Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recomposition des droites

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Mesures globales

Presse de droite, presse des droites à la Libération (1944-1948)

Christian Delporte

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le sujet pose des problèmes de définition et de délimitation. D’abord, parce qu’il n’est pas toujours évident de retrouver son chemin dans le maquis des publications. Au début de 1946, on compte 28 quotidiens parisiens, 175 quotidiens régionaux, plus d’une centaine de quotidiens départementaux, sans compter, évidemment, la multitude des hebdomadaires, mensuels ou revues à l’audience plus ou moins affirmée. Ensuite, le sujet suppose l’existence d’une presse clairement positionnée à droite, à la Libération. Or, comme on sait, s’afficher à droite n’est guère à la mode dans les années d’après-guerre, et les journaux évitent de s’identifier ainsi. Évidemment, l’historien doit passer outre le discours explicite des différentes publications. Mais, mise à part la presse d’extrême droite « néo-vichyste », il est bien délicat d’établir une frontière entre ce qu’il est convenu d’appeler les journaux « modérés » et les journaux « de droite ». La tâche est complexe aujourd’hui, mais l’était tout autant à l’époque. Et puis, à la Libération comme dans d’autres périodes, le terme de « droite » lui-même se satisfait mal du singulier, y compris lorsqu’il s’agit de la mouvance extrémiste. Notons aussi combien les frontières sont instables et les points de fixation des lignes éditoriales bougent, à la faveur de l’évolution du contexte politique : en 1944, on se situe par rapport à Vichy et à la Résistance ; en 1946, le comportement est dicté par la position adoptée à l’égard du texte constitutionnel et au gouvernement tripartite ; mais, en 1947, c’est l’attitude face au communisme qui devient le facteur déterminant. Enfin, au contexte général doit être adjoint, dans la réflexion, le contexte propre à la reconstruction de la presse, sur fond d’épuration, d’hégémonie des gauches dans le monde professionnel et de régime d’autorisation.

Un pluralisme contrôlé

  • 1 Sur tous ces aspects, cf. Christian Delporte, Les journalistes en France, 1880-1950, Seuil, 1999.

2Partons alors de ce contexte pour tenter de repérer les modalités de ré-émergence des titres de droite et des diverses familles de pensée auxquelles ils se rattachent. Sans tenter de construire une histoire de la presse de la Libération, il convient de rappeler trois points essentiels pour comprendre la situation. Le premier tient à l’épuration dans la presse, qui touche les hommes comme les entreprises. Elle aboutit ainsi à rayer du paysage médiatique la quasi-totalité des titres, en vertu de l’ordonnance du 30 septembre 1944 interdisant les journaux qui, en zone nord, ont continué à paraître au-delà du 25 juin 1940 et, en zone sud, au-delà de l’invasion allemande de novembre 1942. Ces interdictions se prolongent par une épuration pénale, et surtout professionnelle, qui écarte de la presse, pour un temps plus ou moins long, tous les responsables et journalistes compromis avec l’occupant et avec Vichy. Dans le climat de la Libération, l’information penche naturellement à gauche et, dans un bel enthousiasme, les journalistes adhèrent massivement au snj-cgt qui, dans le monde professionnel de la presse, occupe alors une position monopolistique sans précédent. Ses représentants contribuent amplement à réguler l’accès au journalisme, en accord avec les délégués patronaux de la Fédération nationale de la presse (d’Albert Bayet), les uns et les autres se retrouvant à la Commission nationale de la carte d’identité des journalistes professionnels qui autorise ou refuse l’entrée dans la profession1.

3La voie d’un retour de la presse de droite est d’autant plus étroite que l’État a les moyens de la contrôler. Ainsi, pèse-t-il sur les contenus en maintenant la censure jusqu’au 15 juin 1945 et, surtout, décide-t-il de l’existence des journaux par un régime d’autorisation, maintenu jusqu’en février 1947. C’est le ministre de l’Information qui autorise ou refuse la publication d’un titre (à partir de septembre 1945, il se prononce sur l’avis d’une commission ad hoc formée sur proposition de la Fédération nationale de la presse). C’est lui, aussi, qui détermine la dotation en papier et le tirage des titres. En période de pénurie, le contingentement du papier est une arme de pression essentielle qui, parfois, réduit les possibilités d’expansion des journaux et façonne l’espace médiatique. En partageant le papier et en fixant a priori le tirage des publications, le ministre de l’Information dessine donc les contours de véritables « zones d’influence » politiques dans la presse, qui consolident le pouvoir des plus forts (communistes, socialistes, mrp), de ceux qui pèsent dans les urnes mais aussi dans les instances professionnelles des journaux, et réduisent la voix et le rayonnement des minorités politiques républicaines situées à droite de l’échiquier partisan. Autrement dit : même si un quotidien de droite dispose d’un lectorat potentiel supérieur à la barre fixée par le gouvernement, il ne peut la dépasser (la marge autorisée est de 6 % sur un mois) sans risquer des sanctions. L’expansion de la presse de droite est donc bridée, car le pluralisme proclamé reste un pluralisme contrôlé.

  • 2 Lettre citée par André Lang, Pierre Brisson, le journaliste, l’écrivain, l’homme, Calmann-Lévy, 1 (...)

4Chaque équipe souhaitant créer un périodique doit en faire la demande au ministre de l’Information. L’autorisation est délivrée à l’équipe éditoriale, et non à un propriétaire. Ainsi Le Figaro, autorisé par Pierre-Henri Teitgen, illustre-t-il bien cette situation. Dans une lettre à Brisson, datée du 14 mai 1947, Teitgen rappelle que l’autorisation a été délivrée personnellement à ce dernier, au vu de l’engagement pris d’assurer la publication du journal avec la collaboration de ses amis, et notamment de François Mauriac et de Louis-Gabriel Robinet2. La nuance est d’importance. On peut évidemment admettre que l’équipe autorisée puisse faire évoluer sa ligne éditoriale ; mais elle en conserve toute la maîtrise. En revanche, on empêche ainsi que le titre ne tombe dans les mains d’un tiers, sans le consentement de l’équipe d’origine ; par exemple, dans celles d’un ancien propriétaire ou d’un ancien journaliste de la presse de la collaboration. Il faut ajouter que la plupart des autorisations sont accordées avant le 1er janvier 1945. Au-delà, les « places » sont prises, et seuls une soixantaine de titres arrachent, au ministère de l’Information, le précieux sésame. Dans ces conditions, le positionnement d’une publication à droite a tendance à s’opérer par glissement.

La presse de la droite républicaine

5Journaux issus de la clandestinité ou journaux sabordés en 1940, les titres autorisés se reconnaissent tous, en 1944, dans les grands principes de la Résistance. Ils sont antivichystes, patriotes, républicains, démocrates. Bien sûr, d’un journal à l’autre, on note plus que des nuances – et ce, sur de multiples questions, comme le très sensible dossier de l’épuration –, même si, pour l’heure, la fracture politique ne reflète pas exactement l’antagonisme gauche/droite. Néanmoins, la Résistance est plurielle ; l’attitude à l’égard du communisme pèse dans les appréciations, de même qu’influe la question de la réconciliation nationale. Là se situent sans doute les différences les plus sensibles.

6Il nous faut, alors, tenter d’identifier les journaux de la droite antivichyste et républicaine, alors que la presse partisane est dominée par le Parti communiste, la sfio ou le mrp. Pour comprendre les ambiguïtés d’un éventuel classement, avant 1947 tout au moins, nous partirons de l’étude conduite en 1949 pour le ministère de l’Information par le conseiller d’État Jean Mottin. L’auteur, précisons-le, s’attache exclusivement aux quotidiens nationaux, régionaux ou départementaux. Entre autres choses, Mottin s’applique à répartir les titres en grandes familles de sensibilité, comme l’indique le tableau suivant, tiré de ses informations.

  • 3 D’après Jean Mottin, Histoire politique de la presse, 1944-1949, Bilans hebdo, 1949.

Répartition de la presse quotidienne3
(en % du tirage)

Répartition de la presse quotidienne3(en % du tirage)

7Il y aurait beaucoup à dire sur l’évolution des différents chiffres. Mais ne retenons que ce qui nous intéresse ici, c’est-à-dire la dernière ligne. Mottin forme une catégorie dite de « presse modérée et de droite », éloquente sur sa difficulté à définir un ensemble homogène. En fait, elle n’est vraiment valide que pour 1944 et 1947. Pour 1939, le conseiller d’État fait la distinction entre les « quotidiens modérés » qui, avec Le Jour-L’Écho de Paris, Le Figaro, L’Aube ou Le Journal des Débats, par exemple, représentaient, selon lui, 12,9 % du tirage global, et les quotidiens de la « droite catholique » et de la « droite traditionnelle », comme L’Action française, L’Époque ou Le Nouvelliste de Lyon, qui comptaient, alors, pour 7 % de l’ensemble. En revanche, pour 1944 et 1947, Mottin est beaucoup moins à l’aise. Selon lui, la « presse modérée et de droite » aurait légèrement progressé en trois ans, passant de 7,3 % à 10,9 % du tirage, soit, tout de même, trois fois moins qu’en 1939.

8Au-delà du flou de la catégorie, on peut avancer deux remarques. Le chiffre, qui tourne autour de 10 %, reflète avant tout un choix politique, lié aux conditions dans lesquelles l’État délivre les autorisations, fixe le contingentement de papier et le tirage maximal des titres. Les pourcentages cités sont donc artificiels, d’autant que les sources manquent pour mesurer la diffusion effective des journaux. Par ailleurs, lorsqu’on regarde la liste des journaux mentionnés par Mottin pour établir sa catégorie, on constate la difficulté à qualifier de « droite » un journal républicain, issu de la Résistance. Voyons alors le second tableau.

  • 4 Ibidem.

Principaux quotidiens modérés ou de droite
Tirage (en milliers d’exemplaires) au 1er mars 19474

Principaux quotidiens modérés ou de droiteTirage (en milliers d’exemplaires) au 1er mars 19474

9Commençons par les quotidiens de province cités par Mottin, une trentaine de titres au total qui, dans cette période de fort tirage, ne dépassent guère chacun quelques dizaines de milliers d’exemplaires. Les six plus forts tirages sont indiqués ici : il s’agit de journaux « modérés » publiés dans des villes où, la plupart du temps, leurs concurrents sont communistes ou socialistes ; parmi eux, aucun grand régional. On peut, d’ailleurs, s’interroger sur le classement de Mottin, quand tel ou tel titre paraît plutôt proche des radicaux ou, comme La Liberté du Massif central, liée à l’ udsr.

  • 5 Il a débuté à La Justice, de Clemenceau, avant de travaillé pour L’Aurore, La Petite République ou (...)

10Pour Paris, Mottin retient exclusivement trois titres. Paris-Presse (fondé par Philippe Barrès, puis absorbé par Hachette et France-Soir, en 1948) est qualifié de « modéré ». Restent L’Époque et France libre, qui tirent chacun à 11 0000 exemplaires. L’Époque, le quotidien de Kerillis, s’était sabordé en juin 1940. Il est désormais dirigé par André Pironneau (bras droit de Kerillis, avant guerre) et Jean-Louis Vigier : un authentique résistant, arrêté, torturé à plusieurs reprises, héros de la Résistance fort respecté. France libre, né dans la clandestinité, regroupe les anciens de Ceux de la Libération-Vengeance, dont Raoul Peigné, journaliste d’expérience5, Étienne Nouveau, René Ruhlmann, Aymé-Gérin, et surtout André Mutter. « Ceux de la Libération », forment l’aile modérée du cnr où Mutter représente son mouvement. Député de l’Aube, Mutter, avant l’aventure du prl en décembre 1945, est le leader du Parti de la Rénovation nationale, dont France libre apparaît comme l’organe. Le quotidien reste en phase avec le renouveau de la presse française issue de la Résistance, mettant en avant les idéaux démocratiques, comme le souligne son mot d’ordre : « Toujours à l’avant-garde du progrès social ».

11Qu’est-ce qui, alors, distingue L’Époque et France libre ? Sans doute, pour Mottin, la double particularité du discours : une franche hostilité au communisme et l’affirmation de la nécessaire union des Français, qui suppose une forme de réconciliation nationale. Rappelons, ici, que L’Époque, en octobre 1945, fait sensation, en osant, le premier, révéler les tentatives communistes pour faire reparaître L’Humanité, dans la France de 1940, occupée par l’ennemi.

  • 6 On citera, parmi les mieux informées, les pages que Claire Blandin consacre au Figaro dans sa thè (...)
  • 7 Le journal, finalement, est à son tour absorbé par L’Aurore, en mars 1953.

12On constate que la catégorie ne retient ni Le Figaro, ni Ce Matin, classés tous les deux dans la presse proche du mrp. Le cas du Figaro est bien connu6 ; celui de Ce Matin l’est moins. Ce Matin est issu de la fusion de deux titres, Résistance et Paris-Matin, en décembre 1946. Il tombe bientôt dans le giron d’Amaury avant de fusionner avec Le Pays, en avril 1948, pour devenir Ce Matin-Le Pays (il ne faut jamais oublier que la période de la Libération est marquée par une forte instabilité des titres, qui s’accentue en 1947-19487). Le cas de ce quotidien est intéressant, car il fait partie de ces publications mrp ralliées à De Gaulle et au rpf. Le quotidien d’Amaury et De Véricourt, dans lequel écrit notamment Louis Terrenoire, marque, en effet, sa défiance à l’égard du gouvernement et sa franche hostilité au communisme, ce qui explique sa sympathie affichée pour le mouvement gaulliste, dès 1947. C’est un journal important, tirant à 200-250 000 exemplaires. Or, précisément, il semble que son appui au rpf lui ait fait perdre environ 60 000 lecteurs.

  • 8 Archives Institut Charles-de-Gaulle, BC, Note pour André Malraux, 4 mai 1949. Parmi les quotidiens (...)

13La naissance du rpf – il faut le souligner – marque sans doute une étape importante dans les prises de position des journaux cités. Il est ainsi instructif d’observer que, dans un document interne au rpf destiné aux militants, le mouvement gaulliste désigne quatre titres « sympathisants » et recommandés aux adhérents : Paris-Presse, le journal de Barrès ; Ce Matin et Le Parisien libéré, tous deux liés à Amaury ; L’Aurore, de Lazurick, Bastid et Piot, réservé à l’égard de De Gaulle en 1944, mais clairement hostile aux communistes en 1947. En revanche, Le Figaro est absent de la liste8.

  • 9 Directeur : Jacques Baumel ; rédacteur chef : Albert Olivier.

14L’émergence du rpf, du reste, fait rejaillir, à droite, la presse de parti, avec, d’abord, L’Étincelle et, à compter de 1948, Le Rassemblement9, hebdomadaire dont le tirage aurait atteint 250000 exemplaires, grâce à un astucieux système de sociétés régionales éditrices assurant au journal une publication et une diffusion décentralisées ; l’organe du mouvement étant lui-même prolongé par des versions par branche professionnelle, destinées aux ouvriers, aux agriculteurs ou aux fonctionnaires.

15Autrement dit, et concernant la presse autorisée, il est indéniablement difficile de distinguer clairement une famille de « droite républicaine » avant 1946 et surtout 1947, l’hostilité au communisme étant sans doute le facteur de cristallisation qui affirme ou fait glisser le positionnement initial.

Le cas de Paroles françaises

  • 10 Sous-titré « Hebdomadaire de la rénovation nationale », puis « hebdomadaire de la liberté ».
  • 11 L’état des sources ne permet pas d’avancer un chiffre vérifié.

16Comment et où situer Paroles françaises dans la nébuleuse des droites ? La tâche n’est guère aisée, tant le journal cultive l’ambiguïté et adopte une ligne sinueuse. Créé en novembre 1945, d’abord bimensuel (et distribué par abonnement), puis hebdomadaire de huit pages en grand format10 et tirant sans doute à 50 000 exemplaires11, il s’installe dans les anciens locaux du Journal des Débats. Se qualifiant de journal « politique, littéraire, satirique », il s’inscrit explicitement dans la tradition des grands hebdomadaires des années 1930, comme Candide ou Gringoire. Mais Paroles françaises, qui s’appuie bientôt sur le réseau associatif des « Amis de Paroles françaises », doit surtout servir de support au Parti républicain de la liberté : aussi y retrouvons-nous André Mutter, qui en est le premier « directeur politique ». C’est lui qui, grâce à ses relations, convainc les autorités à accepter la nouvelle publication. La respectabilité du résistant couvre, d’un voile pudique, les réalités d’une étonnante rédaction.

  • 12 Nom de famille de sa mère.
  • 13 François Brigneau, Mon après-guerre, Les Éditions de présent, 1985 (1re éd. 1966, Éd. du Clan), p (...)
  • 14 Ben signe alors « V. O. Delnay », car il a signé un contrat d’exclusivité avec Carrefour.

17Un jeune journaliste y fait ses débuts : François Brigneau qui, à l’époque, signe Julien Guernec12. Dans ses mémoires, il en rapporte les circonstances. Brigneau est amené à Paroles françaises par Charles de Jonquière qu’il a connu à Fresnes, prison des collaborateurs. Les deux hommes se rencontrent un jour de 1946. Sans le sou, Brigneau cherche du travail. « Tu sais que nous faisons un journal ? », lui lance de Jonquière. « Qui nous ? » interroge Brigneau. « Des anciens d’AF, Boutang, tu connais ?13 ». Pierre Boutang est alors chargé de la rédaction en chef et, à ce titre, signe les éditoriaux. Agrégé de philosophie, il a tenu la revue de presse de L’Action française, en 1939 (il avait 23 ans) et, sous l’Occupation, à Rabat, a dirigé deux virulents hebdomadaires pétainistes, Jeunesse et la Voix nationale. Au journal, chargé des échos, Brigneau retrouve des maurrassiens qu’il connaît bien : Antoine Blondin, Geneviève Chevrot, Léger, Philippe Ariès, le caricaturiste Ben, qui s’est distingué en 1946, en rédigeant un pamphlet illustré antigaulliste diffusé sous le manteau, Voyage en Absurdie14.

  • 15 François Brigneau, op. cit., p. 89.
  • 16 Dans ces conditions, il ne peut bénéficier du soutien des annonceurs, devenu indispensable à la su (...)

18Paroles françaises, nid de maurrassiens ? Tout n’est pas si simple. Indéniablement, Mutter, ex-PSF, venu à la Résistance par nationalisme, s’entoure, au fil des années, d’une équipe formée aux idées d’extrême droite dans les années 1930 et passée dans les rangs pétainistes. En son sein, on relève les noms de : René Château, ex-directeur de La France socialiste, Marcel Espiau (ancien de L’Ami du peuple), René Gillouin (ex-secrétaire particulier de Pétain), Claude Jamet (ancien de La France socialiste), André Thérive, Pierre Dominique, Ange Pitou (= Louis Truc, ancien de La Gerbe), Beau de Loménie, Philippe St Germain, Saint Méran, Jean-Louis Tixier-Vignancour, Joseph Denais, etc. C’est avec cette équipe que Mutter entend défendre la ligne de la « réconciliation nationale ». Pour autant, il ne souhaite pas faire de Paroles françaises un journal ultra. Si, dans l’ensemble, il paraît suivre de loin les affaires de l’hebdomadaire, il sait aussi intervenir pour enrayer toute tentative pour s’écarter de la ligne républicaine qu’il a fixée. Pierre Boutang voudrait l’entraîner plus loin, et ses attaques répétées contre les communistes placent bientôt Mutter dans l’embarras. La collaboration entre les deux hommes n’excède pas quelques mois. Mutter met un terme à l’intransigeance de Boutang : il s’en sépare. Les amis du second, Blondin, Ariès, Ben, Brigneau rompent avec le journal, en signe de solidarité. Mais leur réaction d’orgueil connaît bien vite ses limites. La presse de la Libération ne fait pas bon accueil aux anciens pétainistes. Paroles françaises est l’exception ; l’exemple de Brigneau l’atteste. Après avoir vivoté quelque temps en publiant des contes dans l’hebdomadaire Le Rire, Brigneau rentre dans le rang, réintégrant le journal de Mutter : « À Paroles françaises, écrit-il, je représente “Ceux de l’Épuration”. Le dialogue ne se fait pas sans éclat. Si je veux éviter la censure, semaine après semaine, il me faut tricher, jouer avec la bande, nuancer15 ». Le propos est sans doute excessif, d’autant qu’après le départ de Mutter, remplacé par Paul Estèbe, ancien du cabinet de Pétain, le climat évolue. Les communistes exclus du gouvernement, la parole se libère et le propos se fait virulent. Intransigeant à l’égard des « résistantialistes-profiteurs », Paroles françaises se distingue comme la « feuille d’avis » des vichystes, le défenseur des épurés, le héraut de l’amnistie, versant volontiers dans l’antisémitisme16. Souvent poursuivi, changeant de mains plusieurs fois, le journal finit par fusionner avec Réalisme, en novembre 1951, pour former France réelle.

La presse néo-vichyste : clandestinité, faux-semblants, pleine lumière

19Reste le cas d’une presse qu’on qualifiera de « néo-vichyste », que domine l’activisme des maurrassiens. Pour l’essentiel, elle rassemble les vaincus de 1944. Cette nébuleuse antirépublicaine donne naissance à des titres divers, dont l’audience demeure souvent limitée. Elle se heurte d’abord à la règle de l’autorisation, puis profite de sa levée en 1947. Les titres sont souvent éphémères ; mais de l’un à l’autre, on retrouve fréquemment les mêmes noms, ceux des épurés qui entendent que leurs droits soient rétablis, qui s’opposent à ce qu’ils appellent le « Système » et l’idéologie « résistantialiste ».

20Dès 1944, l’extrême droite fait paraître de petits journaux imprimés et distribués clandestinement. Les plus dynamiques sont sans doute les anciens de l’Action française. Les maurrassiens publient ainsi des feuilles clandestines, dès les premiers temps de la Libération. Ainsi en est-il des Documents nationaux (le premier numéro datait de 1929), notamment sous l’impulsion de Georges Calzant. Bulletin ronéotypé puis imprimé, Les Documents nationaux paraissent sous différents titres ou sous-titres, comme La Seule France, en février 1947.

21Autre exemple, dès décembre 1944, René Malliavin, ex-collaborateur de Deschanel et, surtout, ex-secrétaire général de l’Agence collaborationniste Inter-France, fait paraître Questions actuelles, organe d’un mystérieux Centre d’études des questions actuelles (où il signe du pseudonyme de Michel Dacier). Lui-même est juriste, et la feuille qu’il publie est d’abord destinée à assister les épurés.

22Parmi les pamphlets anonymes, il convient également de citer La Dernière lanterne qui sort au même format que le célèbre journal de Rochefort. L’initiative en revient à Boutang et aux hommes qui, tels Blondin ou Brigneau, ont rompu avec Paroles françaises. Imprimée clandestinement dans un appartement du quartier Montparnasse puis du quartier République, La Dernière lanterne est un brûlot antirépublicain, antirésistant, antigaulliste, anticommuniste. Sorti en octobre 1946 pour la première fois, disposant de peu de moyens, le journal s’épuise vite, à bout de souffle après quelques numéros. Le cas n’est pas isolé. Les monarchistes s’activent, publiant sous le manteau de multiples feuilles, comme Le Lys rouge, de Jean-Marc Bourquin, qui change successivement de nom pour s’appeler La Voix royale, les Nouvelles monarchistes, L’Avant-garde royaliste.

23Si certains ont choisi la clandestinité, d’autres ont opté pour la lumière, la légalité et, somme toute, la prudence. Ainsi en est-il des Écrits de Paris. Revue mensuelle, Les Écrits de Paris sont publiés à partir de janvier 1947 avec comme sous-titre : « revue des questions actuelles », qui atteste la présence de René Malliavin. Elle résulte, en effet, d’un montage qui permet de contourner les règles de l’autorisation préalable. Le titre est possédé par Jean Colonna et Charles Orengo (éditeur à Monaco), qui ont obtenu l’autorisation en 1945. Ils s’associent aux familles Malliavin et Delavenne et la Société d’études économiques et sociales (où l’on trouve un certain nombre de responsables économiques, dont Pierre Le Poullen, secrétaire général de l’Union des compagnies d’assurances) pour fonder une société éditrice, qui groupe bientôt 32 associés parmi lesquels Paul Marchandeau, ancien Garde des Sceaux. Il reste que le vrai patron est René Malliavin. La revue est tirée à 20 000 exemplaires (dont 70 % d’abonnements). Les articles sont parfois signés de pseudonymes. Et la liste des collaborateurs est longue : Alfred Fabre-Luce, Joseph Gignoux (ancien président du Patronat français, membre du Conseil national de Vichy, directeur de L’Opinion sous l’Occupation), Henry Bordeaux, Bertrand de Jouvenel, Louis Rougier, Jacques Chastenet, Jean Fabry, Simon Arbellot, Paul Creyssel, André Thérive, Emmanuel Beau de Loménie, François Le Grix, Jacques Isorni, Bernard de Vaulx, Paul Faure, le chanoine Desgranges (un temps député du Morbihan, auteur d’un violent pamphlet contre les résistants : Crimes du résistantialisme), etc. Les Écrits de Paris distillent, sous couvert de réflexion générale, historique, philosophique, économique, littéraire, artistique notamment, la pensée qui fonda l’action du Maréchal et justifient les comportements condamnés à la Libération. Mais, à la virulence et aux excès de langage des tenants du pamphlet, les contributeurs de la revue préfèrent la mesure et le plaidoyer pro domo, première étape vers la réhabilitation.

  • 17 On citera encore : Xavier Vallat, Georges Gaudy, Jacques Perret, Pierre Debray, Jacques Ploncard d (...)

24La levée de l’autorisation préalable, en 1947, libère alors les énergies de l’extrême droite. Plus ou moins éphémères, les publications sont nombreuses. Citons-en deux. D’abord, en juin 1947, le bimensuel puis hebdomadaire maurrassien Aspects de la France. Il naît de la fusion des Documents nationaux et de L’Avenir, avec les anciens, Maurice Pujo ou Firmin Bacconnier (ancien de L’Appel et du Cri du peuple), et surtout la jeune génération monarchiste : Thomas Perroux, Philippe Buren, et surtout Pierre Boutang17. Le journal, semble-t-il, tire à 40 000 exemplaires (dont 30 % d’abonnements). Mais il peine à conquérir le lectorat et se trouve périodiquement confronté à des difficultés budgétaires. Ensuite, se distingue le bimensuel aux pages luxueuses, Réalisme, apparu en décembre 1948. Le directeur en est Jean-Marc Poullain, ancien directeur de la Vigie de Dieppe et membre actif du groupe Luchaire et d’Inter-France, ce qui lui a valu cinq ans d’indignité nationale. Mais le vrai patron, l’animateur réel, c’est Christian Wolf, un industriel qui soutient toutes les publications et maisons d’édition néo-vichystes. Il est, en fait, le mensuel des anciens propriétaires de journaux sous l’Occupation, poursuivis, expropriés et néanmoins acquittés par la justice (ils ont formé un groupement en 1947 : le Syndicat de la presse acquittée, que dirige René Colliard, ancien directeur de l’Abeille d’Etampes et membre actif d’Inter-France entre 1940 et 1944) et d’une organisation anticommuniste, l’Union réaliste ; d’où le nom du mensuel : Réalisme. Mais, derrière tout cela, se cache surtout un pétainisme brutal et une hostilité véhémente envers De Gaulle et la République. Ce journal pamphlétaire, de 20 ou 30 000 exemplaires, qui rassemble les journalistes interdits de carte de presse et publie la photo de Pétain en couverture et des textes à sa gloire, est exclusivement distribué par abonnement (le ministère de l’Intérieur, en 1948, interdit toute exposition en kiosque ou vente à la criée).

  • 18 À France réelle contribuent nombre d’anciens de la presse collaborationniste, comme Stéphane Lauza (...)

25On pourrait mentionner d’autres titres encore, comme le mensuel Rénovation française (1946), organe du Front corporatif français (dont le programme rappelle celui de la Charte du travail) que dirigent Louis Dressart et Fernand Pignatel ; en son temps, ce dernier fut un actif militant du comité France-Allemagne et des Cahiers franco-allemands. Il est une tribune pour les « victimes de la guerre et des injustices sociales », entendons les condamnés et expropriés pour fait de collaboration. Mais la multitude des feuilles comme la complexité de la nébuleuse néo-vichyste ne doit pas faire illusion. Sans doute diverses sensibilités s’expriment-elles ; mais cette façon de multiplier les titres est également une manière d’occuper le terrain. Ces journaux annoncent des chiffres de tirage très difficiles à vérifier. Les premiers numéros de Réalisme, auraient été lancés à 250 000 exemplaires, ce qui paraît bien peu vraisemblable. D’autre part, les mêmes noms reviennent d’une publication à l’autre : le vichysme de plume militant ne doit pas être surestimé. Enfin, très vite, le soufflet retombe. Paroles françaises et Réalisme finissent par fusionner pour former en novembre 1951 France réelle, de Paul Estèbe (candidat aux élections de 195118). L’extrême droite vichyste n’en a pas fini de créer des titres éphémères : France réelle disparaît après trois ans d’existence (lorsque Wolf cesse de la financer) ; L’Heure française, qui la remplace, sombre en moins de deux ans ; L’Indépendance française survit un an et demi. Au fond, les seuls à maintenir le cap sont Rivarol, de René Malliavin, qui apparaît en 1951, rescapé du vichysme, et Aspects de France, qui bénéficie d’une structure militante.



26Au terme de cette courte typologie, on constate que la presse des années 1944-1948 ne permet pas d’identifier clairement la droite républicaine et que l’étude de la nébuleuse des feuilles vichystes ne plaide guère pour une reconstruction de l’extrême droite, incapable de donner naissance à un organe de presse solide, disposant d’une large assise de lecteurs fidèles. Mises à part, en effet, les feuilles militantes du rpf, les journaux de partis ou de mouvements partisans comptent peu dans le paysage de la presse. L’atmosphère de la Libération n’explique pas, à elle seule, l’indigente audience de tels outils de liaison ou de propagande. Avant-guerre déjà, les publications de la droite républicaine restaient largement marginales, pauvres et peu attractives, en regard des quotidiens et hebdomadaires des organisations de gauche, socialistes et communistes, singulièrement. Au fond, la démarche propagandiste reste longtemps étrangère à la droite démocratique. Il en est différemment de la droite ultra. Mais ici, la macule vichyste, la vigilance gouvernementale et professionnelle comme l’état de l’opinion se conjuguent pour bloquer le développement d’une presse activiste qui ramènerait avec elle l’idéologie condamnée. Certains voient pourtant en elle une menace, régulièrement condamnée dans les journaux communistes dénonçant les faiblesses des autorités à l’égard des feuilles « fascistes », mais également dans les publications professionnelles qui, à l’occasion, mènent l’enquête sur la reconstitution des réseaux de la presse interdite.

27Les journaux ne constituent donc pas des indicateurs fiables pour comprendre les conditions de ré-émergence des droites à la Libération. Il faut attendre que les hypothèques de l’immédiat après-guerre effacent les dernières hésitations de positionnement. À cet égard, la question communiste en France, sur fond de guerre froide, clarifie sans doute la situation, à partir de 1947. Du coup, c’est davantage par un glissement politique des journaux existants et non par la création de nouveaux titres, que les sensibilités de droite républicaine s’affirment dans les années ultérieures.

Notes

1 Sur tous ces aspects, cf. Christian Delporte, Les journalistes en France, 1880-1950, Seuil, 1999.

2 Lettre citée par André Lang, Pierre Brisson, le journaliste, l’écrivain, l’homme, Calmann-Lévy, 1967, p. 277.

3 D’après Jean Mottin, Histoire politique de la presse, 1944-1949, Bilans hebdo, 1949.

4 Ibidem.

5 Il a débuté à La Justice, de Clemenceau, avant de travaillé pour L’Aurore, La Petite République ou L’Intransigeant

6 On citera, parmi les mieux informées, les pages que Claire Blandin consacre au Figaro dans sa thèse : Le Figaro littéraire (1946-1971). Vie et mort d’un hebdomadaire politique et littéraire, thèse d’histoire, sous la direction de Jean-François Sirinelli, iep de Paris, 2002.

7 Le journal, finalement, est à son tour absorbé par L’Aurore, en mars 1953.

8 Archives Institut Charles-de-Gaulle, BC, Note pour André Malraux, 4 mai 1949. Parmi les quotidiens sympathisants, il est également fait allusion à Paris-Presse, L’Aurore et Le Parisien libéré.

9 Directeur : Jacques Baumel ; rédacteur chef : Albert Olivier.

10 Sous-titré « Hebdomadaire de la rénovation nationale », puis « hebdomadaire de la liberté ».

11 L’état des sources ne permet pas d’avancer un chiffre vérifié.

12 Nom de famille de sa mère.

13 François Brigneau, Mon après-guerre, Les Éditions de présent, 1985 (1re éd. 1966, Éd. du Clan), p. 13-14.

14 Ben signe alors « V. O. Delnay », car il a signé un contrat d’exclusivité avec Carrefour.

15 François Brigneau, op. cit., p. 89.

16 Dans ces conditions, il ne peut bénéficier du soutien des annonceurs, devenu indispensable à la survie des journaux après la crise de la presse, en 1947.

17 On citera encore : Xavier Vallat, Georges Gaudy, Jacques Perret, Pierre Debray, Jacques Ploncard d’Assac ou Henri Massis.

18 À France réelle contribuent nombre d’anciens de la presse collaborationniste, comme Stéphane Lauzanne (ancien rédacteur en chef du Matin) ou Claude Jeantet (Je suis partout).

Table des illustrations

Titre Répartition de la presse quotidienne3(en % du tirage)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16289/img-1.png
Fichier image/png, 225k
Titre Principaux quotidiens modérés ou de droiteTirage (en milliers d’exemplaires) au 1er mars 19474
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16289/img-2.png
Fichier image/png, 136k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable