Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Première partie. Violences littorales

La violence des grèves, les sociétés littorales et les naufrages sur les côtes saintongeaises (1680-1781)

Jacques Péret

Texte intégral

  • 1 Archives départementales de Charente-Maritime (ADCM), B 52, ordonnance du capitaine gardecôte de R (...)
  • 2 Voir l’analyse d’Alain Cabantous sur « la genèse du mythe » du naufrageur dans le chapitre IX, « I (...)
  • 3 Ouvrage cité note 2 qui a renouvelé le sujet en lui donnant toute sa dimension historique et cultu (...)

1Les populations littorales traînent traditionnellement derrière elles une réputation de violence au moins jusqu’au xixe siècle. Trois images leur restent attachées : celle de « naufrageurs » attirant les navires à la côte, celle de pilleurs d’épaves et de détrousseurs de naufragés et enfin celle d’une violence extrême allant jusqu’au massacre des rescapés du naufrage. Ces stéréotypes reposent sur quelques rares sources1, à manier avec prudence et discernement et surtout sur les discours des élites amplifiés dans la littérature du xixe siècle2. Alain Cabantous, dans son magistral ouvrage3 a parfaitement démonté ces mythes et rendu à l’événement sa dimension historique. Ses conclusions sont désormais solidement établies.

2Il nous a paru cependant intéressant de reprendre le dossier en analysant méthodiquement et de manière exhaustive tous les phénomènes de pillages et de violences survenus après un naufrage pendant un siècle, sur une portion limitée du littoral français, en l’occurrence les rivages dépendant de l’Amirauté de Marennes, correspondant aux côtes de Saintonge.

  • 4 Voir la thèse de Papy (Louis), La côte atlantique de la Loire à la Gironde, Bordeaux, 1941.
  • 5 Voir les travaux de Huetz de Lemps (Christian), Géographie du commerce bordelais à la fin du règne (...)

3Cet observatoire nous a paru intéressant à double titre : d’une part par sa diversité (longues côtes sableuses ou rocheuses inhospitalières d’Oléron ou d’Arvert, estuaire de la Gironde, côtes marécageuses de la Charente à la Seudre)4, d’autre part parce que cet espace maritime correspond aux approches de la Gironde porte d’entrée et de sortie de Bordeaux, premier port français au xviiie siècle5. C’est donc un véritable rail maritime qui longe les côtes saintongeaises, avec ses ramifications dans les pertuis, parcouru par des milliers de bateaux, des caboteurs chargés de sel et de vin aux grands trois-mâts du commerce colonial. La densité de ce trafic, des conditions de navigations particulièrement difficiles aux abords de la Gironde font de ces rivages un site privilégié de naufrages et par la suite de pillages par les populations riveraines.

  • 6 Breton (Emmanuelle), Les naufrages dans l’Amirauté de Marennes (1680-1700), mémoire de maîtrise, P (...)

4Ce sont les procédures de naufrages instruites par l’Amirauté de Marennes qui constituent la base de notre corpus. Il s’appuie sur les données et les résultats de deux mémoires de maîtrise, ceux d’Emmanuelle Breton et Najib Azouagh6 et sur nos dépouillements personnels.

5Nous chercherons dans un premier temps à mesurer l’ampleur du phénomène de pillages et de violences littorales depuis les années 1680 jusqu’en 1781, avant d’en dégager une typologie la plus précise possible et enfin nous tenterons de comprendre les comportements de ces populations littorales, leur logique face à l’événement qu’est le naufrage

Naufrages et pillages : la mesure de l’événement

6Il convient de partir de l’événement en quelque sorte fondateur du pillage, autrement dit le naufrage qui conditionne la violence qui va suivre.

Le naufrage ou la violence de la mer

  • 7 Lacune totale de 1707 à 1712, partielle pour les années 1680. Absence des sources de l’Amirauté ap (...)

7La violence de la mer, évidente pour les marins mais à laquelle sont aussi confrontées les populations riveraines (directement pour les familles de gens de mer, indirectement pour tous les autres soumis aux rythmes des tempêtes notamment) se manifeste de manière spectaculaire et dramatique par le naufrage. 541 naufrages ont été dénombrés de 1680 à 1781 sur les rivages de l’Amirauté de Marennes. Ce chiffre est à coup sûr inférieur à la réalité, du fait de lacunes totales ou partielles des sources certaines années7. À partir de là, on peut estimer qu’environ 7 naufrages par an constituent une moyenne vraisemblable, avec de grosses irrégularités depuis les 19 naufrages de 1729, année maudite, jusqu’aux un ou deux accidents les années tranquilles. Sans surprises, les naufrages se produisent pour 80 % d’entre eux à la mauvaise saison, d’octobre à avril, temps des dépressions et tempêtes venues de l’Atlantique, les mois d’été plus calmes ne connaissant que quelques coups de vent épisodiques mais parfois ravageurs.

  • 8 Les dangers culminant au nord de l’île autour de la pointe de Chassiron prolongée en mer par les r (...)
  • 9 Rupture des câbles des ancres surtout.
  • 10 Voir les plaintes contre les pilotes et les confusions par mauvais temps entre les feux de Chassir (...)

8La carte met en évidence une géographie très marquée des naufrages. D’un côté, la zone des pertuis, abritée des vents d’ouest par les îles, espace de navigation où ne surviennent que 5 % des accidents ; de l’autre les côtes exposées aux vents, sans abris, précédées de bancs de sable ou de roches sur lesquels vient déferler la houle venue du large et l’embouchure de la Gironde où la navigation est toujours extrêmement difficile avec un mélange de courants violents, de mer hachée et dure et de passes étroites très difficiles à suivre dès que le vent, la mer et la mauvaise visibilité sévissent. La côte « sauvage » d’Oléron vient en tête avec 37 % des naufrages8, suivie par la « coste d’Arvert » (25 %) avec le redoutable pertuis de Maumusson, véritable cimetière à navires et par l’embouchure de la Gironde proprement dite autour de la pointe de la Coubre et du phare de Cordouan en pleine mer (17 %) ; les dangers se réduisent dans l’estuaire de la Gironde même si les violents coups de vent, surtout du sud-ouest expliquent les 94 naufrages (17,3 %). C’est donc sur ces rivages que sont drossés par les vents d’ouest lors des tempêtes d’hiver les navires qui entrent ou sortent de la Gironde ; la moindre défaillance matérielle9, la moindre faute de navigation10 sont aussitôt sanctionnées par l’échouage sur les bancs de sable ou de rochers ou le naufrage dans les brisants.

9Ce sont les « barques », petites unités de moins de 50 tonneaux qui paient le plus lourd tribut à l’Océan, en fournissant les deux tiers des bateaux naufragés, suivies par les navires du cabotage européen (entre 50 et 100 tonneaux en moyenne) et par les vaisseaux du grand commerce transatlantique (15 % des navires naufragés). La taille, le tonnage ne mettent pas à l’abri des fortunes de mer.

  • 11 Dans des conditions extrêmes le plus souvent, dans l’eau glaciale sur une plage déserte avec plusi (...)
  • 12 ADCM, B 151.

10Enfin, le naufrage est parfois synonyme de mort. Si la majorité des accidents se traduisent par un échouement sur les bancs de sable ou rocheux proches du rivage et permettent à l’équipage de gagner la côte tant bien que mal11, près de 20 % des naufrages survenus plus loin en mer ou en pleine tempête sont suivis de noyades avec quelques hécatombes spectaculaires comme pour le Hasard, chargé de soldats en partance pour les Antilles qui coule devant la « coste d’Arvert » en 1768 avec 200 morts à la clef12.

Localisation des pillages dans l’Amirauté de Marennes (1680-1781)

Localisation des pillages dans l’Amirauté de Marennes (1680-1781)

Mesurer et cerner les pillages

  • 13 Sur le cadre juridique et institutionnel Valin (René-Josué), Nouveau commentaire sur l’Ordonnance (...)

11Le corpus de pillages, terme ambigu comme l’a souligné A. Cabantous, a été constitué à partir de toutes les mentions de ramassages illicites sur les grèves, de vols, de pillages et de démolitions d’épaves, de violences verbales et physiques dénoncés par les équipages naufragés, les garde-côtes ou les officiers, que les faits aient été suivis d’une information et d’une procédure criminelle ou pas. Le terme générique de pillage recouvre donc des réalités très diverses ; aux yeux des officiers de l’Amirauté il correspond à l’ensemble des délits contrevenant aux articles de l’ordonnance de 1681 relatifs aux naufrages et plaçant les naufragés et les épaves sous la protection du roi13.

  • 14 Proportion de pillages par rapport aux naufrages plus importante que pour l’Amirauté de La Rochell (...)

12Ce cadre défini, on recense 92 affaires en un peu moins d’un siècle, ce qui signifie que 17 % des naufrages sont suivis de pillage et parfois de violence, soit environ une affaire par an14. Le rythme des pillages se révèle extrêmement irrégulier, du record de cinq pillages en 1729 (il s’agit là aussi de l’année où l’on compte le plus grand nombre de naufrages – 19), alors qu’en revanche 28 années ne connaissent apparemment aucun événement de ce genre. Quant au mouvement saisonnier des pillages, il se calque sur celui des naufrages, les trois-quarts se produisant à la mauvaise saison, avec un pic de novembre à janvier, trois mois qui concentrent la moitié des affaires.

13La carte offre également un reflet de la géographie des naufrages : on retrouve les lieux maudits, les cimetières de navires qui attirent logiquement les pilleurs. Monmusson, Antioche et Chassiron au nord d’Oléron, La Coubre, la côte d’Arvert se détachent soit autant de rivages déserts où il faut parcourir plusieurs kilomètres pour trouver une habitation après avoir franchi des « montagnes de sable » comme en pays d’Arvert. Cependant, les rivages plus densément peuplés, notamment ceux de l’estuaire de la Gironde, participent eux aussi largement à cette délinquance littorale : certaines paroisses situées à l’intérieur de l’estuaire, connaissent un nombre de pillages élevé comme Saint-Georges-de-Didonne, Meschers ou Talmont alors que le nombre de naufrages est bas. Ainsi à Meschers, théâtre de 8 naufrages sur le siècle, le pillage est attesté quatre fois, record quant au rapport naufrages/pillages. Donc le pillage avec un certain nombre de nuances est le fait de tous les rivages.

14Le pillage touche également tous les types de bateaux accidentés ; cependant alors que les barques représentent les deux tiers des épaves elles ne sont plus que 38 % des bateaux pillés. À première vue, elles intéressent moins les pilleurs. Les navires de moyen tonnage sont un peu plus visés (33 %) mais ce sont surtout les gros vaisseaux du grand commerce transatlantique et colonial qui sont visés (28 % des navires pillés alors qu’ils ne représentent que 15 % des navires naufragés), cibles privilégiées qui apparaissent probablement aux yeux des riverains comme une manne et un trésor extraordinaires excitant les convoitises. En revanche, aucun « nationalisme » n’apparaît dans les navires pillés : 60 % sont français et 40 % étrangers. L’occasion fait le larron.

15Donc le pillage n’a rien d’un phénomène marginal et fait figure de pratique que l’on peut qualifier d’ordinaire sur le littoral saintongeais. Mais il n’en est pas moins très minoritaire et quatre fois sur cinq le naufrage n’est suivi d’aucun pillage ou violence ce qui amène aussi à relativiser le phénomène.

De la rapine à la curée

16Le terme de pillage recouvre des réalités très différentes avec toute une graduation dans la gravité des délits, du ramassage sur la grève d’un morceau de bordage à la tentative de meurtre sur le garde-côte qui tente de s’opposer aux pilleurs.

Rapine et ramassage sur les grèves

  • 15 Expression très fréquemment utilisée dans les interrogatoires.
  • 16 ADCM, B 117.
  • 17 ADCM, B 88.

17Le ramassage sur la plage ou dans les rochers d’un morceau de bois, d’un cordage, de quelque marchandise, autant d’épaves dispersées souvent sur plusieurs kilomètres après un naufrage, relève de la pratique sans doute banale des riverains d’« aller à la coste15 » les jours de tempête à la quête d’épaves. Ces rapines ordinaires sont toujours le fait d’individus isolés, simplement aidés dans un second temps pour le recel par les membres de leur famille. Ces pratiques sont à coup sûr sous estimées dans nos procédures. Seuls quelques malchanceux ou maladroits se font prendre ou sont dénoncés ; il est en effet impossible pour les garde-côtes de surveiller d’immenses étendues de plages désertes favorisant ces rapines qui se font souvent à des distances éloignées du lieu du naufrage surveillé quant à lui plus étroitement. Elisabeth Potu illustre bien ces ramassages de petit calibre : après le naufrage de la barque le Don de Dieu, en 173416, les officiers de l’Amirauté trouvent chez elle lors d’une perquisition suivant une probable dénonciation, huit pains de savon, qu’elle reconnaît avoir été « trouvés sur la coste par son frère ». On peut également placer dans cette catégorie les détournements généralement de faible valeur réalisés au cours des opérations de sauvetage par les riverains requis. Ainsi Jean Pilloton, bouvier de Saint-Palais chargé en 1716 de charroyer des ballots de toile sauvés du naufrage du « Guillaume Marie17 », ne peut résister à la tentation et ramène chez lui un des ballots, pratique de « coulage » sûrement assez fréquente en dépit de la surveillance et de la comptabilité étroite organisées par les officiers de l’Amirauté et les propriétaires du bateau et de la cargaison.

18Au total, 19 affaires de ce type (20,6 % du total) entrent dans cette première catégorie de gagne petits qui agissent presque toujours individuellement.

Piller les épaves

19Au-delà du ramassage individuel sur les grèves et des petits détournements, on entre dans les pillages à plus grande échelle qui représentent un peu moins de la moitié des affaires (41 soit 44,5 %). Ceux-ci se caractérisent d’abord, contrairement aux précédents, par leur caractère collectif : trois ou quatre personnes au minimum sont inculpées lorsqu’il y a enquête et l’action peut parfois impliquer plusieurs centaines de personnes : plus de 300 personnes des villages proche de La Brie à Oléron en 1735, « la plus grande et majeure partie des habitants » à Saint Denis et Meschers, jusqu’à 200 personnes à Vaux en 1706, les termes de « grand nombre », « en quantité » revenant aussi fréquemment. On passe du ramassage individuel à des opérations menées en groupes plus ou moins importants agissant sinon de manière coordonnée, tout du moins avec des méthodes et des objectifs communs.

20Ces pillages se déroulent dans les heures ou dans la journée qui suit le naufrage, avant l’arrivée des officiers de l’Amirauté. Si certaines actions sont menées « nuitamment » et « furtivement », cas de petits groupes qui n’osent affronter de face les gardes et l’équipage, la majorité se déroule en plein jour, parfois en présence des garde-côtes rapidement débordés par le nombre des pilleurs.

  • 18 ADCM, B 101.
  • 19 ADCM, B 118, naufrage du Jean de Cork.

21Les pillages peuvent prendre la forme de simples ramassages mais à grande échelle lorsque la tempête disperse débris du navire et marchandises sur une longue étendue de rivage. On voit alors les riverains emporter tout ce qu’ils trouvent, membrures, voiles, cordages, cargaison à l’image de ces dizaines d’habitants de Port-des-Barques qui en 1723 se jettent sur les barils de harengs et de morues dispersés sur les bancs rocheux autour de l’île Madame après le naufrage du Saint-Pierre18, les défoncent et emportent tout ce qu’ils peuvent dans les paniers placés sur leurs ânes amenés dès que la nouvelle du naufrage est connue. Ajoutons que ces gros pillages portent, outre les débris de l’épave, sur les barriques de vin qui se dispersent facilement sur les côtes après un naufrage. Ainsi, en 1734 à Saint-Trojan, au sud d’Oléron, « nombre de particuliers ont pillé et emporté des vins et eaux de vie qui étoient venus à la coste » après le naufrage d’un navire irlandais19.

  • 20 ADCM, B 132.

22Après les épaves dispersées sur le rivage, que les riverains font semblant de considérer comme abandonnées, on passe au stade du pillage de l’épave proprement dite, échouée près de la côte, le plus souvent accessible à marée basse. Les pilleurs montent à bord et raflent tout ce qu’ils peuvent, objets personnels de l’équipage (effets, « hardes », argent) après avoir fracturé les coffres des marins, cargaison, le tout après avoir enlevé les agrès du navire échoué, coupé les cordages, emmené les voiles et le matériel de navigation. Le capitaine du navire de Lübeck, le Jacob, échoué près de Royan20 voit ainsi « plusieurs particuliers » gagner l’épave avec leurs chaloupes et piller sa cabine, emportant ses effets, souliers, boucles d’argent, flacons d’eau de vie, sans compter la voile et plusieurs appareils de navigation. Parallèlement « une quantité de personnes » s’empare de la cargaison de bois, de merrains « qu’ils ont emporté en plusieurs maisons ».

  • 21 ADCM, B 73.

23Le pillage peut prendre une dimension plus spectaculaire avec la démolition de l’épave mentionnée à 17 reprises surtout pour des bateaux abandonnés par leur équipage. Après avoir pillé le navire, coupé cordages, mats, voiles, les riverains s’attaquent à la coque, la « bûchent » à coups de haches, allant jusqu’à un véritable dépeçage de l’épave comme pour l’Elisabeth échouée devant Vaux en 170621 où le sergent du marquisat de Royan se trouve face à plus de 30 individus « occupés tous à couper les agrès, apparaux, voiles, cordages avec des haches, achots et serpes… », tandis que les autres « bûchaient » et démembraient la coque. Les riverains vont ici au bout du processus d’appropriation des épaves échouées sur leur territoire.

Du pillage à la violence

24La violence verbale ou physique n’éclate qu’en bout de chaîne, lorsque les pilleurs se heurtent à une résistance. La violence est attestée dans 32 affaires (34,7 % du total) allant des simples menaces aux tentatives d’homicide. Il faut noter que la majorité des affaires où la violence est présente voit se cumuler généralement pillage d’envergure et participation de groupes de pilleurs nombreux et déterminés.

  • 22 Comme ces deux barques pourchassées par un corsaire espagnol en 1694, contraintes de s’échouer, pr (...)

25Cette violence n’est jamais gratuite ; on ne relève jamais de défoulement sauvage des populations littorales sur les naufragés. Elle éclate lorsque l’équipage ou les autorités (garde-côtes et gardiens surtout) cherchent à s’opposer au pillage de l’épave. Il convient de mettre à part les règlements de comptes entre pilleurs (3 cas) et le problème spécifique des attaques de corsaires suivis de violences (3 cas également)22.

26La violence s’exerce assez rarement contre l’équipage (6 fois). Elle vise d’abord (19 cas) les garde-côtes et leurs gardiens chargés de surveiller l’épave et d’assurer le bon déroulement des opérations de « sauvement ». À deux reprises, les pilleurs vont plus loin en menaçant (« ils batteraient les officiers comme les autres ») ou malmenant les officiers de l’Amirauté en personne.

  • 23 ADCM, B 89, 1717.

27Cette violence, qui se veut dissuasive, est victorieuse dans un premier temps. Le rapport de forces s’avère inégal sur les grèves ; le garde-côte, assisté par quelques gardiens et membres de l’équipage regroupés sous une tente installée sur les dunes, ne fait pas le poids face à des bandes de plusieurs dizaines de riverains déterminés et armés de haches et parfois de fusils qui balaient toute velléité de résistance de la part des représentants de l’ordre même si ces derniers y font toujours allusion (« malgré toute leur résistance »), ne serait-ce que pour se disculper vis à vis des officiers de l’Amirauté. Ressort de leurs témoignages un sentiment d’impuissance face à la masse des riverains comme pour les garde-côtes de Saint Denis d’Oléron, Guillotin et Ragondy complètement débordés après le naufrage du navire irlandais les Deux frères23, par « quantité de gens qui vinrent à bord », « emportent la plus grande partie des membrures du vaisseau » malgré leur résistance qui leur vaut menaces, coups de bâtons et expulsion.

  • 24 ADCM, B 111-112, barque inconnue échouée à Talmont, septembre 1729.
  • 25 ADCM, B 112, 1729.
  • 26 ADCM, B 98, 1722.

28Au-delà de ces caractères généraux, la violence prend plusieurs visages selon sa gravité : la violence peut être simplement verbale, menaces dissuasives visant à faire peur, à chasser les gardes ou les témoins gênants. Au-delà du défi lancé au témoin respectueux de l’ordre, « il se moquait du garde-coste », « il était le valet du garde-coste24 », la menace banale mais explicite cherche à chasser le garde du lieu du naufrage comme Charron, garde-côte d’Arvert, averti d’un naufrage à Monmusson et qui arrivé sur les lieux est confronté aux pilleurs et « ils l’ont menacé qu’il ne resteroit point la nuit venue sur la coste25 ». De là on passe à la menace d’agression comme pour la fille Seuret qui surprise en train de piller l’Aventurier échoué à Saint Denis, menace le garde-côte Ragondy « de lui donner un coup de couteau dans le ventre26 ».

  • 27 ADCM, B 52, 1697, très grosse procédure menée à l’occasion du naufrage du Samuel à Meschers en 169 (...)
  • 28 ADCM, B 101, 1723.
  • 29 Le problème de la sépulture des cadavres trouvés sur la plage, « ensablés » dans une fosse creusée (...)
  • 30 ADCM, B 120, janvier 1737.

29Les pilleurs glissent facilement de la violence verbale à la violence physique. Le cas le plus fréquent est de chasser l’équipage ou les gardes « à force de coups » comme pour le Samuel en 169727, les poings, les bâtons suffisant à malmener et expulser les gêneurs. Cette violence ordinaire, qui suffit à mettre en déroute l’adversaire, sans qu’apparaissent de véritable lutte ou bataille rangée, prend aussi des formes spécifiques où resurgit l’image du pilleur-détrousseur de naufragé. Deux procédures sont ainsi lancées dans ce cadre : les rescapés du Samuel en 1697 et du Saint-Pierre en 1723 sont dépouillés de leurs effets après le naufrage : « Ils dépouillèrent ledit maître [du Saint-Pierre] de la chemise qu’il avait sur son corps, luy ont enlevé jusqu’à ses boucles et boutons d’argent… après l’avoir menacé de le tuer s’il s’opposait à leur pillage28. » Si cette pratique est devenue exceptionnelle, celle de détrousser les cadavres paraît plus ancrée : à quatre reprises de longues procédures sont engagées par l’Amirauté29 toujours très sourcilleuse dès qu’un soupçon d’atteinte à un cadavre apparaît : l’affaire du Samuel revient là encore au premier plan avec « sept noyés qui y furent dépouillés », ou moins spectaculaire ce cadavre de femme trouvé près de la Tour de Bois en 1737 sur lequel est relevée « une petite escoriation au bas de l’articulation supérieure qui ne peut avoir été causée que par la violence qu’on a fait pour lui arracher sa bague30 ».

  • 31 ADCM, B 97, 1697.
  • 32 ADCM, B 111-112, 1729.

30En revanche les cas de violence extrême, de tentative d’homicide demeurent exceptionnels. Seule l’agression du garde-côte Delubbe en 1697, agressé par trois pilleurs « qui lui donnèrent plusieurs coups de hache sur la tête31 » et le laissent pour mort, entre dans ce cas de figure ; quant à l’image du pilleur massacreur de naufragés, elle n’est approchée qu’une seule fois, à Talmont, dans l’estuaire, en 172932, où le dépeçage radical d’une barque dont l’équipage disparaît, s’accompagne d’une sérieuse suspicion de meurtre lorsqu’on retrouve enfoui dans la vase un cadavre blessé au front dont la chemise est lestée d’une grosse pierre « ce qui a été sans doute fait par son homicide, en dessein d’empescher que le cadavre ne surnage », indice sérieux qui mène à la conclusion qu’« ils peuvent avoir homicidé les gens de l’équipage ». L’enquête n’ira pas plus loin sur ce point.

31Il convient donc de relativiser ces pillages et cette violence, d’une grande diversité, tant par l’ampleur, le nombre des acteurs, la gravité des faits. Si les naufrageurs, les meurtriers (à une exception près) ne font pas partie de ce panorama, en revanche la pratique du pillage (au moins une fois sur cinq) est ancrée dans les comportements des populations littorales avec son cortège de violences lorsqu’on cherche à s’y opposer. Reste à essayer de comprendre.

Comprendre les pilleurs

32Les dépositions des victimes mais surtout les interrogatoires des suspects et les perquisitions permettent de saisir le monde des pilleurs et leurs motivations dans la ligne du travail d’Alain Cabantous.

Le monde des pilleurs

  • 33 Sur la côte de Domino, le garde-côte indique en 1730 après le pillage du « Saint-Jean-Baptiste », (...)

33Géographiquement pratiquement tous les pilleurs viennent des paroisses directement riveraines des lieux des naufrages. Ce sont toujours les mêmes paroisses qui reviennent et plus précisément les mêmes villages, dans un pays d’habitat semi-dispersé où dans chaque paroisse le bourg central s’accompagne de plusieurs villages ou hameaux groupés. Chaque communauté semble s’approprier ses plages, ses rochers, ses grèves en y appliquant ses coutumes et ses pratiques relatives aux naufrages. À Oléron, la paroisse de Saint-Denis, les villages de Domino et de Chaucre semblent posséder un véritable monopole sur la pointe nord de l’île et ses redoutables pièges des rochers de Chassiron et Antioche ; plus au sud, les habitants de Saint-Trojan ont tout aussi mauvaise réputation33. Les abords du pertuis de Maumusson, cimetière de navires, situés sur le territoire de La Tremblade apparaissent là encore comme une chasse gardée de cette grosse paroisse ; tous les suspects et inculpés de cette zone sont mentionnés comme habitant La Tremblade. En revanche la quinzaine de kilomètres de plages désertes qui s’étirent de Maumusson à la pointe de la Coubre, elles aussi très riches en naufrages et qui font partie de la paroisse de La Tremblade sont elles partagées avec la paroisse des Mathes, plus proche. La distance qui sépare La Tremblade de la pointe de la Coubre éloignée de tout habitat, laisse le champ du pillage entrouvert aux voisins sur un littoral trop vaste pour être contrôlé par une seule communauté. Lorsqu’on entre dans l’estuaire, on retrouve ce partage paroissial excluant les concurrents du village voisin : Saint-Palais, Vaux, Royan, Saint-Georges, Meschers, Talmont semblent veiller jalousement sur leurs grèves à l’instar des communaux des pays de montagne ou de marais.

  • 34 ADCM, B 130, pillage d’un navire inconnu à la côte du Petit Bris, février 1747.
  • 35 ADCM, B 55, 1698.

34L’identité socioprofessionnelle des pilleurs n’apparaît que dans 42 affaires. On peut tout d’abord isoler quelques groupes spécifiques : les soldats apparaissent à deux reprises, miliciens suspectés d’avoir dépouillés un cadavre et surtout 40 à 50 soldats de la garnison d’Oléron qui en 1747, défoncent les tonneaux de vin échoués, se saoulent et malmènent les gardiens littéralement terrorisés34. Plus surprenant, les équipages des navires naufragés sont les auteurs de quatre pillages. L’événement est l’occasion pour eux de trafiquer avec les habitants du littoral, de leur vendre les marchandises naufragées ; le naufrage est aussi l’occasion de régler des comptes avec le capitaine comme en 1698 pour la Manon35 où après avoir menacé de mort le capitaine, les matelots « lui ont pillé ses hardes et linges…, enfoncé ses coffres…, coupé les voiles et prit quantité de marchandises ». Les matelots s’alignent alors sur le comportement des riverains.

  • 36 Les officiers de l’Amirauté de Marennes mettent souvent 2 à 3 jours pour arriver sur les lieux du (...)
  • 37 Cas de Forget et Testard à Saint-Trojan en 1734, de Sarrazin et Monbeil en 1736.

35Les garde-côtes et les gardiens qui les secondent font eux aussi partie des pilleurs qu’ils sont censés combattre. À sept reprises, ils sont inculpés, la plupart du temps pour avoir détourné des épaves et marchandises. La présence souvent tardive et irrégulière des officiers de l’Amirauté36 leur laisse une marge de manœuvre et de fraude importante. La pratique ordinaire consiste, avec la complicité des bouviers et journaliers requis pour le sauvetage et le transport, à conduire une partie des épaves directement à leur domicile à la place de l’entrepôt officiellement désigné37. Les perquisitions, après dénonciations, révèlent d’étonnants bric à brac comme chez Sarrazin, garde-côte d’Arvert où l’on trouve pêle-mêle ceinturons d’épées, rasoirs, 25 paires de souliers, des parasols de taffetas, autant de produits de valeur alimentant très probablement une fructueuse économie souterraine. Ces affaires, suffisamment nombreuses pour être significatives, mettent en tout cas en évidence la place difficile et ambiguë des garde-côtes à la fois représentants de l’autorité royale chargés de faire appliquer l’ordre sur les grèves et premières victimes des violences, mais en même temps issus de ces sociétés littorales, en partageant les modes de vie, les intérêts et aussi les comportements.

  • 38 Sur Oléron, Jousmet (Raymond), « Le marché foncier de l’île d’Oléron (1750-1786) », Écrits d’Ouest(...)
  • 39 ADCM, B 96, 24-06-1686, naufrage du « Généreux » des Sables-d’Olonne. 40. Lors des interrogatoires (...)

36Pour le reste, la sociologie des pilleurs reflète celle de ces paroisses littorales et on voit défiler tout le petit peuple d’Oléron ou de la presqu’île d’Arvert38 ; les paysans sont les plus nombreux sur les grèves, cités dans plus de la moitié des pillages, « laboureurs à bras » (équivalents dans la grande majorité des cas aux journaliers), bouviers, reflet de ces petites et moyennes paysanneries saintongeaises marquées par une polyculture associant blé, vigne, exploitation des marais et des landes. Les gens de mer occupent une place importante parmi les accusés, cités dans 15 affaires. Ils participent aux pillages à double titre : d’une part, ils ont le monopole du pillage en mer. Les pilotes de Saint-Palais, de Saint-Georges, les maîtres de chaloupe des petits ports du littoral mêlent sauvetage et pillage lorsqu’une barque ou un navire s’échoue sur les bancs de sable de la barre à l’Anglais ou sur les rochers de Cordouan. Ainsi en 1686, quatre mariniers de Saint-Georges et deux maîtres de chaloupe de Saint-Palais sont dénoncés par le garde-côte pour « être allés prendre sans ordre et sans déclaration de la morue à bord » ainsi que des effets sur le morutier le Généreux échoué sur le banc des Mathes39. D’autre part, ils se comportent en « riverains ordinaires » dans les pillages, bénéficiant en outre d’une parfaite connaissance du terrain. Les artisans (bois et textile surtout) constituent le troisième groupe bien fourni, reflet de sociétés littorales très marquées par la pluri-activité. En revanche, les élites n’apparaissent que rarement : quelques marchands accusés de détournement et d’écouler les marchandises pillées et, à la fin du règne de Louis XIV, le seigneur de Meschers et son fils accusés en 1697 d’avoir organisé et dirigé le pillage systématique du Samuel avec leurs valets, derniers feux du droit de bris seigneurial.

  • 40 Lors des interrogatoires la stratégie la plus fréquente est de minimiser le vol, sous forme de ram (...)
  • 41 Dénonciations qui permettent à l’enquête de progresser comme dans l’affaire du Samuel où Lydie Ver (...)

37Enfin, les femmes occupent une position particulière : à première vue, elles participent peu aux pillages et aux violences à quelques exceptions prés si l’on se fie aux seuls suspects et inculpés ; en revanche les interrogatoires, les perquisitions mettent en évidence un rôle complémentaire, beaucoup plus important qu’il n’y paraît à première vue. Le ramassage sur les grèves, en compagnie des enfants mis en avant car considérés comme irresponsables40, la récupération puis le conditionnement des marchandises volées (faire sécher le coton ou les vêtements par exemple), leur dissimulation font partie de leur domaine d’activité. De même, ce sont elles, moins exposées, qui reçoivent dans la majorité des cas les officiers de l’Amirauté venus enquêter et perquisitionner, les hommes étant comme par hasard absents de la maison. Au total, ce sont ces sociétés littorales dans leur ensemble qui participent aux pillages même si elles se déchirent souvent dans un second temps ; les dénonciations41, les bagarres à l’intérieur des communautés lors des pillages puis des procédures renvoient aussi aux tensions qui traversent ces sociétés littorales.

« Aller à la coste »

  • 42 Ou travail forcé pour tous selon A. Cabantous, op. cit., p. 105.
  • 43 10 sols par marée ou journée pour les journaliers, 2 à 6 livres par voyage pour les bouviers au dé (...)
  • 44 ADCM, B 73, naufrage de l’Elisabeth, 22-11-1706.

38Les interrogatoires des suspects qui doivent s’expliquer sur leur présence sur les lieux du naufrage mettent en évidence directement ou indirectement les motivations des pilleurs. Les réponses, souvent maladroites mettent en avant le hasard lorsqu’ils découvrent l’épave. Tous les inculpés après le pillage des harengs et des morues échappés du Saint-Pierre en 1723 affirment être sur les lieux du naufrage pour pêcher des moules ou des pétoncles et s’ils reconnaissent avoir ramassé quelques harengs, ils minimisent leur acte en mettant en avant leur dispersion sur les rochers et le fait qu’ils soient « gastés ». On trouve d’autres prétextes de même type mettant en évidence les différentes pêches à pied ; plus naïvement, Jean Rideau, laboureur de Saint Palais, affirme qu’il « se promenait sur la coste » avec le curé du lieu. Mais l’argument le plus utilisé, qui peut disculper car s’appuyant sur une réalité incontestable, est d’être à la côte « pour aller porter du secours ». Dans un premier temps on assiste souvent à des actions de sauvetage « spontanées » où les barques locales et les habitants du littoral sauvent les naufragés des eaux glacées. De nombreux capitaines témoignent d’ailleurs du bon accueil qui leur est fait dans les chaumières du littoral. Mais au-delà de cette première phase, lors de chaque naufrage, l’Amirauté déclenche la procédure officielle de « sauvement » de l’épave par la réquisition de journaliers, de bouviers, d’artisans des paroisses riveraines appelés à venir travailler plusieurs jours voire plusieurs semaines sur les lieux de l’accident. Ce service du travail obligatoire42, très pénible en plein hiver, dans l’eau glaciale, payé médiocrement43 et en retard est accepté tant bien que mal sous peine de lourdes amendes. Mais le probable climat de mécontentement collectif et la tentation du pactole qu’ils sauvent des eaux conduit une partie des requis à passer du « sauvement » au pillage. Ainsi lors du naufrage de l’Elisabeth à Vaux en 170644, plusieurs inculpés affirment « avoir été mandés par le sieur Bellement garde-côte », comme Pierre Jaulin, laboureur qui arrive sur les lieux à 2 heures de l’après-midi et voit « soixante personnes occupées à tirer des barriques » dans le cadre du « sauvement », mais en même temps « nombre de personnes qui emportaient des fonds de barriques et des cordages », donc pillaient, les deux formes d’activités étant ici indissolublement entremêlées. De la même façon, le garde-côte Guillotin après avoir « fait travailler quantité de personnes à dégarnir le vaisseau et décharger ses marchandises », est rapidement débordé par les mêmes qui démolissent et emportent tout ce qu’ils peuvent tout en rouant de coups Guillotin. On touche là à l’ambivalence du comportement des riverains qui de « sauveteurs » bon gré mal gré deviennent facilement pilleurs.

  • 45 ADCM, B 118.

39Plus largement, le naufrage est perçu comme un pactole venu de la mer, énorme tentation pour des populations pauvres dans l’ensemble mais aussi pour toute la communauté. Les perquisitions mettent en évidence la nature des objets pillés, même si on prend d’abord ce que l’on trouve. Les populations riveraines ont parfaitement conscience d’avoir accompli un acte prohibé comme le montre systématiquement la dissimulation des épaves : la vaste perquisition dans le village de Chaucre, à Oléron qui suit en 1735 le pillage du Saint-Émilion45 fait apparaître les pièces de bois du navire cachés sous des « paillés » ou sous le fumier, entre des fagots et même dans la paillasse du lit chez Nadeau. Quant au vin tiré des barriques transportées, soit il est mélangé au vin domestique soit « transporté dans des lieux écartés ».

  • 46 Exemples cités par E. Breton, op. cit., p. 9. Naufrage d’un bateau inconnu, mai 1779.

40Les épaves les plus fréquemment rencontrées sont celles des pauvres qui récupèrent quelques morceaux de bois du navire ramassés ou bûchés, membrures, bordages ou éléments de barriques défoncées. On retrouve là la recherche du bois d’œuvre ou de chauffage, rare et cher sur des littoraux sans forêts. Les épaves « maritimes » sont aussi très recherchées ; les « agrès et apparaux » sont les premiers visés lors des pillages des navires. Les cordages, les voiles, les mats, le matériel de navigation sont ainsi récupérés pour être recyclés ou revendus dans ces sociétés maritimes où les petits ports sont nombreux. Il est difficile de faire la part des choses entre les objets détournés à des fins domestiques ou ceux destinés à la revente. Les pilleurs prennent ce qu’ils trouvent sans stratégies pré-établies ; le pillage du bateau passe par la fracture des coffres de bord et les « hardes, effets », argent et bric à brac personnel de l’équipage conservé ou revendu par la suite selon les cas de figure. Quant à la cargaison, les pilleurs s’adaptent à son contenu : ramassage à usage domestique pour les produits alimentaires comme les morues ou harengs toujours très prisés, usage et consommation immédiats pour le vin qui semble fasciner les populations littorales. Chaque échouement de barriques donne lieu soit à leur défonçage sur la grève suivi par une beuverie collective qui laisse parfois les participants ivres morts sur la plage, le naufrage se transformant en fête collective, soit au remplissage de tous les ustensiles disponibles (seaux, cruches, chaudrons…) ou alors à un enlèvement collectif des lourds tonneaux ramenés au village et ensuite dissimulés au prix de nombreux artifices visant à mêler les vins locaux et ceux du naufrage. Pour le reste, avec les marchandises de prix dérobées sur le rivage on passe à une économie souterraine qui n’apparaît que par petites touches ; les métaux, les produits coloniaux, les textiles de qualité donnent lieu à des trafics de différente ampleur depuis les trois mouchoirs et la pièce de toile qu’Elisabeth Vègue, marchande, vend à la foire d’Arvert après les avoir achetés à la femme Choumille, elle-même receleuse, jusqu’au grand morceau de toile de coton trouvé chez le sieur Bertrand, négociant46.

41Un tel pactole qui irrigue l’ensemble des sociétés littorales explique la persistance de ces pratiques de pillage. Pour les populations riveraines les épaves échouées sur leur territoire deviennent de fait leur propriété et le pillage fait partie de leurs droits d’usage communautaires traditionnels.

Une mise au pas des sociétés littorales ?

42Alain Cabantous a bien montré au niveau national le contrôle accru de la Monarchie sur le littoral et le recul des pillages au xviiie siècle. Qu’en est-il dans la pratique sur les côtes saintongeaises après la mise en place de l’Ordonnance de la marine de 1681 qui change les règles du jeu et met les naufragés et les épaves sous la juridiction et la protection du roi. La réponse est nuancée mais semble aller dans le même sens que les conclusions établies par Alain Cabantous.

43Le recul du nombre des pillages est à la fois tardif et assez limité. Alors qu’on dénombre (avec de fortes irrégularités annuelles) entre 23 et 25 pillages par tranches de vingt années depuis 1680 jusqu’à la décennie 1740, le nombre d’affaires chute à 15 pour les années 1753-1774. Cette tendance n’en dissimule pas moins un certain nombre d’incertitudes : les mentions de pillages sont-elles toujours aussi précises après 1750 ? D’autre part la disparition des liasses après 1781 ne permet pas de voir si la tendance à la baisse se confirme. En revanche, la violence recule après 1740 ; les affaires les plus graves se concentrent sur les deux dernières décennies du règne de Louis XIV et la violence devient rare après 1740 (6 affaires recensées de 1740 à 1780). Le pillage persiste mais sous des formes moins rudes en dépit de quelques flambées de pillages collectifs musclés et spectaculaires comme sur la côte d’Arvert en 1755, 1779 ou à Saint-Trojan en 1772.

  • 47 ADCM, B 74, novembre 1706, procédure relative à plusieurs naufrages survenus à Meschers et Talmont (...)
  • 48 On dispose de peu de sentences. La restitution des effets, la condamnation pécuniaire au double ou (...)

44La mise au pas est lente, difficile et la législation n’est que progressivement admise : les affaires du Samuel où le seigneur de Meschers exerce de fait encore son droit de bris en 1697, tout comme les officiers de la châtellenie de Talmont en 1706 qui s’opposent à l’occasion de la récupération d’épaves « à ce que les officiers du Roy prennent aucune connaissance des naufrages et échouements47 » illustrent ces combats d’arrière garde. Les grosses affaires de pillage accompagnées de violence du Samuel, de l’Elisabeth, du Brisantin se déroulent toutes sous le règne de Louis XIV, période de transition pendant laquelle les nouvelles règles du jeu ont du mal à se mettre en place. Et jusque dans les années 1720, lorsqu’on pose aux suspects la question s’ils savent « qu’il est défendu d’aller à la coste », tous répondent « ne point scavoir », indice possible d’une mauvaise pénétration des obligations de l’Ordonnance de la marine relatives aux naufrages. En revanche, vingt ans plus tard, pratiquement tous les suspects, à la même question reconnaissent « le bien scavoir ». On peut penser à un meilleur encadrement des populations littorales par les garde-côtes, à une répression plus efficace (même si les rares peines prononcées restent modérées)48, à une progressive « civilisation des mœurs » des riverains ; et ce n’est peut-être pas le hasard si les pillages postérieurs à 1740 se cantonnent aux secteurs isolés, aux « côtes sauvages » d’Oléron, d’Arvert ou de la Coubre. En revanche, les paroisses de l’estuaire de Saint-Palais à Talmont ne connaissent plus de pillages sérieux. Ces rivages stratégiques, déjà urbanisés, mieux encadrés s’éloignent des comportements délictueux traditionnels.

45Les Saintongeais du littoral ne sont pas des naufrageurs ni des assassins. Ce constat n’est pas vraiment une surprise. En revanche, le pillage qui dégénère fréquemment en violence lorsque l’on veut s’y opposer, reste une réalité à la fois minoritaire (80 % des naufrages ne sont pas suivis de pillage) mais aussi ordinaire, phénomène fréquent surtout jusque vers 1740, faisant partie du paysage littoral en quelque sorte, au moins une fois par an en moyenne selon des formes graduées allant du simple ramassage, visiblement sous estimé jusqu’aux pillages radicaux de grande envergure accompagnés de violence.

46Le pillage doit être resitué dans le cadre de comportements traditionnels des populations riveraines. Il est banal « d’aller à la coste » quand la tempête se lève, quand un naufrage est annoncé. Le devoir de sauvetage s’exerce généralement, d’abord spontanément puis par les réquisitions, mais le passage au pillage est tentant et presque « normal » pour ces populations pauvres, forme de compensation face aux dangers de la mer. L’épave apparaît ainsi comme une manne providentielle qu’il est légitime de s’approprier dans la mesure où elle vient s’échouer sur le territoire de la communauté, le pillage pouvant être alors assimilé à une sorte de droit d’usage traditionnel comme ceux que défendent les paysans dans les marais, les landes ou les forêts. Ceux qui s’y opposent prennent alors le risque d’une confrontation violente avec des pilleurs où l’on retrouve l’ensemble des composantes des sociétés littorales.

47Les comportements évoluent lentement et il faut attendre les années 1740 pour voir s’atténuer les formes les plus rudes de la violence, lente « civilisation des mœurs » des populations littorales progressivement mieux encadrées et qui finissent par intégrer les interdits de la loi. Mais sur les « côtes sauvages » d’Oléron ou d’Arvert difficilement contrôlables, le ramassage, le pillage réalisé « nuitamment ou furtivement » n’en demeurent pas moins une pratique tenace ancrée dans les cultures littorales.

Notes

1 Archives départementales de Charente-Maritime (ADCM), B 52, ordonnance du capitaine gardecôte de Royan du 1er décembre 1696 dénonçant « le crime […] des particuliers mal intentionnés qui la nuit dans les mauvais temps allument des feux sur la côte pour tromper les vaisseaux… »

2 Voir l’analyse d’Alain Cabantous sur « la genèse du mythe » du naufrageur dans le chapitre IX, « Illusions d’une histoire », de son ouvrage magistral, Les côtes barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France, 1680-1830, Paris, Fayard, 1993.

3 Ouvrage cité note 2 qui a renouvelé le sujet en lui donnant toute sa dimension historique et culturelle. Voir aussi pour l’île de Ré, Boucard (Jacques), « Naufrages et pillages d’épaves », Cahiers de la Mémoire, n° 45, mars 1991 et Ducoin (Jean), Naufrages, conditions de navigation et assurances dans la marine de commerce au xviiie siècle, Paris, 1993 (à partir de l’exemple de Nantes).

4 Voir la thèse de Papy (Louis), La côte atlantique de la Loire à la Gironde, Bordeaux, 1941.

5 Voir les travaux de Huetz de Lemps (Christian), Géographie du commerce bordelais à la fin du règne de Louis XIV, Paris, 1975 et Butel (Paul), Les négociants bordelais au xviiie siècle, Paris, 1974.

6 Breton (Emmanuelle), Les naufrages dans l’Amirauté de Marennes (1680-1700), mémoire de maîtrise, Poitiers, 1995 et Azouagh (Najib), Les naufrages de navires dans l’Amirauté de Marennes dans la seconde moitié du xviiie siècle (1750-1781), mémoire de Maîtrise, Poitiers, 1996. À titre de comparaison voir pour l’Amirauté de La Rochelle, les mémoires de maîtrise d’Olivier Laroche (1994) et de Michel Luc (1994).

7 Lacune totale de 1707 à 1712, partielle pour les années 1680. Absence des sources de l’Amirauté après 1781.

8 Les dangers culminant au nord de l’île autour de la pointe de Chassiron prolongée en mer par les roches d’Antioche.

9 Rupture des câbles des ancres surtout.

10 Voir les plaintes contre les pilotes et les confusions par mauvais temps entre les feux de Chassiron et de Cordouan.

11 Dans des conditions extrêmes le plus souvent, dans l’eau glaciale sur une plage déserte avec plusieurs kilomètres dans « les montagnes de sable » avant de trouver du secours.

12 ADCM, B 151.

13 Sur le cadre juridique et institutionnel Valin (René-Josué), Nouveau commentaire sur l’Ordonnance de la marine d’août 1681, La Rochelle, 1766.

14 Proportion de pillages par rapport aux naufrages plus importante que pour l’Amirauté de La Rochelle, 10 %, (voir Laroche [O.] et Luc [M.], op. cit.). ou que pour l’Amirauté bretonne de Léon mais inférieure à l’Amirauté de Cornouaille (autour du tiers), données rassemblées par Alain Cabantous, op. cit., p. 223-224.

15 Expression très fréquemment utilisée dans les interrogatoires.

16 ADCM, B 117.

17 ADCM, B 88.

18 ADCM, B 101.

19 ADCM, B 118, naufrage du Jean de Cork.

20 ADCM, B 132.

21 ADCM, B 73.

22 Comme ces deux barques pourchassées par un corsaire espagnol en 1694, contraintes de s’échouer, prises d’assaut avant que l’équipage essuie plusieurs coups de fusil sur la côte d’Arvert (ADCM, B 50).

23 ADCM, B 89, 1717.

24 ADCM, B 111-112, barque inconnue échouée à Talmont, septembre 1729.

25 ADCM, B 112, 1729.

26 ADCM, B 98, 1722.

27 ADCM, B 52, 1697, très grosse procédure menée à l’occasion du naufrage du Samuel à Meschers en 1697.

28 ADCM, B 101, 1723.

29 Le problème de la sépulture des cadavres trouvés sur la plage, « ensablés » dans une fosse creusée dans la dune s’ils ne présentent pas de signe de catholicité, a donné lieu à une intéressante étude de E. Breton, dans son DEA, op. cit., p. 18-32.

30 ADCM, B 120, janvier 1737.

31 ADCM, B 97, 1697.

32 ADCM, B 111-112, 1729.

33 Sur la côte de Domino, le garde-côte indique en 1730 après le pillage du « Saint-Jean-Baptiste », qu’en cet endroit « les habitants sont suspects » (ADCM, B 113).

34 ADCM, B 130, pillage d’un navire inconnu à la côte du Petit Bris, février 1747.

35 ADCM, B 55, 1698.

36 Les officiers de l’Amirauté de Marennes mettent souvent 2 à 3 jours pour arriver sur les lieux du naufrage, retardés par le passage de la Seudre ou du coureau d’Oléron et la traversée des « montagnes de sable » des « Isles d’Arvert ».

37 Cas de Forget et Testard à Saint-Trojan en 1734, de Sarrazin et Monbeil en 1736.

38 Sur Oléron, Jousmet (Raymond), « Le marché foncier de l’île d’Oléron (1750-1786) », Écrits d’Ouest, La Rochelle, n° 3, 1994. Sur les pays de la Seudre et la presqu’île d’Arvert, Péret (Jacques), « Mobilité sociale et géographique en pays d’Arvert (xviie-xixe siècle) », colloque du GERHICO, Les sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique, Poitiers, 1996 et surtout la thèse de Sauzeau (Thierry), Les gens de mer de la Seudre (milieu xviiie-milieu xixe siècle), 3 vol., Poitiers, 2002.

39 ADCM, B 96, 24-06-1686, naufrage du « Généreux » des Sables-d’Olonne. 40. Lors des interrogatoires la stratégie la plus fréquente est de minimiser le vol, sous forme de ramassage sur la côte d’objets abandonnés de peu de valeur par les enfants.

40 Lors des interrogatoires la stratégie la plus fréquente est de minimiser le vol, sous forme de ramassage sur la côte d’objets abandonnés de peu de valeur par les enfants.

41 Dénonciations qui permettent à l’enquête de progresser comme dans l’affaire du Samuel où Lydie Verdier, femme d’un sergent, dénonce toute une série de voisins après avoir remarqué que des femmes lavaient les habits de l’équipage.

42 Ou travail forcé pour tous selon A. Cabantous, op. cit., p. 105.

43 10 sols par marée ou journée pour les journaliers, 2 à 6 livres par voyage pour les bouviers au début du siècle, puis entre 15 et 20 sols dans la seconde moitié du siècle.

44 ADCM, B 73, naufrage de l’Elisabeth, 22-11-1706.

45 ADCM, B 118.

46 Exemples cités par E. Breton, op. cit., p. 9. Naufrage d’un bateau inconnu, mai 1779.

47 ADCM, B 74, novembre 1706, procédure relative à plusieurs naufrages survenus à Meschers et Talmont. Résistances que retrouve A. Cabantous, op. cit., jusque dans les années 1730-1740.

48 On dispose de peu de sentences. La restitution des effets, la condamnation pécuniaire au double ou quadruple de la valeur des biens pillés, de légères peines d’emprisonnements et une seule fois une peine aux galères par contumace.

Table des illustrations

Titre Localisation des pillages dans l’Amirauté de Marennes (1680-1781)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19543/img-1.png
Fichier image/png, 108k

Auteur

Professeur des Universités
Université de Poitiers – GERHICO

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540