identité. Ce n’est pas le moindre intérêt de l’étude de Martine Mespoulet que de montrer, à partir du cas des statisticiens de Saratov, l’émergence et la vie d’une société provinciale qui commence seulement à susciter l’intérêt des historiens et dont on n’avait, jusqu’à présent, qu’une image littéraire ou caricaturale, au mieux celle qu’en donnait Tchekhov. En instaurant les zemstva, la monarchie russe contribua ainsi à cristalliser de nouvelles configurations sociales qu’on gagnerait à comparer, peut-être, aux sociétés provinciales dans la France, l’Allemagne ou la Grande Bretagne du xviiie siècle, avec leurs interactions complexes avec la noblesse, leur hésitation entre l’attrait de l’establishment local et la constitution d’une société cultivée dégagée des hiérarchies traditionnelles, leur imprégnation par des idées progressistes référées aux grands centres russes ou européens.

13Le paradoxe fut que ce monde si riche, si dynamique, si peu simple, fut l’objet d’une sorte d’annihilation progressive, mais au bout du compte rapide, sous le régime soviétique. On savait, bien sûr, que le Grand Tournant de 1928-1931 avait bouleversé de fond en comble non pas seulement les paysanneries de l’ancien empire, non pas seulement la classe ouvrière par suite de l’industrialisation forcée, mais aussi les professions intellectuelles dans leur ensemble. On soupçonnait également, sans le savoir vraiment, que la Révolution de 1917 et la guerre civile avaient laissé subsister dans un premier temps des continuités importantes au sein même de ces professions.

14Le grand mérite de l’ouvrage de Martine Mespoulet, c’est qu’il permet d’évaluer, de mesurer précisément ces idées reçues, dans l’ensemble vraies, mais vagues. Il en ressort, en effet, que les statisticiens, comme beaucoup de ceux qui étaient demeurés au pays, furent soit tentés de mettre leur savoir au service non pas d’un régime, mais d’une nouvelle conception de l’information sociale, voire de projets de société, soit, au moins, persuadés qu’ils pourraient poursuivre leur activité professionnelle dans des conditions similaires, voire meilleures, sous l’égide des nouveaux autocrates. Le malentendu qui en résulta fut sans doute une des nombreuses tragédies russes de l’entre-deux-guerres, d’autant plus qu’il se solda pour certains d’entre eux par la prison et la mort. Martine Mespoulet montre admirablement comment ces « spécialistes bourgeois » catégorie ambiguë qui, selon les cas et les moments, pouvait désigner aussi bien des spécialistes utiles que des individus en sursis provisoire et condamnés à une élimination rapide, maintinrent leur identité en continuant de perfectionner et d’appliquer les outils de leur savoir – techniques, méthodes, définition des objets scientifiques – et comment la prise du contrôle de la société par le parti communiste au pouvoir signifia, en ce qui les concernait, une « déprofessionnalisation », un détournement de la statistique, investie désormais d’une logique comptable ou, pis encore, d’une tâche de propagande. Professionnalisation et déprofessionnalisation: que ce fût dans leur phase d’expansion sous l’Ancien Régime ou dans celle de leur disparition au cours des années 1930, c’est au fond l’histoire sociale d’un savoir, à travers des hommes, des réseaux, des pratiques de travail, dont Martine Mespoulet nous donne un exemple très éclairant, singulier comme tout objet historique, mais dont les instruments d’analyse sont applicables partout ailleurs, à l’image des outils produits par ces héros obscurs qui avaient cru à leur science.

Auteur

Directeur d’études à l’École des hautes études
en sciences sociales-Paris
Professeur à l’Université de Genève

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable