Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et la mer dans l'espace atlantique

 | 
Mickaël Augeron
, 
Mathias Tranchant

Première partie. Violences littorales

« Insultes » et « injures » littorales : les descentes ennemies sur le littoral français du Ponant aux xviie et xviiie siècles

Dominique Guillemet

Texte intégral

  • 1 Issu du latin insultare, sauter sur,= attaquer, le terme « insulte » est en usage dans le sens d’a (...)
  • 2 Guillemet (Dominique), « Les îles du Ponant du Moyen Âge au xixe siècle – Éléments d’Histoire comp (...)

1Pour les populations littorales, pendant des siècles jusqu’au début du xixe siècle, la mer a été synonyme de danger militaire, danger souvent devenu violence lors des « insultes » et « injures », pour reprendre les termes désignant alors traditionnellement d’une part les attaques et d’autre part les dommages causés en violation du droit1. La seule chronologie des principaux pillages des îles du Ponant français entre le xive et le xviiie siècle, avec près de 60 cas connus en cinq siècles, illustre cette insécurité multiséculaire qui fait du littoral une zone longtemps exposée et dangereuse2.

  • 3 Mollat (Michel), « L’État capétien en quête d’une force navale » et « Les enjeux maritimes de la gu (...)
  • 4 Niéres (Claude), « La Bretagne, province frontière. Quelques remarques », Mémoires de la société d (...)

2Il y a cependant une conjoncture de l’insécurité. Celle-ci, longtemps réductible à la menace perpétuelle de pirates de tous bords, des Frisons aux Normands, a pris en effet un tour nouveau lors de la constitution progressive du littoral du Ponant comme « frontière de mer », comme frontière d’État, essentiellement à partir du xiiie siècle puis avec la guerre de Cent Ans dont les défaites maritimes, en ouvrant la voie au débarquement et à l’invasion du pays, ont fait prendre conscience aux Capétiens des nécessités de la guerre navale3. Du seul point de vue de la frontière étatique, ce n’est cependant qu’en 1532 avec l’annexion de la Bretagne qu’est constituée une frontière continue du royaume de France sur l’Atlantique. La Bretagne devient « province-frontière4 ». Cette frontière marine du Ponant est alors soumise aux attaques des puissances ennemies du royaume de France, aux menaces et descentes espagnoles, comme à Sein en 1636 et 1638, puis hollandaises et surtout anglaises.

  • 5 Acerra (Martine), Meyer (Jean), L’empire des mers, L’Office du Livre, 1990 ; id., Histoire de la Ma (...)
  • 6 Guillerm (Alain), La pierre et le vent – Fortifications et marine en Occident, Paris, Arthaud, 198 (...)

3Cette conjoncture de l’insécurité littorale n’est cependant pas liée qu’aux seules menaces ennemies. Comme les forces navales ou les fortifications du littoral, les attaques doivent être inscrites dans les stratégies (géo)politiques et militaires du royaume de France, elles-mêmes évolutives, qui rendent la côte potentiellement plus ou moins vulnérable. Par exemple lors de la rivalité franco-anglaise à partir du dernier tiers du xviie siècle, lors de cette seconde guerre de Cent Ans entre 1688 et 1815 qui a alors pour buts de guerre la maîtrise du « seapower5 », l’emporte une nouvelle stratégie prônée par Vauban, renonçant à la guerre en haute mer à partir des années 1690, et strictement défensive, dans laquelle, la marine de Louis XIV étant donc vouée au déclin, les côtes ont à se défendre toutes seules6.

  • 7 Croix (Alain), L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Ouest-France, 1993, p.55.
  • 8 Vaux De Foletier (François de), Le siège de La Rochelle, 1931 ; pour les événements rétais, brève s (...)
  • 9 Vigé (Éliane et Jacques), Brouage, vol.1, 1990, p.102-110.

4Enfin la vulnérabilité du littoral est fonction des éventuelles divisions internes des populations qui y vivent, politiques et culturelles. À la lenteur de la construction politique et militaire de cette frontière correspond en effet la lenteur encore plus grande de la construction du sentiment national, même réduit à l’essentiel, à la personne du roi. De ce point de vue le développement du protestantisme et les guerres de religions ainsi que les refus de l’absolutisme qu’elles ont parfois accompagnés, ont indiscutablement freiné cette émergence d’un sentiment national au sein de certaines populations littorales au xvie siècle et jusque dans la première moitié du xviie siècle, contribuant ainsi à affaiblir une frontière d’état encore très récente. Les guerres civiles à alliances étrangères, où la mer a joué un rôle non négligeable avec les raids maritimes de Soubise et ses descentes à Ré et Oléron par exemple, font que la frontière d’état n’est pas encore une frontière nationale. À côté de l’aide apportée au chef de la Ligue en Bretagne en 1590, le duc de Mercœur, par Philippe II d’Espagne, sous la forme du débarquement à Saint-Nazaire de 7 000 soldats espagnols ensuite emmenés occuper Blavet et Hennebont7, ou du débarquement anglais à Paimpol en mai 1591 pour aider Henri IV, est exemplaire également l’arrivée de la flotte anglaise commandée par le duc de Buckingham venue aider les protestants rochelais assiégés, puis l’installation des troupes anglaises dans l’île de Ré de juillet à novembre 16278. Après le débarquement du 21 juillet les protestants de Saint-Martin et La Flotte venant au-devant des troupes anglaises, amicalement a-t-on pu écrire, et leur rendant leur petite ville, montrent à l’évidence la fragilité culturelle de la frontière littorale. Le dernier exemple est visible pendant la Fronde. C’est ainsi par exemple qu’au début de novembre 1651 des navires espagnols entrent en Gironde, y débarquent des soldats pour soutenir l’action de Condé, les mêmes navires ou d’autres évoluant l’année suivante avant d’être défaits en août entre Bourg-sur-Gironde et les coureaux d’Oléron, à une portée de canon du gouverneur frondeur de Brouage, Du Daugnon9.

  • 10 Bois (Jean-Pierre), « Principes tactiques de la défense littorale au xviiie siècle », dans Défense (...)
  • 11 Le volume réduit de cet article rendant impossible la multiplication des notes sur l’ensemble des s (...)

5À partir des années 1660, et s’inscrivant en cela dans les modifications structurelles de la guerre sur mer pour laquelle Jean Meyer a identifié les premiers temps d’une « modernité » aux années 1665-1667, le contexte des menaces côtières change également et devient, jusqu’à la Révolution et aux alliances entre les contre-révolutionnaires et les Anglais dont le débarquement de Quiberon en 1796 est le symbole, celui d’une guerre littorale, étatique et nationale puisque sans alliance des flottes étrangères avec des populations locales fidèles au Roi de France. Cette guerre est menée sur une frontière d’état continue, qui oblige donc à prolonger les analyses pertinentes menées à ce sujet sur la Bretagne – par C. Nières puis J.-P. Bois plus récemment10 – à l’ensemble du littoral du Ponant. Cette relative unité de la période nous a donc amené à la choisir comme centre de notre analyse, mais, notre objectif n’étant pas de dresser un tableau exhaustif et descriptif de l’ensemble des opérations militaires qui ont concerné ce littoral, tableau disponible en grande partie par ailleurs, nous nous attacherons surtout ici à dresser les grandes lignes de la géographie et de la périodisation des descentes ennemies sur un siècle et demi, tout en insérant modalités et conséquences dans une réflexion comparatiste englobant tout le Ponant11.

Opérations et violences militaires littorales : 1660-1790

  • 12 Les débarquements connus ayant mis en œuvre plusieurs centaines d’hommes sont les suivants : Groix (...)

6Sans même parler des captures sur la mer proche, parmi la cinquantaine d’insultes bien connues entre 1660 et 1790, la violence militaire faite aux populations littorales du Ponant est de plusieurs ordres : bombardements de la côte par les navires ennemis (une vingtaine ont laissé des traces significatives dans les archives), débarquements rapides, très limités dans le temps et avec des troupes réduites, soit pour terminer une bataille navale, en rade (après la défaite de La Hougue, six vaisseaux réfugiés sous Tatihou sont détruits par un débarquement anglais), soit pour réaliser un coup de main militaire contre une fortification ou une position isolée et faible : îles Glénan en 1674, Chausey en 1695, Dumet en 1760. De cet ordre sont également les débarquements anglais d’une cinquantaine d’hommes sur les côtes de la généralité de Caen en 1692 ou l’installation des Anglais dans l’embouchure de l’Orne en 1760. Ces débarquements sont en général accompagnés de destruction des batteries des corps de garde s’il y en a, de prises de captifs voire de pillages, ceux-ci pouvant même être les seuls et véritables motifs des opérations de descente, pour faire eau ou prendre de la viande… Moins d’une dizaine de ces actions nous sont bien connues, ce qui est sans doute largement inférieur à la réalité. Nous nous attacherons ici seulement aux opérations de plus grande ampleur, aux débarquements importants définis par la mise en action de plusieurs centaines d’hommes. Ce critère permet d’en recenser vingt entre 1660 et 1790 pour l’ensemble du Ponant, que la carte et le graphique mettent en évidence12.

Concentration et faible fréquence des débarquements

7La carte montre que ces débarquements importants ont en fait concerné treize points seulement du littoral du Ponant, en Normandie, Bretagne, accessoirement en Poitou et Aunis, soit une grande concentration pour plus de 2000 km de littoral. Ce Ponant des îles, qui s’étend de Tatihou à la Gironde, est aussi celui des deux autres objectifs majeurs de la guerre maritime déjà soulignés par C. Nières, que sont les arsenaux (Brest, Lorient, Rochefort) et les ports de course comme Saint-Malo. Lieux centraux sur les routes de la guerre, du commerce transatlantique et du cabotage nord-sud, éventuellement lieux de butins pour le ravitaillement, rarement ou insuffisamment protégés et dont de toutes façons fortifications et garnisons seront bravées.

8Pour la moitié des lieux (7), il y a eu un débarquement unique en 130 ans et les redoublements de descentes visant un même objectif, fut-ce à plusieurs années ou décennies d’intervalles, sont donc restés rares : Cherbourg-La Hougue, Saint-Malo (avec débarquements à Cancale en juin 1758 et Saint-Briac en septembre de la même année), Belle-Île et le complexe insulaire breton Groix, Houat, Hoëdic. À l’exception de l’île d’Houat (4 fois), aucun lieu n’a été touché plus de deux fois en 130 ans.

9Ces attaques, quantitativement et géographiquement limitées, ont de surcroît été chronologiquement concentrées : sur environ 55 années ayant connu la guerre entre 1660 et 1790 (dont près de 40 années de conflits franco-anglais au xviiie siècle), les 21 débarquements importants sont concentrés sur moins de quinze années : 1663, 1674, 1694-1696 (29 %), 1708, 1746-1747 (22 %), 1756-1761 (1/3). Plus de la moitié des « insultes » qui ont touché le Ponant aux xviie-xviiie siècles ont lieu pendant ces deux dernières périodes, les guerres de Succession d’Autriche et de Sept Ans, huit années au total. On sait que le littoral a souffert de la guerre maritime et de sa position de frontière mais ce n’est pas par la fréquence ou la dissémination des attaques directes.

Principaux débarquements ennemis sur le littoral du Ponant (1600-1790)

Principaux débarquements ennemis sur le littoral du Ponant (1600-1790)

Des opérations de grande envergure

  • 13 Seuls les premiers furent atteints et les îles furent les victimes de cette large campagne : en ju (...)
  • 14 « Ultimatum de la cour de France, qui servira de réplique à l’ultimatum de la cour d’Angleterre », (...)

10Certains des débarquements se sont inscrits dans des campagnes aux larges objectifs. Un des meilleurs exemples est celle de 1674. Guillaume d’Orange accepte le plan, que lui proposent ses conseillers huguenots d’origine française, d’aller porter directement la guerre contre les littoraux français lors que la flotte de Duquesne est en Méditerranée. L’escadre de l’amiral Tromp, avec les deux tiers des vaisseaux, se charge alors du littoral français, de juin à août 1674. L’objectif de la campagne était de rançonner les principales îles comme Belle-Île ou Noirmoutier pour pouvoir stationner et contrôler ainsi le littoral de la Gironde à Ouessant. D’autres objectifs étaient proposés, de tenter de soulever les populations contre Versailles, en particulier les protestants, d’un port comme La Rochelle par exemple, voire enfin de prendre Rochefort, la ville-arsenal en construction13. En 1761 la décision du roi d’Angleterre Georges III et de son ministre Pitt de prendre Belle-Île tient bien sûr à la volonté de détenir une base portuaire pour la relâche des bateaux en croisière et la concentration de troupes pour d’autres débarquements éventuels, mais les négociations qui mènent au traité de Paris qui clôt la guerre de Sept Ans en 1763 montrent que Belle-Île est devenue en cours de conflit un but de guerre, l’île devant servir de monnaie d’échange contre Minorque prise par les Français en 175614.

  • 15 À Belle-Île en 1674 apparaissent 114 bateaux dont 42 vaisseaux de premier rang, 17 vaisseaux de se (...)

11Opérations de grande envergure ensuite par les flottes mises en œuvre, correspondant bien sûr aux volumes nécessaires aux escadres pour mener à bien les campagnes de la guerre maritime. Ces escadres sont composées souvent d‘une centaine de vaisseaux15, mais deux fois moins devant Lorient et Quiberon en 1746 (9 vaisseaux, 40 transports), trois frégates anglaises extraites de l’escadre ancrée dans la baie de Quiberon suffisant même pour s’emparer d’une île d’Yeu quasiment démilitarisée et vide d’hommes en 1759 et y faire du ravitaillement en prenant bétail et barques.

12Cette ampleur des moyens navals mis en œuvre permettait enfin aux Anglais de disposer de forces militaires de débarquement très importantes et bien supérieures à celles dont disposait le Roi dans les lieux menacés. Beaucoup d’îles, non défendues (à Groix il n’y eut longtemps aucun soldat) ou difficiles voire impossibles à défendre avec des fortifications souvent insuffisantes, ont été l’objet d’attaques de masse, où les défenseurs se trouvaient dans un rapport maximum d’un contre cinq, mais pouvant aller à un contre soixante-dix attaquants. À Houat, que ce soit en 1696, face aux 500 Anglais débarqués ou en 1746 face aux 1 500 à 2 000 hommes, ne purent rien, ni les quinze hommes barricadés avec un lieutenant et un sergent dans la tour, ni les 35 soldats présents la seconde fois, disposant de 7-8 pièces d’artillerie et aidés de deux paysans canonniers d’occasion dont l’un était manchot. Les trente-trois invalides du gouverneur de l’île d’Yeu en 1759 ne pouvaient pas plus affronter plusieurs centaines d’hommes. À Aix en 1755, 3 000 Anglais débarquent sur les 10 000 à 15 000 disponibles sur les vaisseaux, face à moins de 500 hommes, pour l’essentiel tirés de quatre compagnies de milice et d’une frégate. Même à Belle-Île, la mieux défendue, sont en présence en 1674, 300 défenseurs contre 8 000 assaillants et en 1761 moins de 2 500 contre 10 000, voire potentiellement le double. On se bat encore à un contre quatre dans le meilleur des cas. Les ratios sont plus équilibrés sur le continent (1/1) car il est plus facile non seulement d’y entretenir des troupes mais également de les faire circuler, et de disposer ainsi d’effectifs pouvant atteindre 10 000 à 20 000 hommes, quatre à huit fois plus que ce qu’on a jamais pu installer en garnison à Belle-Île compte tenu des conditions de casernement et d’approvisionnement. 10 000 hommes sont à la disposition de Vauban à Camaret en 1693, près de 20 000 hommes à La Hougue en 1708, autant à Lorient et Quiberon en 1746, et à Saint-Cast le 11 septembre 1758, face aux 6 000 Anglais sur la plage, le duc d’Aiguillon peut rassembler – à l’exception de quelques détachements demeurés à Belle-lsle, Brest et Lorient –, les vingt bataillons qui composaient tout l’effectif des troupes régulières présentes en Bretagne, soit 7000 à 8000 hommes. Dans les circonstances les plus favorables les effectifs français ne pouvaient au mieux qu’égaler les troupes de débarquement, celles-ci pouvant compter par ailleurs sur une puissance de feu sans commune mesure permise par les dizaines de canons des vaisseaux et frégates. Cette supériorité permit ainsi aux Anglais de prendre l’île d’Aix le 25 septembre 1757, la reddition du fort étant obtenue après un bombardement de 53 minutes mené par deux vaisseaux de 74 et 80 canons ­extraits de l’escadre.

Des résultats militaires réduits et décevants

13À l’exception de Camaret en 1693, où Vauban réussit à repousser l’ennemi, et malgré les défenses éventuelles, le débarquement des troupes est toujours mené à bien, mais la mise à terre est dans l’ensemble extrêmement réduite, et surtout le plus souvent disproportionnée par rapport à l’ampleur des moyens mis en œuvre. Sur les 19 durées des séjours à terre connues, la moitié ne dépassent pas deux jours : La Hougue (1708), Groix (1696), Houat et Hoëdic (1696), Houat (1746), Aix (1757). Huit sont de l’ordre d’une à deux semaines : 4-5 jours à Yeu en 1759, 6 jours à Belle-Île en 1674, 7 jours à Saint-Malo en 1758, 8 jours à Quiberon, Houat et Hoëdic en 1746, Saint-Cast en 1758, 10 jours à Lorient en 1746. Les rembarquements sont rapides après de brèves descentes pour le pillage des îles et le ravitaillement d’un côté, après l’échec de la stratégie et de l’opération militaire contre un objectif majeur de l’autre, Saint-Malo et Lorient, voire Rochefort visé à travers la descente à Aix. On ne peut véritablement parler d’occupation qu’à propos de Noirmoutier en 1674 (20 jours) et surtout de Belle-Île, dont la reddition de la citadelle après deux mois de siège (du 8 avril au 8 juin 1761), permet aux Anglais de s’installer dans l’île pour deux ans jusqu’au 10 mai 1763.

14Maigres résultats donc, les analyses de C. Nières pour la Bretagne pouvant être extrapolées à l’ensemble du Ponant : aucune bataille décisive pour la guerre en cours, aucun arsenal ni grande ville jamais atteint, en l’occurrence, Brest, Lorient, Saint-Malo ou Rochefort. Restent les pillages, de maigre rendement et peu honorables (« Je ne crois pas que leurs conquêtes leur fassent grand honneur en Angleterre » a-t-on écrit à propos du pillage de l’île d’Houat).

  • 16 150 tués et blessés sur 8 000 soldats hollandais débarqués à Noirmoutier en 1674, 1 500 Anglais mo (...)

15Compte tenu de ces échecs, les coûts de tous ordres des débarquements pourraient apparaître comme totalement disproportionnés si on oubliait de les intégrer à chaque fois dans une nécessité stratégique beaucoup plus vaste, en particulier celle de la maîtrise des mers bordières par des flottes puissantes. Il est très rare que les opérations militaires se fassent pratiquement sans pertes humaines comme à Belle-Île en 1674 et paradoxalement à Saint-Malo en juin 1758, où la destruction du port et de Saint-Servan est réalisée sans véritable combat, avec quatre à cinq soldats tués des deux côtés. Dans l’ensemble les Hollandais puis surtout les Anglais essuient des pertes non négligeables, à l’inverse des faibles pertes françaises : plusieurs milliers de soldats ont été tués en débarquant puis à terre (4 000 à 5 000 au total pour la période ?). Lors des opérations même de débarquement plusieurs centaines de soldats ont parfois été tués, voire jusqu’à 1 000 ou 2 00016.

16Les coûts financiers, rarement appréciables, ne pouvaient qu’être également disproportionnés. Lors de la campagne qui voit l’occupation de Noirmoutier en 1674, les buts de guerre n’avaient été finalement que très imparfaitement atteints et de Hoorn n’avait osé débarquer sur le continent. L’expédition avait coûté plus d’un million de Rijkdaalders (3 millions de livres tournois), 70 fois la rançon payée par les insulaires, maigre contentement même en ajoutant la valeur des objets pillés ! En 1757, même sans faire abstraction de la gêne qu’a représentée la flotte anglaise pour les activités maritimes françaises, la campagne a été coûteuse qui vise Rochefort mais n’aboutit qu’à la prise de l’île d’Aix pour laquelle un seul vaisseau aurait suffi. Les Anglais eurent d’ailleurs bien conscience de ce décalage, comme le montrent les accusations portées contre Mordaunt.

Insuffisante définition des buts de guerre et pusillanimité

  • 17 Nières (C.), op. cit., p. 187 ; Bois (J.-P.), op. cit.

17À l’île d’Aix comme ailleurs, les raisons des échecs anglais sont les mêmes, en particulier leur incapacité à profiter de l’incurie des commandants des forces françaises (comme à Lorient ou Cherbourg) et des faiblesses récurrentes françaises (manque de navires de protection, incapacité à prévoir le débarquement, échec d’une politique de protection reposant sur les milices et des troupes régulières arrivant tardivement sur les lieux du débarquement, parfois un mois après). Alors que les Anglais sont maîtres des mers bordières, et peuvent en général disposer de moyens importants et suffisants (sauf apparemment Marlborough à Saint-Malo), le commandement anglais a souvent fait preuve d’une pusillanimité supérieure à celles du commandement français (pourtant forte comme à Lorient), marquée en particulier par la peur d’arrivée de troupes (Lorient et Saint-Malo), la crainte de pièges, la surestimation des troupes opposées et susceptibles d’arriver, sans oublier les dissentiments, comme par exemple entre l’amiral Hawke et le général commandant les troupes de débarquement en Aunis en 1757. Malgré les limites de la défense française et la difficulté à rassembler des troupes bien commandées dans des lieux choisis à bon escient, les résistances ont à chaque fois fait abandonner les projets d’invasion. Les centres stratégiques n’ont pas été atteints, les interventions n’ont pu être que ponctuelles et hasardeuses. Apparente justesse de la politique de défense de Vauban complétée par la réussite de la petite guerre sur terre menée contre un ennemi qu’on a laissé s’avancer dans l’intérieur loin de la protection de son artillerie, faute il est vrai d’avoir voulu ou pu construire une première ligne de défense avec les îles du Ponant et une ligne côtière fortifiée, en raison notamment de la lourdeur des coûts d’entretien permanents17. Ce sont cependant les sociétés littorales qui ont payé le prix fort de cet abandon des mers bordières et de ce repli de l’État sur les pôles fortifiés.

Les conséquences des descentes ennemies sur les sociétés littorales

  • 18 Outre Bourde de la Rogerie, déjà cité, La Lande De Calan (Charles de), La défense des côtes de Bre (...)

18La participation des populations civiles à la guerre est parfois nécessaire, y compris pour les femmes et les enfants parfois déguisés en soldats pour tromper l’ennemi, mais le sujet ne sera pas développé ici, étant souvent étudié par ailleurs, pour les milices garde-côtes en particulier18. Nous insisterons ici sur les conséquences civiles.

Peur et psychose des populations littorales

  • 19 Saupin (Guy), Nantes au xviie siècle, PUR, 1996, p. 143-145
  • 20 Archives départementales de Charente-Maritime, 4 J 3305, f 7.
  • 21 Yeu et Noirmoutier. Îles de Vendée, Inventaire général des monuments historiques, 1994, p. 477.

19La panique sur le littoral est la première conséquence de l’annonce de l’arrivée des bateaux ennemis et des risques de descente qu’ils présupposent. Alors que la flotte hollandaise a pillé Belle-Île et sans doute Groix en juin 1674, et s’apprête à débarquer à Noirmoutier le 4 juillet, la psychose de l’attaque hollandaise et d’une remontée de la Loire par les bateaux ennemis a déjà touché Nantes, en particulier les marins et travailleurs de la mer des quartiers de la Fosse, provoquant une véritable « émotion » populaire. Le menu peuple exige en effet avant tout la défense de la ville et des faubourgs par la milice dont la mobilisation est décrétée le 3 juillet, alors que le gouverneur décide au contraire d’envoyer 400 hommes de milice au Croisic, soutenu en cela par les élites nantaises parmi lesquelles conscience nationale et fidélité à la couronne contrebalancent les peurs immédiates19. Finalement les édiles acceptent l’envoi de la milice le 10 juillet mais réclame barricades, barrières et artillerie, seul le départ des Hollandais fin juillet ramenant le calme. D’autres paniques de ce genre ont bien sûr existé à chaque menace, par exemple en Normandie devant la crainte d’une invasion de Guillaume d’Orange en 1688, ou à Rochefort lors de la prise de l’île d’Aix en 1757. La peur fait aussi cacher ses biens les plus précieux mais peu de témoignages nous sont parvenus. En 1703, le seigneur de Bonnemie, dans l’île d’Oléron, fait aménager une cache dans un escalier de grenier pour ses « papiers, parce que cette année on craint une descente dans l’isle des anglais et hollandais20 ». À Noirmoutier, sans doute au même moment, Suzanne Commard, « craignant une descente à Noirmoutier de la part des Anglais avait fait cacher sur le derrière du Four dans laditte cave une caisse dans laquelle se trouverait probablement des papiers, de l’argent, de l’argenterie et quelques autres effets », retrouvés à sa mort en l’an IX21.

  • 22 Delpech (Emmanuelle), De Ruis Embito, « Intendant de Justice, Police et Finances au Département du (...)

20Les populations les plus menacées ont bien sûr la tentation de la fuite anticipée, ce que ne souhaitent pas toujours les représentants de l’État. Si les départs sont parfois précoces et individuels (lors de l’attaque hollandaise de 1674 à Noirmoutier, le prévoyant prieur de Saint-Philibert était déjà passé sur le continent), l’exode peut être massif. C’est surtout le cas pour les îles, en particulier les moins peuplées et les plus maritimes, toutes n’ayant pas une flotte de barque suffisante pour l’évacuation. En juillet 1696 et juin 1703 la population de l’île d’Yeu est évacuée, au moins partiellement, sur le continent. Il en est de même pour celle de Houat et Hoëdic en 1746 et 1747, Aix en 1758. Sur le continent aussi les populations s’éloignent du littoral par peur du débarquement. Lors de la grande peur de Rochefort en 1757, l’intendant Ruis-Embito, persuadé de la descente anglaise sur la côte, envoie les archives de la Marine sous escorte à l’intérieur des terres avec les femmes et enfants22. À Saint-Briac en septembre 1758, la population affolée reflua également vers l’intérieur.

Pillages, ruine et misère

  • 23 Ceard (H.), « Descente des Anglais dans la presqu’île de Quiberon en 1746. Récit d’un témoin », Bu (...)
  • 24 Guillemet (D.), « Les États de Bretagne et le domaine de Belle-Île-en-mer : 1759-1771 », Actes du (...)

21Par la seule maîtrise des mers bordières, les contraintes de défense qu’elles imposaient sur le littoral et la menace permanente d’une descente, les flottes ennemies causaient des dommages majeurs aux populations côtières et à l’économie maritime sans avoir même à tirer un seul coup de canons. L’agriculture et la société belliloises sont ainsi ruinées en avril 1761, avant même que le premier soldat anglais ait débarqué, par les seules réquisitions des troupeaux pour l’alimentation des troupes, ou celles des charrettes et chaloupes coulées en rade pour empêcher le débarquement. Plus du tiers voire la moitié et parfois plus du capital des exploitations est donc perdu. Bien évidemment, alors que les bombardements pouvaient eux-mêmes avoir des résultats très dommageables, les destructions limitées étaient très rares lors des débarquements, les seuls cas étant sans doute ceux de Houat et de Hoëdic en 1746. Autrement, seules les villes protégées s’en sortent (Lorient en 1746, Saint-Malo en 1758), leurs faubourgs et campagnes étant par contre ravagés, comme les îles. La ruine est parfois totale, comme en attestent les témoignages. En 1674, plusieurs villages bellilois ont été brûlés, le faubourg proche la citadelle a été rasé par les Français pour obtenir un glacis et « ils [les Hollandais] ont rodé, pillé et emporté le plus liquide de l’île ». De même l’île de Noirmoutier est ruinée et six otages seront emmenés en attendant le paiement de la rançon de 42 000 livres (90 000 à 100 000 l à l’arrivée avec les frais divers et les intérêts compris), passant 20 mois à Rotterdam avant de revenir. Lors de l’attaque de Lorient en 1746, les Anglais ont brûlé 14 villages puis onze à Quiberon « composant plus de 300 maisons », canonné et incendié le bourg, « cassé et brisé les portes et fenêtres des maisons qu’ils n’ont pas incendiées », « […] ont ruiné les moulins, ils ont enlevé ou semé sur le sable le grain de ce prieuré », volé 1142 moutons, plus de 200 bovins, porcs et chevaux, détruits magasins et presses, barques, chaloupes et chasse-marées, les pertes se montant à plus de 400 000 l23. L’île d’Aix est également pillée en 1757. À Yeu en décembre 1759 les Anglais réquisitionnent 615 moutons, 40 vaches, des bœufs, des volailles, des fruits et légumes, un chasse-marée chargé de vin. De nombreuses maisons avaient été pillées, et bien peu de choses payées comme cela avait été promis. Une rançon de mille livres sterling est demandée, garantie par deux otages. Les pertes sont d’encore plus de conséquences dans trois cas. À Saint-Servan en juin 1758, outre les magasins, les ennemis brûlent la flotte malouine dans la Rance (80 bâtiments dans les bassins et sur les chantiers) et font au moins 2 500 000 livres de dégâts, sans compter les ravages des campagnes environnantes. Peu de temps après, en août, Bligh descend à Cherbourg, brûle les ouvrages du port, détruit les installations et fortifications, comble le chenal, encloue les canons, et incendie une vingtaine à une trentaine de navires de commerce, faisant cinq millions de livres de dégâts. Enfin l’occupation de Belle-Île achève de ruiner l’île. À l’issue du traité de Paris en mai 1763, la situation est catastrophique, l’île en partie à reconstruire : 35 % des villages sont totalement détruits, 60 % des bâtiments d’exploitation sont hors d’usage, les dégâts globaux estimés à 500 000 l24. En quatre ans le coût des destructions littorales est d’au moins huit millions de livres sans compter les pillages d’Aix et Yeu. Lourd bilan même s’il représente moins de 1 % du coût global de la guerre de Sept Ans dans le budget de l’État.

22On insistera en particulier sur les marques religieuses des pillages menés par des troupes protestantes. En 1674 les recteurs bellilois décrivent les « églises en très pitoyable état », le vol des cloches de Sauzon « après avoir rasé entièrement les autels et brûlé toutes les images, déchiré les tableaux… ». À Houat et Groix, chapelle ou églises furent brûlées, les cloches enlevées. À Noirmoutier la même année, les Hollandais ont dévasté l’église, cassé toutes les vitres de l’abbaye de La Blanche, pris la vaisselle, le linge, la literie, les objets de culte, et la plupart des livres de la bibliothèque du monastère, ainsi que certains titres de leur « thrésorerie ». À Quiberon en 1746, les soldats anglais profanèrent les églises, déchirèrent les ornements, ne respectant que l’image du Christ. Encore plus qu’à l’île d’Yeu en 1759 où la chapelle du port est pillée et dont le calice a disparu ou qu’à Belle-Île en 1761-1763 où les paroisses ont eu à racheter leurs cloches volées, c’est pour l’île d’Aix en 1757 qu’on trouve les marques de l’anticatholicisme le plus virulent : « […] Ils ont aussi emporté la cloche de l’église et celle du Dongeon, ont abbattu le clocher, haché à coups de sabre le tableau de l’autel, brisé le tabernacle, la chaire, et tous les bans de l’église, entré dans un souterrain où il y avoit la chapelle de la Vierge, brisé sa statue, le tabernacle et tous les pilastres qui servoient d’ornement au souterrein, fait leus besoins dans 6 bénitiers, ont ensuite pris la croix et les bannières, se sont promenés avec partout le village et les ont rompus à la fin de leur course et jettés dans la mer. »

23À l’image des bombardements qui ne font pratiquement pas de tués à Ré en 1696, « […] il n’a esté tué que 14 personnes a cause que chacun estoit hors des maisons pour voir tomber les bombes et se mettre bas… », les débarquements n’ont paradoxalement guère de conséquences démographiques directes, comme en attestent les courbes paroissiales longues dont nous pouvons disposer (Belle-Île, Yeu). En 1674 à Belle-Île les pertes humaines sont très faibles, une quinzaine d’hommes et une femme, proches des « points chauds » stratégiques. Cependant 4 mois après le départ des Hollandais, l’île connaît sa plus grande crise démographique de l’époque moderne (564 décès, presque 5 fois plus que la moyenne annuelle habituelle), crise épidémique probablement dont la situation économique a fait le lit (perte des réserves, pêche entravée). De la même façon lors du siège puis de l’occupation de 1761-1763, les Anglais ne firent aucun mal aux personnes. Il n’y a pas eu là non plus de crise démographique majeure, la mortalité n’ayant même pas doublé en 1761, une partie de la population ayant il est vrai temporairement choisi l’exil sur le continent. Lors de la prise de l’île d’Aix en 1757, on déplore un canonnier français tué et dix blessés contre une vingtaine d’Anglais tués, mais apparemment pas de civils.

  • 25 « Ultimatum de la cour de France… », op.cit.

24Les violences militaires faites aux populations littorales ont donc été en nombre limité, espacées dans le temps et rarement redoublées. Politiquement, de petites épines dans le talon des rois de France qui, l’essentiel étant assuré comme l’avait souhaité Vauban, c’est-à-dire l’intégrité des ports et arsenaux, se désintéressèrent en grande partie de ces portions du royaume un temps perdues et des sociétés qui les habitaient. Le dédain est le même que ce soit pour Noirmoutier prise en 1674 où Sa Majesté ne prendra, écrit Colbert, la résolution de chasser les Hollandais « que dans une nécessité pressante… », pour l’île d’Yeu en 1759 dont Louis XV, sachant l’extrême difficulté à défendre l’île, ne désirait pas qu’on y entreprenne une opération militaire pour la délivrer, ou pour Belle-Île en 1761-1763, monnaie d’échange contre Minorque que refuse Louis XV : « […] Comme la France n’admet pas l’importance de la conquête de Belle-Île, les deux Cours resteront dans leur sentiment ; l’Angleterre gardera sa conquête et la France Minorque25. »

  • 26 Chanson populaire des miliciens ayant repoussé le débarquement à Camaret en 1694 (Toudouze [G.], «  (...)
  • 27 Swindells (G.), An Excellent Garland, containing four New Songs, Manchester, 1790 (British Museum (...)
  • 28 Delvaux (Alfred), Dictionnaire érotique moderne, 1867, cité par Claude Duneton, La puce à l’oreille(...)

25Les pillages ennemis dans les zones non défendues étaient le prix à payer de la stratégie inspirée par Vauban. Plusieurs milliers d’habitants du littoral ont ainsi parfois tout perdu. On comprend alors d’autant mieux le grand impact psychologique de ces descentes, les paniques, dont les traces culturelles de longue durée sont le contrepoint du patrimoine architectural des fortifications. D’abord pour se venger de cette peur, et parce que c’est parfois l’arme du faible, tous ces épisodes ou presque donnèrent matière à poèmes et chansons brocardant l’Anglais comme après l’échec de l’île de Ré en 1627 avec la chanson anti-anglaise et anti-protestante Les Mathelots26. Parce qu’elle est sans doute la seule véritable réussite anglaise, l’occupation de Belle-Île de 1761 à 1763 n’a donné matière à notre connaissance à aucune chanson française contemporaine écrite sur ce sujet, alors qu’existe bien une chanson populaire britannique27. Enfin, quand les chansons se sont tues, démodées et sans objet, la trace sans doute la plus longue de la peur des habits rouges a survécu seulement dans une expression populaire présente dans la littérature des xixe et xxe siècles et certains sketchs actuels, par un euphémisme désignant le sang des menstruations féminines par analogie avec le costume des soldats : « Les Anglais ont débarqué28. »

Notes

1 Issu du latin insultare, sauter sur,= attaquer, le terme « insulte » est en usage dans le sens d’assaut, d’attaque du xvie au xviiie siècle. Le terme « injure », outre son sens usuel actuel, est repris au xvie siècle avec le sens de dommage causé par violation du droit : Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, éd. 1994, vol. 1, p.1028.

2 Guillemet (Dominique), « Les îles du Ponant du Moyen Âge au xixe siècle – Éléments d’Histoire comparative », Actes du colloque Terres et Sociétés insulaires Brest 1989, ministère de l’Environnement, coll. « Recherches Environnement », n°36, 1991, p.244.

3 Mollat (Michel), « L’État capétien en quête d’une force navale » et « Les enjeux maritimes de la guerre de Cent Ans », dans Philippe Contamine (s.d.), Histoire militaire de la France, tome 1, p.10, et « Le front de mer », Les lieux de mémoire, III, 1 ; Cassard (Jean-Claude), Les Bretons et la mer au Moyen Âge, PUR, p. 168-173, et « Frontière de mer et marine ducale : l’exemple breton, fin du xve et début du xvie siècle », dans Défense des côtes et cartographie historique, CTHS, 2002, p.33-51. Sur le littoral-frontière du Centre-Ouest : Guillemet (Dominique), « Du littoral du Centre-Ouest comme espace, limite, frontière. Quelques éléments de problématique », dans Espace, Limites, Frontières (Centre-Ouest français, Acadie), Les cahiers du GERHICO, n°2, Poitiers, 2001.

4 Niéres (Claude), « La Bretagne, province frontière. Quelques remarques », Mémoires de la société d’histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LVIII, 1981, p.183-190.

5 Acerra (Martine), Meyer (Jean), L’empire des mers, L’Office du Livre, 1990 ; id., Histoire de la Marine française, Ouest-France, 1994.

6 Guillerm (Alain), La pierre et le vent – Fortifications et marine en Occident, Paris, Arthaud, 1985, [réed. L’Harmattan], 275p.

7 Croix (Alain), L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Ouest-France, 1993, p.55.

8 Vaux De Foletier (François de), Le siège de La Rochelle, 1931 ; pour les événements rétais, brève synthèse dans Delafosse (Marcel), Petite Histoire de l’île de Ré, Rupella, 1995, p.46-54.

9 Vigé (Éliane et Jacques), Brouage, vol.1, 1990, p.102-110.

10 Bois (Jean-Pierre), « Principes tactiques de la défense littorale au xviiie siècle », dans Défense des côtes et cartographie historique, CTHS, 2002, p.53-65.

11 Le volume réduit de cet article rendant impossible la multiplication des notes sur l’ensemble des sources et de bibliographie qui permettent de dresser une description détaillée des descentes ennemies, nous nous permettons de renvoyer essentiellement à des publications antérieures où le lecteur trouvera descriptions et références. Le contexte maritime général a été vérifié à partir des Histoires de la Marine, traditionnelles comme celles de C. de la Roncière (1901-1932), G. Lacour-Gayet (1905, 1910), J. Tramond (1947), ou plus récentes, de M. Acerra et J. Meyer déjà citées, H. E. Jenkins (1977), E. Taillemite (1988), de la Chronique Maritime de la France d’Ancien Régime de M. Vergé-Franceschi, 1998. Pour la Bretagne, outre les notices des lieux concernés dans Ogée (Jean-Baptiste), Dictionnaire et géographique de la province de Bretagne, Rennes, 1843, 2 volumes, on trouvera un inventaire des sources et une analyse des descentes ennemies dans Bourde de La Rogerie, Introduction au tome 3 de l’inventaire sommaire des Archives départementales du Finistère, Série B, Quimper, 1902, p. xxviii-xlix, encore fondamental malgré sa date. Pour les îles du Ponant : Guillemet (Dominique), Les îles de l’Ouest, Geste Éditions, 2000, p. 154-171 et dossier des références en notes 1 à 46, p.327 à 329.

12 Les débarquements connus ayant mis en œuvre plusieurs centaines d’hommes sont les suivants : Groix en 1663, Belle-Île, Groix et Noirmoutier en 1674 (nous ne savons rien ou presque des prises d’Houat et Hoëdic), Houat, Hoëdic et Groix en 1696, La Hougue en 1708, Lorient puis Quiberon en 1746, Houat et Hoëdic en 1746 et Houat en 1747, Aix en 1757, deux fois Saint-Malo (Cancale et Saint-Briac) puis Cherbourg en 1758, l’île d’Yeu en 1759, Houat en 1760 et enfin Belle-Île en 1761 avec le seul cas d’une occupation longue jusqu’en 1763. Parce qu’il entre dans la catégorie des débarquements ci dessus par son objectif majeur et ses moyens importants, nous avons inclus l’épisode de Camaret en 1694 dans notre corpus bien que le débarquement y échoue devant la résistance menée par Vauban.

13 Seuls les premiers furent atteints et les îles furent les victimes de cette large campagne : en juin Belle Île, Houat, Hoëdic et les Glénan, probablement Groix, Noirmoutier prise le 4 juillet, Yeu bombardée le 6, la flotte partant vers l’Espagne le 24 juillet et repassant en retournant vers les Provinces-Unies en octobre. Bibliographie, carte et descriptif de la campagne réalisés à partir des sources néerlandaises dans Marmin (A.), Incursions et invasions, Éd. des Amis de Noirmoutier, 1998, 104 p.

14 « Ultimatum de la cour de France, qui servira de réplique à l’ultimatum de la cour d’Angleterre », 24 juillet 1761, dans Mémoire Historique sur la négociation de la France et de l’Angleterre, Paris, Imprimerie Royale, 1761.

15 À Belle-Île en 1674 apparaissent 114 bateaux dont 42 vaisseaux de premier rang, 17 vaisseaux de second rang ou frégates, 12 brûlots, 12 flûtes et goélettes, 21 senaus et galiotes. Les flottes sont du même ordre à Camaret en 1693, à Saint-Malo en 1758, à Saint-Briac et Saint-Cast la même année 1758, le nombre de vaisseaux de ligne régressant classiquement au xviiie siècle au bénéfice des bâtiments de transport : en 1757 à Aix 17 à 18 vaisseaux de ligne – dont un seul sera nécessaire pour prendre l’île, une dizaine de frégates et galiotes à bombes, pour 65 à 90 bâtiments de transport ; de même devant Belle-Île en 1760 une vingtaine de vaisseaux de ligne, 5 galiotes, 2 brûlots, mais une centaine de transports.

16 150 tués et blessés sur 8 000 soldats hollandais débarqués à Noirmoutier en 1674, 1 500 Anglais morts en 1694 à Camaret, 900 tués lors du siège de Lorient en 1756, 1 000 voire 2 000 tués à Saint-Cast en 1758, 257 tués et 435 blessés Anglais lors de la conquête de Belle-Île en 1761. En contrepoint il est logique que le maximum de pertes françaises ait lieu lors de la bataille de Saint-Cast le 11 septembre 1758 avec 4 à 500 tués ou blessés, la prise de Belle-Île en 1761 s’étant, elle, apparemment soldée par moins d’une centaine de morts français.

17 Nières (C.), op. cit., p. 187 ; Bois (J.-P.), op. cit.

18 Outre Bourde de la Rogerie, déjà cité, La Lande De Calan (Charles de), La défense des côtes de Bretagne aux xvie et xviie siècles, Vannes, 1891, Binet (Henri), La défense des côtes de Bretagne au xviiie siècle, Vannes, 1913 ; Durand (C.), Les milices garde-côtes en Bretagne de 1716 à 1792, Rennes, 1927 ; Lacombe (Christiane), « Les milices gardes-côtes en Bretagne d’après la réforme du maréchal de Belle-Isle (1756-1778) », 91e Congrès national des sociétés savantes, Rennes, 1966, vol. 1, 1969, p.17-50 ; Le Pourhiet-Salat (Nicole), Étude de l’architecture défensive des îles bretonnes de l’Atlantique, des origines à 1860, Vincennes, Service historique de la Marine, 1983, p.234 sq., 248 sq. ; Toudouze (Georges), La défense des côtes de Dunkerque à Bayonne au XVIIe siècle, Paris, 1900 et « Les milices garde-côtes au xviie siècle et Monsieur de Vauban », Neptunia, n°60, 4e trimestre 1960, p.9-15.

19 Saupin (Guy), Nantes au xviie siècle, PUR, 1996, p. 143-145

20 Archives départementales de Charente-Maritime, 4 J 3305, f 7.

21 Yeu et Noirmoutier. Îles de Vendée, Inventaire général des monuments historiques, 1994, p. 477.

22 Delpech (Emmanuelle), De Ruis Embito, « Intendant de Justice, Police et Finances au Département du Port et arcenal de Marine à Rochefort », juillet 1757-juillet 1762, mémoire de maîtrise, Université de Poitiers, 1989, p. 145.

23 Ceard (H.), « Descente des Anglais dans la presqu’île de Quiberon en 1746. Récit d’un témoin », Bulletin de la société polymathique du Morbihan, 1905, p. 323-342.

24 Guillemet (D.), « Les États de Bretagne et le domaine de Belle-Île-en-mer : 1759-1771 », Actes du 111e Congrès national des sociétés savantes Poitiers 1986, Éditions du CTHS, 1987, t.1, fasc. 1, p.27-41, et « Les Acadiens de Belle-Île-en-mer : légende noire et histoire en reconstruction », Études canadiennes/Canadian studies, n°37, 1996, p.128-144.

25 « Ultimatum de la cour de France… », op.cit.

26 Chanson populaire des miliciens ayant repoussé le débarquement à Camaret en 1694 (Toudouze [G.], « La victoire de Camaret, le 18 juin 1694 et la poésie populaire bretonne », Quimper, 1960, in 8, 38 p., extrait du Bulletin de la Société archéologique du Finistère, et Les compagnons de la Tour Dorée, 1694, 128 p.) ; chanson inspirée par le débarquement de Lorient en 1746, longtemps chantée en Bretagne puis à la Cour et à la ville, en province et au Canada, et composée par un officier garde-côtes du pays de Saint-Brieuc qui prêtait aux chefs et aux soldats des exploits absolument imaginaires (Bourde De La Rogerie, op. cit., p. xxix ; Kerviller, Biobibliographie bretonne, Rennes, 1880, in 8, t. IV, p.137 ; Le chansonnier historique du xviiie siècle, Éd. E. Raunié, Paris, 1888, in 12, p.76-80) ; poèmes et chansons moquant les Anglais après la prise de l’île d’Aix en 1757 (La Morinerie [Léon-Michel de], « La prise de l’île d’Aix », Bulletin de la Société des Archives Historiques de la Saintonge et de l’Aunis, t.9, 1889, p.117 à 130) ; poèmes bretons célébrant la victoire de Saint-Cast en 1758.

27 Swindells (G.), An Excellent Garland, containing four New Songs, Manchester, 1790 (British Museum Library 11621. B.14/5). La chanson concernant Belle-Île a été publiée par Taylor (M.), « The siege of Belle isle », Belle-Île. Histoire, n°9, 1997, p.11-16.

28 Delvaux (Alfred), Dictionnaire érotique moderne, 1867, cité par Claude Duneton, La puce à l’oreille, 1978, p.197, et Série TV Pause café, M6 Télévision, 2002.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19539/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Principaux débarquements ennemis sur le littoral du Ponant (1600-1790)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19539/img-2.png
Fichier image/png, 137k

Auteur

Maître de conférences
Université de Poitiers – GERHICO

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540