Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Police et migrants

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Caroline Douki
, 
Nicole Dyonet
, 
et al.

Les « périphéries » sous contrôle : espaces portuaires et frontaliers

Le migrant du gendarme. Le quotidien de la surveillance dans le département du Nord pendant la première moitié du xixe siècle

Arnaud-Dominique Houte

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Courrier du Nord, n° 4744, 21 novembre 1840. Archi (...)

« – Une grosse vilaine main me tombe sur l’épaule, c’était celle d’un gros gendarme qui m’a arrêté…
– Le gendarme a déclaré qu’il vous avait vu mendier.
– Il a vu avec ses yeux de gendarme… »
(Le voyageur et la châtelaine, Esquisse des tribunaux1)

La police des migrants : une histoire de gendarmes

  • 2 Loi du 28 germinal an VI, article 3. Sauf indication contraire, tous l (...)
  • 3 Discours d’ouverture de session du Conseil Général (ADN, 1N 89, tome V (...)
  • 4 Pouthas, C.-H., « L’évolution démographique du (...)
  • 5 Voir Lentacker, F., La frontière franco-belge. Étude géographique (...)
  • 6 Le sous-préfet de Dunkerque doute d’ailleurs de leur zèle et de leur e (...)

1« Le service de la gendarmerie nationale est particulièrement destiné à la sûreté des campagnes et des grandes routes2 ». Les administrateurs répètent volontiers ce point de règlement qui installe durablement le gendarme à la croisée des chemins. La rencontre des migrants constitue donc un passage obligé, tout particulièrement dans le Nord. En effet, la région connaît alors un réel essor économique. À en croire le vicomte de Saint-Aignan, préfet du Nord en 1844, ce département est « l’un des premiers à se ressentir des modifications apportées dans notre système commercial et des progrès obtenus dans notre système industriel3 ». Les traductions démographiques sont immédiates, à tel point que, de 1831 à 1835, plus de la moitié du gain de population provient des migrations4. Et les villes ne sont pas seules à tirer profit de ces mouvements : l’agriculture recrute de fort nombreux saisonniers. À cet égard, la Belgique voisine constitue un appréciable réservoir de main-d’œuvre, généralement meilleur marché, qui alimente la région et se déverse vers le Sud : le plus souvent, les migrants sont d’abord des immigrants. L’ouverture de la frontière, qui court tout le long du département, comporte néanmoins quelques risques, à l’image de ces bandes de mendiants qui s’aventurent en pays plus prospère5. Dans l’autre sens, on craint également les émigrations incontrôlées : forçats en fuite, militaires débauchés ou encore, en 1851, ennemis du coup d’État. Malgré l’aide des douanes6, les brigades de gendarmerie ont donc fort à faire.

  • 7 Il faut néanmoins signaler le récent regain d’attention pour cet impor (...)
  • 8 Ainsi, le département du Nord ne compte-t-il en 1850 que 36 brigades, (...)
  • 9 Lors du difficile hiver 1830, la police de Lille refuse sèchement d’en (...)

2À l’occasion de leurs équipées, les gendarmes s’acquittent alors d’une mission de contrôle qui mène régulièrement à l’arrestation. Les gendarmes contre les migrants : l’ordre contre les troubles ? Sans doute les deux groupes ne s’estiment-ils guère, mais l’opposition manichéenne des deux figures n’épuise certainement pas l’interprétation. Ce modèle simpliste évacue en effet tous les petits accommodements locaux sans expliquer pour autant les surcroîts de sévérité. Bien pire, il nie l’autonomie des forces de l’ordre. Or, sur le terrain, le gendarme est seul juge. L’histoire du maintien de l’ordre doit donc s’appuyer sur une meilleure connaissance de ses acteurs. Celle-ci fait encore largement défaut, pour ce qui est de la gendarmerie du xixe siècle. Car la plupart des travaux de référence proviennent de l’institution, portent sur l’institution et occultent l’individu gendarme. Ce désintérêt des universitaires7 est d’autant moins justifié que les brigades de gendarmerie occupent tout l’espace national, disséminées dans les petites villes. En dépit d’un sous-effectif chronique8, elles détiennent un quasi-monopole de la surveillance dans les campagnes. En effet, les policiers se préoccupent d’abord de la ville qui les rémunère9, de même que les garde-champêtres, dont la compétence et le zèle sont d’ailleurs souvent remis en cause :

  • 10 Délibérations du Conseil Général, session de 1834 (ADN, 1N 47, tome (...)
  • 11 Lettre du préfet au sous-préfet d’Avesnes, 3 septembre 1830 (ADN, M 62 (...)
  • 12 Lettre du chef de bataillon de la Garde Nationale de Roubaix au préfet (...)

3« un bon garde-champêtre est une chose assez rare aujourd’hui », déplore le Conseil Général du Nord, en 183410. Quant à la Garde Nationale, elle n’a ni les moyens ni l’envie de concurrencer la gendarmerie : il importe « de ne pas la déplacer sans de graves motifs », rappelle le préfet11. D’ailleurs, devant l’afflux de mendiants belges du printemps 1847, un chef de bataillon de cette Garde avoue son impuissance : « il est hors de bon sens de supposer que cinq cavaliers, la plupart très jeunes, éloignés d’une lieue du centre de la ville, sans troupes de soutien, soient à même de disperser des groupes de 3 à 400 hommes mendiant12 ». La professionnalisation triomphe, faisant donc du gendarme le personnage principal de la police des migrants, dans les campagnes françaises du premier xixe siècle.

  • 13 Cobb, R., La protestation populaire en (...)
  • 14 Ces rapports sont dressés par le lieutenant-trésorier et le chef d’esc (...)
  • 15 Voir Houte, A.-D., Gendarmes et gendarmerie dans le département du Nord (...)

4Il s’agit donc de comprendre ce qui pousse le gendarme à l’intervention ou, au contraire, à la passivité. Qui contrôle-t-on, quand et pourquoi ? Il s’agit d’apporter quelques éléments de réponse à cette question, en se plaçant résolument du côté du on. On voudrait ainsi définir les moteurs de l’arrestation – « au ras du sol », pour reprendre la belle expression de Jacques Revel. Malheureusement, les documents manquent cruellement : les gendarmes n’expriment jamais leurs émois, si tant est qu’ils en aient. Et les procès-verbaux sont rarement conservés en tant que tels. Lorsqu’on en retrouve, au hasard des archives judiciaires, force est d’ailleurs de constater leur extrême sécheresse, que déplorait déjà Richard Cobb13. Il faut donc se résigner à enregistrer des données prétraitées, à l’image des rapports mensuels destinés au ministre de l’Intérieur. Ceux-ci comportent des statistiques concernant le service et les arrestations, quelques appréciations du chef d’escadron, et surtout un « état des arrestations » : on y trouve systématiquement l’identité du captif, la date de l’interpellation, et la brigade qui y a procédé14. Il faudra, bien sûr, compléter ces renseignements par des témoignages indirects, préfectoraux pour l’essentiel. En fait, c’est plutôt un éclairage sociologique qui doit sous-tendre cette démarche. Connaître le « migrant du gendarme » oblige d’abord à comprendre le gendarme, dans ses aspects les plus concrets, dans son rapport au métier. Sur cette question, et c’est ici que le bât blesse, on n’en est encore qu’au stade du défrichage, et il ne s’agit guère que d’avancer des pistes15. Mais l’on peut partir de ce postulat : le choix du coupable révèle sans doute moins souvent la vérité judiciaire que l’univers mental du gendarme, ses préjugés, sa fatigue, ses intérêts…

Premier et dernier relais de l’État

  • 16 Ordonnance du Roi « portant règlement sur le service de la gendarm (...)
  • 17 On connaît ainsi le tableau et le calendrier des points de corresponda (...)
  • 18 Ordonnance de 1820, article 208.
  • 19 Lettre du sous-préfet d’Avesnes au préfet, 9 janvier 1817 (ADN, M (...)
  • 20 Voir notamment LUC, J.-N., « la revalorisation de la gendarmerie sous (...)

5Pour assurer « le maintien de l’ordre et l’exécution des lois », « une surveillance continue et répressive constitue l’essence de son service16 » : la gendarmerie est avant tout chargée de la sûreté publique. En pratique, la principale figure imposée reste la tournée. Les brigades doivent parcourir tous les chemins de leur circonscription, laquelle s’étend parfois sur deux cantons. Bien entendu, certains points sont privilégiés : les grandes routes et la frontière en font naturellement partie. D’ailleurs, c’est souvent leur présence qui motive l’implantation d’une brigade de gendarmerie. Cet aperçu réglementaire rend assez bien compte de la réalité quotidienne. Car la marge de liberté des gendarmes est réduite. En effet, les itinéraires sont décidés en haut-lieu, généralement au chef-lieu d’arrondissement, où se concertent le sous-préfet et le lieutenant17. Le retour à la résidence n’échappe pas à ces contraintes : les gendarmes « ne reviennent pas par la même route ; il leur est enjoint de se porter dans l’intérieur des terres18 ». Ces exigences semblent respectées. Il faut préciser qu’une triple surveillance s’exerce. À un premier niveau, ce sont les officiers qui inspectent les brigades et vérifient la régularité du service. Pour éviter les intempestives solidarités et les silences complices, on y adjoint le concours des maires : ceux-ci doivent signer les feuilles de route des gendarmes. Enfin, rapports et procès-verbaux traduisent le bon accomplissement du travail. Dans ces conditions, il serait absurde de remettre en cause l’activité des brigades – même s’ » il en est d’autres où le service se fait mal19 ». Les gendarmes sont bien présents sur le terrain. Qu’on ne croie pas énoncer là une évidence : dans la première moitié du xixe siècle, la gendarmerie connaît une très grave crise20. Les difficultés du recrutement obligent à engager au-dessous des exigences réglementaires, tandis que le vieillissement des compagnies et les maigres perspectives de carrière favorisent une certaine apathie, souvent dénoncée. Les vagues de démissions témoignent d’ailleurs de cette démotivation. C’est donc presque paradoxalement que l’obéissance des gendarmes ne fait pas de doute.

  • 21 Lettre-circulaire du ministre de l’Intérieur au préfet du Nord, 15 sep (...)

6Chargés de l’exécution des lois, ils portent un regard vigilant sur tout ce qui pourrait les enfreindre. Polyvalents, rien de ce qui est illégal ne leur est étranger. En fait, le service obéit plus directement aux consignes du chef d’escadron, commandant de la compagnie, qui ne fait souvent que transmettre inquiétudes préfectorales et circulaires ministérielles. On rencontre ce cheminement hiérarchique des directives en septembre 1840 : « prescrivez la surveillance la plus sévère à l’égard des voyageurs qui se présentent à la frontière de votre département, afin que l’accès du territoire soit refusé à tous les ouvriers qui ne justifieraient pas d’un passeport ou d’un livret en règle21 ». Pourtant, malgré la remarquable rapidité des communications, les instructions tombent souvent hors de propos. Cette circulaire en fournit un exemple des plus caricaturaux, puisque le préfet, fidèle aux propos ministériels, recommande une plus particulière surveillance des immigrés italiens, peu nombreux sur les rives de l’Escaut et de la Lys… La centralisation du système, qui fait du gendarme le tout dernier relais de l’État, accuse le plus souvent les pesanteurs administratives. D’ailleurs, les directives officielles restent souvent très théoriques, peu au fait des réalités du terrain. Le maire de Mouchin le signale au préfet :

  • 22 Lettre du maire de Mouchin au préfet, 13 mai 1847 (ADN, M 610/4).

« vos instructions pour arrêter [les mendiants belges] sont trop vagues, chaque subalterne les interprète à sa manière, et lorsqu’il y a flux, le personnel est insuffisant. En effet, la plupart des émigrants sont porteurs d’un paquet, quelquefois d’un livret ou d’autres papiers. Si vous leur demandez leurs moyens d’existence, ils exhibent une poignée de sols et disent qu’ils vont travailler à Saint-Quentin, à Péronne, etc22 ».

7C’est pourquoi le gendarme devient régulièrement le premier relais de l’État, seul maître de la prise de décision finale. L’organisation hiérarchisée de la très militaire gendarmerie fonctionne mal, tout particulièrement lorsqu’il est question de migrations ordinaires : le libre-arbitre des gendarmes entre largement en compte, dès qu’il s’agit d’adopter une attitude.

De l’identification du migrant à la reconnaissance du suspect

  • 23 Annuaire Statistique du Département du Nord, (...)
  • 24 Rapport mensuel, janvier 1828 (AN, F7/4104). On sait que le très libér (...)
  • 25 Cochet De Savigny, M., Dictionnaire de la gendarmerie à l’usage des of (...)
  • 26 Ibid.

8Le contrôle des migrants suppose d’abord un travail d’identification. On aurait tort d’imaginer un gendarme connaissant chacun de ses concitoyens. Chaque brigade de 5 hommes surveille, en général, 7 à 8 000 habitants, qu’ils fréquentent très peu. De plus, les gendarmes sont beaucoup plus mobiles qu’on ne l’imagine : eux aussi « migrent », à l’occasion. Ainsi, les quatre-cinquièmes des sous-officiers du Nord ne restent pas plus de cinq ans dans la même résidence23. Loin de connaître parfaitement routes et hommes, certains gendarmes font donc eux-mêmes figure d’étrangers. D’autres, plus rares, s’enracinent dans un canton dont ils ne bougeront jamais. Dans ces conditions, le voyageur se définit par son bagage, sinon par son allure. La proximité de la frontière entraîne d’ailleurs une plus grande vigilance. Mais il est évidemment impossible de contrôler tous les migrants. Au-delà du nombre, c’est l’opération même qui pose problème. La présentation des papiers est généralement mal ressentie : Philibert Mouton, marchand d’aiguilles, va jusqu’à refuser « d’exhiber son passeport » aux gendarmes de Bavay, qui doivent le conduire à la mairie. La veille, c’était un militaire qui devait être incarcéré « pour refus d’exhiber sa permission à la gendarmerie qu’il a ensuite injuriée24 ». L’intervention doit donc rester ciblée : « lorsque les gendarmes demandent l’exhibition des passeports, ils doivent être en tenue, décliner leur qualité d’agents de la force publique, observer la plus grande politesse, avoir beaucoup de circonspection et s’attacher à concilier les égards dus aux citoyens avec ce que réclame la sûreté générale25 ». Nul doute que les premiers l’emportent, en un temps où les gendarmes cherchent avant tout à éviter les ennuis. Il s’agit alors de reconnaître le suspect potentiel avant d’intenter le moindre contrôle : « il ne faut jamais faire subir aux voyageurs des rigueurs inutiles26 ». Le gendarme s’efforce donc de n’agir qu’à coup sûr.

9On peut avancer un premier critère, sans doute le plus décisif, préalable à l’intervention proprement dite. Il s’agit de l’allure du migrant, de son apparente importance sociale. Victor Hugo, témoin peu obligeant, tourne en ridicule ce luxe de précautions qui entoure les contrôles délicats. Alors que la répression des insurgés de 51 bat son plein, la ligne de chemin de fer Paris-Bruxelles est particulièrement surveillée. Edgar Quinet, proscrit de décembre, voyage avec un faux passeport valaque, accompagné de Madame Cantacuzène :

  • 27 Hugo, V., Histoire d’un crime, Paris, (...)

« À Lille, le danger fut grand. Les gendarmes parcoururent les wagons l’un après l’autre, y entrèrent une lanterne à la main, et comparèrent les signalements aux voyageurs. Plusieurs, qui parurent suspects, furent arrêtés et immédiatement jetés en prison. […] [Le brigadier] demanda rudement à Quinet : – Vos papiers ? Quinet tenait son passeport tout déployé. Le gendarme lui dit : – Descendez du wagon, qu’on compare votre signalement. Il descendit. Mais précisément le passeport valaque ne contenait aucun signalement. Le brigadier fronça le sourcil et dit aux argousins : – Passeport irrégulier ! Allez chercher le commissaire ! Tout semblait perdu, mais Madame Cantacuzène se mit alors à adresser à Quinet les paroles les plus valaques du monde avec un aplomb et une volubilité incroyables, si bien que le gendarme, convaincu qu’il avait affaire à la Valachie en personne et voyant le convoi prêt à partir, rendit son passeport à Quinet en lui disant : – Bah ! Allez-vous en ! Quelques heures après, Edgar Quinet était en Belgique27. »

  • 28 Noiriel, G., « Surveiller les déplacements ou (...)
  • 29 Procès-verbal, brigade de Douai, 9 novembre 1814 ; lettre du sous-préf (...)

10Dans une situation qui favorise pourtant toutes sortes d’abus, le brigadier de service cède à l’intimidation. À la lassitude des contrôles à répétition s’ajoute certainement la peur de l’impair : les gendarmes, dont il faut rappeler l’extraction populaire, sont assurément peu habitués à interpeller les gens du monde. Car les vérifications et interpellations visent systématiquement les plus pauvres ou les plus mal vêtus : c’est bien à l’allure que la gendarmerie reconnaît tant le criminel en fuite que le vagabond ou le mendiant28. Dans cet univers mental, le chemineau constitue la figure privilégiée du crime. On pourrait presque parler d’un contrôle aux haillons… En plus d’un rapport de force disproportionné, le risque d’erreur reste marginal. C’est ce qui surprend d’autant plus les gendarmes de Douai, obligés de relâcher Louis Caytano, pourtant « prévenu de vagabondage ». La narration de son arrestation est éclairante : « avons fait rencontre d’un individu suspect, à qui j’ai demandé l’exhibition de ses papiers, a répondu n’être porteur d’aucun passeport ni congé ». Suite à ce premier aveu, le gendarme insiste, réclame nom, prénom, âge, lieu de naissance, profession, endroit de provenance et surtout moyens de subsistance. Il s’agit de confondre le vagabond, que ne pouvaient trahir jusque-là que les habits et l’accent étranger. L’opération réussit, l’homme est incarcéré. Mais il s’avère que Caytano bénéficie de hautes protections : le directeur de l’Hôtel de la Monnaie, à Lille, obtient sa libération29… Hormis le pittoresque dénouement, l’affaire semble représentative de ces innombrables arrestations. Les gendarmes s’efforcent avant tout de limiter les risques en allant au plus évident. Les autorités judiciaires, sinon les faits, leur donnent souvent raison, ce qui conforte d’autant plus cette propension à contrôler les haillons.

  • 30 ADN, M 135/35.

11Cette première distinction, « censitaire », n’épuise évidemment pas le travail d’identification des suspects. Les vagabonds ne constituent qu’une minorité sur laquelle, il est vrai, on s’acharne plus volontiers. Seuls les militaires semblent systématiquement contrôlés : l’abondance des garnisons explique alors les forts contingents de déserteurs arrêtés. En effet, l’abandon de l’uniforme, d’ailleurs peu aisé, ne trompe pas la vigilance des gendarmes. Les autres migrants rencontrés bénéficient d’une plus grande clémence. Les statistiques des arrestations en témoignent, quelle que soit leur imprécision. La stabilité des arrestations de vagabonds, surreprésentés, fait écho aux spectaculaires écarts des interpellations d’immigrants. En effet, les « étrangers sans passeports » sont pour l’essentiel des migrants temporaires, la plupart frontaliers. Vers juin ou juillet, ils passent la frontière, par petits groupes, tous issus d’un même village, et se mettent en quête d’un emploi agricole. D’autres trouvent des engagements dans les fabriques ou sur les chantiers, portuaires notamment. En règle générale, nul ne se soucie de la régularité de leurs papiers : leur venue est devenue une nécessité économique pour les notables du département. Par endroits, il est vrai, la population s’inquiète de cette main-d’œuvre parasite. En 1819, la gendarmerie doit intervenir à Roubaix, mais c’est pour protéger des Belges qu’il n’est jamais question d’expulser30. Dans ces conditions, les gendarmes savent se montrer tolérants. Mais, dès lors qu’une crise éclate et que le travail vient à manquer, la colère monte contre ces travailleurs immigrés, devenus des mendiants potentiels. Le gendarme doit alors intervenir et tirer profit du moindre prétexte pour arrêter ces groupes.

  • 31 De plus, elles concordent globalement avec les dénominations officiell (...)

12En somme, le gendarme garde présente à l’esprit une sorte de taxinomie des différents migrants : vagabonds, voyageurs, migrants temporaires… La liste pourrait bien sûr être allongée (déserteurs, colporteurs, que l’on contrôle volontiers), mais ces catégories schématiques, qu’il faudrait enrichir de subtiles nuances, ont l’avantage d’être aisément reconnaissables et réellement opérantes : elles regroupent l’essentiel des rencontres ordinaires31. Fortune et dangerosité distinguent donc de plus en plus sûrement ces hommes et trient le bon grain de l’ivraie. Bien entendu, le passage à l’interpellation n’a rien de systématique pour autant. Tout est alors question de contexte.

Un temps pour arrêter…

  • 32 Rapports annuels (ibid.) et Annuaire Statistique du département du Nor (...)
  • 33 Rapports mensuels (AN, F7/4103-4104).
  • 34 Que penser de ce récit de Pierre Rivière : « je résolut de me déclarer à un gendarme, je revins (...)
  • 35 Ordonnance de 1820, article 179, alinéa 35.
  • 36 Lettre du sous-préfet d’Hazebrouck au préfet, 6 juillet 1848 (ADN, 5R (...)
  • 37 Lettres de la commission de surveillance de la Maison d’Arrêt de Valen (...)
  • 38 Lettre du conseil d’arrondissement de Dunkerque au préfet, 1847 (ADN, (...)
  • 39 Lettre du chef d’escadron au préfet, 10 mai 1847 (ADN, M 610/4).

13Il faut d’abord de nouveau insister sur la banalité des arrestations de migrants. Les chiffres sont éloquents, et ils augmentent régulièrement en valeur absolue, avec la lente progression des effectifs de gendarmerie. Même au début des années 1840, alors que le total des arrestations stagne, on dénombre au moins 25 % de migrants parmi les interpellés32. Encore faut-il rappeler que les brigades frontalières voient cette proportion s’accroître nettement. Ces interventions sont donc routinières. De juillet 1827 à juin 1828, les gendarmes de Steenvoorde arrêtent cinquante-quatre individus ; parmi eux, au moins vingt migrants : il ne se passe pas un mois sans que la brigade n’en interpelle33. Or, ces captures n’ont pas grand-chose de gratifiant. Au contraire des fraudeurs, sédentaires, les itinérants ne défient pas les gendarmes. C’est le plus souvent le hasard, et non l’investigation, qui provoque la rencontre. Quant aux vrais bandits en fuite ou aux prisonniers évadés, ils sont rares, et parviennent souvent à se dissimuler34. En témoignent les suites judiciaires : si mendiants et vagabonds encourent quelque peine de prison, les étrangers sont simplement présentés à l’autorité municipale35. En règle générale, ils sont ensuite reconduits à la frontière, le plus tôt possible. Il s’agit donc, pour le gendarme, d’un réel surcroît de travail. C’est pourquoi l’on s’efforce, à l’initiative du sous-préfet d’Hazebrouck, de combiner le service, de sorte qu’il suffise aux gendarmes de « déposer les malheureux arrêtés au dépôt de police ou dans la prison la plus voisine pour être reconduits à la frontière par la plus proche correspondance de la gendarmerie, qui a lieu tous les cinq jours au moins ». En pratique, la durée de la rétention peut même s’allonger, lorsque les brigades sont surchargées de travail36. Ce système, généralisé à tout le département, provoque le courroux des notables valenciennois, inquiets de « la présence pendant cinq jours de tout ce que la société a de plus abject dans son sein ». Le préfet fait droit à ces plaintes répétées ; dès 1852, les gendarmes de l’arrondissement doivent reconduire les détenus à la frontière le lendemain de leur arrestation37. Quoi qu’il en soit, cette mission d’escorte fait figure de corvée : elle complique l’organisation du travail, elle allonge plus souvent la tournée qu’elle ne l’abrège, tandis que la vigilance des gendarmes est monopolisée par la surveillance de ces étrangers. De plus, l’arrestation ne freine pas les flux migratoires, pas plus qu’elle ne dissuade les récidivistes. La crise de 1847 fait figure de révélateur. Depuis quelques années, les mauvaises récoltes et la crise économique ruinent la Belgique. Dès la fin de l’hiver, des bandes de mendiants s’aventurent par-delà la frontière et sèment une véritable panique chez les notables du département. Le conseil d’arrondissement de Dunkerque s’inquiète alors des maigres résultats de la répression : « trois fois par mois, la gendarmerie reconduit en Belgique les vagabonds de ce royaume, ces mendiants sont rentrés en France aussitôt que les gendarmes les ont expulsés38 ». Le découragement guette sans doute des brigades déjà fatiguées, peu disposées à redoubler de zèle. C’est pourtant à la brigade de Roubaix, dont tous les observateurs reconnaissent l’extrême épuisement, que le chef d’escadron de la compagnie doit confier, cette même année, la protection de la ville de Tourcoing : deux tournées supplémentaires, chaque semaine, contribuent à alourdir sa charge de travail39. En temps ordinaire, comme en période de crise, les gendarmes ne traquent certainement pas les migrants. L’intérêt de la prise ne saurait compenser les complications qu’elle engendre. On voit mal, dès lors, quelle motivation personnelle viendrait appuyer la surveillance.

  • 40 Rapport mensuel, juin 1846 (AN, F7/4106).
  • 41 Discours d’ouverture de session, Conseil Général, 1834 (ADN, 1N 47, to (...)
  • 42 Rapport annuel, 1819 (AN, F7/4103).
  • 43 Correspondance entre le sous-préfet de Dunkerque et le préfet, 7 et 8 (...)
  • 44 Rapports mensuels, avril à juillet 1847 (AN, F7/4106). Voir aussi F. L (...)
  • 45 ADN, M 610/4.

14La plupart se contentent donc d’obéir aux directives et de rester attentifs aux rencontres suspectes. Reste néanmoins à définir une plus ou moins grande tolérance. Celle-ci dépend étroitement de l’attitude des autorités. En effet, on sait que les notables profitent parfois de l’immigration belge et des migrations intérieures. Quant aux autres itinérants, on ne cherche pas nécessairement à les arrêter : la régularité du contrôle est bien plus importante que l’intensité de la répression. La maigreur du rendement des brigades en témoigne : en juin 1846, pour 834 patrouilles, 134 embuscades nocturnes et 636 visites d’auberges, on ne compte guère que 137 arrestations40. C’est ainsi que le préfet du Nord peut se féliciter, en 1834, de la « satisfaisante nullité » des rapports de gendarmerie41. De même, le chef d’escadron interprète la baisse des arrestations comme un signe de la vigilance accrue des gendarmes42. Peut-être faut-il alors introduire une distinction : si l’État (c’est-à-dire ministres et préfets) se préoccupe moins de l’arrestation des suspects que de leur surveillance, les autorités locales, au contact du danger, souhaitent une action plus directement répressive. On retrouve cette dichotomie lors de la crise de 1847. Le sous-préfet de Dunkerque s’inquiète, en effet, des « nombreuses bandes de mendiants belges qui envahissent l’arrondissement de Dunkerque et que je fais chaque jour reconduire par la gendarmerie à la frontière par vingtaines. Mais cette mesure est inefficace : car ils rentrent immédiatement ». C’est pourquoi il en vient à demander l’aide des douanes, et surtout la fermeture « absolue » de la frontière aux « étrangers dépourvus de moyens d’existence ». Le préfet refuse de céder à cette requête ; il ne peut interdire l’accès du royaume qu’aux « étrangers démunis de papiers43 ». La divergence est de taille, elle ne cesse de s’accuser durant ce rude printemps. Pris entre deux feux, les gendarmes suivent en fait les directives locales. À l’est du département, dans l’arrondissement d’Avesnes, la brigade du Quesnoy n’arrête aucun migrant d’avril à juillet 1847. Dans le même temps, la brigade de Bergues, voisine de Dunkerque, en interpelle dix. Bien sûr, les « mendiants belges » sont beaucoup plus nombreux en Flandre qu’en Thiérache ; mais, à zèle comparable (16 arrestations dans les deux cas), l’écart reste significatif. Et Roubaix, pourtant très affectée par ces flux migratoires incontrôlés, n’arrête que quatre Belges… D’ailleurs, la brigade de Dunkerque multiplie les rafles durant la même période. On retrouve cette sévérité dans tout l’Ouest du département, jusqu’au canton d’Armentières44. Force est de constater que les zones de plus grande répression sont aussi celles dont les notables dénoncent, avec le plus d’ardeur, la mollesse préfectorale45. Ce sont aussi celles qui souffrent le plus des mauvaises récoltes et du renchérissement des denrées. Une fois de plus, le gendarme obéit aux circonstances et adapte les instructions du chef d’escadron en fonction des recommandations des autorités locales. Il s’agit avant tout d’éviter des heurts préjudiciables à la bonne coopération des diverses administrations. Mais il faut aussi garder la confiance des notables et gagner l’estime de la population. En cette première moitié du xixe siècle, la gendarmerie est plus souvent accablée d’injures et de menaces que de louanges. Elle sait que sa seule légitimité réside dans son efficacité, dans son utilité. C’est donc le pragmatisme qui guide l’action des gendarmes.

De l’utilité du migrant

  • 46 Rapports mensuels, juillet 1826 (AN, F7/4103) et juin 1847 (F7/4106).
  • 47 Lentacker, F., « les ouvriers belges », art. (...)
  • 48 Lettre du maire de Roubaix au préfet, 30 juillet 1819 (ADN, M 135/35).
  • 49 C’est en 1848 que la xénophobie atteint son paroxysme : les Belges son (...)
  • 50 Rapport mensuel, juin 1838 (AN, F7/4105).
  • 51 Rapports mensuels (F7/4103 à 4106).

15Car l’arrestation des migrants présente tout de même quelques avantages pour la brigade qui s’en occupe. À commencer par ce surcroît de légitimité : les gendarmes, en montrant leur efficacité, s’assurent la gratitude – souvent éphémère, il est vrai – des autorités. Or, dans un contexte de blocage des carrières, l’avancement d’un sous-officier dépend de l’appréciation du sous-préfet et, dans une moindre mesure, des maires. De même, les mutations peuvent être grandement facilitées par la recommandation d’un notable. Quant à la population, elle coopérera sans doute plus aisément avec des brigades dont elle a remarqué le « bon » travail. Celui-ci se fait donc voyant, au moyen de véritables rafles : en juillet 1826, Bavay arrête 62 Belges. Le lendemain, Valenciennes en capture 39. En 1847, ce sont des familles entières, femmes et enfants compris, qui tombent dans les filets de la brigade de Dunkerque46. L’opération est spectaculaire, parfois trop : l’Echo du Nord évoque les pleurs des enfants amenés à la Maison d’Arrêt47… La légitimité de la gendarmerie naît peut-être, paradoxalement, de ces opérations peu glorieuses et peu gratifiantes. En temps de prospérité, la situation n’est guère différente : le migrant que l’on arrête est alors, le plus souvent, un vagabond ou un mendiant, parfois un saltimbanque ou un colporteur. Il est rare que ces individus trouvent des défenseurs dans la communauté paysanne. De même, dans les villes, « le Français boit avec le Belge48 », mais n’hésite pas à le chasser avec force violences dès que le travail vient à manquer49. À l’inverse, les déserteurs bénéficient d’une plus grande sympathie, dans ces pays où l’on s’est longtemps rebellé contre la conscription. C’est ainsi qu’en juin 1838, « l’arrestation d’un déserteur de la commune d’Asnon (arrondissement de Valenciennes) a produit un rassemblement qui a enlevé de force ce militaire des mains de la gendarmerie ». Les gardes champêtres ne s’y trompent pas, « qui ont refusé de prêter main-forte à la gendarmerie50 ». En règle générale, les gendarmes, soucieux d’éviter les troubles, ne se hasardent pas contre si forte partie. On remarque ainsi que les déserteurs sont arrêtés bien avant qu’ils n’aient rejoint leur lieu de naissance51. Le soutien de la population suffit sans doute à protéger le migrant, mais il reste parcimonieux, marginal.

  • 52 Lettre du commissaire de police au sous-préfet de Douai, 30 juillet 18 (...)
  • 53 Procès-verbal, brigade de Cassel, 4 mars 1820 (ADN, M 135/68).
  • 54 Rapport mensuel, juin 1828 (AN, F7/4104).

16Dans tous les cas, les brigades adoptent une stratégie du moindre risque. Les gendarmes patrouillent par paire, au moins ; ils sont toujours armés, à cheval pour la plupart. Face à ces hommes bien entraînés et bien équipés, ni les vagabonds, ni les groupes de mendiants ne peuvent ou ne veulent se défendre. Au contraire, lorsque l’individu semble trop menaçant, les gendarmes rechignent à intervenir. À la gare de Douai, en 1848, les gendarmes de faction refusent d’interpeller un Anglais visiblement « aliéné ». Il faut attendre qu’un agent de police soit frappé pour qu’ils se décident à arrêter le coupable, « de mauvaise grâce ». Pire, ils libèrent l’homme dès leur sortie de la gare52. Ce type de défaillance reste rare, mais il démontre une certaine prudence qu’aucun acte de témérité ne vient démentir. Le zèle reste donc très réfléchi. Les gendarmes interpellent d’autant plus volontiers les itinérants qu’ils n’y courent pas grand danger. Cette logique est parfois poussée jusqu’à son terme : l’arrestation des migrants permet en effet d’éviter des interventions plus risquées, à tous points de vue. Lorsqu’un vol ou un meurtre est commis dans le village, le vagabond le plus proche est toujours le premier suspect. Au-delà des structures mentales et de l’intime conviction des gendarmes, le migrant devient bouc-émissaire parce qu’il simplifie l’enquête et facilite l’arrestation. Nul ne s’y opposera, tant chez les habitants que chez les autorités judiciaires. À l’extrême, lorsque le préfet s’inquiète de l’arrestation abusive d’un colporteur, accusé d’avoir tenu des propos alarmistes dont nul ne se souvient, les gendarmes de Cassel rappellent leur bon droit : « nous avons jugé à propos de l’arrêter comme n’étant point porteur de passeport et comme alarmiste53 ». Le premier motif suffit à disculper les gendarmes et à excuser l’empressement de l’enquête. De même, lorsque le nombre des arrestations baisse trop nettement, la brigade perd sans doute de sa tolérance. En effet, si le discours officiel n’appelle certes pas à « faire du chiffre », les statistiques des arrestations fournissent néanmoins aux autorités un précieux indicateur de zèle. De fait, les interventions semblent plus nombreuses en fin de mois, et elles visent peut-être plus souvent les migrants, à l’image de la brigade de Steenvorde : celle-ci n’a que deux arrestations à son actif, pour les vingt premiers jours de juin 1828. Le 21, elle double ce maigre nombre en interpellant des Belges dépourvus de papiers54. On retrouve assez souvent ce type d’arrestations pour qu’il n’y ait pas là qu’un simple heureux hasard. Pour autant, cette quête du chiffre reste sans doute marginale. Il est vrai, cependant, que l’arrestation des migrants est plus facile et qu’elle fait rapidement nombre. En effet, le souci du risque minimum se conjugue avec une véritable rationalisation du travail. Lors des crises, la technique des rafles aboutit à une réelle productivité : il s’agit de profiter des regroupements naturels de migrants pour démontrer l’efficacité de la brigade. On retrouve donc toujours chez les gendarmes cette volonté de limiter les risques et la fatigue. De ce point de vue aussi, l’afflux de migrants, bien géré, peut devenir d’un réel intérêt.

Le migrant du gendarme

17Armés de ces premières remarques, on peut esquisser les contours d’un portrait. D’abord, le migrant du gendarme n’a rien d’un ennemi que l’on pourchasserait avec ténacité. Les brigades y voient un moyen plutôt qu’une fin : moyen de gagner en légitimité, de limiter la fatigue et les risques… La capture du migrant n’est pas un but en soi. Il est vrai que les sentiments des gendarmes sont désormais perdus. Mais il semble bien qu’aucune animosité personnelle ne vienne nourrir le désir d’arrestation, et l’on n’a jamais rencontré de brigadier xénophobe. En fait, les itinérants n’inspirent pas tellement la plume procédurière des gendarmes. En tant que tels, ils n’apparaissent d’ailleurs pas : l’éclatement des migrants arrêtés en diverses rubriques prédéfinies en témoigne. Pourtant, ils font partie intégrante du travail quotidien. Omniprésents, ils constituent bel et bien une catégorie – subdivisée – qui guide le travail d’identification des suspects. Cette classification de terrain reste mouvante, par définition : il serait très excessif de raisonner en terme de stéréotypes. En effet, son objectif est exclusivement pratique. Il s’agit d’éviter les erreurs et les prises de risque inconsidérées. Au fil du temps, le geste se mécanise peut-être : la force de l’habitude fige les préjugés, et l’efficacité générale de ceux-ci les renforce. Pour autant, le systématisme n’est pas de mise, et c’est le contexte qui détermine l’attitude à adopter. D’ailleurs, les vraies ruptures sont cycliques, sinon saisonnières, et elles se définissent d’abord par une moindre tolérance des autorités, mais aussi de la population, face à la présence des migrants. Au fond, le travail du gendarme consiste d’abord à traduire ce sentiment en arrestations, aussi mécaniquement que le permettent les circonstances.

18On le voit, en l’état des sources, le migrant du gendarme ne se lit qu’en termes dépassionnés : obéissance, légitimité, moindre risque, moindre fatigue. Peut-être est cela qui importe : le gendarme du premier xixe siècle n’a pas d’opinion apparente, ni même opérante, concernant les migrants. L’indéniable libre-arbitre dont il bénéficie se traduit alors en stratégies objectives. Ces conclusions sont sans doute trop tranchées pour restituer toute la réalité du temps – on ne sait pas évaluer avec sûreté l’idée que le gendarme se fait de son devoir. Du moins visent-elles à proposer un modèle explicatif qui voudrait d’abord rappeler l’importance d’une histoire sociale du maintien de l’ordre. La police des migrations se conduit au niveau local, c’est aussi à cette échelle qu’elle se détermine. L’étude des politiques répressives ne peut plus ignorer la connaissance de ses acteurs, et notamment des gendarmes. En ce sens, cette communication doit s’inscrire dans un chantier ouvert.

Annexe -Arrestations faites par la gendarmerie du Nord (1820-1830)

Annexe -Arrestations faites par la gendarmerie du Nord                     (1820-1830)

Source : Rapports annuels au ministre de l’Intérieur (AN, F7/4103-4104)

Notes

1 Courrier du Nord, n° 4744, 21 novembre 1840. Archives Départementales du Nord (ADN), M 137/54.

2 Loi du 28 germinal an VI, article 3. Sauf indication contraire, tous les textes réglementaires cités proviennent du Mémorial de la Gendarmerie, vaste collection établie par le Service Historique de la Gendarmerie Nationale.

3 Discours d’ouverture de session du Conseil Général (ADN, 1N 89, tome VII, p. 6).

4 Pouthas, C.-H., « L’évolution démographique du département du Nord dans la première moitié du xixe siècle », Revue du Nord, Lille, tome XXXVI, 1954, p. 334. Voir aussi Dupâquier, J., s.d., Histoire de la population française, tome 3 : de 1789 à 1914, Paris, 1988, PUF, p. 149.

5 Voir Lentacker, F., La frontière franco-belge. Étude géographique des effets d’une frontière internationale sur la vie de relations, Lille, 1974, p. 196-203.

6 Le sous-préfet de Dunkerque doute d’ailleurs de leur zèle et de leur efficacité, en période de crise ; lettre au préfet du Nord, 8 mai 1847 (ADN, M 610/4). Ne sont-ce pas ces mêmes douaniers qui laissent fuir un dangereux criminel en 1850, le confondant dans l’obscurité avec leur lieutenant ? (ADN, 2U 1/578).

7 Il faut néanmoins signaler le récent regain d’attention pour cet important chantier. En témoigne notamment la tenue à la Sorbonne, en mars 2000, d’un colloque consacré à « La gendarmerie nationale au xixe siècle ».

8 Ainsi, le département du Nord ne compte-t-il en 1850 que 36 brigades, soit moins de 200 gendarmes. Encore vient-il de bénéficier d’une sérieuse revalorisation : en 1820, on ne dénombre que 25 ou 26 brigades.

9 Lors du difficile hiver 1830, la police de Lille refuse sèchement d’envoyer des renforts hors de sa circonscription ; rapport du commissaire central au préfet du Nord, 25 décembre 1830 (ADN, M 620/4).

10 Délibérations du Conseil Général, session de 1834 (ADN, 1N 47, tome XXII, p. 222).

11 Lettre du préfet au sous-préfet d’Avesnes, 3 septembre 1830 (ADN, M 620/4).

12 Lettre du chef de bataillon de la Garde Nationale de Roubaix au préfet, 25 mai 1847 (ADN, M 610/4).

13 Cobb, R., La protestation populaire en France (1789-1820), Paris, 1975, Calmann-Lévy, p. 32-33

14 Ces rapports sont dressés par le lieutenant-trésorier et le chef d’escadron de chaque compagnie (AN, F7/4103 à F7/4106). Dans les États d’arrestations, les migrants se disséminent en rubriques préétablies : notamment « mendiants, vagabonds, gens sans aveu », « étrangers sans passeports », « déserteurs ». Il n’est pas toujours aisé de les y retrouver.

15 Voir Houte, A.-D., Gendarmes et gendarmerie dans le département du Nord (1814-1852), Phénix Éditions, Paris, 2000, 243 p. : cet ouvrage est la publication d’un mémoire de maîtrise soutenu en 1999 à Paris IV-Sorbonne sous la direction de M. Jean-Noël Luc.

16 Ordonnance du Roi « portant règlement sur le service de la gendarmerie », 29 octobre 1820, article 1er. Ce texte reste la principale référence réglementaire jusque 1854.

17 On connaît ainsi le tableau et le calendrier des points de correspondance des brigades de l’arrondissement d’Hazebrouck ; lettre du sous-préfet d’Hazebrouck au préfet, 6 juillet 1848 (ADN, 5R 39). Voir aussi l’ordonnance de 1820, article 194.

18 Ordonnance de 1820, article 208.

19 Lettre du sous-préfet d’Avesnes au préfet, 9 janvier 1817 (ADN, M 135/12).

20 Voir notamment LUC, J.-N., « la revalorisation de la gendarmerie sous la Monarchie de Juillet (1841-1847) », Revue Historique des Armées, n° 213, décembre 1998, p. 15-40.

21 Lettre-circulaire du ministre de l’Intérieur au préfet du Nord, 15 septembre 1840 ; circulaire préfectorale du 16 septembre 1840 (ADN, M 610/14).

22 Lettre du maire de Mouchin au préfet, 13 mai 1847 (ADN, M 610/4).

23 Annuaire Statistique du Département du Nord, années 1835 à 1846 (ADN).

24 Rapport mensuel, janvier 1828 (AN, F7/4104). On sait que le très libéral Arthur Young s’indignait déjà de ces tracas administratifs ; Young, A., Voyages en France, UGE, Paris, 1970, p. 169-170.

25 Cochet De Savigny, M., Dictionnaire de la gendarmerie à l’usage des officiers, sous-officiers et gendarmes, Paris, 1857, 6e éd. (mise à jour de Maurice Perreve), p. 337. Cochet de Savigny, ancien chef d’escadron, a dirigé le très influent Journal de la Gendarmerie de France. Ce manuel pratique semble avoir connu une grande diffusion dans les casernes de gendarmerie. On peut citer aussi ordonnance de 1820, article 179, alinéa 35 : « il est enjoint à la gendarmerie de se comporter dans l’exécution de ce service avec honnêteté ».

26 Ibid.

27 Hugo, V., Histoire d’un crime, Paris, Imprimerie Nationale-Ollendorf, Œuvres complètes, 1907, p. 132.

28 Noiriel, G., « Surveiller les déplacements ou identifier les personnes ? Contribution à l’histoire du passeport en France de la Ire à la IIIe République », Genèses, n° 30, mars 1998, p. 77-100.

29 Procès-verbal, brigade de Douai, 9 novembre 1814 ; lettre du sous-préfet de Douai au préfet, 14 novembre 1814 (ADN, M 133/3).

30 ADN, M 135/35.

31 De plus, elles concordent globalement avec les dénominations officielles, sclérosées, dans lesquelles le gendarme doit ranger les hommes arrêtés : les « mendiants, vagabonds, gens sans aveu » ne sont pas des « étrangers sans passeports », ils ne commettent pas le même délit, n’encourent pas la même peine.

32 Rapports annuels (ibid.) et Annuaire Statistique du département du Nord (ADN). Voir tableau en fin d’article.

33 Rapports mensuels (AN, F7/4103-4104).

34 Que penser de ce récit de Pierre Rivière : « je résolut de me déclarer à un gendarme, je revins où ils étaient ; je m’assit de nouveau devant eux, et les voyant toujours indifférents à mon égard, je résolut de retourner dans les bois » (sic) ? in Foucault, M. (éd.), Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère…, Paris, Gallimard-Julliard, 1973, p. 142.

35 Ordonnance de 1820, article 179, alinéa 35.

36 Lettre du sous-préfet d’Hazebrouck au préfet, 6 juillet 1848 (ADN, 5R 39). Cette mise au point rappelle des décisions prises en 1845, et précise que la détention ne peut excéder vingt jours, en vertu de la loi du 10 vendémiaire an IV.

37 Lettres de la commission de surveillance de la Maison d’Arrêt de Valenciennes au préfet, 23 novembre et 26 décembre 1851 ; annotation marginale d’origine préfectorale (ADN, 5R 27).

38 Lettre du conseil d’arrondissement de Dunkerque au préfet, 1847 (ADN, 5R 18).

39 Lettre du chef d’escadron au préfet, 10 mai 1847 (ADN, M 610/4).

40 Rapport mensuel, juin 1846 (AN, F7/4106).

41 Discours d’ouverture de session, Conseil Général, 1834 (ADN, 1N 47, tome XXII).

42 Rapport annuel, 1819 (AN, F7/4103).

43 Correspondance entre le sous-préfet de Dunkerque et le préfet, 7 et 8 mai 1847 (ADN, M 610/4). Le préfet craint de provoquer par des mesures trop restrictives une série d’émeutes.

44 Rapports mensuels, avril à juillet 1847 (AN, F7/4106). Voir aussi F. Lentacker, « Les ouvriers belges dans le département du Nord au milieu du xixe siècle », Revue du Nord, Lille, tome XXX-VIII, 1956, p. 11.

45 ADN, M 610/4.

46 Rapports mensuels, juillet 1826 (AN, F7/4103) et juin 1847 (F7/4106).

47 Lentacker, F., « les ouvriers belges », art. cit., p. 11.

48 Lettre du maire de Roubaix au préfet, 30 juillet 1819 (ADN, M 135/35).

49 C’est en 1848 que la xénophobie atteint son paroxysme : les Belges sont obligés de fuir (ADN, M 620/12).

50 Rapport mensuel, juin 1838 (AN, F7/4105).

51 Rapports mensuels (F7/4103 à 4106).

52 Lettre du commissaire de police au sous-préfet de Douai, 30 juillet 1848 (ADN, 5R 31). Il est vrai que les mauvaises relations entre les deux forces de polices n’incitaient pas les gendarmes à redoubler de zèle, bien au contraire.

53 Procès-verbal, brigade de Cassel, 4 mars 1820 (ADN, M 135/68).

54 Rapport mensuel, juin 1828 (AN, F7/4104).

Table des illustrations

Titre Annexe -Arrestations faites par la gendarmerie du Nord (1820-1830)
Légende Source : Rapports annuels au ministre de l’Intérieur (AN, F7/4103-4104)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/21058/img-1.png
Fichier image/png, 502k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable