Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recomposition des droites

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Troisième partie. Approches régionales et figures

Destins de la Jeune droite

Olivier Dard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Jean-Louis Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années trente, une tentative de renouvellem (...)
  • 2 Véronique Auzepy-Chavagnac, Jean de Fabrègues et la Jeune droite catholique. Aux sources de la Ré (...)
  • 3 Nicolas Kessler, Histoire politique de la Jeune droite (1929-1942), préface de Jean-Louis Loubet (...)
  • 4 Rappelons que le 6 mars 1947, Jean-Pierre Maxence (installé en Suisse où il travaille pour le comp (...)
  • 5 Le Populaire du 12 septembre 1944 s’est insurgé contre la présence de Thierry Maulnier dans le Fig (...)

1L’expression « Jeune droite », couramment employée, renvoie à une branche essentielle du rameau spiritualiste des relèves des années trente. Cette nébuleuse, qui recoupe aussi bien des hommes, des revues que des groupements, a suscité depuis plusieurs décennies différents travaux parmi lesquels, si on excepte les recherches pionnières de Jean-Louis Loubet del Bayle1, ceux de Véronique Auzépy-Chavagnac2 et de Nicolas Kessler3 sont les plus notables. La moisson historiographique est cependant beaucoup plus maigre lorsqu’il s’agit de suivre le destin de la Jeune droite durant l’occupation et au-delà. Certes, il apparaît que les hommes de la Jeune droite ont entretenu à l’égard de Vichy et de son projet de Révolution nationale un compagnonnage et, pour certains d’entre eux, une adhésion à l’égard du régime matérialisée par une participation à des organes émanant de l’État français (jeunesse, institutions corporatives) ou à des publications se faisant fort de forger et d’exprimer son idéologie, à l’instar de la revue Idées. Cela étant, mis à part le cas des frères Godmé (Jean-Pierre Maxence et Robert Francis) et des éléments de la Jeune droite engagés dans Je suis partout (à commencer par Robert Brasillach), les principaux représentants de la Jeune droite ont pour l’essentiel échappé aux foudres de l’épuration4, ce qui n’a pas été sans susciter des polémiques. Ainsi, Thierry Maulnier, violemment attaqué par Le Populaire en septembre 19445 puis par les Lettres françaises a été fortement soutenu par Pierre Brisson. En mai 1946, il a mis en avant son propre témoignage :

  • 6 Cité in Claire Blandin, Le Figaro littéraire (1946-1971). Vie d’un hebdomadaire politique et litt (...)

« J’ai vu quotidiennement à Lyon en 1941 et 1942 Monsieur Thierry Maulnier qui collaborait au Figaro. J’ai su les luttes qu’il menait au sein de l’Action française et l’opposition qu’il y représentait. J’ai jugé de son attitude au moment où les basses attaques de Maurras se déclenchèrent contre notre journal, dénommé par le vieux fossoyeur, “le journal maudit”. La conduite de Thierry Maulnier fut irréprochable, et à tout moment je l’ai considéré comme des nôtres. Il publiait chez nous des chroniques qui soutenaient la dignité française6 ».

2Le destin des anciens de la Jeune droite n’est donc que rarement celui d’épurés (ce qui explique leur absence d’une publication comme Écrits de Paris). Ils se retrouvent au contraire dès l’automne 1944 disponibles pour agir. C’est à ces engagements (même si le terme, à connotation sartrienne, suscite leur ire) qu’entend s’attacher cette contribution. En s’appuyant tout à la fois sur les itinéraires des figures, l’évolution des groupements et des publications, son ambition est de montrer en quoi si le destin de la Jeune droite est bien celui d’héritiers, il porte aussi la marque des années de libération et des nouveaux enjeux qui l’accompagnent tant au plan intérieur qu’extérieur. Trois temps forts peuvent guider le propos : les cheminements d’une renaissance de l’Action française, la « connivence » de la Table ronde et le carrefour représenté par Fédération.

Jeune droite et relance de l’Action française

  • 7 Lettre reproduite in Pierre Boutang, Les Dossiers H, L’Âge d’homme, 2002, p. 368.
  • 8 Sur ce journal, outre le témoignage de Philippe Aries (en collaboration avec Michel Winock), Un (...)
  • 9 Sur cette dernière, André Therive, « La littérature clandestine sous la IVe République », Écrits (...)
  • 10 N’ayant pas réussi à relancer sa revue Civilisation née à la veille de la guerre, Fabrègues est de (...)
  • 11 Patrick Louis, Histoire des royalistes. De la Libération à nos jours, op. cit., 1994, p. 36-45.
  • 12 Ibid., p. 53.

3Si beaucoup de figures de la Jeune droite des années trente se retrouvent autour des tentatives de remise sur pied de l’Action Française ( af), c’est d’abord l’affaire des cadets. Le philosophe Pierre Boutang est le fer de lance d’une telle démarche. Dévoué à son « maître » Charles Maurras auquel il a écrit depuis le 4e régiment de spahis tunisiens le 16 décembre 1944 que « la fidélité et la reconnaissance » à son égard « ne sont pas choses mortelles, pas plus que les idées et la lumière qui sont à leur origine7 », Pierre Boutang, révoqué de l’enseignement, a pris en charge durant quelques mois (fin 1945-été 1946) les destinées de Paroles françaises (on y retrouve Antoine Blondin, Kléber Haedens ou Philippe Ariès8) avant de devenir le maître d’œuvre d’une publication clandestine, la Dernière Lanterne, lancée avec Antoine Blondin en 19469. Un tournant se dessine avec la naissance en mai 1947 du Bulletin d’information des Comités monarchistes qui prend la suite d’Ici France. Cette nouvelle publication, même si elle disparaît en novembre 1947, est triplement importante. D’abord, parce qu’elle poursuit, au lendemain de la guerre, l’effort entrepris au milieu des années trente avec Courrier royal où s’étaient illustrés les figures emblématiques de la Jeune droite (Jean de Fabrègues10 et Thierry Maulnier… absents en 1947). Ensuite, parce qu’elle accueille parmi ses chroniqueurs les benjamins des années trente : Pierre Boutang, François Stentein et Michel Déon. Enfin, parce que son échec scelle une rupture définitive entre le comte de Paris et les épigones de l’Action française qu’il prend violemment à partie dans le dernier numéro de l’hebdomadaire le 14 novembre 194711. Dès lors, les maurrassiens de la Jeune droite se fondent rapidement dans les deux organes importants de la mouvance maurrassienne. Le premier est L’Indépendance française lancé en 1946 et dominé par la figure de Jean-Louis Lagor (le futur Jean Madiran) où l’on remarque notamment à partir de 1948 la présence régulière d’Antoine Blondin comme chroniqueur littéraire12. Le second est Aspects de la France et du Monde dont le premier numéro sort le 10 juin 1947. Si l’hebdomadaire qui se veut l’héritier direct de l’Action française est tenu par des cadres historiques du mouvement, Georges Calzant et Maurice Pujo, les cadets de la Jeune droite des années trente s’y expriment régulièrement : Pierre Boutang s’y occupe de « la vie politique » tandis que Michel Déon, Kléber Haedens, Roland Laudenbach (sous le pseudonyme de Michel Braspart) proposent des chroniques littéraires. Accueillis par les aînés, les benjamins de la Jeune droite tout en imprimant leur marque à la publication (les textes politiques de Boutang sont considérés comme trop philo-gaullistes par beaucoup) ne prennent guère de distance avec l’héritage. Les années 1945-1949 sont donc celle d’une perpétuation qui se poursuit cahin-caha jusqu’en 1955 avec la naissance de La Nation française laquelle se situe certes dans le sillage d’une tradition de l’Action française, s’accompagnant cependant d’une relecture critique de sa doctrine comme de son histoire.

La « connivence » de la Table ronde

  • 13 Voir le témoignage de François Stentein, Nouvelles minutes d’un libertin (1942-1943), Gallimard, (...)
  • 14 Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, La Table Ronde, 1992, p. 25.
  • 15 Sur ce centre et son projet, voir Antonin Cohen, Histoire d’un groupe dans l’institution d’une «  (...)
  • 16 Pierre Assouline, Une éminence grise. Jean Jardin (1904-1976), Balland, 1986, p. 197.
  • 17 Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, op. cit., reproduit p. 36 des extraits d (...)
  • 18 Cité in Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, op. cit., p. 48-49. 19.
  • 19 Ibid., p. 55-56

4L’aventure de la Table ronde, qu’il s’agisse de la revue ou de la maison d’édition est un moment fort de retrouvailles d’anciens de la Jeune droite. Son maître d’œuvre, Roland Laudenbach, a des contacts étroits avec certaines de ses principales figures depuis l’avant guerre et surtout les années d’occupation. Né le 20 octobre 1921, il a, à la veille du conflit, approché les figures de proue de la Jeune droite. L’occupation ne coupe nullement les contacts. Les revues littéraires sont un lieu de rencontres et Roland Laudenbach participe en particulier à Prétextes animée par François Stentein13 avant que le relais ne soit pris par les Cahiers de la génération. Ces publications sont à la fois un foyer de regroupement pour ces écrivains en herbe mais aussi, une occasion unique de nouer des contacts avec des célébrités (Jean Cocteau, Henry de Montherlant, sans oublier André Fraigneau14). Les groupes de réflexion sont un second type de lieu important. Parmi eux, le Centre communautaire, né en juin 1941 et animé par un jeune patron, Roger Mouton (fils de Félix Mouton, propriétaire des Tréfileries du Havre et très lié à Jean Jardin) où Roland Laudenbach croise de nouveau la route de Thierry Maulnier et de Jean-Pierre Maxence, lequel a rédigé en 1943 le texte phare du groupe, le « Manifeste communautariste » qui reprend des thématiques directement puisées dans l’héritage jeune droitier des années trente15. C’est à l’intérieur de ce cercle que naît l’idée de fonder, grâce à l’appui financier de Félix Mouton, une revue luxueuse (dont le premier numéro paraît en décembre 1944) et une maison d’édition16. Nées en juillet 1944 sous l’égide du Centre communautaire, les éditions du Centre deviennent en février 1945 les éditions de la Table ronde. Adoubés par des aînés qui leur font confiance (Jean Anouilh confie une édition d’Antigone à la jeune maison), les hommes de la Jeune droite et leurs héritiers disposent d’un outil prometteur et le partage des rôles s’esquisse entre aînés et cadets : si Roland Laudenbach s’occupe de la maison d’édition, Thierry Maulnier est à partir du 27 juin 1945 le directeur des Cahiers, revue « de littérature et d’art » censée être trimestrielle17. Ceux de la Jeune droite avec lesquels le contact a été provisoirement rompu ne sont pas oubliés ainsi que l’illustre la correspondance entre Pierre Boutang et Laudenbach. Tandis que le premier (alors au 4e Spahis tunisiens) indique au second qu’il lui « sera agréable de [le] rencontrer […] à Paris plus souvent que ce ne fut possible en 38 et 39 (temps étrange), chargé de nos espérances et de nos craintes », le second se déclare « heureux qu’Ariès nous ait permis de reprendre un contact précieux » et espère qu’ils « auron [t] l’occasion de travailler ensemble18 » : c’est rapidement chose faite puisque Pierre Boutang figure au sommaire du numéro de décembre 1945 de la revue. « La table est ouverte » pour reprendre une formule de Patrick Louis et si les Cahiers s’essoufflent après deux premiers numéros prometteurs (la première série disparaît en juin 1946) la maison d’édition, profitant de capitaux (aux apports de Félix Mouton s’ajoutent ceux de Gabriel Le Roy Ladurie et de la banque Worms19) comme de la nouvelle donne de la libération en matière d’édition (l’épuration et les disponibilités qu’elle engendre chez des figures de proue de l’édition) gonfle les voiles de la Table ronde. Elle accueille ainsi des professionnels de l’édition confirmés (André Fraigneau ci-devant directeur littéraire chez Grasset), des auteurs français connus – écrivains, publicistes, hommes politiques – alors installés à l’étranger : Paul Morand, Bertrand de Jouvenel, Emmanuel Berl, Paul Baudouin mais également des étrangers : Ernst Jünger et Curzio Malaparte. Si les résultats des ventes ne sont pas forcément à la hauteur des espérances de sa direction, la Table ronde réussit son entrée dans le monde de l’édition.

  • 20 Voir le témoignage de Jacques Laurent, Histoire égoïste, La Table Ronde, 1976 (réédition en folio (...)
  • 21 Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, op. cit., p. 51-52.
  • 22 Ibid., p. 65-66.

5Pour les figures de proue de la Jeune droite et leurs héritiers, la Table ronde joue une triple mission. Elle est d’abord un lieu de rendez-vous, en particulier pour ce qui concerne la direction de la revue qui débute en 1948 : sous la houlette de Mauriac autour duquel des dîners sont organisés20, Roland Laudenbach, Thierry Maulnier et Jean Le Marchand (ancien administrateur de la revue Combat) sont les chevilles ouvrières d’un comité de rédaction au fonctionnement assez informel jusqu’à ce que la revue soit reprise par Plon en 1950. La Table ronde est aussi pour ces hommes une source de revenus même si les rentrées sont irrégulières, comme l’indique la correspondance entre Thierry Maulnier et Roland Laudenbach, avec lequel le premier met à plat en octobre 1947 les conditions de son emploi à la nouvelle revue projetée et réclame le paiement d’un certain nombre de droits… afin de pouvoir payer ses impôts21. La Table ronde est encore un débouché éditorial de premier plan pour les ouvrages des hommes de la Jeune droite, de Thierry Maulnier à Pierre Boutang. Il y a là un choix profond de Roland Laudenbach qui n’hésite pas à mentionner dans un courrier à Emmanuel Berl, ceux des livres publiés par la Table ronde, qu’il aurait commandés chez un libraire : sur les cinq titres mentionnés, trois émanent des écrivains de la Jeune droite : le Stendhal de Bardèche, La Maison un dimanche de Boutang, Poésie au xviiie siècle de Thierry Maulnier22. Cela étant, si Roland Laudenbach publie avec plaisir ses amis de droite et n’a jamais manqué d’afficher ses convictions, deux précisions s’imposent.

  • 23 Ibid., p. 63.

6En premier lieu, la Table ronde se refuse à devenir une maison autocentrée et surtout une officine strictement politique, notamment au service des épurés. Ainsi, si elle publie des écrivains compromis dans la collaboration, c’est d’abord pour des œuvres à caractère littéraire ainsi que le proclame Roland Laudenbach à François Mauriac dans un courrier du 10 février 1948 : « nous avons refusé et nous refuserons tous les livres de justification politique. Nous avons écarté le livre d’un ministre de Vichy. Nous avons refoulé aujourd’hui même, et sans le lire, un Plaidoyer pour Philippe Henriot23 ». Au surplus, la Table ronde illustre et prolonge la relation très particulière entretenue entre Jeune droite, littérature et politique depuis les années de l’entre-deux-guerres, conjuguant un engagement politique affiché avec une liberté de ton et de critique revendiquées en matière littéraire et qui est aux antipodes de l’engagement sartrien contre lequel les aînés comme la jeune garde des futurs « hussards » ferraillent au lendemain de la libération. Thierry Maulnier est ainsi à l’unisson du groupe lorsqu’il souligne la mission de l’auteur dramatique :

  • 24 Thierry Maulnier, « Ce que sa première pièce apprend à un auteur dramatique », Le Figaro littérai (...)

« Je ne crois pas que le public demande aux hommes de théâtre de faire concurrence aux orateurs politiques ni aux journaux ; je ne crois pas que les auteurs dramatiques de 1947 doivent écrire spécialement pour 1947, sous peine de paraître assez saugrenus en 1960. L’histoire fuit derrière nous au galop, et qui s’accroche à la croupe de son cheval, risque au premier tournant de disparaître24 ».

  • 25 Cité in Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, op. cit., p. 73.

7Ces prises de position de Thierry Maulnier trouvent toute leur mesure dans la revue La Table Ronde à partir janvier 1948. Sa présentation renvoie à tout l’héritage des années trente : « prendre position, non pas en tant qu’hommes de parti, mais en tant qu’écrivains, étant entendu que l’exercice du métier d’écrivain comporte sa morale25 ». Plus précisément encore, et ce pour prendre le contre-pied de « l’engagement » des Temps modernes, la présentation de La Table Ronde précise :

  • 26 Ibid., p. 74.

« Pour employer un autre mot à la mode, les écrivains de cette revue se considèrent comme “engagés”. Mais le mot d’engagement peut dire beaucoup trop, s’il signifie l’obéissance aux consignes que dicte un parti selon l’opportunité politique. Il peut aussi ne pas assez dire. En un sens, à notre époque, tout écrivain est engagé puisque celui-là même qui se détourne le plus obstinément, le plus systématiquement du cours quotidien du monde peut se voir, un jour, arraché de sa tour d’ivoire par les soins d’une police politique, parce que le pouvoir aura décidé d’éliminer les tièdes et de liquider les inutiles. Ce qui est certain, c’est que, dans le temps où s’affrontent les fanatismes, la liberté de l’esprit constitue une forme d’engagement aussi honorable que l’adhésion passionnée ou prudente à une faction militante : aussi honorable, et au moins aussi périlleuse26 ».

  • 27 En 1950, une nouvelle version a été publiée par le seul Pierre Boutang.
  • 28 Cet article est paru dans le numéro de février 1948 de La Table Ronde.
  • 29 Jacques Laurent, « Paul et Jean-Paul », article repris in Jacques Laurent, Les années 50, la man (...)

8Cette ligne générale de la publication trouve sa traduction concrète dans un combat précoce et incessant contre l’embrigadement de l’écrivain par le communisme et contre Jean-Paul Sartre. Dès la publication de l’ouvrage co-signé par Bernard Pingaud et Pierre Boutang, Sartre est-il un possédé ?27 la maison d’édition a donné le ton. Ce sont cependant Thierry Maulnier (« Jean-Paul Sartre et le suicide de la littérature »28) et, quelques années plus tard Jacques Laurent avec son célèbre texte « Paul et Jean-Paul » (parallèle mordant entre Paul Bourget et Jean-Paul Sartre sous la rubrique de « romanciers à thèse »29) qui portent les coups les plus durs au « pape de l’existentialisme ».

  • 30 Michel Deon, Mes arches de Noé, La Table Ronde, 1978, p. 89.
  • 31 Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, op. cit., p. 240, note 3.
  • 32 Anne-Laurence Veyrine, Histoire d’une connivence : les éditions de la Table Ronde, mémoire de de (...)

9Dirigée par des hommes issus de la Jeune droite, la Table ronde que ce soit sous la forme de la revue ou de la maison d’édition ne peut se réduire à une définition strictement politique au sens où elle serait encore partisane. D’imprégnation maurrassienne, Laudenbach ou Maulnier, tout en reniant pas le vieux maître martégal emprisonné (que Laudenbach est allé visiter dans sa prison) entendent (à la différence d’un Boutang ou des hommes d’Aspects de la France) tirer une croix et éviter l’ankylose. Michel Déon (secrétaire de rédaction de l’Action française à Lyon entre 1942 et 1944), l’a, à sa façon, bien souligné en évoquant l’enterrement de Maurras en novembre 1952 où il s’est rendu à Tours en train après être passé chercher Laudenbach à la Table Ronde : « Que dire sinon que tout était terminé et qu’il appartenait aux survivants de sauver dans l’œuvre de Maurras la part de la vérité et de la poésie, d’oublier le reste30 ». Pour les hommes de la Jeune droite et leurs héritiers implantés à la Table Ronde, la pensée maurrassienne fournit dorénavant moins le fondement d’un projet politique, même si ces hommes restent des monarchistes de cœur et continuent de révérer le maître à penser de l’ af (Roland Laudenbach a sur sa table de travail une médaille de Maurras31) que les éléments d’une « connivence32 », certes politique mais plus encore littéraire et amicale. À l’inverse, à l’exception des hommes directement engagés dans Aspects de la France, il faut aller chercher ailleurs que chez le seul Maurras les ressorts de leurs prises de position politique. Elles s’appuient, notamment chez un Thierry Maulnier, sur l’ensemble de l’héritage du rameau spiritualiste des relèves des années trente qui connaît une postérité au lendemain de la guerre, bien au-delà de la revue Esprit, à travers les multiples activités des anciens de l’Ordre nouveau, Robert Aron en tête. Un groupe et sa revue éponyme, Fédération, jouent ici un rôle de premier plan. Les hommes de la Jeune droite y figurent en bonne place et Fédération constitue pour eux au lendemain de la guerre une tribune politique.

Le carrefour de Fédération

  • 33 Sur le parcours d’André Voisin avant 1944, voir Anne Elsa Mydlarz, La Fédération 1944-1954 : un m (...)
  • 34 Sur ce dernier et ses activités, voir Steven L. Kaplan, « Un laboratoire de la doctrine corporati (...)
  • 35 Notons qu’en 1947 grâce à l’appui de l’industriel Jacques Bassot ont été fondées les éditions du P (...)
  • 36 Sur l’héritage des années trente, voir Véronique Auzepy-Chavagnac, « Jean de Fabrègues, la Jeune (...)
  • 37 Voir sur ce point Anne Barbance, L’extrême droite française face à la construction de l’Europe. L (...)
  • 38 Voir son article, « Maurras et l’Europe », Fédération, janvier 1953, p. 40.

10La Fédération est sans doute un des groupements les plus intéressants pour saisir les postérités des relèves des années trente. Il s’est constitué le 30 octobre 1944 sous l’impulsion d’André Bourgeois-Voisin33, instituteur, disciple de La Tour du Pin, proche de l’Action française puis chantre durant les années trente des Métiers français (il dirige la revue La Justice sociale). Durant la guerre, André Voisin s’est particulièrement occupé du Collège d’Études corporatives et sociales rattaché à l’Institut d’Études corporatives et sociales lancé par Maurice Bouvier-Ajam34. La Fédération, installée à Paris rue Auber35, agrège majoritairement deux types de figures. Les premières sont les anciens de l’Ordre nouveau, notamment Alexandre Marc et Robert Aron gagnés à l’idée fédéraliste depuis les années trente. Le second joue au lendemain du conflit un rôle important dans des revues d’idées, co dirigeant avec Lucie Faure la rédaction du mensuel La NEF (Nouvelle Équipe française) et assurant la direction politique d’un bimensuel intitulé La République moderne. Cahiers du socialisme fédéraliste. On trouve également à la Fédération beaucoup d’anciens de la Jeune droite, de Thierry Maulnier à Jean de Fabrègues, en passant par Jean-François Gravier, Philippe Ariès, Jean Daujat ou Louis Salleron. Régionalisation, réorganisation de l’économie et de l’entreprise sur une base communautaire, ouverture sur l’Europe articulent un projet de troisième voie autour des matrices personnaliste et corporatiste36. On retrouve à lire les articles de la Fédération des thématiques directement inspirées des années trente : Thierry Maulnier réfléchit ainsi en 1947-1948 aux destins croisés de la bourgeoisie et du prolétariat ou à l’avenir du capitalisme et du syndicalisme, ce qui renvoie à ses articles de l’avant-guerre parus dans le Courrier royal. Le poids de la conjoncture est également perceptible à travers l’accent mis sur l’anticommunisme et la question de la construction d’une idée européenne. C’est sans doute le point le plus intéressant à relever car il montre l’éclatement des positions des hommes de la Jeune droite sur une des positions phares de l’Action française, la question allemande. Au lendemain du conflit comme au tournant des années cinquante, la position des maurrassiens d’Aspects de la France et de l’indépendance française est restée inflexible, le projet de communauté économique de charbon et de l’acier étant ainsi assimilé à un « Sedan économique » visant à livrer la France à la puissante allemande renaissante37. Les hommes de la Jeune droite gravitant autour de la Fédération professent à l’inverse des positions ouvertement européennes qui doivent cependant être précisées. Ils voient en effet dans la construction européenne, à l’instar de Louis Salleron, le meilleur moyen de s’opposer au communisme38. Pour tous, construire l’Europe est considéré comme le seul moyen d’enrayer la décadence française, ce qui rend certains d’entre eux très réticents devant une perspective d’abandons de souveraineté : opposé à la ced, Louis Salleron a ainsi quitté la Fédération.



11Le destin des hommes de la Jeune droite peut se lire davantage comme celui de réorientations que comme celui d’un éclatement. En effet, si les maîtres d’œuvre de la mouvance Jean de Fabrègues et Thierry Maulnier ont opéré (ou plutôt prolongé dans le cas du second) à la fois un recentrage idéologique et une marche à la notabilisation (qui conduit Maulnier jusqu’à l’Académie française) les liens tissés antérieurement ne sont pas rompus. La politique, sous le signe de l’Action française, ne rassemble plus les anciens de la Jeune droite, marquant ici un distinguo générationnel entre des aînés qui, tout en restant des hommes de droite, se tiennent à l’écart de la reconstruction de l’ af et leurs cadets qui, derrière Pierre Boutang, y sont directement impliqués. Cela étant, malgré son importance, le politique ne saurait suffire à définir l’ af. Les hommes de la Jeune droite se retrouvent sur d’autres bases à commencer par la littérature qui est au cœur de leurs vies et de leurs préoccupations. C’est donc autour d’elle et pour elle, que se réunissent ces hommes et les débuts de la Table ronde font songer aux tâtonnements de la Revue du Siècle, d’une Revue du Siècle qui aurait réussi. Comme 15 ans plus tôt, Mauriac est la figure tutélaire des écrivains de droite (et ce jusqu’au début des années cinquante) tandis que Thierry Maulnier en est la cheville ouvrière. Autour d’eux, gravitent de jeunes écrivains qui sont le sel même de la Jeune droite et qui pour certains d’entre eux comptent parmi les futurs « hussards ». Durant les années trente, la Jeune droite était tout autant un engagement qu’un style, alliant des références partagées comme un mode de vie ou d’être ensemble. C’est ce mélange d’ordre et de désinvolture, cette propension à cultiver l’imprécation et le détachement, ce sentiment profondément ressenti du rapport au tragique, lui-même porteur de réponses différentes qui ne passent pas nécessairement par le catholicisme, qui établit les fondements de cette « connivence » autour de laquelle se retrouvent beaucoup des écrivains, aînés et cadets, passés par la Jeune droite des années trente.

Notes

1 Jean-Louis Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années trente, une tentative de renouvellement de la pensée politique française, Seuil, 1969.

2 Véronique Auzepy-Chavagnac, Jean de Fabrègues et la Jeune droite catholique. Aux sources de la Révolution nationale, préface de René Rémond, Lille, Septentrion, 2002.

3 Nicolas Kessler, Histoire politique de la Jeune droite (1929-1942), préface de Jean-Louis Loubet del Bayle, L’Harmattan, 2001.

4 Rappelons que le 6 mars 1947, Jean-Pierre Maxence (installé en Suisse où il travaille pour le compte des éditeurs Buchet et Eggimann) a été condamné par contumace à une peine de bagne de 20 ans et à la confiscation de ses biens (Lionel Leforestier, Jean-Pierre Maxence, Itinéraire d’un intellectuel de la Jeune droite (1925-1944), mémoire de l’IEP de Paris, 1994, p. 104 et Alain Clavien, « Les intellectuels collaborateurs exilés en Suisse », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 67, juillet-septembre 2002, p. 86).

5 Le Populaire du 12 septembre 1944 s’est insurgé contre la présence de Thierry Maulnier dans le Figaro du 11 où il a publié son premier article depuis la Libération, « Les Réprouvés » (Étienne de Montety, Thierry Maulnier, Julliard, 1994, p. 215).

6 Cité in Claire Blandin, Le Figaro littéraire (1946-1971). Vie d’un hebdomadaire politique et littéraire, thèse de doctorat d’histoire, iep de Paris, 2002, p. 235.

7 Lettre reproduite in Pierre Boutang, Les Dossiers H, L’Âge d’homme, 2002, p. 368.

8 Sur ce journal, outre le témoignage de Philippe Aries (en collaboration avec Michel Winock), Un historien du dimanche, Seuil, 1980, p. 99 sq., voir Guillaume Gros, Philippe Ariès, un réactionnaire authentique : itinéraire d’un maurrassien non conformiste de l’Étudiant français à la Nation française, mémoire de dea d’Histoire du xxe siècle, iep de Paris, 1994, p. 58-82.

9 Sur cette dernière, André Therive, « La littérature clandestine sous la IVe République », Écrits de Paris, janvier 1949, p. 58 et Patrick Louis, Histoire des royalistes. De la Libération à nos jours, Jacques Grancher, 1994, p. 51.

10 N’ayant pas réussi à relancer sa revue Civilisation née à la veille de la guerre, Fabrègues est devenu le rédacteur en chef de la France catholique, l’ancien organe de la Fédération nationale catholique qui reprend sa parution à la fin de mars 1945 (Véronique Auzepy-Chavagnac, Jean de Fabrègues La Jeune droite catholique. Aux sources de la Révolution nationale, op. cit., p. 396-397).

11 Patrick Louis, Histoire des royalistes. De la Libération à nos jours, op. cit., 1994, p. 36-45.

12 Ibid., p. 53.

13 Voir le témoignage de François Stentein, Nouvelles minutes d’un libertin (1942-1943), Gallimard, 2000, p. 132.

14 Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, La Table Ronde, 1992, p. 25.

15 Sur ce centre et son projet, voir Antonin Cohen, Histoire d’un groupe dans l’institution d’une « communauté » européenne, thèse de doctorat de science politique, Paris I, 1999, p. 262-267.

16 Pierre Assouline, Une éminence grise. Jean Jardin (1904-1976), Balland, 1986, p. 197.

17 Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, op. cit., reproduit p. 36 des extraits du contrat. Notons que la revue s’est arrêtée au sixième numéro en juin 1946.

18 Cité in Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, op. cit., p. 48-49. 19.

19 Ibid., p. 55-56

20 Voir le témoignage de Jacques Laurent, Histoire égoïste, La Table Ronde, 1976 (réédition en folio) p. 416 qui a relaté ces dîners quasi hebdomadaires au Vieux Paris, place du Panthéon et regroupant cinq ou six convives.

21 Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, op. cit., p. 51-52.

22 Ibid., p. 65-66.

23 Ibid., p. 63.

24 Thierry Maulnier, « Ce que sa première pièce apprend à un auteur dramatique », Le Figaro littéraire, 13 septembre 1947, cité dans Claire Blandin, Le Figaro littéraire (1946-1971). Vie d’un hebdomadaire politique et littéraire, op. cit., p. 254.

25 Cité in Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, op. cit., p. 73.

26 Ibid., p. 74.

27 En 1950, une nouvelle version a été publiée par le seul Pierre Boutang.

28 Cet article est paru dans le numéro de février 1948 de La Table Ronde.

29 Jacques Laurent, « Paul et Jean-Paul », article repris in Jacques Laurent, Les années 50, la manufacture, 1989, p. 14

30 Michel Deon, Mes arches de Noé, La Table Ronde, 1978, p. 89.

31 Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, op. cit., p. 240, note 3.

32 Anne-Laurence Veyrine, Histoire d’une connivence : les éditions de la Table Ronde, mémoire de dea, cycle supérieur d’histoire du xxe siècle, iep de Paris, 1988.

33 Sur le parcours d’André Voisin avant 1944, voir Anne Elsa Mydlarz, La Fédération 1944-1954 : un mouvement au service du fédéralisme intégral, mémoire de maîtrise, université de Paris X-Nanterre, 1999, p. 11-15.

34 Sur ce dernier et ses activités, voir Steven L. Kaplan, « Un laboratoire de la doctrine corporatiste sous le régime de Vichy : l’Institut d’études corporatives et sociales », Le Mouvement social, avril-juin 2001, p. 35-77.

35 Notons qu’en 1947 grâce à l’appui de l’industriel Jacques Bassot ont été fondées les éditions du Portulan dont Jean de Fabrègues est devenu le directeur littéraire.

36 Sur l’héritage des années trente, voir Véronique Auzepy-Chavagnac, « Jean de Fabrègues, la Jeune droite catholique et l’Europe » in L’Europe, ses dimensions religieuses, actes de la Ve université d’été d’histoire religieuse réunis par Gérard Cholvy, 1998.

37 Voir sur ce point Anne Barbance, L’extrême droite française face à la construction de l’Europe. La vision de la presse nationaliste, mémoire de maîtrise, université de Paris X-Nanterre, 2002, p. 51-53.

38 Voir son article, « Maurras et l’Europe », Fédération, janvier 1953, p. 40.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable